Archive for the ‘antisémitisme’ Category

L’étoile dite de David, symbole du judaïsme ou du sionisme et des antisémites?

14 janvier 2017

L’article date certes quelque peu puisqu’il a été publié en pleine campagne électorale aux Etats Unis mais il traite de questions historiques qui débordent largement l’actualité immédiate.

L’article parle en effet de ce qu’on appelle l’étoile de David qui est considérée habituellement comme le symbole du judaïsme et nous explique que ce n’est qu’assez récemment que les communautés juives ont commencé à adopter ce symbole.

D’abord imposé par Charles IV, le souverain de Prague, cette étoile se généralisera bien plus tard, au 19ème siècle, chez les Juifs allemands émancipés qui voulaient ainsi avoir un signe pour se distinguer de leurs compatriotes chrétiens qui pour leur part disposaient su symbole de la croix.

Le svastika, ou croix gammée, aurait pu devenir le symbole du judaïsme, si Charles IV en avait décidé ainsi!

Vous tirerez les conclusions que vous voudrez

Qu’est-ce que l’Etoile de David et quelle est sa signification pour les Juifs?

par Lauren Markoe, Religion News Service, Deseret News (USA) 6 juillet 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’utilisation récente par Donald Trump d’une étoile à six branches dans un tweet considéré généralement comme antisémite a soulevé de nombreuses questions sur l’Etoile de David, un symbole du judaïsme. Elle orne les synagogues dans le monde entier et est au centre du drapeau israélien. Mais elle a longtemps été utilisée pour dénigrer les Juifs.

D’où vient cette étoile et en quoi est-elle juive? Explications.

Q – Cette étoile remonte-t-elle au roi David de la Bible?

R – C’est ça. Mais n’allez pas chercher dans la Bible des références à l’Etoile de David. Selon la légende [biblique], c’est le « Magen David », le « bouclier de David » en hébreu qui avait la forme d’une étoile à six branches ou qui avait un motif avec cette forme par repoussage Mais on n’en a aucune preuve pour l’attester, qu’elle soit écrite ou archéologique. Et pendant des centaines d’années, c’est la menorah [chandelier] qui a été le symbole le plus habituel du judaïsme.

Q – Alors d’où vient cette étoile?

R – « Le triangle symétrique entrecroisé était un symbole répandu au Proche Orient dans l’antiquité, » explique le rabbin hassidique Pinchas Taylor dans une vidéo sur ses origines. On peut en trouver des exemples dans les cultures anciennes hindoue, perse et shinto entre autres – et dans des anciens décors juifs également. Elle semble pointer à la fois en direction du ciel et de la terre, de Dieu et de l’humanité et de tous les côtés de l’univers. Les mystiques pensaient qu’elle avait des pouvoirs spéciaux [magiques, NdT].

1_5_2016_b4-gold-secure-meno8201_c1-0-2933-1710_s885x516.jpg

Le chandelier (menorah) est le symbole le plus ancien du judaïsme

Q: Quand les Juifs ont-ils commencé à se servir de l’étoile?

R – Certains Européens, notamment à Prague, l’utilisaient dans les années 1600. Mais son adoption généralisée par les communautés juives n’intervint pas avant le début du 19ème siècle, d’abord chez les Juifs allemands, selon Jonathan Sarna, professeur d’histoire juive à l’université Brandeis.

« Les chercheurs pensent que les Juifs allemands récemment émancipés adoptèrent le symbole par opposition à la croix qui symbolisait si visiblement le christianisme allemand, » écrit Sarna dans son livre « American Juidaism ». L’Etoile de David fit sa première apparition dans le vitrail d’une fenêtre à la Baltimore Hebrew Congregation en 1845. Peu après, « elle devint une affirmation visible de judéité » sur les livres, les objets de cérémonie et les pierres tombales.

Afficher l'image d'origine

Le vitrail de la synagogue de la Baltimore Hebrew Congregation

Q: Est-ce pour cette raison que les Nazis s’en servirent pour identifier les Juifs?

R – Oui, mais les Nazis ne furent pas du tout les premiers à faire porter aux Juifs un signe d’identification. Dans le monde islamique, le Calife Omar II (qui régna de 717 à 720) obligea les juifs, comme les Chrétiens, à porter des « signes distinctifs ». Dans toute l’Europe médiévale, les Juifs devaient porter des écussons – souvent jaunes – et parfois des chapeaux pointus.

Les nazis obligeaient les Juifs à porter des écussons jaunes, bien que la couleur était parfois différente dans certains territoires sous contrôle du IIIème Reich. L’étoile séparait et isolait les Juifs, les désignant ainsi pour la déportation vers les camps de concentration. Un Juif découvert sans son étoile jaune pouvait écoper d’une amende, mis en prison ou tué.

Q – Quel est le lien entre l’étoile et Israël?

R – Le mouvement sioniste adopté l’Etoile de David pour symbole en 1897. Il devint le drapeau de l’Etat d’Israël peu de temps après sa création en 1948. L’étoile est représentée entre une bande bleue sur le dessus et une autre en dessous qui sont supposées évoquer le tallit, le châle de prière juif, qui est habituellement bleu et blanc.

Q – Qu’en est-il de l’affirmation de Trump selon qui il n’y a rien d’antisémite dans l’étoile à 6 branches tweetée par son équipe de campagne?

R – L’équipe de campagne de Trump a écrit les mots « Candidate la plus corrompue de l’histoire! » à l’intérieur d’une étoile à six branches sur fond de billets de banque et à côté d’une photo d’Hillary Clinton. Etant donné qu’une bonne partie du discours antisémite reproche aux Juifs de manipuler l’économie mondiale, la présence de l’étoile associée à de l’argent a été immédiatement vue par les Juifs ainsi que par les non Juifs comme franchement antisémite.

Afficher l'image d'origine

Le tweet litigieux du candidat Donald Trump

Pour être plus précis, l’image provenait d’un forum de discussion où s’expriment volontiers les poncifs et les diatribes des antisémites et des suprématistes blancs

L’explication fournie par l’équipe de campagne, une étoile de shériff, a été largement tournée en ridicule.

 

Un antisémite Canadien qui échappe de peu au licenciement

16 septembre 2011

C’est de manière très sobre que le Toronto Star rapporte cette histoire d’enseignant universitaire accusé d’avoir tenu des propos antisémites pendant une conférence et dont des organisations communautaires juives ont exigé le licenciement..

C’est que ce journal, qui a « sorti » l’affaire pour le grand public est un peu gêné aux entournures sur ce sujet. Parce qu’au Canada, depuis l’arrivée au pouvoir de Stephen Harper, on ne rigole pas avec ce qui pourrait s’apparenter de loin à des propos antisémites. Par exemple, si vous posez le pied à Montréal ou à Halifax, essayez de vous garder de critiquer un peu vigoureusement les politiques du régime sioniste. Vous encourriez les foudres du B’nai Brith et donc de l’Etat canadien.

Beaucoup moins de componction par contre dans le compte rendu que fait de l’incident la magazine US Time qui considère que l’étudiante qui a incriminé l’enseignant était « perdue », c’est—dire qu’elle n’avait pas compris le propos de son professeur faute d’avoir été attentive. Time note aussi que, au lieu de lever le doigt et de demander une clarification (d’un propos cependant très clair), elle s’est précipitée hors de la salle pour aller alerter une organisation juive qui active sur le campus. Time observe aussi sans détour que l’étudiante n’a absolument pas présenté d’excuses par la suite pour le tort qu’elle a causé à un professeur chevronné

Pour sa part, Gawker écrit :

Sarah Grunfeld, une étudiante de 22 ans peu douée pour l’écoute était incapable de comprendre ce qu’il venait juste de dire. Elle s’est précipitée hors du cours et a informé une organisation juive du campus que le professeur Johnston était un antisémite virulent. Une indignation prévisible s’ensuivit ! Le professeur Johnston vient de passer une semaine à expliquer que ce qu’il a réellement dit est le contraire de ce que Grunfeld a pensait qu’il avait dit.

Elle ne regrette vraiment rien, miss Grunfeld, ainsi que le démontre un communiqué publié originalement sur le Toronto Star (qui l’a, fait curieux, retiré de son site). Elle y affirme notamment que le professeur n’a pas clarifié son propos (dont vous verrez qu’il était très clair) tenu devant 450 étudiants « impressionnables. »

« Impressionnable », est un de ces mots qu’affectionne la propagande sioniste quand elle ne veut pas qu’un sujet soit traité d’une manière qui ne lui convient pas. C’est un adjectif qui va bien pour des enfants mais qu’on a du mal à appliquer à des étudiants âgés de 22 ans.

Et non seulement miss Grunfeld n’a pas présenté ses excuses à l’enseignant, mais elle estime que c’est à ce dernier d’en présenter conformément à ce que lui auraient promis Martin Singer, doyen de la faculté et Rhonda Lenton, vice doyenne. Elle est par contre un peu gênée aux entournures et accuse maintenant les autres de la même incapacité de comprendre dont elle a fait preuve pendant le cours (il n’y avait quand même pas 450 antisémites impressionnables dans l’amphithéâtre). Pour ce genre de personnes, nul doute que la meilleure défense, c’est l’attaque.

La capacité de nuisance  de Mlle Grunfeld tient, vous l’aurez compris, aux relations qu’elle entretient avec des organisations « juives » qui se chargent de traquer non seulement l’antisémitisme à l’université mais aussi de contrer l’antisionisme.

Or, voyez-vous, si la lutte contre l’antisémitisme est une cause on ne peut plus légitime, cette dernière gagnerait beaucoup à éviter d’être confondue avec la cause sioniste et à employer les méthodes «commando» des sionistes qui visent et touchent le plus souvent des personnes absolument innocentes.

Un professeur Juif forcé de se defendre contre des accusations d’antisémitisme

Par Brendan Kennedy, The Toronto Star (Canada) 14 septembre 2011 traduit de l’anglais par Djazaïri

Une étudiante qui écoute à moitié, un campus hypersensible et la vitesse de circulation des ragots sur internet ont conspiré cette semaine pour créer un très dangereux jeu du téléphone « arabe » pour un professeur de l’université de York.

Cameron Johnston, qui enseigne à York depuis plus de 30 ans a été oblige de répondre à des allégations selon lesquelles il aurait tenu des propos antisémites pendant une conférence lundi après midi suite à la mauvaise interprétation de ses propos par une étudiante et a dû envoyer des courriel à des organisations juives et à la presse.

Johnson donnait une conférence d’introduction aux sciences sociales sur le “Soi, la culture et la société” dans laquelle il a expliqué à 500 étudiants environ que le cours allait se centrer sur les textes et non sur les opinions, et qu’en dépit de ce qu’ils ont pu entendre ailleurs, toutes les opinions ne sont pas légitimes.

“Tous les Juifs devraient être stérilisés” peut être un exemple d’opinion inacceptable et dangereuse, a dit Johnston aux étudiants.

Il n’avait alors pas remarqué que Sarah Grunfeld s’était ruée vers la sortie. Grunfeld, une étudiante de 22 ans en année terminale à York, avait compris que l’exemple cité par Johnston était son opinion personnelle.

Elle a contacté Oriyah Barzilay, le président de Hasbara [pédagogie du mensonge en hébreu] à York – une organisation de soutien à Israël sur le campus – qui a ensuite envoyé un communiqué de presse aux media et à d’autres organisations communautaires juives, pour appeler au licenciement de Johnston.

Des blogs et des groupes sur Facebook ont repris le communiqué, et en quelques heures les allégations se répandaient dans la communauté juive de la ville, surtout par le biais d’internet.

La sensibilité à l’antisémitisme est particulièrement forte à York qui a une importante population juive et une histoire de relations tendues entre partisans et détracteurs d’Israël sur le campus.

“Je suis terriblement bouleversé,” a déclaré Johnston ce mardi. « Je suis très fier du fait que tout au long de ma carrière d’enseignant, j’ai pris position pour les grandes valeurs qui constituent la richesse de l’humanité»

Johnston, qui est juif, dit que sa religion a probablement influé sur son choix des mots et pourquoi il a recouru à « cet exemple d’opinion complètement répréhensible » qui a un précédent historique.

Pendant la seconde guerre mondiale, les scientifiques Nazis avaient expérimenté la stérilisation de masse sur des prisonniers Juifs dans les camps de concentration.

“Je pense que c’est une très bonne chose que les gens soient sensible à l’égard de ce genre de propos, et je pense que c’est très bien que des personnes réagissent immédiatement pour qu’ils soient traités si elles pensent que les paroles qu’elles ont entendues sont antisémites », déclare Johnston. « Mais dans ce cas précis, c’es une mésinterprétation.»

Ironie du sort, Johnston voulait faire comprendre à ses étudiants que les idées ont des conséquences.

“Alors je suis assez choqué de voir que les conséquences – ce dont je parlais dans ma conférence – ont été que j’ai été perçu comme un exemple de [porteur de] préjugé. »

Grunfeld a déclaré mardi qu’elle a peut-être mal compris le contexte et l‘intention des propos de Johnston, mais que ce fait est sans importance.

“Les mots “Les Juifs devraient être stérilisés,” sont quand même sortis de sa bouche, donc, indépendamment du contexte, je continue à penser que c’est assez grave. »

Grunfeld a aussi fait part de son scepticisme quant au fait que Johnston est juif.

Questionnée directement par un journaliste pour savoir si elle croyait que Johnston était juif, elle est restée floue.

“Qu’il le soit ou pas, personne ne le saura,” a-t-elle dit.”… Peut-être a-t-il pensé que parce qu’il est juif il pouvait parler mal d’autres Juifs. »

Sheldon Goodman, co-président pour le grand Toronto du Centre for Israel and Jewish Affairs, qui parle au nom de la communauté juive organisée de la ville, a qualifié l’incident de “méprise malheureuse.”

“Cet événement nous rappelle de manière opportune qu’il faut être très prudent avant de conclure qu’une déclaration ou un acte est antisémite, » a-t-il dit.

"Gène" juif, judaïsme, antisémitisme et philosémitisme

26 janvier 2011
Vous vous souvenez sans doute de Thilo Sarrazin?
Non? Si vous l’avez oublié, ce n’est pas le cas de ceux qui avaient mené campagne contre lui en l’accusant d’antisémitisme. Ces gens à la haine tenace ne se contentent pas de la victoire qu’ils ont remportée sur lui puisque maintenant ils s’en prennent à son épouse qui serait une mauvaise enseignante (apparemment on veut faire supporter à cette dame le poids d’une forme  d’échec de l’école d’aujourd’hui
que nous constatons avec la montée de l’illettrisme dans tous les pays développés).
Or, Thilo Sarrazin, en véritable islamophobe qu’il est, n’est pas antisémite au sens où il détesterait les Juifs, mais philosémite, c’est-à-dire qu’il les apprécie voire même qu’il les encense, ce que note à juste titre le site juif.org..
En bon philosémite idéaliste, il n’a donc dû trouver qu’une seule explication à ce qui singulariserait la « réussite » des Juifs dans les domaines financiers, culturel ou scientifique, c’est qu’ils appartiendraient à un peuple distinct [élu?], une race en quelque sorte dotée d’une particularité génétique. On a cependant peu relevé que Sarrazin mettait sur le même plan comme peuples dotés d’un géne particulier, « peuple » juif et peuple basque. 

Le premier problème avec son argument est qu’il rappelle trop les thèses en vigueur sous le nazisme. Et le second problème est que c’est un type de croyance largement répandu chez les élites juives, notamment celles qui adhèrent au sionisme.
Impossible cependant, pour ces mêmes élites juives, de rester silencieuses voire même de faire mine d’approuver les propos de Thilo Sarazin après que ce dernier ait été dénoncé pour antisémitisme par de hauts responsables politiques Allemands.

Je signalais notamment qu’un certain Stephan Kramer, dirigeant communautaire Juif de son état, s’était fendu de la déclaration suivante:

« Quelqu’un qui tente de définir les Juifs par une particularité génétique est consumé par une manie raciste, »

Je vous renvoie aux liens qui figurent sur le post où se trouve la citation et je vous invite à lire l’article qui suit, tiré de Forward, un journal créé en 1897qui représente des orientations plutôt progressistes dans la communauté juive des Etats Unis.
Vous me direz après qui est consumé par une manie raciste. C’est à cette question que, bien involontairement, Thilo Sarazin a permis de répondre
.

Racines familiales
De nouveaux tests ADN révèlent un lien de sang juif caché
par Elie Dolgin, Forward (USA) 18 janvier 2011 traduit de l’anglais par Djazaïri

En avril dernier, Joseph Pickrell a envoyé un échantillon de sa salive à la société californienne de testing génétique 23andMe. Après avoir consacré des années à l’étude de l’ADN d’autres personnes, cet étudiant de 27 ans, en doctorat à l’université de Chicago, avait décidé d’en savoir plus sur ses propres origines génétiques.

Les résultats qui lui sont parvenus montraient que les origines de Pickrell étaient majoritairement d’Europe du nord avec un peu de sang méditerranéen. A ce moment là, « je me suis juste dit que c’était à peu près vrai, » explique Pickrell.

Avec 11 de ses amis et collègues qui avaient fait le même test, Pickrell a alors établi son profil génétique au moyen d’un algorithme informatique conçu pour démêler plus précisément les lignages génétiques. Curieusement, l’analyse suggérait que deux personnes sur les onze avaient une origine ashkénaze: Dan Vorhaus, avocat installé à New York, et Pickrell. Cette découverte était logique pour Vorhaus, un Juif qui a grandi dans Bay Area. Mais pour Pickrell, qui a été élevé dans le catholicisme dans la banlieue nord de Chicago, c’était un choc.

Pickrell s’est tourné vers sa mère. « Elle a dit, ‘Attends un peu, ça éveille quelque chose chez moi,' » se souvient Pickrell. Elle a passé quelques coups de fil, et recoupé les informations: le père de son père – l’arrière grand père maternel de Pickrell – avait grandi dans le judaïsme en Pologne avant de migrer aux Etats Unis où il épousa une Catholique et abandonna son éducation juive.
« C’est amusant que j’ai pu sortir ça du placard  par la génétique, » déclare Pickrell.
Les tests ADN pour révéler des origines juives sont proposés depuis des dizaines d’années par des sociétés comme Family Tree DNA  à Houston et DNA Tribes à Arlington en Virginie. Ils ont par exemple montré que beaucoup d’Hispano-Américains descendaient probablement de Juifs qui avaient été contraints de se convertir ou de dissimuler leur religion il y a plus de 500 ans en Espagne et au Portugal. Pourtant, alors que les techniques habituelles de techerche de l’ascendance parviennent à mettre en évidence des origines juives remontant à plusieurs siècles, aucune n’aurait pu déceler le pedigree sémitique relativement récent de Pickrell.

C’est parce que la plupart des tests ADN reposaient traditionnellement sur deux petites parties du génome: le chromosome Y, qui est transmis pratiquement sans modifications du père au fils, et l’ADN mitochondrial que les mères transmettent fidèlement à leurs rejetons.Comme ces portions d’ADN restent relativement stables d’une génération à la suivante, elles sont particulièrement utiles pour tester l’ascendance directe en ligne maternelle d’une part et paternelle d’autre part: cependant ces tests ignorent dans l’ensemble la majorité du patrimoine génétique d’un individu et ne peuvent pas détecter les signatures génétiques qui franchissent les barrières de genre.

Mais le test proposé par 23andMe est différent. Disponible sur le marché depuis quelques années seulement, il mesure près d’un million de « lettres » distinctes d’ADN disséminées dans l’ensemble du génome pour révéler les origines ancestrales et les facteurs de risque d’environ une centaine de maladies. Et avec un prix de vente de 99 dollars facturé par la compagnie en décembre – bien moins cher que des tests similaires – plus de gens se sont précipités^pour utiliser ce service et ont reçu des résultats surprenants.

Selon Mike Macpherson, généticien chez 23andMe, environ 2 % des 40 000 Européens d’origine non ashkénaze qui ont utilisé les services de l’entreprise présentent une signature génétique fiable qui appartient au patrimoine ashkénaze.
CeCe Moore, une généalogiste amateur de 41 ans qui gère une société de production télévisuelle à Orange County en Californie, est un de ces clients. En 2008, Moore a faite tester son ADN mitochondrial et le chromosome Y de son père sans trouver de traces de patrimoine génétique juif. Puis, l’an dernier, elle a obtenu une lecture de son ADN par 23and Me et appris qu’une partie, petite mais significative, de son génome semblait être d’origine ashkénaze.

Comme elle avait toujours ét surtout au milieu de Juifs, « les gens pensaient que j’étais juive, » explique Moore qui a été éduquée dans la foi des Témoins de Jéovah. « Alors c’est amusant de vois que même si ça remonte assez loin, il y a quelque chose de juste là dedans. »

Mais Richard Villems, du laboratoire d’anthropologie moléculaire de l’université de Tartu en Estonie, qui étudie les origines génétiques des communautés juives, invite à la prudence et à ne pas sauter directement à des conclusions basées seulement sur l’ADN, tout particulièrement parce que plus on s’éloigne dans le temps, plus les signaux génétiques sont faibles. « Je pense qu’aucune prétention de ce genre [quant à des origines juives] ne tiendrait devant un tribunal, » dit-il.

Même si les données génétiques peuvent renvoyer à des origines ashkénazes; il est impossible d’exclure l’éventualité d’un ancêtre oublié depuis longtemps avec des racines moyen orientales non juives, dit-il.

Sauf s’il existe des indices concordants. Du moment que Pickrella eu confirmation que son arrière grand-mère était juive, « alors ça colle, » explique Villems. « Sans une telle connaissance de l’histoire familiale; le génotype seul ne permettrait pas d’identifier cette ‘goutte de sang’ comme ashkénaze. »

Pickrell dit ne pas envisager du tout d’aller à la synagogue. Et comme ‘les gènes ne définissent pas les Juifs, » selon Edward Reichman, médecin et rabbin orthodoxe à la Yeshiva University de New York, la communauté juive dans son ensemble ne le reconnaîtra pas non plus. Mais selon Bennett Greenspan, président et PDG de Family Tree DNA, beaucoup de gens qui apprennent par leur ADN avoir une origine sémitique finissent souvent par se convertir au judaïsme.

Elliot Dorff, un rabbin conservateur, spécialiste d’éthique à l’American Jewish University de Los Angeles, salue ces conversions. « Nous voudrions vraiment encourager ces personnes à redécouvrir leurs racines juives, » dit-il. Même si des personnes qui se sont trouvées des origines juives par l’ADN ne sint pas juives au sens strict, halachiquement parlant, Dorff a observé que de nombreuses personnes dans cette situation ressentaient déjà un lien profondément ancré avec la religion.
Malheureusement, tout le monde n’a pas des proches en vie qui peuvent corroborer les découvertes des tests ADN. Rick Voss, un avocat de 66 ans établi à Atlanta, a toujours soupçonné sue des grands parents paternels pouvaient être Juifs et, l’an dernier, les résultats du test de 23andMe ont montré que Voss lui-même était moitié juif. Mais comme le père et les grands parents de Voss sont morts depuis des dizaines d’années, il ne peut pas leur demander de précisions. « Ce genre de confirmation est complètement inaccessible, » déclare Voss qui a grandi dans le protestantisme dans la région de Chicago. Néanmoins, observe Voss, la découverte par l’ADN qu’il a probablement des racines juives « a une certaine signification psychologique. »
Heureusement pour Pickrell, il a été en mesure d’obtenir des réponses plus concrètes sur son odyssée personnelle à travers l’histoire orale de la famille. Il est prompt à constater cependant que si les anciens n’avaient pas été vivants pour confirmer les découvertes basées sur l’ADN, « encore une génération et cette information aurait été presque complètement perdue. »

Elie Dolgin collabore avec la revue Nature Medicine à New York

Tuerie de Tucson, American Renaissance, antisémitisme et idéologues juifs de la race

11 janvier 2011
On l’a vu, l’éventualité de motivations antisémites a été évoqué dans les conjectures sur les motivations de Jared Lee Loughner, le tueur de Tucson en Arizona. Outre le fait que Mein Kampf était présenté comme son livre favori par Loughner sur sa page personnelle sur inernet, on a évoqué son appartenance à une organisation d’antisémite d’extrême droite, American Renaissance.
Le problème, ainsi que je l’indiquais dans mon post précédent, est que le tireur de Tucson est semble-t-il lui-même de mère juive et que Samuel Jared Taylor, le leader d’American Renaissance dément l’affiliation de Jared Lee Loughner à son organisation.
Vous noterez toutefois qu’ils partagent le même prénom!
Si on s’intéresse à American Renaissance, on doit remarquer que l’Anti Defamation League (équivalent de la LICRA aux Etats Unis) note bien l’idéologie raciste que reflète le magazine publié par ‘American Renaissance qui évite cependant, toujours d’après l’Anti Defamation League, la bigoterie et les stéréotypes grossiers qui caractérisent d’autres publications racistes.  Et, conclut l’ADL, Samuel Jared Taylor « s’interdit d’être antisémite. »
J’ai presque l’impression que l’ADL le trouve sympa ce Jared là. Bon, il n’est pas antisémite, mais peut-être qu’il est seul de son espèce dans cette organisation raciste, suprémaciste (pour la suprématie de la race blanche).
La réaction irritée d’un lecteur Texan du Daily Mail de Londres nous permet d’aller un peu plus loin. En effet, ce lecteur du nom de Karl Ketzer s’insurge contre la présentation par ce journal anglais d’American renaissance comme une organisation antisémite:

Ainsi, un service du gouvernement des Etats Unis diffuse un document affirmant que le tireur suspect a un « lien possible » avec American Renaissance, et le Daily Telegraph [Ketzner n’a pas fait attention au nom du journal auquel il adresse un commentaire] donne à ce mensonge un statut de fait? Est-ce cela qu’on fait passer pour du journalisme au Royaume Uni? Par rapport à votre affirmation selon laquelle American Renaissance est « antisémite », avez-vous seulement essayé de vérifier sur son site internet avant de publier un tel non sens? Si vous aviez-vous fait l’effort de vérifier, vous auriez découvert que le rabbin Mayer Schiller a été un des orateurs lors de la toute première conférence d’American Renaissance en 1994, et qu’à cette conférence fondatrice, participaient des intellectuels Juifs comme Paul Gottfried, Michael Levin, Michael Hart, Lawrence Auster, Eugene Valberg, and Robert Weissberg. Vous auriez pu feuilleter d’anciens numéros du magazine mensuel American Renaissance et y trouver des articles d’auteurs Juifs tels que Nicholas Stix. Un vrai journaliste aurait pris son téléphone et appelé certains de ces auteurs et orateurs Juifs. Honte au Daily Telegraph d’avoir publié de telles sottises.

Ketzer nous suggère d’aller vérifier sur le site internet d’American Renaissance et ses dires s’avèrent tout à fait fondés: cette organisation extrémiste raciste s’abreuve intellectuellement auprès d’idéologues racistes… Juifs.

On comprend mieux la modération de l’Anti Defamation League!
Résultat d’une brève visite sur le site d’American Renaissance:
Introduction de l’article du rabbin Mayer Schiller « La séparation: existe-t-il une alternative?  Ce qui doit être fait pour préserver la civilisation occidentale » (American Renaissance, février 1995.
Si la tendance actuelle se poursuit, quelque part vers le milieu du siècle prochain, la majorité des habitants de cette nation seront des non blancs. Comme on l’a montré de manière répétée dans les pages d’American renaissance, le présence d’un grand nombre de non blancs change irrévocablement la physionomie d’une école, d’un quartier ou d’un Etat. Les blancs trouvent en général ces changements si désagréables qu’ils s’en vont tout simplement. Cependant, ils ne peuvent le faire que parce qu’il y a encore beaucoup de secteurs dans le pays qui sont blancs en majorité écrasante. Qu’adviendra-t-il si les blancs deviennent une minorité?
 En fait, ce rabbin réfléchit beaucoup pour en arriver à la proposition de la solution classique du ghetto et de la séparation., ce qu’il appelle le « désengagement à l’amiable » (amicable disengagement).
Robert Weissberg, un universitaire, a  de son côté discouru en 2000 sur le thème « Les relations entre Noirs et Juifs » lors d’une conférence où un certain Bruno Gollnisch avait également pris la parole.
Michael Levin est sans doute le plus brillant cerveau d’American Renaissance et son livre Why Race Matters (pourquoi la race est importante) semble remporter tous les suffrages.
 Une belle brochette d’idéologues racistes (mais pas antisémites) et qui illustre bien les nouvelles tendances des mouvements d’extrême droite.
La tuerie de Tucson est décidément on ne peut plus emblématique de l’évolution actuelle des Etats Unis.

Alerte: graffiti antisémites dans l’Etat qui se dit juif

19 novembre 2010
L’édition francophone du Jerusalem Post nous informe de la découverte de croix gammées sur les murs d’une école maternelle d’une localité dont la population, nous dit wikipedia, est « à 99,99 % d’origine juive ». Il importe de signaler ce dernier point parce que l’article du Jerusalem Post, tout en admettant qu’il ne s’agit pas du tout d’une première, évoque comme précédent un incident qui s’était produit dans un quartier judéo-arabe de Jaffa avec la présence, quel heureux hasard de croix gammées et de drapeaux palestiniens. Ce quartier, c’est Ajami où la « justice » sioniste vient d’admettre comme légale la construction de logements strictement réservés aux Juifs.
L’idée est de faire croire que ce sont des Palestiniens qui réalisent ces graffiti. Il n’en est rien et nous savons bien que ce genre de graffiti est une des formes d’expression préférées de ceux qui squattent indûment la Palestine, notamment à Haïfa.
Jerusalem Post  (entité sioniste)19/11/2010
Plusieurs croix gammées ont été tagguées sur les murs d’une école maternelle à Kfar Saba dans la nuit de jeudi à vendredi. Les résidents locaux ont également signalé aux autorités la découverte de nombreux autres graffitis représentant le symbole nazi peints sur plusieurs bâtiments de la région.
Une équipe mandatée par la municipalité de la ville est arrivée sur les lieux pour nettoyer les souillures. La police a ouvert une enquête sur les circonstances de l’incident.
Cet acte de vandalisme contre des propriétés publiques en Israël n’est pas un phénomène nouveau. En avril, la police de Tel Aviv a ouvert une enquête afin de déterminer les responsables du taggage de croix gammées et de drapeaux palestiniens sur une synagogue située à Ajami, un quartier judéo-arabe de Jaffa.

Après les protocoles des sages de Sion…

10 novembre 2010

… le protocole d’Ottawa.


Ce protocole est spécifiquement dédié à la lutte contre l’antisémitisme qui reste une plaie tenace au Canada comme dans le reste du monde. Et il a été adopté pour conclure la deuxième conférence annuelle de la Coalition interparlementaire de lutte contre l’antisémitisme (CILA).
Curieusement, alors que cette conférence concernait strictement l’antisémitisme, le ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, Jason Kenney a cru bon de déclarer ce qui suit:
Par exemple, dans le cadre du protocole, on incite les dirigeants de groupes confessionnels à lutter contre la haine et la discrimination, y compris l’antisémitisme, ainsi que les gouvernements à réaffirmer leur appui envers la convention sur le génocide et à l’adopter; on encourage l’établissement d’un groupe de travail international chargé de reconnaître et de surveiller la présence de la haine sur Internet; on réclame l’élaboration d’un mécanisme global en vue de documenter tous les crimes haineux, y compris les crimes antisémites.
Jason Kenney parle de haine en général, dont l’antisémitisme et son propos est donc en contradiction flagrante avec le thème de la conférence ainsi qu’avec le suite de son propos:
le protocole s’inscrit dans les récentes initiatives du Canada : nous sommes devenus membre du Groupe de travail pour la coopération internationale en matière de sensibilisation, de commémoration et de recherche au sujet de l’Holocauste et nous avons lancé de nouveaux programmes en vue de promouvoir l’intégration des Canadiens de toutes origines et la cohésion sociale.
L’affaire concerne bien l’antisémitisme et l’holocauste en particulier dont le gouvernement canadien se promet d’oeuvrer à la sensibilisation, au canada comme ailleurs. C’est ce qu’on appelle avoir l’esprit prosélyte.
Vous ne direz que le ministre parle quand même  « de nouveaux programmes en vue de promouvoir l’intégration des Canadiens de toutes origines et la cohésion sociale. » Il n’est donc pas question que d’antisémitisme!
Et pourtant si, car il est en fait question d’éduquer les masses « de toutes origines » à l’holocauste et à l’incomparabilité de l’antisémitisme, c’est-à-dire de les transformer en adeptes de cette nouvelle religion commune de l’Occident.

Pour ceux qui n’ont pas compris, le premier ministre Stephen Harper expose les choses on ne peut plus clairement:

Voilà, Mesdames et Messieurs, l’objet de notre intervention d’aujourd’hui : notre détermination commune à confronter cette terrible haine. Le travail que nous avons entrepris, dans nos propres pays et en collaboration les uns avec les autres, est un signe d’espoir.
« Notre action commune est un signe d’espoir, tout comme l’existence et la persistance de la patrie juive. Et c’est ici que l’histoire sert non pas à nous alerter mais à nous inspirer.
Comme je l’ai dit à l’occasion du 60e anniversaire de la fondation de l’État d’Israël, Israël apparaît comme une lumière, dans un monde émergeant d’une obscurité profonde. Contre toute attente, cette lumière n’a pas été éteinte. Elle brille confortée par les principes universels de toutes les nations civilisées – la liberté, la démocratie et la justice.
En collaborant plus étroitement dans la famille des nations civilisées, nous affirmons et renforçons ces principes. Et nous déclarons notre foi dans l’avenir de l’humanité, dans la puissance du bien sur le mal.

Donc, rien de neuf : un faux plaidoyer humaniste vient remplacer un écrit antisémite apocryphe.

Le scandaleux Alfred Grosser (d’après la propagande sioniste)

6 novembre 2010
Le Spiegel, ce grand magazine allemand, nous propose un texte intéressant mais non signé, ce qui laisse entendre qu’il reflète la position de ce magazine sur la question qui est traitée (à moins qu’il ait été purement et simplement dicté par une tierce partie, ce qui me semble plus probable)..
Le thème de cet article porte sur la commémoration prochaine à Francfort sur le Main de la Nuit de Cristal, ce déchaînement antisémite qui avait ouvert les yeux de beaucoup de gens sur les intentions du régime allemand de l’époque.
L’invité d’honneur, et orateur de choix, de cette commémoration n’est autre qu’Alfred Grosser, un illustre politologue Français d’origine allemande natif justement de Francfort sur le Main. Outre le fait d’être né dans cette ville, Alfred Grosser a doublement vocation à assumer ce rôle honorifique : il est lui-même issu d’une famille juive qui s’était réfugiée en France en 1933 et il a été un des artisans infatigables de la réconciliation entre les peuples français et allemand.
Une autorité intellectuelle et morale absolument indiscutables, apparemment.
Je dis apparemment, parce que l’article nous apprend qu’en fait, M. Grosser est une personnalité controversée.
Suives mon regard : quand il y a controverse, que des propos sont controversés, qu’un individu est lui-même controversé, c’est que la hasbara (la pédagogie du mensonge) sioniste n’est pas loin.
Et effectivement, on apprend avec effarement qu’Alfred Grosser est « tristement célèbre  [infamous] pour ses propos antisionistes. » Propos qui, ça va de soi, le disqualifient pour prendre la parole lors de cet événement hautement symbolique qu’est la commémoration de la Nuit de Cristal.
Le Conseil Central des Juifs en Allemagne, qui a déjà subi les foudres de Grosser, aurait bien voulu voir révoquée l’invitation de Grosser. Le problème est que c’est la mairie qui invite, pas eux. Car il s’agit bien d’une commémoration organisée par la mairie et non par la communauté juive et que sa vocation n’est pas de se souvenir d’un événement « juif » mais d’un événement qui concerne tous les habitants de Francfort et bien au-delà.
Certains seront heureux d’apprendre que, d’après l’article qui prétend se référer à des amis de Grosser, ce dernier serait « le prototype de l’Européen : Allemand, Français, Juif, intellectuel »
Adieu l’Europe judéo-chrétienne !
Alfred GROSSER

Der Spiegel (Allemagne) 5 novembre 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le politologue Allemand Alfred Grosser est bien connu pour son action en faveur de l’amélioration des relations franco-allemandes. Il est aussi tristement célèbre [sic] pour ses propos antisionistes. Il a néanmoins été choisi pour participer la semaine prochaine à Francfort, à la commémoration de la Nuit de Cristal. Un scandale se prépare.
Le trouble monte à Francfort. Mardi prochain, comme chaque année, la « Nuit de Cristal, » le pogrom nazi du 9 novembre 1938 sera commémoré à la Paulskirche [église où siégea le premier parlement allemand en 1848]. Et l’orateur principal, parmi tout ce monde, sera un homme connu pour avoir comparé ce que les nazis ont fait aux Juifs à ce que les Israéliens font aux palestiniens. Il a dit : « En tant qu’enfant Juif sans une école de Francfort, j’ai été méprisé et même frappé. Je ne peux pas comprendre comment des Juifs peuvent mépriser autrui. »

Alfred Grosser est né à Francfort en 1925. Son père, Paul Grosser était médecin, Juif, social démocrate et franc maçon, assez lucide pour émigrer en France après la prise du pouvoir par les nazis. Il est mort là bas en 1934. Son fils Alfred acquit la citoyenneté française, étudia la science politique et la civilisation allemande et, vers l’âge de 30 ans, obtint une chaire au prestigieux Institut d’Etudes Politiques de Paris. Il se fit rapidement un nom au titre de défenseur acharné de l’entente franco-allemande. Il a reçu plusieurs distinctions dont le prix de la paix décerné par les libraires Allemands, le Grand Prix de l’Académie des Sciences morales et politiques et le «Grand Ordre du mérite» de la République Fédérale d’Allemagne.

Grosser a été régulièrement invité dans des émissions de débats à la télévision et a été un orateur bien accueilli dans des conférences et des réunions. On ne saurait mettre en question sa promotion d’une normalisation des relations franco-allemandes. Ses amis le considèrent comme le prototype de l’Européen : Allemand, Français, Juif, intellectuel. Ses détracteurs soulignent ce qui se trouve tout particulièrement au centre de ses intérêts et de ses activités : Alfred Grosser lui-même. En 2003, par exemple, il avait quitté le conseil d’administration du magazine français L’Express, expliquant sa démarche par le fait que la rédaction « n’avait qu’avec réticence » publié ses notes de lecture sur un livre israélien, et publié dans le numéro suivant un tas de lettres de lecteurs « qui protestaient contre moi. »

Personne ne sait encore ce que Grosser dira le 9 novembre dans la Paulskirche. Mais le simple fait qu’il ait été convié à faire ce discours a amené du ressentiment entre la maire de Francfort Petra Roth et les deux vice- présidents du Conseil Central des Juifs en Allemagne, Dieter Graumann et Salomon Korn.
Sans surprise, de chaque côté on a une version différente sur la façon dont s’est faite l’invitation. Un proche du maire dit que c’était une idée de Korn. De leur côté, Korn et Graumann affirment qu’on ne leur a jamais demandé leur avis. La première fois qu’ils ont entendu parler de l’invitation, disent-ils, c’est par les journaux.
Le Secrétaire général du Conseil central, Stephan Kramer, a demandé à Roth d’annuler l’invitation de Grosser. Il estime qu’il est «irrévérencieux [sic] de laisser Alfred Grosser prendre la parole à cette date, à cet endroit.»

Il est sans doute trop tard. Les invitations à la commémoration ont déjà été envoyées. Seul Grosser lui-même, semble-t-il, peut éviter le scandale – en revenant lui-même sur son engagement. Ce qui, cependant, n’a guère de chances d’arriver.

Grosser a longtemps été controversé. En septembre 2009, il avait donné une interview au Kölner Stadt-Anzeiger, dans laquelle il accusait le Conseil Central de museler les critiques d’Israël. « Dès qu’une voix se lève contre Israël, elle est immédiatement étiquetée « antisémite »… les pires sont le Conseil Central des Juifs. » La République Fédérale, affirme Grosser, est « si intimidée… que devant la Knesset, le président (Allemand) et la chancelière ne font référence qu’au terrorisme du Hamas. »
Dans un entretien accordé au magazine Stern en octobre 2007, il avait dit  » que les Allemands ont le droit d’être critique à propos de tout, mais pas d’Israël, » et qu’il y a un club qui s’en prend régulièrement aux Allemands quand ils disent quelque chose contre Israël. » S’ils le font néanmoins, « le club dit tout de suite : ‘Je vais vous asséner Auschwitz sur la tête’. Je trouve que c’est intolérable. » En 1998, ce même club s’en était pris à l’écrivain martin Walser au moment où on lui remettait le prix pour des libraires pour la paix, provoquant ainsi la « dispute Walser-Bubis » dans la Paulskirche de Francfort – le lieu même où Grosser prendra la parole.

(Note de la rédaction: dans ce discours, Walser avait parlé du « fardeau historique » du pays et dit « quand les media me parlent tous les jours de ce passé, je me rends compte que quelque chose au fond de moi s’oppose à cette exposition permanente de ce qui est notre honte. » Il avait aussi évoqué » « l’instrumentalisation » d’Auschwitz. Ce discours avait été critiqué par Ignatz Bubis, alors président du Conseil Central des Juifs en Allemagne qui avait accusé Walser de commettre un « crime intellectuel. »

Une variante moderne d’antisémitisme

Les antisionistes de droite ou de gauche ressemblent assez à Walser et Grosser quand ils reprochent à l’Allemagne d’être sous « l’emprise du lobby israélien.» Grosser a bien sûr plus d’influence. En qualité de Juif, on ne peut le soupçonner de céder à un ressentiment antisémite. Quand il dit, par exemple, « que les politiques israéliennes encouragent l’antisémitisme, » il ne fait dans ce cas que critiquer Israël. Même si c’est une variante moderne de l’accusation classique – que les Juifs sont en tort.

Questionnée sur les déclarations passées de Grosser, la maire de Francfort répond que certaines informations étaient déjà connues » et que «certaines sont nouvelles.» Elle renvoie à la «position claire et incontestable de la ville de Francfort vis-à-vis d’Israël et en particulier aux relations amicales avec la ville de Tel Aviv.»
Concernant Grosser, Roth déclare qu’il a « un lien personnel avec Francfort sur le Main, » et qu’il a aussi « œuvré pendant plusieurs décennies à la réconciliation des peuples, et qu’il a réussi une grande chose avec la nouvelle relation franco-allemande, » ce qui lui a valu le prix des libraires pour la paix en 1975. « C’est tout ça qui nous a incités, 35 ans après cette cérémonie, à inviter M. Grosser à prendre la parole à la Paulskirche le 9 novembre, » a-t-elle expliqué.

Dénigrement du Conseil Central des Juifs

Au bureau de la maire, on croit, semble-t-il, que Grosser reste très impliqué dans la réconciliation. Mais tout ça est du passé. Aujourd’hui, il se demande pourquoi les Juifs n’ont rien appris de leur histoire.


Le Conseil Central des Juifs n’est pas heureux de la situation à laquelle il doit faire face. « Nous ne l’avons pas invité, et nous ne pouvons pas révoquer son invitation, » déclare un haut responsable. Nous sommes dans l’impasse. » Le responsable dit que le Conseil sera dénigré qu’il participe à la commémoration où qu’il s’en retire. »
Ils [le Conseil] vont donc y aller et voir ce que dit Grosser. « Nous n’annoncerons pas publiquement comment nous allons nous comporter pendant cet événement dans la ville de Francfort, le 9 novembre dans la Paulskirche. Mais nous agirons de manière appropriée. »

Ce pourrait être une soirée intéressante.

al Qaïda, une organisation "dans le vent"

31 octobre 2010
C’est bon, nous sommes en alerte terroriste mondiale rouge vif. 
Le scénario a eu un peu de mal à se mettre en place, mais maintenant tout le monde de la politique et de la presse est raccord pour s’entendre sur la gravité exceptionnelle de la menace venue du Yémen. Il semble qu’on a même procédé à une arrestation là-bas, une femme. Décidément, al Qaïda n’est pas une organisation misogyne contrairement à ce qu’on pense trop souvent.
C’est même une organisation tout à fait « in » et dans le vent qui connaît très bien les détails de la vie juive à Chicago puisqu’on apprend qu’une synagogue « gay et lesbienne » était visée par un des colis piégés, en fait une organisation de ce type incorporée dans une congrégation juive qui la tolère. Faut vraiment être au Yémen pour connaître ce genre de détails!
Antisémitisme + homophobie = garantie d’un succès propagandiste maximal.
Pendant que chacun s’excite sur des cartouches d’encre inoffensives, la police britannique vient de neutraliser deux bombes en Ulster. L’une renfermait une quarantaine de kilos d’explosifs et était disposée sous un pont de chemin de fer, tandis que l’autre, un explosif de nature liquide, était dans un véhicule garé sur le parking longue durée de l’aéroport de belfast.
Pas de quoi en faire un tintouin et, de fait, peu de journaux en parlent car, comme le précise Le Figaro (un des rares journaux à le faire), ces bombes sont 

sans rapport avec l’alerte mondiale suscitée par des colis piégés du Yemen

A qui l’Oscar de l’antisémitisme?

30 octobre 2010
Le cinéaste Jean-Luc Godard vient de faire savoir qu’il ne serait pas présent à Hollywood où un Oscar d’honneur devait lui être remis. Vos journaux en parlent bien entendu, parce qu’en France on a quand même une presse qui fait son boulot!
Et pourquoi M. Godard n’assistera-t-il pas à la cérémonie?
L’Express qui brille souvent par la qualité de son journalisme y va de son titre choc:

Godard refuse l’Oscar

Ce qui est pourtant faux et contredit par l’article lui-même. Le magazine Le Point se garde bien de formuler une hypothèse sur l’absence de Godard à la remise de récompense. Par contre, Paris Match nous en dit un peu plus en se référant à une interview de la compagne de Godard réalisée par un journal… anglais:

« ce n’est pas la cérémonie des Oscars », a-t-elle expliqué. « Au début, il pensait qu’il allait faire partie de la même cérémonie, puis il s’est rendu compte que c’était une chose séparée en novembre ».

Ce serait donc un genre de caprice dont les vedettes sont coutumières. Après tout Godard n’avait-il pas été absent du dernier festival de Cannes pour des problèmes de type « grecs » avait-il dit.
Mais il y a peut être autre chose en fait. L’annonce de la remise d’un Oscar au cinéaste Franco-Suisse n’est évidemment pas passée inaperçue et a donné immédiatement lieu à une campagne de dénigrement en Californie.
Parce que, au cas où vous ne le sauriez pas, jean-Luc Godard est antisémite.
On peut en effet lire sur le site de la Jewish Telegraphic Agency:

La nouvelle, annoncée lundi par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences n’a guère provoqué de surprise à Hollywood et est intervenue deux mois exactement après que l’invitation de Godard par l’Académie a donné le coup d’envoi à une vive discussion sur l’antisémitisme allégué et l’antisionisme [anti-Israel record] confirmé du réalisateur de la Nouvelle Vague.
Le réalisateur jean-Luc Godard ne sera pas personnellement présent pour accepter l’Oscar d’honneur que certains ont fait pression pour qu’on le lui retire en raison de ses opinions considérées comme antisémites.

car Godard est notoirement antisémite nous dit même le quotidien sioniste Haaretz.
Ces assertions de la part de ces organes de presse sur le motif de la non présence de Godard à la cérémonie sont peut être fausses. Elles relèvent en effet peut-être de la vantardise qui caractérise le lobby sioniste aux Etats Unis.
Mais ce que je trouve curieux, c’est que les journaux français ne les évoquent pas du tout et n’ont jamais cherché à creuser un peu de ce côté là.
Quoique, un journal francophone suisse en parle et relève les conséquences non négligeables de la campagne de dénigrement menée contre M. Godard.

No future pour l’entité sioniste

25 octobre 2010
Un bon papier sur KABOBfest qui expose bien le hiatus entre les régimes arabes, prêts pour diverses raisons à pactiser avec le régime sioniste, et les opinions publiques arabes qui rejettent toujours aussi fermement une greffe dont le rejet n’est différé que par la force des armes mais, surtout, par l’argent des contribuables des Etats Unis.
Et il est vrai que l’entité sioniste n’a aucun avenir dans la région d’Asie mineure où elle s’est implantée. Les sionistes, même les plus obtus comme ceux qui postent des commentaires sur ce blog (pourtant insignifiant pour résumer leur point de vue) le savent bien. En désespoir de cause, ils en sont réduits à souhaiter une destruction de l’ensemble de la région au moyen de leurs armes atomiques en cas de menace de disparition de l’Etat voyou.
Donc rien d’autre qu’une preuve supplémentaire que le monde doit être débarrassé de cet Etat malfaisant et dangereux pour tous. 
KABOBfest ne dit pas comment l’entité disparaîtra et c’est normal car  personne n’a de boule de cristal. Il est cependant douteux qu’elle soit démantelée à la suite d’une offensive militaire de je ne sais quel pays arabe. Aucun de ces pays n’a la volonté, ni la capacité militaire de venir à bout de l’entité sioniste. L’Iran est loin et aucun de ses intérêts vitaux n’est en jeu en Palestine sauf, bien sûre, si le régime sioniste mettait à exécution ses menaces contre le gouvernement de Téhéran. Le rapport de force militaire n’a en fait jamais été aussi favorable au régime sioniste: une résistance palestinienne divisée et restreinte pour l’essentiel au Hamas, une Jordanie et un régime égyptien qui ont pactisé avec le sionisme, une Syrie en crise économique avec un pouvoir sans doute assez peu solide et doté d’une armée dont les équipements sont largement obsolètes..
Il en va autrement sur le plan politique. L’image de l’entité sioniste à l’international ne cesse en effet de se dégrader à mesure que le cliché des réfugiés fuyant le nazisme s’estompe au profit du visage d’une soldatesque barbare qui commet ses forfaits au nom d’une bannière frappée de l’étoile de David. Par ailleurs, sur le plan démographique, l’entité sioniste est confrontée à deux défis. Le premier est la croissance démographique palestinienne dans l’ensemble des territoires occupés mais aussi dans la diaspora. C’est le danger le plus évident. Le deuxième est en général moins clairement perçu; il s’agit du poids démographique de plus en plus important des Juifs extrémistes. Ces derniers ont en effet un taux de natalité très élevé et représentent déjà une force politique incontournable dans les territoires occupés. Demain, ils représenteront une force incontournable dans l’ensemble de l’entité sioniste qui aura dès lors du mal à faire valoir son image de parcelle d’Europe au coeur du Proche Orient. Car ces Juifs fondamentalistes sont des fanatiques de la pire espèce qui indisposent déjà un certains nombre de ressortissants de l’entité sioniste qui ne sont en réalité Juifs que sur le papier.
Pour l’heure, le régime sioniste continue certes à obtenir des gains dont il se gargarise (comme sa récente admission à l’OCDE) sur les acquis de l’antisémitisme européen., et tend encore à l’Europe une image en miroir. Le problème est que les populations européennes rejettent de plus en plus ce qu’elles voient dans ce miroir et que dans quelques années le miroir sera surtout plein de visages de fanatiques juifs dont Netanyahou n’est qu’une version édulcorée. 
 Ces évolutions invitent à un optimisme mesuré d’autant qu’il faut bien garder en tête que la situation au Moyen Orient n’est absolument pas centrale pour les électorats occidentaux. Et qu’avec les gouvernants Européens, c’est encore autre chose car, convaincus ou pas par le sionisme, ils font l’objet de pressions dans le système socio-politique qui leur est propre car, contrairement à la légende, il y a longtemps que le conflit du Proche orient a été importé en France et en Europe (au moins depuis la Déclaration Balfour)
.

‘Reconnaître Israël, SVP?’
par Sarakenos, KABOBfest, 24 octobre 2010  traduit de l’anglais par Djazaïri

Les sionistes ont essayé, depuis la déclaration Balfour, de se faire reconnaître et accepter par le monde entier, mais de manière plus cruciale par les Sarrasins qu’ils prévoyaient de remplacer, de préférence par des moyens pacifiques; par la force si nécessaire. C’est surtout après la stupéfiante victoire israélienne de 1967 qu’Israël a convaincu le monde que sa présence était tout, sauf temporaire; et d’autres pays commencèrent à la reconnaître et à commercer avec elle. Israël avait occupé la Cisjordanie, le Golan et le Sinaï en six jours et avait presque immédiatement commencé à construire des colonies (sans jamais cesser de le faire depuis). D’habitude, on ne construit pas des colonies dans des endroits qu’on a l’intention de quitter!

Israël n’a toujours ni constitution ni frontières officielles. Mais elle semble avoir abandonné l’idée d’une expansion territoriale au delà des actuels territoires occupés au profit d’une expansion politico-économique. Qui aurait pu penser que la menace existentielle pour Israël (être prise en tenaille entre deux populations foncièrement antisionistes, seize fois plus nombreuses que la population juive) aurait jamais pu devenir sa profondeur économique et stratégique? L’Egypte fournit à Israël du gaz naturel à des prix subventionnés tandis que la Jordanie a mis en place des zones franches conçues par les Américains pour  qu’Israël y installe des ateliers de confection, avec de la main d’oeuvre féminine palestinienne, qui fait la navette quotidiennement par autobus depuis les camps de réfugiés. Ajoutant à cette humiliation, ces travailleuses esclaves apposent des étiquettes « made in Israel » sur les vêtements qu’elles fabriquent. 

Mais le succès de cette expansion politico-économique d’Israël ne peut perdurer et être assurée à long terme sans une véritable acceptation et reconnaissance  populaire d’Israël en tant qu’Etat juif. Quand Netanyahou demande cette reconnaissance en préalable à toute négociation de paix, ce n’est pas qu’une façon de gagner du temps.

Israël est comme une greffe d’organe incompatible que l’organisme Sarrasin rejette. Les médecins sionistes ont fait de gros efforts pour injecter à la masse sarrasine toutes sortes de médicaments^pour qu’il accepte le greffon, mais aucune de ces substances ne semble avoir d’effet permanent. Chaque camp sait que, si l’Oncle Sam retire son soutien (diplomatique et fiancier) en cette étape critique, Israël disparaîtrait de mort naturelle.

Si les Juifs Européens avaient eu recours à des moyens non invasifs pour immigrer en Palestine (par exemple ainsi qu’ils l’ont fait pour immigrer aux Etats Unis), ils auraient été aisément absorbés par l’ensemble de l’organisme sarrasin, comme l’ont été les Juifs en Amérique et les Arméniens dans les régions assyriennes, entre autres. Cependant, ces immigrants Juiifs d’Europe n’avaient pas choisi d’eux-mêmes cette destination, mais y avaient été attirés par les pionniers du sionisme – eux-mêmes des Juifs Européens animés du rêve psychotique de nettoyer ethniquement une autre population pour établir leur propre Etat séculier basé sur des fables vieilles de 2000 ans, avec l’entier soutien de l’Europe (ils avaient les relations nécessaires). 

Les sionistes aiment à se dire à eux-mêmes et au monde entier qu’ils avaient immigré en Palestine sans mauvaises intentions. Ils se lamentent sur le fait que, alors qu’ils venaient pour vivre en paix et dans la coexistence, ces Arabes qui détestent les Juifs ont refusé de patager leur territoire avec eux. Demandez à ces sionistes pourquoi, aujourd’hui, ils refusent de permettre aux millions de réfugiés Palestiniens de rentrer chez eux. Ils vous diront ouvertement que s’ils permettent à un aussi grand nombre de Palestiniens d’entrer en Israël; le simple ratio des populations serait modifié au point que l’identité juive du pays cesserait d’exister! Bien sûr, ils ont parfaitement raison d’envisager ce résultat, et c’est exactement pourquoi les Palestiniens s’étaient fermement opposés à l’immigration euro-juive il y a un siècle! Ils avaient prévu que le projet sioniste sonnerait le glas de leur légitime projet national, et leurs craintes se transformèrent en réalité.

Le récit sioniste est qu’ils [les Juifs] ont fui la persécution en Europe, sont arrivés en Palestine comme de pauvres réfugiés Européens, avec de bonnes intentions pour une coexistence pacifique. Et comme ils n’avaient pas été bien accueillis par les habitants indigènes, ils avaient fini par vaincre leur adversaire; en massacrant et en expulsant des centaines de milliers de personnes, en rasant  des villes et des villages entiers, en repoussant par magie six armées arabes sans autre aide que celle de Yahvé! Essayez de vous imaginer des immigrants Mexicains pacifiques et bien intentionnés et à qui on a refusé un permis de séjour aux Etats Unis, non seulement prendre les armes pour se défendre eux-mêmes contre l’expulsion mais en arriver à expulser la moitié de la population des Etats Unis et l’empêcher pour toujours de revenir dans ses foyers? Les Mexicains n’auraient-ils pas besoin, je sais pas moi, d’un tas de saloperies de fusils pour arriver à ce résultat?

Ca le rappelle un épisode de Tom & Jerry, quand « Butch, le chat de gouttière, cherche d ela nourriture. Il essaye d’abord de voler… un jambon entier dans la maison de Tom & Jerry, mais il rate son coup accidentellement…  Butch décide alors de se déguiser en bébé abandonné sur le pas de la porte afin de s’infiltrer dans la maison et d’avoir accès au réfrigérateur bien garni dans la cuisine. La ruse fonctionne, et Tom fait entrer Butch dans la maison… A table, pendant le dîner, Tom coupe un peu de jambon pour Jerry et pour lui-même. Butch, toujours déguisé en bébé, apparaît soudain à la fenêtre et demande en langage bébé un peu de jambon. Amusé par l’audace de Butch, Tom lui donne du jambon avec réticence; en en coupant d’abord une tranche très fine. Mais Butch s’empare alors de tout le jambon et commence à l’engloutir voracement tout en repoussant Tom & Jerry » – cité d’après Wikipedia.

Les palestiniens, et les Sarrasins plus largement, ont ces faits, cette vérité, gravés dans leurs coeurs. Et même si chaque tentative d’agir sur la base de cette vérité pour récupérer le territoire volé a été, pour l’instant, tenue brutalement en échec par les clients des Etats Unis (Israël, les gouvernements et les milices arabes); la vérité reste inchangée. Et quand les officiels Israélo-US achètent des alliés chez les Sarrasins, ils ne font que visser un peu plus une cocotte minute. Ce que veulent en réalité les sionistes, c’est éteindre le feu sous la cocotte, et ils ne savent tout simplement pas comment faire. Ils sont incapables de voir que ce feu est leur existence illégale!

Quand le premier ministre Ben Gourion avait été interrogé pour savoir s’il croyait vraiment que les Palestiniens ne rentreraient pas chez eux, il avait répondu que les vieux mourraient et que les jeunes oublieraient. Pourquoi ces damnés palestiniens n’oublient-ils pas? Pourquoi ces damnés Sarrasins ne laissent-ils pas tomber? OK, bien, les sionistes ont pris une petite portion de votre immense territoire arabe et expulsé quelques centaines de milliers de personnes, bla bla bla… Quand arriverez-vous à vous y faire et à nous laisser, nous sionistes, vivre en paix? Tout ce que nous voulons, c’est la paix! Nous sommes même d’accord pour vous rendre la Cisjordanie et Gaza et le contrôle entier sur al-Aqsa, en échange de la paix et de la sécurité. Sinon, il y aura une nouvelle guerre meurtrière et nous vous botterons encore le derrière! Et sincèrement, ce n’est pas ce que nous voulons, sincèrement! Vous voulez une preuve? Regardez ce qui s’est passé avec l’Egypte! Ils ont reconnu notre droit à l’existence, et en échange nous leur avons restitué tous les territoires et démantelé nos colonies sur place. Qu’est-ce que nous devons faire de plus pour que vous nous acceptiez?

Chers sionistes, vous ne semblez pas comprendre. Nous sommes une nation plurielle avec des dizaines de groupes ethniques, dont des Juifs. Vous êtes des occupants « étrangers », et vous avez volé un territoire qui ne vous appartient pas (et ne vous a jamais appartenu). Nous n’avons pas de place parmi nous pour un auto-proclamé peuple élu, raciste, exclusiviste, colonialiste, assassin et doté de l’arme atomique. Vous pouvez acheter votre reconnaissance avec l’argent des contribuables Américains, mais nous ne la signerons pas. L’argent ne vous permettra pas d’échapper à votre destin: chaque pouce de votre Etat devra être démantelé. Comprenez, s’il vous plaît, que ce n’est pas du fait de notre haine envers vous (quoique vous méritiez notre haine pour ce que vous avez fait et continuez à faire), mais c’est notre interprétation universelle de la justice. Cela tient au respect envers nous-mêmes, nos valeurs et, plus important, à notre respect pour ces hommes et ces femmes, Chrétiens et Musulmans, laïcs et religieux, qui ont versé leur sang et sont morts dans le combat pour leur liberté. Quand votre démantèlement sera achevé (et nous souhaitons sincèrement qu’il se fasse sans effusion de sang), c’est avec le plus grand plaisir que vos demandes de visas seront accueillies par votre consulat de Palestine le plus proche en Europe ou en Amérique.


%d blogueurs aiment cette page :