Archive for the ‘hassidisme’ Category

Un rabbin dans la gueule du loup

6 février 2011
C’est du moins ainsi que le Jerusalem Post caractérise le voyage du rabbin ultra orthodoxe israel Gabbai en… Iran, une terre « hostile » selon ce journal sioniste.
On imaginera volontiers un rabbin entrant clandestinement en république islamique d’Iran, dépouillé de tout signe extérieur de son appartenance au judaïsme et à la catégorie des rabbins.
Pourtant pas du tout. Ce rabbin est entré en Iran avec un visa obtenu grâce à l’intervention de la communauté juive locale et il a circulé en Iran vêtu de sa tenue de juif hassidique.
Chiourim.com donne un compte rendu magnifié du séjour iranien de ce rabbin qui apparemment vient juste après Jésus en matière de miracles.
Bien sûr, le rabbin Gabbai a constaté que « »La peur des iraniens dans la rue se voit sur leur visage. Elle me rappelle celle que j’ai connu sous le régime communisme. »
Il ne s’est pas dit que peut-être les gens avaient peur de lui et de son accoutrement qui faisait peut-^tre penser à un sorcier en vadrouille?
Chiourim nous rapporte que le rabbon Gabbai d’était rendu en Iran afin d’avoir un aperçu de l’état des tombes juives, dont certaine sont présumées avoir un caractère historique comme celle du prophète Daniel.
Selon Chiorim.com,

Il est revenu très choqué de ce qu’il a vu. La plupart des cimetières ont disparus, remplacés par des terrains de jeux. Ceux qui restent, sont menacés du même sort.

Le site des juifs hassidiques est cependant beaucoup plus sobre puisqu’il n’évoque rien de particulièrement inquiétant au sujet de ce séjour dans un lieu qu’il qualifie lui aussi d’hostile. On comprendra en fait que tous les lieux où les juifs ne dominent pas sont en fait des lieux hostiles (par exemple hors du ghetto). Au sujet des tombes, il note:

S’il a été satisfait de constater que les tombes de Mordechai et d’Esther étaient bien entretenues, il a été perturbé, dit-il, de découvrir « que certaines tombes juives avaient disparu, et que dans d’autres endroits, des terrains de football avaient été construits sur les tombes des tzadikim. »

Il y a bien un problème pour le maintien des cimetières juifs ordinaires, ce qui a beaucoup à voir avec l’émigration massive des Juifs iraniens, mais ces cimetières sont loin d’avoir tous disparu.

Encore des croix gammées sur une synagogue !

20 juin 2010

Encore un incident antisémite qui va faire les choux gras de la LICRA et du CRIF dont les dénonciations véhémentes sont attendues. Parce que des croix gammées tracées sur une synagogue, c’est assurément intolérable.
Oui, sauf que ça se passe dans cet Etat qui a été fondé pour protéger les Juifs de l’antisémitisme.
Belle réussite en vérité. Quand on pense qu’ils ont dû chasser les habitants indigènes pour arriver à ce résultat...

 
Des svastikas tagués sur une synagogue de Rishon
Les graffiti découverts sur l’école hassidique, fréquentée par des survivants de l’holocauste, comprennent les mots: ‘Retournez en Pologne’
par Eli Senyor, Yediot Aharonth (Sionistan) 20 juin 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri


 
Des agresseurs inconnus ont tracé des svastikas et des graffiti antisémites sur une synagogue de Rishon Lezion. A leur arrivée à la synagogue ce dimanche matin, les fidèles ont découvert les symboles nazis et déposé plainte auprès de la police. « Nous sommes vraiment horrifiés, » a déclaré un des fidèles.
 
La synagogue concernée appartient au courant hassidique et est fréquentée surtout par des personnes âgées, dont des survivants de l’holocauste.
Les vandales semblent être entrés dans les lieux de nuit, par les portes qui étaient ouvertes. Ils ont tracé à la bombe des svastikas et les mots: « Retournez en Pologne » près de la zone réservée au lavage rituel des mains.
 
Le directeur de la synagogue a été le premier à voir les graffiti quand il est arrivé sur le site vers 6h du matin. Il a immédiatement téléphoné à plusieurs fidèles avant d’aller au poste de police pour déposer plainte.

Les fidèles arrivés après lui ont également vu les graffiti et les swastikas et ont été choqués.
 
« De nombreux fidèles ont vécu directement la période de l’holocauste » déclare Sharon Goshan, un des fidèles. « Nous avons été choqués de voir qu’il y a encore de telles expressions d’antisémitisme dans l’Etat d’Israël. Nous espérons que la police attrapera très vite ceux qui sont derrière ces graffiti. »
 
Il ajoute, « Ce qui est absurde, c’est que les graffiti ont été tracés dans une synagogue hassidique dont on sait qu’elle ne discrimine pas entre juifs ashkénazes et séfarades, et qu’elle accepte tout le monde de la même manière, sans distinction de couleur, de race ou de genre. »

Anne Sander, la menace contre les Juifs Norvégiens

17 mars 2010
Vous ne le savez sans doute pas, mais la Norvège est un pays notoirement antisémite. Comme tous les pays scandinaves d’ailleurs, comme tous les pays du monde en réalité.
Et l’antisémitisme est une maladie contagieuse dont nul n’est à l’abri, pas même les Juifs, pas même les Juifs qui ont des responsabilités communautaires. La preuve en est administrée précisément par la Norvège où la responsable de la communauté juive d’Oslo, la capitale de ce pays, a donné une interview dans un grand quotidien où elle dénonce le risque que représente le hassidisme.
Je vous laisse lire l’article par lequel le Yediot désigne la dite responsable à la vindicte « populaire » juive, façon de parle pour une communauté d’à peine un millier d’âmes. (les antisémites doivent s’ennuyer) Le tort réel de cette personne étant de s’interroger sur l’extension de la colonisation juive dans les territoires palestiniens occupés.
Il est d’ailleurs savoureux de voir cette juive apparemment autochtone de Norvège désignée comme une « personne qui arrive » pour mettre les pieds dans le plat en quelque sorte par un individu en provenance récente de l’entité sioniste.

La responsable de la communauté juive d’Oslo critique durement IsraëlLes juifs de la capitale norvégienne sont choqués par les propos d’Anne Sander selon qui les Israéliens profitent des colonies comme les Palestiniens profitent des attentats suicide, et par ses critiques contre le hasidisme et le ministre des affaires étrangères Lieberman.
par Aviel Magnezi, Yediot Aharonot (Sionistan) 14 mars 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri

De nombreux Juifs d’Oslo ont été choqués ce week-end par des propos tenus par la dirigeante de la communauté juive locale qui a critiqué le judaïsme ultra-orthodoxe, le mouvement hassidique, les colonies et le ministre des affaires étrangères Avigdor Lieberman. Anne Sander a tenu ces propos dans une interview avec le journal Dagbladet, sur le contexte de la situation complexe entre Juifs et Musulmans en Norvège.

Seulement 1100 Juifs vivent en Norvège, pour la plupart à Oslo, aux côtés de plus de 70 000 Musulmans. Les Juifs de la ville ont été surpris de lire les propos de Sander, d’autant que ce pays scandinave n’est pas exempt d’antisémitisme.

Parmi les incidents antisémites de ces dernières années; on note les déclarations virulentes du comédien Norvégien Otto Jespersen, un plan de Musulmans de Norvège pour assassiner l’ambassadeur israélien et des coups de feu contre une synagogue d’Oslo.

En outre, le journaliste qui a interviewé la dirigeante juive est connu pour ses critiques contre Israël et sa comparaison de l’ancien premier ministre Ariel Sharon avec le chef nazi Hermann Göring; il a commencé l’interview avec une description poétique de la « machine de guerre israélienne » pendant l’opération Plomb Durci dans le bande de Gaza.

Il a aussi rappelé que pendant l’opération Sander avait déclaré que le situation chez les Musulmans était explosive. Interrogée sur la situation actuelle, elle a répondu qu’elle restait sensible.

« les deux côtés ont raison. C’est quelque chose avec quoi nous devons apprendre à vivre, accepter le fait que nous sommes en désaccord, » a déclaré Sander. Elle a insisté sur l’existence d’un extrémisme du côté juif aussi.

« Il y a une polarisation extrémiste dans le monde juif actuellement, » a-t-elle dit. « Vous avez les libéraux et, de l’autre côté, vous avez les ultra-orthodoxes – qui semblent en passe de devenir dominants. Nous n’aimons pas ça. Ce qui se passe est très dangereux. C’est le judaïsme de l’intérieur comme dans toute autre religion. L’extrémisme existe partout, parmi nous aussi. »

‘Le hassidisme anti-démocratique’

A la question de savoir si ce phénomène qui la préoccupé s’étendait également dans la communauté juive norvégienne, elle a répondu par l’affirmative et a pourfendu le mouvement hassidique dans le pays.

« Le mouvement ultra-orthodoxe, Chabad-Loubavitch, est à Oslo depuis quatre ans. Il représente une facette plus éloignée de la religion que ce que nous sommes capables d’accepter. »

Elle a insisté sur le fait que les valeurs de ce mouvement « sont complètement différentes de l’ordinaire. C’est un mouvement qui mélange religion et politique et a une structure anti-démocratique. » Elle a ajouté que les femmes ont « un rôle inférieur » dans ce mouvement.

Sander a observé que ce mouvement soutient un Grand Israël, « depuis l’Egypte à l’ouest à l’ancienne Babylone à l’est, à cheval entre l’Irak et l’Iran actuels. Nous sommes engagés dans la vie démocratique, l’action bénévole et la prise de responsabilités sociales, et cette conduite est complètement destructrice de l’environnement [la place des Juifs dans la société norvégienne] et, comme je l’ai dit – très dangereuse. »

En ce qui concerne le volet politique, Sander a expliqué que les gens en Norvège avaient tort quand ils comparaient les Juifs du pays à Israël sur tous les sujets. « Naturellement, nous avons beaucoup de coopération et d’échanges culturels ou autres choses du même genre, mais je ne fais pas de politique. Cela est de la responsabilité de l’ambassade. »

Interrogée sur ce qu’elle ressent en tant que Juive en Norvège, pays que le ministre israélien des affaires étrangères considère comme antisémite, elle a répondu que ça avait à voir avec l’entourage de Lieberman et l’opinion israélienne.

 « Je pense qu’il a de mauvais conseillers, il a reçu des informations erronées, il n’a su que la moitié de l’histoire, il réagit émotionnellement et il s’adresse à l’opinion locale [de l’entité sioniste]. Personne ne peut frapper des gens à la tête et les qualifier d’antisémites simplement parce qu’ils critiquent ce que fait l’Etat d’Israël, même si, à n’en pas douter, l’antisémitisme se dissimule dans certaines des critiques contre Israël. »

Le propos le plus controversé de Sander a été tenu quand, questionnée sur la politique israélienne en Cisjordanie, elle a dit qu’Israël profitait des colonies exactement comme les Palestiniens profitent des attentats suicide.

« Quand on parle des colonies, je n’arrive simplement pas à comprendre. C’est simplement incompréhensible pour moi. C’est supposé être pour le bien d’Israël. Ce n’est pas le cas, comme avec les attentats suicide côté palestinien. »

Un rabbin hassidique: Elle met les Juifs en danger

La communauté juive d’oslo a été stupéfaite par les propose de sa dirigeante. Le rabbin Shaul Wilhelm, qui est à la tête de la Chabad House d’Oslo, a déclaré au Yediot que les propose de Sabder mettent la communauté juive de la ville en danger.

« Elle met simplement en péril la sécurité des Juifs qui vivent ici. De telles déclarations sont un genre d’incitation. Nous nous sentons très mal à l’aise depuis la publication de l’article et pour l’instant personne n’a réagi à ces propos. »
 Selon Wilhelm; la critique de Sander contre le mouvement hassidique « n’est pas vraie et elle est particulièrement dangereuse quand elle est énoncée par une importante personnalité publique juive. Comparer les Juifs à l’Islam extrémiste dans un pays avec quelque 100 000 Musulmans est terrible, spécialement quant les media ne montrent guère de sympathie envers les Juifs et Israël. »

Un autre habitant juif d’Oslo a exprimé également son objection à ces propos. « Il n’y a pas de problème avec le hassidisme. Ils travaillent pour le bien de la communauté comme n’importe où ailleurs. Je vois ça comme une dispute politique interne. »

Eric Argaman, un Israélien âgé de 30 ans qui a étudié en Norvège et vit à Oslo affirme avoir été offensé par l’interview. « C’est le produit de rivalités internes [internal hatred]. Qu’st-ce que le hassidisme a à voir avec ça? C’est une organisation apolitique. Nous travaillons ici pour prévenir l’antisémitisme et une personne arrive et détruit tout.                                                                                                                                                         Ce n’est pas facile d’être juif ici. Elle a commis une injustice envers tout le monde. »

Selon Argaman, la communauté juive a été secouée par l’interview. « Certains types qui travaillent pour la sécurité du centre juif ont démissionné. En Israël, elle ne serait pas restée en poste. C’est déja suffisant que des gens cherchent des raisons pour haïr les Juifs ici. »
 

En réponse, Sander a déclaré au Yediot, « J’ai donné une interview à ce journal. Je n’envisage pas de parler de mes propos ni de les répéter. »

Super Voleur et son ami chef d’Etat

15 mars 2010
Shalom Weiss est un escroc de haut vol qui a été condamné aux Etats Unis à 845 ans de prison, une peine d’une longueur semble-t-il inédite. Les téléspectateurs US auront la possibilité de voir une émission consacrée à ses agissements et à l’enquête au long cours qui a permis son arrestation.
Oui, bon, un délinquant derrière les barreaux, et alors?
Alors, ce n’est simplement pas un hasard si l’article que je vous propose compare cette affaire à un roman de John Le Carré car cet auteur anglais est moins spécialisé dans le roman policier que dans celui d’espionnage.
Et à certains égards, l’affaire Weiss présente effectivement des caractéristiques singulières à rapprocher de l’assassinat commis à Dubaï par une bande de tueurs du Mossad.
Weiss fait partie de la communauté hassidique, ultra-orthodoxe, à l’origine un mouvement qu’on peut qualifier de piétiste qui avec le temps a accueilli des délinquants et des agents du régime sioniste.
C’est que ce mouvement est relativement facile à infiltrer et qu’il offre un réseau intéressant pour ceux qui veulent se livrer à des activités illicites, sans parler des fidèles crédules qui contribuent, souvent à leur insu, à l’exécution d’actes délictueux. Ce sont d’ailleurs des adhérents de l’ultra-orthodoxie qui ont fourni, à leur insu disent-ils, la plupart des passeports qui ont servi dans l’opération criminelle de Dubaï.
Justement, notre Shalom Weiss se sert aussi de faux passeports puisque c’est muni d’un faux passeport brésilien qu’il a été interpellé en Autriche, pays dans lequel il était donc entré illégalement. Il faut insister sur ce dernier point car il nous donne une idée de l’importance et de la force de ces réseaux hassidiques dans un pays comme l’Autriche. On apprend en effet à la fin de l’article que l’escroc, entré illégalement en Autriche avec un faux passeport, a pu bénéficier de l’appui de personnalités haut placées dont une seule est citée: le chef de l’Etat Autrichien lui-même qui s’est fendu d’une lettre appelant le président Bush à une forme d’indulgence!
Il y a là un mystère à expliquer.

L’histoire du super voleur de Scranton diffusée sur CNBC
par Joe McDonald, de la Rédaction du Times-Tribune (USA) 13 mars 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri

En fin de compte, Shalom Weiss, un escroc de Scranton de classe mondiale, n’a pas fait le poids devant Joe Judge, un expert comptable diplômé de l’université de Scranton qui a rejoint le FBI.

Utilisant des compétences de limier dignes d’un roman de John le Carre, M. Judge et son équipe d’agents du FBI ainsi que d’autres services de police sur trois continents ont mis M. Weiss dans une situation qu’aucun homme n’avait connue avant lui: 845 ans de prison.

Le récit de la manière dont M. Judge, l’agent du FBI qui a dirigé le groupe d’enquête qui a pisté M. Weiss du Brésil jusqu’à Vienne, est présenté dans un épisode de « American Greed » [cupidité américaine] qui doit être diffusé le 24 mars sur CNBC.

M. Judge, qui é été interviewé en décembre pour l’émission télévisée à son domicile en Floride, précise qu’il avait bouclé l’enquête avant de se lancer à la recherche de Weiss dans le cadre d’un énorme dossier de fraude à l’assurance que le FBI avait ouvert dans les années 1990.
« Weiss avait pillé la compagnie d’assurance, » explique M. Judge. « je dirais qu’il a empoché environ 30 millions de dollars. »

Il a fallu plusieurs années d’investigations avant que M. Weiss et d’autres soient inculpés sur l’accusation d’avoir mis en faillite une compagnie d’assurance et soutiré des millions de dollars à des retraités.

Le rôle de M. Weiss dans l’arnaque, qui à l’époque était la plus grosse fraude financière du pays, n’était pas immédiatement apparent.

« Il avait ces hommes de pailles, ces quatre gogos, » explique M. Judge. « Ils signaient n’importe quoi. »

« Je n’ai découvert le nom de Weiss qu’au bout de plusieurs années d’enquête, » déclare M. Judge.

M. Judge voit M. Weiss comme une sorte de mauvais génie.

« Il est si diabolique que s’il vous rencontrait demain, il aurait déjà anticipé et prévu ce que vous ferez pour (lui) dans six mois, » explique M. Judge. « Ce type est un génie. »

M. Weiss avait aussi des traits de personnalité et des habitudes qu’il ne pouvait pas modifier. Ses affinités avec la communauté juive  hassidique et son goût pour les bons restaurants, le casino et les prostituées de luxe ont donné à M. Judge et au FBI des indications sur où il aurait bien pu s’être caché après avoir disparu quand son affaire de blanchiment d’argent et de racket a été passée en jugement.

« Ce type avait l’empreinte de pied d’un Bigfoot, » observe M. Juge.

Il y a sept ou huit villes dans le monde avec d’importantes populations hassidiques, et les agents du FBI en poste dans les ambassades des Etats Unis dans ces pays ont reçu l’ordre d’être à l’affût de M. Weiss, explique M. Judge.

Une piste s’est présentée au brésil où on a eu des informations selon lesquelles M. Weiss avait une petite amie dans le secteur de Sao Paulo et qu’il pourrait se trouver dans cette ville.

M. Judge est parti pour l’Amérique du Sud et a contacté la police locale et des agents d’Interpol. Ils ne trouvèrent pas M. Weiss mais un contrôle de ses appels téléphoniques conduisit les enquêteurs à une maison dans un des quartiers les plus pauvres de la ville et à l’identité d’une femme de 27  ans que fréquentait M. Weiss.

Ils l’ont suivie à Vienne où elle a été accueilliée par M. Weiss qui n’avait cependant pas l’apparence de l’homme qu’ils recherchaient, qui avait 20 kilos de moins et la barbe rasée. Il a emmené la femme dans un appartement où ll a été arrêté.

M. Weiss, qui était en cavale depuis un an, a essayé d’éviter l’extradition vers les Etats Unis. Mais il a finalement été envoyé dans une prison fédérale près de Waymart pour purger la plus longue peine jamais infligée par un tribunal fédéral.

Mais M. Weiss n’a pas abandonné. Il fait appel de la légalité de son extradition.

« Comme je le dis de manière détaillée dans l’émission, il affirme que le gouvernement US a menti, » explique M. Judge dans une interview par téléphone depuis la Floride. « C’est son mensonge. »

M. Weiss a obtenu le soutien de certaines personnes puissantes dans son combat pour sortir de prison, indique M. Judge.

« Le président Autrichien a écrit au président Bush en demandant, s’il vous plait renvoyez-nous Weiss et nous le mettrons en prison ici pendant un ou deux ans, puis il sera réhabilité », affirme M. Judge.

Dans un sens, M. Judge, originaire de West Scranton et diplômé de l’université de Scranton en 1968, est épaté par la manière dont M. Weiss a éré capable de s’attirer les bonnes grâces d’officiels Autrichiens.

« Il entre en Autriche avec un faux passeport brésilien et se joue de la police et des douanes autrichiennes, » déclare M. Judge. « Il est là bas en tant qu’étranger en situation irrégulière, pourtant il a les moyens de faire écrire une lettre par le président Autrichien. »

A la question de savoir comment cela a été possible, M. Judge répond, « parce qu’ils pensent que c’est un type formidable, où qu’on a graissé quelques pattes. »


%d blogueurs aiment cette page :