Un rabbin que Dieudonné devrait inviter à discuter

Les Juifs hollandais, souvent originaires de la péninsule ibérique, contrôlaient, nous dit-on dans l’article que je vous propose, 17 % du commerce dans la Caraïbe néerlandaise. 17 % c’est beaucoup pour une communauté qui devait représenter une infime fraction de la population des Pays bas à l’époque (la grande migration des Juifs ashkénazes n’avait pas encore eu lieu),

Et dans ce commerce, il y avait celui des esclaves dont l’écho persiste à ce jour aux Pays Bas dans une tradition vivace lors des fêtes de Noël où le Père Noël est flanqué d’un esclave, Pierre le Noir (« Zwarte Piet » en néerlandais). Cette tradition témoigne de la place qu’occupe l’esclavage dans la mémoire collective des Pays Bas, une mémoire partagée par les Juifs qui, s’ils s’abstiennent de mettre en scène le Père Noël (Saint Nicolas) ont intégré Pierre le Noir dans « Hanuklaas », probablement donc en lien avec la fête juive de Hanoucca.

Saint Nicolas et Pierre le Noir (Zwarte Piet)

Saint Nicolas et Pierre le Noir (Zwarte Piet)

La reconnaissance de ce rôle juif dans le commerce des esclaves est apparemment un sujet que le judaïsme hollandais officiel refuse d’aborder même si, d’un autre côté, on n’hésite pas à célébrer la splendeur de ceux qui firent leur fortune par cette activité.

Et ce n’est pas un hasard si le rabbin qui souhaite faire le point sur cette période de l’histoire des Juifs hollandais est aussi partisan d’un dialogue avec les Musulmans et s’oppose à leur diabolisation.

Il est vrai que reconnaître clairement le rôle majeur des marchands juifs dans le négoce des esclaves est de nature à contredire l’image d’une minorité confessionnelle éternelle victime sous toutes les latitudes.

Ce qui ne va pas pas dans le sens des besoins propagandistes du sionisme pour qui il est important de cultiver cette image de perpétuelle victime censée justifier le déploiement de force brute de s terroristes sionistes contre le peuple palestinien en Cisjordanie et à Gaza.

Manifestation de protestation contre la tradition de« Zwarte Piet »

Quel degré de culpabilité pour les Juifs hollandais dans le commerce des esclaves ?

par Cnaan Liphshiz et Iris Tzur, Jewish Telegraphic Agency 26 décembre 2013 10 traduit de l’anglais par Djazaïri

 LA HAYE, Pays-Bas (JTA) – Dans une rue passante près du Parlement néerlandais, trois musiciens blancs aux visages peints en noir régalent les passants avec des airs de fêtes qui évoquent le Père Noël néerlandais, Sinterklaas, et son esclave, Pierre le Noir.

Beaucoup de Hollandais de souche considèrent que se déguiser en Pierre le Noir au mois de décembre est une tradition vénérable, mais d’autres le considèrent comme un affront raciste aux victimes de l’esclavage. Avec la commémoration du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage en Hollande cette année, la controverse sur Pierre le Noir a atteint de nouveaux sommets. Des centaines de personnes ont manifesté contre la coutume à Amsterdam le mois dernier, et plus de 2 millions ont signé une pétition en faveur de cette tradition.

De leur côté, les Juifs hollandais – dont certains célèbrent leur propre version de la coutume de Pierre le Noir, appelée «Hanukklaas » – sont généralement restés silencieux.

 Mais les choses ont changé en octobre, quand Lody van de Kamp, un rabbin orthodoxe à la personnalité peu commune a écrit une critique mordante à ce sujet dans Republiek Allochtonie, un site internet hollandais d’information et de d’opinion. « La représentation de Pierre l’esclave » remonte à une époque à laquelle nous, en tant que citoyens, ne répondions pas aux critères qui nous engagent aujourd’hui, » écrivait van de Kamp.

Plaider contre la tradition de Pierre le Noir participe de ce que van de Kamp appelle sa fonction sociale, une mission qui l’amène à rappeler aux Juifs hollandais que l’implication profonde de leurs ancêtres dans le commerce des esclaves. En avril, il doit publier un livre sur la complicité des Juifs hollandais dans le commerce des esclaves, une démarche qui, il l’espère, sensibilisera les Juifs à l’esclavage en général et à la question de Pierre le Noir en particulier.

« J’ai écrit le livre et je me suis lancé dans le débat sur Pierre le Noir à cause de ce que j’ai appris de mes prédécesseurs sur ce qu’être un rabbin veut dire  – à savoir s’exprimer sur des questions de société, pas seulement donner des directives sur la manière de cuisiner pendant le Sabbat, » a déclaré van de Kamp à la JTA.

