L’incursion de l’armée turque en Syrie, un témoignage des bonnes relations de la Turquie avec l’Etat Islamique (Daesh)

La presse se fait l’écho de la récente opération de l’armée turque pour évacuer des soldats qui se retrouvaient encerclés par l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL, Daesh) dans le mausolée où est inhumé un ancien chef militaire seldjoukide, grand-père du fondateur de la dynastie ottomane.

L'armé turque a démoli le mausolée après avoir retiré la dépouille de Süleyman Chah

L’armée turque a démoli le mausolée après avoir retiré la dépouille de Süleyman Chah

Ce qui est étonnant, et que la presse ne semble pas relever, c’est que les forces turques aient pu pénétrer en plein territoire contrôlé par l’EIIL sans rencontrer aucune opposition.

On dira que le déploiement de forces était plutôt dissuasif ; plus de 80 véhicules blindés en tout et près de 700 soldats.

Mais cette dissuasion était-elle vraiment destinée à calmer les ardeurs des miliciens de l’EIIL ?

Non, si on en croit Elijah Magnier, cité dans l’article ci-dessous par le blogueur Moon of Alabama, Pour Magnier, l’entrée de l’armée turque s’est faite avec le plein accord de l’EIIL qui a laissé libre passage, Le convoi turc est d’ailleurs passé par un poste frontière tenu par les miliciens de Daesh dont le drapeau flottait tout à fait « normalement ».

NB : Elijah Magnier est le correspondant de guerre du journal jordanien Al RAI.

Alors qui était visé par ce déploiement de force ?

La réponse se trouve dans la nature des équipements mis en œuvre par l’armée turque avec en particulier la mobilisation d’avions radars dont le rôle est de détecter la présence d’aéronefs hostiles et de guider les avions amis sur un théâtre de combat aérien.

La seule force hostile qui aurait pu déployer des aéronefs, avions ou hélicoptères, est bien entendu l’armée syrienne, pas Daesh.

Quel prix la Turquie a-t-elle dû payer pour libérer les otages de l’Etat Islamique au mausolée du Chah ?

Moon of Alabama 22 février 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

La nuit dernière, environ 700 soldats turcs lourdement armés ont pénétré en Syrie et ont évacué quelque 40 de leurs camarades. Ces derniers veillaient sur la tombe de Süleyman Chah, un chef militaire de l’émir seldjoukide du 12ème siècle.

Situation du mausolée de Süleyman Chah

Situation du mausolée de Süleyman Chah

L’emplacement de la tombe était considéré comme une enclave turque depuis un accord passé en 1921 avec l’administration coloniale française du Levant :

Pendant l’opération qui a été lancée dans la nuit du 21 février, des avions radars (AWACS), des hélicoptères militaires et des drones étaient mobilisés tandis que 39 tanks et 57 véhicules blindés traversaient la frontière avec des équipes de soutien des forces spéciales turques. Les vidéos en direct ainsi que d’autres informations obtenues sur place étaient traitées dans une salle d’opérations au siège de l’état-major.

Sans avoir à s’engager dans des combats, les troupes turques ont quitté la Syrie dans la matinée du 22 février après avoir fait exploser le mausolée pour éviter qu’il serve de base aux militants de l’EIIL.

Davutoğlu a annoncé dans une série de tweets le 22 février que le contenu du mausolée avait été « temporairement » emmené en Turquie et que l’armée turque « prenait le contrôle d’une zone dans la région d’Ashma en Syrie, en hissant nos couleurs, où Süleyman Chah sera transféré plus tard. »

Alors, la Turquie veut voler plus de territoire syrien près de sa frontière pour y déposer les restes du Chah. Pourquoi devrait-ce être considéré comme quelque chose de légal ?

Mais revenons aux raisons de l’évacuation. Les soldats chargés de la tombe, à seulement 40 kilomètres de la frontière turque, étaient encerclés par des combattants de l’Etat Islamique. En temps normal, la garde était relevée touts les trois ou quatre semaines, mais les soldats turcs qui viennent d’être évacués étaient sur place depuis 11 mois. Ils étaient en pratique des otages de l’Etat Islamique. Alors pourquoi l’Etat Islamique les a-t-il laissés partir ?

Il est très peu probable que l’opération turque n’ait pas été connue de l’Etat Islamique. La Turquie a mis en œuvre près de 100 véhicules blindés. Avec des combattants de l’Etat Islamique présents dans tout le sud de la Turquie, la concentration de cette force près de la frontière ne sera pas passée inaperçue. Deux jours auparavant, la Turquie avait informé de l’opération le YPG kurde qui combat l’Etat Islamique dans le secteur. Quand les troupes sont entrées en Syrie, elles ont été filmées passant près d’un grand drapeau de l’Etat Islamique au poste frontière.

L’Etat Islamique n’aime pas les tombeaux. Il a démoli des centaines de tombeaux historiques dans les zones qu’il contrôle en Syrie et en Irak. Il n’a pas touché à la tombe de Süleyman Chah mais a gardé les troupes qui la surveillaient sous son contrôle. L’Etat Islamique devait savoir que les Turcs venaient pour évacuer les soldats et la dépouille mais il n’a rien fait pour s’y opposer, Comment est-ce possible ?

Comme l’observe Elijah Magnier (correspondant de guerre d’ Al Raï, journal jordanien)

Nous pouvons l’affirmer avec force : L’organisation « Etat Islamique » a autorisé une armée membre de l’OTAN à entrer dans son territoire et lui a donné libre passage.

En effet. Ce qui m’amène à cette question :

Qu’est-ce que la Turquie a donné à l’Etat Islamique pour obtenir la libération des otages du mausolée de Süleyman Chah sans avoir à livrer un seul combat ?

La Turquie a déjà un accord de libre échange et des facilités bilatérales pour les touristes [les touristes sont les « djihadistes » NdT]  avec l’Etat Islamique. Une entente a dû se faire sur quelque chose d’autre et de plus précieux pour l’Etat Islamique en échange du retour des otages. Ques-ce que c’est ?

Les Etats Unis veulent coopérer avec la Turquie pour entraîner des combattants syriens à affronter l’Etat Islamique. Il serait assez important d’avoir une réponse à la question précédente avant de continuer à explorer cette voie.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , , , ,

6 Réponses to “L’incursion de l’armée turque en Syrie, un témoignage des bonnes relations de la Turquie avec l’Etat Islamique (Daesh)”

  1. dakichia2013 Says:

    En fait, c’est un clou de Khoja. Ce soi-disant mausolé en terre syrienne ne contient aucun reste du corps de ce chef militaire fondateur des ottomans, mort noyé et dont le corps n’a jamais été retrouvé. Mausolé qui a été déjà déplacé lors de la construction du grand barrage turc. C’est un prétexte turc de croire qu’ils sont chez-eux en Syrie.

    J'aime

  2. L’incursion de l’armée turque en Syrie, un témoignage des bonnes relations de la Turquie avec l’Etat Islamique (Daesh) | Queniartpascal's Blog Says:

    […] L’incursion de l’armée turque en Syrie, un témoignage des bonnes relations de la Turqu…. […]

    J'aime

  3. Anonyme Says:

    http://www.todayszaman.com/columnist/gokhan-bacik/the-dramatic-moment-turkey-relocates-suleyman-sah-tomb-in-syria_373354.html

    J'aime

  4. raimanet Says:

    A reblogué ceci sur raimanet.

    J'aime

  5. dakichia2013 Says:

    Les agissements de la Turquie comme membre de l’Otan lui font croire qu’elle sera impunue; même lorsqu’elle viole la souveraineté de la Syrie, ce qui est faux. La République Arabe Syrienne dont le territoire national a été violé est en droit d’attaquer les forces turques lorsqu’elles mettent les pieds en Syrie. Pourquoi l’Armée Arabe Syrienne a laissé faire cette intrusion, pour le moment le droit est au plus fort, et le plus fort est l »Amérique impérialiste.

    J'aime

  6. dakichia2013 Says:

