Archive for the ‘boycott’ Category

Esther Koontz fait plier le lobby sioniste au Kansas

10 février 2018

La pratique du boycott est bien ancrée aux Etats Unis. Pas seulement parce que le premier amendement garantit la liberté d’expression, mais aussi parce que la lutte d’indépendance des colonies anglaises d’Amérique du Nord commença par un boycott des marchandises britanniques.

Or, dans ce pays dont les citoyens n’hésitent pas à pratiquer le boycott pour faire avancer leurs revendications ou manifester leur mécontentement, certains Etats adoptent des réglementations qui criminalisent le boycott de l’entité sioniste.

C’est le cas par exemple de l’Etat du Kansas dont la décision de pénaliser le boycott est contestée en justice. Un juge fédéral vient d’ailleurs d’émettre un avis défavorable à cette pénalisation du boycott qui est selon lui contraire à la Constitution.

De fait, cette pénalisation du boycott ne laisse pas indifférent ceux qui tiennent à protéger la liberté d’expression comme c’est le cas de la rédaction du Kansas City Star qui signe collectivement un article pour dénoncer la législation adoptée par l’Etat du Kansas.

Il est piquant d’apprendre qu’un des arguments de l’Etat du Kansas pour pénaliser le boycott de l’entité sioniste car cette dernière « pourrait refuser de commercer avec ou dans l’Etat s’il ne punissait pas les boycotteurs ».

On a carrément l’impression que ce sont les Etats Unis, qui donnent des milliards de dollars chaque année à l’entité sioniste, qui seraient les obligés de l’Etat voyou !

La loi anti-boycott du Kansas n’est pas un cas isolé.

Non, Kansas, vous ne pouvez pas interdire aux entreprises de boycotter Israël

Par le Comité de Rédaction de The Kansas City Star (USA) 31 janvier 2018 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un juge fédéral de Topeka a statué que le Kansas ne pouvait pas dire aux entreprises ce qu’elles pouvaient et ne pouvaient pas boycotter. Ce qui devrait apparaître comme évident à quiconque au fait des protections de la liberté d’expression en vertu du Premier Amendement [de la Constitution des Etats Unis, NdT].

Mais l’été dernier, l’Etat du Kansas a adopté une loi exigeant que tous ceux qui concluent des marchés avec lui certifient qu’ils ne boycottent pas Israël.

Pourquoi? Dans son avis bloquant l’application de la loi alors que le procès de l’American Civil Liberties Union est en cours, le juge de district américain Daniel Crabtree a écrit que ses partisans [de la législation anti-boycott] à l’Assemblée législative du Kansas ont fait valoir que son but était « d’empêcher les gens de s’opposer à Israël ».

Ils ont, écrit Crabtree,  « insisté sur la nécessité de s’opposer aux campagnes de « Boycott, Désinvestissment et Sanctions, BDS qui protestent contre le mauvais traitement par le gouvernement israélien des Palestiniens dans les territoires occupés. »

Dit autrement, la loi est supposée restreindre la liberté d’expression politique. Une loi similaire proposée au Congrès [la Chambre des Représentants et le Sénat, l’Israel Anti-Boyccott Act, criminaliserait purement et simplement ce genre de prise de position.

Avons-nous oublié que la Révolution Américaine a commencé par un boycott des marchandises britanniques ? Tout comme la protection des droits civiques l’a emporté par le boycott des autobus de Montgomery ?

En 1982, la Cour suprême a confirmé que les boycotts étaient des expressions politiques protégées par la Constitution. Dans l’affaire NAACP v. Claiborne Hardware Co. , la haute cour a examiné le boycott des entreprises appartenant à des Blancs à Port Gibson, Mississippi, et a conclu que «les discours, les réunions et pétition. . . pour changer un ordre social qui avait toujours traité [les Afro-Américains] comme des citoyens de seconde classe « sont » au plus haut dans la hiérarchie des valeurs du Premier Amendement. « 

C’est pourquoi Crabtree a considéré que la «Cour suprême a jugé que le premier amendement protège le droit de participer à un boycott comme celui puni par la loi du Kansas» qui est entrée en vigueur le 1er juillet.

L’action en justice de l’ACLU pour contester la loi a été intentée au nom d’Esther Koontz, une spécialiste mennonite de didactique des mathématiques de Wichita qui a été encouragée par son église à s’associer à un boycott des entreprises israéliennes au printemps dernier.

Résultat de recherche d'images pour "esther koontz"

Esther Koontz

Deux mois après la décision par Koontz de cesser d’acheter des produits israéliens, elle a été invitée à commencer à former des enseignants à travers l’Etat dans le cadre du programme de partenariat en mathématiques et en sciences du Département de l’Education du Kansas.

Elle était impatiente d’accomplir ce travail supplémentaire qui est rémunéré 600 dollars poar jour plus les frais. Mais le directeur du programme lui a dit qu’elle devait d’abord signer un certificat attestant qu’elle ne boycottait pas Israël.

Après mûre réflexion, Koontz a décidé qu’elle ne pouvait pas faire cela en toute bonne conscience.

Le directeur du programme a déclaré que dans ce cas, elle ne pouvait pas avoir un contrat avec l’Etat.

Dans sa défense, l’Etat du Kansas a fait valoir que Koontz aurait pu obtenir une dérogation pour des raisons religieuses si elle en avait demandé une.

Mais elle est arrivée à la même conclusion sur des bases non religieuses, elle avait toujours le même droit de s’exprimer politiquement.

L’Etat du Kansas a aussi soutenu que l’Etat d’Israël pourrait refuser de commercer avec ou dans l’Etat s’il ne punissait pas les boycotteurs. Mais il n’a présenté aucune preuve d’une menace quelconque pour l’économie du Kansas.

Et comme sujet de réflexion, peut-être  les partisans Républicains de cette loi devraient-ils considérer ce que serait leur réaction si l’Etat interdisait de boycotter Keurig, ou Starbucks, ou Nordstrom [magasins de prêt-à-porter], ou Target ou encore la National Football League. [tous ces boycotts sont organisés par des sympathisants du Parti Républicain, NdT]

Pas de vente, non ? Pas dans tous les cas.

NB : Target est une chaîne nord-américaine de supermarchés qui avait annoncé que ses toilettes seraient désormais ouvertes aux clients transgenre en fonction de qui leur semblait correspondre à leur genre. De nombreux clients se sont insurgés contre cette disposition qui, en permettant à des hommes de fréquenter les toilettes pour dames facilitait la tâche aux prédateurs sexuels. Le boycott a coûté des millions de dollars à cette chaîne de magasins. Target a dû investir 20 millions de dollars pour créer des toilettes individuelles dans ses magasins.

 

Publicités

Ada Yonath, prix Nobel de chimie, une juste qui ne doit pas faire oublier les médecins fous de l’entité sioniste.

11 octobre 2009
Le Centre Simon Wiesenthal qui est, dit-on, une organisation vouée à la promotion des droits de l’homme applaudit le fait qu’une chercheuse de l’entité sioniste, Mme Ada Yonath, ait obtenu le prix Nobel de chimie.

Certes, cette scientifique mérite sans doute son prix Nobel et le fait qu’elle le partage avec deux autres co-lauréats vient simplement rappeler, comme le précise à juste titre le Centre Simon Wiesenthal, que la recherche scientifique est une affaire d’inspiration mutuelle, c’est-à-dire en réalité de plus en plus l’oeuvre de collectifs de savants.

Mais là où on ne peut plus suivre ce centre Simon Wiesenthal (qui est en réalité un gros business de la pédagogie de l’holocauste et du sionisme), c’est quand il en tire argument pour demander que soit mis un terme aux campagnes de boycott des relations universitaires avec les institutions de l’Etat sioniste, campagnes qui sont assez vigoureuses au Canada et au Royaume Uni.

L’argument est que les chercheurs de l’entité sioniste sont à l’avant-garde de la recherche médicale et que le monde aurait bien tort de se priver de telles compétences.

Cette plaidoirie n’est pas dénuée d’intérêt , mais elle omet simplement que les campagnes de boycott ne sont pas des campagnes ad hominem, c’est-à-dire qu’elles ne visent pas en particulier les chercheurs originaires de l’entité sioniste, mais les institutions universitaires de l’entité. Nuance.

Ce qui signifie qu’une université par exemple canadienne adepte du boycott a bien entendu toute latitude de travailler avec un chercheur de l’entité pour peu que ce dernier n’oeuvre pas en tant que représentant d’une institution de l’Etat voyou.

Ceci affirmé en toute amitié avec Mme Ada Yonath qui ne vient pas de se faire précisément des amis dans son pays avec ses déclarations selon lesquelles pour éviter par exemple que les Palestiniens fassent des prisonniers (du genre Gilad Shalit), il faudrait peut-être libérer tous les Palestiniens qui croupissent dans les geôles sionistes, s’abstenir d’en faire d’autres et peut-être poser des actes politiques permettant de mettre un terme aux différends qui opposent les uns et les autres (curieusement, la presse française ne se hâte pas de répercuter ses propos).

Pour conclure, je le dis quand même avec le Centre Simon Wiesenthal, le monde aurait tort de se priver de ces médecins aux talents multiples comme nous le rappelle cet article de 2005 du Guardian.
Des médecins Israéliens ont expérimenté sur des enfants
Par Chris McGreal, The Guardian (UK) 11 mai 2005 traduit de l’anglais par Djazaïri
Un médecin Israélien de premier plan et spécialiste d’éthique a appelé à poursuivre en justice des médecins responsables de milliers d’expérimentations non autorisées et souvent illégales sur des enfants en bas âges et des patients en gériatrie dans des hôpitaux israéliens.
Une enquête conduite par l’observatoire gouvernemental, le contrôleur de l’Etat, a révélé que des chercheurs de dix hôpitaux ont administré des médicaments, effectué des tests génétiques non autorisés et pratiqué des actes chirurgicaux douloureux sur des patients incapables de donner un consentement éclairé ou sans obtenir l’approbation du ministère de la santé.
Dans un hôpital, le personnel a percé les tympans d’un enfant pour appliquer un traitement expérimental qui n’a encore été autorisé dans aucun pays. Dans un autre, les empreintes digitales de patients atteints de démence sénile étaient appliqués sur des formulaires de consentement pour l’expérimentation de médicaments.
Le ministre de la santé Israélien Dan Naveh a déclaré avoir été “choqué” devant ce qu’il qualifie d’échec pour son ministère et certains hôpitaux israéliens.
Le Dr Jacques Michel, l’ancien directeur de l’hôpital hadassah qui a déclenché l’enquête du contrôleur en alertant sur ces abus en 2001, a appelé hier à des poursuites contre les médecins.
“Ces médecins devraient être punis très sévèrement parce qu’ils sont vraiment criminels,” a déclaré le Dr Michel qui dirige la commission qui approuve les expérimentations médicales à Hadassah qui figure parmi les hôpitaux accusés.
“On devrait leur retirer leur autorisation d’exercer et ils devraient être poursuivis. Si on ne donne pas l’exemple que la profession médicale refuse ce genre de comportement, ce phénomène continuera.
“Ce n’est pas un phénomène isolé. Il est répandu dans diverses institutions. »
Le contrôleur de l’Etat, Eliezer Goldberg, a constaté que souvent des patients n’étaient pas informés correctement sur les expérimentations auxquelles ils donnaient leur accord et, dans certains cas, pas informés du tout.
Chaque hôpital israélien dispose d’une commission d’éthique pour veiller au respect du code de conduite adopté en 1964 à Helsinki sur l’expérimentation. Mais le contrôleur indique que les commissions omettaient de façon routinière d’appliquer leurs propres règlements et que le ministère de la santé a été négligent dans l’imposition des normes éthiques.
M. Goldberg a décrit une série d’incidents à l’hôpital gériatrique Harzfeld comme « extrêmement graves, » notamment les cas d’une femme âgée de 101 ans et d’une autre de 91 ans qui étaient supposées avoir consenti à prendre des médicaments expérimentaux sans que leurs familles en aient été informées.
Des chercheurs avaient apposé les empreintes digitales de sept autres patients d’Harzfeld sur des formulaires de consentement qu’ils étaient incapables de lire ou de signer compte tenu de leur état de sénilité.
“A cet âge, 25 à 30 % de ces gens sont inaptes à donner un consentement éclairé parce qu’ils souffrent de démence ou de sénilité,” explique le Dr Michel.
Dans d’autres cas, les médecins étaient incapbles de produire les formulaires de consentement qui, disaient-ils, avaient été signés par leurs patients alors que la règlementation exige que les chercheurs conservent ces documents pendant quinze ans.
L’hôpital Kaplan a conduit des essais cliniques douloureux sur des patients en extrayant des échantillons d’urine avec des aiguilles, une procédure réservée normalement à des circonstances exceptionnelles. Le contrôleur a découvert que 40 % des patients qui avaient signé des formulaires de consentement – dont cinq avec une empreinte digitale – étaient mentalement inaptes à le faire.
M. Goldberg précise que deux femmes sont mortes d’une infection, mais que leurs décès n’avaient pas été signalés au ministère et que la commission d’enquête requise n’avait pas été mise en place.
Le contrôleur indique que dans certains cas, les décès des patients qui participaient à des essais cliniques n’avaient pas été signalés immédiatement, ce qui a nui aux procédures visant à établir si les expériences étaient en cause.
Le Dr Michel pense que certains médecins ont cédé à des incitations financières de firmes pharmaceutiques pour tester des médicaments expérimentaux.
“Je n’ai pas besoin d’expliquer le pouvoir énorme de l’industrie pharmaceutique pour orienter la recherche en fonction de ses priorités,” dit-il.
M. Goldberg a expliqué comment un chercheur était en même temps directeur d’une entreprise qui était à l’initiative de l’essai clinique dont il avait la responsabilité.
Le ministère de la santé a déclaré avoir déjà fait des démarches pour renforcer la supervision suite au rapport du contrôleur

Le boycott des produits de l’entité sioniste plus que jamais d’actualité.

18 août 2009
Je répercute bien volontiers la teneur d’un message de Ghandi Dubled, un appel au boycott des produits en provenance de l’entité sioniste, notamment des dattes qui s’ajoutent bien souvent aux menus du mois de Ramadan. Boycotter les produits en provenance de l’entité sioniste est un acte important qui ne mettra certes pas à genoux l’économie sioniste qui dépend d’abord des largesses des contribuables notamment Allemands et Américains. Par contre le boycott peut mettre en difficulté les entreprises de l’entité et celles qui collaborent avec elles et mettre justement en relief le caractère dépendant de cette économie vis-à-vis du financement assuré par les contribuables Occidentaux.

Plus d’informations sur le site Campagneboycott

Le boycott des produits de l’entité sioniste plus que jamais d’actualité.

18 août 2009
Je répercute bien volontiers la teneur d’un message de Ghandi Dubled, un appel au boycott des produits en provenance de l’entité sioniste, notamment des dattes qui s’ajoutent bien souvent aux menus du mois de Ramadan. Boycotter les produits en provenance de l’entité sioniste est un acte important qui ne mettra certes pas à genoux l’économie sioniste qui dépend d’abord des largesses des contribuables notamment Allemands et Américains. Par contre le boycott peut mettre en difficulté les entreprises de l’entité et celles qui collaborent avec elles et mettre justement en relief le caractère dépendant de cette économie vis-à-vis du financement assuré par les contribuables Occidentaux.

Plus d’informations sur le site Campagneboycott

Le lobby sioniste tente (encore) d’empêcher un discours de Desmond Tutu

13 avril 2009

Le lobby sioniste ne gagne pas à tous les coups. Encore une fois, il a tenté d’empêcher une prise de parole de l’archevêque Desmond Tutu dans une université des Etats Unis.

Mais cette fois, la direction de l’université, celle du Michigan, n’a pas cédé malgré les accusations indécentes d’antisémitisme portées à l’encontre du prix Nobel de la paix.

Ce n’est pas que la direction de l’université a été emportée par une fièvre antisioniste ; la même direction se dit fermement opposée au boycott de l’entité sioniste.

Non, c’est simplement qu’il est difficile de faire croire à une personne douée de discernement que Desmond Tutu est antisémite. Et c’est aussi qu’une annulation de l’invitation faite à l’archevêque aurait entrainé des remous non seulement à l’intérieur du campus mais aussi dans les universités sudafricaines avec lesquelles l’université d Michigan entretient d’importantes relations.

