Archive for the ‘flottille pour Gaza’ Category

La Vallée des Loups: Polat Alemdar venge la flottille pour Gaza

17 novembre 2010
J’ai pas l’impression qu’on en parle en français, alors je me dévoue. La presse anglo-saxonne en parle par contre, du dernier épisode de La Vallée des Loups qui porte sur la Palestine.
Dans cet épisode, Polat Alemdar, le héros des forces spéciales turques a pour mission de venger les victimes du raid sioniste contre la flottille humanitaire qui se dirigeait vers Gaza en mai 2010. On se souvient que neuf humanitaires, (tous Turcs dont un Américano-Turc, ce que le journaliste se garde bien de rappeler dans l’article que je vous propose) avaient été assassinés par les criminels sionistes qui portaient l’uniforme de leur gang.
Vous savourerez au passage la critique ingénue du journaliste qui apparemment n’a jamais vu ni un James Bond, ni aucun film américain de guerre ou d’espionnage. Cependant l’article rend assez bien compte du contenu de la bande annonce que vous pouvez visionner ci-après.
Un film qui risque de sortir discrètement, voire pas du tout en France.
d

Le James Bond Turc entre dans des eaux dangereuses pour affronter les commandos Israéliens qui ont attaqué la flottille 

Un film dans lequel un héros Turc cherche à venger l’attaque de navires d’aide humanitaire pour Gaza pourrait tendre encore plus les relations entre la Turquie et Israël
par  Ben Child et agences, The Guardian (UK) 16 novembre 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri

Il est connu pour être le James Bond Turc, un agent des forces spéciales appremment invincible qui a affronté les ennemis du pays à de nombreuses reprises dans un feuilleton télévisé et des films. Maintenant, Polat Alemdar, vedette de la série La vallée des Loups tourne son attention vers les israéliens.

Le dernier film d’Alemdar, intitulé La Vallée des Loups – Palestine, doit sortir au cinéma le 28 janvier. Il décrit son héros à la rête d’une attaque vengeresse contre les commandos Israéliens impliqués dans le raid du mois de mai contre la flottille de militants qui voguait vers Gaza et qui se solda par la mort de neuf personnes [tous des Turcs dont un Américano-Turc, NdT].

Dans la bande annonce du film, on demande à Alemdar ce qu’il fait en Israël. Il répond qu’il se trouve en fait en Palestine. Ensuite, un Israélien le menace en lui disant: « Vous savez que vous ne sortirez pas de notre terre Promise. » Le Turc lui répond: « Je ne sais pas quelle partie de cette terre vous a été promise, mais je vous promets de vous envoyez six pieds dessous. »

Israël et la Turquie ont signé un accord militaire en 1996, faisant de la Turquie le plus proche allié de Tel Aviv dans le monde musulman. Depuis lors, cependant, les relations sont devenues de plus en plus tendues en raison de la condamnation publique par la Turquie du traitement des palestiniens par Israël. Au lendemain du raid contre la flottille, elles sont tombées au plus bas.

La Turquie affirme que les relations ne peuvent revenir à la normale tant qu’Israël ne présentera pas des excuses pour l’attaque et n’indemnisera pas les victimes. De son côté, Israël est préoccupée par le rapprochement entre la Turquie et l’Iran.

Les films et le feuilleton la vallée des Loups sont cultes en Turquie, mais ils ont été très critiqués dans ce pays et à l’étranger pour nourrir le nationalisme, le racisme et la violence. Yigal palmor, le ministre Israélien des affaires étrangères a refusé hier de s’exprimer sur la bande annonce de ce film. Israël insiste pour dire que ses commandos ont agi en légitime défense après avoir été attaqués par certains des militants à bord de la flottille. Le mavi Marmara faisait partie d’une mission organisée par le Free Gaza Movement et la Fondation Turque pour les Droits de l’Homme et les Libertés et l’Aide Humanitaire dans le but de briser le blocus israélien contre la bande de gaza.

Europe 1 et l’ONG islamiste turque

6 octobre 2010
A Europe 1, l’information c’est vraiment une mi(s)Sion. Sur son site web, cette radio nous annonce en effet le 5 octobre:
  

Gaza: Nouveau convoi d’aide parti d’Inde
Une ONG de charité islamiste turque qui avait parrainé en mai une expédition maritime d’aide pour Gaza qui s’était soldée par la mort de neuf militants turcs, a annoncé mardi l’organisation d’un convoi terrestre en partance d’Inde pour cette zone sous blocus israélien. Le convoi terrestre a prévu d’atteindre Gaza le 27 décembre, date anniversaire de l’offensive israélienne contre ce territoire contrôlé par le mouvement islamiste Hamas en hiver 2008/2009, selon un communiqué. L’expédition traversera l’Inde, le Pakistan, l’Iran, la Turquie et la Syrie. De là, le convoi empruntera la mer pour atteindre, à terme, sa destination finale. 

Nous saurons donc que l’organisation caritative turque IHH est une organisation caritative islamiste (et non islamique ou musulmane ou turque tout simplement). Par contre nous ne saurons pas qui a tué les neuf militants Turcs de l’expédition maritime puisque on nous dit simplement que l’expédition  » s’était soldée par la mort de neuf militants turcs ».
C’est ce qu’on appelle du journalisme en France.

Vive la Belgique!

1 octobre 2010
La Belgique est réputée être francophone, au moins en Wallonie et à Bruxelles. En principe, cette qualité d’appartenance à la francophonie devrait permettre à la presse française de rendre compte  promptement de certains événement qui prennent leur source outre-Quiévrain.
Rien n’est moins sûr, car la presse française ne se presse justement pas de nous faire part de cette information proposée par un site belge d’actualités, 7s7:

Des Belges vont à nouveau tenter de briser le blocus de Gaza

 

Dans la foulée de la flottille humanitaire internationale pour la liberté (Freedom Flotilla), des organisations et des citoyens belges, dont certains anciens passagers de la flottille, ont décidé de participer à une nouvelle flottille qui prendra le large cet automne en direction de Gaza, indiquent vendredi les membres du projet dans un communiqué de presse.
Réunis sous la plate-forme « Belgium to Gaza », ils tenteront à nouveau de briser le blocus de Gaza. L’objectif est d’atteindre Gaza avec un groupe de citoyens belges et de l’aide humanitaire. « Car le blocus continue de plonger la population palestinienne dans des conditions de vie extrêmement difficiles.

 C’est pour dénoncer cette situation intolérable que des citoyens belges ont décidé de se mobiliser », expliquent les membres du projet.
En mai dernier, une première flottille humanitaire internationale avait décidé de mettre le cap sur la bande de Gaza dans le but de briser le blocus. Bien qu’il se trouvait dans les eaux internationales, le convoi avait alors été arraisonné par l’armée israélienne et l’opération s’était soldée par la mort de neuf passagers. (belga)

Emily Henochowicz chante la Palestine

23 juillet 2010

C’est encore par Philip Weiss que j’ai découvert cette petite perle: Emily Henochowicz, une jeune étudiante Américaine en arts visuels qui chante de manière vibrante la Palestine. Je vous propose de découvrir la vidéo et le texte en version anglaise et aussi traduit par mes soins. Mlle Henochowicz chante son texte a cappella et avec beaucoup d’émotion.

Emily a perdu son oeil gauche après avoir reçu en plein visage une grenade lacrymogène tirée par les terroristes sionistes alors qu’elle participait en Cisjordanie à une manifestation de protestation contre l’attaque de la flottille humanitaire pour Gaza.  Dans son malheur, Emily a  eu cependant beaucoup plus de chance que cet autre ange qu’était Rachel Corrie.

Emily Henochowicz blessée

 I miss you Palestine
In Palestine, oh I miss you Palestine.
En Palestine, Oh tu me manques Palestine.
 
And you know I think back to the memory of my grandparents in Poland
Et tu sais, je repense au souvenir de mes grands parents en Pologne

And I think of what they suffered through in Europe. It makes me sad
Et je pense à ce qu’ils ont souffert en Europe. Ca me rend triste.

I think they would be sad how all those Jews who died in the Holocaust would be so very sad
Je pense qu’ils seraient tristes, que tous ces Juifs qui ont péri dans l’holocauste seraient très tristes

If they knew that this is how their memory was being used
S’ils savaient que c’est ainsi qu’on se sert de leur mémoire

Oh-Oh, in Palestine
Oh-Oh, en Palestine

It’s fascist what they’re doing
Ce qu’ils font est fasciste
 
It is ethnic cleansing what they’re doing
Ce qu’ils font est du nettoyage ethnique
 
It is just as bad as what had happened to them
C’est tout simplement aussi mal que ce qui leur est arrivé
 
Don’t they see?
Ne voient-ils pas?

Don’t they see?
Ne voient-ils pas?

If they don’t want people to be anti-Semitic, then they better act like good Jews!
S’ils ne veulent pas que les gens soient antisémites, alors ils feraient mieux d’agir comme de bons Juifs!
 
They can’t say that they are moral when this is what they do!
Ils ne doivent pas dire qu’ils sont moraux alors que c’est ce qu’ils font!
 
In Palestine
En Palestine

Whoa, in Palestine
Whoa, en palestine

Blocus de Gaza: prompte réaction de l’Union Européenne et de la France

15 juin 2010
Voilà une information qui vient à point nommé démentir les ragots sur l’inaction de l’Union Européenne face au blocus de Gaza et l’agression contre la flottille humanitaire par les sionistes.
L’Union Européenne n’est absolument pas inactive devant ce blocus puisqu’elle en est partie prenante ainsi que vient le démontrer la décision des autorités françaises, sur requête de la Commission Européenne, d’arrêter la diffusion en France via Eutelsat de la chaîne Al-Aqsa TV.
Il paraîtrait que les programmes de la chaîne en question 

« incitent à la haine ou à la violence pour des raisons de religion ou de nationalité », avait-il expliqué. Et la France entend « être irréprochable dans la lutte contre les incitations à la haine, quelles qu’elles soient », 

selon un porte parole du ministère français des affaires étrangères.
Je ne regarde pas cette chaîne, mais il semble bien que pour éviter des problèmes avec l’Union Européenne, il vaut mieux mettre sous blocus toute une population et assassiner des militants humanitaires. On est même au contraire récompensé par des exonérations douanières ou une adhésion en fanfare à l’OCDE.

Flottille pour Gaza: le gouvernement irlandais veut une enquête internationale

14 juin 2010
Si on en croit la presse, Ankara est le seul gouvernement mécontent de la prétendue commission d’enquête sur leurs crimes constituée par les délinquants sionistes eux-mêmes. Ils sont bizarres ces Turcs car dans d’autres pays, les pays civilisés, on semble trouver tout à fait logique de confier les enquêtes aux voyous eux-mêmes. Il y a là un filon à creuser pour de nouvelles économies budgétaires : supprimer complètement les services de police. Autre sceptique, la presse internationale et donc, par déduction, pas la presse française.

Pourtant la Turquie n’est pas le seul pays à manifester son mécontentement et, comme le signale le blog Irish4Palestine, en Irlande non plus, la pseudo commission d’enquête sioniste ne passe pas. On peut lire ce qui suit sur le blog irlandais pro palestiniens :
Cette farce d’une « enquête » sur les assassinats de civils du Mavi Marmara par les gens qui ont commis ces assassinats et leurs copains nouvellement ajoutés avec l’étiquette d’observateurs « internationaux ». Nous avons beaucoup à « redire » au sujet de ces « nouveaux amis » qui viennent aider Israël dans cette farce.

Les Irlandais pour la Palestine annoncent des informations pour demain sur ces amis [sûrement le fait que l’Irlandais David Trimble fait partie de l’association des potes d’Israêl, d’où l’expression bien connue « touche pas à mon pote »]. En attendant, ils nous rappellent la position officielle des autorités irlandaises qui exigent une enquête internationale ainsi qu’on peut le lire sur le lien qu’ils proposent (traduction ci-dessous). En attendant, on a l’impression que l’Irlande ne fait pas vraiment partie de l’Union Européenne car à l’heure où j’écris ces lignes, cette information est indisponible en français.
L’Irlande appelle à une enquête internationale sur le raid contre la flottille pour Gaza
Bbelfast Telegraph (UK) lundi 14 Juin 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le ministre des affaires étrangères de la république d’Irlande, Micheal Martin, renouvellera ses appels à une enquête internationale sur le raid sanglant israélien contre la flottille humanitaire pour Gaza lors de sa rencontre avec ses homologues européens.

M. Martin a demandé que l’attaque meurtrière du 31 mai soit ajoutée à l’agenda de la rencontre mensuelle des ministres des affaires étrangères à Luxembourg.
Les ministres discuteront des événements qui ont abouti à la mort de neuf personnes sur la bateau turc Mavi Marmara, et de la poursuite du blocus de Gaza par les Israéliens.
La question essentielle en matière de politique étrangère est Gaza et le processus de paix au Moyen Orient au lendemain de la saisie par Israël de la flottille humanitaire, » a déclaré une porte parole.
« Le ministre mettra l’accent sur la nécessité d’une enquête internationale transparente et crédible sur les événements, et ré insistera sur la nécessité urgente d’une levée du blocus par Israël afin de soulager les souffrances humanitaires de la population de Gaza.»
Entre temps, des militants ont appelé à un boycott des marchandises israéliennes en attendant la fin du blocus.

Les activistes du mouvement irlandais anti-guerre se sont engagés à continuer à organiser des manifestations après avoir élargi leur campagne à quelques uns des plus grands supermarchés de la capitale ce weekend.
Un ces citoyens Irlandais expulsés suite à sa participation à la flottille pour la liberté de Gaza, Isam Bin Ali, d’origine libyenne, a rejoint les membres de l’organisation au moment où ils chargeaient des caddies avec des marchandises israéliennes.

Ehud Barak annule sa visite en France!

13 juin 2010

Ehud Barak, le ministre sioniste de la défense, annule sa visite en France où il était attendu pour la journée d’inauguration d’Eurosatory, le salon de l’armement qui se tient en région parisienne.

Il devait également avoir des discussions avec don homologue Français, M. Hervé Morin.
La presse, peu diserte sur cette affaire nous explique que:
 Il est vrai que la présence de ce criminel est absolument indispensable à la création d’une équipe chargée d’enquêter sur ses popres crimes!
Bon, mais l’annulation de ce séjour a peut-être d’autres raisons ainsi que le suggère Richard Silverstein, confirmé par l’Associated Press:
Eh oui, il y avait des Français dans la flottille et des poursuites judiciaires sont engagées contre les auteurs et commanditaires du crime commis en haute mer par les délinquants sionistes.

De son côté, Shimon Peres, le parrain de la mafia sioniste, en visite officielle en Corée du Sud a été conspué par quelques dizaines de militants qui ont été son comité d’accueil devant le repaire local [l’ambassade] du gang sioniste.

Décidément, les temps changent pour l’entité sioniste…

Le lobby juif, cette bête féroce

13 juin 2010
Quand on est journaliste en Occident, oser critiquer la dernière opération des délinquants sionistes contre la flottille pour Gaza, entraînant la mort d’au moins neuf passagers du Mavi Marmara, c’est accepter le risque d’âtre taxé d’antisémite
Risque que peu de journaux ont voulu courir, sauf quand ils avaient dans leur personnel un journaliste de confession juive. Sinon, une solution de remplacement a consisté à faire intervenir une personnalité juive extérieure à la rédaction. C’est ainsi que l’historien Ilan Pappé a été amené à apporter des contributions presque simultanées dans au moins deux journaux britanniques (The Herald et The Independent).
Le Sydney Morning Herald australien a préféré laissé courir la plume de son éditorialiste Mike Carlton. Or Mike Carlton n’est pas juif mais… antisémite si on veut bien croire ce qu’il a pu lire dans le flot de courriers rageurs et vengeurs qui à inondé sa boîte à lettres électronique.
Mike Carlton ne s’est cependant pas démonté et il revient à la charge en exposant la nature des courriers électroniques parvenus dans sa boîte mail. Il le fait sur un ton amusé tout en pointant du doigt ce qu’il appelle le lobby juif et le pilotage de ces réactions outrancières à partir d’un service du gouvernement de Tel Aviv. Et il semble plutôt bien connaître la structure de ce réseau de la hasbara puisqu’il utilise à un moment le mot « chaverim » pour désigner celui qui centralise et organise les réactions de l’opinion dite juive au niveau local.
Et Carlton a bien mérité la vindicte du lobby sioniste car n’a-t-il pas écrit que Benjamin Netnyahou, le chef du gang sioniste, n’était qu’un voyou sans scrupules ?

 
C’est drôle, ils se souviennent de leurs épithètes mais pas des bonnes manières
Par Mike Carlton, Sydney Morning Herald (Australie) 12 juin 2010

C’est une bête féroce, le lobby juif. Ecrivez ne serait-ce qu’une phrase même légèrement critique d’Israël et il bondit hors de sa tanière toutes griffes dehors. «Je me réjouis chaque fois qu’un enc..é de Palestinien meurt, qu’ils aillent se faire foutre !!! Israël devrait raser Gaza avec une bombe atomique et en finir une fois pour toutes, » dit un des milliers d’e-mails envoyés par des internautes juifs cette semaine. « Comment osez-vous insulter Israël vous le sur privilégié [sic] crétin blanc raciste, allez vous faire foutre avec votre article stupide. J’aimerais bien casser votre gueule de crétin.»
L’article stupide était mon édito de la semaine dernière qui donnait à entendre que l’attaque contre la flottille pour Gaza était une idiotie meurtrière et que le premier ministre Israélien Benjamin Netanyahou était un voyou sans scrupules, accro à l’emploi de la force militaire.
Peu d’e-mails étaient aussi vifs que celui là. Beaucoup, cependant, étaient ouvertement racistes, comme celui-ci en provenance d’un homme dénommé Schwarz. « Est-ce que les Juifs canardent depuis des voitures en marche comme ça se fait tous les jours à Sydney Sud-ouest ? Est-ce que ce sont des Juifs et des Arabes qui forment la majeure partie de la population carcérale australienne ? Est-ce que des Juifs pratiquent le viol collectif de jeunes filles à Sydney ? » demandait-il.
D’autres préfèrent menace. Un voyagiste de Double Bay a écrit une dénonciation enragée et l’a diffusée à ses amis. « Plus nous serons à écrire avec une copie [sic] au Sydney Morning Herald, plus nous aurons de chances de voir le Herald modifier son regard borgne sur la situation et nous donner des articles plus équilibrés, et même virer Mike Carlton, » écrit-il avec espoir. Un de ses chaverim me l’a fait suivre par erreur.

C’est un procédé d’action standard pour le lobby que de lancer des accusations d’antisémitisme avec ce mélange propre à Israël de paranoïa et d’agressivité. «Que vous soyez heureux de vous livrer à l’incitation à la haine fait de vous un véritable sadique, » écrit un homme de Melbourne. « Votre article révèle votre antisémitisme et vous pouvez bien vous cacher derrière les apparences de l’humanitarisme pro palestinien, votre révisionnisme de l’holocauste en comparant ce conflit de l’ère moderne avec l’extermination systématique des Juifs montre votre vrai visage. »

C’est tout simplement stupide. Mes amis Juifs pourraient confirmer que je ne suis pas un antisémite sadique, un négateur de l’holocauste incitant à la haine. Mais j’ai apprécié le mépris affiché pour mes multiples échecs en tant que journaliste. « Vous êtes un écrivaillon bon à faire de l’argent avec des mensonges, » est typique du genre. « Les journalistes sont généralement recrutés s’ils ont un QI supérieur à leur pointure de chaussure, » était une autre plaisanterie tordante.
Rien de tout ça n’est fortuit. Le lobby israélien, dans le monde entier, est orchestré à Jérusalem par un département du bureau du premier ministère qui porte le nom assez orwellien de Ministère pour la Diplomatie Publique et les Affaires de la Diaspora. Moins de 24 heures après l’attaque contre le Mavi Marmara, le ministère a mis sur internet les arguments importants dans la discussion » pour les Juifs dans le monde, le premier étant – surprise – que « le peuple palestinien n’était pas sous blocus ».
« Ecrivez des lettres à vos journaux, des commentaires sur les blogs et les sites d’information, appelez les émissions de radio et mettez des liens aux sites de réseaux sociaux pour contribuer à diffuser la véritable version des événements, » a exhorté le bien nommé M. Ronen Plot [plot = complot en anglais], le directeur général du ministère.
Tout cela n’est que de la libre expression, bien sûr. J’aimerais seulement qu’ils soient beaucoup plus polis.
 

La vérité sur le blocus de Gaza avouée par les sionistes eux-mêmes

11 juin 2010
Dans l’archipel des mensonges sionistes, il en est un qui a la vie dure, c’est que le blocus imposé à la bande de Gaza a pour finalité d’empêcher ce territoire peuplé surtout de réfugiés Palestiniens de s’armer et de continuer à tirer ses roquettes artisanales sur les localités sionistes avoisinantes.
Une de ces localités est Sderot, anciennement Najd avant que sa population indigène en soit chassée pour faire de la place aux squatters sionistes. Sderot est en quelque sorte le Dresde de l’entité sioniste, une cité martyre victime d’une avalanche de roquettes artisanales tirées depuis la bande de Gaza. Sauf que, à la différence de Dresde ou de Gaza, les victimes à Sderot se comptent sur les doigts de la main. N’empêche que les visites organisées à Sderot par les autorités sionistes pour faire comprendre les difficultés endurées par ses habitants ont un franc succès et les visiteurs sont amenés à compatir devant une vitre brisée ou un toit endommagé.
Bref, l’entité sioniste a le droit de se défendre et donc d’imposer un blocus à Gaza afin d’empêcher le Hamas de se procurer des armes éventuellement plus performantes que ses roquettes d’aéroclub. D’où également, le sort fait à la flottille pour Gaza et plus particulièrement au Mavi Marmara.
Cette vérité communément admise n’est cependant qu’un mensonge de plus de la part des sionistes et de leurs complices un peu partout. Lisez donc ce passage dans l’article où un membre du Département d’Etat (le service de Mme Clinton) explique ne pas être au courant de l’existence d’un document de l’Etat sioniste qui contredit son propre mensonge. Ce serait presque comique s’il ne s’agissait de questions très graves.

Ce n’est pas par les journaux français que vous apprendrez cela malheureusement, mais par l’agence de presse américaine McClatchy. Cependant, sans être une agence marginale, McClatchy est loin d’avoir le poids des services de Reuters, de l’AFP ou même du New York Times.
Cette agence suit un procès qui se déroule en ce moment dans l’entité sioniste où une organisation humanitaire a déféré l’Etat voyou devant ses propres tribunaux. Sommé de s’expliquer sur les motifs du blocus qu’il impose, l’Etat délinquant s’est exécuté pour reconnaître nettement que le blocus n’est pas lié à des impératifs sécuritaires mais à une volonté de mettre un terme au contrôle qu’exerce le Hamas sur la bande de Gaza.

Comment dit-on déjà en français ? Ah oui : cela va sans dire, mais ça va mieux en le disant…

Document israélien: le blocus de Gaza n’est pas une question de sécurité
Par Sheera Frenkel | McClatchy Newspapers (USA) 9 juin 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri

Jérusalem – Alors qu’Israël vient d’ordonner mercredi un léger assouplissement du blocus de la bande de Gaza, McClatchy a obtenu un document gouvernemental israélien qui présente le blocus non comme une mesure de sécurité mais comme une « guerre économique » contre l’organisation islamiste Hamas qui dirige ce territoire palestinien.
Israël a imposé de sévères restrictions à Gaza en juin 2007, après que la victoire électorale du Hamas et sa prise de contrôle de l’enclave côtière l’année précédente, et le gouvernement a longtemps affirmé que l’objectif du blocus était de stopper le flux d’armes et de combattants vers Gaza.
La semaine dernière, après que des commandos Israéliens ont tué neuf volontaires d’une flottille humanitaire pour Gaza organisée par des Turcs, Israël a encore affirmé que son but était de stopper l’arrivée dans Gaza d’armes pour les terroristes.
Cependant, en réponse à une action en justice menée par Gisha, une association israélienne pour les droits de l’homme, le gouvernement israélien a expliqué que le blocus était un exercice du droit à la guerre économique.
« Un Etat a le droit de décider de ne pas avoir de relations économiques ou de ne pas apporter d’assistance économique à l’autre partie au conflit, ou de vouloir agir en recourant à la ‘guerre économique’ affirme le gouvernement.
McClatchy s’est procuré la déclaration écrite du gouvernement auprès de Gisha, le Centre Juridique pour la Liberté de Circulation qui a déféré au tribunal le gouvernement pour obtenir des informations sur le blocus. La haute cour israélienne a donné suite et le gouvernement a fourni sa déclaration en début d’année.
Sari Bashi, directrice de Gisha, considère que ces documents prouvent qu’Israël n’impose pas son blocus pour les raisons qu’il affirme publiquement mais plutôt en tant que punition collective pour la population palestinienne de Gaza. Gisha s’intéresse aux droits des Palestiniens.
(Un porte parole du Département d’Etat, qui n’était pas autorisé à s’exprimer officiellement, a déclaré n’avoir pas connaissance des documents en question).
Le gouvernement israélien a franchi une nouvelle étape mercredi et affirmé que la guerre économique visait à atteindre un objectif politique. Un porte parole du gouvernement, dont nous ne pouvons pas donner le nom pour des raisons politiques, a déclaré à McClatchy que les autorités vont continuer à alléger le blocus mais «ne lèveront pas complètement l’embargo tant que le Hamas gardera le contrôle de Gaza.»
Le président Barack Obama, après avoir reçu Mahmoud Abbas, le chef de l’Autorité palestinienne, a déclaré que la situation à Gaza est « intenable. » Il a promis un complément de 400 millions de dollars d’aides pour le logement, la construction d’écoles et de routes pour améliorer la vie quotidienne des Palestiniens – dont au moins 30 millions de dollars affectés à Gaza.
Le blocus de Gaza par les Israéliens comprend une liste complexe et changeant constamment des biens qui sont autorisés à entrer dans Gaza. Des produits comme le ciment ou le métal sont interdits parce qu’ils peuvent être utilisés à des fins militaires, disent les officiels Israéliens.
Selon des chiffres publiés par Gisha en coordination avec l’ONU, Israël permet l’entrée de 25 % des biens qu’elle autorisait à entrer à Gaza avant sa prise de contrôle par le Hamas. Pendant les années qui ont précédé le blocus, Israël a autorisé en moyenne 14 000 camions de marchandises par mois à se rendre à Gaza. Israël autorise maintenant approximativement 2 500 camions par mois.
Les chiffres montrent qu’Israël a aussi limité les marchandises à entrer à Gaza à 40 types d’articles, tandis qu’avant juin 2007, ce sont environ 4 000 types d’articles qui entraient à Gaza.
Israël a légèrement allongé la liste ce mercredi pour y a ajouter les sodas, les jus de fruits, les épices, la crème à raser, les chips et les bonbons, indique Raed Fattouh, le responsable Palestinien chargé de la liaison, qui coordonne avec Israël le flux des marchandises destinées à Gaza.
«Je pense qu’Israël veut désamorcer les pressions internationales,» déclare Fattouh. « Ils veulent montrer aux gens qu’ils autorisent des choses à entrer à Gaza.»
C’est la première mesure tangible prise par Israël suite aux critiques internationales sans précédent qu’elle a essuyées au sujet du blocus après le raid israélien en haute mer de la semaine dernière.
Alors même que s’élevaient des appels pour une enquête sur la manière par laquelle Israël a intercepté la flottille, les dirigeants mondiaux ont aussi appelé Israël à lever son blocus de Gaza.
Lors de sa rencontre avec Abbas, Obama a déclaré que le Conseil de Sécurité avait appelé à une « enquête crédible et transparente conforme aux normes internationales. » Il a ajouté : « Et nous pensons ce que nous avons dit. C’est ce que nous attendons.»
Il a aussi appelé à un allègement du blocus par Israël. « Il nous semble qu’il devrait y avoir des moyens pour qu’il se limite strictement aux cargaisons d’armes plutôt que d’interdire pratiquement tout puis d’autoriser, au coup par coup, des choses à entrer à Gaza, » a-t-il déclaré à la presse.
L’Egypte, qui contrôle la plus grande partie de la frontière sud de Gaza, a rouvert le point de passage de Rafah cette semaine en réponse aux pressions internationales pour la levée du blocus.
L’Egypte a longtemps été considérée comme le partenaire d’Israël dans l’application du blocus, mais le ministre Egyptien des affaires étrangères, Hossam Zaki, a déclaré que le passage de Rafah restera ouvert indéfiniment pour les habitants de Gaza munis de permis spéciaux. Par le passé, la frontière a été ouverte sporadiquement.
Maxwell Gaylard, le coordonnateur de l’ONU pour l’action humanitaire dans les territoires palestiniens, a déclaré que la communauté international veut un « changement rapide et fondamental » dans la politique israélienne concernant Gaza plutôt qu’une approche au coup par coup.
« Un modeste allongement de la liste restrictive des biens autorisés à Gaza est bien en deçà de ce qui est nécessaire. Nous avons besoin d’un changement fondamental et d’une ouverture des points de passage pour les marchandises, » a-t-il dit.
Les responsables du Hamas dissent avoir été déçus » par l’annonce israélienne, et que la liste des marchandises est très éloignée des besoins réels.
« Ce ne sera qu’une entrée. Nous attendons le plat de résistance,» déclare à Ramallah le ministre Palestinien de l’économie Hassan Abu Libdeh qui précise que les matériaux de construction sont ce qui fait le plus défaut aux habitants de Gaza. De nombreux Palestiniens ont été dans l’impossibilité de bâtir leurs maisons après l’opération Plomb Durci, l’offensive punitive d’Israël contre la bande de Gaza en décembre 2008 et janvier 2009.
Israël affirme que le ciment et d’autres matériaux de construction peuvent server à construire des bunkers et d’autres installations militaires.
Certaines de ces marchandises entrent déjà à Gaza en contrebande par des tunnels qui la relient à l’Egypte.

 

La mort filmée de Furkan Dogan, jeune militant Turco-Américain assassiné par les sionistes

10 juin 2010
Il s’agit d’une vidéo diffusée originalement par le site US Democracy Now
Furkan Dogan a été assassiné de cinq balles dont quatre dans la tête.  On voit aussi que les soldats lui donnent des coups de pieds alors qu’il est blessé. Cette vidéo est extraite d’une séquence d’une heure tournée par la réalisatrice Lara Lee qui se trouvait à bord du Mavi Marmara. La cinéaste a réussi à dissimuler son film pendant sa détention dans l’entité sioniste.
 Furkan Dogan, 19 ans, voulait devenir médecin
A ceux qui se demandent comment on peut savoir qu’il s’agit de Furkan Dogan, je répondrais que même si c’était une autre personne, qu’est-ce que ça changerait. D’autre part, la réalisatrice qui est une professionnelle sait elle fort bien qu’il s’agit de Furkan Dogan, un des 9 humanitaires assassinés par les terroristes de Sion.

%d blogueurs aiment cette page :