Archive for the ‘Agence Juive’ Category

Le projet américano-sioniste pour la Palestine

2 décembre 2017

Une initiative de « paix » » américaine » est imminente selon Natan Sharansky, ce dirigeant sioniste malencontreusement sorti des geôles soviétiques en 1986.

Résultat de recherche d'images pour "Natan Sharansky"

Févrie1986: Natan Sharansky acceuilli à sa l’aéropoort Ben Gourion par Shimon Peres, premier ministre du gang sioniste à l’époque

Sharansky, président de l’Agence Juive, feint de ne rien savoir officiellement mais dit tout. En tant que président de l’agence qui a fondé l’entité sioniste, il est naturellement au courant de tout ce qui se trame en matière d’initiatives américaines pour le Moyen Orient d’autant que, comme il le dit lui-même, l’équipe de négociateurs américain est constituée exclusivement de Juifs pratiquants, dont Jared Kushner, le propre gendre de Donald Trump.

Jamais la mainmise sioniste sur les appareils d’Etat occidentaux n’aura été aussi évidente qu’aujourd’hui. C’est vrai en France, c’est vrai en Grande Bretagne, en Australie tandis que cette emprise est totale à Washington où un Donald Trump à priori peu désireux de s’impliquer au Moyen Orient a délégué le dossier à des sionistes intransigeants.

Natan Sharansky peut bien se figurer que les Etats arabes (lesquels,) acquiesceront à un plan qui vise à faire de la Palestine un bantoustan, ce qu’il ne comprend pas, n’est pas Frederik de Klerk qui veut, c’est que le refus d’aller vers une solution honorable et acceptable pour les Palestiniens, aura pour conclusion, tôt ou tard, la disparition de l’Etat juif, que ce soit par la force des armes ou d’une autre manière.

Israël obtiendra ‘plus de compréhension’ de la part des négociateurs de Trump parce que ce sont des Juifs pratiquants, déclare Sharansky.

par Philip Weiss, MondoWeiss (USA) 30 novembre 2017 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’équipe de négociateurs de Donald Trump pour le Moyen Orient prépare une proposition de paix « sérieuse » parce que l’équipe est constituée de Juifs pratiquants qui comprennent mieux Israël que les précédents négociateurs américains, dit Natan Sharansky, le président de l’Agence Juive pour Israël.

« Franchement, oubliez le président, mais si vous prenez simplement les gens qui sont impliqués dans les négociations, sachez que ces gens comprennent beaucoup mieux Israël que les équipes précédentes », a déclaré Sharansky. « Et ils comprennent vraiment les préoccupations des Juifs, parce qu’ils en font partie … Il est vraiment très intéressant de voir que lorsque le Premier ministre [Benjamin Netanyahu] siège avec Ron Dermer, [Jared] Kushner, David Friedman, et [Jason] Greenblatt, le seul qui n’a pas de kippa est le premier ministre. Donc, vous pouvez vous attendre à plus de compréhension. « 

La fondation de la famille de Jared Kushner a donné des dizaines de milliers de dollars aux colonies israéliennes illégales. Par le passé, Netanyahou a séjourné dans la maison de la famille [Kushner] dans le New Jersey. David Friedman, l’ambassadeur américain en Israël, a dirigé une organisation qui a collecté des fonds pour une colonie.

De gauche à droite: Jason Greenblatt, Jared Kushner, Benjamin Netanyahou, la conseillère US à la sécurité nationale, Dina Powell, et David Friedman, ambassadeur à Tel-Aviv

Sharansky a déclaré que le Premier ministre israélien présenterait une proposition de paix pour un Etat palestinien démilitarisé, et que les dirigeants palestiniens rejetteraient l’accord, mais que les pays arabes feront pression sur les Palestiniens pour qu’ils l’acceptent. « Ils [les Etats arabes] ne seront pas automatiquement avec les Palestiniens. C’est une nouvelle donne. « 

Sharansky s’est exprimé au Centre communautaire juif de Manhattan mardi soir. Il a dit qu’il ne basait cette prédiction sur aucune information privilégiée, bien qu’il ait passé du temps avec l’ambassadeur israélien Ron Dermer et qu’il ait assisté récemment à des discours de Netanyahou, dont il a été membre de l’équipe gouvernementale autrefois.

Si vous écoutez simplement avec attention, attentivement, il est absolument clair pour vous que quelque chose se prépare », a-t-il dit. « J’écoute simplement ce qu’il dit partout dans le monde, j’ai le sentiment, encore une fois que ce n’est pas officiel, c’est officieux, j’ai le sentiment que quelque chose de sérieux se prépare. »

En ce qui concerne les grandes lignes de l’accord, Sharansky a déclaré : « D’après les discours de Bibi, je comprends plus ou moins ce que ce sera. Les Palestiniens obtiendront probablement, eh bien, un Etat, mais les questions de sécurité ne seront pas entre leurs mains … parce que dans le Moyen-Orient d’aujourd’hui la compétition sera entre le Hezbollah et le Hamas – qui sera contrôlé. Donc, Israël ne peut pas se le permettre ».

