Archive for the ‘pédagogie’ Category

Un bon exemple de pédagogie de l’holocauste.

12 mars 2010
Je l’ai déjà dit sur ce blog, le fait d’appeler « shoah » ou « holocauste » l’action barbare des nazis qui a consisté à déporter et exterminer des Juifs pendant la seconde guerre mondiale n’est pas indifférente à notre compréhension de ce phénomène, extraordinaire par son ampleur, mais tristement ordinaire quant à la rationalité qui la sous-tendait.
Les termes « Shoah » ou « holocauste » non seulement circonscrivent cette tragédie exclusivement aux Juifs, occultant les Tziganes par exemple sous peine de dévaluation de l’holocauste (dixit Elie Wiesel) mais excluent l’approche de ce phénomène en termes socio-historiques en le transformant en notion religieuse.
D’où la difficulté d’appréhender ces événements en terme historique à l’école qui se trouve confrontée à une impossibilité: transmettre en termes rationnels une expérience de type sacré. Et l’inefficacité notoire de la pédagogie traditionnelle de « l’holocauste » ou de la « shoah, » ainsi qu’en ont témoigné à plusieurs reprises les ricanements ou autres comportements inattendus de la part d’élèves dûment expédiés en pèlerinage à Auschwitz par leurs établissements scolaires.
Les professeurs vraiment consciencieux sont donc amenés à faire preuve d’imagination pédagogique. Une imagination dont font parfois les frais les élèves ainsi qu’en témoignait l’histoire de cette jeune fille (juive justement) que son professeur voulait contraindre à porter une étoile jaune, au grand dam de sa famille. Ou encore ce jeu de rôles aberrant mis en place par une institutrice d’une petite ville anglaise.
Shocking, me direz-vous. Certes, mais ce jeu de rôles n’est en fait rien d’autre que la seule pédagogie efficace d’un phénomène situé désormais dans l’ordre du religieux. Et il doit être rapproché de certaines pratiques religieuses comme les crucifixions volontaires aux Philippines ou l’auto-flagellation chez les Chiites.
d
Royaume Uni: des enfants ‘retirés à leurs familles’ dans un ‘jeu de rôle’ sur l’holocauste.
Yediot Aharonot (Sionistan) 11 mars 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri
Un enseignant désireux de donner à ses élèves de 11 ans un aperçu des horreurs endurées par des enfants juifs pendant la seconde guerre mondiale leur a dit que neuf d’entre eux allaient bientôt être séparés de leurs parents et pourraient se retrouver dans un orphelinat. Les parents furieus disent que leurs enfants ont été traumatisés.Une institutrice d’une école primaire de Lanarkshire en Grande Bretagne a trouvé une façon créative d’enseigner les crimes des Nazis à ses élèves. Dans le cadre d’un « jeu de rôle sur l’holocauste », elle leur a dit qu’ils seraient bientôt séparés de leurs familles et pourraient se retrouver dans un orphelinat.Le Daily Mail a rapporté mercredi soir que les élèves avaient fondu en larmes quand on leur a dit que neuf d’entre eux seraient retirés à leurs familles. Ce « jeu de rôles » étrange avait pour but de faire prendre conscience à ces enfants de 11 ans des horreurs subies par les enfants Juifs quand ils ont été envoyés dans des camps de concentration pendant la seconde guerre mondiale.

La personne responsable de ce jeu de rôles n’était autre que la sous-directrice de l’école. Selon le reportage, elle a dit aux enfants sous le choc que ceux qui étaient nés en janvier, février et mars avaient des Quotients Intellectuels inférieurs à ceux des autres enfants, « en raison d’un manque de lumière solaire dans le ventre maternel »; et qu’ils devaient mettre des chapeaux jaunes et être envoyés à la bibliothèque.

Les parents d’élèves ont été très en colère après avoir eu connaissance de ce « jeu » et ont déposé une plainte officielle contre ce projet pédagofgque auprès de la ville de Lanarkshire, expliquant à quel point ce jeu de rôles « barbare » a traumatisé les enfants qui ont pleuré à chaudes larmes en classe.

« Les enfants étaient bouleversés »

Selon la mère d’un des enfants, l’enseignante « a dit aux enfants qu’ils seraient probablement envoyés loin de leurs familles et que leurs parents en avaient été informés et étaient au courant. Quand un enfant demandait si cela signifiait qu’ils pourraient se retrouver dans un orphelinat, on leur a dit que c’était une possibilité.

