Archive for the ‘Gail Folliard’ Category

Un tueur sioniste sur le sol irlandais…

25 février 2010

on n’aurait jamais dû le voir et pourtant.
L’utilisation de vais/faux passeports de l’Union Européenne et d’Australie par le commando du Mossad qui a assassiné un cadre du Hamas à Dubaï est une affaire grave qui augure de lendemains qui déchantent pour la voyoucratie sioniste. Certes la plupart des pays concernés, à l’image de la France, font profil bas mais la suggestion de Bernard Kouchner, qui n’est pas spécialement antisioniste, de reconnaître immédiatement un Etat palestinien en dit long sur le remue ménage consécutif à cette énième opération du Mossad. Il reste aussi qu’un pays comme l’Irlande, qui n’a pas d’accointances majeures avec le régime de Tel Aviv ne se contentera pas des dénégations formulées par la diplomatie sioniste. D’autant que si l’Etat voyou n’a pas confirmé officiellement son rôle dans l’assassinat, sa hasbara (propagande) a mis en place des stratégies de justification ou de détournement de l’attention.
En Irlande, justement, au moins un journal a conduit sa petite enquête qui l’a amené à constater que le passeport irlandais d’un des membres du commando mentionnait une adresse dans le quartier diplomatique de Dublin, à deux pas de l’ambassade de l’entité sioniste. On apprend aussi que cet individu est arrivé en compagnie d’un autre membre du commando en provenance de Paris sur un vol d’Air France. Ils seraient, le conditionnel est de rigueur, repartis vers la même ville une fois leur forfait accompli.
Sachant que ces agents du Mossad devaient nécessairement disposer d’une possibilité de planque dans les villes qui leur servent de base de départ, ou de lieu de transit, j’ose espérer que la police et les services secrets de l’Hexagone s’activent en ce moment pour localiser le lieu sûr qui a servi aux tueurs lors de leur séjour à Paris.

 Un suspect s’était servi d’une adresse à Dublin
Par MARY FITZGERALD, Irish Times (Irl) 23 février 2010. traduit de l’anglais par Djazaïri
 
Une propriété inhabitée de Dublin Ballbridge, propriété d’un frère de l’ancien premier ministre Albert Reynolds, a été donnée comme adresse personnelle par un des cinq détenteurs de passeports irlandais appartenant à l’équipe présumée responsable de l’assassinat d’un cadre du Hamas à Dubaï.
L’Irish Times a obtenu la copie d’une facture délivrée par l’hôtel Jumeirah Emirates Towers à un home voyageant sous le nom de Kevin Daveron qui a été désigné la semaine dernière par la police de Dubaï comme l’un des 18 suspects pour le meurtre le mois dernier de Mahmoud al Mabhouh.
La facture – qui note le départ de M. Deveron à 13h40 le 19 janvier, jour de l’assassinat de M. Mabhouh dans sa chambre d’hôtel – indique une adresse au 6 Elgin Road à Ballsbridge.

La propriété à cette adresse appartient depuis les années 1960 à James Reynolds, le père de John Reynolds, le producteur musical et organisateur d’Electric Picnic La maison sur trois niveaux, qui à un moment avait été divisée en appartements, est vide depuis dix ans. Située à Ballsbridge, le quartier des ambassades, la bâtisse est proche de plusieurs missions diplomatiques dont celles d’Ukraine, des Etats Unis et d’Israël.

La nuit dernière, John Reynolds qui s’exprimait au nom de son père, a déclaré à l’Irish Times que la famille était « vraiment choquée et horrifiée » que son bien ait été utilisé à son insu comme adresse par un membre du commando de tueurs.

L’hôtel Jumeirah Emirates Towers a confirmé hier que les détails sur la facture obtenue par l’Irish Times correspondent à ceux des dossiers de l’hôtel.

La facture mentionne l’arrivée de M. Daveron le 18 janvier et donne le détail du coût des deux nuitées, du petit déjeuner commandé à la réception de l’hôtel, et de boissons non alcoolisées consommées au mini-bar. La facture totale s’élevait à 715€ et a été payée en espèces.

Selon des informations divulguées la semaine dernière par la police de Dubaï, M. Daveron est arrivé en provenance de Paris sur un vol d’Air France en compagnie d’une femme voyageant sous le nom de Gail Folliard. Elle détenait aussi in faux passeport irlandais. La police pense que les deux faisaient partie d’une ou deux équipes de surveillance envoyées à l’avance pour obtenir des renseignements sur M. Mabhouh. Après avoir réglé sa note d’hôtel, M. Daveron a enfilé une perruque et des lunettes avant d’arriver à l’hôtel où le cadre du Hamas prévoyait de séjourner.
Mme Folliard et lui auraient fait le guet pendant que les assassins agissaient. On pense que tous deux sont repartis à Paris le soir même.

Le lien avec la maison de Ballsbrige est le dernier rebondissement dans ce qui est devenu une énorme intrigue international. Les assassins présumés ont également utilisé six passeports britanniques, un passeport allemand et un français, selon ma police de Dubaï.

Une des lignes de l’enquête se centre sur des affirmations selon lesquelles des cartes de crédit délivrées aux Etats Unis ont été utilisées pour acheter les billets d’avion pour l’opération.

Une autre tourne autour d’allégations selon lesquelles l’équipe aurait utilisé des cartes SIM autrichiennes. Le chef de la police de Dubaï a déclaré être sûr à « 99 % » que le Mossad israélien était derrière le meurtre. Israël a pour l’instant refuse de confirmer ou démentir son implication dans l’assassinat.

Hier, les ministres des affaires étrangères de l’UE ont condamné l’usage frauduleux de passeports irlandais et d’autres pays de l’UE alors que le ministre Israélien des affaires étrangères a affirmé n’avoir aucune connaissance de cette affaire dans une série de rencontres avec ses homologies Européens, dont Micheal Martin, le chef de la diplomatie irlandaise.

Une déclaration de l’UE, pressant tous les pays de coopérer à l’enquête de Dubaï, ne fait aucune mention d’Israël. Au cours de sa rencontre avec Avigdor Lieberman, ministre Israélien des affaires étrangères, M. Martin a critiqué « la violation » de passeports irlandais.

Les cinq faux passeports irlandais apparemment utilisés pour l’opération avaient des numéros correspondant à ceux d’authentiques passeports irlandais, ce qui met en danger les véritables détenteurs de passeports irlandais. M. Martin a déclaré que son homologue Israélien n’avait « absolument aucune information » sur cette situation. Il a ajouté avoir insisté que son gouvernement voulait des assurances de la non implication d’agents Israéliens.

 
 Article repéré via Xymphora

Passeports du Mossad: vrais ou faux? ou vrais et faux?

20 février 2010
Le gouvernement britannique s’offusque apparemment que des passeports biométriques délivrés par ses services aient été utilisés par les agents du Mossad qui ont assassiné un cadre du mouvement Palestinien, Mahmoud al-Mabhouh, dans un hôtel de Dubaï.
D’autant que ces passeports sont authentiques et, si on en prend en compte l’ensemble des passeports de la brigade de tueurs, certains comportent les identités et/ou les photos d’identité réelles des meurtriers.
Ainsi a-t-on aujourd’hui la certitude que le passeport allemand utilisé dans l’opération n’était pas un faux . Il a en effet été délivré l’été dernier à Cologne à un certain Michael Bodenheimer (et non à Tel Aviv comme l’écrit le Yediot ainsi que le signale un commentaire de l’article du journal sioniste). Bodenheimer qui a immigré des Etats Unis vers la Palestine occupée il y a vingt ans, prétend n’être en rien impliqué dans l’assassinat (mon oeil). Le passeport français d’un des assassins serait un faux. Comment fait_on pour falsifier un passeport biométrique si on n’a pas par exemple accès à la base de données des personnes titulaires?
S’agissant d’une femme d’origine britannique membre du commando, Erika Chambers, elle disposait d’un passeport britannique authentique mais avec la fausse identité de Gail Folliard. Voici deux photos de cette personne: en brune (une perruque déjà?) sous l’identité d’Erika Chambers, avec une perruque blonde sur son passeport au nom de Gail Folliard. Le changement d’identité était impératif pour elle compte tenu du fait qu’elle avait déjà participé à une autre mission d’assassinat en 1979 au Liban.
Le passeport au nom de Folliard n’a pu être délivré que par l’administration britannique ou contrefait avec sa complicité.
Cela ne signifie pas forcément que le gouvernement de sa Majesté était au courant mais que des gens qui activent pour le régime sioniste travaillent au sein de son administration.
Comment pourrait-il en aller autrement d’ailleurs dans un pays où la collusion entre les élites dirigeantes et le régime sioniste est allée vraiment très loin?
Un exemple de cette collusion nous est donné une fois de plus par Jews Sans Frontières qui observent que parmi les parrains du Fonds National Juif figurent David Cameron, le leader du parti conservateur britannique, l’ancien premier ministre Britannique Tony Blair et l’actuel premier ministre Gordon Brown. 
Or, vous ne devez pas comprendre Fonds National Juif comme Fonds pour les Juifs Britanniques  mais, ainsi qu’on peut le lire sur le site de son alter ego en France, dont l’objet est:

de collecter des fonds en France en vue de réaliser des projets concrets en Israël (plantation de forêts, construction de réservoirs d’eau, d’aires de jeux ou de repos, de routes de sécurité, d’infrastructures diverses…).
Grâce à son action quotidienne en faveur de l’éducation sioniste, il entend également sensibiliser les jeunes Juifs de France à l’amour d’Israël et à la défense de l’environnement.




%d blogueurs aiment cette page :