    Dans une contexte déjà chargé dans cette région du Moyen-Orient, depuis plus de quatre année, l’armée turque couvert par la nuit noire, fait passer plus de 600 de ses soldats, en violation ouverte des lois et conventions internationales avec une centaine de leurs engins blindés, de transports de troupes, des canons, et le tout en coordination et facilité logistique sur le terrain syrien occupé pour le moment par Da3ach et d’autres groupes terroristes et mercenaires sur place dans cette préfecture syrienne de Raqqa qui a été rattachée à Mossoul en Irak par cette entité qui se fait appeler état islamique où plus d’une église n’est debout, plus d’une mosquée n’est debout ; où tous les mausolées aussi bien sunnites que shiites ont été rasés par ces mêmes groupes terroristes, sauf ce mausolée turc intouché, intact, gardé par un contingent limité de l’armée turque en Syrie, selon les vieux accords dont l’état syrien n’est pas signataire. Il s’agit du Mausolée de Soliman Shah, un chef de tribut ottoman, fondateur de l’état ottoman, tué et noyé dont le corps disparu n’a jamais été retrouvé et pour lequel longtemps après l’effondrement de l’empire ottoman, en 1923 un accord entre la France autorité mandataire de la Syrie selon Sykes/Picot, d’alors et le chef militaire turc Mustapha Atatürk, une parcelle de terre fut accordée en terre syrienne pour installer un mausolée vide de tout reste de Soliman Shah. Dans le même temps la France accorde à la Turquie l’enclave syrienne de ‘Skandaron’. Ce lieu pour un mausolée pour Soliman Shah, emplacement symbolique qui a été depuis changé pour ce lieu actuel, suite au projet de construction du grand barrage turc pendant que les relations entre les syriens et les turcs étaient au beau fixe, Barrage d’eau provoquant un grand lac en terres syrienne où l’emplacement premier du mausolée risquait d’être inondé. En faite, il s’agit d’un clou de Khoja planté là où les turcs le souhaiteraient, sans respecter la souveraineté syrienne ni celles des autres peuples de la région. Faire la différence entre le peuple en Anatolie avec lequel des liens fraternels les rapprochent avec les peuples du Levant arabe, et ces familles dynastiques ottomanes qui ne sont pas originaires d’Anatolie, puisqu’elles sont Mongoles, incapables de construire une civilisation ou un état. En fait cet Erdogan et ses pareils ne font qu’agir selon leur nature, comme les sionistes et Israël, comme les terroristes et les mercenaires de la mouvance d’Al-Qaïda. Les syriens ne sont pas attachés à ce mausolée, que les turcs le reprennent sans autre forme. Mais utiliser cette armada pour venir le chercher en violation de la souveraineté syrienne est un acte de provocation délibéré de la par de Tayyib Erdogan contre le peuple syrien. Avec simplement une demande de contacte avec le responsable syrien pour cette question, le déménagement de ce mausolée aurait pu se faire sans tout ce tapage turc. Toute cette réalité indique aux syriens qu’ils sont devant un fait de guerre contre leur souveraineté. Deux messages de la part des turcs, la premier dira qu’ils sont encore capables d’agir dans la région et que les autres états se doivent d’être leurs laquais, même s’ils sont souverains et membres des Nations-Unies ; et le deuxième message est qu’ils sont toujours aux côtés de Da3ach et du terrorisme contre la Syrie et l’Irak, le Liban, l’Egypte, la Libye et le Yémen et de tout pays arabe et musulmans qui s’oppose à la confrérie des frères musulmans, bien que Al-Qaïda et ses dérivés comme Jabhet el-Nousra, Da3ach et bien d’autres sont selon les résolutions du conseil de sécurité des Nations-Unies des groupes à combattre et à détruire, et tout gouvernement qui leur fournirait de l’aide sera poursuivi. Que les terroristes soient en formation en Turquie, ou qu’ils soient dans tous ces lieux où ils détruisent et saccagent sans distinction, la Turquie de Tayyeb Erdogan est là pour les soutenir, les former au maniement des armes au sue et au vue de tout le monde, puisque le plus grand commanditaire en la personne des états-uniens le commandent. Il est à remarquer qu’aucun reste archéologique, historique attenant au judaïsme n’a été détruit ou détérioré en Arabie saoudite, où cependant tout ce qui est trace laissée par Mohammed S3WS a été systématiquement effacée par les Wahhabites. Le même respect est accordé par la mouvance d’Al-Qaïda et particulièrement Da3ach pour ce mausolée de Soliman Shah en terre syrienne, qu’elle a pourtant menacé de détruire, ce qu’elle n’a pas fait, tandis que les autres mausolées des autres lieux de cultes autres que turcs, furent systématiquement rasés, c’est croire sans nous tromper qu’il s’agit là d’une seule et même idéologie qui unie aussi bien l’AKP de Tayyib Erdogan issue de la confrérie des frères musulmans, que du sionisme et son entité installée en Palestine, que de cette famille des Ibn el saoud. Que la Turquie aujourd’hui, après tant d’investissements mis en échec pour détruire la Syrie, tente d’exporter ses graves problèmes internes où des manifestations populaires importantes et fréquentes dans les villes turques dénonçant ouvertement que le parti politique de l’AKP au pouvoir est de connivence avec le terrorisme d’Al-Qaïda. Cette acte de violation contre la souveraineté syrienne par Tayyib Erdogan, est-il pour détourner l’attention de ses contradicteurs en leur présentant un symbole patriotique historique des ottomans qu’il fallait mettre à l’abri d’être profané. En fait le jeu est clair, Erdogan est complètement brûlé aux yeux des turcs et du monde entier. De sa part, Erdoggan tente d’aller jusqu’au bout de sa rage. De la convoitise d’occuper des territoires syriens, comme la province d’Alep, à la menace contre la Syrie, aux agressions contre la Syrie, jusqu’à enlacer le terrorisme névrotique ment. Ce qui est le propre historique de ces ottomans vis-à-vis des peuples autour de l’Anatolie. Ils ont toujours cherché à ce que la Syrie soit leur l’arrière cour. Aujourd’hui, l’état syrien a dépassé la zone de danger, d’être à la merci du terrorisme. La Syrie fait parti désormais dans ce nouvel équilibre du monde.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :