Archive for the ‘Nidal malik Hassan’ Category

Le tueur présumé de Fort Hood: un fondamentaliste qui boit de la bière et donne des pourboires aux stripteaseuses

9 novembre 2009
Après nous avoir dépeint un Nidal Malik Hassan, le tueur présumé de Fort Hood, enfiévré par la religion au point d’avoir des connexions indirectes avec des membres de la bande du 11 septembre, voilà que surgit un être différent.
On apprend en effet par un article de Fox News que le « fondamentaliste » était églament client d’une boîte de strip tease où il s’est rendu à trois reprises le mois dernier. Le directeur de la boîte explique que:
Il venait bien entendu pour voir des femmes se dénuder en musique:
Jennifer Jenner, qui travaille chez Starz sous le nom de scène de Paige, a déclaré que Hassan lui avait acheté une séquence de danse deux nuits d’affilée. Elle précise qu’il a payé 50 $ pour une danse qui dure trois chansons dans l’une des salles privées du club les 29 et 30 octobre.

Jenner, 31 ans, déclare que Hassan était habillé décontracté les deux nuits où il est venu au club – jeans T-shirt la première nuit et casquette de baseball la nuit suivante. Elle se rappelle qu’il était arrivé vers 18h30 et était resté jusqu’à deux heures du matin. Elle dit qu’il avait apporté un pack de six bières légères, dont il n’a bu que quelques gorgées et a donné le reste aux stripeaseuses.
La même stipteaseuse observe que Nidal Malik Hassan n’était pas »lourd » comme les autres clients et qu’il était respectueux (apparemment parce qu’ils ne leur proposaient pas de finir leur journée de travail au lit avec lui).
Jennifer Jenner n’arrive absolument pas à croire qu’il est l’auteur de la tuerie:
« Vous savez, il donnait un pourboire à chaque fille qui quittait la scène après sa danse. Il était très généreux. »
 Bon, c’est l’avis d’une stripteaseusequi juge en fonction de ses critères à elle.
N’empêche que l’image du fondamentaliste impatient de trucider des infidèles en prend un coup.Les Tartuffes s’ils sont en effet souvent disposés à inciter les autres à monter au front le font rarement eux-mêmes.
M’est avis qu’il y a de la CIA dans la sortie de cette information et qu’on cherche à faire cesser la propagande qui allait bientôt nous annoncer que le psychiatre américano-palestinien était impliqué dans les attentats du 11 septembre. 
Par ailleurs, via le blogueur canadien Xymphora, un lien qui nous amène vers un document officiel des Etats Unis qui montre que Nidal Malik Hassan était partie prenante à la réflexion de son gouvernement sur l’évolution de la politique de sécurité intérieure (son nom apparait à la page 29 du document qui recense les participants).
Le cas de Nidal Malik Hassan est donc plus compliqué qu’il avait pu sembler de prime abord. Les jours à venir nous en apprendront peut-être un peu plus…

Décidément, le Rambo américano-arabe est bien plus fort que le Rambo américano-italien

8 novembre 2009
Nidal Malik Hassan a donc perpétré son carnage à Fort Hood avec deux armes qui étaient sa propriété personnelle et non du matériel militaire.
Ces armes de poing, il les possédait légalement : un vieux Smith & Wesson 357 magnum et un Herstal FN 5.7 acheté auprès d’un armurier local.
Au moins cent coups de feu auraient été tirés par ce psychiatre qui n’était certainement pas un expert du maniement des armes. Cependant, seul le pistolet automatique herstal « tueur de flics » aurait été utilisé en réalité.
La performance de Nidal Malik Hassan, ce Rambo américano-arabe (après le Rambo américano-italien) est d’autant plus extraordinaire qu’il avait oublié d’acheter des munitions lors de l’acquisition de cette arme.

Nidal Malik Hassan, plus fort que Rambo

7 novembre 2009

Décidément, quand on blogue on est amené à s’intéresser un peu à tous les sujets; par exemple celui des armes.
La tuerie dans la base militaire de Fort Hood donne lieu comme prévu à un déchainement islamophobe comme si le présumé tireur était le premier à avoir perpétré une tuerie et comme s’il avait été le premier à avoir tiré sur ses collègues en uniforme.
Il n’en est rien bien entendu.
Mais, bon, j’ai été interpellé par un détail technique: le nombre de coups de feu tirés par Nidal Malik Hassan, l’auteur présumé qui a d’ailleurs été grièvement blessé et se trouve actuellement dans un état critique.
On peut lire dans une dépêche AFP reprise par le Sydney Morning Herald que l’auteur présumé aurait, selon les enquêteurs, tiré plus d’une centaine de coups de feu en 4 minutes.

Vous allez me dire qu’avec deux Kalashnikovs ou deux M16, ce ne doit pas être bien difficile.

Oui, mais ce ne sont pas des fusils d’assaut de ce genre que Nidal malik Hassan aurait utilisé mais deux pistolets: un automatique et un semi-automatique. Une de ces deux armes serait un pistolet Herstal de fabrication belge, surnommé « tueur de flics » aux Etats Unis et dont le chargeur peur contenir jusqu’à trente balles (plus celle déjà engagée dans la culasse).
L’autre pistolet était un Smith & Wesson 357 magnum dont la capacité est de six coups et dont le mécanisme n’est pas automatique.
Ce qui nous fait deux salves simultanées totalisant au maximum 37 balles.

Et puis il faut recharger. Et on ne peut recharger qu’une arme à la fois; et il faut le faire très vite alors que le tireur est lui-même la cible de tirs qui cherchent à le neutraliser.

En rechargeant une des deux armes, mettons le Herstal, le tireur peut donc tirer 30 balles supplémentaires; mais pour arriver à la centaine, il faut qu’il recharge encore deux fois le Herstal.
D’autant qu’on n’est pas certain du tout qu’il ait utilisé le Smith & Wesson.

Bon, cette performance est sans doute possible pour un tireur chevronné comme il en existe dans à peu près toutes les armées. Le problème est que Nidal malik Hassan n’était pas un de ces tireurs chevronnés puisqu’il exerçait dans l’armée comme psychiatre et non comme fantassin et encore moins comme tireur d’élite.

Et ce psychiatre a non seulement réussi à tirer plus d’une centaine de balles mais aussi à tuer treize personnes et à en blesser une trentaine d’autres.

En sachant que plusieurs personnes ont reçu plus d’un projectile, cela signifie que le psychiatre aurait fait mouche à pratiquement tous les coups.

Une prouesse digne d’un tireur expérimenté qu’il n’était manifestement pas.
Ou alors, un Rambo hyper efficace qui, comme le suggère le blogueur Canadien Xymphora, pourrait à lui seul remplacer la moitié des GIs déployés en Afghanistan.

Aux USA, il y a tueries et tueries (avec ou sans Allah Akbar).

6 novembre 2009
En attendant de voir si le tueur d’Orlando en Floride est musulman comme celui de la base militaire de Fort Hood au Texas, allons donc y voir de plus près dans cette dernière affaire.
On peut ainsi lire dans Ouest France que:

Selon un proche du tireur, le suspect, arrivé en avril dernier à Fort Hood, devait partir prochainement en Afghanistan et s’opposait fermement à cette mission.

Et que:

Le tireur aurait d’ailleurs crié « Allah Akbar » en ouvrant le feu. Selon le général commandant la base de Fort Hood, « il existe des témoignages de première main de soldats ici qui le disent »

Selon ce même commandant, cette dernière information reste cependant non confirmée à l’heure où j’écris ces lignes.
Quoi qu’il en soit, le président Obama appelle à ne pas tirer de conclusions hâtives, c’est-à-dire à ne pas stigmatiser la communauté musulmane des Etats Unis.
Êtrange façon d’aborder un incident qui, somme toute, montre la parfaite assimilation de cet Américano-palestinien, qui s’est livré à cette forme de course d’amok où le pistolet remplace le kris, et est caractéristique des éruptions de violence aux Etats Unis.
A la différence des courses d’amok qui s’effectuent avec une arme blanche (le kris), ne sont jamais préméditées et sont toujours le fait d’un seul homme, les tueries aux Etats Unis peuvent être ou non préméditées, se font toujours avec des armes à feu et impliquent parfois un groupe de tueurs.

Dans cette affaire, et pour schématiser, la presse nous renvoie l’image d’un homme agissant seul, sous l’emprise d’un fort conflit intérieur suscité par sa future affectation sur un théâtre d’opérations situé en Afghanistan.
On rappelle aussi que Nidal Malik Hassan exerçait non comme combattant mais comme médecin psychiatre et, à ce titre, confronté à la détresse et à la souffrance de ses compagnons d’armes rentrés blessés physiquement et psychologiquement de leurs missions en Afghanistan. Jusqu’à quel point un homme, fut-il médecin et psychiatre, peut-il absorber la désespérance humaine dont il sait qu’elle est le fruit d’une politique, reste une énigme même pour les professionnels les plus avertis.

Mais, car il y a un mais, la presse outre atlantique chante une chanson quelque peu différente de la version de l’implication d’un homme seul.

On peut ainsi lire dans une dépêche de l’Associated Press  datée du 6 novembre qu’il y aurait eu deux tireurs dans deux incidents séparés:

Le porte parole, le lieutenant colonel Nathan Banks a déclaré qu’apparemment deux tireurs étaient impliqués. On ne sait pour l’instant pas qui ils sont, ni les identités des victimes. Banks a indiqué que le deuxième incident a eu lieu dans un cinéma de l’immense base militaire.

Et comme le dit le site Cryptogon, ce second tireur, s’il n’a pas encore disparu de toutes les dépêches, ne tardera pas à le faire afin que l’opinion n’ait plus que ce soldat arabo-musulman à se mettre sous la dent.

Cryptogon nous renvoie vers le site économique Dow Jones où on peut lire:

Un deuxième tireur est en détention après une fusillade à la base militaire de Fort Hood au Texas au cours de laquelle au moins sept personnes ont été tuées et douze blessées, rapporte KCEN-TV de Waco. L’information vient deux heures après la capture d’un premier suspect, peu de temps après le début de la fusillade. Les autorités indiquent que les tireurs étaient en tenues militaires, même si on n’est pas certain de leur appartenance à l’armée. On ignore également si les victimes étaient des militaires ou des civils.

Ce deuxième tireur a été interpellé sur un terrain de… golf nous apprend CNN:

Un officier supérieur qui jouait au golf jeudi près de Fort Hood au Texas, a déclaré à CNN avoir assisté à l’arrestation d’un des deux suspects qui ont survécu à la fusillade dans la base militaire

Arrêté par la police militaire, mais pour être livré à des hommes en costume, autrement dit des agents du FBI, de la CIA ou d’un quelconque service secret.

Le nettoyage de l’information est en effet pratiquement achevé et nous resterons donc avec un Palestinien déséquilibré et/ou musulman pratiquant qui de toutes façons n’adhère pas à la politique guerrière contrairement aux autres citoyens des USA.
Le problème de la loyauté de ces citoyens de confession musulmane est désormais posé à  l’opinion US.

Reste que, comme le rappelle le Washington Post, ce n’est pas la première fois qu’un incident de ce genre a lieu aux Etats Unis. Ainsi, en 1995, un soldat avait ouvert le feu à Fort Bragg sur des parachutistes en formation, tuant un officier et en blessant 18 autres. Le tireur était un certain William J. Kreutzer.

Kreutzer, ça sonne pas franchement palestinien, non?


%d blogueurs aiment cette page :