Bryan Adams et le crime contre l’humanité commis à Gaza, une prise de position ignorée par nos médias

septembre 16, 2014

Le Canadien Bryan Adams est maintenant un vieux routier et une vedette internationale du rock and roll. Cet auteur-compositeur-interprète connaît non seulement ses gammes et sa guitare basse sur le bout des doigts, mais il est loin d’être dénué de culture politique.

C’est ce qu’on peut effet constater dans ses prises de position contre la dernière grande agression la population de Gaza perpétrée par les terroristes sionistes. Non content de qualifier les agissements sionistes de crime contre l’humanité, Bryan Adams persiste et signe sans jamais esquisser l’ombre d’une reculade devant les procédés d’internautes qui rappellent étrangement ceux de Bernard-Botul-Henri Lévy dans ses échanges avec le chroniqueur télé Aymeric Caron.

Cette prise de position de Bryan Adams n’a pas du tout été médiatisée en France. Je n’en ai trouvé qu’une trace en français mais hors de l’Hexagone, sur le site web d‘un journal suisse.

L’article et les échanges de tweets datent d’août 2014 alors que l’agression sioniste se poursuivait encore.

Bryan Adams va sur Twitter, réaffirme sa position sur la crise de Gaza (tweets)

par Jason MacNeil, The Huffington Post Canada, 20 août 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Après avoir critiqué le premier ministre canadien Stephen Harper la semaine dernière pour l’absence d’aide du Canada pour Gaza, Bryan Adams a réaffirmé sa position sur la situation la nuit dernière via Twitter.

Après avoir posté un premier tweet le 11 août, Adamas a ensuite répondu le 14 août à un internaute qui demandait avec quelle partie au conflit il était (en évoquant notamment la charte du Hamas). Voici sa réponse :

tw1-crop

Bryan Adams : … qui prend parti ? Je suis juste avec les gens, avec les enfants.

Mardi, la conversation a continué avec deux internautes, Stacy Vogel et "SoulM8dSunshine" qui prenaient une position franchement pro-israélienne :

tw2-crop

SoulM8dSunshine" : Je ne vois ai pas vu dire un mot sur les enfants israéliens qui ont 15 secondes pour courir aux abris.

Stacy Vogel : Le Hamas vient de violer le 11ème cessez-le-feu. Mettez les torts là où ils doivent être. Protégez vos citoyens !

Ce tweet avait amené Adams à répondre à plusieurs reprises dans la suite de la conversation, entraînant des réponses d’Adams . :

tw3

Bryan Adams :… et le blocus israélien de Gaza vient juste d’entrer dans sa huitième année, laissant 1,7 million d’habitants dans la misère.

Stacy Vogel : Votre twitter est utilisé par vos fans pour cracher leur haine et l’antisémitisme contre vos autres fans, et c’est okay ?

Bryan Adams : Personne n’est antisémite ici. Je suis/nous sommes simplement avec les gens et pro-liberté.

Stacy Vogel : Sujet trop sensible. Il y a des guerres horribles partout, où est l’indignation ? La seule indignation est quand ça concerne les Juifs.

Bryan Adams : Je ne peux pas parler pour d’autres, je ne parle que pour moi : je dis que Gaza était un crime contre l’humanité

Vogel a ensuite évoqué la mort de trois adolescents juifs israéliens qui avaient été tués plus tôt dans l’année,

tw4-crop

Bryan Adams : on n’a jamais prouvé qui était responsable, et ça ne justifie pas l’assassinat de plus de 2000 personnes dont 541 gosses.

La conversation d’Adams sur Twitter marque un moment de regain de violence dans la région après un accord pour un cessez-le-feu de six jours. Les combats ont repris mardi dans la région après que des roquetets se sont abattues sur la ville de Beersheba, rapporte DW (radio allemande). Le gouvernement israélien a accusé le Hamas de faire échouer toute tentative de cessez-le-feu prolongé, répliquant par des frappes aériennes sur Gaza mercredi.

La Turquie pas d’accord pour stopper la contrebande de pétrole exporté par l’Etat Islamique en Irak et au Levant

septembre 14, 2014

Cet article du journal australien The Age est en fait une reprise d’un texte du New York Times avec simplement un titre différent.

Si le titre du New York Times affirme que les Etats Unis cherchent l’aide de la Turquie dans la lutte contre l’Etat Islamique (EI) ou Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL), le titre de The Age affirme catégoriquement que la Turquie a opposé une fin de non recevoir à une demande très importante des Etats Unis. Les Etats Unis ont en effet demandé aux autorités d’Ankara de faire cesser la contrebande d’hydrocarbures en provenance d’Irak et de Syrie et ainsi tarir l’essentiel des revenus financiers de l’EIIL.

La Turquie a refusé pour plusieurs raisons dont certaines ont été présentées dans le post qui précède celui-ci : pour faire court, le gouvernement turc compte sur les milices de l’EI pour établir en Syrie et en Irak un ordre politique que le gouvernement présidé par Recep Tayyip Erdogan jugerait plus conforme aux intérêts de son pays.

Si 49 membres du corps consulaire sont en effet détenus par l’EIIL, il ne semble pas que leur vie soit en danger ni que leur sort ait pour l’instant une quelconque influence sur la politique turque dans la région.

La Turquie craint qu’une défaite de l’EIIL soit suivi d’un reflux sur son territoire de nombre de miliciens « djihadistes ». C’est en effet de Turquie que nombre d’entre eux sont venus et l’EIIL a de plus multiplié ses implantations en Turquie même, non seulement dans les zones frontalières mais jusque dans la métropole qu’est Istanbul et recrute des citoyens turcs par centaines.

Le ville industrielle de Dilovasi en périphérie d'Istanbul est un centre de recrutement de l'Etat Islamique en Irak et au Levant

Le ville industrielle de Dilovasi en périphérie d’Istanbul est un centre de recrutement de l’Etat Islamique en Irak et au Levant

Oserais-je dire que les lendemains risquent de déchanter pour Ankara, que les djihadistes perdent ou gagnent ?

Et pour finir, n’oublions pas l’esprit mercantile de Recep Tayyip Erdogan et de sa base politique : les régions méridionales de la Turquie proches de la Syrie et de l’Irak ont été dûrement touchées économiquement par les troubles dans les pays voisins. Leur assurer de l’essence à bon marché, fut-elle de contrebande, faire vivre un négoce lucratif est donc un moyen de solidariser avec le gouvernement les couches de la population qui profitent de ce trafic.

Autant de bonnes raisons pour éviter d’entrer en conflit avec l’EIIL. Les opposants syriens « modérés » selon Laurent Fabius et David Cameron sont arrivés à la même conclusion que le gouvernement turc et font entente avec l’Etat Islamique.

Observons pour conclure que l’armée américaine s’est pour l’instant gardée de s’attaquer aux camions qui acheminent en Turquie le pétrole exporté par l’EIIL.

La Turquie ne bloque pas les revenus pétrolier de l’Etat Islamique malgré la pression des Etats Unis

David E. Sanger et Julie Hirschfeld Davis, The Age (Australie) 14 septembre 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Washington: L’administration Obama s’efforce de bloquer les millions de dollars de revenus pétroliers qui ont fait de l’Etat Islamique une des organisations terroristes les plus riches de l’histoire, mais elle a pour l’instant été incapable de persuader la Turquie, le pays allié membre de l’OTAN où la plus grande partie du pétrole est écoulée sur le marché noir, de s’attaquer à un vaste réseau de vente.

Les officiels du renseignement occidental disent pouvoir suivre les cargaisons de pétrole de l’Etat Islamique quand elles sont transportées d’Irak vers les régions frontalières du sud de la Turquie.

En dépit de longues discussions internes au Pentagone, les forces américaines n’ont jusqu’à présent pas attaqué les camions citernes.

Cependant, a déclaré vendredi un haut responsable de l’administration Obama, « cela reste une option. »

Les difficultés pour un élargissement de l’action contre l’Etat Islamique sous la direction des Etats Unis ont été évidentes dans les discussions qu’a eues le Secrétaire d’Etat US John Kerry avec le président égyptien Fattah al-Sisi qui a exhorté la coalition militaire à cibler d’autres organisations plutôt que l’Etat Islamique.

L’absence de volonté de la Turquie de contribuer à enrayer le commerce pétrolier symbolise l’ampleur des défis auxquels est confrontée la Maison Blanche pour assembler une coalition pour contrer l’organisation militante sunnite et pour lui couper les vivre.

L’accès de l’Etat Islamique à l’argent est essentiel pour lui permettre de recruter des membres, de faire face à la masse salariale de plus en plus importante de ses combattants, d’étendre son rayon d’action et opérer à travers le territoire de deux pays.

« Sous beaucoup d’aspects, la Turquie est une carte maîtresse dans l’équation de cette coalition, » explique Juan Zarate, conseiller principal au Centre for Strategic and International Studies.

« C’est une grande déception : Il existe un vrai danger que la démarche pour affaiblir et détruire l’EIIL soit fragilisée, » explique M. Zarate parlant de l’Etat Islamique. « On a un important allié dans l’OTAN et on ne sait pas si il a la volonté et la capacité de couper le flux d’argent, de combattants et de soutien vers l’EIIL. »

Jeudi, la Turquie a refusé de signer un communiqué en Arabie Saoudite portant engagement des Etats du Golfe persique de la région [c.à.d. sauf l'Iran, NdT] à contrer à l’Etat Islamique, même dans les limites que chaque nation considérera « appropriées ».

Les responsables turcs ont dit à leurs homologies américains qu’avec 49 diplomates turcs retenus en otages en Irak, ils ne pouvaient pas courir le risque de prendre position publiquement contre l’organisation terroriste.

Pourtant, les officiels de l’administration américaine disent croire que la Turquie pourrait considérablement perturber les entrées d’argent vers l’Etat Islamique si elle essayait de le faire.

« Comme n’importe quelle sorte d’activité de contrebande et de marché noir, si vous y mettez les moyens et fautes l’effort de l’attaquer, vous ne l’éradiquerez sans doute pas, mais vous pouvez l’entamer fortement, » a déclaré samedi un haut responsable de l’administration.

Au centre des discussions, on trouve les dizaines de champs pétroliers et de raffineries en terrritoire irakien et syrien passés sous le contrôle de l’organisation. L’extraction a généré un flus financier régulier que les experts situent entre 1 et 2 millions de dollars par jour ; un montant dérisoire au regard du marché pétrolier mondial mais une formidable aubaine pour une organisation terroriste.

Mettant en relief la complexité de la mission de M. Kerry en vue d’obtenir du soutien au Moyen Orient, le président égyptien avait dit auparavant au Secrétaire d’Etat en visite qu’une coalition internationale contre le terrorisme ne devait pas seulement se concentrer sur les militants de l’Etat Islamique, mais aussi sur Ansar Bayt al-Maqdis et l’ennemi du régime égyptien, les Frères Musulmans.

Les responsables sécuritaires égyptiens ont affirmé que l’Etat Islamique avait établi des contacts avec Ansar Bayt al-Maqdis, l’organisation militante la plus dangereuse du pays qui a tué des centaines de membres des forces de sécurité depuis que l’armée a renversé le président islamiste Mohamed Morsi l’an dernier après des manifestations massives contre lui.

New York Times, Reuters

Obama à l’assaut de l’Etat Islamique ou la stratégie du chaos (ou encore la Turquie prise à son propre piège)

septembre 11, 2014

Les choses semblent se dessiner maintenant. Le gouvernement des Etats Unis a décidé de former une coalition à laquelle est fixée la mission de vaincre l’Etat Islamique qui a pris corps sur une partie des territoires de l’Irak et de la Syrie.

La coalition comprend un noyau dur avec des pays comme la Grande Bretagne et la France et des partenaires plus périphériques.

L’article que je vous propose parle justement du positionnement de la Turquie par rapport à cette orientation stratégique du président Obama, Turquie qui vient de refuser l’utilisation de ses bases aériennes pour des bombardements en territoire syrien et irakien.

L’auteur nous explique que, parmi les pays susceptibles de participer à ce noyau dur,  la Turquie, est le seul Etat  à partager une frontière avec l’Etat islamique n’a nulle envie de faire partie de ce noyau dur.

Pour la bonne raison que les autorités turques ont longtemps misé et misent encore sur des mouvements comme celui qui a donné naissance à l’Etat Islamique en Irak et au Levant (aujourd’hui Etat Islamique) pour venir à bout des régimes qui selon elles maltraitent les Sunnites. La priorité du gouvernement turc étant de corriger le gouvernement irakien et d’éliminer le régime baathiste au pouvoir à Damas.

Une bonne partie des milliers de combattants qui peuplent les rangs du Califat proclamé par Abou Bakr al-Baghdadi ont en effet à un moment ou à un autre transité par le territoire turc et y retournent à l’occasion pour se soigner par exemple.

map-isil-2014-06

Un autre problème auquel fait face le gouvernement turc tient à ce qui se passerait si l’Etat Islamique était contraint d’abandonner ses positions : ce serait alors le reflux des miliciens « djihadistes »vers la Turquie où l’armée de ce pays n’aurait sans doute plus d’autre choix que de leur livrer bataille.

Tout cela est exposé dans cet article (que j’ai traduit de l’anglais à partir d’un original écrit en turc, ce qui explique certains défauts du texte), Ainsi que ce cauchemar pour le gouvernement turc que constituerait une alliance formelle ou de facto entre la coalition anti-EI et le régime de Bachar al-Assad !

Pour l’heure on ne sait cependant pas si l’intervention militaire occidentale aura un effet positif pour le régime syrien où si elle cherchera à l’affaiblir sous couvert de bombarder les forces de l’Etat islamique.

Enfin l’auteur observe que, en cas de défaite de l’Etat Islamique, les organisations qui pourraient se substituer à lui sont faites à peu près du même bois, l’une d’entre elles étant officiellement affiliée à al Qaïda.

Ce qui ne saurait gêner outre mesure la CIA comme on peut s’en douter.

Le dilemme de la Turquie devant la lutte contre l’Etat Islamique

par Fehim Taştekin, Al-Monitor 7 septembre 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Après quehttp://www.al-monitor.com/pulse/contents/authors/fehim-tastekin.html les Etats Unis ont annoncé qu’ils constituaient un « noyau de coalition » avec dix pays pour combattre l’Etat Islamique (EI), les regards se sont tournés vers la Turquie. La Turquie aura-t-elle vraiment une place parmi les dix pays cités par Reuters ? Dans l’affirmative, quel rôle jouera-t-elle ? Après le sommet de l’OTAN du 5 septembre au Pays de Galles, le Secrétaire d’Ertat à la Défense Chuck Hagel a indiqué que ce noyau de la coalition facilitera la formation ultérieure d’un groupe plus large et plus structuré. Le Secrétaire d’Etat US John Kerry a déclaré que la coalition devait être mise en place de sorte à empêcher l’EI de s’emparer de plus de territoires sans avoir à envoyer sur place des soldats de l’alliance [OTAN], par un soutien aux forces de sécurité irakiennes et à d’autres qui sont prêtes à affronter l’EI. Il a précisé que la ligne rouge pour tous était de ne pas lancer d’opération terrestre.

Selon des informations de coulisses rapportées par CNN Turquie après la rencontre entre le président américain Barack Obama et le président turc Recep Tayyip Erdogan, Ankara n’est pas favorable à l’idée de participer au noyau de la coalition. Le quotidien Cumhuriyet a rapporté que la Turquie formulait des réserves et que la rencontre Obama – Erdogan s’est conclue avec un accord sur une participation de la Turquie de derrière les coulisses.

Les réserves de la Turquie sont répertoriées comme suit :

Les otages turcs détenus par l’EI ne doivent subir aucun mal

L’équilibre des forces dans la région ne doit pas être modifié, et de ce point de vue, aucun armement ne devrait être fourni aux Chiites qui sont puissants à Bagdad.

La Turquie est dans un processus de règlement avec les Kurdes. La présence d’armes incontrôlées dans la région pourrait représenter une menace pour la sécurité intérieure de la Turquie.

L’opération ne devrait pas renforcer le régime de Bachar al-Assad en Syrie.

Reuters a cité un diplomate US affirmant qu’en raison de la situation particulière qui prévaut, la contribution de la Turquie ne peut pas être très visible.

Les dilemmes de la Turquie

Les dilemmes de la Turquie devant la lutte contre l’EI ne se limitent pas à la question des otages. Les Etats Unis ont fixé comme ligne rouge la présence de troupes au sol. Dans une telle situation, il est inévitable que les troupes sur le terrain pour combattre l’EI doivent provenir de forces locales [de la région]. Un succès durable implique que les forces locales consolident leur emprise. Les forces terrestres qui ont repris des sites stratégiques comme le barrage de Mossoul et la ville d’Amerli avec l’appui aérien des Etats Unis étaient des acteurs que la Turquie n’a pas vraiment envie d’aider. A Amerli, ce sont des milices chiites comme les Brigades de la Paix, les brigades Abou Ali avec des unités de l’armée irakienne dominée par les Chiites qui ont ouvert la voie. Les opérations dans le nord sont conduites par les peshmerga, la branche militaire du Gouvernement Régional du Kurdistan, le Parti des Travailleurs du Kurdisatn (PKK) et les Unités de Protection du Peuple (YPG, Kurdes de Syrie). Repousser l’EI sans les forces locals à propos desquelles Ankara a émis des réserves ne sera pas possible. En déclarant « Nous devons soutenir les autres [forces] qui sont prêtes à résister à l’EI, » Kerry a souligné l’importance de ces forces locales. La Turquie, qui a interprété les soulèvements dans les provinces de Mossoul, Salahuddin et Anbar comme des rébellions sunnites contre le gouvernement chiite en Irak et a maintenu des contacts étroits avec ces organisations dans l’espoir d’une issue favorable aux Sunnites, ne veut pas que la coalition contre l’EI relance les forces chiites. Les propos suivants du premier ministre turc Ahmet Davutoglu sur l’Etat Islamique (qui s’appelait lui-même auparavant EIIL, Etat Islamique en Irak et au Levant) doivent être compris comme l’expression de l’attente par la Turquie d’un nouveau rapport de forces en faveur des Sunnites : « La colère, la marginalisation et les insultes ont abouti à l’éruption soudaine d’une réaction sur un vaste front. Si les Arabes sunnites n’avaient pas été marginalisés en Irak, il n’y aurait pas eu une telle accumulation de fureur La structure que nous appelons EIIL pourrait être vue comme une organisation terroriste extrémiste. Mais parmi ceux qui la rejoignent, il y a des Turcs, des Arabes et des Kurdes. »

Le deuxième dilemme important pour la Turquie est le renforcement de la puissance du PKK et du PYG par leur combat contre l’EI et leur gain de légitimité aussi bien aux yeux des populations de la région que de la communauté internationale.

