Archive for the ‘AIPAC’ Category

Ce qu’on appelle débat électoral aux Etats Unis

17 octobre 2010
Ce post vient dans le droit fil du précédent. Il nous rappelle aussi un autre « débat » électoral aux Etats Unis où, comme ici, la discussion ne portait pas sur la crise financière ou les problèmes de logement mais sur le soutien suffisant ou pas apporté à au squat juif installé en Palestine. On pense irrésistiblement à ce député-maire Français qui expliquait avec passion à son auditoire que l’entité sioniste était plus importante que le débat sur la réforme du système  de retraite.
Yitzhak Benhorin, le journaliste du Yediot qui nous relate ce débat surréaliste ne le dit certes pas, mais la toute première phrase de son papier donne  l’impression qu’il est sincèrement sidéré par l’étendue de la bêtise des Américains.

Israël occupe une place centrale dans la campagne électorale en Illinois

Dans la compétition en Illinois pour le siège au Congrès – un affrontement entre deux candidats Juifs – Israël s’est frayé un chemin au sommet de l’agenda politique. Le thème du concours: Qui en fait plus pour la protection des intérêts juifs?
par Yitzhak Benhorin, Yediot Aharonot (Sionistan) 17 octobre 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri

Oubliez la crise financière; dans le 9ème district électoral en Illinois, c’est Israël qui a pris la place centrale dans la campagne électorale. Un candidat Juif a tenté de convaincre son électorat majoritairement juif que son concurrent Juif n’en avait pas fait assez pour protéger l’intérêt juif.

Le 9è district électoral pour le Congrès, qui recouvre les banlieues nord de Chicago, sont une zone comportant une importante population juive. De manière prévisible, les deux candidats sont Juifs. La candidate démocrate est l’élue au Congrès sortante Jan Schakowsky, une modérée dont la réélection semble assurée. En course contre elle, le républicain Joel Pollak, 33 ans, un Juif orthodoxe avec des conceptions conservatrices qui l’ont amené à s’en prendre à sa concurrente en mettant la question d’Israël au centre de la campagne.

‘Ma préoccupation: Israël’

Pollak a l’habitude de transporter avec lui une carte du Proche Orient dans ses déplacements électoraux, et de la montrer aux électeurs. La semaine dernière, il avisitéla synagogue réformée de B’nai Jehoshua Beth Elohim à Deerfield en Illinois, qui accueillait un débat entre les deux candidats. Il a déployé la carte Google en sa possession et annoncé au public: « Ce soir, je vais surtout m’intéresser à Israël ».

Ce fut un débat significatif qui a été répercuté par la presse nationale, même par de grands organes de presse comme le New York Times. Pollak a demandé aux personnes présentes de dire s’ils remarquaient la frontière entre Israël et les territoires de l’Autorité Palestinienne. Il a affirmé que les électeurs devaient comprendre le problème et envoyer un élu au Capitole capable de protéger l’Etat juif. Selon lui, l’élue sortante n’en fait pas assez pour Israël.

Le principal obstacle pour Pollak est que Schakowsky a été qualifiée de « casher » par la communauté pro-israélienne, et l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), un important groupe de pression, a fait l’éloge se son travail.
 

Le fait qu’on la connaisse pour son soutien à la politique moyen orientale du président US Barack Obama n’a pas encore affaibli sa popularité au sein de l’électorat juif.

La compétition Pollak-Schakowsky n’est pas le seul affrontement où Israël se trouve au centre de l’attention; dans le 10ème district vosin de Chicago nord, Israël est une question importante dans la course entre le candidat républicain au Congrès Robert Dold et son opposant démocrate Dan Seals.

Israël est un sujet qui intervient également souvent dans la lutte pour le siège au Sénat qu’occupait Obama avant son élection à la présidence. Le républicain Mark Kirk, qui a un impressionnant état de services en faveur d’Israël; attaque constamment son concurrent démocrate Alexi Giannoulias en essayant de le présenter comme anti-Israël. De son côté, Giannoulias, peu à l’aise, réfute cette accusation.

Hasbara, lobby sioniste, Turquie et génocide arménien

23 juin 2010

Dans les commentaires qui apparaissent sur ce blog, nous voyons en temps réel l’évolution de l’argumentaire de la hasbara sioniste. C’est le même argumentaire, concocté par les parrains de la hasbara, qui nous est resservi par des exécutants dociles. Vous trouverz les mêmes thèmes et les mêmes arguments en Belgique, en Angleterre, au Canada, en Espagne, aux Etats Unis etc. Les internautes sionistes qui se chargent de mon blog, après avoir en effet utilisé les Bahais d’Iran pour étayer leurs arguments, s’en prennent maintenant à la Turquie, en particulier au traitement que son gouvernement ferait subir aux Kurdes. Or ce traitement leur indifférait jusqu’aux prises de position du premier ministre Turc puis à l’assaut contre la flottille pour Gaza et ce qui s’en est suivi au plan politique entre Ankara et les chefs du gang sioniste. Oui, car aujourd’hui encore, la coopération militaire entre Ankara et Tel Aviv se poursuit à un rythme moindre avant peut-être de se terminer. Il est cependant presque certain que la Turquie ne sera plus un des principaux débouchés de l’industrie sioniste d’armement.
Cette référence aux Kurdes relativement à la Turquie nous dit tout sur la mentalité sioniste Pour les sionistes, ne compte que ce qui est conforme à leurs intérêts, ils sont dénués de principes et prompts à l’amnésie quant à leurs agissements : ils ont déjà oublié leurs longues années de coopération étroite avec la Turquie, oublié leur coopération avec la dictature argentine, oublié leurs étroites relations sur les plans politique et militaire avec le régime d’apartheid. Nietzsche disait je crois que l’amnésie caractérisait le surhumain. Mais les sionistes ont une amnésie fort sélective et sont, quand il s’agit de leurs intérêts d’une rancune tenace. Et somment le monde entier de se souvenir. De quoi au juste?.

Aux Etats Unis, les sionistes sont en train de ressortir le dossier du génocide arménien. En effet, après avoir longtemps contribué activement aux efforts des autorités turques pour contrecarrer l’adoption d’une résolution du Congrès des Etats Unis, le lobby sioniste est en train de retourner sa veste et va peut-être plaider pour que cette résolution soit adoptée. Les dirigeants du lobby font déjà assaut de déclarations sincèrement hypocrites sur leur revirement. Or, ce revirement ne tient absolument pas au fait que les sionistes auraient ouvert les yeux sur la souffrance de l’Autre, il témoigne simplement de la dégradation des relations avec la Turquie. Nous verrons comment le lobby sioniste va finalement se positionner sur cette affaire, cela dépendra évidemment de l’état des relations du gang sioniste avec Ankara, mais ce qui est sûr, c’est que si le lobby sioniste fait finalement pression pour une reconnaissance américaine du génocide arménien, même les membres les plus atlantistes de l’élite politique turque l’interpréteront comme un casus belli qui aura des conséquences irrévocables.

En attendant de voir comment cette affaire va évoluer, je cous propose cet article d’un journaliste Américain d’origine arménienne et ses déboires avec le lobby sioniste quand il s’est mis en tête de faire un papier sur le pacte entre les autorités turques et le régime sioniste au sujet du génocide arménien.

 
Soudain, le lobby israélien découvre le génocide arménien
J’avais essayé une fois de dénoncer le déni du génocide arménien par le lobby israélien – et j’avais dû quitter mon job.
par Mark Arax, Salon.com (USA) 16 juin 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri
 
Certains des plus puissants dirigeants de la communauté juive américaine ont récemment franchi une étape vers la reconnaissance du génocide arménien de 1915 commis par la Turquie ottomane.
 
A première vue, cela semble banal. En tant que victimes de l’holocauste, on pouvait s’attendre à voir les Juifs aux côtés des Arméniens et de leur tragédie. Après tout, les massacres et les marches de la mort à travers l’Anatolie dans les heures sombres de la première guerre mondiale devinrent un modèle pour Hitler lui-même.
 
Mais cette reconnaissance soudaine du génocide arménien marque en réalité un revirement sans vergogne de la part des grandes organisations juives américaines. Pendant des dizaines d’années, elles ont aidé la Turquie à occulter son passé meurtrier. Chaque année, le lobby israélien aux Etats Unis a joué un rôle discret mais essentiel en faisant pression sur le Congrès, le Département d’Etat et les présidents successifs pour empêcher l’adoption de simples résolutions du Congrès pour commémorer le million et demi de victimes arméniennes.

Ce n’est pas bien de nier le génocide, concèdent-elles maintenant, mais elles l’avaient fait pour Israël. Elles l’avaient fait par gratitude envers la Turquie, seul et unique allié musulman d’Israël.

Le jeu a changé maintenant. Israël et la Turquie sont coincés dans une querelle au sujet de la flottille pour les Palestiniens qui a été interceptée en haute met par Israël. La Turquie est scandalisée par le meurtre de neuf de ses ressortissants à bord. Israël est outrée qu’un pays avec un passé comme celui de la Turquie ose juger de la moralité de l’Etat juif.
 
Le génocide arménien est donc devenu une nouvelle arme entre les mains d’Israël et de ses partisans aux Etats Unis, un moyen de menacer la Turquie, des représailles entre connivents: Hé, la Turquie, si tu veux jouer au méchant avec Israël, si tu veux nous donner des leçons sur les violations des droits de l’homme, nous pouvons facilement aller dans l’autre direction sur le génocide arménien. Fini d’arpenter les couloirs du congrès pour défendre votre cause honteuse.
 
Si je donne l’impression d’être cynique avec tout ça, c’est peut-être que c’est le cas.

Printemps 2007, j’avais écrit un article qui révélait comment le déni du génocide avait fait l’objet d’un vilain petit pacte entre la Turquie et Israël avec son lobby aux Etats Unis.
 
Cet article, ainsi qu’il s’est avéré par la suite, fut mon dernier article pour le Los Angeles Times, le seul dans mes vingt ans de carrière être éliminé à la veille de sa publication.
Trois ans après, je peux encore m’entendre en présenter les contours à un de nos chefs de rédaction du bureau de Washington.

Des dissensions sur le déni du génocide commencent à apparaître à l’intérieur de la communauté juive. Si vous écoutez attentivement, vous pouvez entendre les frémissements d’un débat.

 D’un côté, se trouvaient les conservateurs, les lions dévoués au Likoud dans les grandes organisations juives qui se faisaient les champions des vertus de la Turquie, le premier pays musulman à reconnaître formellement Israël. Tant qu’Ankara continuait à coopérer avec Israël pour des exercices militaires et à acheter de l’armement israélien, elle méritait un traitement particulier. Israël elle -même avait adopté officiellement une politique de négation du génocide arménien. Ses partisans aux Etats Unis étaient obligés de faire de même.
 
De l’autre côté se trouvaient des Juifs plus progressistes qui ne pouvaient encaisser l’idée que des survivants de l’holocauste œuvrent avec autant de diligence pour effacer la mémoire du génocide d’un autre peuple. Comment des dirigeants Juifs dont tous les sens étaient tournés vers la détection de négateurs de l’holocauste parmi nous, qui étaient allés au bout du monde pour pourchasser les comparses d’Hitler peuvent-ils maintenant s’engager aux côtés des patrons du génocide?
 
C’était le genre d’hypocrisie qui faisait sonner le vœu « Plus jamais ça » comme quelque chose d’exclusif, un abri réservé à certains.
 
Mon chef d’agence était intrigué. Il avait un sujet important et d’actualité qu’aucun journal ou magazine n’avait traité. Le fait que j’étais le petit fils de survivants du génocide arménien ne semblait pas avoir suscité en lui de quelconques réticences. Au contraire, mon origine ethnique me donnait une connaissance utile des problèmes et des acteurs.
 
Je savais que des spécialistes du domaine des études sur l’holocauste considéraient le génocide arménien comme un antécédent aux échos effrayants. Et des universitaires Juifs condamnaient ouvertement la longue campagne de dénégation de la Turquie, la voyant comme ma poursuite psychologique du traumatisme lié au génocide.
 
Mais ces mêmes universitaires sont majoritairement restés silencieux quand on en venait au rôle en coulisses d’Israël et de son lobby aux Etats Unis – l’Anti-Defamation League, l’ American Israel Public Affairs Committee, les think tanks néoconservateurs et les faucons de l’administration Bush – jouaient leur rôle dans ce déni.
 
C’est l’histoire que je voulais raconter au moment où la loi de commémoration devait passer en commission ce mois d’avril là – le mois au cours duquel les Américains commémorent leurs martyrs.
 
La seule condition de mon chef d’agence était qu’aucune interview ne soit non sourcée. « Des sources non nommées ne marcheront pas dans ce cas, » avait-il dit.
 
Je me suis rendu à Wilshire Boulevard pour taper à la porte du consulat de Turquie. Le diplomate en poste, un homme poli en costume trois pièces, s’est demandé comment les événements de 1915 pouvaient constituer un génocide si, en tant qu’Arménien, je me trouvais littéralement debout devant lui.
 
« Donc vos deux grands parents ont survécu, hein » m’avait-il dit sur un ton accusateur.
 
Je me suis mis à la recherche de Yair Auron, le professeur de l’Open Universiy d’Israël qui avait écrit ce livre fondateur de 2003, « The Banality of Denial: Israel and the Armenian Genocide. »

Il l’avait écrit empli de honte, avait-il dit. « Le déni du génocide arménien dans la diaspora juive est étroitement associé à la politique de déni en Israël. Ce n’est rien moins qu’une trahison de l’héritage moral de l’holocauste. »
 
Je suis alors allé voir les hypocrites et les négationnistes qui trônaient à la tête des grandes organisations juives américaines. Aucun n’a été aussi direct qu’Abraham Foxman, le responsable de l’Anti-Defamation League à New York. Le génocide arménien était devenu son bâton bien pratique pour maintenir la Turquie dans le droit chemin.
 
Foxman venait juste de rentrer d’une réunion avec des dirigeants militaires et politiques Turcs pour discuter des pressions sur le Congrès, le Département d’Etat et le président Bush pour éviter une fois de plus l’adoption d’une résolution sur le génocide.
 
« Notre centre d’attention est Israël, » avait-il expliqué. « Si aider la Turquie sert Israël, alors c’est ce que nous nous chargeons de faire. »
 
Mais une telle ligne de conduite aurait dû être très inconfortable pour un dirigeant juif quand il est question de génocide.  
« Etait-ce un génocide? » avait-il dit. « C’était la guerre. Les choses deviennent embrouillées. »
 
Il doutait que l’adoption d’un texte au Congrès puisse aider à « réconcilier » les différences entre Turcs et Arméniens, comme si tout ça n’était qu’une dispute conjugale qui avait besoin d’un retour au calme.
 
« Les Turcs et les Arméniens ont besoin de revisiter leur passé. La communauté juive ne devrait pas être l’arbitre de cette histoire. Et je ne crois pas que le Congrès des Etats Unis devrait l’être non plus. »
 
Il tirait ses arguments directement du script turc. J’ai carrément dû revisiter son site web pour m’assurer que l’ADL était toujours préoccupée par la lutte non seulement contre l’antisémitisme mais aussi contre la « bigoterie et l’extrémisme » et pour « garantir une justice et un traitement équitable pour tous. »
 
J’ai remarqué que le génocide avait déjà bien été documenté dans sa réalité par de nombreux historiens éminents. Et que le Congrès reconnaît l’histoire de toutes sortes de peuples. Des résolutions commémorent les victimes de l’holocauste par exemple.
 
« Vous ne sous-entendez pas que le génocide arménien est la même chose que l’holocauste, n’est-ce-pas? »

J’ai essayé de faire le parallèle qu’ont tracé les historiens, mais Foxman l’a perçu comme un affront. Le caractère unique de l’holocauste était dévalué par les Arméniens qui cherchaient à lui monter sur le dos.
 
Etes-vous Arménien? » m’avait-il finalement demandé.
 
« Aurait-ce de l’importance si c’était le cas? » avais-je répondu. « Des journalistes noirs s’intéressent aux droits civiques. Des journalistes Latino parlent de l’immigration. Des journalistes Juifs écrivent sur les négateurs de l’holocauste. Nous sommes journalistes. »

J’ai écrit l’article et je l’ai transmis. Mon chef d’agence à Washington était satisfait. Il avait atterri sur la maquette du weekend, en bon candidat pour la une.
 
Le weekend vint puis passa, mais l’article ne parut pas. J’appelais le chef d’agence pour lui demander s’il y avait un problème. Il était désolé de dire que l’article avait été exécuté – sur un ordre de dernière minute du rédacteur en chef.
 
« Mais pourquoi? » avais-je demandé.
 
« Votre partialité, » avait-il dit
 
« Ma partialité? »

 Ca m’a alors frappé. Alors même que le journal présentait un autre de mes articles pour le prix Pulitzer pour cet article j’étais un Arménien.

 L’explication officielle était un modèle du genre. Le rédacteur en chef disait que je n’étais pas un journaliste objectif parce que j’avais une fois signé une pétition affirmant que le génocide arménien était un fait historique.
 
Je n’ai jamais signé une telle pétition. Mais si je l’avais fait, en quoi aurait-ce été la preuve d’un biais? Notre propre livre de règles de conduite au Times admettait le génocide comme un fait historique.
 
« Diriez-vous à un journaliste juif qu’il ne devrait pas écrire sur le déni de l’holocauste parce qu’il croit que l’holocauste est un fait? avais-je demandé.
 
Sa réponse fut de réaffecter mon article à un collègue qui couvrait le Congrès à Washington. Le fait que ce reporter était juif – et que l’article traitait de la négation juive du génocide – se semblait pas gêner le rédacteur en chef. La collègue, qui n’a peut-être pas eu le choix dans cette affaire, a vidé mon article de sa substance. Quand il en a eu terminé, il n’était plus du tout question du négationnisme juif.
Après un vilain combat public, j’ai démissionné du journal. Le rédacteur en chef sera par la suite poussé vers la porte de sortie quand une enquête interne démontra que mon article était factuel et sans parti pris.

Ces jours ci, je suis un observateur plus qu’attentif de la nouvelle guerre froide qui s’est déclenchée entre la Turquie et Israël est ses partisans.
Que dire de ce rush des dirigeants Juifs – depuis l’American Israel Public Affairs Committee à Washington jusqu’à un conseiller municipal de Los Angeles nommé Jack Weiss – qui ces dernières semaines ont admis leur rôle dans le déni du génocide?
« Franchement, ce n’était pas convenable de la part des Juifs compte tenu que nous avons également été victimes d’un génocide, » écrit Weiss dans un article peu élégant paru dans the Jewish Journal.
Comment rendre compte de ces confessions soudaines? Un accès de remords? Une purification de l’âme? J’ai peur que non. Ce ne sont pas du tout des confessions. Au contraire, ce sont des rappels de la dette de la Turquie envers Israël – et elles viennent dans un élan agressif.

La semaine dernière, quatre professeurs Juifs des universités Georgetown et Bar-Ilan ont exhorté le premier ministre Israélien Benjamin Netanyahou à reconnaître officiellement le génocide arménien. Pends ça dans les dents, Turquie!
Quelle sera la réaction d’Ankara? La peur d’une reconnaissance du génocide, qu’elle considère comme une question de sécurité nationale, amènera-t-elle finalement la Turquie à adoucir ses accusations d’apartheid contre Israël et à redevenir un allié accommodant?
 
Et que dire des Arméniens et de leur lobby? Ne sont-ils pas coupables d’avoir observé passivement l’agression contre la flottille et de penser maintenant que les vents de la géopolitique tournent en ce moment en leur faveur? Deviendront-ils les intimes de ces dirigeants Juifs soudainement désireux de s’emparer de leur génocide? Ou leur diront-ils « merci, mais c’est non » pour s’associer à la Turquie en faveur de la cause palestinienne?

Nous le saurons seulement en avril, quand la résolution sur le génocide reviendra au Congrès.

 
Mark Arax est l’auteur de plusieurs livres dont son tout dernier, « West of the West. »

Lobby sioniste – administration Obama: vers l’épreuve de force.

17 mars 2010
La conduite des délinquants sionistes indispose de plus en plus de monde et pas seulement parmi les antisionistes. Un post précédent vous parlait d’ailleurs de la gêne ressentie par une dirigeante communautaire juive Norvégienne pas spécialement antisioniste. 
Mais aux USA aussi, de plus en plus de gens se sentent mal à l’aise depuis la dernière grande agression sioniste contre Gaza et peut-être surtout depuis l’humiliation subie récemment par Joe Biden, le second d’Obama a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Car oui, Joe Biden est le second d’Obama, c’est-à-dire celui qui accèderait à la plus haute fonction en cas d’empêchement du chef de l’Etat pour une raison ou pour une autre. Et non, les Américains n’aiment pas beaucoup qu’on insulte de la sorte le N°2 de l’administration présidentielle. Ils seront certainement plus rancuniers que les Français.
On aurait tort de minimiser l’impact dévastateur de la bourde monumentale du régime sioniste dans une étape historique où ils doivent tout faire pour s’implanter durablement dans la région proche orientale afin d’avoir un levier à actionner pour contenir une Chine en phase ascendante et de plus en plus dépendante des hydrocarbures importés. Une implantation durable passe par des relations apaisées avec les pays de la région, ce que les Etats Unis n’obtiendront jamais vraiment tant que la question palestinienne restera pendante. Et on commence petit à petit aux Etats Unis à apercevoir que l’alliance avec l’Etat sioniste est plus un fardeau qu’un atout.
L’article ci-dessous est paru sur Swampland, un blog de Time Magazine. Mais attention, l’auteur, Joe Klein, n’est pas un sans grade comme votre serviteur mais l’éditorialiste politique de Time Magazine, ce qui donne une toute autre ampleur à la charge qu’il lance contre l’AIPAC en des termes très directs. Et la réponse à la question qu’il pose est évidente car comme il apparait de plus en plus clairement, les sionistes n’ont pas une double loyauté ou allégeance mais une seule. Et cette dernière va à l’Etat voyou.

Israël d’abord?
par Joe Klein, Swampland (Time Magazine, USA) 15 mars 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri
 

L’America-Israel Public Affairs Committee (AIPAC, équivalent du CRIF aux USA) a commis quelque chose de très imprudent: publier une déclaration critiquant l’administration Obama, plutôt qu’Israël, pour sa réaction à l’annonce récente par le gouvernement Netanyahou de nouveaux lots de colonies illégales à Jérusalem – une annonce faite pendant la visite du vice président Joe Biden la semaine dernière, un acte d’une extrême grossièreté en plus d’être d’une illégalité incontestable.

C’est tout à fait remarquable. Je me trompe peut-être – et les commentaires pour me corriger sont les bienvenus – mais je  suis incapable de me souvenir d’un autre groupe de pression ethnique ou religieux se rangeant au côté d’un pays étranger contre le président des Etats Unis… particulièrement quand le pays en question se livre à un comportement que la communauté internationale considère comme illégal.
Une fois encore, chaque président US depuis Richard Nixon a appelé à un gel de la construction de colonies dans les secteurs palestiniens, dont Jérusalem Est, conquise par Israël en 1967. L’AIPAC prend position avec Israël, contre chacun de ces présidents.

J’espère bien que l’AIPAC va vite reprendre ses esprits. Mais je la soupçonne de vouloir une épreuve de force avec l’administration Obama qui, à la différence de l’administration Bush précédente, s’est tenu aux côtés du reste du monde en demandant à Israël de respecter la feuille de route tracée par le quartette (USA, Nations Unies, Union Européenne et Russie), un plan que les Palestiniens de Cisjordanie semblent prendre au sérieux. Il s’agit d’une tentative de démonstration de force par l’AIPAC pour contraindre l’administration Obama à reculer: Israël dispose d’un soutien considérable aux Etats Unis, notamment chez les Evangélistes (qui croient que la création d’un Grand israël, c’est-à-dire l’annexion des terres palestiniennes, sera un prélude à la parousie).

En tant que Juif Américain, je trouve ça extrêmement gênant et regrettable. Ca pourrait devenir très, très vilain.

Une partie des dossiers du FBI sur le lobby sioniste rendus publics

17 novembre 2009
On le sait, de nombreux politiciens Etatsuniens ont fait allégeance au lobby sioniste pour des motifs dans lesquels l’argent et l’accès aux médiats jouent un rôle essentiel.
Cet aspect a été démontré, à une échelle certes plus modeste, par l’émission Dispatches de Channel 4 consacrée au poids du lobby sioniste au Royaume Uni.
Vous remarquerez que, dans l’ensemble, la presse ne se bouscule pas pour rendre compte de l’émission diffusée par la chaîne britannique.
Médiatiser le mensonge, dissimuler la vérité, c’est ainsi que le lobby aime voir la presse fonctionner.
Vous me direz que la presse sioniste en parle. Oui, mais elle est presque la seule à le faire pour modeler cette information dérangeante dans une forme acceptable par le sioniste de base.
On le sait, le lobby sioniste avait été certes dénoncé aux Etats Unis par Stephen Walt et  John Mearsheimer dans un livre retentissant.
Retentissant au niveau des élites et non du grand public dont l’attention n’a pas forcément été attirée sur ce travail d’universitaires.
Si les deux co-auteurs sont maintenant relativement marginalisés, ils n’ont cependant pas résolu de se taire et, surtout, leur réflexion commence à faire des petits comme justement l’émission de Channel 4.
Le dernier rejeton de leur travail est produit  par l’ Institute for Research: Middle Eastern Policy qui se base sur des documents du FBI déclassifiés.
Ces documents montrent clairement que les autorités US avaient d’emblée perçu le lobby sioniste, incarné d’abord par l’American Zionist Council puis l’AIPAC, comme le représentant d’intérêts étrangers.
Ce qui particularise l’AIPAC par rapport à d’autres groupes de pression, c’est qu’il s’appuie sur des organisations et des personnes qui sont à la fois des citoyens des Etats Unis et des sionistes zélés.
Les documents montrent aussi la tenace opposition du FBI aux agissements de ce lobby jugé contraire aux intérêts des Etats Unis, notamment dans le domaine économique.
Pour ceux qui auraient envie de creuser la question, c’est par exemple un secret de Polichinelle que l’entité sioniste vend à son profit de la technologie étatsunienne à des pays auxquels Washington refuse précisément d’en vendre.
Tout récemment encore, l’administration Obama a levé les barrières douanières entravant l’importation de produits laitiers de l’entité sioniste (les agriculteurs US payeront la facture).
Cette hostilité des fonctionnaires US s’est rarement démentie et elle explique aussi qu’aucun président n’a eu le front de les défier en libérant Jonathan Pollard par exemple. Elle se traduit de même, par un contrôle serré des scientifiques susceptibles de transmettre des secrets à l’entité sioniste comme on l’a constaté avec l’affaire Nozette.

Chers « amis » sionistes, nous n’en sommes probablement qu’au début d’un grand déballage.

Washington – Nouveaux documents rendus publics: l’AIPAC a reçu de l’ambassade israélienne des documents américains classifiés sur le commerce 

16 novembre 2009, Vos Iz Neias (USA) traduit de l’anglais par Djazaïri

Washington –  Un dossier du FBI révèle que l’ambassade israélienne a transmis des documents classifiés volés au gouvernement US à l’ American Israel Public Affairs Committee (AIPAC). En 194, Israël et l’AIPAC avaient fait ensemble pression sur le Congrès pour obtenir un accès privilégié d’Israël au marché étatsunien en dépit de l’opposition générale de l’industrie américaine.

Les documents déclassifiés du FBI peuvent être téléchargés depuis l’Israel Lobby Archive.

Le dossier FBI, maintenu secret pendant 25 ans, a été récemment transmis à l’ Institute for Research: Middle Eastern Policy (Irmep) sur requête aux termes du Freedom of Information Act. Les documents déclassifiés, leur contexte historique et l’impact à long terme sur l’emploi et les exportations sont détaillés dans le nouveau livre « Espionnage commercial: comment le lobby israélien affaiblit l’économie américaine. » « « L’espionnage commercial » analyse aussi la longue histoire de l’appui matériel et en conseil à l’AIPAC par le gouvernement israélien.

Aux termes du Foreign Agents Registration Act (FARA) de 1938, les organisations qui agissent aux USA comme agents politiques d’une puissance étrangère doivent ouvertement déclarer cette relation à l’unité FARA de la section contre espionnage du Département de la Justice.

En 1962, le procureur général des USA Robert F. Kennedy avait ordonné à l’organisation mère de l’AIPAC, l’American Zionist Council (AZC) de s’enregistre comme agent de l’étranger. On avait découvert que l’AZC avait transféré des fonds depuis l’Agence Juive à jérusalem pour abonder des organisations de lobbying naissantes à travers les USA, ainsi qu’à Isaiah L.« Si, » le fondateur de l’AIPAC. Kenen avait été brièvement un agent étranger enregistré pour le ministère israélien des affaires étrangères avant d’aller faire du lobbying pour l’AZC. Après l’ordre d’enregistrement selon le FARA Act, l’AZC s’était dissoute pour passer les missions de lobbying à ses « comités Kenen, » connus aujourd’hui sous le nom d’AIPAC.

Selon Grant Smith, directeur de recherches à l’IRmep, la divulgation des activités de l’AIPAC est attendue depuis longtemps. « Selon nos recherches, l’AIPAC n’est que l’American Zionist Council sous un autre nom.  Aujourd’hui, tous les électeurs Américains et les organisations d’industriels devraient avoir accès à environ une centaine de rapports détaillant d’autres activités secrètes de l’AIPAC pour le compte d’Israël. Les Américains ont légalement droit à cette information conformément au Foreign Agents Registration Act. »

L’rLobby Archive, http://IRmep.org/ila, est une unité de l’Institute for Research: Middle Eastern Policy à Washington. Cette archive numérise des documents déclassifiés obtenus grâce à la loi sur la liberté de l’information concernant les archives des srvices de sécurité et de renseignements. Irmep est un organisme à but non lucratif basé à Washington qui étudie la formulation des politiques US au Moyen Orient.

>Le lobby sioniste "possède" Mme Clinton et c’est pourquoi il la préfère au sénateur Obama.

28 février 2008

>

Pourquoi la guerre contre Obama
par Robert Parry, Baltimore Chronicle (USA) 26 février 2008, traduit de l’anglais par Djazaïri
x
Alors que des esprits cyniques continuent à voir l’appel au « changement » de Barack Obama comme une vaine rhétorique, des familiers des cercles de Washington commencent à penser que sa capacité à lever d’importantes somme d’argent auprès d’environ un million de donateurs, la plupart étant de petits donateurs, pourrait fragiliser l’emprise que l’argent lié à des intérêts particuliers a depuis longtemps sur le gouvernement des Etats-Unis.
Cette prise de conscience de plus en plus répandue que le mouvement politique d’Obama pourrait représenter un changement plus révolutionnaire qu’on ne voulait bien l’admettre suscite une résistance croissante chez les défenseurs du statu quo – et incitent à des attaques plus dures contre Obama.

Actuellement, la ligne de front pour l’establishment de Washington est la bataille électorale présidentielle d’Hillary Clinton qui a été abasourdie par l’intelligence politique d’Obama comme par son extraordinaire capacité à lever des fonds par internet. Les dons venus de la base électorale d’Obama ont annulé la prodigieuse avance de Mme Clinton avec les gros donateurs.
Les lobbies puissants – depuis l’AIPAC aux représentants de l’industrie de l’armement et autres – sont également conscients de l’intérêt de maintenir leur domination sur le financement de la campagne en ne diluant pas leur argent dans l’immense réservoir des petits donateurs d’Obama. Il est de leur intérêt direct de freiner l’élan d’Obama et de démoraliser au plus vite la base qui le soutient.
Alors, les néoconservateurs et d’autres mouvements idéologiques – largement dépendants des financements venant des mêmes intérêts particuliers – s’impliquent maintenant dans la campagne électorale de Mme Clinton pour démolir Obama en le dépeignant comme non patriotique, inexpérimenté et probablement « crypto-musulman. »
Le 25 février, William Kristol, éditorialiste néoconservateur du New York Times attaquait le patriotisme d’Obama en citant la décision du sénateur de l’Illinois de ne plus arborer sur son revers le pin du drapeau américain car, selon Obama, il a vu comment George W. Bush avait exploité le drapeau pour précipiter la nation dans la guerre avec l’Irak.
« Vous savez, la vérité est que juste après le 11 septembre j’avais un pin, » avait répondu Obama en octobre 2007 quand on lui avait posé la question sur le non port du pin au drapeau. « Comme nous parlons de la guerre en Irak qui est devenue un substitut selon moi au véritable patriotisme qui consiste à se prononcer sur des questions importantes pour notre sécurité nationale, j’ai décidé de ne plis porter ce pin sur ma poitrine. »
Dans un édito intitulé « C’est Tout pour Lui,» Kristol raillait cette explication comme un exemple aussi bien des proclamations douteuses de patriotisme d’Obama que de sa suffisance.
« Mettons de côté l’affirmation selon laquelle ‘se prononcer sur des questions’ constitue le vrai patriotisme » écrivait Kristol. « Ce qui est frappant c’est qu’Obama n’a pas pu d’empêcher de donner une explication grandiose… La vanité morale a prévalu. Il voulait expliquer qu’il était trop bien – trop patriote ! – pour porter un pin avec le drapeau sur sa poitrine. »
Kristol s’en est pris ensuite à Michelle Obama pour la façon dont elle avait exprimé son enthousiasme devant la mobilisation populaire pour un changement politique qui a entouré la campagne de son mari : « Pour la première fois de ma vie d’adulte, je suis vraiment fière de mon pays, » avait-elle dit.
Kristol écrivait : « Est-il vraiment possible que les Etats-Unis n’aient rien accompli depuis [le milieu des années 1980] qui puisse la rendre fière ? C’est apparemment le cas. » [New York Times, 25 fév. 2008]
Les malheurs financiers de Clinton
Pendant ce temps, la campagne de Clinton – après avoir consommé plus de 130 millions de dollars et nécessité un emprunt d’urgence de cinq millions dans les ressources personnelles des Clinton – l’a ramenée tête basse vers certains des intérêts particuliers déterminés à préserver le statu quo à Washington.
Par exemple, Jonathan Mantz, le directeur financier de la campagne Clinton a rencontré des donateurs de l’ American Israel Public Affairs Committee [AIPAC] dans le salon d’un hôtel de Washington au moment ces soutiens d’Israël se trouvaient dans cette ville pour affaires, rapportait le Wall Street Journal du 14 février.
La démarche avait du sens car ces membres du groupe de pression pro israélien restent inquiets de la proposition par Obama de discussions à haut niveau avec l’Iran, de son opposition à la guerre contre l’Irak et à son moindre palmarès dans le soutien à Israël comparativement à Hillary Clinton et à John McCain.
Un ancien officiel Israélien m’a expliqué que le gouvernement israélien pense que ça peut marcher avec Obama, Clinton ou McCain mais que le lobby israélien aux USA est fermement opposé à Obama, lui préférant Clinton parce que « ils la possèdent. » Selon cet officiel, le lobby a quelques inquiétudes aussi avec Mc Cain à cause de sa ligne indépendante.
Comme d’autres lobbies puissants, l’AIPAC est inquiet de la capacité d’Obama à collecter d’importantes sommes d’argent auprès d’Américains moyens, limitant ainsi pour les politiciens de Washington le besoin de demander l’obole au réseau légendaire de donateurs fortunés de l’AIPAC. [Pour des précisions, voir Consortiumnews.com’s “How Far Will the Clintons Go?”]

Après avoir perdu 11 primaires consécutives, la campagne de Clinton se transforme désormais en stratégie de la « bouche d’égout, » qui consiste à balancer tout ce qu’elle a sous la main sur Obama.
Ces dernières semaines, les représentants de Clinton ont fait circuler des rumeurs sur les liens d’Obama avec des personnes portant des noms arabes et sur les contributions financières qu’il a reçues de la part de personnes qui étaient des étudiants extrémistes dans les années 1970 (malgré qu’ils aient aujourd’hui les cheveux gris et fassent partie des la classe moyenne). Certains regroupent ces attaques sous le titre, « Les scandales d’Obama. »
Le 26 février, Matt Drudge rapportait sur son site de potins qu’un membre de l’équipe Clinton avait envoyé par courriel une photo d’Obama prise en 2006 au cours d’un voyage au Kenya et sur laquelle on le voit portant un turban et d’autres vêtements traditionnels des sages Somaliens. Ce qui a renforcé des rumeurs antérieures selon lesquelles Obama était secrètement Musulman en dépit de sa longue appartenance à une église chrétienne de Chicago.
David Plouffe, directeur de campagne d’Obama a dénoncé la mise en circulation de cette photo par l’équipe Clinton et son objectif « honteux et offensant de provoquer la peur. »
L’équipe Clinton a nié avoir eu connaissance de la manière dont la photo a été diffusée, mais Maggie Williams, sa directrice de campagne s’en est prise à l’équipe d’Obama pour sa réaction excessive. « Si les responsables de la campagne de Barack Obama veulent suggérer qu’une photo de lui vêtu d’habits somaliens traditionnels est de nature à semer le trouble, ils devraient avoir honte, » a-t-elle déclaré.
Les deux visages d’Hillary
La sénatrice Clinton elle-même a semblé tiraillée entre montrer aux électeurs son visage le plus doux ou laisser parler sa nature combative profonde.
A la fin du débat au Texas, le 21 février, la sénatrice Clinton avait tendu la main vers Obama et exprimé à quel point elle se sentait « honorée » d’être sur la même estrade que lui. Mais elle a bien vite changé de tactique et lancé de dures attaques contre Obama.
Le 23 février, réagissant à des tracts distribués par le camp d’Obama dans l’Ohio et critiquant ses positions sur l’accord de libre échange nord-américain (ALENA) et l’obligation de souscription qui figure dans son plan pour l’assurance santé, Clinton a tancé son rival.

« Honte à vous, Barack Obama, » avait crié Clinton, avant de lui ordonner de « me rencontrer en Ohio et de débattre sur votre tactique et votre comportement dans cette campagne. »
Certains observateurs ont trouvé que l’explosion de Clinton ressemblait à celle d’une reine en colère grondant un jeune serviteur maladroit, ou à celle d’une principale de collège ramenant un élève à l’administration de l’école en le tirant par l’oreille
« Assez de discours et de grands rassemblements pour ensuite recourir à des tactiques inspirées directement du scénario de Karl Rove, » ajoutait-elle, suggérant que les tracts qui forçaient le contraste entre les positions des deux concurrents étaient en quelque sorte un concept nouveau ou diabolique.
En réalité, les tracts d’Obama étaient d’un genre tout à fait classique, plus inspirés de Tom Paine que de Karl Rove. Si le scénario de Karl Rove avait été utilisé, les tracts auraient été présentés comme venant du camp pro Clinton et auraient soutenu la légalisation de la pornographie pédophile.
Mais la campagne de Clinton en était encore à la phase de rodage. Le 24 février, pendant une étape dans le Rhode Island, Clinton a moqué les discours d’Obama appelant au changement :
« Maintenant, je pourrais simplement rester ici et dire, « Rassemblons-nous. Soyons unis. Le ciel s’ouvrira. La lumière descendra. Les chœurs célestes chanteront et chacun saura que nous devons faire ce qui est juste et le monde sera parfait. »
Devant les rires sous cape de ses partisans, Clinton ajoutait, « Je suis peut être un peu vieille, mais je n’ai aucune illusion sur la difficulté de la tâche. Ce n’est pas un coup de baguette magique qui fera disparaître les intérêts particuliers. »
Même si cette ligne d’attaque de Clinton est populaire chez certains de ses partisans – ridiculiser la naïveté supposée des jeunes partisans d’Obama – Obama n’a jamais donné à penser que contrer les groupes d’intérêts bien établis à Washington serait facile.
Obama a affirmé que seul un peuple américain mobilisé peut élire des représentants pour apporter le changement et qu’ensuite le peuple doit rester vigilant pour se prémunit d’un retour en arrière.
S’il est vrai qu’Obama n’énumère pas toutes les difficultés à venir, son argumentation est au moins aussi réaliste que celle de Clinton selon qui cet obstructionnisme républicain peut être surmonté « en travaillant dur. » Cette stratégie avait échoué lamentablement lorsque son premier plan pour l’assurance santé était tombé à l’eau en dépit de ses efforts.
D’ores et déjà, cependant, la réussite d’Obama à sortir de la dépendance financière vis-à-vis des lobbies est peut-être le développement le plus significatif de cette période électorale.
Cette réussite explique aussi la guerre lancée contre Obama – et la montée de l’hystérie chez les personnalités de l’establishment devant la déferlante suscitée par sa candidature.

s
Robert Parry a révélé de nombreux aspects de l’affaire « Contras-Iran » dans les années 1980 pour Associated Press et Newsweek
.

Le lobby sioniste "possède" Mme Clinton et c’est pourquoi il la préfère au sénateur Obama.

28 février 2008

Pourquoi la guerre contre Obama

par Robert Parry, Baltimore Chronicle (USA) 26 février 2008, traduit de l’anglais par Djazaïri

x
Alors que des esprits cyniques continuent à voir l’appel au « changement » de Barack Obama comme une vaine rhétorique, des familiers des cercles de Washington commencent à penser que sa capacité à lever d’importantes somme d’argent auprès d’environ un million de donateurs, la plupart étant de petits donateurs, pourrait fragiliser l’emprise que l’argent lié à des intérêts particuliers a depuis longtemps sur le gouvernement des Etats-Unis.
Cette prise de conscience de plus en plus répandue que le mouvement politique d’Obama pourrait représenter un changement plus révolutionnaire qu’on ne voulait bien l’admettre suscite une résistance croissante chez les défenseurs du statu quo – et incitent à des attaques plus dures contre Obama.

Actuellement, la ligne de front pour l’establishment de Washington est la bataille électorale présidentielle d’Hillary Clinton qui a été abasourdie par l’intelligence politique d’Obama comme par son extraordinaire capacité à lever des fonds par internet. Les dons venus de la base électorale d’Obama ont annulé la prodigieuse avance de Mme Clinton avec les gros donateurs.
Les lobbies puissants – depuis l’AIPAC aux représentants de l’industrie de l’armement et autres – sont également conscients de l’intérêt de maintenir leur domination sur le financement de la campagne en ne diluant pas leur argent dans l’immense réservoir des petits donateurs d’Obama. Il est de leur intérêt direct de freiner l’élan d’Obama et de démoraliser au plus vite la base qui le soutient.
Alors, les néoconservateurs et d’autres mouvements idéologiques – largement dépendants des financements venant des mêmes intérêts particuliers – s’impliquent maintenant dans la campagne électorale de Mme Clinton pour démolir Obama en le dépeignant comme non patriotique, inexpérimenté et probablement « crypto-musulman. »
Le 25 février, William Kristol, éditorialiste néoconservateur du New York Times attaquait le patriotisme d’Obama en citant la décision du sénateur de l’Illinois de ne plus arborer sur son revers le pin du drapeau américain car, selon Obama, il a vu comment George W. Bush avait exploité le drapeau pour précipiter la nation dans la guerre avec l’Irak.
« Vous savez, la vérité est que juste après le 11 septembre j’avais un pin, » avait répondu Obama en octobre 2007 quand on lui avait posé la question sur le non port du pin au drapeau. « Comme nous parlons de la guerre en Irak qui est devenue un substitut selon moi au véritable patriotisme qui consiste à se prononcer sur des questions importantes pour notre sécurité nationale, j’ai décidé de ne plis porter ce pin sur ma poitrine. »
Dans un édito intitulé « C’est Tout pour Lui,» Kristol raillait cette explication comme un exemple aussi bien des proclamations douteuses de patriotisme d’Obama que de sa suffisance.
« Mettons de côté l’affirmation selon laquelle ‘se prononcer sur des questions’ constitue le vrai patriotisme » écrivait Kristol. « Ce qui est frappant c’est qu’Obama n’a pas pu d’empêcher de donner une explication grandiose… La vanité morale a prévalu. Il voulait expliquer qu’il était trop bien – trop patriote ! – pour porter un pin avec le drapeau sur sa poitrine. »
Kristol s’en est pris ensuite à Michelle Obama pour la façon dont elle avait exprimé son enthousiasme devant la mobilisation populaire pour un changement politique qui a entouré la campagne de son mari : « Pour la première fois de ma vie d’adulte, je suis vraiment fière de mon pays, » avait-elle dit.
Kristol écrivait : « Est-il vraiment possible que les Etats-Unis n’aient rien accompli depuis [le milieu des années 1980] qui puisse la rendre fière ? C’est apparemment le cas.» [New York Times, 25 fév. 2008]

Les malheurs financiers de Clinton

Pendant ce temps, la campagne de Clinton – après avoir consommé plus de 130 millions de dollars et nécessité un emprunt d’urgence de cinq millions dans les ressources personnelles des Clinton – l’a ramenée tête basse vers certains des intérêts particuliers déterminés à préserver le statu quo à Washington.
Par exemple, Jonathan Mantz, le directeur financier de la campagne Clinton a rencontré des donateurs de l’ American Israel Public Affairs Committee [AIPAC] dans le salon d’un hôtel de Washington au moment ces soutiens d’Israël se trouvaient dans cette ville pour affaires, rapportait le Wall Street Journal du 14 février.
La démarche avait du sens car ces membres du groupe de pression pro israélien restent inquiets de la proposition par Obama de discussions à haut niveau avec l’Iran, de son opposition à la guerre contre l’Irak et à son moindre palmarès dans le soutien à Israël comparativement à Hillary Clinton et à John McCain.
Un ancien officiel Israélien m’a expliqué que le gouvernement israélien pense que ça peut marcher avec Obama, Clinton ou McCain mais que le lobby israélien aux USA est fermement opposé à Obama, lui préférant Clinton parce que « ils la possèdent. » Selon cet officiel, le lobby a quelques inquiétudes aussi avec Mc Cain à cause de sa ligne indépendante.
Comme d’autres lobbies puissants, l’AIPAC est inquiet de la capacité d’Obama à collecter d’importantes sommes d’argent auprès d’Américains moyens, limitant ainsi pour les politiciens de Washington le besoin de demander l’obole au réseau légendaire de donateurs fortunés de l’AIPAC. [Pour des précisions, voir Consortiumnews.com’s “How Far Will the Clintons Go?”]

Après avoir perdu 11 primaires consécutives, la campagne de Clinton se transforme désormais en stratégie de la « bouche d’égout, » qui consiste à balancer tout ce qu’elle a sous la main sur Obama.

Ces dernières semaines, les représentants de Clinton ont fait circuler des rumeurs sur les liens d’Obama avec des personnes portant des noms arabes et sur les contributions financières qu’il a reçues de la part de personnes qui étaient des étudiants extrémistes dans les années 1970 (malgré qu’ils aient aujourd’hui les cheveux gris et fassent partie des la classe moyenne). Certains regroupent ces attaques sous le titre, « Les scandales d’Obama. »

Le 26 février, Matt Drudge rapportait sur son site de potins qu’un membre de l’équipe Clinton avait envoyé par courriel une photo d’Obama prise en 2006 au cours d’un voyage au Kenya et sur laquelle on le voit portant un turban et d’autres vêtements traditionnels des sages Somaliens. Ce qui a renforcé des rumeurs antérieures selon lesquelles Obama était secrètement Musulman en dépit de sa longue appartenance à une église chrétienne de Chicago.David Plouffe, directeur de campagne d’Obama a dénoncé la mise en circulation de cette photo par l’équipe Clinton et son objectif « honteux et offensant de provoquer la peur. »
L’équipe Clinton a nié avoir eu connaissance de la manière dont la photo a été diffusée, mais Maggie Williams, sa directrice de campagne s’en est prise à l’équipe d’Obama pour sa réaction excessive. « Si les responsables de la campagne de Barack Obama veulent suggérer qu’une photo de lui vêtu d’habits somaliens traditionnels est de nature à semer le trouble, ils devraient avoir honte, » a-t-elle déclaré.

Les deux visages d’Hillary

La sénatrice Clinton elle-même a semblé tiraillée entre montrer aux électeurs son visage le plus doux ou laisser parler sa nature combative profonde.
A la fin du débat au Texas, le 21 février, la sénatrice Clinton avait tendu la main vers Obama et exprimé à quel point elle se sentait « honorée » d’être sur la même estrade que lui. Mais elle a bien vite changé de tactique et lancé de dures attaques contre Obama.
Le 23 février, réagissant à des tracts distribués par le camp d’Obama dans l’Ohio et critiquant ses positions sur l’accord de libre échange nord-américain (ALENA) et l’obligation de souscription qui figure dans son plan pour l’assurance santé, Clinton a tancé son rival.

« Honte à vous, Barack Obama, » avait crié Clinton, avant de lui ordonner de « me rencontrer en Ohio et de débattre sur votre tactique et votre comportement dans cette campagne. »

Certains observateurs ont trouvé que l’explosion de Clinton ressemblait à celle d’une reine en colère grondant un jeune serviteur maladroit, ou à celle d’une principale de collège ramenant un élève à l’administration de l’école en le tirant par l’oreille
« Assez de discours et de grands rassemblements pour ensuite recourir à des tactiques inspirées directement du scénario de Karl Rove, » ajoutait-elle, suggérant que les tracts qui forçaient le contraste entre les positions des deux concurrents étaient en quelque sorte un concept nouveau ou diabolique.
En réalité, les tracts d’Obama étaient d’un genre tout à fait classique, plus inspirés de Tom Paine que de Karl Rove. Si le scénario de Karl Rove avait été utilisé, les tracts auraient été présentés comme venant du camp pro Clinton et auraient soutenu la légalisation de la pornographie pédophile.

Mais la campagne de Clinton en était encore à la phase de rodage. Le 24 février, pendant une étape dans le Rhode Island, Clinton a moqué les discours d’Obama appelant au changement :
« Maintenant, je pourrais simplement rester ici et dire, « Rassemblons-nous. Soyons unis. Le ciel s’ouvrira. La lumière descendra. Les chœurs célestes chanteront et chacun saura que nous devons faire ce qui est juste et le monde sera parfait. »
Devant les rires sous cape de ses partisans, Clinton ajoutait, « Je suis peut être un peu vieille, mais je n’ai aucune illusion sur la difficulté de la tâche. Ce n’est pas un coup de baguette magique qui fera disparaître les intérêts particuliers. »
Même si cette ligne d’attaque de Clinton est populaire chez certains de ses partisans – ridiculiser la naïveté supposée des jeunes partisans d’Obama – Obama n’a jamais donné à penser que contrer les groupes d’intérêts bien établis à Washington serait facile.
Obama a affirmé que seul un peuple américain mobilisé peut élire des représentants pour apporter le changement et qu’ensuite le peuple doit rester vigilant pour se prémunit d’un retour en arrière.

S’il est vrai qu’Obama n’énumère pas toutes les difficultés à venir, son argumentation est au moins aussi réaliste que celle de Clinton selon qui cet obstructionnisme républicain peut être surmonté « en travaillant dur. » Cette stratégie avait échoué lamentablement lorsque son premier plan pour l’assurance santé était tombé à l’eau en dépit de ses efforts.
D’ores et déjà, cependant, la réussite d’Obama à sortir de la dépendance financière vis-à-vis des lobbies est peut-être le développement le plus significatif de cette période électorale.
Cette réussite explique aussi la guerre lancée contre Obama – et la montée de l’hystérie chez les personnalités de l’establishment devant la déferlante suscitée par sa candidature.


Robert Parry a révélé de nombreux aspects de l’affaire « Contras-Iran » dans les années 1980 pour Associated Press et Newsweek.

%d blogueurs aiment cette page :