« De l’argent était gagné par les communautés juives en Amérique du Sud, en partie par l’esclavage, et l’argent partait en Hollande chez les banquiers juifs, » dit-il. « Des non Juifs étaient aussi complices, mais nous aussi. Je me sens en partie complice. »

 Quoique il ne jouisse d’aucun poste officiel dans la communauté juive hollandaise, van de Kamp, 65 ans, est un des rabbins orthodoxes les plus connus aux Pays bas, une notoriété qu’il doit à plusieurs de ses livres sur la communauté juive hollandaise et à sa présence médiatique.

Son prochain livre, un roman historique intitulé « L’esclave juif » va sur les traces d’un marchand juif du XVIIème siècle et de son esclave noir qui enquêtent que plantations propriétés de Hollandais dans le nord du Brésil dans l’espoir de persuader les Juifs de ne plus investir dans le commerce des esclaves. En faisant des recherches pour son livre, van de Kamp a appris des choses qui l’ont choqué.

Dans une partie de ce qui était alors la Guyane hollandaise [Surinam aujourd’hui, NdT], 40 plantations appartenant à des Juifs accueillaient une population totalisant au moins 5 000 esclaves, dit-il. Connue sous le nom de Jodensavanne, ou Savane Juive, cette région avait une communauté juive de plusieurs centaines de personnes avant sa destruction lors d’un soulèvement d’esclaves en 1832. Presque tous [les Juifs] émigrèrent en Hollande en emportant avec eux leurs richesses accumulées.

Une partie de ces richesses a été exposée l’an dernier dans la cave de la synagogue portugaise d’Amsterdam dans le cadre d’une exposition dédiée à la richesse des immigrants qui avaient fondé la synagogue.Van de Kamp explique que c’est cette exposition qui a éveillé son intérêt pour le rôle des Juifs hollandais dans l’esclavage, un rôle important.

Dans l’île caribéenne de Curaçao, les Juifs hollandais ont été responsables de la revente d’au moins 15 000 esclaves acheminés par des marchands hollandais du commerce transatlantique, selon Seymour Drescher, un historien de l’université de Pittsburgh. A un moment donné, les Juifs contrôlaient 17 % du commerce caribéen dans les colonies hollandaises, précise Drescher.

Les Juifs étaient si influents dans ces colonies que les ventes aux enchères d’esclaves qui tombaient au moment de fêtes juives étaient souvent reportées, selon Marc Lee Raphael, professeur d’études judaïques à la faculté de William & Mary.

Aux Etats Unis, le rôle des Juifs dans le commerce des esclaves a été l’objet d’un débat scientifique pendant près d’une vingtaine d’années, stimulé en partie par les efforts pour réfuter les thèses de la Nation of Islam selon lesquelles les Juifs dominaient le commerce transatlantique es esclaves. Mais en Hollande, on discute rarement de la question de la complicité juive.

« C’est parce que nous, aux Pays Bas, n’avons fait que profiter de l’esclavage mais ne l’avons pas vu de nos propres yeux, » explique van de Kamp. « Mais l’expérience américaine est différente. »

La question de l’esclavage n’est pas la première incursion de van de Kamp dans un domaine controversé. Dans les milieux juifs, il a la réputation d’un anticonformiste avec un penchant pour l’expression de points de vue anti-establishment.

 Une image qui s’est renforcée l’an dernier quand il a pris position contre un compromis conclu entre la communauté juive et le gouvernement [néerlandais] sur l’abattage rituel [casher]. Conçu pour éviter une interdiction totale, l’accord mettait certaines restrictions à l’abattage rituel qui ne sont pas contraires à la loi juive selon les grands rabbins de Hollande. Van de Kamp a dénoncé cet accord en tant que entrave inacceptable à la liberté religieuse.

Plus récemment, il a mécontenté des militants hollandais en soutenant que la diabolisation des Musulmans contribuait à générer de l’antisémitisme. Il a aussi plaidé pour le dialogue avec les Musulmans ouvertement antisémites [c.à.d. probablement antisionistes, NdT] à un moment où les organisations juives appelaient à les poursuivre e justice.

Mais sa réputation de rabbin non-conformiste dans une communauté portée sur le consensus a aussi valu quelques partisans à van de Kamp.

« Il est dans sa propre organisation, » explique Bart Wallet, un historien de l’université d’Amsterdam spécialiste d’histoire juive. « Depuis sa position un peu en marge il est libre de critiquer et n’a pas à se conformer à quoi que ce soit, »

Advertisements

Étiquettes : , , , , , , , ,

Une Réponse to “Un rabbin que Dieudonné devrait inviter à discuter”

  1. salimsellami Says:

    A reblogué ceci sur salimsellami's Blog.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :