Plus jamais ça, salopes! Ou, leçon tirée de l’holocauste à Yad Vashem.

Comme il a instrumentalisé l’antisémitisme au profit de son projet colonial en Palestine, le sionisme se sert aussi du souvenir des persécutions subies par les Juifs du fait du nazisme. Ce qu’on appelle holocauste ou shoah, c’est-à-dire le sort fait aux Juifs à cette époque fait l’objet d’une inculcation quasi-obligée dans nombre de pays et les autorités sionistes s’efforcent, comme il se doit, d’inculquer également cette « mémoire » dans les pays arabes.
Les Palestiniens ne sont pas exclus de ce programme et eux aussi sont invités à compatir aux malheurs de ceux qui les ont spoliés de leur patrie (même s’il n’y a pas d’identité entre les victimes du nazisme et la plupart des sionistes patentés.
Max Blumenthal nous parle par exemple de ce groupe de vieilles dames Palestiniennes qui vient de visiter le centre Yad Vashem dédié au génocide juif. Ces personnes âgées étaient venues à l’instigation d’une organisation fondée par une ressortissante sioniste dont le fils a été tué en combattant les Palestiniens. Elles étaient justement accompagnées de plusieurs ressortissantes sionistes ayant perdu un être cher dans des violences liées au conflit palestino-sioniste.
Palestiniennes en visite à Yad Vashem
Sans remettre en cause la sincérité des membres de l’association qui a fait l’invitation, force est de constater avec Max Blumenthal que la leçon holocaustique a tourné plutôt court puisque:

A l’entrée du musée, elles ont été entourées par un groupe de jeunes Juifs Israéliens qui les ont reconnues comme Arabes. « Sharmoutai, » leur ont crié à maintes reprises les jeunes Israéliens, utilisant le terme argotique arabe pour prostituées ou salopes.

3 Réponses to “Plus jamais ça, salopes! Ou, leçon tirée de l’holocauste à Yad Vashem.”

  1. philippe Says:

    Ceux qui ont insultés ces femmes sont des salauds.Insulter ds femmes est toujours une saloperie , surtout quand elles venaient se recueillir à Yad vachem, ce qui les distingue du copain de mounadil, Ahamanidejab qui organise un soit-disant colloque à Téhéran pour nier l’holocauste. Mais que dire des exercices de calcul donnés aux enfants à Gaza. je cite: il y a 5 juifs, tu en tues 3, combien reste-t-il de juifs à tuer?

    J'aime

  2. Msili Says:

    Cet incident nous informe surtout sur l’efficacité et la valeur de la pédagogie de l’holocauste dans son caractère exclusiviste.
    Concernant l’exercice de calcul, si j’étais con comme toi, je répondrais qu’il reste deux juifs à tuer.
    Il n’y a que les sales cons sionistes de ton espèce pour affirmer ce genre de choses sans mourir de honte. C’est ce qu’on appelle le culot sioniste. Et quand j’écris que tu es un sale con, je te fais un compliment.

    J'aime

  3. Sur le danger posé par les Juifs | Mounadil al Djazaïri Says:

    […] américaine câblée, Daniels a implicitement critiqué le musée israélien de l’holocauste Yad Vashem qui après vérification soigneuse honore les non Juifs qui ont sauvé des Juifs pendant la shoah. […]

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :