Posts Tagged ‘Allemagne’

Le sionisme et l’impérialisme allemand, un texte majeur de Klaus Polkehn inédit en français

2 décembre 2012

Je vous propose un article important qui est le fruit d’un travail d’historien réalisé par Klaus Polkehn, un journaliste de l’ex République Démocratique Allemande.

Dans cet article très documenté et doté d’un appareil de notes conséquent comme il se doit dans ce genre de travail, Klaus Polkehn décrit les relations entretenues dès ses débuts par le mouvement sioniste avec l’impérialisme britannique mais surtout, on l’évoque moins souvent, allemand.

Cette proximité touchera à sa fin dans des conditions qui ont à voir avec la défaite finale de l’Allemagne pendant la première guerre mondiale. Le mouvement sioniste avait en effet fait le choix de l’Angleterre qui s’était fendue de la fameuse Déclaration Balfour par laquelle le gouvernement britannique promettait aux sionistes un territoire qui ne dépendait pas de lui mais de l’empire Ottoman qui faisait précisément partie des forces de l’Axe.

L’empereur Guillaume II aurait aimé faire une telle promesse mais il ne tenait pas à s’aliéner son fidèle allié. La défaite allemande donnera de toute façon raison aux sionistes qui avaient fait le choix de Londres contre Berlin (on sait comment par la suite, après s’être servis des Britanniques, ils se retourneront contre eux).

Une défaite de l’Allemagne que Guillaume II imputera aux Juifs, jetant ainsi les bases de l’antisémitisme (au sens de haine des Juifs) d’Etat :

 «Qu’aucun Allemand ne soit au repos tant que ces parasites ne seront pas éliminés du sol allemand et exterminés», écrit-il en 1919. Son cher baron Max von Oppenheim, exempté des lois de Nuremberg, se fera l’entremetteur entre le mufti de Jérusalem et Hitler.

Mais avant de tenir ces propos haineux, Guillaume II filait une relation plus que cordiale avec les sionistes qui misaient sur le poids politique et militaire de l’Allemagne pour arriver à leurs fins.

A la lecture de l’article de Klaus Polkehn, je n’ai pu m’empêcher de me dire que les sionistes avaient un fonctionnement assez voisin de celui qu’on observe aujourd’hui dans les entreprises capitalistes, avec des services dédiés à un objectif commun mais qui sont à la fois en synergie et en concurrence entre eux, une concurrence exacerbée par la définition d’objectifs assignés pour chacun d’entre eux et leur conception comme prestataires et clients les uns des autres.

Enfin, ce n’est pas, comme on le voit dans l’article, le président du Conseil d’Administration qui exerce la réalité du pouvoir  mais bien plutôt celui ou ceux qui ont l’oreille de la puissance impérialiste et parviennent à exercer une influence significative sur elle.

A ma connaissance, cet article n’a jamais été traduit intégralement en langue française. C’est chose faite.

Le sionisme et l’Empereur Guillaume

Par Klaus Polkehn, Journal of Palestine Studies, Vol.4 N°2 (1975) traduit de l’anglais par Djazaïri

Dès l’époque de la publication de l’Etat Juif par Theodor Herzl en 1896, le mouvement sioniste a été conscient du fait que ses buts ne pourraient être atteints qu’avec l’aide d’une ou de plusieurs puissances impérialistes. C’est pourquoi l’histoire du sionisme des débuts – c’est-à-dire de l’année 1896 à 1917 – est marqué par des efforts inlassables pour s’attirer les faveurs des puissances impérialistes. De ce fait, les différences entre puissances impérialistes se reflétaient inévitablement dans les discussions à l’intérieur du mouvement sioniste et dans les contacts noués par les sionistes avec les nations de l’époque. Ainsi, la rivalité entre l’Allemagne et la Grande Bretagne qui devenait de plus en plus aigüe avant 1914 avait son pendant dans les altercations entre factions pro-allemandes et pro-britanniques au sein du mouvement sioniste.

Theodor Herzl avait approché le Sultan Ottoman pour obtenir son soutien – il fit de même avec von Plehven le ministre russe de l’intérieur dont la politique antisémite était tristement célèbre. Il avait aussi fait des efforts particulièrement vigoureux pour obtenir la faveur de l’impérialisme allemand. Mais comme ses efforts étaient restés infructueux, il se tourna vers la Grande Bretagne en 1900, créant dans la foulée, si on peut s’exprimer ainsi, la faction pro-britannique qui sera bientôt emmenée par Chaim Weizmann.

Les fondateurs du sionisme avaient la conviction de proposer aux puissances dont ils cherchaient à s’assurer le soutien, une contrepartie alléchante pour leurs visées sur la Palestine, en l’espèce un soutien à un mouvement sioniste en phase d’élaboration. Déjà en 1896, Herzl écrivait avec franchise dans l’Etat Juif :

«Si Sa majesté le Sultan nous donnait la Palestine, nous pourrions en retour prendre en charge l’ensemble des finances de la Turquie. Nous formerions là-bas un mur de défense pour l’Europe en Asie, un poste avancé de la civilisation contre la barbarie.» Herzl offrait ainsi sans détours le sionisme comme agent d’une politique coloniale-impériale. Il fit encore plus clair pendant le deuxième congrès sioniste – tenu à Bâle en 1898 – quand il déclara : «L’Asie est le problème diplomatique des prochaines décennies… nous pourrions en toute modestie rappeler que nous sionistes dont les gens aiment à discuter le caractère pratique de leurs vues, nous avons reconnu et annoncé comme l’évolution en cours des rivalités européennes [i.e., la lutte impérialiste pour le partage du monde] plusieurs années avant les autres.»

L’impérialisme allemand avait participé tardivement au partage colonial du monde. Des puissances comme l’Angleterre, la France et même la Belgique et le Portugal s’étaient adjugées depuis longtemps les meilleures parties de l’Afrique et de l’Asie. L’appétit [colonial] de l’Allemagne était alors particulièrement vorace. Parmi les régions qui avaient jusque là échappé au partage colonial se trouvaient les territoires d’un empire ottoman en déclin ; ces territoires comprenaient la Syrie, la Palestine et l’Irak. En 1888 déjà, la puissante Deutsche Bank avait obtenu une concession pour une voie ferrée en Turquie, et en 1880 le premier traité de commerce et d’amitié entre l’Empire Allemand et la Sublime Porte était signé, initiant un processus qui culminera en décembre 1899 avec la conclusion du fameux accord pour la construction du chemin de fer pour Bagdad. Cette poussée de l’impérialisme allemand au Proche Orient, les sionistes la voyaient comme une occasion à ne pas manquer.

Avant la première guerre mondiale, il y avait cependant une autre raison, certes moins importante, pour laquelle le mouvement sioniste était enclin à être pro-allemand. Theodor Herzl, qui travaillait à Vienne comme journaliste, appartenait au monde germanophone et c’est en Allemagne et en Autriche qu’il fit ses premiers émules. Vers la fin du 19ème siècle, environ 600 000 citoyens de confession juive vivaient en Allemagne. En comparaison des Juifs d’Europe orientale, les Juifs Allemands étaient plus fortement assimilés, mieux éduqués et occupaient souvent de plus hautes positions sociales. Ils n’étaient pas non plus sans être influencés par l’ambiance chauvine de leur environnement qui voyait l’Allemagne comme étant la plus grande puissance européenne. Ce chauvinisme affectait la façon dont ils concevaient leur propre rôle en tant que Juifs puisque les Juifs Allemands se sentaient investis pour être les leaders naturels des communautés juives. Kurt Blumenfeld, un des plus importants dirigeants sionistes à l’époque, a écrit à ce sujet dans ses mémoires :

« … avec l’oppression qu’ils [les Juifs] subissaient en Europe orientale – tout ce qui se trouvait au-delà de la frontière russe avait pour eux le parfum de la liberté.» A la même époque, les Juifs des classes sociales élevées aux Etats Unis étaient aussi originaires d’Allemagne et lui restaient attachés culturellement, de sorte que «les masses juives se sentaient alliées de l’Allemagne au moment du déclenchement de la première guerre mondiale.»

L’élan colonialiste allemand au Moyen orient s’exprima dans le premier voyage en Orient entrepris par l’Empereur Guillaume II. Du 13 octobre au 24 novembre 1898 (juste après le deuxième congrès sioniste), l’Empereur visita d’abord Constantinople avant de se rendre en Palestine et en Syrie. Aux yeux des sionistes, ce voyage dût apparaître comme une opportunité pour s’assurer le soutien de l’impérialisme allemand.

En 1914, l'empire Ottoman englobe le Hedjaz, l'Irak, la Syrie et la Palestine

En 1914, l’empire Ottoman englobe le Hedjaz, l’Irak, la Syrie et la Palestine

Theodor Herzl attachait beaucoup d’importance aux contacts directs avec aussi bien le Sultan Abdul Hamid II que l’Empereur Guillaume II. D’s avril 1897, pendant la guerre turco-grecque, les sionistes allemands collectaient des dons au profit du Croissant Rouge turc afin d’éveiller un intérêt chez les Turcs [pour le sionisme, NdT]. Le Dr M.I. Bodenheimer, le responsable sioniste [chargé de la collecte] confirmera ultérieurement dans ses mémoires que la collecte avait été avant tout organisée «afin de montrer au Sultan les précieux services que nous pouvions lui rendre.» Herzl avait institué une commission spéciale pour la collecte, et cette commission avait lancé un appel de circonstance aux clubs sionistes. Grâce aux dons, un groupe de médecins a pu être équipé de manière adaptée et envoyé dans la zone de guerre.

En août de la même année (1897), le premier congrès sioniste se tenait à Bâle. Immédiatement après la conclusion du congrès, Herzl réussit à obtenir une invitation du Grand Duc Friedrich von Baden, en son château de Schloss Mainau. Le Grand Duc, un membre de la parenté de l’Empereur, était avant tout intéressé pour en savoir plus sur le sionisme. Pendant la rencontre, Herzl dit avoir réussi à susciter l’enthousiasme du Grand Duc pour la cause sioniste.  En tout cas, le Grand Duc parla des idées sionistes à l’Empereur Guillaume II en octobre 1898, juste avant le voyage de ce dernier en Orient. David Wolffsohn, un banquier de Cologne (qui sera plus tard élu pour succéder à Theodor Herzl à la mort de ce dernier en 1904) a rapporté ainsi la conversation entre le Grand Duc et le Kaiser :

«Le kaiser a même dit qu’il était prêt à assumer des pouvoirs de protection [protectorat] sur le nouvel Etat. On a rapporté qu’il a exprimé le souhait de recevoir une délégation de représentants sionistes à Jérusalem de sorte à ce qu’il puisse les en informer.»

L'empereur Guillaume II

L’empereur Guillaume II

Ces échanges mirent les dirigeants sionistes d’excellente humeur. Ils voyaient l’objectif de leurs espoirs se rapprocher, et ils décidèrent que Herzl, Bodenheimer (en tant que représentant des sionistes allemands) et Wolfssohn devaient aller au Proche Orient. Herzl était empli d’enthousiasme.  A Berlin, il avait déjà négocié avec le chancelier Allemand, le prince Hohenlohe, et avec Bernard von Bülow, de sous-secrétaire du ministère des affaires étrangères, et il avait la conviction qu’un Etat juif en Palestine était à portée de main. Bodenheimer écrivait :

L’ambassadeur d’Allemagne en Turquie, le maréchal von Bieberstein est… en grande estime auprès du Sultan. Il semble que la difficulté consiste à trouver une modalité pour l’Etat [juif] qui puisse garantir l’autorité suprême du Sultan… Dans une communication adressée au comte Euleburg, l’ambassadeur d’Allemagne à Vienne, Herzl avait compilé tous les points de vue de sorte à inciter le Kaiser à prendre l’affaire en main… Le retour des Juifs en Palestine apporterait culture et ordre  dans ce coin délaissé de l’Orient. Au moyen du protectorat allemand, nous parviendrions à une situation gérée de manière méthodique. Dans sa lettre, le Grand Duc a, d’après nos informations, informé Herzl que le kaiser était plein d’enthousiasme pour la cause.

L’enthousiasme de Herzl était partagé par le mouvement sioniste. On croyait qu’un Etat juif en Palestine allié avec l’Empire Allemand était à portée. Le journal sioniste Die Welt écrivait le 28 octobre 1898 son enthousiasme pour «l’Allemagne d’Orient qui apporterait le renouveau du peuple de l’ancienne Palestine.»

Le séjour à Constantinople de la délégation sioniste avait cependant quelque peu sapé ce moral élevé. Herzl fut reçu à Constantinople par Guillaume II pour une audience qui dura une heure et demie. Herzl saisit cette occasion pour faire avancer ses idées mais il ne reçut qu’une réponse évasive selon laquelle le Kaiser informerait le Sultan du point de vue sioniste.

De Constantinople, la délégation sioniste prit la mer pour l’Egypte. D’Egypte, elle partit pour la Palestine afin d’y tenir la rencontre prévue avec le Kaiser. Pendant le voyage, Herzl chargea Bodenheimer de travailler à une exposition qui serait présentée au Kaiser. Bodenheimer s’exprimera plus tard ainsi à ce sujet :

Notre imagination était invitée à se donner libre cours pour cet évènement extraordinaire. Alors, selon la parole de Dieu dans la Bible, j’exigeais le territoire situé entre le fleuve d’Egypte le Nil, bien sûr] et l’Euphrate comme étant lé région pour la colonisation juive. Dans la phase de transition, le territoire serait divisé en districts qui passeraient sous administration juive dès qu’une majorité juive serait atteinte.

Cette présentation franche du concept de Grand Israël (qui reste aujourd’hui au programme de cercles d’extrême droite en Israël) n’avait pas, pour des raisons tactiques, obtenu l’approbation de Herzl. Ce dernier avait dit à Bodenheimer le « moment n’était pas encore venu pour mes [celles de Bodenheimer] grandes idées :

Il serait plus approprié pour le moment de créer une cellule germinale à partir de laquelle un Etat pourrait se développer de façon organique. Il avait à l’esprit une société foncière dans laquelle les droits souverains et les prérogatives royales seraient, dans une certaine mesure, préservés. Nous espérions que quand le Kaiser assumerait le pouvoir sur le protectorat, ces droits de montreraient en eux-mêmes si intéressants qu’une compagnie sous charte à l’exemple de celle de Rhodésie pourrait se fonder sur eux.

L'empereur Guillaume II à Jérusalem en 1898

L’empereur Guillaume II à Jérusalem en 1898

Après les amabilités de Guillaume II pour Herzl près de la colonie de Petah Tikva au cours d’une excursion touristique, l’Empereur, alors qu’il se trouvait à jaffa, reçut la délégation sioniste le 2 novembre 1898. Là encore, Herzl s’est exprimé, concluant ainsi son propos :

«Nous prévoyons la création d’une société foncière en Syrie et en Palestine, et nous considérons notre cause comme si bonne, et si bonne la participation de ceux qui sont les plus nobles, que nous sollicitons  de votre Majesté votre aide bienveillante pour cette œuvre.»

Mais la réponse de l’Empereur dût faire l’effet d’une douche froide : les sionistes pouvaient continuer leur travail parce qu’il y avait assez de place sur ce territoire pour tout le monde. A cette époque, la réalisation du projet sioniste ne  cadrait sans doute pas avec la problématique de l’impérialisme allemand. Le ministère allemand des affaires étrangères n’était pas intéressé par l’idée de provoquer ses alliés turcs en le mettant en difficulté par le soutien à l’établissement d’un Etat juif en Palestine. Aux yeux de la diplomatie allemande, les inconvénients étaient nettement supérieurs aux avantages d’une alliance ouverte avec les sionistes.

Le résultat infructueux de son voyage en Palestine amena Herzl à se poser la question de la direction que le mouvement sioniste devait désormais emprunter. Bodenheimer a écrit :

Malgré l’échec à Jérusalem, Herzl ne voulait pas abandonner l’idée d’un protectorat allemand. A l’époque déjà, Herzl formulait l’idée que pour nous la seule question était de savoir si nous serions sous un protectorat allemand ou sous protection britannique. Si le Kaiser avait penché pour notre cause, le mouvement aurait eu une orientation allemande. La question demandait une décision dans l’avenir proche.

Herzl lui-même arriva rapidement à une décision. En 1900, il déclara au 4ème congrès sioniste réuni à Londres, «La puissante Angleterre, la libre Angleterre, nous comprendra et comprendra nos aspirations. Avec l’Angleterre, comme point de départ, nous pouvons être certains que l’idée sioniste va grandir plus forte et s’élever plus haut que jamais auparavant.» mais les leaders sionistes Allemands n’avaient, quant à eux, pas abandonné leurs efforts pour devenir des alliés de l’impérialisme allemand. C’est aussi pour cette raison qu’ils s’étaient violemment opposés au dit «Plan Ouganda ». Le gouvernement britannique, sous l’effet de la propagande sioniste et en considération de l’utilité d’une alliance avec les sionistes, avait proposé qu’une région d’Afrique (la région du Kenya actuel) soit mise à la disposition de mouvement sioniste pour la colonisation. Tandis que Herzl plaidait pour l’acceptation de cette offre, de nombreux dirigeants sionistes y étaient opposés, notamment dans la faction «allemande» pour qui l’acceptation de l’offre anglaise sonnait le glas de sa relation avec l’impérialisme allemand.

C’est ainsi que, parmi les opposants les plus déterminés au projet ougandais lors du congrès sioniste de 1903, figurait le leader sioniste Allemand, le Dr Nossig. Le projet fut finalement abandonné.

Les dirigeants sionistes Allemand n’avaient pas relâché leurs efforts dans le but d’obtenir soutien et assurances de la part du gouvernement impérial allemand. Ainsi, Bodenheimer put rencontrer Freiherr von Richtoffen, sous-secrétaire au ministère allemand des affaires étrangères, et lui dit que « il était à coup sûr dans l’intérêt de l’Allemagne de faire des Juifs d’Europe orientale ses obligés. L’ouverture de l’Orient [le Proche Orient] pour les Juifs serait un moyen par lequel  un élément capable de parler allemand pourrait être siphonné hors de Russie et de Pologne dans cette direction.

(Ce faisant, Bodenheimer se servait d’un argument qui sera plus tard adopté avec enthousiasme par les tenants d’une politique allemande d’annexion au Proche orient.) Dans sa réponse, Freiherr von Richtoffen avait recommandé, quoique de manière évasive, que les sionistes se tournent vers la Norddeutesche Zeitung (qui était considéré comme l’organe officieux du ministère des affaires étrangères) pour faire connaître leur point de vue à l’opinion.

En 1902, Bodenheimer soumit une nouvelle fois un mémorandum au ministère des affaires étrangères. Il a écrit à ce sujet : «Je faisais allusion, entre autres choses, à l’avantage économique que retirerait l’Empire Allemand des colonies sionistes. La proximité de la langue parlée par les Juifs de l’Est [ i.e. d’Europe orientale qui parlaient le Yiddish, la langue allemande de l’époque médiévale avec un apport de vocabulaire hébraïque et polonais] faciliterait l’établissement de relations commerciales et culturelles. En outre, l’influence morale [qui en résultera pour l’Allemagne] sur la communauté juive et le poids des Juifs dans le monde de la finance ne devraient pas être sous-estimés.

Fait assez intéressant, on retrouvera la même idée dans un rapport du vice-consulat d’Allemagne à Jaffa daté du 29 février 1912. On peut lire :

Dans la mesure où la langue allemande est connue des Juifs, même si beaucoup d’entre eux ne la parlent que dans une forme corrompue, il existe entre eux et l’Allemagne des liens qui sont susceptibles de se renforcer encore… il y a aujourd’hui environ 100 000 Juifs dans ce pays, dont 70 000 Askenazis [= Allemands], c’est-à-dire qui appartiennent au monde germanophone. Il y a là quelque chose d’intéressant, pas seulement pour ces colons Allemands en Palestine, mais aussi pour les milieux de l’industrie et du commerce en Allemagne.

Ce courant de pensée se renforça avec le déclenchement de la première guerre mondiale. Les idéologues de la politique impérialiste allemande au Moyen Orient saluèrent cette option avec enthousiasme. Hans Rohde, un des avocats de la stratégie du chemin de fer jusqu’à Bagdad, écrivit au sujet de l’immigration sioniste « que l’idée fondamentale – la création d’un nouvel Israël en Terre Sainte – avait trouvé une concrétisation extraordinaire…

Nous, Allemands, avons toutes les raisons d’être fiers de cet accomplissement. Non seulement a-t-il été créé par des moyens et des forces allemands pour l’essentiel, mais c’est par-dessus tout la culture et la langue allemandes qui sont actuellement représentées et cultivées dans de vaste cercles en Orient.» Rohde reliait ce fait à l’exigence que «en échange, nous, qui avons jusqu’à présent extrêmement mal jugé l’errance des Juifs d’Europe orientale, lui accordant peu d’attention, devrions les aider à trouver une nouvelle patrie là-bas. De la sorte, nous pourrions marquer trois points d’un seul coup : nous rendrions service en même temps aux intérêts allemands, turcs et juifs.»

De cette manière, les intérêts de l’impérialisme allemand et ceux des dirigeants sionistes coïncidaient à nouveau car à l’époque, les sionistes Allemands étaient de loyaux sujets Allemands de l’Empereur. Cet aspect avait bien été mis en évidence en 1913 quand il y eu des disputes à l’intérieur du mouvement sioniste autour de la langue d’enseignement pour les élèves de l’école technique juive de Haïfa. «Hilfsverein der deutschen Juden, » qui subventionnait l’école plaidait pour l’allemand. La raison en était peut-être, selon Chaim Weizmann qui exigeait l’usage de l’hébreu, « en partie le renforcement de l’influence allemande au Moyen Orient ».

Très en colère, Weizmann écrivait :

«les Allemands se sont servis de Hilfsverein der deutschen Juden avec son réseau d’écoles comme instrument de leurs intrigues au Proche Orient… l’Angleterre restait nettement en arrière dans l’ensemble de la compétition.» (Un compromis sera trouvé quand les deux langues seront reconnues à égalité).

Le soutien inconditionnel que les sionistes Allemands apportaient à la politique impérialiste allemande avait été aussi mis en relief en mai 1914, quand les délégués à la conférence de «l’Union Sioniste pour l’Allemagne, » réunis à Leipzig avaient rendu hommage à l’Empereur Guillaume II.»

Le déclenchement de la première guerre mondiale vit donc les sionistes Allemands se tenir majoritairement aux côtés du chauvinisme allemand, tandis que l’Union des Citoyens Allemands de Confession Juive (non sioniste) déclarait : »Chaque Juif doit aujourd’hui faire son devoir.» La situation dans les cercles sionistes se présentait de la manière suivante en août 1914 :

«Saisis par la fièvre guerrière générale, les Juifs de l’Empire allemand (ainsi que leurs dirigeants sionistes) passaient par une sorte d’euphorie.» La participation des dirigeants sionistes à la déferlante générale du chauvinisme allemand ne signifiait cependant absolument pas qu’ils avaient mis de côté leurs objectifs propres. Au contraire, ils étaient tout aussi euphoriques pour leurs projets sionistes. Le Dr Arthur Hantke, le responsable sioniste, déclarait quelques jours après le début de la guerre, lors d’une réunion tenue à Berlin en présence des dirigeants sionistes : «L’action sioniste doit de poursuivre comme si rien ne s’était passé.»

Mais quelque chose s’était passé ; une guerre impérialiste avait éclaté et les sionistes, quel que soit le camp pour lequel ils voulaient prendre parti, y voyaient une chance d’échanger leur soutien contre une promesse sur la Palestine. Pour les sionistes Allemand, le déclenchement des hostilités entre les empires russe et allemand présentait des aspects particulièrement intéressants. L’importante population juive des régions d’Europe orientale pour lesquelles on se battait – des régions que l’impérialisme allemand voulait annexer –n’éprouvait guère de sympathie pour l’Empire Russe et sa politique de pogroms. Bodenheimer écrivait :

«En conséquence, je pensais que la révolution imminente à l’est de l’Europe pouvait être utilisée en faveur d’une nouvelle orientation politique pour les Juifs Polonais et Russes.»

Bodenheimer et les autres dirigeants sionistes étaient d’opinion que l’organisation sioniste devrait se fixer la tâche d’obtenir des Juifs Polonais et Russes qu’ils coopèrent avec les troupes allemandes  dans leur progression. En échange, le gouvernement allemand soutiendrait les plans concernant la Palestine. Cette attitude correspondait par ailleurs à l’idée très répandue chez eux que les sionistes Allemands étaient appelés à assumer la direction des Juifs d’Europe orientale. Le responsable sioniste Blumenfeld écrivait à ce propos : « Les Juifs Russes et Polonais doivent être dirigés par nous. »  Puis, il ajoutait : «Le mouvement sioniste n’est une organisation démocratique qu’au sens statutaire.

En réalité, la minorité qui est constituée de sionistes Occidentaux devrait imprimer sa marque sur le mouvement.» Cette attitude était une variante sioniste du fameux slogan chauvin allemand : «Le monde sera organisé par le génie allemand.»

Les dirigeants sionistes, Bodenheimer, Friedmann et Motzkin s’étaient eux-mêmes réunis depuis le déclenchement de la guerre mondiale dans le but de concrétiser la collaboration sioniste-impérialiste. Suite à des contacts pris avec le ministère allemand des affaires étrangères, ce dernier avait créé un département appelé «Abteilung für Jüdische Fragen» (Division des Affaires Juives).

D’origine russe, Nahum Goldmann, qui deviendra plus tard président du Congrès Juif Mondial, vivait alors en Allemagne, et il rejoignit le service ministériel de la propagande à l’instigation du Dr Ernst Jaeckh.  Ce service deviendra un département permanent du ministère des affaires étrangères sous la direction du professeur Moritz Soberheim. Goldmann était, de par sa fonction officielle dans ce département, en contact constant avec les dirigeants sionistes, le Dr Arthur Hantke et Kurt Blumenfeld puisque, écrit-il dans ses mémoires, «J’essayais, dans le cadre de mon activité, de m’occuper moi-même de la question de Palestine.»

Dans le même temps, la direction sioniste berlinoise avait déjà noué des contacts avec un comité formé par le grand patron Mannesmann (qui avait acquis une importance particulière du fait de ses intérêts en Afrique du Nord et dans le monde arabe). Mannesman avait travaillé sur un projet d’appel en direction des Juifs Polonais. Bodenheimer, Friedemann et Motzkin avaient cependant recommandé aux sionistes de rompre les contacts avec le comité Mannesman de sorte à concentrer tous les efforts sur les personnes qui leur semblaient en position d’autorité.

Ils travaillèrent sur leur propre projet [d’appel] que Motzkin traduisit ensuite en yiddish avant de le soumettre à Herr von Bergen, conseiller aux questions polonaises au ministère des affaires étrangères. Ce projet deviendra par la suite la base d’un appel qui sera publié par l’état-major allemand.

A ce moment, les plus importants responsables sionistes avaient établi un Comité pour la Libération des Juifs Russes dont le président était le directeur de banque Franz Oppenheimer et dont l’adjoint était Bodenheimer. Le Dr Arthur Hantke avait été désigné pour assurer la liaison entre le comité et l’exécutif sioniste. Le comité s’était lui-même installé à Behrenstrasse à Berlin où il se mit rapidement au travail. A côté du soutien apporté aux plans d’annexion en Europe orientale de l’impérialisme allemand, et des démarches pour obtenir l’approbation du projet pour la Palestine ; les relations avec l’Organisation Sioniste Mondiale devaient être maintenues malgré la situation de guerre. Le siège de la direction sioniste était établi à Berlin depuis 1911.

Mais pour la durée de la première guerre mondiale, un bureau de liaison sioniste avait été installé à Copenhague, la capitale du Danemark, un pays neutre, afin de maintenir le contact entre les sionistes des deux côtés du front. Les autorités allemandes avaient rapidement reconnu l’intérêt d’utiliser les connexions internationales du mouvement sioniste. Bodenheimer écrivait : «Les relations avec le ministère des affaires étrangères avait permis d’obtenir certains avantages pour les sionistes. J’avais ainsi pu fournir des passeports pour Copenhague à certains responsables du bureau central sioniste… Ca m’avait aussi donné la possibilité de faire rentrer en Palestine le Dr Mossinsohn, directeur de l’école secondaire hébraïque de Tel Aviv.

 Les personnages importants de l’Empire Allemand accordaient ce genre de faveurs aux sionistes parce qu’ils pensaient avoir la possibilité d’en retirer des gains politiques à l’international. De nombreux Juifs avaient émigré aux Etats Unis et il y avait l’espoir qu’ils puissent avoir une influence considérable sur la politique américaine. Déjà, au début de la guerre, l’état-major impérial avait envisagé d’envoyer une ‘Mission d’Erudits Juifs’ aux Etats Unis avec l’intention d’informer les Juifs Américains sur l’Allemagne.» Mais comme ce projet ne s’était pas matérialisé, la Marine Impériale l’avait repris en main. Bodenheimer rapporte :

qu’à l’instigation de von Meyrowitz, qui était un agent de Nord-Deutsch Lloyd, la marine Impériale voulait envoyer un homme digne de confiance en Amérique du Nord pour faire en sorte que les Juifs qui vivent là-bas soient bien disposés à l’égard des puissances de l’Axe. Dans la mesure où cela correspondait à nos intentions, nous avions immédiatement contacté le Dr Jaeckh de la Marine Impériale pour nous arranger avec lui pour l’envoi deux de nos hommes de confiance en Amérique du Nord. Les dépenses de cette délégation étaient assumées par la marine Impériale…

Cette entreprise sioniste, mais avant tout  de pure propagande pro-allemande avait coûté à la marine Impériale pas moins de 20 000 marks or.

Une partie de la direction sioniste allemande se sentit cependant appelée à restreindre ses activités pro-allemandes, après la prise de position du « Comité Supérieur d’Action » des sionistes à Copenhague contre le travail des sionistes dans le Comité pour la Libération des Juifs Russes. Le Comité Supérieur d’Action avait exigé une stricte neutralité, du fait en particulier que le décision en faveur soit de l’Allemagne, soit de l’Angleterre qu’avait exigée Herzl n’avait pas encore été prise à ce stade. Un rappel semblable à rester neutre avait aussi été adressé à des dirigeants sionistes actifs en Angleterre (Chaim Weizmann et Jabotinsky). Dans cet ordre d’idées, il faut mentionner un débat de même nature entre dirigeants sionistes qui se tint été 1913 à Paris, et qui fut aussi sans conséquences. Max Nordau, l’ami de Herzl et un des leaders du sionisme, avait recommandé de se tourner vers l’Angleterre, tandis que Bodenheimer avait plaidé une politique pro-allemande. Finalement, Nordau avait conclu que l’Angleterre «ne permettrait jamais à l’Empire Allemand de mettre un pied en Asie mineure car ce serait une menace pour la route vers l’Inde.»

Beaucoup de sionistes militants ne se sentaient cependant pas liés par la pétition de neutralité de Copenhague. En Angleterre, Chaim Weizmann travaillait étroitement avec le gouvernement britannique et rendait de bons services dans la production d’armement dans l’espoir de recevoir une promesse pour la Palestine.

En Egypte, pendant l’hiver 1915, Josef Trumpeldor organisait le premier contingent militaire juif de l’armée britannique – le « Zion Mule Corps» qui servira pendant l’offensive britannique sur les Dardanelles. En 1916, Vladimir Jabotinsky entamait des démarches à Londres pour mettre en place une Légion Juive, tandis qu’en Palestine même, les dirigeants du mouvement sioniste étaient parvenus, au début de la première guerre mondiale, à « un accord avec le gouvernement turc pour lever une Légion Juive afin de protéger le pays. Deux représentants de ces cercles – Yitzhal Ben-Zviqui sera plus tard président d’Israël] et David Ben Gourion [qui sera par la suite premier ministre pendant de longues années] avaient proposé en novembre 1914 au commandant en chef turc la mise en place d’une légion de volontaires Juifs avec une clause stipulant que cette légion resterait dans le pays [en Palestine] pendant la durée de la guerre, et serait réservée à la défense de sa population en cas d’attaque. La proposition avait été acceptée par le conseil militaire.»

Le paragraphe parlant de «défense en cas d’attaque» ne pouvait concerner que la marche de troupes britanniques en Palestine. Cependant, comme les autorités turques annulèrent par la suite leur consentement et prirent des mesures contre les fondateurs de la légion alors qu’elle s’était déjà déployée sur des positions, Ben-Zvi et Ben Gourion s’enfuirent en Amérique où ils plaidèrent à nouveau pour la formation d’une Légion Juive, mais cette fois pour combattre avec l’Angleterre contre les Turcs !

Jamal Pacha

Jamal Pacha (à droite sur la banquette arrière) et le général allemand Erich von Falkenheyn en Palestine en 1917

En réponse à la formation de la Légion Juive en Angleterre, Jamal pacha, le commandant en chef Turc pour la Syrie et Palestine, édicta un ordre d’évacuation des colons Juifs établis en Palestine. Un développement qui amena une fois de plus les sionistes Allemands à se mobiliser pour protéger les colonies sionistes en Palestine.

«Le seul moyen d’empêcher une catastrophe,” écrivait Nahum Goldmann, «consistait en une intervention forte de l’Allemagne.» Les tentatives officieuses faites par les cercles allemands de Constantinople restaient sans suite… «jusqu’à ce que finalement l’empereur Guillaume lui-même fut persuadé d’essayer d’obtenir l’annulation de l’ordre [de Jamal Pacha]. Ce qui fut d’un grand secours.»

Beaucoup de dirigeants sionistes Allemands ne se sentaient pas tenus à la neutralité. Cependant, la hiérarchie militaire allemande était maintenant beaucoup moins intéressée par la Palestine que par le front russe. Bodenheimer et plusieurs autres sionistes se rendirent sur le front oriental où ils furent reçus au quartier général du front est par le général Ludendorff et aussi ensuite par le maréchal von Hindenburg. Evoquant cette rencontre, Bodenheimer écrivait que Ludendorff

…avait montré un vif intérêt pour notre entreprise. Il avait salué notre intention d’informer la population juive de la situation politique et de la perspective d’une amélioration de leur condition en cas de victoire des puissances de l’Axe. Nous lui avions proposé d’envoyer nos hommes de confiance dans les territoires occupés afin de faciliter la compréhension entre l’armée et les Juifs [et, faut-il souligner, de diffuser la propagande sioniste auprès des Juifs d’Europe orientale.]

Cette collaboration entre les dirigeants sionistes et Ludendorff avait quand même un élément piquant. A la fin de l’automne 1914, Ludendorff avait déjà, en qualité commandant des armées impériales en Europe orientale, émis un appel en langue yiddish «à mes chers Juifs en Pologne.» Dans cet appel, il promettait que les armées allemandes leur apporteraient la liberté.

Ludendorff avait froidement calculé les effets de cette proclamation. En premier lieu, il cherchait à introduire la division dans la population des territoires occupés, notamment en relevant le statut des Juifs, de sorte à faciliter l’imposition de la politique d’oppression des autorités militaires allemandes. En outre, il entretenait l’espoir que la langue yiddish serait au service de la politique allemande d’occupation.

Pourtant Ludendorff, ce partenaire des sionistes Allemands (selon la volonté de l’aumônier Juif de l’armée allemande, le rabbin Rosensack, son nom avait été donné à une cantine juive populaire deKowno), était également un des antisémites Allemands les plus notoires. Il avait été des premiers amis et émules d’Adolf Hitler et il avait participé activement au putsch d’Hitler à Munich en novembre 1923. Ludendorff, dont les pseudo-théories antisémites feront partie intégrante du fascisme allemand, écrivait quatre ans après la fin de la première guerre mondiale des absurdités de ce genre : «Les hauts dirigeants du peuple juif ont travaillé main dans la main avec la France et l’Angleterre. Ils voyaient la guerre à venir [celle de 14-18] comme l moyen qui leur permettrait d’atteindre leurs objectifs politiques et économiques… à cette fin, le peuple juif avait besoin de la défaite de l’Allemagne.»

