La laïcité dans l’armée française vue par un journal américain

La laïcité est un des aboutissements possibles du processus de sécularisation. Un aboutissement et pas l’aboutissement puisque bien des sociétés sécularisées en Europe par exemple ne sont pas laïques, ce qui n’empêche pas que la liberté d’expression et la liberté de culte soient comparables à ce qu’on observe en France.

Depuis quelques années, la laïcité à la française a été dévoyée au point de réprimer le port de tenues vestimentaires considérées comme des signes religieux dans l’espace public, dont la rue.

L’armée fait cependant exception dans ce paysage étrange qu’est devenue la laïcité qui est normalement la séparation du religieux, au sens d’institutions religieuses, et de l’Etat.

L’armée française recrute en effet des aumôniers, c’est-à-dire des personnels religieux, pour faciliter l’exercice de divers cultes : les cultes chrétiens, le culte israélite et depuis quelques années le culte musulman. Ces aumôniers trouvent leur place dans l’organigramme de l’armée tandis que des lieux de culte existent dans les lieux où les militaires sont stationnés.

Pourquoi l’armée française est peut-être plus tolérante avec les Musulmans que la société française

De sévères restrictions sur la place de la religion dans la sphère publique ont aiguisé les tensions avec la population musulmane. Mais les forces armées font les choses un peu différemment.

par Colette Davidson, The Christian Science Monitor (USA) 1er mars 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

Paris – Le bureau d’Abdelkader Arbi est assez typique pour un employé de l’armée française, spacieux, avec un drapeau français dans un coin qui monte à hauteur de plafond , et un portrait du Président François Hollande fixé au mur.

Mais de temps en temps, il a une fonction peu orthodoxe pour un local qui se trouve dans un édifice d’un service de l’Etat : quand la salle de prière de l’armée n’est pas disponible, son bureau devient une mosquée de fortune pour des soldats qui n’ont pas d’endroit où prier.

« Il est clair que les soldats doivent apprendre à vivre ensemble, mais il n’est parfois ni commode ni pratique pour eux de prier » explique M. Arbi, le premier aumônier musulman de l’histoire de l’armée française qui fête sa 11ème année à ce poste. Les soldats sont parfois jusqu’à six à vivre dans un dortoir ou à travailler en plein air pendant la journée, ce qui poser un problème à des Musulmans pratiquants qui essayent d’observer les cinq  prières quotidiennes requises. « Ils viennent prier ici afin de ne gêner personne. »

Abdelkader-Arbi-ministere-defense-Paris-2006-annee-nomination-comme-aumonier-militaire-chef-culte-musulman_1_730_317.jpg

Abdelkader Arbi

Dans un pays aux prises avec la peur de la radicalisation et le sentiment que sa définition du sécularisme (la laïcité NdT) est synonyme d’islamophobie, l’armée propose un modèle de prise en compte de la liberté religieuse qui n’exclut pas complètement le religieux de la sphère publique.

S’il est en théorie illégal pour un aumônier d’exercer son office dans une école ou un bâtiment publics l’église et l’Etat sont encore entremêlés dans l’armée. Et ces dernières années, le gouvernement a œuvré pour faire en sorte que les libertés religieuses soient élargies au nombre de plus en plus grand de Musulmans qui rejoignent l’armée.

« Ces soldats veulent simplement faire leur boulot tout en respectant pleinement leur religion, » explique Arbi. « Ils ont au final le sentiment d’être traités à égalité. Après tout, tout le monde ici combat pour la même cause – la France. »

Sécularisme strict

Permettre à des soldats de prier pour des raisons militaires ne devrait pas nécessairement être choquant, sauf que c’est en France – un pays qui se targue d’un sécularisme strict, ou laïcité, (en français dans le texte) dans ses lois

La France a combattu âprement pour garantir la laïcité, y compris par les interdictions de ports de signes religieux ostentatoires à l’école depuis 2004 et de la burka dans les lieux publics depuis 2010.

Mais une clause de la loi de 1905 qui porte séparation de l’église et de l’Etat concerne des dispositions particulières pour les personnes détenues dans les prisons, pour les hôpitaux et les internats scolaires publics – tous lles lieux où un individu ne peut accéder librement aux lieux de culte traditionnels. Dans ces cas l’Etat doit donner un accès à un aumônier  désigné par ses soins.

La loi de 1905 fait pendant à une loi semblable de 1880 qui donne ces mêmes droits aux membres de l’armée française. Il y a actuellement 38 aumôniers musulmans dans l’armée aux côtés des plus de 200 aumôniers des religions catholique protestante et juive [israélite, NdT].

Ter_aum_reserv_cath_prot

Insigne de l’aumônerie militaire chrétienne (catholique ou protestante)

Ter_aum_reserv_isr

Insigne de l’aumônerie militaire israélite

Ter_aum_reserv_mus

Insigne de l’aumônerie militaire musulmane

“La religion ne peut pas être pratiquée en nombre d’endroits en France, mais pour ceux qui n’ont pas tous leurs droits, la religion est ne manière de leur rendre cette liberté, » explique Valentine Zuber, professeur d’études religieuses à l’Ecole pratique des Hautes Etudes (EPHE – Paris).

Mais cela ne s’est pas toujours appliqué à tout le monde. Alors que les soldats chrétiens et juifs pouvaient fréquenter des salles de prière et des aumôniers présents sur site, les soldats musulmans étaient largement exclus de la vie religieuse, encore cent ans après que les dispositions sur la liberté religieuse eurent autorisé des aumôniers militaires.