Depuis que le Parti d’Union Démocratique (PYD) est apparu comme le catalyseur de l’autonomie de fait des Kurdes de Syrie, la Turquie a dû revoir son approche. Cette nécessité a été ressentie pour la défense des frontières avec l’Irak et la Syrie, et même pour assurer la sécurité de la tombe de Suleiman Shah qui est considérée comme territoire turc sur la rive de l’Euphrate [en Syrie]. Les mouvements militaires turcs pour ravitailler les soldats turcs qui gardent la tombe et pour la relève doivent se faire en concertation avec le YPG.

La Turquie coopère-t-elle avec l’EI ou le YPG ou le PKK ? Le co-président du Parti Démocratie Populaire Kurde (HDP) Selahhatin Demirtas explique, « Ca pourrait sembler marginal, mais le PKK combat la barbarie de l’EI. S’il doit y avoir la paix avec la Turquie et si le PKK doit renoncer à la lutte armée contre la Turquie, pourquoi ne pas l’aider maintenant avec des armes ? » La question que la Turquie cherchait à éviter est ainsi revenue à l’ordre du jour. La Turquie doit décider si elle veut préserver le processus de paix [avec les Kurdes] en passant de l’animosité à la coopération ou tout perdre en exagérant les craintes de voir les armes que pourraient acquérir les Kurdes se retourner un jour contre la Turquie. Les craintes de la Turquie limitent bien sûr sa marge de manoeuvre pour accéder au statut d’acteur régional auquel aspire tant les dirigeants du Parti de la Justice et du Développement (AKP au pouvoir).

Un dilemme de plus : La possibilité que l’Etat Islamique qui amasse pas mal d’argent avec le gas oil qu’il vend en contrebande en Turquie se serve des frontières turques comme route logistique pour orienter ses attaques contre la Turquie. L’EI qui a été en capacité de s’organiser dans les grandes villes turques pourrait très bien cibler ces villes. De nombreuses informations alertent sur une telle possibilité. Si l’EI se désintégrait , le pays vers lequel il se repliera en premier lieu pour s’y réorganiser sera la Turquie.

C’est un motif de migraine pour le long terme, mais ce qui est indéniable c’est que la Turquie est beaucoup plus préoccupée par des attaques de l’EI qu’elle ne l’était au moment de la prise de Mossoul par l’EI. Le gouvernement avait même dit auparavant à propos de le prise du consulat de Turquie à Mossoul : « Notre consulat est territoire turc. Mais l’attaque qu’il a subie et la prise d’otages ne sont pas significatifs pour la Turquie. Le territoire turc n’est pas visé. » La Turquie – seul pays du noyau dur à avoir une frontière avec l’Etat Islamique est une cible aisée et parfaite pour des représailles – a fait connaître ses inquiétudes au sommet de l’OTAN. D’autres pays qui pourraient être visés par l’EI n’appartiennent pas au noyau de la coalition. La Jordanie que l’EU veut ajouter au Califat ne s’est pas montrée avec la coalition même si le roi Abdallah de Jordanie était au sommet de l’OTAN et que son pays a été chargé de fournir des renseignements sur les forces présentes sur le terrain. L’Arabie Saoudite, qui apporte ses ressources financières pour ce genre d’opérations, est un autre pas à ne pas se manifester de manière visible

Un autre motif d’inquiétude pour le gouvernement AKP est la possibilité d’une reprise du contrôle par l’armée syrienne après avoir éliminé l’EI. Erdogan n’est pas disposé à voisiner à nouveau avec une Syrie qui resterait gouvernée par Assad. L’administration Obama n’a pas encore décidé si elle allait coopérer avec Assad où avec les ennemis d’Assad contre l’Etat Islamique. En Irak, un partenariat informel s’est mis en place avec l’Iran et le mouvement de Moqtada al-Sadr qui avait combattu l’invasion américaine, mais ce n’est pas si facile de prendre une décision quand on en vient à la Syrie. Même si Obama peut continuer à envisager l’option du soutien à l’opposition syrienne modérée, rien ne garanti que ça marchera contre des organisations extrémistes comme l’EI. C’est pourquoi les Etats Unis veulent se concentrer sur l’EI pour le moment.

Il y a deux candidats assez forts pour remplir le vide laissé par l’Etat Islamique : le Front Islamique, qui est lui-même constitué d’éléments extrémistes, et la branche syrienne d’al Qaïda, le Jabhat al-Nosra. C’est suffisant pour compliquer les efforts d’élaboration d’une stratégie pour la Syrie.

Formation militaire britannique pour les miliciens de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL)!

août 31, 2014

Cet article est une dépêche de l’agence ANI, une des deux grandes agences indiennes de presse avec PTI,

La dépêche résume en fait un article du Daily Star, un tabloïd anglais, Dans l‘article de ce tabloïd on peut aussi lire l’avis d’une source militaire britannique qui explique que compte tenu du fait qu’on estime à 600 le nombre de Britanniques enrôlés dans l’Etat Islamique en Irak et au Levant, on ne doit pas s’étonner si un ou deux ont eu une expérience militaire dans l’armée de Sa majesté.

Pourtant on a du mal à s’imaginer un ou deux anciens soldats britanniques former à leurs méthodes des bataillons entiers d’une milice dont l’effectif compte plusieurs milliers de combattants. Or on nous parle de miliciens recevant une formation typiquement britannique d’un bon niveau…

Ces formateurs originaires de Grande Bretagne sont donc sans doute plus nombreux et on voit mal l’armée britannique accueillir dans ses rangs autant de soldats qui se transformeraient par la suite en « djihadistes » .

L’hypothèse la plus plausible est que nous sommes là devant des mercenaires, une profession en plein essor depuis le début du 21ème siècle comme on a pu le voir en Afghanistan mais aussi en Irak où des sociétés privées ont prêté main forte aux troupes d’occupation étrangères.

La question qui me vient est : qui les paye et pourquoi?

MI6, CIA : des anciens membres de l’armée britannique entraînent maintenant les militants de l’Etat Islamique en Syrie et en Irak.

DNA News (Inde) 31 août 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

ANI -Un article a révélé que le MI6, services secrets britanniques, et la Central Intelligence Agency (CIA) américaine ont intercepté des conversations sur téléphones mobiles et des e-mails qui montrent que plusieurs anciens membres de l’armée britannique ont rejoint les rangs de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Selon une source militaire, des agents proches de l’EIIL ont aussi révélé que des personnes avec des accents anglais et un passé militaire entraînent maintenant les membres de l’organisation terroriste en Irak et en Syrie, a rapporté le Daily Star. Ils ont peut-être servi dans l’armée régulière britannique ou dans la Territorial Army (réserve formée de volontaires).

La Territorial Army britannique avait été déployée en Irak en 2004

La Territorial Army britannique avait été déployée en Irak en 2004

Ces anciens personnels de l’armée utilisent les mêmes exercices et les mêmes techniques que ceux en vigueur dans l’armée britannique. La source affirme que les recrues qui rejoignent l’EIIL reçoivent une formation militaire d’un niveau « assez bon » avant d’être autorisées à participer aux combats. On ne leur apprend pas seulement à combattre mais aussi à économiser les munitions, à tirer à bon escient, à organiser des embuscades et entreprendre des opérations de jour comme de nuit. Ceux qui excellent dans le maniement des armes sont aussi formés à l’utilisation de fusils de précision et d’autres armes à longue portée.

Près de 6000 ressortissants britanniques ont rejoint l’organisation jusqu’à présent, indique la source.

Entretemps, le premier ministre David Cameron a reconnu que l’EIIL était différent de tout ce que la Grande Bretagne avait connu auparavant. Vendredi, il a également qualifié le niveau de la menace de « grave ».

Quoi, Hitler n’a pas fini le boulot? T’as pas honte Salomon de dire ça?

août 26, 2014

Très récemment, plusieurs centaines de survivants et de descendants de survivants des camps de concentration de la seconde guerre mondiale ont acheté un espace d’écriture dans un grand journal américain pour faire part de leur condamnation des crimes commis par le régime sioniste à Gaza et pour appeler au boycott de l’entité sioniste .

Cet appel est passé relativement inaperçu en France (on ne se demandera pas pourquoi) mais a eu un écho significatif aux Etats Unis et auprès des communautés juives dans le monde, entité sioniste comprise.

En témoigne la réaction furieuse d’internautes « juifs » dont le webzine +972 nous livre quelques exemples,

On observera que ces réactions renvoient à un certain nombre de caractéristiques de la déportation des Juifs pendant la seconde guerre mondiale qui sont régulièrement occultées dans le discours destiné au grand public.

On peut relever par exemple la référence d’Itzik Levy aux « kapos «  qui étaient les auxiliaires juifs des gardiens de prison allemands, sans qui ces derniers n’auraient jamais pu gérer ces immenses structures pénitentiaires. Il va sans dire que les « kapos » n’étaient pas toujours tendres, tant s’en faut, avec les détenus.

Brassard de kapo

Brassard de kapo

De son côté Yafa Ashraf nous rappelle la traditionnelle hostilité entre les Juifs ashkénazes et les autres qu’on regroupe généralement sous le vocable « séfarades » là où on devrait distinguer séfarades (espagnols) et mizrahim (orientaux).

Asher Salomon qui nous dit de le Fuhrer n’a pas fini le boulot est finalement d’accord avec Meir Dahan : pour eux ces Juifs (ou pseudo juifs) auraient dû tous périr dans les camps. Ces ont en effet des traîtres « gauchistes » ou « collaborateurs » du nazisme.

C’est pour ça qu’ils vivent à l’étranger, écrit Itzik Levy.

Une remarque qui n’est pas sans rappeler la démarche des sionistes à l’égard des Juifs parqués dans les camps de concentration dont la libération ne leur importait que’à la condition que ces Juifs partent ensuite renforcer le peuplement juif de la Palestine.

Ce choix était énoncé clairement dès 1938 par David Ben Gourion, celui qu’on présente généralement comme le « père fondateur » de l’entité sioniste :

« Si je savais qu’il était possible de sauver tous les enfants d’Allemagne en les installant en Angleterre, ou juste la moitié en les installant en Eretz Israel, je choisirai cette deuxième solution. Car nous devons prendre en compte non seulement la vie de ces enfants, mais aussi l’histoire tout entière du peuple juif [33] Ibid., pp. 38-39. [33] ».

Sur Facebook, des Israéliens souhaitent la mort à dees survvants de l’holocauste qui sont contre [l'opération] Bordure de Protection

par Ami Kaufman, +972 (Palestine occupée) 25 août 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Non, ce n’est pas The Onion [équivalent américain du Gorafi].

Il y a quelques jours, quelques 300 survivants de l’holocauste [survivants et descendants de survivants en réalité) ont placé un encart payant dans le New York Times pour condamner le massacre à Gaza. Mon collègue de Local Call, John Brown, a sélectionné quelques réactions postées sur Facebook par des Israéliens en réponse à cet encart.

J’ai fait quelques traductions [de l'hébreu] des morceaux choisis par John :

David Cohen: Ce ne sont pas des survivants de l’holocauste, ce sont probablement des collaborateurs avec les Nazis.

Shmulik Halphon: Il est prié de retourné à Auschwitz.

Itzik Levy: Ce sont des survivants qui étaient des kapos [auxiliaires juifs des Allemands dans les camps de concentration]. Des traitres gauchistes. C’est pour ça qu’ils vivent à l’étranger et pas dans l’Etat juif.

Vitali Guttman: Suffit, ils devraient déjà être morts. Ils nont survécu à l’holocauste seulement pour faire un autre holocauste à Israël dans l’opinion publique ?

Meir Dahan: Pas étonnant si Hitler a assassiné 6 millions de Juifs à cause de gens comme vous , vous n’êtes même pas juifs, vous êtes dégoûtants, une honte pour l’humanité et vos rejetons sont comme vous, des ordures.

Asher Solomon: C’est une honte, Hitler n’a pas fini le boulot.

Katy Morali: Des survivants de l’holocauste qui pensent ainsi sont priés d’aller mourir dans les chambres à gaz.

Yafa Ashraf: Nullards d’Ashkénazes, c’est vous les Nazis.

john

+972 est sur Facebook

L’Etat Islamique en Irak et au Levant fruit d’une erreur stratégique des Etats Unis?

août 25, 2014

Intéressant cet article qui attire l’attention sur les liens entre les organisations "djihadistes" qui font beaucoup parler d’elles en ce moment, notamment en Irak, et les appareils politico-militaires des principales puissances occidentales, c’est-à-dire les Etats Unis, la Grande Bretagne et bien sûr la France (la France UMP comme la France PS faut-il préciser).
L’auteur de l’article, une universitaire, pense que les accointances entre le gouvernement  des Etats Unis et les organisations comme le Front al Nosra sont des erreurs qui viennent répéter d’autres erreurs du même type commises en Libye et en Afghanistan.

Je ne sais pas vous, mais je ne crois pas qu’on se trouve présentement devant des "erreurs" stratégiques parce que je vois mal des officiers du Pentagone répéter en un laps de temps très court des erreurs dont les militaires américains sur le terrain ont eu à payer le prix pour des gains stratégiques finalement minimes (la dislocation de l’URSS ne s’est effectivement pas jouée en Afghanistan mais sur le terrain économique et la rébellion des républiques d’Europe orientale, Pologne en tête).

Si ces prétendues erreurs sont répétées, c’est qu’elles satisfont à une démarche autre que celle qui est affichée par le gouvernement des Etats Unis. Et cette démarche est celle des néoconservateurs dont Robert Parry a montré la persistance de l’influence dans l’administration Obama.
Ces néoconservateurs, qui peuvent être Démocrates ou Républicains, sont avant tout motivés par ce qu’ils jugent être l’intérêt de l’entité sioniste. Pour eux, cet intérêt réside avant tout dans l’affaiblissement des dernières structures ou régimes politiques qui représentent un obstacle à la domination sioniste dans la région.

Les structures et régimes dont nous parlons ici sont le Hezbollah libanais, la Syrie baathiste et la république islamique d’Iran.

C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la situation en Irak dont le gouvernement de Nouri al-Maliki était un allié très proche du régime iranien, la démission de ce dernier ayant ne l’oublions pas été posée comme préalable à toute assistance par les autorités américaines. Dans l’hypothèse de la confirmation d’un dégel entre Washington et Téhéran, l’Etat Islamique en Irak et au Levant est l’instrument qui pourrait permettre d’annuler en partie le gain stratégique de l’Iran en sortant l’Irak de sa sphère d’influence.

Les terroristes qui nous combattent en ce moment ? Nous venons juste de finir de les entraîner.

Non, l’ennemi de notre ennemi n’est pas notre ami.
par Souad Mekhennet, The Washington Post (USA) 18 août 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Souad Mekhennet

      Souad Mekhennet

Souad Mekhennet, co-auteure de “The Eternal Nazi,” est professeur auxiliaire à Harvard, John Hopkins et au Geneva Centre for Security policy.

Au cours des dernières années, le président Obama, ses amis européens, et même certains alliés du Moyen-Orient, ont soutenu des «groupes rebelles» en Libye et en Syrie. Certains de ces groupes ont reçu une formation, un soutien financier et militaire pour renverser Mouammar Kadhafi et combattre Bachar al Assad. C’est une stratégie qui suit le vieil adage, "L’ennemi de mon ennemi est mon ami», et elle a été l’approche des Etats Unis et de leurs alliés depuis des décennies quand il fallait décider de soutenir des organisations et des mouvements d’opposition.

Le problème est qu’elle n’est pas fiable du tout – et souvent pire que d’autres stratégies. Chaque année on voit de nouveaux cas de retour de flamme avec cette approche. L’échec le plus flagrant et le plus connu est celui de l’Afghanistan où certaines des organisations entraînées (et équipées) pour combattre l’armée soviétique sont par la suite devenues résolument hostiles à l’Occident. Dans cet environnement, al Qaïda avait prospéré et établi les camps où les auteurs des attentats du 11 septembre avaient été préparés. Pourtant, au lieu de tirer des leçons de leurs erreurs, les Etats Unis persistent à les répéter.

Washington et ses alliés ont aidé des organisations dont les membres avaient dès le départ des idées anti-américaines ou anti-occidentales ou qui avaient été attirés par ces idéees dans le temps du combat. Selon des entretiens réalisés avec des membres d’organisations militantes, comme l’Etat Islamique en Irak et le Front al Nosra en Syrie (qui est affilié à al Qaïda), c’est exactement ce qui s’est passé avec certains des combattants en Libye et même avec des factions de l’Armée Syrienne Libre (ASL).

"Dans l’Est de la Syrie, il n’y a plus d’Armée Syrienne Libre. Tous ceux qui étaient dans l’Armée Syrienne Libre [dans cette région] ont rejoint l’État islamique ", dit Abu Yusaf, un haut cadre militaire de l’Etat islamique, qui a fait l’objet d’un article d’Anthony Faiola la semaine dernière dans le Washington Post.

L’Etat Islamique est jusqu’à présent celui qui a le mieux réussi, contrôlant les principaux champs pétroliers et gaziers en Syrie. Il a aussi amassé beaucoup d’argent, d’or (pris dans les banques des zones sous son contrôle) et d’armes au cours de ses combats contre les armées syrienne et irakienne ; « Quand l’armée irakienne a fui Mossoul et d’autres zones, elle a laissé derrière elle le bon matériel que les Américains lui avaient donné, » explique Abu Yusaf.

« De l’Etat Islamique à l’armée du Mahdi, on voit des organisations qui ne sont à la base pas de nos amies mais qui montent en puissance parce que nous avons mal géré les situations, » affirme un haut responsable américain des services de sécurité qui s’est exprimé sous condition d’anonymat.

Certains officiels de services de renseignements arabes et européens ont aussi expprimé leurs inquiétudes et leur frustration à propose de ce qu’ils qualifient d’erreurs commises par les Etats Unis dans la gestion des soulèvements dans les Etats arabes. « Nous avons été tr-s vite informés de l’utilisation par des organisations extrémistes du vide laissé par le Printemps arabe, et du fait que cerains de ceux que les Etats Unis et leurs alliés avaient entraînés pour combattre pour la ‘démocratie’ en Libye et en Syrie avaient un agenda djihadiste – – et avaient déjà rejoint ou rejoindraient par la suite le Front al Nosra ou l’Etat Islamique, » déclarait un haut responsable arabe du renseignement dans une récente interview. Il affirmait que ses homologues américains lui disaient souvent des choses comme, « Nous savons que vous avez raison, mais notre président et ses conseillers à Washington n’y croient pas. » Ces organisations, disent des officiels de services de sécurité occidentaux, sont des menaces non seulement pour le Moyen Orient mais aussi pour les Etats Unis et l’Europe, où ils ont des membres et des sympathisants.

Les dires des officiels ont été corroborés par des membres de l’Etat Islamique au Moyen Orient et hors du Moyen Orient, dont par Abu Yusaf, le responsable militaire. Dans plusieurs entretiens conduits ces deux derniers mois, ils ont décrit comment l’insécurité pendant le Printemps Arabe les a aidés à recruter, à se regrouper et à utiliser la stratégie occidentale –consistant à soutenir et à entraîner des organisations qui combattent les dictateurs – dans leur propre intérêt. « Il y avait [aussi]… quelques Britanniques et Américains qui nous entraînaient pendant le Printemps Arabe en Libye, » dit un homme qui se désigne lui-même sous le nom d’Abu Saleh et qui n’a accepté d’être interviewé qu’à condition que son identité reste secrète.

Abu Saleh, originaire d’une ville près de Benghazi, affirme que lui et un groupe d’autres Libyens ont reçu un entraînement et un soutien de la part des armées et des services secrets de la France, de la Grande Bretagne et des Etats Unis – avant de rejoindre le Front al Nosra ou l’Etat Islamique. Des sources militaires arabes et occidentales interrogées pour cet article ont confirmé les dires d’Abu Saleh sur « l’entraînement » et « l’équipement » fournis aux rebelles en Libye pendant les combats contre le régime de Kadhafi.

Abu Saleh a quitté la Libye en 2012 pour la Turquie et s’est ensuite rendu en Syrie. « D’abord, j’ai combattu dans les rangs de ce qu’on appelle ‘Armée Syrienne Libre’ mais je suis ensuite passé avec al Nosra. Et j’ai déjà pris la décision de rejoindre l’Etat Islamique quand mes blessures seront guéries, » déclare cet homme de 28 ans depuis un hôpital en Turquie où il reçoit des soins médicaux. Il a été blessé au cours d’une bataille avec l’armée syrienne, dit-il, et a été amené en Turquie sous de faux papiers. « Certains des Syriens qu’ils [les Occidentaux] ont entraîné ont rejoint l’Etat Islamique, d’autres le Front al Nosra, » dit-il en souriant. Il ajoute, « Quelques fois, je plaisante à la cantonade en disant que je suis un combattant fabriqué par l’Amérique. »

Pendant longtemps, des Etats arabes et occidentaux ont soutenu l’Armée Syrienne Libre non seulement avec de la formation mais aussi avec des armes et d’autres matériels. Le commandant de l’Etat Islamique, Abu Yusaf, ajoute que les membres de l’Armée Syrienne Libre qui avaient reçu un entraînement – par des officiers d’armées arabes, des armées turque et américaine dans une base américaine dans le sud de la Turquie – ont maintenant rejoint l’Etat Islamique. « Maintenant, beaucoup des membres de l’ASL que l’Occident avait entraînés rejoignent nos rangs, » dit-il en souriant.

Ces militants se préparent pour le moment où les gouvernements occidentaux agiront. « Nous savons que les Etats Unis s’en prendront à l’Etat Islamique à un moment donné, et nous y sommes prêts. Mais ils ne devraient pas sous-estimer la réponse qu’ils recevront, » déclare un sympathisant de l’Etat Islamique en Europe qui se présente sous le nom d’Abu Farouk. Il ajoute que le « soutien inconditionnel » des Etats Unis pour le gouvernement du premier ministre sortant Nouri al Maliki qui, dit-il, a opprimé les Irakiens sunnites, et les « cajoleries » de l’Amérique à l’égard de l’Iran, qui est majoritairement chiite, ont fait de l’Etat Islamique une alternative plus attractive pour certains sunnites mécontents de ce deux poids deux mesures.

« Grâce au Printemps Arabe et à l’Occident qui combat tous ces dirigeants pour nous, nous avons eu assez de temps pour nous développer et recruter au Moyen Orient, en Europe et aux Etats Unis, » déclare Abu Farouk. Il sourit et observée une pause de quelques secondes. « En fait, nous devrions dire, merci M. le président. »

La veuve d’un savant iranien assassiné par le Mossad parle

août 1, 2014

Même si l’actualité et nos cœurs restent du côté de Gaza, cet article porte sur un sujet moins brûlant mais qui a en définitive à voir avec la Palestine, comme beaucoup de choses qui se passent dans le monde arabe et plus largement dans le monde musulman.

Je ne publierai normalement plus rien avant fin août parce que je pars à l’étranger et que je n’aurai certainement pas la possibilité matérielle de bloguer.

Un article original, et même intéressant, qui donne la parole à l’épouse d’un des savants iraniens assassinés par les services secrets sionistes pour essayer de mettre en difficulté le programme nucléaire iranien et éventuellement décourager ceux qui collaborent à ce programme.

On regrettera cependant que l’auteur du papier parle de représailles iraniennes qui se seraient par exemple exercées en Inde contre un diplomate sioniste. Des représailles qui n’avaient fait que des blessés légers et tué personne.

La lgique commande pourtant à l’Iran de s’abstenir de faire des coups tordus dans un pays comme l’Inde qui est pour lui un partenaire absolument stratégique. Et l’accession récente au pouvoir à New Delhi du BJP, conservateur et nationaliste hindou, ne change rien à cette donnée parce que vu depuis Mumbai ou Delhi, l’Iran est aussi perçu comme un partenaire essentiel : rien moins que son accès aux marchés et aux ressources de l’Asie centrale ! Sans parler de l’intérêt du marché iranien lui-même.

Guerre secrèrt contre les savants atomistes iraniens : une veuve se souvient

L’épouse du premier scientifique à avoir été assassiné parle des craintes de plus en plus fortes de son mari vis-à-vis d’une nasse qui se refermait sur lui – et de sa rencontre peu avant son exécution avec le meurtrier formé par les Israéliens.

par Scott Peterson, Christian Science Monitor (USA) 17 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Tout semblait normal le matin de l’assassinat.

Le savant iranien Masoud Ali Mohammadi et son épouse s’était réveilles un peu avant l’aube et avaient prié ensemble. Puis elle avait préparé le petit déjeune tandis qu’il faisait la liste de ce qu’il avait à faire dans la journée.

« C’était quelqu’un de très minutieux et il voulait toujours que tout aille comme sur des roulettes, » se rappelle Mansoureh Karami à propos de son mari.

Mansoureh Karami

Mansoureh Karami

Ce matin là, M. Ali Mohammadi – un homme à la chevelure dégarnie, à la moustache épaisse, les yeux rapprochés et une dizaine de publications universitaires à son actif – avait dit au revoir trois fois à son épouse : quand elle lui avait remis son panier repas, quand il avait lacé ses souliers, et quand il étai sorti de sa voiture pour fermer le portail de la maison derrière lui . [voyez la photo et comparez avec la description du journaliste!]

C’est alors que l’explosion se produisit.

Une bombe actionnée à distance fixée à une motocyclette non loin tuait ce physicien spécialiste des particules d’une volée de billes métalliques, donnant à l’Iran son premier « martyr du nucléaire » et envoyant une onde de choc dans toute la communauté scientifique et nucléaire iranienne.

Masoud Ali Mohammadi

Masoud Ali Mohammadi

Quand le cinquième scientifique iranien a été assassiné, il y avait eu moins de surprise. Ceux qui travaillaient au programme nucléaire iranien étaient sur leurs gardes depuis des années.

La guerre secrète menée par les États Unis et Israël contre le programme nucléaire iranien a vu l’assassinat de cinq scientifiques iraniens, des virus informatiques malveillants comme Stuxnet, de l’espionnage et des explosions inexpliquées ainsi que plusieurs tentatives iraniennes de riposter avec des opérations le plus souvent ratées en Inde, en Géorgie et en Thaïlande.

Les « martyrs du nucléaire » de l’Iran ont été pendant des années un point de consensus sur le programme nucléaire du pays et son « droit » à l’enrichissement de l’uranium, quel que soit le prix à payer par des sanctions. Les négociations en cours à Vienne cherchent à limiter ce programme pour garantir qu’il ne puisse jamais servir à produire une arme nucléaire – objectif que l’Iran affirme rejeter.

DEMANDE DE PARDON

Ali Mohammadi craignait d’être visé pour son travail clandestin, même si peu de gens en dehors de son épouse savaient qu’il était autre chose qu’un conférencier, ou qu’il avait une quelconque expertise nucléaire.

Ali Mohammadi avait remarqué un intérêt pour son travail à l’étranger, ce qui l’avait incité à moins voyages.

Son assassin était un agent iranien formé par le Mossad, l’agence israélienne d’espionnage. Des informations de la presse israélienne indiquent que la confession de Majid Jamali Fashi diffusée par la télévision d’État iranienne début 2011 était véridique. S’exprimant depuis la prison Evin à Téhéran, le jeune homme avait décrit son entraînement – qui comprenait un travail avec deux nouveaux modèles de motocyclettes iraniennes, et une réplique parfaite de la rue et de la maison d’Ali Mohammadi – dans une site du Mossad près de l’autoroute Tel Aviv – Jérusalem à l’est de l’aéroport Ben Gourion.

M. Fashi avait plaidé coupable devant le tribunal et avait été condamné à mort. Avant son exécution, cependant, Karami l’avait rencontré en face à face à la prison Evin.

« Il y avait tant de choses qui me traversaient l’esprit, d’être vengée, » a déclaré Karami au Christian Science Monitor.

Elle avait apporté la serviette en cuir que son mari avait emporté le jour de sa mort. Les yeux emplis de larmes, elle l’avait déballée pour montrer les trous qu’avaient faits les billes de métal dans une thèse de doctorat reliée d’un de ses étudiants et l’étui à lunettes déchiré de part en part, avec les verres cassés.

Avant la rencontre, Karami s’était jurée de « planter à coups de marteau autant de clous dans la tête de cette personne » que son mari avait reçu de billes de métal dans la tête. Mais quand elle rencontra Fashi, elle se trouva en face d’un homme brisé qui implorait pardon, pleurant si fort qu’il avait vidé toute une boîte de mouchoirs.

« Quand je l’ai vu, je l’ai vu dans un état d’impuissance et si petit. J’ai dit que ce serait gâcher mes efforts que de dépenser toute cette énergie [à lui planter des clous] », se souvient Karami. Elle a deux grands enfants, un diplôme en psychologie, et prépare actuellement un master en études féminines.

« Je ne lui pardonnerai jamais – il n’y a pas de place pour le pardon. Parce que je ne pense pas qu’il a fait du mal seulement à ma famille, mais à tout le pays, » explique Karami, avec de la détermination dans le regard de se yeux marron foncé. « Tous les peuples du monde – quelles que soient leurs convictions – respectent toujours leur pays, et il a trahi son pays. »

UNE PEUR QUI MONTE

Ali Mohammadi avait une vie publique en tant que maître de conférence et chercheur en physique quantique qui a écrit sur des sujets allant de physique des masses condensées aux trous noirs. Mais il y avait de nombreux signes que son activité nucléaire « top secrète » – ignorée même de sa mère et de sa sœur, dit Karami – avait attiré l’attention hors d’Iran.

« Il était toujours fier du fait que les 55 articles qu’il avait donnés à publier n’avaient rien à voir avec don travail nucléaire, ce qui faisait disait-il qu’il y avait toujours un doute qui existait quant à ce qu’il faisait, » explique Karami. Elle fait écho à la parole officielle iranienne quand elle ajoute que la République Islamique ne cherche pas l’arme nucléaire – seulement le développement scientifique.

Ali Mohammadi savait qu’il était surveillé par certains pays occidentaux et par les Mojahidine-e Khalq (MKO/MEK) d’opposition qui avaient divulgué pour la première fois en 2002 l’existence du programme iranien d’enrichissement de l’uranium.

En 2006, par exemple, un collègue participant à une conférence en Grande Bretagne avait été interrogé pendant 24 heures sur les activités nucléaires de Mohammadi. En 2008, un autre collègue avait été interrogé pendant 48 heures, peut-être en Italie.

Et en 2009, pendant un pèlerinage à La Mecque, Ali Mohammadi « s’était rendu compte que des gens le filmaient et qu’il était suivi, » explique Karami. « Il a fait plus attention après, et sortait beaucoup moins. » Un mois avant sa mort, il avait fait part de sa crainte d’être enlevé au cours d’un voyage en Jordanie et était tombé malade [une maladie physique] avant son départ.

Le couple n’avait pas arrêté ses longues promenades quotidiennes dans leur quartier traditionnel de Gheytariyeh, à Téhéran nord, ni ses longues randonnées en montagne les week-ends, mais Ali Mohammadi prenait des précautions.

« Avant sa mort, il m’avait donné le numéro de téléphone de quelqu’un, et m’avait dit : « Si jamais je ne rentre pas à la maison, si quelque chose m’arrive, appelle ce numéro avant d’appeler la police, » se souvient Karami.

Quand le moment fatidique arriva, elle dit que ses mais tremblaient si violemment que son fils avait dû composer le numéro à sa place.

LA FABRICATION DES HEROS DE LA NATION

L’assassin Fashi était l’un des 10 agents travaillant pour le Mossad, dont l’arrestation avait été annoncée par le ministère iranien du renseignement en Janvier 2011. leur arrestation avait été annoncée comme un «triomphe remarquable" qui montrait "la suprématie des services de enseignements sur le système d’espionnage du régime sioniste."

Dans sa confession télévisée, Fashi avait dit que, après son recrutement hors d’Iran dans un consulat israélien, il était parti en Israël, on lui avait montré une maquette de la maison de Ali Mohammadi, exacte dans les moindres détails de l’arbre et de l’asphalte jusqu’au trottoir de la rue. Début 2012, le magazine Time citant des "sources de renseignement" en Israël, confirmant «La participation [de Fashi] à une cellule du Mossad dont les sources affirment qu’elle a été révélée à l’Iran par un pays tiers."

Fashi avait déclaré dans sa confession, « Ils m’avaient dit que la personne qui faisait l’objet de l’opération était impliquée dans la fabrication d’une bombe atomique et que l’humanité est en danger et que vous êtes son sauveur. »

Fashi avait dit après l’attentat, « Je suis très fier d’avoir fait quelque chose d’important pour le monde et puis j’ai soudain réalisé que ce ce à quoi je croyais était un mensonge. »

Quatre autres assassinats de scientifiques associés au programme nucléaire iranien avaient suivi, trois avec des bombes fixées magnétiquement sur leur voiture par des assaillants à moto qui agissaient quand les voitures étaient bloquées dans la circulation.

On considère généralement que l’Iran a essayé de répliquer par des attentats du même genre. Une bombe magnétique fixée par un motocycliste sur la voiture de l’épouse de l’attaché militaire israélien à New Delhi l’avait blessée ainsi que trois autres personnes en février 2012. Le même jour, une bombe du même type avait été trouvée fixée à un véhicule à côté de l’ambassade israélienne à Tbilissi en Géorgie. Elle avait été désamorcée.

Les assassinats ont contribué à faire du programme nucléaire une question de « dignité nationale, » déclare Karami. Les portrait des scientifiques tués ont souvent été montrés pendant les conférences de presse tenues par Saed Jalili, l’ancien négociateur en chef iranien pour le nucléaire, et sont souvent exposées lors de fêtes nationales comme l’anniversaire de la révolution. Ils ont accédé au statut de héros en Iran, rejoignant les martyrs les plus révérés de la guerre Iran – Irak des années 1980.

« Je connais beaucoup de gens dans mon quartier qui ne sont pas pour la révolution. Mais maintenant [après l'assassinat], sur la question du nucléaire, ils sont à fond avec le gouvernement, » affirme Karami. « Je suis certaine que nos dirigeants n’oublieront pas nos martyrs. »

Gaza: un ancien vice premier ministre britannique appelle les choses par leur nom

juillet 31, 2014

Quand on en vient aux agissements de l’entité sioniste, on constate que les langues des responsables politiques tendent à se libérer un peu quand ils n’occupent plus de fonctions gouvernementales.

c’est un peu moins le cas en France, avec l’exception de Roland Dumas (mais cet ancien ministre n’a jamais été un admirateur de l’Etat prétendu juif] où en dehors des voix habituelles à gauche, la nomenklatura UMPS reste fidèle aux sentiments exprimés par François Hollande dans son chant d’amour à la bête immonde sioniste.

Mais regardons en Grande Bretagne. Nous avons dans ce pays quelqu’un qui a quand même été vice premier ministre de son pays qui se permet de se lancer dans une critique extrêmement sévère du comportement de l’entité sioniste.

D’accord, vice premier ministre est une fonction honorifique au Royaume Uni mais l’attribution de ce poste correspondait à la reconnaissance de l’importance de cet homme dans le parti Travailliste où il incarnait la tradition ouvrière du parti [Prescott est fils de cheminot].

Et ses propos ne sont pas passés inaperçus, du fait de la stature du personnage et aussi qu’ils ont été publiés dans l’édition dominicale du Mirror, un des tabloïds les plus vendus de l’autre côté de la Manche.

John Prescott

John Prescott

Signe qui ne trompe pas, la réplique du gang sioniste ‘a pas tardé par la voix du Board of Deputies of British Jews (conseil des députés juifs de Grande Bretagne),

Ces promoteurs du crime et de la rapine reprochent en effet à John Prescott d’avoir « trivialisé l’holocauste » en comparant la bande de Gaza à un camp de concentration car, disent-ils, « le massacre systématique de l’holocauste ne peut être comparé à Gaza. »

John Prescott condamne comme ‘crime de guerre’ les bombardements israéliens sur Gaza

The Belfast Tekegraph (UK) 28 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’ancien vice premier ministre John Prescott a qualifié la destruction de la bande de Gaza par Israël de « crime de guerre » avec sa « disproportion brutale et si grossièrement aveugle ».

Lord Prescott, du parti travailliste, a critiqué Israël qui agit « comme juge, jury et exécuteur de la sentence » dans sa volonté de réduire les « terroristes » du Hamas, transformant Gaza en ce qui est selon lui un « camp de concentration ».

Il a dit aussi que l’holocauste nazi aurait dû donner au peuple juif d’Israël « un sens de l’histoire et une capacité unique d’empathie avec les victimes d’un ghetto. »

Israël a repris ses bombardements sur Gaza ce matin après le refus par les militants du Hamas de prolonger un cessez-le-feu 12 heures.

Ce bref silence sur Gaza a permis aux habitants de stocker des denrées essentielles, de récupérer des corps dans les décombres apocalyptiques et de revoir leurs maisons dévastées.

S’exprimant dans sa tribune sur le Sunday Mirror, M. Prescott a écrit son mépris pour le silence relatif de la communauté internationale sur une nation [l'entité sioniste] là où toute autre aurait été « traitée d’Etat paria » suite à la mort de tant d’enfants.

« Les appels à un changement de régime auraient été assourdissants. Mais les cris de protestation sont mis en sourdine et la condamnation molle. Parce que c’est Israël, » a-t-il dit.

Le cabinet israélien avait accepté une prolongation unilatérale du cessez-le-feu jusqu’à 21h GMT dimanche, mais cette offre a été abandonnée après le tir de plusieurs roquettes depuis la Palestine en début de matinée, a déclaré son armée.

Suite à ce qu’elle décrit comme « le tir incessant de roquettes par le Hamas, » l’armée israélienne a repris ses attaques.

En 19 jours de combats, 1 047 Palestiniens – en majorité des civils – et 46 Israéliens – dont 43 soldats – ont péri.

M. Prescott a ajouté : « [le premier ministre israélien Benjamin] Netanyahou dit que l’armée israélienne téléphone aux civils pour les avertir de s’en aller quand des attaques de missiles vont avoir lieu. Ils envoient même de plus petits missiles pour ‘cogner sur le toit’ avant d’envoyer la grosse bombe à suivre.

«Mais où ces gens peuvent-ils fuir ? Ils sont enfermés dans une bande de terre littorale densément peuplée sans aucun moyen de s’en échapper. Quand Israël bombarde des hôpitaux et même des écoles de l’ONU utilisées comme refuges, vers quel lieu sûr peut-on fuir ?

Le ministre britannique des affaires étrangères Philip Hammond s’est rendu en Israël en début de semaine pour discuter de la crise avec des dirigeants du Proche Orient et avec le Secrétaire d’Etat US John Kerry.

M. Hammond a rappelé à Israël l’obligation que lui fait le droit international de « prendre toutes les précautions possibles » pour éviter les pertes civiles.

Châtiment collectif, zones interdites, parcage des populations, le sionisme comme perfectionnement du nazisme

juillet 29, 2014

En tant qu’idéologie colonialiste, le sionisme a produit le système colonial sans doute le plus abouti, du moins parmi les avatars du colonialisme du 19ème siècle, tirant parti d’expériences similaires en Afrique du Sud et en Algérie.

On y retrouve en effet les mêmes tendances à la ségrégation des populations et la même violence à l’égard du peuple indigène.

Les méthodes employées, en plus de la violence brute, sont les mêmes : châtiment collectif, parcage des populations indésirables et zones interdites ou no man’s land.

Ce sont toutes ces dispositions que le régime sioniste s’emploie à appliquer dans la région de Gaza où environ 1,8 million d’habitants sont déjà confinés sur une étroite et minuscule bande de terre et sont voués par l’agresseur à se concentrer encore plus sur un territoire qui devrait se voir amputé de plus de 40 % de sa superficie qui deviendra zone interdite.

Zones interdites, parcage des populations et châtiment collectif sont des méthodes que la France colonialiste a employées méthodiquement en Algérie. On voit bien que les leçons de la coloniale ont été retenues et peaufinées par la voyoucratie de Tel Aviv.

algérie

Il n’y a que la fin de l’histoire que ces voyous sionistes, à côté de qui les Nazis (l’idéologie sioniste et l’idéologie nazie ne diffèrent pas dans leur essence ni dans leur pratique) étaient des enfants de choeur, font mine d’ignorer.

Israël crée un ‘No man’s land’ dans la bande de Gaza, qui rétrécit de 40 %

par Jesse Rosenfeld, The Daily Beast (USA) 28 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Pour se protéger des roquettes et des tunnels du Hamas, Israël contraint des dizaines de milliers de personnes à quitter leurs maisons, transformant leurs anciens quartiers en no-man’s land.

Beit Hanoun, Gaza – Cette étroite bande de terre que l’on appelait "la bande de Gaza», déjà l’un des endroits les plus densément peuplées de la planète, est en train de devenir considérablement plus petite. L’armée israélienne, sans relâche et méthodiquement, repousse les gens hors de la zone tampon de 3 km dont elle dit avoir besoin pour se protéger contre les roquettes et les tunnels du Hamas. Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, la zone tampon avale environ 44 pour cent du territoire de Gaza.

Ce que cela signifie sur le terrain, ce sont d’extraordinaires scènes de dévastation dans des endroits comme le quartier d’Al Shajaya près de la frontière orientale de la bande de Gaza, et à Beit Hanoun dans le nord. C’étaient des quartiers bondés il y a moins de trois semaines. Maintenant, ils ont été littéralement dépeuplés, les résidents allant s’ajouter aux plus de 160 000 personnes déplacées dans des refuges et des abris de fortune. Les blocs d’immeubles d’habitations sont des champs de ruines, et, comme j’avance à travers ce paysage hostile la phrase qui n’arrête pas de résonner dans ma tête est «terre brûlée».

Les familles palestiniennes quittent les zones interdites

Les familles palestiniennes quittent par dizaines de milliers les zones interdites par les terroristes sionistes

Ce n’est pas comme si Israël n’avait pas planifié cela. Il [l’état sioniste] a dit à des dizaines de milliers de Palestiniens de fuit de sorte à ce que son artillerie, ses blindés et son aviation puissent crée ce no man’s land inhabitable avec ses immeubles brûlés qui tiennent à moitié debout, béton brisé et métal tordu. Pendant un court cessez-le-feu humanitaire, certains Gazaouis ont pu revenir pour avoir un premier aperçu des destructions que cette guerre a infligées à leurs quartiers, fouiller leurs maisons démolies pour récupérer des vêtements ou d’autres morceaux épars de leur ancienne vie. Mais beaucoup d’entre eux n’ont même pas pu le faire.

Quand Rania Haels est arrivée quelques mètres des débris de ce qui était autrefois la maison de sa famille à Al Shajaya samedi, une mitrailleuse sur un tank Merkava israélien à proximité a commencé à tirer. C’étaient probablement des coups de semonce tirés dans sa direction, mais cette mère de sept enfants, âgée de 42 ans, a couru pour sa vie. Maintenant, elle vit avec sa famille dans un garage bondé dans Gaza ville et passe ses journées assise dans un parc public plein de réfugiés déplacés par la poussée israélienne. Normalement ce devrait être une période de fête, la fin du Ramadan est à portée de main et les festivités dont l’esprit s’apparente à celui des fêtes de Noël devraient commencer. Mais les fêtes aggravent la tragédie à leur manière. La famille Haels n’a nul endroit pour se rassembler pour donner des cadeaux et manger des bonbons palestiniens. Il n’y a en fait aucune place du tout pour elles.

"Nous avons perdu nos maisons et maintenant nous vivons dans les rues", a déclaré Haels, qui tient dans ses bras un bébé qui s’accroche à son hidjab aux motifs pastel. «Cette guerre m’a détruit." Elle dit que du moins, elle a su où était sa maison. Certains de ses voisins ont été incapables de trouver leur maison alors qu’ils marchaient dans des rues rendues méconnaissables par les destructions et l’horrible présence de la mort.

Rachid al Delo et ses 11 enfants ont été, comme Haels, bloqués par une mitrailleuse israélienne quand ils ont essayé de retourner à leur maison près de l’Hôpital Wafa , lui-même bombardé à Al Shajaya. Mais en dépit de la dureté de la réalité, al Delo, qui travaillait autrefois en Israël mais a été au chômage ces 15 dernières années, est déterminé à garder le moral.

«Nous reconstruirons Gaza, encore et encore, malgré la force des Israéliens," dit-il avec confiance alors qu’il se tient en bas de la maison de Gaza ville qui appartient à ses beaux-parents et qui héberge maintenant 30 membres de leur famille élargie.

A Beit Hanoun la destruction systématique fait miroir avec Al Shajaya. Je passe devant des vieillards et des adolescents qui tentent de soulever des parpaings et des dalles de stuc à mains nues, parfois à la recherche d’un matelas et d’autres fois à la recherche d’un parent.

zone interdite

L’armée sioniste ménage une zone tampon de trois kilomètres de profondeur tout au long de la frontière avec la bande de Gaza

Le désert de décombres ne fait que devenir plus vaste comme je me rapproche de la frontière israélienne. Des maisons et des commerces rasés un par un ont laissé place à des plaines blanches de murs oblitérés avec des collines de barres de fer tordues et de dalles défoncées. Ici, les cadavres sont cachés sous le nouveau paysage et il faudra plus qu’une brève pause dans les combats pour dénicher la mesure macabre de la souffrance de la ville.

La « terre brûlée » signifie historiquement détruire une terre pour priver de son usage l’ennemi qui voudrait empiéter dessus. Les Israéliens répugnent à utiliser cette expression pour décrire ce qu’ils font parce qu’en Israël, elle remet en mémoire la stratégie des Nazis pendant leur retraite de Russie à la fin de la seconde guerre mondiale.

Selon Yaron Ezrahi politologue à l’Université hébraïque qui analyse depuis longtemps le conflit israélo-palestinien,, avec ou sans cette expression, l’idée a une certaine logique. Ezrahi dit qu’il y a un calcul politique et militaire derrière cette dévastation. Certains membres du gouvernement israélien croient qu’elle va créer assez de souffrance chez les Palestiniens pour que les habitants de Gaza se lèvent contre le Hamas ou forcent ses dirigeants à traiter avec Israël, quand ils sortiront de leurs cachettes.

Mais c’est une hypothèse qui sous-estime grandement la volonté des habitants de Gaza de voir une fin à leurs sept années de blocus israélien et de se débarrasser de la présence israélienne qui contrôle le territoire exactement comme des gardiens positionnés autour d’une cour de prison.

Dans le même temps, dit Ezrahi, la pratique qui consiste à raser systématiquement des quartiers entiers a pour but central de préserver la vie des soldats israéliens, qui pourraient autrement être plus exposés à des attaques coup de main.

"Israël est plus sensible que tout autre pays en Occident à la mort de ses soldats», déclare Ezrahi. "La mort de civils [palestiniens] relève d’une crise morale, mais n’a pas d’impact politique."

Définition du combattant et précisions utiles sur les boucliers humains par le rabbin David-Seth Kirshner

juillet 29, 2014

Je ne ferai pas de commentaire. Je vous laisse apprécier ce morceau de bravoure doctrinale théologique et politique de la part d’un rabbin qui n’est en rien un marginal.

Le rabbin Seth Kirshner a un goût pour la modernité

Le rabbin SDavid-eth Kirshner a un goût pour la modernité

Si vous avez voté pour le Hamas, Israël a le droit de vous tuer, déclare le chef du conseil des rabbins de New York

par Philip Weiss, Mondoweiss (USA) 29 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Il y avait un rassemblement pro-israélien de 10 000 personnes hier à New York, à même pas un bloc d’immeubles du siège des Nations Unies, et le rabbin David-Seth Kirshner qui est un dirigeant du NY Board of Rabbis a suggéré que les Palestiniens qui avaient voté pour le Hamas sont des combattants qui méritent d’être dans la ligne de mire d’Israël. Il a dit :

Quand vous participez à un processus électoral et que vous optez pour une organisation terroriste qui affirme en paroles et en actes que son objectif premier est de détruire laepays voisin et pas de bâtir des écoles, ou de créer des entreprises ou des emplois, vous êtes complice et vous n’êtes pas une victime civile.

La foule a applaudi. Kirshner a poursuivi en disant que l’armée israélienne est « l’armée la plus morale dans l’histoire de la civilisation. » Il a conclu son propos par le mot, Amen.

Le rabbin n’a pas précisé comment il s’y prendrait pour trier les Palestiniens qui ont voté pour le Hamas. A la dernière élection en Palestine, en 2006, le Hamas – « l’organisation terroriste à laquelle Kirshner faisait évidemment référence – avait recueilli 440 000 voix, 44 % de l’électorat selon Wikipedia. Le Fatah avait obtenu 410 000 voix, le FPLP 42 000.

Le sénateur Chuck Schumer et de nombreux parlementaires démocrates ont également pris la parole au rassemblement, sur la 47e rue. Aucun n’était sur l’estrade quand Kirshner a offert son conseil spirituel vers la fin de la manifestation.

Ci-dessous les propos de Kirshner dans leur contexte, ils commençant à la 3ème minute environ dans la vidéo ci-dessus. Kirshner, qui est identifié soit comme vice-président, président ou trésorier du New York Board of Rabbis, a commencé par dire que les Nations Unies condamnaient le massacre de civils à Gaza.

Mesdames et messieurs, permettez-moi d’expliquer quelque chose on ne peut plus clairement à vous qui êtes réunis ici. Si vous portez des jeans et un T-shirt et que vous portez un fusil AK-47, vous n’êtes pas un civil, vous êtes un combattant.

Quand vous accueillez à bras ouverts le Hamas dans votre salle de séjour et lu permettez de lancer des roquettes à côté de votre sofa, vous n’êtes pas un civil, vous êtes un combattant.

Quand vous participez à un processus électoral et que vous optez pour une organisation terroriste qui affirme en paroles et en actes que son objectif premier est de détruire la pays voisin et pas de bâtir des écoles, ou de créer des entreprises ou des emplois, vous êtes complice et vous n’êtes pas une victime civile.

Et pour finir, si vous ne respectez pas les consignes données par tracts, appels téléphoniques, textos et tirs de sommation vous informant d’évacuer un immeuble, et qu’au contraire vous vous utilisez vous-même comme un bouclier ou vous servez d’un enfant innocent comme bouclier, vous n’êtes pas un dommage collatéral. quand vous ignorez ces avertissements d’une grande hauteur morale et que vous vous alignez vous-même sur le Hamas, vous êtes un combattant.

Dans une autre partie de son discours, le rabbin s’est identifié lui-même complètement au gouvernement israélien, déclarant que « nous avons renoncé à notre liberté il y a 9 ans, » faisant ainsi référence à l’arrêt du programme de colonisation à Gaza.

Kirshner avait accueilli l’an dernier le gouverneur [de l'Etat du New Jersey] Chris Christie au Temple Emanu-El, sa synagogue conservatrice dans le New Jersey. Il avait pris la parole en 2009 devant l’AIPAC, l’organisation israélienne de lobbying,.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 874 autres abonnés

%d bloggers like this: