Archive for the ‘Bush’ Category

>Obama insulte Netanyahu au téléphone!

10 juin 2009

>

Le président Obama insulte les sionistes en montrant ses semelles à l’objectif d’un appareil photo alors qu’il est en conversation téléphonique avec l’actuel chef du gang sioniste, Benjamin Netanyahu.
L’article qui nous relate l’émoi des sionistes ainsi insultés nous explique que, dans la culture arabe, il est impoli de laisser voir les semelles de ses chaussures aux personnes qui nous entourent.
Certes, ceci est un des traits de l’étiquette arabe
mais pas seulement
Et en quoi les sionistes seraient-ils concernés par les règles arabes de l’étiquette, eux qui passent précisément leur temps à spolier et agresser les arabes en question ?
C’est que, nous dit l’auteur de l’article présenté ci-dessous, au bout de 60 ans d’existence, l’entité sioniste aurait intégré certains traits de la culture environnante.
Chacun sait que c’est faux et que nous sommes en face de la fabrication par les sionistes d’un grief supplémentaire à l’égard d’un Obama peu apprécié d’une bonne partie des leaders des terroristes sionistes. Juste histoire de faire croire qu’Obama représente une réelle menace pour les aspirations colonialistes juives en Palestine et d’adresser à ce dernier le signal qu’il a déjà dépassé les limites de ce que les autorités de Tel Aviv sont prêtes à accepter.

Pour conclure, nous rappellerons simplement qu’Obama n’a pas exhibé ses semelles à Netanyahu avec qui il n’était pas en visioconférence et que «il y a toujours une pluralité de signes de politesse, et qu’alors, un seul signe de défaillance (par exemple, montrer la semelle de ses chaussures) ne suffit à lui seul à générer du conflit)».


Des Israéliens insultés par une photo d’Obama
Par H. Arenstein, CBS (USA), 9 juin 2009 traduit de l’anglais par Djazaïri

Mardi soir, des présentateurs israéliens d’informations télévisées ont interprété comme une «insulte» envers Israël une photo prise lundi dans le bureau ovale qui montre Obama parlant au téléphone avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

s
Ils ont perçu l’incident comme ayant quelque ressemblance avec un incident de l’an dernier quand un journaliste irakien avait lancé une chaussure sur le président Bush à Bagdad. Dans le monde arabe, montrer la semelle de ses chaussures à quelqu’un est considéré comme une insulte.
Ce n’est pas forcément la façon juive de voir les choses, mais Israël se sent assez partie prenante du Moyen Orient après 60 ans [d’occupation, NdT] pour se sentir insulté également.
s
S’agissait-il d’un message subliminal intentionnel de la Maison Blanche pour Netanyahu à Jérusalem, qui résiste ouvertement aux tentatives de M. Obama et de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton de forcer Israël à stopper une fois pour toutes les actions de colonisation dans les territoires occupés ?
s
Quoi qu’il en soit, cela nous montre l’état d’esprit en Israël. Ils se sentent acculés. Les réactions en dehors d’Israël reflètent ce sentiment.
s
Netanyahu prononce un discours dimanche, en partie en réponse à l’adresse lancée par M. Obama au monde arabe la semaine dernière au Caire.La télévision israélienne Channel One a rapporté que netanyahu s’est entendu dire mardi par un «officiel américain» à Jérusalem : « Nous allons changer le monde. Ne faites pas obstacle, SVP.»
s
Le reportage affirmait que les assistants de Netanyahu ont interprété cela comme une «menace.»Netanyahu a rencontré George Mitchell aujourd’hui pendant quatre heures à Jérusalem.
Le Département d’Etat a annoncé cet après-midi que Mitchell ferait étape à Beyrouth et à Damas après avoir achevé ses visites en Israël et auprès de l’Autorité Palestinienne.

Obama insulte Netanyahu au téléphone!

10 juin 2009

Le président Obama insulte les sionistes en montrant ses semelles à l’objectif d’un appareil photo alors qu’il est en conversation téléphonique avec l’actuel chef du gang sioniste, Benjamin Netanyahu.
L’article qui nous relate l’émoi des sionistes ainsi insultés nous explique que, dans la culture arabe, il est impoli de laisser voir les semelles de ses chaussures aux personnes qui nous entourent.
Certes, ceci est un des traits de l’étiquette arabe
mais pas seulement
Et en quoi les sionistes seraient-ils concernés par les règles arabes de l’étiquette, eux qui passent précisément leur temps à spolier et agresser les arabes en question ?
C’est que, nous dit l’auteur de l’article présenté ci-dessous, au bout de 60 ans d’existence, l’entité sioniste aurait intégré certains traits de la culture environnante.
Chacun sait que c’est faux et que nous sommes en face de la fabrication par les sionistes d’un grief supplémentaire à l’égard d’un Obama peu apprécié d’une bonne partie des leaders des terroristes sionistes. Juste histoire de faire croire qu’Obama représente une réelle menace pour les aspirations colonialistes juives en Palestine et d’adresser à ce dernier le signal qu’il a déjà dépassé les limites de ce que les autorités de Tel Aviv sont prêtes à accepter.

Pour conclure, nous rappellerons simplement qu’Obama n’a pas exhibé ses semelles à Netanyahu avec qui il n’était pas en visioconférence et que «il y a toujours une pluralité de signes de politesse, et qu’alors, un seul signe de défaillance (par exemple, montrer la semelle de ses chaussures) ne suffit à lui seul à générer du conflit)».


Des Israéliens insultés par une photo d’Obama
Par H. Arenstein, CBS (USA), 9 juin 2009 traduit de l’anglais par Djazaïri

Mardi soir, des présentateurs israéliens d’informations télévisées ont interprété comme une «insulte» envers Israël une photo prise lundi dans le bureau ovale qui montre Obama parlant au téléphone avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

s
Ils ont perçu l’incident comme ayant quelque ressemblance avec un incident de l’an dernier quand un journaliste irakien avait lancé une chaussure sur le président Bush à Bagdad. Dans le monde arabe, montrer la semelle de ses chaussures à quelqu’un est considéré comme une insulte.
Ce n’est pas forcément la façon juive de voir les choses, mais Israël se sent assez partie prenante du Moyen Orient après 60 ans [d’occupation, NdT] pour se sentir insulté également.
s
S’agissait-il d’un message subliminal intentionnel de la Maison Blanche pour Netanyahu à Jérusalem, qui résiste ouvertement aux tentatives de M. Obama et de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton de forcer Israël à stopper une fois pour toutes les actions de colonisation dans les territoires occupés ?
s
Quoi qu’il en soit, cela nous montre l’état d’esprit en Israël. Ils se sentent acculés. Les réactions en dehors d’Israël reflètent ce sentiment.
s
Netanyahu prononce un discours dimanche, en partie en réponse à l’adresse lancée par M. Obama au monde arabe la semaine dernière au Caire.La télévision israélienne Channel One a rapporté que netanyahu s’est entendu dire mardi par un «officiel américain» à Jérusalem : « Nous allons changer le monde. Ne faites pas obstacle, SVP.»
s
Le reportage affirmait que les assistants de Netanyahu ont interprété cela comme une «menace.»Netanyahu a rencontré George Mitchell aujourd’hui pendant quatre heures à Jérusalem.
Le Département d’Etat a annoncé cet après-midi que Mitchell ferait étape à Beyrouth et à Damas après avoir achevé ses visites en Israël et auprès de l’Autorité Palestinienne.

Obama insulte Netanyahu au téléphone!

10 juin 2009

Le président Obama insulte les sionistes en montrant ses semelles à l’objectif d’un appareil photo alors qu’il est en conversation téléphonique avec l’actuel chef du gang sioniste, Benjamin Netanyahu.
L’article qui nous relate l’émoi des sionistes ainsi insultés nous explique que, dans la culture arabe, il est impoli de laisser voir les semelles de ses chaussures aux personnes qui nous entourent.
Certes, ceci est un des traits de l’étiquette arabe
mais pas seulement
Et en quoi les sionistes seraient-ils concernés par les règles arabes de l’étiquette, eux qui passent précisément leur temps à spolier et agresser les arabes en question ?
C’est que, nous dit l’auteur de l’article présenté ci-dessous, au bout de 60 ans d’existence, l’entité sioniste aurait intégré certains traits de la culture environnante.
Chacun sait que c’est faux et que nous sommes en face de la fabrication par les sionistes d’un grief supplémentaire à l’égard d’un Obama peu apprécié d’une bonne partie des leaders des terroristes sionistes. Juste histoire de faire croire qu’Obama représente une réelle menace pour les aspirations colonialistes juives en Palestine et d’adresser à ce dernier le signal qu’il a déjà dépassé les limites de ce que les autorités de Tel Aviv sont prêtes à accepter.

Pour conclure, nous rappellerons simplement qu’Obama n’a pas exhibé ses semelles à Netanyahu avec qui il n’était pas en visioconférence et que «il y a toujours une pluralité de signes de politesse, et qu’alors, un seul signe de défaillance (par exemple, montrer la semelle de ses chaussures) ne suffit à lui seul à générer du conflit)».


Des Israéliens insultés par une photo d’Obama
Par H. Arenstein, CBS (USA), 9 juin 2009 traduit de l’anglais par Djazaïri

Mardi soir, des présentateurs israéliens d’informations télévisées ont interprété comme une «insulte» envers Israël une photo prise lundi dans le bureau ovale qui montre Obama parlant au téléphone avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

s
Ils ont perçu l’incident comme ayant quelque ressemblance avec un incident de l’an dernier quand un journaliste irakien avait lancé une chaussure sur le président Bush à Bagdad. Dans le monde arabe, montrer la semelle de ses chaussures à quelqu’un est considéré comme une insulte.
Ce n’est pas forcément la façon juive de voir les choses, mais Israël se sent assez partie prenante du Moyen Orient après 60 ans [d’occupation, NdT] pour se sentir insulté également.
s
S’agissait-il d’un message subliminal intentionnel de la Maison Blanche pour Netanyahu à Jérusalem, qui résiste ouvertement aux tentatives de M. Obama et de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton de forcer Israël à stopper une fois pour toutes les actions de colonisation dans les territoires occupés ?
s
Quoi qu’il en soit, cela nous montre l’état d’esprit en Israël. Ils se sentent acculés. Les réactions en dehors d’Israël reflètent ce sentiment.
s
Netanyahu prononce un discours dimanche, en partie en réponse à l’adresse lancée par M. Obama au monde arabe la semaine dernière au Caire.La télévision israélienne Channel One a rapporté que netanyahu s’est entendu dire mardi par un «officiel américain» à Jérusalem : « Nous allons changer le monde. Ne faites pas obstacle, SVP.»
s
Le reportage affirmait que les assistants de Netanyahu ont interprété cela comme une «menace.»Netanyahu a rencontré George Mitchell aujourd’hui pendant quatre heures à Jérusalem.
Le Département d’Etat a annoncé cet après-midi que Mitchell ferait étape à Beyrouth et à Damas après avoir achevé ses visites en Israël et auprès de l’Autorité Palestinienne.

>Les pirates Somaliens, al Qaïda, Bush et Obama

11 avril 2009

>

Je vous avais déjà parlé des actes de piraterie pratiqués au large des côtes somaliennes. L’actualité me donne l’occasion d’y revenir puisque cette piraterie fait encore la une des organes de presse en France comme ailleurs.

Un certain nombre de puissances, dont la France, se sont coalisées pour lutter contre le phénomène qui a touché 130 navires marchands en 2008.

Aux Etats-Unis, les récents événements ont cependant provoqué un débat sur la politique à suivre en la matière. Ce débat se focalise sur une organisation «extrémiste» nommée Shabab (jeunesse):

Des responsables Etatsuniens affirment que l’organisation, qui contrôle une partie de la Somalie, pose un dilemme. Ils soulignent son expansion rapide, les liens entre ses dirigeants el le réseau terroriste al Qaïda, et la présence d’Etatsuniens et d’Européens dans ses rangs. Mais ils déclarent qu’il n’y a aucune preuve que l’organisation prépare des attentats hors de Somalie.

Les mêmes responsables critiquent de manière à peine voilée l’administration Obama qui a adopté une approche plus prudente et moins agressive [que l’administration Bush] de ces questions de sécurité.

On voit bien que la piraterie est un des dossiers peau de banane dont a hérité Obama. On se souviendra, c’est quand même assez récent, que le gouvernement Bush avait encouragé l’armée éthiopienne à renverser par la force l’Union des Tribunaux Islamiques qui gouvernait une partie du territoire somalien et en contrôlait la capitale. Il était reproché justement à cette Union des Tribunaux d’avoir partie liée à al Qaïda.

Si on suit bien la logique étatsunienne, les pirates se rattachent à une organisation liée à al Qaïda ; l’Union des Tribunaux Islamiques était aussi liée à al Qaïda.

Déduction logique : les actes de piraterie auraient du culminer lorsque les Tribunaux Islamiques étaient au pouvoir.

Le problème est que c’est exactement le contraire qui s’était passé ainsi que nous le rappelle cet article tiré des archives du Sydney Morning Herald.

Au passage, rappelons que le mot « sharia » ne signifie pas loi en arabe. La sharia n’est donc d’aucune façon la «loi» islamique pas plus qu’il n’existe qu’une loi dite islamique, la pluralité étant de règle dans ce domaine.

La crainte de la loi islamique effraye les pirates

Par Colin Freeman à Mogadiscio et Justin Stares à Bruxelles
Sydney Morning Herald (Australie) 17 octobre 2006
traduit de l’anglais par Djazaïri

Le nouveau pouvoir islamique en Somalie a débarrassé le pays des pirates qui terrorisaient les navires de plaisance et les cargos au large de ses côtes.

Depuis que ce pays d’Afrique orientale a sombré dans l’anarchie il y a 15 ans, ses 4 000 kilomètres de côtes offraient un refuge pour des pirates armés qui utilisent des embarcations à grande vitesse pour s’emparer des bateaux de passage.

Mais depuis que la nouvelle Union des Tribunaux Islamiques a pris le contrôle de Mogadiscio et d’une grande partie du sud du pays, la piraterie a été pratiquement éliminée sous la menace de sévères punitions aux termes de la sharia.

Cette répression a été soulignée dans un rapport récent du Merchant International Group, spécialisé dans le conseil aux entreprises sur le commerce dans les points chauds autour du globe.

« L’emprise du pouvoir islamiste à travers les tribunaux islamiques mérite une attention particulière, » déclare l’organisation. « Plus de 40 attaques contre des bateaux avaient été signalées dans et autour des eaux somaliennes entre mars 2005 et juillet 2003, mais pas un seul acte de piraterie n’a été rapporté dans ce secteur dans les mois qui ont suivi [la prise de pouvoir des tribunaux).

La piraterie somalienne a fait la une en novembre dernier quand, à 70 miles nautiques de la côte, des embarcations chargées de bandits armés de mitrailleuses et de lance grenades avaient attaqué le Seabourn Spirit, un navire de croisière de luxe battant pavillon américain.

Les touristes à bord ont relaté comment ils avaient craint pour leurs vies jusqu’à ce que l’équipage parvienne à faire fuir les pirates en utilisant un sonic gun spécial qui émet un bruit à fort volume à en crever les tympans.

En guise de précaution, le Bureau Maritime International a conseillé aux navires de ne pas s’approcher à moins de 160 kilomètres de la côte somalienne.

La chute du nombre d’incidents de piraterie reflète le succès de l’Union des Tribunaux Islamiques à rester l’ordre et la loi sur la terre ferme. Jusqu’en été, la Somalie était largement sous le contrôle de seigneurs de la guerre rivaux. On pense que la plupart des organisations de pirates dépendaient des milices des seigneurs de la guerre.

Alors que leurs détracteurs disent que l’Union des Tribunaux Islamiques est un mouvement lié à al Qaïda qui prévoit d’introduire de strictes restrictions de la vie sociale dans le style des Talibans, dont l’interdiction des films et de la musique, de nombreux Somaliens ordinaires considèrent que c’est la seule alternative à l’anarchie.

La chute des actes de piraterie est attribuée à la menace de punir quiconque est impliqué par l’exécution ou l’amputation.

Les pirates Somaliens, al Qaïda, Bush et Obama

11 avril 2009

Je vous avais déjà parlé des actes de piraterie pratiqués au large des côtes somaliennes. L’actualité me donne l’occasion d’y revenir puisque cette piraterie fait encore la une des organes de presse en France comme ailleurs.

Un certain nombre de puissances, dont la France, se sont coalisées pour lutter contre le phénomène qui a touché 130 navires marchands en 2008.

Aux Etats-Unis, les récents événements ont cependant provoqué un débat sur la politique à suivre en la matière. Ce débat se focalise sur une organisation «extrémiste» nommée Shabab (jeunesse):

Des responsables Etatsuniens affirment que l’organisation, qui contrôle une partie de la Somalie, pose un dilemme. Ils soulignent son expansion rapide, les liens entre ses dirigeants el le réseau terroriste al Qaïda, et la présence d’Etatsuniens et d’Européens dans ses rangs. Mais ils déclarent qu’il n’y a aucune preuve que l’organisation prépare des attentats hors de Somalie.

Les mêmes responsables critiquent de manière à peine voilée l’administration Obama qui a adopté une approche plus prudente et moins agressive [que l’administration Bush] de ces questions de sécurité.

On voit bien que la piraterie est un des dossiers peau de banane dont a hérité Obama. On se souviendra, c’est quand même assez récent, que le gouvernement Bush avait encouragé l’armée éthiopienne à renverser par la force l’Union des Tribunaux Islamiques qui gouvernait une partie du territoire somalien et en contrôlait la capitale. Il était reproché justement à cette Union des Tribunaux d’avoir partie liée à al Qaïda.

Si on suit bien la logique étatsunienne, les pirates se rattachent à une organisation liée à al Qaïda ; l’Union des Tribunaux Islamiques était aussi liée à al Qaïda.

Déduction logique : les actes de piraterie auraient du culminer lorsque les Tribunaux Islamiques étaient au pouvoir.

Le problème est que c’est exactement le contraire qui s’était passé ainsi que nous le rappelle cet article tiré des archives du Sydney Morning Herald.

Au passage, rappelons que le mot « sharia » ne signifie pas loi en arabe. La sharia n’est donc d’aucune façon la «loi» islamique pas plus qu’il n’existe qu’une loi dite islamique, la pluralité étant de règle dans ce domaine.

La crainte de la loi islamique effraye les pirates

Par Colin Freeman à Mogadiscio et Justin Stares à Bruxelles
Sydney Morning Herald (Australie) 17 octobre 2006
traduit de l’anglais par Djazaïri

Le nouveau pouvoir islamique en Somalie a débarrassé le pays des pirates qui terrorisaient les navires de plaisance et les cargos au large de ses côtes.

Depuis que ce pays d’Afrique orientale a sombré dans l’anarchie il y a 15 ans, ses 4 000 kilomètres de côtes offraient un refuge pour des pirates armés qui utilisent des embarcations à grande vitesse pour s’emparer des bateaux de passage.

Mais depuis que la nouvelle Union des Tribunaux Islamiques a pris le contrôle de Mogadiscio et d’une grande partie du sud du pays, la piraterie a été pratiquement éliminée sous la menace de sévères punitions aux termes de la sharia.

Cette répression a été soulignée dans un rapport récent du Merchant International Group, spécialisé dans le conseil aux entreprises sur le commerce dans les points chauds autour du globe.

« L’emprise du pouvoir islamiste à travers les tribunaux islamiques mérite une attention particulière, » déclare l’organisation. « Plus de 40 attaques contre des bateaux avaient été signalées dans et autour des eaux somaliennes entre mars 2005 et juillet 2003, mais pas un seul acte de piraterie n’a été rapporté dans ce secteur dans les mois qui ont suivi [la prise de pouvoir des tribunaux).

La piraterie somalienne a fait la une en novembre dernier quand, à 70 miles nautiques de la côte, des embarcations chargées de bandits armés de mitrailleuses et de lance grenades avaient attaqué le Seabourn Spirit, un navire de croisière de luxe battant pavillon américain.

Les touristes à bord ont relaté comment ils avaient craint pour leurs vies jusqu’à ce que l’équipage parvienne à faire fuir les pirates en utilisant un sonic gun spécial qui émet un bruit à fort volume à en crever les tympans.

En guise de précaution, le Bureau Maritime International a conseillé aux navires de ne pas s’approcher à moins de 160 kilomètres de la côte somalienne.

La chute du nombre d’incidents de piraterie reflète le succès de l’Union des Tribunaux Islamiques à rester l’ordre et la loi sur la terre ferme. Jusqu’en été, la Somalie était largement sous le contrôle de seigneurs de la guerre rivaux. On pense que la plupart des organisations de pirates dépendaient des milices des seigneurs de la guerre.

Alors que leurs détracteurs disent que l’Union des Tribunaux Islamiques est un mouvement lié à al Qaïda qui prévoit d’introduire de strictes restrictions de la vie sociale dans le style des Talibans, dont l’interdiction des films et de la musique, de nombreux Somaliens ordinaires considèrent que c’est la seule alternative à l’anarchie.

La chute des actes de piraterie est attribuée à la menace de punir quiconque est impliqué par l’exécution ou l’amputation.

>Selon Sarkozy (et d’après une source sioniste bien informée) la position d’Obama sur l’Iran serait complètement immature!

28 octobre 2008

>

Dans des réunions à huis clos, M. Nicolas Sarkozy se laisserait à exprimer sa déception au sujet de la politique d’Obama à l’égard de l’Iran : « complètement immature,» telle serait sa description de la position du sénateur de l’Illinois à ce sujet.
C’est du moins ce que prétend Haaretz, ce quotidien de l’entité sioniste qui se réfère à une source gouvernementale sioniste haut placée. Suffisamment haut sans doute pour savoir ce que dit le président Français lors de réunions à huis clos tenues en France. Je l’avais écrit précédemment : bientôt pour savoir ce qui se passe en France, il faudra se reposer sur la presse sioniste.

Si les informations d’Haaretz sont vraies, elles n’ont pas de quoi nous surprendre de la part d’un président Français qui semble aspirer à succéder à Tony Blair dans le rôle de principal fournisseur de chair à canon pour le compte des néo conservateurs US.
Et vrai ou faux, le contenu de cet article nous montre à quel point les sionistes ont du mal à faire confiance à Barack Obama en dépit des protestations et déclarations de ce dernier en faveur de Sion. En effet, le lobby sait parfaitement qui il tient ou pas : la mesure du contrôle s’effectue en espèces sonnantes et trébuchantes. Et à cette aune, le lobby sioniste sait parfaitement qu’il ne tient pas Obama dont un des aspects les plus innovateurs de la campagne a été la capacité à lever une bonne partie de ses fonds auprès d’une multitude de petits donateurs (issus du peuple autrement dit) pour qui il incarne un véritable espoir de changement.

Leurs espoirs seront-ils déçus? Impossible à dire à l’heure actuelle mais; et pour la première fois, c’est l’incertitude qui semble dominer quant à la future politique d’Obama s’il est élu. Les élections précédentes nous avaient fourni en effet surtout des certitudes quant à la continuation de politiques tant intérieures qu’internationales.

Pour mettre de la sorte ses espoirs dans un Nicolas Sarkozy qui est avant tout un suiviste de l’administration Bush, il faut croire que le lobby sioniste est lui-même dans une incertitude qui lui est difficile à supporter!



Selon nos sources : Sarkozy considère la position d’Obama sur l’Iran comme ‘complètement immature’

Par Barak David, Haaretz (Sionistan) 28 octobre 2008, traduit de l’anglais par Djazaïri
.
Le président Français Nicolas Sarkozy est très critique vis-à-vis des positions d’Obama sur l’Iran, selon des informations parvenues au gouvernement israélien.
Sarkozy a émis ses critiques seulement dans des forums tenus à huis clos en France. Mais selon une source gouvernementale israélienne de haut niveau, les informations parvenues à Israël indiquent que Sarkozy considère la position du candidat Démocrate sur l’Iran comme « complètement immature » et constituée de « formulations vides de tout contenu. »
Obama a visité Paris en juillet, et le dossier iranien était au cœur de sa rencontre avec Sarkozy. Lors d’une conférence de presse commune après leur rencontre, Obama avait pressé l’Iran d’accepter les propositions de l’Occident sur son programme nucléaire, déclarant que l’Iran était en train de créer une situation grave qui mettait en danger Israël comme l’Occident.

Selon les informations parvenues à Israël, Sarkozy avait déclaré à Obama lors de cette rencontre que si le président Américain nouvellement élu en novembre modifiait la politique de son pays envers l’Iran, ce serait « très problématique. »

Jusqu’à présent, les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU, plus l’Allemagne, ont essayé de maintenir un front uni sur l’Iran. Mais d’après notre source israélienne de haut niveau, Sarkozy craint qu’Obama puisse « avec arrogance » ignorer les autres membres de ce front et lancer un dialogue direct avec l’Iran sans conditions préalables.

Après leur rencontre de juillet, Sarkozy a exprimé de manière répétée sa déception quant aux positions d’Obama sur l’Iran, concluant qu’elles n’étaient « pas cristallisées, et que, en conséquence, de nombreux problèmes restaient en suspens, » indique la source israélienne. Des conseillers du président Français qui ont tenu des réunions séparées avec des conseillers d’Obama en sont sortis avec des impressions similaires et ont exprimé la même déception.
Selon la source israélienne, Sarkozy envisage d’entamer d’intenses négociations avec la nouvelle administration américaine, qu’elle soit dirigée par Obama ou par le sénateur Républicain McCain, avant même la prise de fonctions du nouveau président en janvier, dans le but de le persuader de poursuivre la politique actuelle sur l‘Iran.
Mais le pessimisme de Sarkozy n’est pas lié à la seule position d’Obama, il découle également de l’attitude générale de la communauté internationale à l’égard du programme nucléaire iranien. Sarkozy pense que la politique des petits pas rendra impossible l’obtention d’un changement de la politique nucléaire de l’Iran.

La communauté française du renseignement considère que l’Iran a déjà obtenu environ 40 % de l’uranium enrichi dont il aurait besoin pour sa première bombe, et qu’au rythme actuel, il obtiendra le reste de l’uranium dont il a besoin au printemps ou à l’été 2009.
Cependant, les services français sont divisés sur ce que l’Iran a l’intention de faire une fois en possession de cet uranium. Un point ce vue est que les Iraniens fabriqueront immédiatement une bombe atomique afin de prouver leur maîtrise technologique. L’autre point de vue est que l’Iran continuera à enrichir de l’uranium sans fabriquer de bombe – au moins jusqu’à disposer de suffisamment d’uranium enrichi pour plusieurs bombes.

Selon Sarkozy (et d’après une source sioniste bien informée) la position d’Obama sur l’Iran serait complètement immature!

28 octobre 2008
Dans des réunions à huis clos, M. Nicolas Sarkozy se laisserait à exprimer sa déception au sujet de la politique d’Obama à l’égard de l’Iran : « complètement immature,» telle serait sa description de la position du sénateur de l’Illinois à ce sujet.
C’est du moins ce que prétend Haaretz, ce quotidien de l’entité sioniste qui se réfère à une source gouvernementale sioniste haut placée. Suffisamment haut sans doute pour savoir ce que dit le président Français lors de réunions à huis clos tenues en France. Je l’avais écrit précédemment : bientôt pour savoir ce qui se passe en France, il faudra se reposer sur la presse sioniste.

Si les informations d’Haaretz sont vraies, elles n’ont pas de quoi nous surprendre de la part d’un président Français qui semble aspirer à succéder à Tony Blair dans le rôle de principal fournisseur de chair à canon pour le compte des néo conservateurs US.
Et vrai ou faux, le contenu de cet article nous montre à quel point les sionistes ont du mal à faire confiance à Barack Obama en dépit des protestations et déclarations de ce dernier en faveur de Sion. En effet, le lobby sait parfaitement qui il tient ou pas : la mesure du contrôle s’effectue en espèces sonnantes et trébuchantes. Et à cette aune, le lobby sioniste sait parfaitement qu’il ne tient pas Obama dont un des aspects les plus innovateurs de la campagne a été la capacité à lever une bonne partie de ses fonds auprès d’une multitude de petits donateurs (issus du peuple autrement dit) pour qui il incarne un véritable espoir de changement.

Leurs espoirs seront-ils déçus? Impossible à dire à l’heure actuelle mais; et pour la première fois, c’est l’incertitude qui semble dominer quant à la future politique d’Obama s’il est élu. Les élections précédentes nous avaient fourni en effet surtout des certitudes quant à la continuation de politiques tant intérieures qu’internationales.

Pour mettre de la sorte ses espoirs dans un Nicolas Sarkozy qui est avant tout un suiviste de l’administration Bush, il faut croire que le lobby sioniste est lui-même dans une incertitude qui lui est difficile à supporter!



Selon nos sources : Sarkozy considère la position d’Obama sur l’Iran comme ‘complètement immature’

Par Barak David, Haaretz (Sionistan) 28 octobre 2008, traduit de l’anglais par Djazaïri
.
Le président Français Nicolas Sarkozy est très critique vis-à-vis des positions d’Obama sur l’Iran, selon des informations parvenues au gouvernement israélien.
Sarkozy a émis ses critiques seulement dans des forums tenus à huis clos en France. Mais selon une source gouvernementale israélienne de haut niveau, les informations parvenues à Israël indiquent que Sarkozy considère la position du candidat Démocrate sur l’Iran comme « complètement immature » et constituée de « formulations vides de tout contenu. »
Obama a visité Paris en juillet, et le dossier iranien était au cœur de sa rencontre avec Sarkozy. Lors d’une conférence de presse commune après leur rencontre, Obama avait pressé l’Iran d’accepter les propositions de l’Occident sur son programme nucléaire, déclarant que l’Iran était en train de créer une situation grave qui mettait en danger Israël comme l’Occident.

Selon les informations parvenues à Israël, Sarkozy avait déclaré à Obama lors de cette rencontre que si le président Américain nouvellement élu en novembre modifiait la politique de son pays envers l’Iran, ce serait « très problématique. »

Jusqu’à présent, les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU, plus l’Allemagne, ont essayé de maintenir un front uni sur l’Iran. Mais d’après notre source israélienne de haut niveau, Sarkozy craint qu’Obama puisse « avec arrogance » ignorer les autres membres de ce front et lancer un dialogue direct avec l’Iran sans conditions préalables.

Après leur rencontre de juillet, Sarkozy a exprimé de manière répétée sa déception quant aux positions d’Obama sur l’Iran, concluant qu’elles n’étaient « pas cristallisées, et que, en conséquence, de nombreux problèmes restaient en suspens, » indique la source israélienne. Des conseillers du président Français qui ont tenu des réunions séparées avec des conseillers d’Obama en sont sortis avec des impressions similaires et ont exprimé la même déception.
Selon la source israélienne, Sarkozy envisage d’entamer d’intenses négociations avec la nouvelle administration américaine, qu’elle soit dirigée par Obama ou par le sénateur Républicain McCain, avant même la prise de fonctions du nouveau président en janvier, dans le but de le persuader de poursuivre la politique actuelle sur l‘Iran.
Mais le pessimisme de Sarkozy n’est pas lié à la seule position d’Obama, il découle également de l’attitude générale de la communauté internationale à l’égard du programme nucléaire iranien. Sarkozy pense que la politique des petits pas rendra impossible l’obtention d’un changement de la politique nucléaire de l’Iran.

La communauté française du renseignement considère que l’Iran a déjà obtenu environ 40 % de l’uranium enrichi dont il aurait besoin pour sa première bombe, et qu’au rythme actuel, il obtiendra le reste de l’uranium dont il a besoin au printemps ou à l’été 2009.
Cependant, les services français sont divisés sur ce que l’Iran a l’intention de faire une fois en possession de cet uranium. Un point ce vue est que les Iraniens fabriqueront immédiatement une bombe atomique afin de prouver leur maîtrise technologique. L’autre point de vue est que l’Iran continuera à enrichir de l’uranium sans fabriquer de bombe – au moins jusqu’à disposer de suffisamment d’uranium enrichi pour plusieurs bombes.

>La preuve de l’efficacité de la torture : sous la torture nazie, des résistants Français ont révélé les endroits où se cachaient leurs compagnons

10 novembre 2007

>

Le texte d’Alan Dershowitz que je vous propose vient en soutien à la candidature au poste d’attorney général ‘ministre de la justice) de Michael Mukasey. Ce dernier vient d’ailleurs comme Dershowitz l’avait prévu d’accéder à ce poste. Comme Dershowitz, Mukasey est un sioniste notoire mais ce qui avait mis en péril sa candidature n’était pas son sionisme affiché mais son refus de prendre position sur le supplice de la baignoire et dire s’il s’agit ou non selon lui de torture.
Pour sa part, Alan Dershowitz n’est pas embarrassé par cette question. Il répond franchement que oui, le supplice de la baignoire est une torture et que oui, le préssident des Etats-Unis doit avoir le droit d’ordonner légalement des actes de torture non mortels si la torture permet d’épargner des vies humaines (américaines s’entend).
s
Dershowitz cite à l’appui les pratiques actuellement en vigueur dans l’entité sioniste et celles qu’affectionnait le régime nazi. Vous me l’enlevez de la bouche : oui, la boucle est bouclée, le sionisme est décidément un cousin du nazisme au point que c’est l’exemple du IIIème Reich qui est venu spontanément à l’esprit de notre distingué juriste.
s
Les Démocrates et le supplice de la baignoire
Le parti perdra la présidentielle s’il se définit lui même comme mou sur le terrorisme
par ALAN DERSHOWITZ, Wall Street Journal, 7 novembre 2007. Traduit de l’anglais par Djazaïri
s
J’ai récemment eu l’occasion de discuter de la guerre que mène l’administration Bush contre le terrorisme avec un des anciens responsables de premier plan dans la planification de cette guerre. Il m’a demandé quelles étaient, selon moi, les plus grosses erreurs commises par le gouvernement.
Je lui ai répondu qu’après les attentats du 11 septembre, il n’avait pas fait immédiatement une proposition d’ouverture politique aux Démocrates. Le président Roosevelt avait invité les Républicains à entrer dans son cabinet au moment où les USA se préparaient à combattre les Allemands et les Japonais, et le président Lincoln avait intégré des opposants politiques dans ses efforts pour sauvegarder l’union. La création d’un front politique unifié contre un ennemi extérieur peut amoindrir le bénéfice partisan attendu d’un effort de guerre victorieux mais elle contribue à maintenir la cohésion nationale alors que les disputes partisanes peuvent contrecarrer cet effort.
s
Au moment où ils se dirigent vers une reconquête inévitable de la Maison Blanche, les Démocrates semblent faire la même erreur. La plupart des candidats Démocrates à la présidence cherchent à tirer un avantage pour leur parti de ce que de nombreux Américains voient comme des échecs de Bush dans la guerre contre le terrorisme et particulièrement dans son extension en Irak et plus tard probablement en Iran.
Ce positionnement pacifiste veut séduit l’aile gauche de l’électorat démocrate, qui peut avoir une certaine influence sur le résultat des primaires démocrates mais qui a bien moins de chances de déterminer l’issue de l’élection générale. La majorité des Américains – Démocrates, Républicains, indépendants ou indécis – veulent un président à la fois fort et habile sur les questions de sécurité nationale et qui usera de tous ses pouvoirs légaux pour empêcher de nouveaux actes de terrorisme.
s
Des centaines de milliers d’Américains peuvent bien regarder les films de Michael Moore ou applaudir dans les manifestations de Cindy Sheehan, mais ils sont des dizaines de millions à vouloir que les Moores et les Sheehans de notre pays aient le moins d’influence possible sur notre politique de sécurité nationale. C’est pourquoi, de manière surprenante, Rudy Giulani semble avoir un bon impact auprès de plusieurs segments de l’électorat, depuis les centristes du Parti Démocrate aux Républicains et même une partie de la droite religieuse.
On peut trouver bizarre de voir qu’un candidat, parvenu à une notoriété nationale en tant que maire de New York, et avec un bilan mitigé dans cette fonction, pourrait être l’objet du choix de tant de personnes sur des questions de sécurité, en dépit de son manque d’expérience au niveau national et international. Mais le Rudy d’après le 11 septembre renvoie l’image de la fermeté et de la légitimité absolue de la défense de l’Amérique.
s
Je ne veux pas dire que les candidats Démocrates devraient chercher à imiter M. Giulani. Mais ils ne peuvent ignorer la fermeté de sa position sur la sécurité nationale s’ils veulent remporter l’élection de 2008 qu’on ne doit pas confondre avec les primaires dans certains Etats particuliers. Des candidats démocrates marginaux bénéficient certainement d’un positionnement à gauche sur les questions de sécurité nationale mais les candidats sérieux – les candidats qui veulent avoir une chance réaliste quelconque de dominer l’élection générale – ne doivent pas se laisser éloigner, écarter ou même entraîner loin d’un fort engagement pour la sécurité nationale,
Considérez par exemple la question controversée et émotionnellement chargée du recours à la torture pour obtenir des informations pour empêcher des actions terroristes imminentes – le fameux scénario de la bombe à retardement. Je ne parle pas de l’usage routinier de la torture dans l’interrogatoire de suspects ou des sévices par humiliation sexuelle , infamies qui se sont produites à Abou Ghraib. Je parle de ces rares situations décrites par l’ancien président Clinton dans une interview à la radio publique nationale :
« Vous avez attrapé quelqu’un dont vous savez qu’il est le 2ème adjoint d’Oussama ben Laden. Et vous savez qu’ils préparent une opération aux USA ou dans un pays européen dans les trois prochains jours. Et vous savez que ce type le sait. C’est tout à fait l’exemple le plus clair. Et vous pensez que vous pouvez tirer quelque chose de ce type en le droguant à fond, en le passant à la baignoire ou en le travaillant autrement, »
Il avait dit que le Congrès devrait définir un statut spécial « qui permettrait au président à obtenir des informations dans un cas tel que je viens de le préciser, informations qui dans tous les cas pourraient être soumises à la Foreign Intelligence Surveillance Court. » Le président devrait « prendre la responsabilité personnelle » d’autoriser la torture dans une situation extrême de ce genre. Le sénateur John McCain a dit lui aussi qu’en tant que président il prendrait la responsabilité dans cette situation qui n’a que « une chance sur un million » de se produire.
s
Malgré mon opposition personnelle au recours à la torture, je suis certain que n’importe quel président – et même n’importe quel leader d’une nation démocratique – autoriserait en fait certaines formes de torture contre un terroriste capturé s’il était convaincu que c’est la seule façon d’obtenir l’information nécessaire pour empêcher une attaque imminente qui causerait de nombreuses pertes. Le seul sujet à débat est de savoir s’il devrait le faire ouvertement en assumant sa responsabilité ou secrètement en ayant la possibilité de le nier. La première approche semble plus cohérente avec le modèle démocratique, la deuxième avec l’hypocrisie politique typique.
Certains affirment que question de la torture n’a pas à être posée car elle ne marche jamais – elle ne donne que des informations fausses. Ce n’est tout simplement pas vrai comme le prouvent des membres authentiques de la résistance française qui, sous la torture nazie, ont révélé les endroits où se trouvaient leurs compagnons et leurs proches.
s
Le genre de tortures dont parlait le président Clinton n’a pas pour but d’obtenir des aveux pour des crimes passés mais au contraire d’obtenir en temps réel des renseignements considérés comme nécessaires pour empêcher un acte terroriste visant à une tuerie de masse. La question posée au terroriste capturé n’est pas « L’as-tu fait? » Au lieu de quoi, on demande au suspect de révéler une information de nature vérifiable comme le lieu où se trouve celui qui va commettre l’attentat.
Récemment, des responsables des services de sécurité israéliens se sont trouvés confrontés à une situation de bombe à retardement. Quelques jours avant Yom Kippour, ils avaient reçu une information crédible selon laquelle un attentat suicide était en préparation contre une synagogue bondée pendant le jour le plus sacré du calendrier juif. Après des échanges de tirs au cours desquels un soldat Israélien avait été tué, le chef de la cellule terroriste à Naplouse avait été capturé. Son interrogatoire avait permis de localiser la bombe destinée à l’attentat suicide sans un appartement de Tel Aviv. Israël nie recourir à la torture et je suis conscient de l’absence de preuves qu’ils l’aient utilisée pour soutirer une information vitale dans cette affaire.
Mais alors, si les méthodes légales d’interrogatoire avaient échoué à découvrir la cache du candidat à l’attentat suicide? Quelles autres formes de pression devraient être employées dans cette situation?
s
Ce qui nous amène à la baignoire. Michael Mukasey, dont la confirmation comme attorney général semble désormais assurée, a parfaitement raison de dire, en matière de droit constitutionnel, que le problème de la « baignoire » ne peut pas être tranché dans l’abstrait. Selon les précédents qui font jurisprudence – je suis en désaccord avec certains – la cour doit examiner la nature des intérêts gouvernementaux en jeu et le choc des consciences que pourraient provoquer les actions du gouvernement dans une affaire et ensuite décider au cas par cas. Dans plusieurs affaires impliquant des actions au moins aussi dures que la baignoire, les tribunaux n’ont pas décelé d’infraction aux procédures régulières.
Les membres de la commission judiciaire qui ont voté contre le juge Mukasey en raison de sa réticence à soutenir une interdiction absolue de la baignoire et d’autres formes de torture devraient s’entendre poser cette question directe : Autoriseriez-vous le recours à la baignoire ou à d’autres formes de torture non mortelles si vous aviez la conviction que c’est le seul moyen de sauver la vie de milliers d’Américains dans une situation du genre qu’ont affronté les autorités israéliennes à la veille de Yom Kippour? Si, oui par quels moyens? Si non, seriez-vous prêts à assumer la responsabilité que des milliers d’Américains meurent alors qu’on aurait pu l’empêcher?
s
Peut-être les campagnes politiques et les auditions de confirmation ne sont-elles pas les forums adéquats pour mener des débats difficiles et subtils sur les choix tragiques auxquels peut avoir à faire face un président ou un attorney général. Mais ce ne sont pas non plus des cadres appropriés pour des prises de position publiques hypocrites de la part de personnalités politiques qui, en privé, opteraient certainement pour la torture s’ils étaient convaincus de sa nécessité pour sauver de nombreuses vies américaines. Ce qu’il faut, c’est reconnaître que les responsables gouvernementaux doivent trouver le juste équilibre entre la sécurité de l’Amérique et les droits de nos ennemis.
A moins que le parti Démocrate – et particulièrement son candidat éventuel à la présidence – soit perçu comme ferme et habile en matière de défense nationale et de prévention du terrorisme, la Maison Blanche sous Bush aura sans doute prouvé avoir fait le bon choix politique en refusant de faire de la guerre contre le terrorisme une affaire politicienne. Les Démocrates peuvent perdre l’élection présidentielle s’ils sont perçus comme le parti de MoveOn.org, de Michael Moore, de Cindy Sheehan, de Dennis Kucinich et de ces sénateurs qui ont voté contre le juge Mukasey parce qu’ils refusaient de prendre position sur un sujet difficile lié à la sécurité nationale. Ils gagneront s’ils sont perçus comme au moins aussi fermes mais beaucoup plus habiles sur la manière de traiter avec les vraies menaces contre nos intérêts nationaux.
s
M. Dershowitz enseigne à la faculté de droit de Harvard. Il a écrit récemment de « Finding Jefferson: A Lost Letter, a Remarkable Discovery, and the First Amendment in an Age of Terrorism, » à paraître cette semaine chez John Wiley & Sons.

La preuve de l’efficacité de la torture : sous la torture nazie, des résistants Français ont révélé les endroits où se cachaient leurs compagnons

10 novembre 2007
Le texte d’Alan Dershowitz que je vous propose vient en soutien à la candidature au poste d’attorney général ‘ministre de la justice) de Michael Mukasey. Ce dernier vient d’ailleurs comme Dershowitz l’avait prévu d’accéder à ce poste. Comme Dershowitz, Mukasey est un sioniste notoire mais ce qui avait mis en péril sa candidature n’était pas son sionisme affiché mais son refus de prendre position sur le supplice de la baignoire et dire s’il s’agit ou non selon lui de torture.
Pour sa part, Alan Dershowitz n’est pas embarrassé par cette question. Il répond franchement que oui, le supplice de la noyade simulée est une torture et que oui, le président des Etats-Unis doit avoir le droit d’ordonner légalement des actes de torture non mortels si la torture permet d’épargner des vies humaines (américaines s’entend).
s
Dershowitz cite à l’appui les pratiques actuellement en vigueur dans l’entité sioniste et celles qu’affectionnait le régime nazi. Vous me l’enlevez de la bouche : oui, la boucle est bouclée, le sionisme est décidément un cousin du nazisme au point que c’est l’exemple du IIIème Reich qui est venu spontanément à l’esprit de notre distingué juriste.
s
Les Démocrates et le supplice de la noyade simulée
Le parti perdra la présidentielle s’il se définit lui même comme mou sur le terrorisme
par ALAN DERSHOWITZ, Wall Street Journal, 7 novembre 2007. Traduit de l’anglais par Djazaïri
s
J’ai récemment eu l’occasion de discuter de la guerre que mène l’administration Bush contre le terrorisme avec un des anciens responsables de premier plan dans la planification de cette guerre. Il m’a demandé quelles étaient, selon moi, les plus grosses erreurs commises par le gouvernement.
Je lui ai répondu qu’après les attentats du 11 septembre, il n’avait pas fait immédiatement une proposition d’ouverture politique aux Démocrates. Le président Roosevelt avait invité les Républicains à entrer dans son cabinet au moment où les USA se préparaient à combattre les Allemands et les Japonais, et le président Lincoln avait intégré des opposants politiques dans ses efforts pour sauvegarder l’union. La création d’un front politique unifié contre un ennemi extérieur peut amoindrir le bénéfice partisan attendu d’un effort de guerre victorieux mais elle contribue à maintenir la cohésion nationale alors que les disputes partisanes peuvent contrecarrer cet effort.
s
Au moment où ils se dirigent vers une reconquête inévitable de la Maison Blanche, les Démocrates semblent faire la même erreur. La plupart des candidats Démocrates à la présidence cherchent à tirer un avantage pour leur parti de ce que de nombreux Américains voient comme des échecs de Bush dans la guerre contre le terrorisme et particulièrement dans son extension en Irak et plus tard probablement en Iran.
Ce positionnement pacifiste veut séduit l’aile gauche de l’électorat démocrate, qui peut avoir une certaine influence sur le résultat des primaires démocrates mais qui a bien moins de chances de déterminer l’issue de l’élection générale. La majorité des Américains – Démocrates, Républicains, indépendants ou indécis – veulent un président à la fois fort et habile sur les questions de sécurité nationale et qui usera de tous ses pouvoirs légaux pour empêcher de nouveaux actes de terrorisme.
s
Des centaines de milliers d’Américains peuvent bien regarder les films de Michael Moore ou applaudir dans les manifestations de Cindy Sheehan, mais ils sont des dizaines de millions à vouloir que les Moores et les Sheehans de notre pays aient le moins d’influence possible sur notre politique de sécurité nationale. C’est pourquoi, de manière surprenante, Rudy Giulani semble avoir un bon impact auprès de plusieurs segments de l’électorat, depuis les centristes du Parti Démocrate aux Républicains et même une partie de la droite religieuse.
On peut trouver bizarre de voir qu’un candidat, parvenu à une notoriété nationale en tant que maire de New York, et avec un bilan mitigé dans cette fonction, pourrait être l’objet du choix de tant de personnes sur des questions de sécurité, en dépit de son manque d’expérience au niveau national et international. Mais le Rudy d’après le 11 septembre renvoie l’image de la fermeté et de la légitimité absolue de la défense de l’Amérique.
s
Je ne veux pas dire que les candidats Démocrates devraient chercher à imiter M. Giulani. Mais ils ne peuvent ignorer la fermeté de sa position sur la sécurité nationale s’ils veulent remporter l’élection de 2008 qu’on ne doit pas confondre avec les primaires dans certains Etats particuliers. Des candidats démocrates marginaux bénéficient certainement d’un positionnement à gauche sur les questions de sécurité nationale mais les candidats sérieux – les candidats qui veulent avoir une chance réaliste quelconque de dominer l’élection générale – ne doivent pas se laisser éloigner, écarter ou même entraîner loin d’un fort engagement pour la sécurité nationale,
Considérez par exemple la question controversée et émotionnellement chargée du recours à la torture pour obtenir des informations pour empêcher des actions terroristes imminentes – le fameux scénario de la bombe à retardement. Je ne parle pas de l’usage routinier de la torture dans l’interrogatoire de suspects ou des sévices par humiliation sexuelle , infamies qui se sont produites à Abou Ghraib. Je parle de ces rares situations décrites par l’ancien président Clinton dans une interview à la radio publique nationale :
« Vous avez attrapé quelqu’un dont vous savez qu’il est le 2ème adjoint d’Oussama ben Laden. Et vous savez qu’ils préparent une opération aux USA ou dans un pays européen dans les trois prochains jours. Et vous savez que ce type le sait. C’est tout à fait l’exemple le plus clair. Et vous pensez que vous pouvez tirer quelque chose de ce type en le droguant à fond, en le passant à la baignoire ou en le travaillant autrement, »