Les échecs des troupes allemandes sur le front de l’est, n’avaient cependant pas permis aux assistants sionistes de Ludendorff d’obtenir des succès dignes de ce nom. Entre temps, le gouvernement allemand avait refusé de s’engager avec les sionistes sur la Palestine.

Par contraste, les sionistes qui activaient en Angleterre avaient eu plus de réussite. Le 1er novembre 1917, la déclaration Balfour était publiée et l’orientation du mouvement sioniste était dorénavant décidée. L’homme derrière la déclaration était Chaim Weizmann qui avait fondé ses choix pro-britanniques avec des arguments semblables aux propositions que Herzl avait faites à Guillaume II et aux sionistes Allemands.

Nous pouvons raisonnablement dire que si la Palestine passait dans la sphère d’influence britannique, et si la Grande Bretagne encourageait la colonisation juive là-bas, nous pourrions avoir d’ici vingt à trente ans un million de Juifs sur place ; ils développeraient le pays, le ramèneraient à la civilisation et seraient un poste de garde très efficace pour le canal de Suez.

La déclaration Balfour embarrassait les sionistes Allemands aussi bien que le gouvernement allemand. Weizmann déclarera plus tard :

D’un autre côté, le gouvernement allemand était profondément affecté par le parti que pouvait en retirer le gouvernement britannique. Il interpella tous nos représentants en Allemagne pour essayer de leur explique que le gouvernement allemand aurait fini par faire la même chose, mais qu’il n’avait pu [encore] le faire à cause de son alliance avec la Turquie qui l’obligeait à avancer lentement sur ce dossier.

Le 5 janvier 1918, le ministère allemand des affaires étrangères transmettait au professeur Otto Warburg et au Dr Arthur Hantke, des membres de la direction sioniste qui siégeaient à Berlin, une note explicative où on lisait :

«En ce qui concerne l’entreprise de la communauté juive et des sionistes en particulier, nous saluons… particulièrement l’intention du gouvernement impérial ottoman de promouvoir le développement d’une colonie juive en Palestine par la garantie de la liberté d’émigration et de colonisation dans la limite des capacités d’absorption du pays. Le gouvernement impérial ottoman, qui a toujours fait preuve d’une attitude amicale à l’égard des Juifs, leur accorde une autonomie régionale et le libre développement de leur culture en accord avec les lois du pays.»

Cette déclaration n’était qu’une manière d’essayer de se tirer d’embarras et restait bien en deçà de la Déclaration Balfour. Sur le front de Gaza, les troupes turques et les contingents allemands battaient en retraite et le rêve allemand d’exercer une emprise impériale en Orient disparaissait. Il n’y eut pas de réaction visible de la part des sionistes allemands à la déclaration du ministère allemand des affaires étrangères. Il était loin le temps où les sionistes faisaient des déclarations de ce genre : «Je comprends le sionisme comme étant avant tout in des grands mouvements européens d’expansion… Nous voyons l’avenir de l’empire turc comme allant avec le destin futur de l’Allemagne.»

Une des conséquences de la défaite de l’impérialisme allemand dans le première guerre mondiale fut la perte d’influence de la faction pro-allemande du mouvement sioniste au profit des éléments pro-britanniques. En 1920,le rassemblement qui s’était tenu après la conférence sioniste annuelle à Londres avec les interventions de Lord Balfour, de Weizmann, de Lord Rothschild et de Max Nordau, avait été une cause de dépit pour Bodenheimer qui écrivait : «Même en cette occasion, les sionistes Allemands avaient été exclus. Sinon, il aurait été de bon ton de donner la parole au professeur Warburg qui était le président de l’Organisation Sioniste Mondiale.» Bdenheimer ajoutait ces quelques mots :

«Nordau avait souligné dans son discours l’importance politique et militaire de l’Etat juif pour la sécurité du canal de Suez.»

Judith Butler et le Musée Antijuif de Berlin

16 septembre 2012

Dans le cadre du cycle de formation sur la hasbara (pédagogie du mensonge sioniste), j’ai traduit ce papier du Jerusalem Post qui se veut une dénonciation de l’accueil fait par le musée juif de Berlin à Judith Butler, une intellectuelle américaine connue qui ne cache pas ses positions en faveur du Boycott, des Sanctions et du Désinvestissement(BDS) contre le régime sioniste.

Judith Butler

On comprend d’ailleurs incidemment que Judith Butler est juive puisque le recours à des personnalités juives antisionistes nous est présenté comme un des procédés auquel a recours le nouvel antisémitisme, particulièrement en Allemagne.

Il en va de même pour les prix décernés à des intellectuels Juifs hostiles au sionisme…

De fait, il existe une conscience de plus en plus aigüe dans l’entité sioniste du fait que des citoyens du monde, ainsi que des intellectuels, toujours plus nombreux considèrent leur Etat comme se comportant de manière anormale.

Ce phénomène est pour l’instant compensé par un renforcement de l’emprise sur les élites politiques, le problème étant qu’elle est de plus en plus voyante parce qu’après le dîner du CRIF, il reste quelques taches indélébiles sur la chemise de certains. Et que certains en ont peut-être assez de faire la guerre pour l’Etat juif et d’avoir par sa faute un pétrole à 100 dollars le baril en ce moment.

Réfléchissez seulement aux noms des intellectuels qui soutiennent l’entité sioniste et vous observerez qu’ils représentent le plus souvent ce qu’il y a de plus médiocre. En France, nous avons Bernard-Botul-Henri Lévy, Alain Finkelkraut (moins mauvais philosophe que le premier, il fait un bon professeur de classe de terminale ou de premier cycle universitaire), beaucoup de gens de la tribu en réalité, puis toute une cohorte d’éditorialistes qui craignent d’être virés de leur canard ou du petit écran. La preuve en étant précisément le sort de ceux qui ont osé dire quelques vérités : licenciés, interdits de télévision, de salles de conférences ou de salles de spectacles.

En fait cet article du Jerusalem Post est proprement délirant et on y lit même une volonté d’obtenir le limogeage de Michael Blumenthal, le directeur américain qui aurait transformé ce musée juif en musée antijuif.

Et il recourt à un certain nombre de procédés en usage chez la clique sioniste : le chantage à l’antisémitisme, la menace, les citations tronquées ou carrément inventées, le travestissement des faits historiques dans le cas ici de la question du boycott des commerces juifs par l’Allemagne nazie.

Le Musée Juif de Berlin accueille une manifestation qui appelle au boycott d’Israël

Par benjamin Weinthal, Jerusalem Post 16 septembre 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’institution juive reçoit Judith Butler, qui renouvelle son soutien au mouvement BDS; un auditoire de 700 personnes acclame l’appel au boycott.

Berlin – Le Musée Juif de Berlin, dont la renommée est internationale, a accueilli une table ronde de discussion ce samedi avec l’universitaire américaine Judith Butler qui a renouvelé ses appels à boycotter Israël. Il semble que ce soit la première manifestation anti-israélienne à se tenir dans le musée juif depuis son ouverture en 2001 avec pour mission de faire connaître l’histoire bimillénaire des Juifs en Allemagne. Au moins 700 personnes participaient à l’évènement.

La décision de ce musée financé par le contribuable allemand de lui donner une tribune dans la capitale, qui a servi à l’époque nazie comme rampe de lancement d’un mouvement de boycott contre les entreprises judéo-allemandes, a suscité des froncements de sourcils par rapport au management du musée par sa direction.

Dans un courriel samedi au Jerusalem Post, le professeur Gerald Steinberg, qui est à la tête d’ONG Monitor à Jérusalem [une officine qui surveille les ONG], a qualifié l’institution culturelle de «Musée Antijuif de Berlin.»

Le musée antijuif de Berlin

Butler, une professeure d’analyse du discours et de littérature comparée à l’université de Californie, Berkeley, a déclaré devant le public massé dans la cour du musée qu’elle accepte une «version du boycott» contre Israël, et a souligné que le mouvement pour le Boycott, les Sanctions et le Désinvestissement (BDS) est une «résistance non violente» contre Israël. Elle a soutenu que ‘’1 000 organisations juives’’ étaient d’accord avec elle.

L’auditoire en majorité allemand a souvent applaudi Butler à tout rompre pendant les deux heures qu’a duré la table ronde intitulée ‘’Le sionisme appartient-il au judaïsme ?’’ Le panel de discussion avec Butler avait suscité la controverse avant sa tenue samedi, ce qui avait amené le modérateur prévu, Jacques Schuster, un journaliste du quotidien Die Welt à annuler sa participation à la manifestation parce qu’une ‘’discussion équilibrée’’ avec Butler n’est pas possible et que ses opinions sur Israël sont plus que ‘’farfelues.’’

La ville de Francfort s’est retrouvée plongée dans trois semaines de dispute par rapport à la décision des services culturels de la ville de rendre hommage à Butler le 11 septembre avec le prestigieux prix Theodor Adorno pour l’excellence dans le domaine des humanités.

Steinberg, dont l’organisation sert d’observatoire des organisations anti-israéliennes publiques ou privées, a écrit au Post que ‘’l’attribution du prix Adorno à Judith Butler est une mascarade du point de vue moral, et la décision du Musée Juif de Berlin de l’accueillir est une grossière insulte de plus faite au peuple Juif.’’

Il a ajouté : ‘’Butler épouse des causes comme la campagne BDS, effaçant ainsi le terrorisme de masse (‘sa version de la non violence’) et, comme le Hamas et le Hezbollah, vise explicitement à détruire Israël.’’ Cette plateforme [BDS] incarne l’antithèse de tous les principes des droits de l’homme adoptés à l’ombre de l’holocauste.’’

Dans un courriel au Post, Cilly Kugelmann, la directrice du Musée, écrit ‘’Nous nous définissons… comme un forum de discussion et de débat sur des thèmes historiques et pertinents [par rapport à l’objet du musée].’’ Elle écrit que le musée considère que sa mission est de traiter de la ‘’vie juive au pays et à l’étranger, ainsi que des  relations entre juifs et non juifs.’’

Interrogée par le Post sur le soutien apporté par Butler aux boycotts contre Israël et ses propos ostensiblement amicaux à l’égard du Hezbollah et du Hamas, Kugelmann a ajouté que ‘’dans notre équipe il y a diverses attitudes et positions.’’ Elle a refusé de répondre à des appels téléphoniques et à d’autres requêtes par courriel sur la question de savoir que les membres de l’équipe du musée partageaient les points de vue pro-BDS de Butler ainsi sue ses descriptions du Hezbollah et du Hamas comme des organisations progressistes de gauche.

Katharina Schmidt-Narischkin, porte-parole du Musée Juif, a déclaré vendredi au Post que le public n’était pas autorisé à poser des questions à Butler sur le Hamas et le Hezbollah. Elle a écrit au Post samedi qu’il n’y aurait pas de ‘’questions du public.’’ Le musée a cependant recueilli par écrit les questions du public à la fin de la table ronde et les a triées avant soumission.

Butler avait suscité de vives critiques en Allemagne, en Israël et aux Etats Unis à cause de ses propos lors d’une manifestation “Teach-in Against War où elle affirmait que ‘’Comprendre le Hamas/Hezbollah en tant que mouvement sociaux qui sont progressistes, qui sont à gauche, qui font partie de la gauche dans son ensemble est extrêmement important.’’ Dans un courriel adressé au Post en août, elle avait nuancé ses assertions et dit que sa description ne signifiait pas qu’elle approuve le Hamas et le Hezbollah et elle rejette les mouvements violents.’’ ‘’Je n’ai jamais pris position sur l’une ou l’autre organisation,’’ écrivait Butler. Elle a refusé de répondre aux demandes du Post pour connaître son point de vue exact sur les deux organisations islamiques radicales.’’

Dans une lettre au Post, Michael Blumenthal, l’Américain qui supervise la direction exécutive du musée, écrit que ‘’le musée ne prend pas position sur des questions politiques, que ce soit en Allemagne, en Israël ou ailleurs.’’ Il ajoute que ‘’nous pensons qu’une discussion honnête et équilibrée des sujets qui ont trait à notre mission sont importants et dans l’intérêt du public. Le Musée Juif de Berlin fait cependant clairement et sans équivoque savoir que les opinions exprimées par les orateurs sont les leurs – et seulement les leurs.’’

Steinberg a répondu que ‘’les tentatives de Blumenthal pour justifier ce genre de comportement sur la base du débat équilibré et démocratique et de la liberté d’expression est aussi creuse moralement que la défense de Butler. Tant que Blumenthal restera en poste, cette institution sera connue comme le musée antijuif de Berlin.’’

Blumenthal observait dans da lettre que la présence du Dr. Micha Brumlik dans la discussion faisait contrepoids à Butler. Pendant le panel de discussion, Brumlik, un professeur juif libéral de pédagogie, a plaidé contre les actions BDS contre Israël, mais il a été dépassé et n’a pas été pris au sérieux par une audience largement acquise à Butler.

Une universitaire juive allemande présente à la manifestation a exprimé sa consternation quant au cours de la discussion au musée. Elle a déclaré au Post que ‘’l’antisionisme est énorme en Allemagne’’ et que le contexte historique et politique est différent en Allemagne.

Des esprits critiques en Allemagne soutiennent depuis longtemps que les organisations et les politiciens non juifs décernent souvent des prix à des juifs antisionistes et anti-Israël pour exprimer leurs préjugés contre l’Etat juif et éviter de la sorte d’être accusés d’antisémitisme ou de préjugé.

Phyllis Chesler, professeure émérite de psychologie et d’études féminines à la City University de New York, a écrit par courriel au Post que «ce que les comités de Berkeley et du prix Adorno retiennent sont ses prises de positions antisionistes très visibles et publiques qui, en cette phase de l’histoire, constituent une partie de l’objet du « nouvel antisémitisme.’

Chesler, qui a écrit sur les professeurs anti-Israël, a ajouté que les universitaires comme Butler « sont récompensés pour leurs opinions politiques – qui sont la réalité de leur œuvre.’’

L’accord de la municipalité – Etat de Hambourg avec la communauté musulmane

18 août 2012

Curieusement, ce fait qui a été signalé par plusieurs médias, comme La Croix dont je reproduis ci-dessous l’article, ou Le Monde et 20 Minutes, n’a guère été commenté. C’est pourtant un évènement important.

D’autant que l’accord dont il est question ne se limite pas aux jours fériés comme le laissent entendre certains titres puisqu’il inclut par exemple l’enseignement religieux dans les écoles publiques. Les dispositions pour les jours fériés ressemblent d’ailleurs à celles qui existent en France.

En soi, cet accord marque une étape importante pour la reconnaissance de la religion musulmane en Allemagne à l’instar d’autres religions comme le catholicisme, le protestantisme et le judaïsme.

Il a aussi l’intérêt de nous rappeler que la laïcité à la française est plus l’exception que la règle en Europe et que 1) l’absence de laïcité n’est pas incompatible avec la construction d’un Etat moderne où les libertés publiques sont respectées, 2) la laïcité n’est pas la seule voie permettant de garantir la liberté de conscience et 3) le vivre ensemble est possible sans laïcité.

Surtout la laïcité telle qu’elle est conçue depuis quelques années !

Mais attention, ma petite voix ne plaide pas pour un abandon de la laïcité en France. Je souhaite simplement rappeler que la laïcité dans l’Hexagone est intimement liée à l’histoire particulière de la nation française et au foyer de contestation des institutions républicaines qu’a longtemps représentée l’église catholique.

La ville de Hambourg signe un accord avec sa communauté musulmane

La Croix, 16 août 2012

Trois associations musulmanes, ainsi que la communauté alévie, ont signé avec le maire de Hambourg un accord portant sur les fêtes religieuses, les cours de religion dans les écoles, les lieux de culte et les rituels funéraires.

L’accord doit encore être ratifié par le Parlement de Hambourg, ville-Etat du Nord de l’Allemagne, mais il est déjà présenté par la presse allemande comme un «signal positif» dans la reconnaissance concrète de l’islam dans le pays.

À l’issue de cinq ans de négociations, mardi 14 août 2012, le maire de Hambourg, Olaf Scholz, a signé avec les représentants de la communauté musulmane et la communauté alévi deux accords  concernant les fêtes religieuses, l’éducation religieuse, la construction de lieux de culte et de sépulture. La question du statut juridique des associations signataires a également été abordée, mais les associations musulmanes ne pourront se voir accorder le statut de « corporations de droit public » accordé de longue date aux Églises catholique et protestante et leur permettant de percevoir l’impôt ecclésiastique.

Trois associations musulmanes ont signé – le DITIB (regroupant la communauté turque), la Choura (Association des communautés musulmanes de Hambourg) et l’Association des centres culturels islamiques (VIKZ), ainsi que la communauté alévi, religion issue de l’islam et très présente en Turquie. «La Ville avait déjà signé des contrats avec les communautés protestantes et l’Église catholique (2005) et la communauté juive (2007)» , rappelle-t-elle dans son communiqué.

LES FÊTES MUSULMANES ET ALÉVIS RECONNUES

«Alors que les dispositions de l’accord confirment largement les droits et obligations des parties découlant de la constitution et de la loi, il entraîne tout de même un changement juridique : les fêtes musulmanes et alévies les plus importantes acquièrent le même statut que les fêtes religieuses chrétiennes» , précise le texte. Ce jour-là, les salariés souhaitant ne pas travailler pourront poser un jour de vacances ou récupérer plus tard.

Cité par le Spiegel  , Aydan Özoguz, responsable du centre gauche Parti social-démocrate et député fédéral de Hambourg, a reconnu qu’«il y a une grande différence pour un travailleur musulman entre dire à son patron ‘‘je prends des vacances” , et pouvoir être plus direct et dire “ceci est mon jour de fête religieuse, et je tiens à le célébrer, donc je vais prendre un congé et faire le travail plus tard”» .

Le changement concerne surtout l’enseignement. L’instruction religieuse à l’école a une position particulière en Allemagne : elle est placée sous le contrôle de l’État, mais son contenu relève de la responsabilité des Églises. Alors que jusqu’à présent, l’Église protestante de Hambourg était responsable de l’enseignement religieux dans les écoles publiques, le dispositif prévoit, pendant cinq ans, «un développement de l’enseignement islamique et alévi avec l’objectif d’une participation égale» . Ce qui suppose «l’utilisation de professeurs de religion musulmane et alévi» .

UN « PROGRÈS EN MATIÈRE D’INTÉGRATION »

Le maire de Hambourg a salué le succès des négociations qualifiant ces accords de «progrès politique en matière d’intégration» et de «signal d’une volonté de coopération» . «Nous reconnaissons la présence de l’islam et de l’alévisme comme faisant partie de la société» , écrit-il. «Bien que de nombreuses dispositions ne fassent que répéter la loi applicable, nous voulons confirmer à ces deux communautés leurs droits et obligations dans notre société. Car c’est un signal clair, qui marque le début d’une collaboration, pas sa fin. Ces accords devront faire leurs preuves, nous y travaillerons ensemble» .

Le Parlement de la ville doit encore se prononcer sur les textes, précise le communiqué. «S’ils sont validés, ils entreront en vigueur à l’automne» .

ANNE-BENEDICTE HOFFNER

Leila Jabarin, musulmane née en 1942 à Auschwitz

19 avril 2012

C’est curieux, mais c’est une dépêche de l’Agence France presse, reproduite sur le site anglophone de la chaîne télévisée française France 24, mais il est impossible de la trouver en langue… française.

Alors je vous propose cette histoire édifiante de cette musulmane qui se trouve être aussi une rescapée du camp de concentration d’Auschwitz où elle est née.

Cette personne n’est pas une politicienne, c’est juste quelqu’un d’ordinaire qui a vécu des choses pas ordinaires.

On peut juste s’interroger sur le fait qu’elle ait conservé des souvenirs aussi vifs d’un endroit où elle a vécu « seulement » jusqu’à l’âge de trois ou quatre ans !

Une survivante de l’Holocauste trouve refuge en tant que musulmane en Israël

AFP – France 24, 18/04/2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Leila Jabarin a caché son secret à ses enfants et petits enfants Musulmans pendant plus d’une cinquantaine d’années – le fait qu’elle était une suvivante juive de l’holocauste née dans le camp de concentration d’Auschwitz.

Si sa famille savait qu’elle était une Juive convertie, aucun de ses membres ne connaissait sont passé douloureux.

C’est seulement la semaine dernière que Leila Jabarin, née Helen Brashatsky, s’est finalement décidée à leur parler de l’histoire de sa naissance à Auschwitz, le symbole le plus connu de l’action génocidaire contre les Juifs Européens menée pendant la guerre par l’Allemagne nazie.

Dans un entretien accordé à l’AFP à l’occasion de la Journée du mémorial de l’Holocauste qui commence mercredi soir, Mme Jabarin, qui a maintenant 70 ans, rit quand elle parle de la façon dont on doit la désigner.

Son prénom musulman est Leila, mais dans la ville arabe du nord d’Israël où elle a vécu ces 52 dernières années, la plupart des gens l’appellent Oum Raja, la «mère de Raja» en arabe, depuis la naissance de son premier fils.

Comme beaucoup d’enfants Juifs, elle a aussi un nom hébreu – Leah – mais elle préfère qu’on l’appelle Hélène.

Elle avait six ans quand elle est venue vivre dans la Palestine mandataire avec ses parents, à peine quelques mois avant la proclamation de l’Etat d’Israël en mai 1948.

Malgré la guerre qui avait éclaté dès le départ des Britanniques, c’était bien loin de la cruelle réalité qu’avait connue sa famille à Auschwitz, explique Mme Jabarin qui est vêtue d’un hidjab et d’une longue robe, mais dont la peau claire et les yeux bleus trahissent son origine européenne de l’est.

Sa mère, qui était de Hongrie, et son père, d’origine russe, vivaient en Yougoslavie quand ils ont été expédiés à Auschwitz avec leurs deux jeunes fils en 1941.

Quand ils ont été emmenés à Auschwitz, ma mère était enceinte de moi et quand elle a accouché, le médecin chrétien à Auschwitz m’a cachée dans des serviettes de bain,» dit-elle, expliquant comment le médecin a caché la famille pendant trois ans au sous-sol de sa maison à l’intérieur du camp.

Sa mère travaillait comme dame de ménage au domicile du médecin tandis que son père était le jardinière.

“Ils revenaient le soir pour dormir au sous-sol et ma mère nous racontait comment les Nazis tuaient les enfants, mais que ce docteur nous avait sauvés,” dit-elle, se souvenant comment sa mère les nourrissait de pain dur trempé dans de l’eau chaude salée.

“Je me rappelle encore les pyjamas à rayures noires et blanches et je me rappelle encore et les terribles brutalités dans le camp. Si j’avais assez de santé, j’y serais retournée pour le revoir [le camp], mais j’ai déjà eu quatre attaques cardiaques.

“C’est effrayant et très très difficile de se remémorer ce lieu où tant de gens ont souffert,” reconnaît-elle en s’exprimant dans un mélange d’hébreu et d’arabe avec un accent.

Elle parle aussi le hongrois, un peu le yiddish et le russe.

La famille avait finalement été libérée en même temps que le camp en 1945 et était partie pour la Palestine mandataire trois ans plus tard.

Au début, les nouveaux immigrants avaient été mis dans des camps à Atlit, à envirion 20 kilomètres au sud de Haïfa, mais deux ans plus tard, ils étaient allés plus au sud à Holon, puis à Ramat Gan, près de Tel Aviv.

Dix ans après, alors qu’elle avait 17 ans, Helen Brashatsky s’enfuyait avec un jeune homme Arabe nommé Ahmed Jabarin et ils s’installaient à Oum al-Fahm, ce qui fut la cause d’une énorme coupure avec sa famille.

Leila Jabarin et son mari Ahmed

“Elle s’est enfuie avec moi et elle avait 17 ans quand nous nous sommes mariés,” dit son mari. « Les autorités israéliennes venaient à Oum al-Fahm et la ramenaient à sa famille à Ramat Gan, puis elle revenait directement ici.»

Au début, ses parents ont refusé de lui parler pendant deux ans mais ils se sont réconciliés par la suite.

En fin de compte, c’est sa mère qui lui a suggéré de se convertir à l’Islam quand leur fils aîné ayant atteint l’âge de 18 ans avait été appelé pour faire son service militaire

“Ma mère m’avait conseillé de ne pas envoyer mon fils au service militaire parce que s’il l’vait fait, ma fille aurait aussi dû le faire.

“Elle disait que je devrais me convertir pour éviter à ma fille de server dans l’armée parce que des Musulmans ne laisseraient pas une fille loin de la maison dans un camp militaire.”

Alors elle s’est convertie.

Mais elle n’avait jamais raconté à sa famille l’intégralité de son histoire.

“J’ai caché ma douleur et la vérité pendant 52 ans à mes 8 enfants et 31 petits enfants. J’ai caché le fait que je suis née à Auschwitz et ce que ce passé douloureux signifie.

“J’attendais seulement le bon moment pour le leur dire”

Ce moment est arrive il y a plusieurs jours quand un homme est venu au nom des services sociaux et lui a parlé de son passé, à peine quelques jours avant les cérémonies annuelles du souvenir de l’holocauste.

“A chaque Journée du Mémorial de l’Holocauste, je pleure toute seule. Il n’y a pas de mots pour décrire la douleur que j’éprouve. Comment des enfants peuvent-ils manger du pain dur trempé dans de l’eau ? Si ça arrivait à mes enfants, je ne sais pas ce que je deviendrais.»

Cette révélation a été un choc énorme pour sa famille – mais elle a répondu à beaucoup de questions, reconnaît son fils de 33 ans, Nader Jabarin.

“Maman pleurait pendant le Journée du Mémorial de l’Holocauste et elle regardait toutes les cérémonies à la télévision israélienne. Nous n’avions jamais compris pourquoi. Nous sortions tous pour la laisser seule à la maison, » a-t-il dit à l’AFP.

Mais le fait de raconter son secret si longtemps gardé a été une cause de soulagement aussi bien pour elle que pour sa famille, a-t-il dit.

« Nous la comprenons un peu plus maintenant. »

Le sionisme, l’Iran, l’antisémitisme au regard de l’humanisme réel de Günter Grass

11 avril 2012

J’aime bien Jerry Haber: c’est un sioniste qui s’efforce d’être humain. Une véritable gageure ! Signe qui ne trompe pas, il est un des rares commentateurs à s’intéresser aux victimes civiles et au désastre écologique que causeraient des bombardements sionistes contre des sites nucléaires iraniens (tous vos journalistes s’en tamponnent et ne s’intéressent qu’à l’ampleur des dégâts occasionnés par une riposte éventuelle de l’Iran).

Mais il faut dire que Jerry Haber arrive si bien à être humain qu’à mon avis il n’est pas réellement sioniste. Sa référence politique et morale est Judah Magnes, c’est tout dire.

Après le papier de Tariq Ali, celui de Jerry Haber me donne à nouveau l’occasion de faire le point sur les réactions insensées qui ont accueilli le poème de Günter Grass dans la communauté sioniste internationale et leurs nombreuses groupies chez les politiciens Occidentaux.

Jerry Haber aborde le cas de Jeffrey Goldberg, commentateur sioniste très en vue aux Etats Unis, et accessoirement ancien gardien de prison pour le compte de l’Etat juif.

Une lecture serrée du texte de l’écrivain Allemand et un démontage rigoureux d’une argumentation qui, si elle est portée par un des sionistes les plus médiatiques des USA, n’en reste pas moins un acte de propagande correspondant aux canons habituels de la propagande sioniste : partiel, mensonger et bourré de présupposés et de préjugés.

Goldberg glisse sur Grass  [jeu de mot avec le patronyme Grass qui signifie herbe]

Par Jerry Haber, The Magnes Zionist (Sionistan) 10 avril 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le poème de Gunter Grass, Ce qui doit être dit, a été défendu et attaqué à travers le monde. Le poème proteste contre la vente par l’Allemagne à Israël d’un sous-marin apte à l’emport de charges atomiques ; il appelle à un contrôle international des programmes nucléaires iranien et israélien par une autorité acceptée par les deux gouvernements ; et, quoique rédigé par un écrivain Allemand, il refuse de rester silencieux sur la puissance nucléaire israélienne, en dépit des crimes commis dans le passé par l’Allemagne contre le peuple juif (et l’humanité). Grass s’exprime en tant qu’Allemand qui ne veut pas être indirectement responsable d’une catastrophe horrible mais veut au contraire, ainsi qu’il le dit, apporter une aide aux Israéliens, aux palestiniens et à d’autres populations de la région – « et en définitive également à nous-mêmes. Cette partie du poème de Grass, la principale, est éminemment raisonnable. Seul un esprit tordu pourrait la considérer comme antisémite ou même antisioniste.

Le poème emploie cependant un vocabulaire qui est choquant aussi bien pour les Iraniens que pour les Israéliens. Il qualifie le président Iranien de grande gueule qui tient son peuple sous sa coupe et l’oblige à faire ses louanges. Il impute aux dirigeants israéliens la prétention d’avoir le droit de réaliser la première frappe qui pourrait éliminer» ou «annihiler» le peuple iranien en se servant des sous-marins vendus par l’Allemagne. Ces deux affirmations relèvent plus de l’exagération et de la grandiloquence des salons (et des blogs) que d’un cri du cœur  [en français dans le texte] sérieux. Elles rabaissent le poète et permettent au poème d’être facilement rejeté par les esprits partisans.

Mais supposons que Grass ait été plus précis dans sa description des conséquences d’une attaque israélienne? Supposons que, au lieu d’écrire « une frappe pour éliminer le peuple iranien » il eut écrit «une frappe qui pourrait tuer ou mutiler des centaines de milliers de personnes ?»

Selon le Center for the Strategic and International Studies, , un bombardement du réacteur de la central nucléaire de Bushehr “causerait  à lui seul la mort instantanée de milliers de personnes qui vivent dans ou a proximité du site, et aurait pour conséquence des milliers de morts par cancer voire même de centaines de milliers de personnes en fonction de la densité de population des zones situées sur l’axe de contamination.»

La critique d’Israël sur ce point ne serait non seulement pas antisémite; elle pourrait même  être avancée par des qui sont «sensibles au  dilemme israélien. » Ou comme le dit Jeffrey Goldberg pour Bloomberg :

La moralité d’une frappe [préventive par Israël], qui pourrait provoquer des pertes iraniennes substantielles, serait mise en question même par ceux qui ont de la sympathie pour le dilemme d’Israël.

Goldberg est stupéfait par la ligne fixée au poème par Grass et considère que le texte est antisémite. Mais si le poème de Grass avait parlé de l’évaluation plus « modeste » des pertes à la possibilité de centaines de milliers de victimes, plutôt que de l’annihilation possible du peuple iranien, Goldberg aurait-il abandonné l’accusation d’antisémitisme ? Dans un post où il accuse Grass d’antisémitisme, Goldberg explique qu’Israël « envisage de cibler entre six et huit sites nucléaires iraniens » pour effectuer des bombardements conventionnels,», ce qui est peut être exact, quoique un général Américain en retraite pense autrement. Il y a, c’est certain, une différence claire entre le bombardement nucléaire de sites conventionnels, et le bombardement conventionnel de sites nucléaires. Mais ce qu’ils ont en commun, c’est de pouvoir infliger des « pertes iraniennes substantielles, » pour reprendre la phrase de Goldberg. Alors pourquoi Grass est-il antisémite quand il critique en termes moraux les conséquences d’une attaque israélienne, tandis que Goldberg ne l’est pas ?

Si je comprends Goldberg correctement, il y a deux différences entre la position de Grass vis-à-vis de la critique morale d’Israël et la sienne. Premièrement, Grass est un Allemand et un ancien membre de la SS. Alors il doit la fermer – sauf peut-être s’il démontre qu’il est un de ces allemands «sensibles au dilemme d’Israël.»

Deuxièmement, Goldberg interprète mal Grass en lui faisant dire qu’Israël veut annihiler les Iraniens. Ce n’est nulle part écrit ou sous-entendu fans le poème de Grass. Il dit en fait qu’Israël veut avoir droit à une frappe le premier à titre préventif qui pourrait anéantir le peuple iranien. Quelle est la différence entre les deux ? Eh bien, c’est la différence entre dire qu’Israël a attaqué Gaza avec l’opération « Plomb Durci » d’une manière qui pouvait (et a réellement tué) tuer 1400 Palestiniens et dire qu’Israël voulait tuer 1400 habitants de Gaza.

Pourquoi Goldberg lit-il Grass de la sorte? Il écrit :

Pour vous laisser aller à croire qu’Israël veut massacrer 74 millions d’Iraniens, il faut vous auto-suggérer que les dirigeants de l’Etat juif surpassent Hitler en intentions génocidaires.

Goldberg lit Grass comme si ce dernier accusait Israël de dépasser les criminelles «intentions génocidaires » d’Hitler – une lecture qui est intéressante par ce qu’elle nous dit de la propre tournure d’esprit de Goldberg, mais est encore plus intéressante par ce qu’elle nous dit ce que certains partisans d’Israël pensent au sujet des critiques qui portent sur la puissance militaire israélienne, pour reprendre un des propos heureux de Goldberg. Qu’est-ce qui pourrait être plus antisémite que d’accuser Israël d’être plus génocidaire qu’Hitler ? Après tout, appeler à un embargo sur Israël revient à sous-entendre qu’on ne peut pas avoir confiance dans les Israéliens pour agir de façon responsable dans l’usage de l’arme atomique, ou dans le bombardement d’installations nucléaires iraniennes. Cela revient à rabaisser les Israéliens pour les amener au même niveau, voire plus bas, que le régime islamiste iranien. C’est affirmer qu’en matière d’armes nucléaires, on ne peut pas faire plus confiance aux Israéliens qu’aux Iraniens parce que nous les soupçonnons d’intentions génocidaires.

Goldberg écrit:

Sur les menaces par l’Iran de détruire l’Etat juif – qui a été bâti sur les cendres de l’holocauste allemand – le silence de Grass est révélateur.

 Si par “bâti sur les ruines de l’holocauste allemand,” Goldberg se réfère au passage de Benny Morris selon lequel certains soldats Juifs en Palestine, récemment sortis des camps de concentration, considéraient les Arabes qu’ils avaient en face d’eux comme si c’étaient des soldats Nazis, c’est effectivement bien vu.

Mais qu’on me permette de relever qu’un seul pays, Israël, en a menacé un autre de le frapper en premier.

Le président d’un seul pays, Shimon Peres, a implicitement menacé d’une frappe militaire qui pourrait rayer l’autre pays de la face de l’histoire.

Le président Ahmadinejad, comme Khroutchev et Reagan, peut être critiqué pour sa rhétorique incendiaire. Mais pas pour des menaces d’attaquer le premier.

Et n’oublions pas qu’Israël avait menacé l’Iran d’une attaque préventive en 2003, avant l’élection à la présidence d’Ahmadinejad.

Peut-être M. Goldberg nous donnera-t-il un lien [internet] cers les menaces iraniennes d’action militaire iranienne pour détruire l’Etat juif en l’attaquant le premier. Sur ce point, son silence est éloquent.

 (Coups de chapeau à Marsha B. Cohen dont le post indispensable sur le coût humain d’une attaque israélienne sur les sites nucléaires iraniens devrait être lu par quiconque s’intéresse à l’Iran, à Israël – ou à l’humanité).

Günter Grass, l’Iran et l’exceptionnalisme du génocide nazi

11 avril 2012

Je vais vous proposer deux articles sur le récent poème publié par Günter Grass et qui continue à susciter beaucoup d’émotion dans la planète sioniste et chez ses partisans indécrottables. 

Voilà-t-y pas que l’écrivain se voit taxé d’antisémite et qu’on a suggéré à l’académie suédoise de retirer à Günter Grass son prix Nobel de littérature (par contre le criminel Shimon Peres peut garder celui de la paix !).

Je vous livre ici le premier article qui est dû à Tariq Ali et qui se veut une charge sans appel contre ceux qui posent le dogme du caractère unique de ce qu’ont subi les Juifs pendant la seconde guerre mondiale.