Les Musulmans pratiquants se sentaient obliges de cacher leurs prières quotidiennes avant l’arrivée de Arbi en 2005 au fort militaire de Vincennes dans la banlieue de Paris, et ils n’avaient guère de recours quand ils étaient confrontés à des plaisanteries et des insultes racistes ou à un sentiment d’exclusion.

Un contingent musulman de plus en plus nombreux.

Mais ce genre d’attitudes est intenable aujourd’hui du fait de l’importance croissante dans l’armée du contingent musulman qui représente entre 10 et 20 % des effectifs militaires de la France.

L’évolution vers un recours à des aumôniers musulmans est finalement intervenue en 2004, quand une étude qui s’intéressait à la deuxième génération d’immigrés dans l’armée avait montré l’existence d’une discrimination très répandue  et avant tout religieuse.

Samir, soldat dans le sud de la France et Marocain de la seconde generation (des détails sur son identité ont été changes pour protéger son anonymat), était un Musulmans pratiquant quand il est entré dans l’armée en 2005. Si sa pratique religieuse se limite aujourd’hui à s’abstenir de consommer du porc, Samir dit qu’il a vu la différence entre la vie avec et sans libertés religieuses.

“Il y a dix ans, les Musulmans ne pratiquaient tout simplement pas leur religion sur la base, » déclare Samir. « Les officiers ne voulaient pas la voir. »

Et quoique le racisme et la discrimination religieuses subsistent dans les rangs – Samir dit avoir récemment entendu parler d’un jeune officier qui a réprimandé un soldat musulman pour avoir prié dans sa chambrée – les attitudes à l’égard des Nord-Africains et des soldats noirs s’améliorent. « Cette nouvelle génération de soldats et très diverse et les choses changent pour le mieux, même si cette évolution se déroule très lentement. »

Depuis que des aumôniers musulmans sont arrives sur la base, les soldats ont l’autorisation de prier dans leurs chambrées, de consulter l’aumônier en cas de besoin, et de choisir  des rations halal pendant les missions à l’étranger. Certains aumôniers participent chaque année  à l’organisation de voyages pour le pèlerinage à La Mecque. Pour le reste, les lois du pays relatives à la laïcité sont appliquées de la même manière que celles qui concernent l’espace public – aucun symbole religieux visible n’est autorisé.

ration sans porc

“Nous ne pouvons pas exprimer quoi que ce soit de visible concernant notre religion” explique Samir. « Pas de médaillon, pas de barbe – nous devons rester neutres. Le seul endroit où nous pouvons prier est la chapelle militaire ou notre chambre.

Une approche équilibrée

Maintenir un équilibre entre la pratique religieuse ouverte et privée  et une approche modérée en termes de soutien [spirituel] – les aumôniers n’ont pas le droit de faire du prosélytisme – est peut-être ce qui permet à la version du sécularisme dans l’armée de continuer à fonctionner. A la différence des locaux des administrations publiques ou des écoles, où les débats sur la laïcité ont créé des tensions profondes, la pratique religieuse dans l’armée est généralement épargnée par le soupçon et le scandale.

Oscillant entre sphère publique et sphère privée, l’armée permet aux indivdus de pratiquer leur religion dès lors qu’elle ne trouble pas l’ordre public – ce qui est a définition originelle de la laïcité.

L’armée semble être le lieu où la neutralité et la liberté sont les plus respectées en France” déclare Zuber.

Et parce que l’Etat rémunère les aumôniers militaires, dans un pays où l’Etat n’a pas le droit de subventionner des institutions ou des personnels religieux, la religion elle-même se voit accorder une certaine présence et crédibilité, ajoute-t-elle.

“Notre système de laïcité actuellement en vigueur ne nous permet pas d’appliquer des règles semblables partout ailleurs, » observe Zuber, « mais peut-être que si le rôle des aumôniers était mieux compris, cela changerait les mentalités chez les gens. Pour l’instant, il n’y a pas de volonté politique en ce sens. »

Tenir à distance toute forme de radicalisation?

Cette approche modérée pourrait aussi être vue comme une tentative pour tenir à distance la radicalisation. Alors que la France a eu des problèmes avec la radicalisation dans ses prisons, de tels exemples dans l’armée restent rares. Pourtant Arbi dit que même s’il a rarement pu observer un soldat montrer des signes de radicalisation de ses idées, son rôle est de rester vigilant particulièrement sepuis que des attaques terroristes ont traumatisé la France en janvier et novembre de l’année dernière.

“N’importe qui peut dérailler, mais ce n’est pas un problème musulman » affirme Arbi. Quand Mohamed Merah s’est lancé dans sa folie meurtrière à Toulouse en 2012, deux des tois soldats tués étaient musulmans. « Ce sont des soldats français et même sion peut avoir du malà s’en rappeler, l’Islam n’est pas une religion ‘étrangère’. La relation entre l’Islam et la France a une histoire longue. »

Alors que la France continue à débattre de l’équilibre entre la promotion du sécularisme et le découragement de l’islamophobie, Arbi considère que la possibilité pour les Musulmans de pratiquer librement dans l’armée est une assurance contre une dérive radicale d’un ressentiment musulman. La meilleure façon d’envisager les choses, dit-il, c’est comme dans la parentalité – traiter chaque personne de manière égalitaire est fondamental.

“Notre boulot consiste à faire la guerre,” explique Arbi. « Mais si les soldats ne ressentent pas une égalité entre eux, cette guerre peut devenir intestine. »

Advertisements

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :