Archive for the ‘Barcelone’ Category

Les bulletins de vote du référendum catalan imprimés à Tel Aviv?

24 septembre 2017

Le site d’informations espagnol El Conficencial Digital nous avait déjà gratifiés d’un article sur les liaisons dangereuses entre le gouvernement régional catalan et l’entité sioniste, cette dernière encourageant de manière fort peu discrète les aspirations indépendantistes de Carles Puigdemont, le président de la Généralité de Catalogne.

Résultat de recherche d'images pour "carles puigdemont israel"

Carles Puigdemont à Yad Vashem

El Confidencial revient sur ces relations en avançant la thèse que les bulletins de vote nécessaires au prochain référendum qui doit, selon l’exécutif catalan, décider de l’indépendance de la région seraient imprimés dans l’entité sioniste.

Une hypothèse qui en vaut bien une autre, même si personnellement j’ai un peu de mal à y croire (voir ma note un peu plus bas). Elle traduit au minimum l’irritation croissante de certains secteurs d’opinion à l’égard d’une entité qui joue le jeu de la désagrégation d’un Etat espagnol qui est pourtant un de ses alliés, au même titre que les autres pays européens.

NB: à la différence de l’article précédent, celui-ci n’est pas signé.

Les services de renseignements cherchent les bulletins de vote du référendum en Israël

El Confidencial Digital (Espagne) 22 septembre 2017 traduit de l’espagnol par Djazaïri

   Ils examinent l’hypothèse qu’ils auraient été imprimés hors de l’Union Européenne. La police locale catalane [Mossos] suspecte que les urnes ont été acquises en Serbie ou en Russie.

Mardi dernier, la Guardia Civil [gendarmerie espagnole] a saisi dix millions de bulletins imprimés pour le référendum d’indépendance. Une opération qui porte un coup déterminant à la logistique du 1-O [1er octobre, date prévue du référendum en Catalogne]. Toutefois, le gouvernement suspecte la Généralité [gouvernement catalan] d’avoir un ‘plan B’. Les bulletins pourraient être imprimés dans un pays hors Union Européenne et devraient être expédiés en Catalogne par bateau quelques jours avant la consultation.

Depuis que le Parquet espagnol [Fiscalia General del Estado] a donné l’ordre aux forces de sécurité de saisir les bulletins, les urnes et le matériel destiné au référendum, la surveillance policière des imprimeries soupçonnées de collaborer avec la Généralité est constante.

L’action policière n’avait rien donné jusqu’à mardi dernier quand la Guardia Civil a arrêté deux hommes d’affaires après avoir inspecté un local industriel dans la commune de Bigues i Riells, dans la province de Barcelone. Sur place, ont été découverts 10 millions de bulletins de vote avec la question soumise au référendum et les cases pour répondre oui ou non.

Les scrutins référendaires saisis par la Garde civile.

Un coup dévastateur pour le 1-O

Des sources de la sécurité d’Etat estiment que la saisie porte un coup décisif à la logistique du référendum car le nombre de bulletins couvrait amplement l’effectif total du corps électoral convoqué à la consultation.

La Guardia Civil continue ses contrôles et ses inspections surprise dans les entreprises soupçonnées de collaborer à l’organisation du 1-O. Cependant, dans le gouvernement espagnol, on soupçonne le govern [gouvernement] de la Généralité de déployer une stratégie de « leurre ».

Enquête du CNI [Centro Nacional de Inteligencia, renseignements et contre-espionnage] à l’étranger

Les soupçons ne sont pas sans fondement. Ils se basent, comme l’ont indiqué des sources fiables à El Confidencial, sur une piste d’enquête ouverte ces dernières semaines par les services de renseignements. Les bulletins de vote sont imprimés dans un autre pays. Un pays non membre de l’Union Européenne ? avec la complicité présumée des autorités L’Etat en question.

L’origine de cette piste est inconnue, mais des sources proches de l’enquête confirment l’existence d’une « recherche » à l’étranger en quête d’imprimeries travaillant pour le compte de la Généralité.

Selon ces sources, les pistes suivies par l’enquête mènent vers différents pays, tous extracommunautaires. L’un d’eux est Israël.

Les liens d’Israël avec la Catalogne

Selon des rapports des services de renseignements espagnols, Israël n’a jamais caché sa sympathie pour la cause catalane. Jordi Pujol [Pujol a présidé la Généralité de Catalogne pendant 23 ans] en était arrivé au point de se déclarer sioniste et avait été invité à faire un discours devant le parlement israélien.

Résultat de recherche d'images pour "jordi pujol israeli"

Jordi Pujol et les Juifs. Construire la terre promise

L’an dernier, Artur Mas assurait, pendant le gala de remise d’un prix de l’amitié entre Israël et la catalogne que, « Comme en Israël, il y a aussi en Catalogne un peuple déterminé à être libre » . Pendant sa présidence, Mas se rendit plusieurs fois en Israël.

Résultat de recherche d'images pour "artur mas israeli"

Artur Mas glisse son bulletin ans l’urne

Les marques d’affection vont dans les deux sens. Ce fut du moins reconnu par Santiago Vidal quand il affirma que, parmi les pays qui s’étaient montrés disposés à aider une Catalogne naissante [nouvellement indépendante], il y avait Israël. L’aide parviendrait sous forme de prêts pour l’économie selon l’ex-député catalan.

Puigdemont lui-même s’est occupé personnellement de plusieurs actions diplomatiques en direction d’Israël. L’ambassadeur d’Israël en Espagne a été reçu pour un dîner « en privé » au palais de Sant Jaume [siège de la Généralité] avec le président de la Généralité. Les sujets abordés pendant cette rencontre n’ont fait l’objet d’aucune communication officielle.

Une ‘opération de leurre’

Ce que soupçonnent les services de renseignements, c’est que la Généralité a conçu une opération ‘leurres’. La manœuvre consiste à charger une des imprimeries locales de la fabrication des bulletins.

Parallèlement, une entreprise étrangère serait chargée de la confection de tout le matériel imprimé pour la réalisation de la consultation. Pendant que les services de sécurité se concentrent sur la recherche et la saisie des bulletins en territoire espagnol, les bulletins authentiques resteraient cachés dans un pays tiers jusqu’aux quelques jours qui précèdent le référendum.

On soupçonne que ces bulletins pourraient arriver en Catalogne par bateau à travers un des ports de la région. Une autre hypothèse envisagée par les services de renseignements est qu’ils sont déjà arrivés sur le territoire catalan et sont cachés.

Dans l’un ou l’autre des deux scénarios, l’étape suivante consistera à les distribuer discrètement dans les centres de vote du 1-O. L’opération, en termes logistiques, n’est pas très complexe. La Guardia Civil a transporté les dix millions de bulletins de vote confisqués mardi dans sept fourgonnettes.

Autre mystère, les urnes : une piste les situe en Russie ou en Serbie

Une autre des inconnues qui entourent le 1-O et que les services de sécurité essayent de résoudre est l’endroit où se trouvent les plus de 6 000 urnes nécessaires à la réalisation du référendum. Ces dernières semaines, a été envisagée la possibilité que les urnes soient stockées dans un pays étranger. Ou même dans une ambassade étrangère en territoire catalan.

El Confidencial Digital a eu accès à des sources dans la direction des Mossos d’Escuadra [police catalane] qui révèlent que les soupçons sur les pays d’origine des urnes portent sur la Russie et la Serbie où elles auraient été fabriquées sur commande de la Généralité.

Le transfert des urnes vers les bureaux de vote est, au moins en termes logistiques, beaucoup plus complexe que celui des bulletins. Principalement en raison de l’infrastructure nécessaire pour transporter plus de 6 000 urnes à travers une Catalogne où de nombreux contrôles de police sont en recherche d’urnes, de bulletins et de matériels en relation avec le 1-0.

 

Procédé journalistique pour minimiser l’ampleur de la mobilisation européenne en faveur de Gaza et de la Palestine

10 janvier 2009
Cette journée du 10 janvier a été marquée par de nombreuses manifestations de soutien au peuple palestinien en France comme ailleurs en Europe.
La mobilisation a été impressionnante et la presse est bien obligée d’en faire ses titres quitte à utiliser les procédés dont elle a le secret pour minimiser l’ampleur des mobilisations.
s
Un exemple concret avec cette dépêche Associated press reproduite par yahoo Actualités.

De Paris à Berlin, de Londres à Stockholm, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi dans plusieurs villes européennes contre l’offensive israélienne dans la Bande de Gaza
s
Pourtant si on additionne les chiffres livrés dans l’article (et qui ne concernent pas toutes les manifestations et sont des estimations de la police), nous avons :
s

Stockholm : 3500 (je prends le plus bas des deux chiffres)
– Londres : 12 000 (100 000 selon les organisateurs, mais passons)
– France entière : 123 000 (toujours selon la police)
– Barcelone : 30 000
– Berlin : 8 500
– Duisbourg : 10 000
– Innsbruck : 3 500
– Oslo : 1 000
– Athènes : 2 000

Sans parler des manifestations comme celles d’Edimbourg et d’italie pour lesquelles la dépêche ne donne aucun chiffre précis. Sans parler non plus de toutes les autres manifestations non citées.

Bon, je prends ma calculatrice et j’additionne les chiffres donnés par la dépêche et j’arrive à 181 500 personnes.

Le seul chiffre donné pour la France aurait dû inviter à intituler l’article « Plus d’une centaine de milliers de personnes ont manifesté. »
s
Et en réalité ce sont sans doute plusieurs centaines de milliers de personnes qui ont manifesté à travers l’Europe pour demander que soient stoppés les bouchers sionistes et levé le blocus de Gaza.

>Procédé journalistique pour minimiser l’ampleur de la mobilisation européenne en faveur de Gaza et de la Palestine

10 janvier 2009

>

Cette journée du 10 janvier a été marquée par de nombreuses manifestations de soutien au peuple palestinien en France comme ailleurs en Europe.
La mobilisation a été impressionnante et la presse est bien obligée d’en faire ses titres quitte à utiliser les procédés dont elle a le secret pour minimiser l’ampleur des mobilisations.
s
Un exemple concret avec cette dépêche Associated press reproduite par yahoo Actualités.

De Paris à Berlin, de Londres à Stockholm, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi dans plusieurs villes européennes contre l’offensive israélienne dans la Bande de Gaza
s
Pourtant si on additionne les chiffres livrés dans l’article (et qui ne concernent pas toutes les manifestations et sont des estimations de la police), nous avons :
s

Stockholm : 3500 (je prends le plus bas des deux chiffres)
– Londres : 12 000 (100 000 selon les organisateurs, mais passons)
– France entière : 123 000 (toujours selon la police)
– Barcelone : 30 000
– Berlin : 8 500
– Duisbourg : 10 000
– Innsbruck : 3 500
– Oslo : 1 000
– Athènes : 2 000

Sans parler des manifestations comme celles d’Edimbourg et d’italie pour lesquelles la dépêche ne donne aucun chiffre précis. Sans parler non plus de toutes les autres manifestations non citées.

Bon, je prends ma calculatrice et j’additionne les chiffres donnés par la dépêche et j’arrive à 181 500 personnes.

Le seul chiffre donné pour la France aurait dû inviter à intituler l’article « Plus d’une centaine de milliers de personnes ont manifesté. »
s
Et en réalité ce sont sans doute plusieurs centaines de milliers de personnes qui ont manifesté à travers l’Europe pour demander que soient stoppés les bouchers sionistes et levé le blocus de Gaza.


%d blogueurs aiment cette page :