Archive for the ‘peine capitale’ Category

Condamnée à être lapidée puis pendue

17 janvier 2011
« La peine de mort par pendaison infligée à l’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani aurait été suspendue. » peut-on lire dans plusieurs organes d’information ou même dans la revue féminine ELLE.
En soi, c’est une nouvelle que j’accueille favorablement car l’application de la peine capitale est contraire à  mes convictions, que cette peine capitale soit infligée par pendaison, injection, mortelle, décapitation, chambre à gaz, électrocution ou lapidation.
.
La condamnation de Mme Ashtiani aurait été commuée en dix années de prison.
Preuve que le sens du ridicule n’étouffe pas la presse, on peut lire dans Le Point:

« Bien qu’il n’y ait pas eu de décision définitive quant à la lapidation, la peine de mort par pendaison a été suspendue du fait de la grâce sollicitée par ses enfants », écrit Zohre Elahian, président de la commission parlementaire des droits de l’homme, dans une lettre adressée à la présidente brésilienne Dilma Rousseff. La peine de Sakineh, arrêtée en 2006, a été commuée en dix ans de réclusion, précise-t-il.

 Oui, vous avez bien lu, ces barbares de mollahs avaient condamné deux fois Mme Ashtiani à la peine capitale: une première fois par pendaison, une deuxième fois par lapidation. Ou l’inverse, quitte à faire en sorte qu’elle survive à la lapidation avant d’être achevée au bout d’une corde.
Les autorités iraniennes avaient depuis longtemps cependant démenti la condamnation à la lapidation.

Que la bête meure!

10 novembre 2010
L’Etat d’Oklahoma fait parler de lui en ce moment. Ne vient-il pas en effet de se hisser à la tête du combat pour la civilisation occidentale en adoptant un amendement interdisant la charia.
Cette décision a été annulée par une cour fédérale car:

«La violation de la constitution est tellement grossière qu’il existe peu de précédent d’une telle magnitude», estime M. Awad dans sa plainte en rappelant le principe constitutionnel de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Mais dans sa volonté d’être à la pointe de la lutte pour les valeurs occidentales, l’Etat d’Oklahoma a décidé de ne pas en rester là puisqu’il vient de demander à pouvoir employer une drogue à usage vétérinaire pour exécuter les condamnés à mort. 

L’Oklahoma veut exécuter des détenus avec des drogues réservées à l’euthanasie des animaux
The Daily Telegraph (UK) 10 novembre 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’Etat d’Oklahoma aux Etats Unis veut obtenir la permission d’utiliser une drogue normalement réservée à l’euthanasie des animaux pour exécuter les détenus condamnés à mort.

Cette démarche intervient dans le contexte d’une pénurie nationale de thiopental de sodium, le seul anesthésique qui peut être actuellement utilisé aux Etats Unis pour pratiquer les injections mortelles.
Des avocats qui représentent l’Etat d’Oklahoma plaideront au tribunal que le phénobarbital, qui sert aux vétérinaires à euthanasier les chats et les chiens, serait un anesthésique de substitution idéal pour les détenus en instance d’exécution, rapporte le Wall Steet Journal.
Cette drogue est « substantiellement » similaire au thiopental, expliquent des documents présentés au tribunal.

L’Oklahoma doit exécuter John David Duty le 16 décembre, mais ses avocats ont déclaré ne pas vouloir que leur client soit utilisé comme cobaye. Le débat portant sur cette drogue pourrait retarder l’exécution.
Les avocats affirment que la drogue n’avait pas été testée, était potentiellement dangereuse et pourrait faire de l’exécution une forme de « torture ». Duty a été condamné pour le meurtre de son co-détenu en 2001.

Le seul fabricant de thiopental aux Etats Unis en a suspendu la production jusqu’en 2001 en raison de la pénurie d’un des ingrédients nécessaires à la fabrication de cette drogue.

En cas d’approbation, le phénobarbital pourrait être utilisé par d’autes Etats des USA pour administrer les injections mortelles


%d blogueurs aiment cette page :