En effet, Tariq Ali ne conteste absolument rien sur l’ampleur des crimes commis contre les Juifs, puisqu’il se réfère même à Raul Hilberg, c’est dire !

Il pose simplement deux choses.

La première, c’est que non, tous les Allemands ne sont pas coupables des crimes du nazisme et que non, ils ne doivent pas endosser une culpabilité pour l’éternité.

La deuxième, exemples à l’appui, c’est que le crime commis par l’Allemagne nazie n’est unique que par ses méthodes, mais ni dans son idéologie, ni dans son ampleur 

Les attaques ignobles contre Günter Grass

par Tariq Ali, Counterpunch (USA) 10 avril 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’écrivain Allemand Günter Grass Le Tambour] avait déjà prévu la réaction à son poème publié dans SüdDeutsche Zeitung. On n’a aucune raison d’être surpris, mais on a toute raison d’être dégoûté. En Allemagne, aussi bien les élites qu’une partie de la population semble avoir accepté la thèse honteuse de Goldhagen selon laquelle tous les Allemands ont été coupables des crimes du IIIème Reich. Cette thèse va aujourd’hui encore plus loin : tous les Allemands sont coupables pour l’éternité des crimes du IIIème Reich. 

Derrière cette façon de penser, on trouve l’argument sioniste et prosioniste selon lequel le crime contre les Juifs Européens était unique dans les annales de l’histoire. C’était vrai en ce qui concerne les méthodes d’extermination, mais pas sous les autres aspects. Les Belges ont massacré les Congolais en plus grand nombre : plus de dix millions selon l’historien Adam Hochschild. Le massacre des Arméniens pendant la première guerre mondiale avait été systématique et on pourrait poursuivre en évoquant l’atomisation d’Hiroshima et de Nagasaki, mais comparer un massacre ou un génocide à un autre est un exercice futile. Raul Hilberg, le plus grande autorité historique sur le judéocide était irrité par les usages qui étaient fait de ce crime à l’époque actuelle.

Certains membres du gouvernement d’extrême droite, Lieberman [Joe Lieberman, politicien américain démocrate ou républicain au gré des intérêts de Sion] en particulier, qui dirigent israël aujourd’hui ont utilisé une rhétorique proto-fasciste contre les Arabes Palestiniens. N’avons-nous pas le droit de le souligner ?

Que le gouvernement israélien ait poussé l’administration Bush à entrer en guerre contre l’Irak est un secret de Polichinelle. Tout comme la déclaration de l’ambassadeur Israélien aux Etats Unis le lendemain de la chute de Bagdad : ‘Ne vous arrêtez pas. Allez jusqu’à Damas et Téhéran.’ N’avons-nous pas le droit de le critiquer ? prendre pour cibles et tuer de jeuns palestiniens à Gaza et ailleurs, c’est très bien, pas vrai ?

Günter Grass a été très modéré dans ses critiques. Il s’est concentré sur le bellicisme israélien par rapport à l’Iran. Il aurait pu en dire beaucoup plus. Le fait qu’il faille, en France ou en Allemagne, du courage politique pour dire  seulement ce qu’il a dit  donne une triste image de la culture politique dans ces deux pays. En ce qui concerne les attaques contre Grass pour ses activités à l’époque de la guerre Grass portait l’uniforme de la Waffen SS], elles sont en dessous de tout. Les Israéliens avaient été enchantés quand l’ancien premier ministre Italien Gianfranco Fini, dont le parti est l’héritier direct de Mussolini, était venu en Israël et avait fait l’éloge du mur de séparation]. Le passé de son parti lui avait été pardonné. Parce que le passé n’importe que quand la personne critique Israël. Les anciens nazis qui occupèrent diverses responsabilités dans le république Fédérale d’après-guerre et qui avaient plaidé pour des réparations et soutenu Israël, on ne les a jamais critiqués non plus.

Les citoyens Allemands devraient m éditer ce qui suit : ce ne sont pas les palestiniens qui furent responsables de la mort de millions de Juifs pendant la seconde guerre mondiale. Les Palestiniens sont pourtant devenus les victimes indirectes du judéocide. Ceux à qui on a fait du mal, font à leur tour du mal à d’autres.

Alors pourquoi aucune sympathie pour les Palestiniens ?

Objectif atteint pour le poème de Günter Grass

8 avril 2012

L’écrivain Allemand Günter Grass vient de publier sous forme de poème un texte qui veut alerter l’opinion de son pays sur la menace que fait peser l’arsenal nucléaire sioniste sur la paix mondiale.

Bien sûr, les partisans du régime sioniste n’ont pas tardé à pourfendre aussi bien le texte que l’homme en rappelant que le prix Nobel de littérature avait un sombre passé nazi.

Effectivement, comme beaucoup d’Allemands de sa génération, le Pape Benoît XVI par exemple, il a servi dans l’armée nazie, la Waffen-SS plus précisément.

Il convient cependant de rappeler que Günter Grass avait 17 ans en 1944…

Les autorités sionistes viennent de le déclarer persona non grata dans l’Etat voyou où on s’est empressé de le taxer d’antisémite.

M. Grass, nous dit-on aurait été unanimement cloué au pilori dans son propre pays.

Certes, il a été cloué au pilori par cette classe politique qui prétend lier indissolublement le destin de l’Allemagne à l’entité sioniste pour prix des crimes commis dans la première moitié du 20ème siècle.

Au point de prétendre dissuader le gouvernement sioniste de lancer une agression en lui offrant à prix réduit un 6ème sous-marin Dolphin capable d’emporter des missiles balistiques (plus intelligent, plus bête disait mon père).

Pourtant Günter Grass n’a fait qu’interpeller l’opinion de son pays sur la menace que fait peser l’entité sioniste sur la paix mondiale. Une menace qui est d’ailleurs claironnée par les responsables sionistes eux-mêmes qui n’ont de cesse d’annoncer leur volonté de bombarder l’Iran, si possible avec l’accord des Etats Unis, ou mieux leur participation.

"Ce qui doit être dit", le poème de Günter Grass qui lui a valu la réaction haineuse du lobby sioniste

« Ce qui doit être dit », le poème de Günter Grass qui lui a valu la réaction haineuse du lobby sioniste

Et les commentateurs Occidentaux ne se préoccupent que de la riposte éventuelle de l’Iran contre le régime sioniste, sans se préoccuper des victimes et des destructions infligées à l’Iran, sans parler de la catastrophe écologique entraînée par le bombardement d’installations atomiques.

Reste que contrairement à ce qui a été dit, Gunter Grass n’a pas été cloué au pilori dans son pays puisque nous pouvons lire que

Plusieurs manifestations pour la paix se rangent derrière Gunter Grass

ou

Nombreux soutiens à Günter Grass

Günter Grass voulait simplement lancer un débat sur la menace sur la paix que pose le gouvernement sioniste et son objectif a semble-t-il été atteint si on en juge par les soutiens qu’il a recueillis ou encore par cet édito paru dans le Spiegel, sous la plume de Jakob Augstein.

On notera bien que l’auteur de l’édito ne se départit pas d’une attitude prosioniste et hostile à l’Iran puisqu’il met dos à dos les deux pays dans le chantage à la guerre dans le contexte d’une course à l’armement atomique. Ce faisant il s’expose d’ailleurs à une charge pour antisémitisme car comment oser mettre dos à dos l’Etat juif et l’Iran ?

Or, c’est bel et bien le régime sioniste qui menace l’Iran d’une agression, et non l’inverse. C’est le régime sioniste qui dispose déjà de l’arme atomique et des vecteurs pour l’utiliser. Enfin, c’est l’Iran et non le régime sioniste qui fait l’objet de sanctions unilatérales destinées à asphyxier son économie.

Mais quand on en vient à l’Iran et au régime sioniste, comme dans l’inconscient freudien la contradiction n’existe pas.

Par exemple, Jakob Augstein écrit que

Israël, un pays qui a été entouré d’ennemis depuis des dizaines d’années, beaucoup d’entre eux considérant qu’Israël n’a pas le droit d’exister – quelles que soient ses options politiques.

Pourtant, si on examine les pays qui sont à proximité de l’Etat sioniste, nous en voyons deux (l’Egypte et la Jordanie) qui sont liés par traité avec lui ; Chypre qui fait partie de l’Union Européenne et est de ce fait tout sauf ennemie de l’Etat sioniste, et la Turquie qui a longtemps été le seul pays musulman à reconnaître l’Etat juif. Restent deux pays en état de conflictualité armée avec Tel Aviv : le Liban et la Syrie, aucun des deux ne représentant une menace réelle. On peut ajouter l’Arabie Saoudite qui est plutôt une alliée objective du gouvernement sioniste.

Alors où Jakon Augstein trouve-t-il ce « beaucoup » ? Mystère !

Un point de vue sur Günter Grass

Pourquoi nous avons besoin d’un débat ouvert sur Israël

Un commentaire de Jakob Augstein, Der Spiegel (Allemagne) 6 avril 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Israël est-elle une menace pour la paix mondiale? L’écrivain Allemand Günter Grass a été taxé d’antisémite cette semaine pour l’avoir affirmé dans un nouveau poème. Mais si ces vers n’auront peut-être pas de prix littéraire, Grass a donné le coup d’envoi d’un débat important –  et attendu depuis longtemps. Et il a raison.

Ce n’est pas un grand poème. Ce n’est pas non plus une brillante analyse politique. Mais les quelques lignes que Grass a publiées sous le titre « Ce qui doit être dit » seront vues un jour comme ses mots qui auront eu la plus forte influence. Ils marquent une rupture. C’est cette simple phrase que nous ne pourrons pas ignorer à l’avenir : «La puissance nucléaire d’Israël met en danger une paix mondiale déjà fragile.»

C’est cette phrase qui a déclenché un tollé. Parce qu’elle est vraie. Parce que c’est un Allemand, un prix Nobel qui l’a dite. Parce que c’est Günter Grass qui l’a dite. Et c’est là que réside la rupture du tabou. Et c’est pour cela qu’il faudrait remercier Grass. Il a pris sur lui de dire ces mots pour nous tous. Un dialogue très tardif a commencé.

C’est une discussion sur Israël et sur l’éventualité de préparatifs d’Israël pour une guerre contre l’Iran, un pays dont le président Mahmoud Ahmadinejad a menacé Israël dont il parle comme d’un «cancer» qui doit être «rayé de la carte.» Israël, un pays qui a été entouré d’ennemis depuis des dizaines d’années, beaucoup d’entre eux considérant qu’Israël n’a pas le droit d’exister – quelles que soient ses options politiques.

C’est une guerre qui pourrait précipiter le monde dans l’abîme. Quand un Allemand parle de ce genre de choses, l’Allemagne doit participer à la discussion avec sa responsabilité historique.

Ce genre de débat suit un modèle préétabli. Grass savait qu’il serait taxé d’antisémite – un risque pris par n’importe quel Allemand qui critique Israël. De fait, Mathias Döpfner – le responsable de la maison d’adition Axel Springer, la société mère de Bild, le plus grand journal quotidien du pays – a accusé Grass « d’antisémitisme politiquement correct » dans un éditorial paru jeudi. Döpfner, un homme qui se targue d’être le gardien des relations israélo-allemandes, suggérait aussi que Grass devrait être envoyé dans un centre de réhabilitation historique tout en lançant quelques piques sur la participation longtemps tenue secrète de Grass à la Waffen-SS. Oui, Grass dait faire face également à ce genre d’accusation.

Grass est un réaliste

Mais Grass n’est ni un antisémite, ni un zombie de l’histoire allemande. Grass est un réaliste. Il dénonce le fait que les installations nucléaires israéliennes « ne soient pas accessibles à des inspections.» Il objecte à la politique allemande en matière d’exportations d’armes avec la livraison à Israël d’un autre sous-marin capable de lancer des missiles nucléaires. » Et il rejette d’un ton las « l’hypocrisie de l’Occident,» qui – il ne le dit pas explicitement – a été le principe directeur de nos politiques au Moyen Orient, de l’Algérie à l’Afghanistan.

Grass écrit aussi des absurdités. Il poursuit en expliquant pourquoi il s’est tu si longtemps et pourquoi il ne gardera plus le silence maintenant – « âgé et avec mes dernières gouttes d’encre » – et qu’il veut libérer les autres du sentiment de devoir rester silencieux. Cette partie n’est pas très bien formulée. Il avertit aussi du risque d’annihilation du peuple iranien, ce qui n’est certainement pas prévu dans l’agenda politique israélien. Le teste aurai pu être mieux protégé contre la critique. Mais il atteint néanmoins son objectif.

Après tout, quelqu’un nous a enfin tirés de derrière l’ombre des paroles prononcées par la chancelière Angela Merkel lors d’une visite à Jérusalem en 2008. A l’époque, elle avait dit que la sécurité d’Israël relevait de la raison d’Etat pour l’Allemagne. Pour éviter tout malentendu, avait-elle ajouté, « C’est une réalité, et non des paroles qui resteraient vaines si venaient des temps difficiles.»

Helmut Schmidt, chancelier Allemand de 1974 à 1982, avait dit qu’avoir un sentiment de responsabilité pour la sécurité d’Israël est « compréhensible émotionnellement » mais est une conception  téméraire qui pourrait avoir des conséquences graves.». Si une guerre éclatait entre Israël et l’Iran, poursuivait-il, « alors, selon cette conception, les soldats Allemands devraient combattre également.» Depuis cette époque, Israël a considéré l’Allemagne comme étant le seul pays, avec les Etats Unis, sur lequel elle peut compter.

Le monde retient son souffle

Actuellement, avec le soutien des Etats Unis dont les présidents doivent s’assurer du soutien des organisations du lobby juif en période électorale ainsi qu’avec celui d’une Allemagne où la repentance historique a pris une dimension militaire, le gouvernement Netanyahou tient en haleine le monde entier. « L’Israël de Netanyahou a dicté l’ordre du jour au reste du monde comme aucun petit Etat n’a jamais pu le faire auparavant, » écrit le journal israélien Haaretz. Des cours du pétrole au terrorisme, le monde a de nombreuses raisons de craindre une guerre entre Israël et l’Iran.

Personne ne prétend que l’Iran dispose déjà d’une bombe atomique. Personne ne sait si l’Iran travaille vraiment à une telle bombe. Au contraire, les responsables des services secrets américains pensent que l’Iran a stoppé son programme de développement d’armes atomiques en 2003.

Ces éléments n’intéressent cependant pas les Israéliens. Pour eux, la question n’est plus d’empêcher les Iraniens d’obtenir la bombe atomique. Il s’agit maintenant d’empêcher – et plus d’être en mesure d’empêcher – les Iraniens d’être en capacité de produire une telle bombe. Ils ne veulent pas s’embarrasser du problème qu’ont eu les USA avec l’Irak. Les Américains continuaient à penser qu’ils devaient donner la preuve que leur adversaire disposait d’armes de destruction massive. Mais ces preuves n’avaient pas pu être trouvées en Irak – pas plus que de telles armes. Alors, les Américains avaient simplement fabriqué les preuves dont ils avaient besoin.

Israël a lancé un ultimatum au monde. Elle ne veut pas fournir de preuves que l’Iran possède une bombe. Elle ne veut pas non plus apporter de preuves que l’Iran serait en train de construire une bombe. La position d’Israël est simple : elle ne veut pas que l’Iran atteigne la «zone d’immunité.»

En conséquence, Israël menace de lancer une attaque avant que les Iraniens soient en mesure d’enterrer leurs installations atomiques si profondément sous la roche que même les bombes anti-bunkers les plus puissantes ne pourraient plus les atteindre.

Il est temps de faire pression sur Israël

Israël et l’Iran jouent une partie de poker que tous les deux peuvent gagner tant qu’il n’y a pas de guerre. La presse tabloïd qualifie Ahmadinejad de «cinglé de Téhéran.» Mais il n’est pas fou. Il veut rester au pouvoir et a réprimé l’opposition dans son pays dans ce but. Le sang avait coulé il y a trois ans quand il avait écrasé des manifestations contre son pouvoir, mettant en prison de nombreux opposants dans la foulée.

Ahmadinejad laisse intentionnellement le monde dans le flou sur ses intentions pour le nucléaire. Il profite de son ambigüité stratégique tout comme les Israéliens profitent de leurs menaces de guerre. Les deux pays s’aident l’un l’autre à étendre leur influence bien au-delà de ce que leurs dimensions méritent réellement.

De façon perverse, ils se retrouvent en état de dépendance mutuelle. Et les choses auraient pu rester leur problème propre s’ils n’avaient pas pris le monde entier en otage. Comme l’écrit Grass, le temps est venu d’exiger « un contrôle permanent et sans entraves du potentiel nucléaire d’Israël et des installations nucléaires de l’Iran par une entité internationale qui aurait l’approbation des gouvernements des deux pays » .

En ce moment, l’Iran éprouve la pression des sanctions. Mais le temps est venu d’exercer certaines pressions sur Israël aussi. Remarquez que celui qui dit ce genre de chose n’est pas en train d’essayer « de relativiser la culpabilité des Allemands en transformant les Juifs en fautifs» comme l’affirme Mathias Döpfner. Nous ne parlons pas ici d’histoire de l’Allemagne. Nous parlons du monde. Et nous parlons du temps présent.

Après la république des mollahs, la république des pasteurs?

21 février 2012

Le chef de l’Etat allemand, Christian Wulff, vient de démissionner parce que la justice le soupçonne d’avoir abusé de ses fonctions pour obtenir des avantages financiers et matériels.

Unee affaire plutôt embarrassante pour la chancelière Angela Merkel qui n’avait vraiment pas besoin de ça, elle qui l’a soutenu [trop] longtemps, sans doute par naïveté et amitié.

La prochaine élection, le 18 mars, d’un nouveau président de la république attire notre attention sur un aspect du système politique allemand. Non, je ne veux pas parler du fédéralisme, ou du système électoral. En fait, c’est la personnalité même du candidat le plus probable à la succession de Christian Wulff qui mérite notre attention.

Il faut rappeler que la fonction présidentielle en Allemagne est avant tout symbolique, un symbole d’unité justement qui doit donc faire consensus dans la société, y compris par ses vertus personnelles.

Et justement, Joachim Gauck, 72 ans, le favori pour le poste semble faire l’objet d’un large consensus, notamment pour sa probité et son autorité morale.

Il ne semble pas plaire à Mme Merkel, mais il n’est pas sûr que ses alliés politiques lui laissent un choix quelconque.

Mais voilà ce que cette candidature a de particulier: vous n’avez en effet  pas pu le manquer parce que tous les articles de presse le disent, M Gauck est un pasteur protestant, une personnalité religieuse même si les choses ne vont pas dans le protestantisme comme dans le catholicisme.

Eh oui, l’Allemagne est une république, comme la France, mais n’est pas une république laïque et personne ne s’offusque outre Rhin de l’éventualité de voir un pasteur accéder à la magistrature suprême.

Et tiens, personne ne semble s’en offusquer en France non plus.

Allemagne: des tueurs d’extrême droite protégés par les services secrets

20 décembre 2011

C’est une affaire qui fait du bruit en Allemagne mais aussi en Turquie dont sont originaires huit des dix victimes assassinées par un gang terroriste d’extrême droite qui sévissait en Thuringe.

Selon RFI,  les Allemands sous le choc

se posent la question : comment des terroristes néonazis ont-ils pu commettre des meurtres et agir dans l’ombre pendant une décennie en toute impunité ?

Un peu comme dans l’affaire d’Anders Behring Breivik où on a tout fait pour circonscrire l’information à une seule personne, ici nous aurions affaire à un trio alors que tout semble indiquer que ces gens étaient impliqués dans un réseau qui a des ramifications jusqu’en Suisse.

Et la réponse à la question que se posent les Allemands selon RFI nous est apportée par la presse d’outre Rhin : le groupuscule néo-nazi recherché par la police était activement protégé par les services secrets… allemands.

Cherchez l’erreur…

Le service de renseignements semble avoir saboté l’action de la police

Der Spiegel (Allemagne) 19 décembre 2011 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’enquête de police sur ce qu’on connaît sous le nom de cellule terroriste de Zwickau a probablement été entravée par un sabotage de la part d’un service de renseignement intérieur, selon des informations parues lundi. Des agents du renseignement de l’Etat de Thuringe auraient perturbé et dévoilé la surveillance par la police à ceux qu’elle avait mis sous observation.

Le trio néo-nazi formé par Beate Zschäpe, Uwe Mundlos et Uwe Böhnhardt est passé à la clandestinité en 1998. La police avait essayé de les retrouver, mais de nouvelles informations indiquent que des agents des services secrets de l’Etat [de Thuringe] ont saboté leurs tentatives.

Des officiels des services de sécurité ont, sous couvert d’anonymat, affirmé au journal Berliner Zeitung que le service de renseignement intérieur dans l’Etat de Thuringe avait parlé au chef néo-nazi Tino Brandt de la mise sous surveillance de ses activités. A l’époque, Brandt était un informateur actif de l’agence de renseignement, l’Office de protection de la Constitution.

Brandt avait aussi été informé que la police de Thuringe avait loué un appartement près de sa maison de Rudolstadt, rapporte le journal. Les contacts du chef néo-nazi lui avaient décrit les véhicules utilisés par l’équipe de surveillance de la police. Les choses sont allées si loin qu’à un moment, des agents du renseignement en voiture suivaient les véhicules de l’équipe de surveillance de la police qui filaient Brandt, explique le journal.

Les nouveaux détails sur cette affaire – déjà truffée d’histoires de bévues de la part de la police et des services de renseignements – surviennent après les informations du Bild am Sontag de dimanche selon lesquelles la police avait donné à Brandt quelque 2 000 deutsche marks pour aider la cellule terroriste à acquérir de nouveaux passeports. Quoique les agents aient recouru à un intermédiaire, l’argent n’est jamais parvenu au trio dont on pense maintenant qu’il avait fondé une organisation baptisée le National Socialist Underground (NSU, national socialiste clandestin) et qu’il serait responsable d’au moins dix assassinats en sept années, dont ceux de 9 hommes d’origine grecque et turque et d’un argent de police.

L’affaire, qui a été révélée début novembre après que Mundlos ait tué Bönhardt avant de se donner la mort dans un camping-car à Eisenach, après une tentative ratée pour cambrioler une banques, a choqué l’Allemagne et déclenché un nouveau débat sur la question de savoir si le pays en faisait assez pour stopper les activités des néo-nazis. Elle a aussi provoqué de nouveaux appels à l’interdiction du NDP (National Democratic Party d’extrême droite).

Une suspecte qui refuse de parler

Un autre article de la Süddeutsche Zeitung de dimanche cite, sans donner son nom, un ancien informateur de l’agence de renseignement qui dit qu’on lui avait demandé d’acheter au moins quatre exemplaires d’un jeu de société appelé « Pogromly » créé par le groupe de Zwickau. Ce jeu de mauvais goût était une version nazie du Monopoly, qui aurait été produite et vendue par le groupe pour financer ses activités clandestines.

Par ailleurs, la justice pourrait avoir du mal à inculper Beate Zschäpe, le seul membre survivant de la cellule de Zwickau, pour meurtre, complicité de meurtre ou appartenance à une organisation terroriste, rapportait lundi le journal Mitteldeutsche Zeitung. Selon des sources haut placées du ministère allemand de l’intérieur, la justice aurait seulement la possibilité de l’accuser d’incendie pour avoir mis le feu à l’appartement du groupe avant de se livrer à la police suite à la découverte des corps de ses présumés complices.

Zschäpe a refusé de parler aux agents de son rôle dans le groupe. Elle devrait rester silencieuse, ne donnant aucune possibilité aux services judicaires pour prouver son implication dans les présumées activités meurtrières du groupe d’extrême droite, ou que la NSU était bel et bien une organisation terroriste, explique le journal

Le procureur général Harald Range a déjà déclaré dans des interviews qu’il ne fera pas appel à une disposition qui pourrait adoucir la sentence contre Zschäpe en contrepartie de son témoignage. Les crimes dont elle est accusée son trop graves, a-t-il dit.


%d blogueurs aiment cette page :