Et enfin, il y a la mobilisation en faveur de la Palestine d’étudiants et de membres du corps enseignant. Ce n’est pas pour rien que l’organisation Hillel, présente sur le campus, fait plutôt profil bas.


Une organisation critique l’invitation de Tutu par l’université du Michigan

Simon cite la liberté académique en réponse aux critiques

par Matthew Miller, Lansing State Journal (USA)10 avril 2009 traduit de l’anglais par Djazaïri
EAST LANSING – L’Université d’Etat du Michigan a annoncé la semaine dernière que l’archevêque Sudafricain à la retraite Desmond Tutu ferait le discours de rentrée universitaire. Deux jours plus tard, l’Anti-Defamation League, un groupe de pression juif a émis une protestation.

Dans une lettre à Lou Anna Simon, présidente de l’Université de l’Etat du Michigan, deux responsables de l’ADL écrivent que Tutu, dont l’opposition à l’apartheid dans les années 80 lui a valu le prix Nobel de la paix, a fait des déclarations sur Israël qui «charriaient une franche intolérance contre… le peuple Juif.»

Ils affirment que la proposition d’un boycott académique et culturel d’Israël, que Tutu soutient, était « basée sur des idées qui sont antisémites et devraient faire l’objet de l’anathème par toutes les institutions d’enseignement supérieur réellement investies en faveur de la liberté académique.»

Ils demandent à l’Université du Michigan de reconsidérer son invitation.

Simon a répondu cette semaine. Elle a dit non.

Tout en remarquant que des dirigeants de l’université s’étaient publiquement opposés à un tel boycott, elle écrit : «L’Université d’Etat du Michigan rejette la notion que les échanges intellectuels et les activités académiques devraient faire les frais de dissensions politiques.»

C’est une affaire apparemment ouverte puis close mais elle a provoqué des petits remous sur le campus.

Des professeurs et des étudiants interviewés ce mardi sont unanimes dans leur soutien à la position de Simon sur la liberté académique et pour permettre à Tutu de s’exprimer.

Les opinions divergeaient sur la tactique de l’ADL et sur le boycott préconisé par Tutu.

David Wiley est un professeur de sociologie qui a dirigé le Centre d’Etudes Africaines de l’université du Michigan pendant trente ans avant d’en quitter la direction cette année. Il avait joué un rôle dans la décision de l’Université d’Etat du Michigan de ne plus investir en Afrique du Sud en 1978. Et il qualifie de «déplacée» la requête de l’ADL.

« Encore et toujours, l’ADL et d’autres organisations juives font l’amalgame entre le fait de critiquer Israël et l’antisémitisme, » dit-il. «En fait, l’évêque Tutu a toujours été pour l’inclusion des marginaux, que ce soient les noirs en Afrique du Sud ou la communauté juive.»

Tutu a déclaré soutenir l’existence de l’Etat d’Israël. Il a aussi comparé le traitement des Palestiniens à celui des noirs pendant l’apartheid.

Et il est partie prenante de la campagne aux USA pour un boycott académique et culturel d’israël qui vise à cesser les relations et les investissements dans les institutions académiques et culturelles israéliennes jusqu’à ce qu’Israël se retire des territoires occupés de la bande de Gaza et de Cisjordanie.

Un tel boycott, affirme Ken Waltzer, directeur des études juives à l’Université du Michigan, porterait un coup sévère au travail de son programme. Il punirait les Israéliens les plus engagés pour la paix.

Et il « repose sur une analogie entre l’Afrique du Sud et Israël qui est manifestement fausse et ignoble. »

Geoff Levin, étudiant en deuxième année à l’université et responsable de l’organisation étudiante Hillel pour l’Université d’Etat, dit respecter les réussites de Tutu, mais est attristé par ses positions sur Israël.

«Je ne ferais aucune pression pour son retrait de la liste des orateurs en raison des grandes choses qu’il a réalisées,» dit-il.

« Mais je pense que les pro Israël et la communauté juive doivent exprimer notre mécontentement à propos de ce vers quoi il pousse.»

Salah Hassan enseigne l’anglais à l’Université d’Etat du Michigan et est membre de Michigan Professors Against Occupation, un groupe ad hoc qui s’oppose à l’occupation par Israël de la Cisjordanie, de Gaza et de Jérusalem Est.