Sharansky a déclaré que le Secrétaire d’Etat du président Obama, John Kerry, n’avait jamais envisagé un Etat palestinien sans armée.

Netanyahou, a-t-il dit, « sait comment leur donner [aux Palestiniens] l’occasion de gérer leur vie, comment ne pas leur donner l’occasion de contrôler la sécurité au Moyen-Orient ».

Les Israéliens seraient en grande majorité favorables à un plan de paix, parce qu’ils veulent de l’espérance, a-t-il poursuivi. « Je suis presque sûr que … les dirigeants palestiniens ne l’accepteront pas. Et encore une fois je ne sais pas ce qui se prépare. Je suis sûr que la réaction du monde arabe sera très différente du passé. « 

Sharansky a dit qu’il avait passé toute sa vie, y compris quand il avait été emprisonné dans l’ex-Union soviétique, à essayer de construire des ponts entre les Juifs et Israël. L’organisation qu’il dirige, l’Agence Juive, a contribué à la création d’Israël au siècle dernier et travaille aujourd’hui à construire un soutien juif mondial pour l’Etat [sioniste].

Sharansky a parlé avec Jodi Rudoren du New York Times et Amir Tibon de Haaretz. En écoutant l’entretien discours, j’ai été frappé par l’arrogance de cette discussion. Pourriez-vous imaginer un forum sur les questions de harcèlement sexuel aujourd’hui dans lequel seuls les hommes auraient été invités à parler ? Impossible. Pourtant, à maintes reprises, le processus de paix est débattu aux États-Unis – et négocié aussi – et la partie la moins puissante, les Palestiniens, n’est jamais invitée d’égal à égal. Le jeu est ouvertement truqué. Et vous vous demandez pourquoi le processus de paix n’a rien produit en 25 ans.

Publicités

Juifs perdus: réaction urgente de la LICRA et de SOS Racisme en perspective

4 septembre 2009
Voilà une campagne qui n’aurait pas dépareillé dans l’Allemagne nazie. Et qui nous fait comprendre pourquoi l’entité sioniste soutenait le régime d’apartheid sud-africain, lui fournissant notamment les armes dont il avait besoin.
Nous attendons les réactions indignées de la LICRA et/ou de SOS Racisme qui pourront cependant plaider l’ignorance
car France 24 semble être le seul media francophone à en parler.
Tous les Juifs n’apprécient pas la nouvelle campagne israélienne anti-assimilation
par Dana Weiler-Polak et Cnaan Lipshiz, correspondants de Haaretz (Sionistan) 4 septembre 2009 traduit de l’anglais par Djazaïri
Un jour après le lancement d’une campagne alarmiste pour empêcher l’assimilation des juifs de la diaspora, le bureau du premier ministre et l’Agence Juive ont reçu quelque 200 appels dont la plupart dénoncent des noms de Juifs qui vivent à l’étranger.
Cependant, beaucoup d’appelants ont également sévèrement critiqué cette campagne – qui présente l’assimilation comme une «menace stratégique nationale.»
La campagne, qui a démarré mercredi, encourage les Israéliens à donner des détails sur leurs connaissances qui vivent à l’étranger, de sorte à ce que ces personnes qui sont «en danger» d’épouser des non Juifs puissent être persuadés de venir en Israël.
Cette campagne de 10 jours en langue hébraïque a été conçue par MASA, un partenariat entre l’Agence Juive et le gouvernement israélien qui aide au financement et au marketing de programmes «Israël» auprès des Juifs de la diaspora.
Elle comprend des affiches avec des photos de personnes disparues avec des noms à consonance juive inscrits en dessous. Le message est que les Juifs assimilés sont des personnes «perdues» qui doivent être ramenées à la maison, en Israël.
Les organisateurs de la campagne indiquent qu’environ la moitié des Juifs de par le monde se marient à l’extérieur de la foi [avec un conjoint non juif, NdT], et ils appellent Israéliens et Juifs à se mobiliser pour contrer la «menace nationale stratégique» que représente l’assimilation.
Environ 100 appelants ont dénoncé des juifs célibataires âgés entre 18 et 30 ans qui vivent en France, aux Etats Unis et en Nouvelle Zélande. Les appelants ont aussi divulgué les identités de leurs connaissances sur Twitter et Facebook ainsi que leurs adresses électroniques de sorte à ce que MASA puisse les contacter.
La campagne a aussi provoqué de nombreux appels téléphoniques irrités, certains qualifiant la campagne de «farce.»
«Sommes-nous également supposés signaler des connaissances qui n’ont pas l’intention d’avoir des enfants ?» a demandé un interlocuteur.
«Nous avons voulu provoquer un débat public, même s’il prête à la dispute et à l’émotion,» a déclaré jeudi Ayelet Shiloh-Tamir, président de MASA.
«Plus de la moitié des jeunes Juifs s’assimilent,» le spot télévisé informe-t-il les téléspectateurs par la voix d’Ayala Hasson, une journaliste vedette de Channel 1. «Nous les perdons,» ajoute-t-elle sur fond de musique mélancolique et douce jouée à la flûte.
Le clip de 33 secondes comporte des photos d’affiches de personnes disparues placardées dans des localités d’Europe et d’Amérique du Nord. Les affiches, en anglais, français et russe, présentent des jeunes gens portant des noms à consonance juive.
Le spot demande alors à quiconque «connaît un jeune Juif qui vit à l’étranger» d’appeler MASA. «Ensemble, nous renforcerons son lien avec Israël afin d’éviter de le perdre,» conclut le présentateur.
Les responsables de MASA affirment que les jeunes Juifs qui participent aux projets de l’organisation confortent leur identité juive et leur affinité avec Israël.

