Posts Tagged ‘Benoît XVI’

Le prochain Pape pourrait être (donc sera) un antisémite !

19 février 2013

On ignore encore qui succédera à Benoît XVI à la tête de l’église catholique, mais Alan Dershowitz nous apprend déjà que ce sera peut-être un antisémite.

Alan Dershowitz est un juriste et avocat bien connu aux Etats Unis où il est une des principales figures intellectuelles et médiatiques du lobby sioniste. C’est aussi un adepte de la pratique de la torture.

Un genre de BHL en moins chevelu mais avec une carrière universitaire plus accomplie (même si elle n’est pas sans taches).

Pourtant, si on y réfléchit bien, l’éventuelle élection du Hondurien Oscar Andres Rodriguez Maradiaga au Pontificat ne ferait pas de lui le premier antisémite à accéder à cette fonction. Après tout, Benoît XVI ne fut-il pas un Nazi?

Il paraîtrait cependant que cet ancien nazi a fait baisser l’antisémitisme d’après le Grand Rabbin de l’entité sioniste, ce qui en soi est un scoop puisque l’antisémitisme est supposé être toujours à la hausse. Même le criminel Netanyahou, spécialiste des relations judéo-chrétiennes, y va de son satisfecit pour ce Pape qui a « renforcé les relations judéo-chrétriennes« .

Le cardinal Ratzinger a été membre des Jeunes Hitlériennes, et on admettra volontiers qu’il n’avait pas eu le choix mais que son passage dans cette organisation l’a au contraire marqué et meurtri de manière indélébile. Et il n’y a personne que les sionistes apprécient plus que quelqu’un qui traîne une casserole de ce genre et un passé, volontaire ou non, dans une institution ouvertement antisémite.

On ne  reparlera pas ici de Pie XII, le Pape ouvertement détesté par la clique sioniste, mais de Jean Paul II qui, selon Sergio Itzhak Minerbi, ancien ambassadeur de l’entité sioniste et auteur d’un livre sur le Vatican et le sionisme, avait un discours au mieux ambigu:

les textes publiés par l’église et son chef doivent être examinés attentivement et pas pris pour argent comptant. Beaucoup des déclarations de Jean Paul II doivent faire l’objet d’interprétations différentes de celles qui ont été communément acceptées au moment où elles ont été faites.

La clique sioniste n’avait effectivement pas hésité à essayer de présenter Karol Wojtyla comme une personne héritière du supposé traditionnel antisémitisme polonais avant de se repentir par la suite.

Il va donc sans dire que le prochain Pape, s’il a vraiment tenu les propos que les idéologues sionistes lui prêtent, sera du pain béni pour la bande de maîtres chanteurs de Tel Aviv.

Le prochain pape pourrait être antisémite
par Benjamin Fredj, Sion Info 19 février 2013

Selon une liste publiée la semaine dernière après l’annonce de la démission du pape, le cardinal Oscar Andres Rodriguez Maradiaga du Honduras serait un prétendant sérieux à la succession de Benoit XVI.

En 2002, la controverse sur les actes pédophiles commis par des prêtres monte en puissance.

Dans une lettre adressée au rédacteur en chef du Miami Herald, Alan Dershowitz, un des avocats les plus réputés des Etats Unis, professeur de droit à Harvard affirme que l’un des candidats les plus sérieux à la succession du pape Benoît XVI,le cardinal Oscar Andres Rodriguez Maradiaga, est antisémite.
 » Il a blâmé les juifs pour le scandale entourant l’inconduite sexuelle de prêtres envers de jeunes paroissiens chrétiens! « .

Dans des déclarations, Maradiaga a estimé que les accusations de pédophilie portées contre certains prêtres étaient « une vengeance des juifs à l’égard de l’Eglise catholique pour ses positions anti israéliennes ».
Le prélant ajoutait mêmes que les juifs « s’arrangeaient pour que les médias qu’ils contrôlent s’attardent de manière disproportionnée sur les scandales sexuels du Vatican ».

Dans une entrevue accordée à la publication catholique italienne  » 90 Giorni  » en mai 2002, Maradiaga, affirme en effet que les Juifs ont influencé les médias, et exploité la controverse concernant les abus sexuels commis par des prêtres catholiques, uniquement dans le but de détourner l’attention de la crise israélo-palestinienne.

À l’époque, l’ADL (Anti Defamation League) avait exprimé son indignation publique et la cardinal s’était empressé de s’excuser, ajoutant qu’il n’avait jamais souhaité que ses observations perpétuent la théorie du complot antisémite ou les clichés des relations entre les juifs et les médias, promettant « que cela ne se reproduirait pas ».

Dershowitz conclut dans sa lettre que  » le Vatican a qualifié à juste titre l’antisémitisme de péché, et pourtant, un pécheur impénitent est sur une liste restreinte de prétendants au titre de chef de l’Eglise catholique.
Si cela devait se produire, le travail fructueux réalisé par les précédents papes pour multiplier les ponts entre l’Eglise catholique et la communauté juive serait fragilisé. « 

Les graines de la discorde, nouvelle leçon de théologie judéo-chrétienne

8 juin 2011

Eh oui, encore une belle leçon de théologie judéo-chrétienne qui nous est assénée cette fois par des agriculteurs « religieux, » quoi qu’on entende par cet adjectif.
Quelqu’un, un maréchal de France je crois, avait dit « La terre ne ment pas ». Eh non, la terre ne ment pas !

Des agriculteurs refusent de planter du blé ‘Benoît XVI’

Le nom d’une variété de blé spécialement mise au point changé en ‘Benjamin’ pour que les agriculteurs religieux acceptent de le semer.
par Itamar Eichner, Yediot Aharonot (Sionistan) 7 juin 2011 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le centre de recherche agricole israélien Volcani, qui dépend du ministère de l’agriculture, a récemment été contraint de changer la désignation d’une variété de blé baptisée du nom du Pape Benoît XVI parce que des agriculteurs religieux refusaient de le cultiver.
Le nom a été officiellement changé pour Benjamin, après quoi les agriculteurs ont accepté d’acheter et cultiver ce grain.

Le Dr Uri Kushmir du département d’agronomie végétale du centre Volcani a développé cette variété de blé qui est issue du croisement de deux variétés différentes de blés cultivés en Israël.
A la demande de Shimon Peres, le centre Volcani avait été incité à accélérer le développement de cette variété afin de la présenter au Pape lors de son séjour en Israël en 2009.
Le vice ministre des affaires étrangères Danny Ayalon a eu l’explication de l’histoire compliquée du nom de ce blé alors qu’il visitait le centre [Volcani].

L’hôte d’Ayalon lui a également dit que le centre avait réussi à vendre trois variétés spéciales de blé à une grande société italienne de fabrication de pâtes qui envisage aussi de les cultiver en Italie.
La société a déjà testé la mise en culture de variétés israéliennes qui supplanteront les variétés locales, a-t-il dit à Ayalon. Le ministre a déclaré qu’il utiliserait les entrées de la diplomatie pour aider au marketing des résultats des travaux du centre.


%d blogueurs aiment cette page :