« La meilleure façon de d’y mettre un terme à cet appel au boycott, » dit-il, « serait de mettre fin à l’occupation.»

«L’ADL a tout à fait le droit de protester contre la venue de quelqu’un qu’elle n’aime pas, » dit-il.

« Mais en réalité, si la présidente de l’université avait accepté de retirer l’invitation, cela aurait provoqué une forte polémique.»

>Le lobby sioniste tente (encore) d’empêcher un discours de Desmond Tutu

13 avril 2009

>

Le lobby sioniste ne gagne pas à tous les coups. Encore une fois, il a tenté d’empêcher une prise de parole de l’archevêque Desmond Tutu dans une université des Etats Unis.

Mais cette fois, la direction de l’université, celle du Michigan, n’a pas cédé malgré les accusations indécentes d’antisémitisme portées à l’encontre du prix Nobel de la paix.

Ce n’est pas que la direction de l’université a été emportée par une fièvre antisioniste ; la même direction se dit fermement opposée au boycott de l’entité sioniste.

Non, c’est simplement qu’il est difficile de faire croire à une personne douée de discernement que Desmond Tutu est antisémite. Et c’est aussi qu’une annulation de l’invitation faite à l’archevêque aurait entrainé des remous non seulement à l’intérieur du campus mais aussi dans les universités sudafricaines avec lesquelles l’université d Michigan entretient d’importantes relations.

Et enfin, il y a la mobilisation en faveur de la Palestine d’étudiants et de membres du corps enseignant. Ce n’est pas pour rien que l’organisation Hillel, présente sur le campus, fait plutôt profil bas.


Une organisation critique l’invitation de Tutu par l’université du Michigan

Simon cite la liberté académique en réponse aux critiques

par Matthew Miller, Lansing State Journal (USA)10 avril 2009 traduit de l’anglais par Djazaïri
EAST LANSING – L’Université d’Etat du Michigan a annoncé la semaine dernière que l’archevêque Sudafricain à la retraite Desmond Tutu ferait le discours de rentrée universitaire. Deux jours plus tard, l’Anti-Defamation League, un groupe de pression juif a émis une protestation.

Dans une lettre à Lou Anna Simon, présidente de l’Université de l’Etat du Michigan, deux responsables de l’ADL écrivent que Tutu, dont l’opposition à l’apartheid dans les années 80 lui a valu le prix Nobel de la paix, a fait des déclarations sur Israël qui «charriaient une franche intolérance contre… le peuple Juif.»

Ils affirment que la proposition d’un boycott académique et culturel d’Israël, que Tutu soutient, était « basée sur des idées qui sont antisémites et devraient faire l’objet de l’anathème par toutes les institutions d’enseignement supérieur réellement investies en faveur de la liberté académique.»

Ils demandent à l’Université du Michigan de reconsidérer son invitation.

Simon a répondu cette semaine. Elle a dit non.

Tout en remarquant que des dirigeants de l’université s’étaient publiquement opposés à un tel boycott, elle écrit : «L’Université d’Etat du Michigan rejette la notion que les échanges intellectuels et les activités académiques devraient faire les frais de dissensions politiques.»

C’est une affaire apparemment ouverte puis close mais elle a provoqué des petits remous sur le campus.

Des professeurs et des étudiants interviewés ce mardi sont unanimes dans leur soutien à la position de Simon sur la liberté académique et pour permettre à Tutu de s’exprimer.

Les opinions divergeaient sur la tactique de l’ADL et sur le boycott préconisé par Tutu.

David Wiley est un professeur de sociologie qui a dirigé le Centre d’Etudes Africaines de l’université du Michigan pendant trente ans avant d’en quitter la direction cette année. Il avait joué un rôle dans la décision de l’Université d’Etat du Michigan de ne plus investir en Afrique du Sud en 1978. Et il qualifie de «déplacée» la requête de l’ADL.

« Encore et toujours, l’ADL et d’autres organisations juives font l’amalgame entre le fait de critiquer Israël et l’antisémitisme, » dit-il. «En fait, l’évêque Tutu a toujours été pour l’inclusion des marginaux, que ce soient les noirs en Afrique du Sud ou la communauté juive.»

Tutu a déclaré soutenir l’existence de l’Etat d’Israël. Il a aussi comparé le traitement des Palestiniens à celui des noirs pendant l’apartheid.

Et il est partie prenante de la campagne aux USA pour un boycott académique et culturel d’israël qui vise à cesser les relations et les investissements dans les institutions académiques et culturelles israéliennes jusqu’à ce qu’Israël se retire des territoires occupés de la bande de Gaza et de Cisjordanie.

Un tel boycott, affirme Ken Waltzer, directeur des études juives à l’Université du Michigan, porterait un coup sévère au travail de son programme. Il punirait les Israéliens les plus engagés pour la paix.

Et il « repose sur une analogie entre l’Afrique du Sud et Israël qui est manifestement fausse et ignoble. »

Geoff Levin, étudiant en deuxième année à l’université et responsable de l’organisation étudiante Hillel pour l’Université d’Etat, dit respecter les réussites de Tutu, mais est attristé par ses positions sur Israël.

«Je ne ferais aucune pression pour son retrait de la liste des orateurs en raison des grandes choses qu’il a réalisées,» dit-il.

« Mais je pense que les pro Israël et la communauté juive doivent exprimer notre mécontentement à propos de ce vers quoi il pousse.»

Salah Hassan enseigne l’anglais à l’Université d’Etat du Michigan et est membre de Michigan Professors Against Occupation, un groupe ad hoc qui s’oppose à l’occupation par Israël de la Cisjordanie, de Gaza et de Jérusalem Est.

« La meilleure façon de d’y mettre un terme à cet appel au boycott, » dit-il, « serait de mettre fin à l’occupation.»

«L’ADL a tout à fait le droit de protester contre la venue de quelqu’un qu’elle n’aime pas, » dit-il.

« Mais en réalité, si la présidente de l’université avait accepté de retirer l’invitation, cela aurait provoqué une forte polémique.»

Une ville australienne adopte une motion condamnant les crimes sionistes et le blocus de Gaza

1 mars 2009

Après l’Angleterre, c’est au tour de l’Australie de nous donner une indication sur une tendance fondamentale qui va dans le sens d’un soutien plus grand de la part des peuples du monde à la cause palestinienne.

Une petite ville de la banlieue de Sydney vient en effet d’adopter une motion qui condamne sans ambages les actes de délinquance et de criminalité de l’Etat sioniste.

Il est vrai que cette ville avait déjà une certaine expérience en la matière puisqu’elle avait adopté en 2007, et malgré l’opposition de son maire et du lobby sioniste présent en Australie, une convention de jumelage avec Bethléem en Palestine occupée (lien dans le corps de l’article).

Un conseil municipal de Sydney condamne Israël pour ‘crimes de guerre’

Jewish Telegraphic Agency, 1er mars 2009

Sydney, Australie (JTA) – Un conseil municipal de la banlieue de Sydney a adopté une motion qui condamne Israël pour « crimes de guerre et violations des droits de l’Homme » à Gaza.

Marrickville, une ville de banlieue dont le conseil municipal avait signé un accord controversé de jumelage avec Bethléem en 2007 à voté par 9 voix contre 3 en faveur de la motion du 17 février.

La motion avait été proposée par la conseillère municipale Cathy peters qui a déclaré que ce problème lui « tenait à coeur » parce que son père était un réfugié Juif qui avait fui Berlin en 1938.

Dans une déclaration, Peters affirme, « Je suis horrifiée par les attaques d’Israël contre Gaza et je pense que le conseil municipal de Marrickville – en tenant compte en particulier de sa relation de jumelage avec bethléem – devrait prendre une position humanitaire contre l’oppression continue du peuple Palestinien par l’Etat d’Israël. »

Vic Alhadeff, responsable de l’exécutif du Jewish Board of Deputies a critiqué la motion.

« Elle est pleine d’inexactitudes, acceptant sans critique des assertions qui ont été démontrées comme étant de la propagande du Hamas, portant des accusations contre Israël sans aucune base dans les faits comme dans le droit international et ignorant les réalités sur le terrain, » a déclaré Alhadeff.

La motion appelle à « une levée permanente du blocus israélien de Gaza ; au démantèlement par Israël de toutes ses colonies dans les territoires occupés ; à négocier avec l’Autorité Palestinienne ; et à une enquête internationale indépendante sur les crimes de guerre et les ciolations des droits de l’Homme et des conventions de Genève par les forces d’occupation israéliennes.»

Un autre conseil municipal, Caterbury dans le secteur sud-ouest de Sydney, a également adopté la semaine dernière une motion qui condamne toute violence et est particulièrement inquiète de cette offensive israélienne disproportionnée, » selon un article du journal The Australian.

Par ailleurs, des militants ont lancé une campagne plus tôt ce mois-ci pour boycotter Max Brenner, le chocolatier à capitaux israéliens qui possède sept boutiques à Sydney.

«Optez pour une alternative à Max Brenner et mettez la pression sur les produits israéliens qui soutiennent les crimes de guerre et l’occupation, » lisait-on sur les tracts appelant au boycott.

>Une ville australienne adopte une motion condamnant les crimes sionistes et le blocus de Gaza

1 mars 2009

>

Après l’Angleterre, c’est au tour de l’Australie de nous donner une indication sur une tendance fondamentale qui va dans le sens d’un soutien plus grand de la part des peuples du monde à la cause palestinienne.

Une petite ville de la banlieue de Sydney vient en effet d’adopter une motion qui condamne sans ambages les actes de délinquance et de criminalité de l’Etat sioniste.

Il est vrai que cette ville avait déjà une certaine expérience en la matière puisqu’elle avait adopté en 2007, et malgré l’opposition de son maire et du lobby sioniste présent en Australie, une convention de jumelage avec Bethléem en Palestine occupée (lien dans le corps de l’article).

Un conseil municipal de Sydney condamne Israël pour ‘crimes de guerre’

Jewish Telegraphic Agency, 1er mars 2009

Sydney, Australie (JTA) – Un conseil municipal de la banlieue de Sydney a adopté une motion qui condamne Israël pour « crimes de guerre et violations des droits de l’Homme » à Gaza.

Marrickville, une ville de banlieue dont le conseil municipal avait signé un accord controversé de jumelage avec Bethléem en 2007 à voté par 9 voix contre 3 en faveur de la motion du 17 février.

La motion avait été proposée par la conseillère municipale Cathy peters qui a déclaré que ce problème lui « tenait à coeur » parce que son père était un réfugié Juif qui avait fui Berlin en 1938.

Dans une déclaration, Peters affirme, « Je suis horrifiée par les attaques d’Israël contre Gaza et je pense que le conseil municipal de Marrickville – en tenant compte en particulier de sa relation de jumelage avec bethléem – devrait prendre une position humanitaire contre l’oppression continue du peuple Palestinien par l’Etat d’Israël. »

Vic Alhadeff, responsable de l’exécutif du Jewish Board of Deputies a critiqué la motion.

« Elle est pleine d’inexactitudes, acceptant sans critique des assertions qui ont été démontrées comme étant de la propagande du Hamas, portant des accusations contre Israël sans aucune base dans les faits comme dans le droit international et ignorant les réalités sur le terrain, » a déclaré Alhadeff.

La motion appelle à « une levée permanente du blocus israélien de Gaza ; au démantèlement par Israël de toutes ses colonies dans les territoires occupés ; à négocier avec l’Autorité Palestinienne ; et à une enquête internationale indépendante sur les crimes de guerre et les ciolations des droits de l’Homme et des conventions de Genève par les forces d’occupation israéliennes.»

Un autre conseil municipal, Caterbury dans le secteur sud-ouest de Sydney, a également adopté la semaine dernière une motion qui condamne toute violence et est particulièrement inquiète de cette offensive israélienne disproportionnée, » selon un article du journal The Australian.

Par ailleurs, des militants ont lancé une campagne plus tôt ce mois-ci pour boycotter Max Brenner, le chocolatier à capitaux israéliens qui possède sept boutiques à Sydney.

«Optez pour une alternative à Max Brenner et mettez la pression sur les produits israéliens qui soutiennent les crimes de guerre et l’occupation, » lisait-on sur les tracts appelant au boycott.


%d blogueurs aiment cette page :