Quand des agents sionistes étaient liquidés par le FLN en Algérie

27 avril 2009
Un article qui nous en apprend un peu sur les agissements de l’entité sioniste dans l’Algérie en lutte pour son indépendance.

Il est par ailleurs intéressant de voir que des individus qui, manifestement, se livraient à des activités d’espionnage sont en passe d’être honorés par le régime sioniste comme des « victimes juives du terrorisme et des crimes de haine. »
Ces gens là n’ont vraiment aucune décence.

‘Ils savaient que c’était dangereux mais y sont allés quand même

Par Abe Selig, THE JERUSALEM POST (Sionistan) 26 avril 2009 traduit de l’anglais par Djazaïri

Hassan, le père de Moshe connaissait le fonctionnement de l’alya de l’intérieur et de l’extérieur.

« Mon père avait essayé de venir ici depuis Tunis en 1946, mais il avait été arrêté par les britanniques et envoyé à Chypre,  » a expliqué Hassan par téléphone au Jérusalem Post ce dimanche. »Il fut placé dans un camp là bas, et c’est là qu’il a rencontré ma mère. Ils ont immigré en Israël en 1948. »

d
Ils se sont installés à Beit Hagadi, un mochav religieux près de Netivot, mais le père de Moshe Hassan passera peu de temps dans son nouveau pays. Sollicité par l’Agence Juive pour aider à mettre les juifs du Maroc sur le chemin de l’aliya, Ya’acov Hassan retournera en Afrique du Nord au milieu des années 1950 pour commencer à travailler comme un émissaire d’Israël.

d
« Il connaissait bien la région, » déclare Moshe. « En 1956, il était bien établi au Maroc, allant dans des secteurs très excentrés, comme les montagnes de l’Atlas, et au-delà, et aidait des familles entières à venir ici. Parfois, il était en mesure d’arriver à faire sortir du Maroc des centaines de personnes en une journée. »

Son père allait à la synagogue pour le Sabbat, faisait un discours sur Israël puis demandait aux gens de signer un engagement avec lui après le Sabbat, explique Moshe.

« Une fois qu’ils avaient signé, il leur enseignait différentes techniques agricoles pour les préparer à leur alya. Il a eu beaucoup de succès au Maroc – les communautés étaient très attachées à l’idée de venir en Eretz Yisrael, beaucoup d’entre eux languissaient de venir, et il a aidé des milliers de cas d’alia. »

Mais en 1958 – l’année même de la naissance de Moshe- le roi Mohamed V du Maroc avait adhéré à la Ligue Arabe et la procédure d’alya devint beaucoup plus difficile. Vers cette époque, l’Agence Juive décida d’envoyer Ya’acov en Algérie.

« Vous savez, une porte se fermait, alors ils sont allés frapper à une autre, » poursuit Moshe.

« Mais l’Algérie présentait des difficultés aussi. Les communautés [juives] algériennes ; beaucoup d’entre elles refusaient de partir ou préféraient aller en France, de sorte que mon père a eu des moments plus difficiles là bas. »
En tout cas, Ya’acov fut nommé responsable de l’ensemble du projet d’alya en Algérie et, avec Rafael Ben-Gera, un autre employé de l’Agence Juive, ils poursuivirent le travail pour amener des Juifs à Israël.

« Mais l’Algérie différait aussi du Maroc par son insécurité, » explique Moshe. « Ils savaient que c’était dangereux, mais ils y sont quand même allés. »

« Puis, le 17 Février – nous le savons à présent – » mon père et Ben-Gera ont été enlevés par des membres du FLN [le Front de Libération Nationale algérien], qui, tout en étant en lutte contre l’occupation française de l’Algérie, était aussi farouchement anti -Israël. Ils ont informé le gouvernement israélien de la capture et le gouvernement a même négocié avec eux. À un moment, ils [les autorités sionistes] ont offert de payer 1 million de dollars de rançon pour les deux, mais le FLN était un interlocuteur difficile, il a retardé le processus jusqu’au moment où le gouvernement a perdu le contact avec lui. « 

« Nous ne savons toujours pas exactement ce que mon père a fait », dit Hassan. Nous savons que c’est probablement quelque chose de plus que le travail lié à l’alya, car l’armée l’a reconnu comme un agent de renseignement tué, mais son dossier est fermé- il concerne des activités menées dans un pays ennemi.
« Nous savons aussi qu’ils ont été assassinés. La Croix Rouge nous a dit que c’était l’issue probable après l’interruption des négociations, et le FLN a confirmé plus tard, en août 1958, qu’ils avaient été tués environ six semaines plus tôt. »

Alors que la famille Hassan sait encore peu de choses sur les circonstances qui ont entouré la mort de Ya’acov – son lieu d’inhumation est inconnu – un monument sera dédié mardi à la mémoire d’Hassan et de Ben-Gera pendant la cérémonie de l’Agence Juive à la mémoire des victimes juives du terrorisme et des crimes de haine à travers le monde.

« Je n’ai jamais pu connaître mon père, » déclare Hassan. Il ne m’a vu qu’une fois, mais je n’étais qu’un bébé et je ne m’en souviens pas. Mais mes frères se souviennent de lui et ma mère, bénie soit sa mémoire, aurait été heureuse de savoir qu’on honore sa mémoire. « 

Quand des agents sionistes étaient liquidés par le FLN en Algérie

27 avril 2009

 

Un article qui nous en apprend un peu sur les agissements de l’entité sioniste dans l’Algérie en lutte pour son indépendance.

Il est par ailleurs intéressant de voir que des individus qui, manifestement, se livraient à des activités d’espionnage sont en passe d’être honorés par le régime sioniste comme des « victimes juives du terrorisme et des crimes de haine. »
Ces gens là n’ont vraiment aucune décence.

‘Ils savaient que c’était dangereux mais y sont allés quand même

Par Abe Selig, THE JERUSALEM POST (Sionistan) 26 avril 2009 traduit de l’anglais par Djazaïri

Hassan, le père de Moshe connaissait le fonctionnement de l’alya de l’intérieur et de l’extérieur.

« Mon père avait essayé de venir ici depuis Tunis en 1946, mais il avait été arrêté par les britanniques et envoyé à Chypre,  » a expliqué Hassan par téléphone au Jérusalem Post ce dimanche. »Il fut placé dans un camp là bas, et c’est là qu’il a rencontré ma mère. Ils ont immigré en Israël en 1948. »

d
Ils se sont installés à Beit Hagadi, un mochav religieux près de Netivot, mais le père de Moshe Hassan passera peu de temps dans son nouveau pays. Sollicité par l’Agence Juive pour aider à mettre les juifs du Maroc sur le chemin de l’aliya, Ya’acov Hassan retournera en Afrique du Nord au milieu des années 1950 pour commencer à travailler comme un émissaire d’Israël.

d
« Il connaissait bien la région, » déclare Moshe. « En 1956, il était bien établi au Maroc, allant dans des secteurs très excentrés, comme les montagnes de l’Atlas, et au-delà, et aidait des familles entières à venir ici. Parfois, il était en mesure d’arriver à faire sortir du Maroc des centaines de personnes en une journée. »

Son père allait à la synagogue pour le Sabbat, faisait un discours sur Israël puis demandait aux gens de signer un engagement avec lui après le Sabbat, explique Moshe.

« Une fois qu’ils avaient signé, il leur enseignait différentes techniques agricoles pour les préparer à leur alya. Il a eu beaucoup de succès au Maroc – les communautés étaient très attachées à l’idée de venir en Eretz Yisrael, beaucoup d’entre eux languissaient de venir, et il a aidé des milliers de cas d’alia. »

Mais en 1958 – l’année même de la naissance de Moshe- le roi Mohamed V du Maroc avait adhéré à la Ligue Arabe et la procédure d’alya devint beaucoup plus difficile. Vers cette époque, l’Agence Juive décida d’envoyer Ya’acov en Algérie.

« Vous savez, une porte se fermait, alors ils sont allés frapper à une autre, » poursuit Moshe.

« Mais l’Algérie présentait des difficultés aussi. Les communautés [juives] algériennes ; beaucoup d’entre elles refusaient de partir ou préféraient aller en France, de sorte que mon père a eu des moments plus difficiles là bas. »
En tout cas, Ya’acov fut nommé responsable de l’ensemble du projet d’alya en Algérie et, avec Rafael Ben-Gera, un autre employé de l’Agence Juive, ils poursuivirent le travail pour amener des Juifs à Israël.

« Mais l’Algérie différait aussi du Maroc par son insécurité, » explique Moshe. « Ils savaient que c’était dangereux, mais ils y sont quand même allés. »

« Puis, le 17 Février – nous le savons à présent – » mon père et Ben-Gera ont été enlevés par des membres du FLN [le Front de Libération Nationale algérien], qui, tout en étant en lutte contre l’occupation française de l’Algérie, était aussi farouchement anti -Israël. Ils ont informé le gouvernement israélien de la capture et le gouvernement a même négocié avec eux. À un moment, ils [les autorités sionistes] ont offert de payer 1 million de dollars de rançon pour les deux, mais le FLN était un interlocuteur difficile, il a retardé le processus jusqu’au moment où le gouvernement a perdu le contact avec lui. « 

« Nous ne savons toujours pas exactement ce que mon père a fait », dit Hassan. Nous savons que c’est probablement quelque chose de plus que le travail lié à l’alya, car l’armée l’a reconnu comme un agent de renseignement tué, mais son dossier est fermé- il concerne des activités menées dans un pays ennemi.
« Nous savons aussi qu’ils ont été assassinés. La Croix Rouge nous a dit que c’était l’issue probable après l’interruption des négociations, et le FLN a confirmé plus tard, en août 1958, qu’ils avaient été tués environ six semaines plus tôt. »

Alors que la famille Hassan sait encore peu de choses sur les circonstances qui ont entouré la mort de Ya’acov – son lieu d’inhumation est inconnu – un monument sera dédié mardi à la mémoire d’Hassan et de Ben-Gera pendant la cérémonie de l’Agence Juive à la mémoire des victimes juives du terrorisme et des crimes de haine à travers le monde.