Il avait dit que le Congrès devrait définir un statut spécial « qui permettrait au président à obtenir des informations dans un cas tel que je viens de le préciser, informations qui dans tous les cas pourraient être soumises à la Foreign Intelligence Surveillance Court. » Le président devrait « prendre la responsabilité personnelle » d’autoriser la torture dans une situation extrême de ce genre. Le sénateur John McCain a dit lui aussi qu’en tant que président il prendrait la responsabilité dans cette situation qui n’a que « une chance sur un million » de se produire.
s
Malgré mon opposition personnelle au recours à la torture, je suis certain que n’importe quel président – et même n’importe quel leader d’une nation démocratique – autoriserait en fait certaines formes de torture contre un terroriste capturé s’il était convaincu que c’est la seule façon d’obtenir l’information nécessaire pour empêcher une attaque imminente qui causerait de nombreuses pertes. Le seul sujet à débat est de savoir s’il devrait le faire ouvertement en assumant sa responsabilité ou secrètement en ayant la possibilité de le nier. La première approche semble plus cohérente avec le modèle démocratique, la deuxième avec l’hypocrisie politique typique.
Certains affirment que question de la torture n’a pas à être posée car elle ne marche jamais – elle ne donne que des informations fausses. Ce n’est tout simplement pas vrai comme le prouvent des membres authentiques de la résistance française qui, sous la torture nazie, ont révélé les endroits où se trouvaient leurs compagnons et leurs proches.
s
Le genre de tortures dont parlait le président Clinton n’a pas pour but d’obtenir des aveux pour des crimes passés mais au contraire d’obtenir en temps réel des renseignements considérés comme nécessaires pour empêcher un acte terroriste visant à une tuerie de masse. La question posée au terroriste capturé n’est pas « L’as-tu fait? » Au lieu de quoi, on demande au suspect de révéler une information de nature vérifiable comme le lieu où se trouve celui qui va commettre l’attentat.
Récemment, des responsables des services de sécurité israéliens se sont trouvés confrontés à une situation de bombe à retardement. Quelques jours avant Yom Kippour, ils avaient reçu une information crédible selon laquelle un attentat suicide était en préparation contre une synagogue bondée pendant le jour le plus sacré du calendrier juif. Après des échanges de tirs au cours desquels un soldat Israélien avait été tué, le chef de la cellule terroriste à Naplouse avait été capturé. Son interrogatoire avait permis de localiser la bombe destinée à l’attentat suicide sans un appartement de Tel Aviv. Israël nie recourir à la torture et je suis conscient de l’absence de preuves qu’ils l’aient utilisée pour soutirer une information vitale dans cette affaire.
Mais alors, si les méthodes légales d’interrogatoire avaient échoué à découvrir la cache du candidat à l’attentat suicide? Quelles autres formes de pression devraient être employées dans cette situation?
s
Ce qui nous amène à la noyade simulée. Michael Mukasey, dont la confirmation comme attorney général semble désormais assurée, a parfaitement raison de dire, en matière de droit constitutionnel, que le problème de la « noyade simulée » ne peut pas être tranché dans l’abstrait. Selon les précédents qui font jurisprudence – je suis en désaccord avec certains – la cour doit examiner la nature des intérêts gouvernementaux en jeu et le choc des consciences que pourraient provoquer les actions du gouvernement dans une affaire et ensuite décider au cas par cas. Dans plusieurs affaires impliquant des actions au moins aussi dures que la simulation de noyade, les tribunaux n’ont pas décelé d’infraction aux procédures régulières.
Les membres de la commission judiciaire qui ont voté contre le juge Mukasey en raison de sa réticence à soutenir une interdiction absolue de la simulation de noyade et d’autres formes de torture devraient s’entendre poser cette question directe : Autoriseriez-vous le recours à la noyade simulée ou à d’autres formes de torture non mortelles si vous aviez la conviction que c’est le seul moyen de sauver la vie de milliers d’Américains dans une situation du genre qu’ont affronté les autorités israéliennes à la veille de Yom Kippour? Si, oui par quels moyens? Si non, seriez-vous prêts à assumer la responsabilité que des milliers d’Américains meurent alors qu’on aurait pu l’empêcher?
s
Peut-être les campagnes politiques et les auditions de confirmation ne sont-elles pas les forums adéquats pour mener des débats difficiles et subtils sur les choix tragiques auxquels peut avoir à faire face un président ou un attorney général. Mais ce ne sont pas non plus des cadres appropriés pour des prises de position publiques hypocrites de la part de personnalités politiques qui, en privé, opteraient certainement pour la torture s’ils étaient convaincus de sa nécessité pour sauver de nombreuses vies américaines. Ce qu’il faut, c’est reconnaître que les responsables gouvernementaux doivent trouver le juste équilibre entre la sécurité de l’Amérique et les droits de nos ennemis.
A moins que le parti Démocrate – et particulièrement son candidat éventuel à la présidence – soit perçu comme ferme et habile en matière de défense nationale et de prévention du terrorisme, la Maison Blanche sous Bush aura sans doute prouvé avoir fait le bon choix politique en refusant de faire de la guerre contre le terrorisme une affaire politicienne. Les Démocrates peuvent perdre l’élection présidentielle s’ils sont perçus comme le parti de MoveOn.org, de Michael Moore, de Cindy Sheehan, de Dennis Kucinich et de ces sénateurs qui ont voté contre le juge Mukasey parce qu’ils refusaient de prendre position sur un sujet difficile lié à la sécurité nationale. Ils gagneront s’ils sont perçus comme au moins aussi fermes mais beaucoup plus habiles sur la manière de traiter avec les vraies menaces contre nos intérêts nationaux.
s
M. Dershowitz enseigne à la faculté de droit de Harvard. Il a écrit récemment de « Finding Jefferson: A Lost Letter, a Remarkable Discovery, and the First Amendment in an Age of Terrorism, » à paraître cette semaine chez John Wiley & Sons.

%d blogueurs aiment cette page :