A ce moment, beaucoup d’enfants ont été bouleversés. Un garçon a renversé sa chaise, un était en colère et a demandé à parler à un responsable mais la plupart d’entre eux pleuraient, certains pleurant abondamment.

« Leur calvaire a duré entre 12 et 15 minutes avant qu’on informe les enfants qu’il ne s’agissait que d’un jeu mais qu’il se poursuivrait jusqu’à l’heure du déjeuner.

« Ma fille, en fait aucun enfant, ne doit ressentir la terreur, la peur, la panique la ségéragation et l’horreur qu’un enfant de l’holocauste a subi pendant une des pires atrocités de l’histoire pour être capable d’éprouver de l’empathie pour eux afin de produire une histoire bonne pour un article, » a déclaré la mère.

Une porte parole de South Lanarkshire a confirmé qu’une activité de jeu de rôles a eu lieu et que cette affaire sera traitée rapidement.

USA – Mémoire de l’holocauste: quand un professeur veut forcer une élève juive à porter l’étoile jaune

27 janvier 2010
Nous avons connu en France une dérive liée à l’inculcation de la mémoire de l’holocauste avec la proposition de M. Nicolas Sarkozy de confier à chaque élève de CM2 la mémoire de l’un des 11 000 enfants juifs français morts en déportation. Cette idée avait provoqué une levée de boucliers et suscité de vives critiques de la part de Mme Simone Veil.
De manière toute aussi grotesque, mais à une échelle heureusement infiniment plus réduite, c’est un collège des environs de Houston aux Etats Unis qui, croyant faire acte de pédagogie, a tenu à imposer dans le cadre d’un « cours » sur la mémoire de l’holocauste le port de l’étoile jaune à un certain nombre d’élèves, dont une élève juive.
Résultat: une gamine traumatisée et une maman très en colère. Comme on dit, l’enfer est pavé de bonnes intentions. On ne sait plus quoi faire pour donner substance à cet « enseignement » de la mémoire, du coup on fait n’importe quoi quitte à aller dans une surenchère malsaine et trop souvent morbide.
Un projet pédagogique sur l’holocauste bouleverse une famille
par Mayra Moreno KIAH TV (USA) 26 janvier 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri
Une leçon d’histoire en collège a mis une élève en larmes. La leçon porte sur l’holocauste et consiste entre autres à porter une étoile de David. Cependant, un parent affirme que cela a amené sa fille à le ressentir plus comme la lettre écarlate [marque d’infamie].
Myriam Youngblood est choquée par la méthode de la leçon d’histoire qu’elle considère inadmissible. Sa fille, élève à la Dekaney High School lui a dit avoir été forcée de faire quelque chose qui l’a mise mal à l’aise.
« (Elle) devait porter une étoile de David jaune portant la mention « Jude » comme celles que devaient porter nos ancêtres pendant l’holocauste, » déclare Myriam Youngblood.
Fière de ses origines juives, sa fille était en larmes et sa famille a été bouleversée. Youngblood a passé la matinée de mardi à appeler l’administration scolaire. Nous avons appelé également et avons eu un contact avec le directeur de la communication. On nous a dit que la principale était trop occupée pour s’exprimer devant une caméra. Au lieu de quoi, on nous a donné une déclaration écrite:
« Le but du projet du souvenir de l’holocauste à la Dekaney High School est de commémorer et d’honorer les personnes qui ont été victimes de l’holocauste… Les élèves qui ne voulaient pas participer à l’activité devaient en parler à leur professeur pour se voir affecter une tâche de substitution. »
Youngblood affirme que ce n’est pas vrai.
« Son professeur m’a dit qu’elle devait porter l’étoile exactement comme si c’était un devoir écrit. « (Si elle ne le faisait pas) elle aurait un zéro. » [a failing grade]
Youngblood dit comprendre que le professseur souhaitait développer la sensibilisation concernant le génocide et le racisme mais son sentiment est que le projet pédagogique est allé trop loin.
« Faire porter à une élève juive une étoile de David qui servait de signe pour marquer l’infériorité de notre peuple n’est pas acceptable. » déclare Youngblood.
Youngblood a finalement reçu un appel de la principale du collège. Elle lui a présenté ses excuse ainsi qu’à sa fille et lui a dit qu’elle n’aura pas zéro et n’a pas à porter l’étoile de David.

%d blogueurs aiment cette page :