« Je n’ai jamais pu connaître mon père, » déclare Hassan. Il ne m’a vu qu’une fois, mais je n’étais qu’un bébé et je ne m’en souviens pas. Mais mes frères se souviennent de lui et ma mère, bénie soit sa mémoire, aurait été heureuse de savoir qu’on honore sa mémoire. « 

>Appel à manifester le 2 mars contre le dîner de cons du CRIF

19 février 2009

>

Collectif Résistance

17/02/09 :: 22:21

inv

Manifestons contre les assassins et leurs complices franco-israéliens le 2 mars, à partir de 18H, au Pré Catelan (Bois de Boulogne)!

inv

Comme chaque année, le Lobby Sioniste parisien organise son dîner de Cons, cérémonie obligatoire d’allégeance au Sionisme à laquelle les politiciens de droite comme de gauche se sentent obligés de participer par crainte de se faire traiter d’antisémite et d’être excommuniés de la vie publique.

Le CRIF, officine Sioniste dont une grande partie des activités consiste à défendre en France les intérêts d’un état étranger et qui a le culot de revendiquer sur son site être le « porte parole de la communauté juive de France auprès des pouvoirs publics, en est sa représentation politique » compte notamment parmi ses membres:

l’Agence Juive Pour Israël, une institution sioniste para étatique dont l’objectif est de renforcer l’état sioniste en recrutant les français de confession israélite qui, par ignorance et/ou lavage de cerveau – y compris dans certaines « synagogues » devenues au fil du temps des centres de recrutement pour le « Djihad Sioniste » contre le peuple Palestinien – confondent Sionisme et Judaïsme.

L’ABSI Keren Or, l’Association Pour le Bien Etre des Soldats Israéliens, dont l’activité principale est de collecter des fonds qui financeront ensuite le « Bien Etre » des SS – Soldats Sionistes (bourses d’études, amélioration de l’ordinaire lorsqu’ils sont en mission « Opération Plomb Durci » par exemple…)

Le KKL, Keren Kayemeth Le Israël, une organisation qui se définit comme suit sur son site :

« Le sigle KKL signifie « Keren Kayemeth LeIsraël » ou « fonds pour l’existence d’Israël ». Fondé en 1901 par Theodor Herzl lors du Ve Congrès sioniste, le KKL est le bras exécutif du peuple juif pour la rédemption et le développement de la terre d’Israël. Sa première vocation fut de racheter des terres en Eretz Israël en vue de l’installation de pionniers juifs. Parmi ses tâches traditionnelles, liées à la gestion des terres, on compte :

· Le défrichement de terrains pour l’agriculture,
· Le reboisement et l’afforestation,
· L’aménagement de sites pour l’habitation, l’agriculture et l’industrie. »

En clair, une organisation qui participe depuis le début au nettoyage ethnique de la Palestine et à la colonisation.

Sans oublier la Fédération Sioniste de France (FSF).

Bref avec le CRIF, c’est « plus Sioniste que moi Tu Meurs » !

Mmes et Mrs les élus, savez-vous qu’en participant à cette soirée, vous cautionnez les activités de ces associations, donc du Colonialisme Sioniste ?

Ce dîner de Cons, se tiendra le lundi 2 mars, à partir de 19h et sera retransmis en direct aux frais des contribuables par la chaîne TV d’information politique Public Senat. Son invité d’honneur : Nicolas Sarkozy, principal instrument du lobby sioniste en France.

Selon le site du Lobby Sioniste :

« Un dialogue s’instaurera entre le président du CRIF et l’hôte d’honneur de cette édition 2009, le « Président de la République », Nicolas Sarkozy, devant des centaines de personnalités du monde politique, de membres du gouvernement, ainsi que des diplomates, des représentants de la société civile, des communautés religieuses, de la sphère médiatique et culturelle. »

On aurait pu penser qu’après les crimes de guerre commis à Gaza par l’état sioniste du 27 décembre au 18 janvier et soutenus sans vergogne sur la place publique par cette officine Sioniste, les élus de ce pays, y compris au plus au niveau de l’Etat – La France est une République laïque faut-il le rappeler, ou le communautarisme, de quelque nature qu’il soit n’a pas sa place, encore moins lorsque celui ci sert des intérêts étrangers – auraient la décence de ne plus souscrire à ce genre d’asservissement au régime Sioniste de Tel Aviv.

De nombreux citoyens vivent ce défilé d’élus politiques à ce dîner de Cons non seulement comme un asservissement, mais comme une humiliation. Les élus n’ont pas été mandatés par le vote citoyen pour participer à ce genre d’acte de soumission politique, reflet d’une dérive clientéliste de plus en plus prégnante et déstabilisante du tissu sociétal républicain laïque français et facteur de surenchère communautariste puisque maintenant le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France) organise lui aussi son dîner de Cons. Ce dernier n’a néanmoins pas eu le succès souhaité, Sarkozy n’ayant pas daigné s’y montrer.

Pour les Sionistes c’est « toujours prêt » pour les autres c’est  » casses toi pauv’ con ».

En tout état de cause, puisque le Lobby Sioniste annonce la venue à ce dîner de Cons de Sarkozy, du parti de l’étranger, c’est qu’il a bien l’intention de participer à ce « dialogue » qui n’en doutons pas sera très chaleureux compte tenu de sa « relation privilégiée » avec l’Etat Sioniste.

A quand la dissolution de toutes ces organisations qui sapent les fondements de la République Laïque ?
_______________________________________________

LE 2 MARS, A PARTIR DE 18H, MANIFESTONS CONTRE LA REUNION DES ASSASSINS ET DE LEURS COMPLICES FRANCO-ISRAELIENS SUR TOUTES LES VOIES D’ACCES AU RESTAURANT DU PRE CATELAN AU BOIS DE BOULOGNE!
MERCI DE FAIRE PASSER LE MESSAGE.

Transmis par Ismaïl

Appel à manifester le 2 mars contre le dîner de cons du CRIF

19 février 2009

Collectif Résistance

17/02/09 :: 22:21

inv

Manifestons contre les assassins et leurs complices franco-israéliens le 2 mars, à partir de 18H, au Pré Catelan (Bois de Boulogne)!

inv

Comme chaque année, le Lobby Sioniste parisien organise son dîner de Cons, cérémonie obligatoire d’allégeance au Sionisme à laquelle les politiciens de droite comme de gauche se sentent obligés de participer par crainte de se faire traiter d’antisémite et d’être excommuniés de la vie publique.

Le CRIF, officine Sioniste dont une grande partie des activités consiste à défendre en France les intérêts d’un état étranger et qui a le culot de revendiquer sur son site être le « porte parole de la communauté juive de France auprès des pouvoirs publics, en est sa représentation politique » compte notamment parmi ses membres:

l’Agence Juive Pour Israël, une institution sioniste para étatique dont l’objectif est de renforcer l’état sioniste en recrutant les français de confession israélite qui, par ignorance et/ou lavage de cerveau – y compris dans certaines « synagogues » devenues au fil du temps des centres de recrutement pour le « Djihad Sioniste » contre le peuple Palestinien – confondent Sionisme et Judaïsme.

L’ABSI Keren Or, l’Association Pour le Bien Etre des Soldats Israéliens, dont l’activité principale est de collecter des fonds qui financeront ensuite le « Bien Etre » des SS – Soldats Sionistes (bourses d’études, amélioration de l’ordinaire lorsqu’ils sont en mission « Opération Plomb Durci » par exemple…)

Le KKL, Keren Kayemeth Le Israël, une organisation qui se définit comme suit sur son site :

« Le sigle KKL signifie « Keren Kayemeth LeIsraël » ou « fonds pour l’existence d’Israël ». Fondé en 1901 par Theodor Herzl lors du Ve Congrès sioniste, le KKL est le bras exécutif du peuple juif pour la rédemption et le développement de la terre d’Israël. Sa première vocation fut de racheter des terres en Eretz Israël en vue de l’installation de pionniers juifs. Parmi ses tâches traditionnelles, liées à la gestion des terres, on compte :

· Le défrichement de terrains pour l’agriculture,
· Le reboisement et l’afforestation,
· L’aménagement de sites pour l’habitation, l’agriculture et l’industrie. »

En clair, une organisation qui participe depuis le début au nettoyage ethnique de la Palestine et à la colonisation.

Sans oublier la Fédération Sioniste de France (FSF).

Bref avec le CRIF, c’est « plus Sioniste que moi Tu Meurs » !

Mmes et Mrs les élus, savez-vous qu’en participant à cette soirée, vous cautionnez les activités de ces associations, donc du Colonialisme Sioniste ?

Ce dîner de Cons, se tiendra le lundi 2 mars, à partir de 19h et sera retransmis en direct aux frais des contribuables par la chaîne TV d’information politique Public Senat. Son invité d’honneur : Nicolas Sarkozy, principal instrument du lobby sioniste en France.

Selon le site du Lobby Sioniste :

« Un dialogue s’instaurera entre le président du CRIF et l’hôte d’honneur de cette édition 2009, le « Président de la République », Nicolas Sarkozy, devant des centaines de personnalités du monde politique, de membres du gouvernement, ainsi que des diplomates, des représentants de la société civile, des communautés religieuses, de la sphère médiatique et culturelle. »

On aurait pu penser qu’après les crimes de guerre commis à Gaza par l’état sioniste du 27 décembre au 18 janvier et soutenus sans vergogne sur la place publique par cette officine Sioniste, les élus de ce pays, y compris au plus au niveau de l’Etat – La France est une République laïque faut-il le rappeler, ou le communautarisme, de quelque nature qu’il soit n’a pas sa place, encore moins lorsque celui ci sert des intérêts étrangers – auraient la décence de ne plus souscrire à ce genre d’asservissement au régime Sioniste de Tel Aviv.

De nombreux citoyens vivent ce défilé d’élus politiques à ce dîner de Cons non seulement comme un asservissement, mais comme une humiliation. Les élus n’ont pas été mandatés par le vote citoyen pour participer à ce genre d’acte de soumission politique, reflet d’une dérive clientéliste de plus en plus prégnante et déstabilisante du tissu sociétal républicain laïque français et facteur de surenchère communautariste puisque maintenant le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France) organise lui aussi son dîner de Cons. Ce dernier n’a néanmoins pas eu le succès souhaité, Sarkozy n’ayant pas daigné s’y montrer.

Pour les Sionistes c’est « toujours prêt » pour les autres c’est  » casses toi pauv’ con ».

En tout état de cause, puisque le Lobby Sioniste annonce la venue à ce dîner de Cons de Sarkozy, du parti de l’étranger, c’est qu’il a bien l’intention de participer à ce « dialogue » qui n’en doutons pas sera très chaleureux compte tenu de sa « relation privilégiée » avec l’Etat Sioniste.

A quand la dissolution de toutes ces organisations qui sapent les fondements de la République Laïque ?
_______________________________________________

LE 2 MARS, A PARTIR DE 18H, MANIFESTONS CONTRE LA REUNION DES ASSASSINS ET DE LEURS COMPLICES FRANCO-ISRAELIENS SUR TOUTES LES VOIES D’ACCES AU RESTAURANT DU PRE CATELAN AU BOIS DE BOULOGNE!
MERCI DE FAIRE PASSER LE MESSAGE.

Transmis par Ismaïl

Les graines de l’antisémitisme

13 décembre 2008

L’Agence Juive et le Yediot Aharonot, un des principaux quotidiens de l’entité sioniste s’émeuvent de la commercialisation par une chaîne de magasins aux Etats-Unis de graines de tournesol grillées.

Le Yediot écrit :

Des magasins appartenant à une famille russe stockent et vendent des dizaines de paquets comportant une étiquette représentant un Juif d’apparence sinistre et avide. Pour l’Agence Juive : brusque montée d’antisémitisme aux Etats-Unis en raison de la crise financière globale.

Un peu plus loin :

Amos Hermon, chef de la Task Force contre l’antisémitisme de l’Agence Juive explique que ce n’est pas la première fois que des symboles anti juifs sont utilisés par des Russes. « Ce que nous voyons ici est l’utilisation de représentations identiques à celles qui étaient d’usage dans l’Allemagne nazie et en Europe orientale avant et pendant la seconde guerre mondiale, » a-t-il déclaré.

« Le fabricant a choisi consciemment de susciter et d’invoquer des sentiments antisémites, pensant ainsi accroître ses ventes. »



Je ne connais pas la langue de ces Russes taxés sans vergogne d’antisémites mais si on en croit le Yediot on lit sur la partie gauche de l’étiquette :

Shalom d’Israël »

Et sur la partie droite, une phrase en argot qui dirait :

Crachez-les partout » par allusion aux « sales Juifs.»

Bon, je ne suis pas russophone, mais j’ai l’impression que crachez-les partout concerne la partie non comestible de la graine et que « sales juifs » ne figure pas sur l’étiquette.

On a là un exemple type de fabrication d’un événement antisémite qu’on a même le culot de mettre en lien avec la crise financière globale (au fait pourquoi la crise financière devrait-elle s’accompagner d’une montée de l’antisémitisme ?). La propagande sioniste a effectivement besoin de l’antisémitisme et c’est au microscope qu’elle le traque, quitte éventuellement à en semer elle-même les graines.

Car ces graines avec leur emballage au goût pour le moins douteux ne sont vendues que dans quatre magasins de New York, une ville peuplée de plusieurs millions d’habitants !

Ensuite, rien ne dit que les emballages en question soient utilisés pour la commercialisation de ces graines dans d’autres réseaux de distribution, aux Etats-Unis ou ailleurs.

Et ce que le Yediot comme l’Agence Juive se sont bien gardés de dire, c’est que si les commerces incriminés appartiennent bien à une famille russe, en l’occurrence la famille Shnayder, cette dernière est juive ashkénaze. D’ailleurs les magasins de la famille Shnayder se trouvent à Brooklyn, c’est-à-dire un quartier où les Juifs sont nombreux et constituent probablement l’essentiel de la clientèle.

Maintenant, voyons si cette manifestation « antisémite » va faire le tour du monde de l’information…

>Les graines de l’antisémitisme

13 décembre 2008

>

L’Agence Juive et le Yediot Aharonot, un des principaux quotidiens de l’entité sioniste s’émeuvent de la commercialisation par une chaîne de magasins aux Etats-Unis de graines de tournesol grillées.

Le Yediot écrit :

Des magasins appartenant à une famille russe stockent et vendent des dizaines de paquets comportant une étiquette représentant un Juif d’apparence sinistre et avide. Pour l’Agence Juive : brusque montée d’antisémitisme aux Etats-Unis en raison de la crise financière globale.

Un peu plus loin :

Amos Hermon, chef de la Task Force contre l’antisémitisme de l’Agence Juive explique que ce n’est pas la première fois que des symboles anti juifs sont utilisés par des Russes. « Ce que nous voyons ici est l’utilisation de représentations identiques à celles qui étaient d’usage dans l’Allemagne nazie et en Europe orientale avant et pendant la seconde guerre mondiale, » a-t-il déclaré.

« Le fabricant a choisi consciemment de susciter et d’invoquer des sentiments antisémites, pensant ainsi accroître ses ventes. »



Je ne connais pas la langue de ces Russes taxés sans vergogne d’antisémites mais si on en croit le Yediot on lit sur la partie gauche de l’étiquette :

Shalom d’Israël »

Et sur la partie droite, une phrase en argot qui dirait :

Crachez-les partout » par allusion aux « sales Juifs.»

Bon, je ne suis pas russophone, mais j’ai l’impression que crachez-les partout concerne la partie non comestible de la graine et que « sales juifs » ne figure pas sur l’étiquette.

On a là un exemple type de fabrication d’un événement antisémite qu’on a même le culot de mettre en lien avec la crise financière globale (au fait pourquoi la crise financière devrait-elle s’accompagner d’une montée de l’antisémitisme ?). La propagande sioniste a effectivement besoin de l’antisémitisme et c’est au microscope qu’elle le traque, quitte éventuellement à en semer elle-même les graines.

Car ces graines avec leur emballage au goût pour le moins douteux ne sont vendues que dans quatre magasins de New York, une ville peuplée de plusieurs millions d’habitants !

Ensuite, rien ne dit que les emballages en question soient utilisés pour la commercialisation de ces graines dans d’autres réseaux de distribution, aux Etats-Unis ou ailleurs.

Et ce que le Yediot comme l’Agence Juive se sont bien gardés de dire, c’est que si les commerces incriminés appartiennent bien à une famille russe, en l’occurrence la famille Shnayder, cette dernière est juive ashkénaze. D’ailleurs les magasins de la famille Shnayder se trouvent à Brooklyn, c’est-à-dire un quartier où les Juifs sont nombreux et constituent probablement l’essentiel de la clientèle.

Maintenant, voyons si cette manifestation « antisémite » va faire le tour du monde de l’information…

Les graines de l’antisémitisme

13 décembre 2008

L’Agence Juive et le Yediot Aharonot, un des principaux quotidiens de l’entité sioniste s’émeuvent de la commercialisation par une chaîne de magasins aux Etats-Unis de graines de tournesol grillées.

Le Yediot écrit :

Des magasins appartenant à une famille russe stockent et vendent des dizaines de paquets comportant une étiquette représentant un Juif d’apparence sinistre et avide. Pour l’Agence Juive : brusque montée d’antisémitisme aux Etats-Unis en raison de la crise financière globale.

Un peu plus loin :

Amos Hermon, chef de la Task Force contre l’antisémitisme de l’Agence Juive explique que ce n’est pas la première fois que des symboles anti juifs sont utilisés par des Russes. « Ce que nous voyons ici est l’utilisation de représentations identiques à celles qui étaient d’usage dans l’Allemagne nazie et en Europe orientale avant et pendant la seconde guerre mondiale, » a-t-il déclaré.

« Le fabricant a choisi consciemment de susciter et d’invoquer des sentiments antisémites, pensant ainsi accroître ses ventes. »



Je ne connais pas la langue de ces Russes taxés sans vergogne d’antisémites mais si on en croit le Yediot on lit sur la partie gauche de l’étiquette :

Shalom d’Israël »

Et sur la partie droite, une phrase en argot qui dirait :

Crachez-les partout » par allusion aux « sales Juifs.»

Bon, je ne suis pas russophone, mais j’ai l’impression que crachez-les partout concerne la partie non comestible de la graine et que « sales juifs » ne figure pas sur l’étiquette.

On a là un exemple type de fabrication d’un événement antisémite qu’on a même le culot de mettre en lien avec la crise financière globale (au fait pourquoi la crise financière devrait-elle s’accompagner d’une montée de l’antisémitisme ?). La propagande sioniste a effectivement besoin de l’antisémitisme et c’est au microscope qu’elle le traque, quitte éventuellement à en semer elle-même les graines.

Car ces graines avec leur emballage au goût pour le moins douteux ne sont vendues que dans quatre magasins de New York, une ville peuplée de plusieurs millions d’habitants !

Ensuite, rien ne dit que les emballages en question soient utilisés pour la commercialisation de ces graines dans d’autres réseaux de distribution, aux Etats-Unis ou ailleurs.

Et ce que le Yediot comme l’Agence Juive se sont bien gardés de dire, c’est que si les commerces incriminés appartiennent bien à une famille russe, en l’occurrence la famille Shnayder, cette dernière est juive ashkénaze. D’ailleurs les magasins de la famille Shnayder se trouvent à Brooklyn, c’est-à-dire un quartier où les Juifs sont nombreux et constituent probablement l’essentiel de la clientèle.

Maintenant, voyons si cette manifestation « antisémite » va faire le tour du monde de l’information…


%d blogueurs aiment cette page :