Posts Tagged ‘Daniel Crabtree’

Esther Koontz fait plier le lobby sioniste au Kansas

10 février 2018

La pratique du boycott est bien ancrée aux Etats Unis. Pas seulement parce que le premier amendement garantit la liberté d’expression, mais aussi parce que la lutte d’indépendance des colonies anglaises d’Amérique du Nord commença par un boycott des marchandises britanniques.

Or, dans ce pays dont les citoyens n’hésitent pas à pratiquer le boycott pour faire avancer leurs revendications ou manifester leur mécontentement, certains Etats adoptent des réglementations qui criminalisent le boycott de l’entité sioniste.

C’est le cas par exemple de l’Etat du Kansas dont la décision de pénaliser le boycott est contestée en justice. Un juge fédéral vient d’ailleurs d’émettre un avis défavorable à cette pénalisation du boycott qui est selon lui contraire à la Constitution.

De fait, cette pénalisation du boycott ne laisse pas indifférent ceux qui tiennent à protéger la liberté d’expression comme c’est le cas de la rédaction du Kansas City Star qui signe collectivement un article pour dénoncer la législation adoptée par l’Etat du Kansas.

Il est piquant d’apprendre qu’un des arguments de l’Etat du Kansas pour pénaliser le boycott de l’entité sioniste car cette dernière « pourrait refuser de commercer avec ou dans l’Etat s’il ne punissait pas les boycotteurs ».

On a carrément l’impression que ce sont les Etats Unis, qui donnent des milliards de dollars chaque année à l’entité sioniste, qui seraient les obligés de l’Etat voyou !

La loi anti-boycott du Kansas n’est pas un cas isolé.

Non, Kansas, vous ne pouvez pas interdire aux entreprises de boycotter Israël

Par le Comité de Rédaction de The Kansas City Star (USA) 31 janvier 2018 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un juge fédéral de Topeka a statué que le Kansas ne pouvait pas dire aux entreprises ce qu’elles pouvaient et ne pouvaient pas boycotter. Ce qui devrait apparaître comme évident à quiconque au fait des protections de la liberté d’expression en vertu du Premier Amendement [de la Constitution des Etats Unis, NdT].

Mais l’été dernier, l’Etat du Kansas a adopté une loi exigeant que tous ceux qui concluent des marchés avec lui certifient qu’ils ne boycottent pas Israël.

Pourquoi? Dans son avis bloquant l’application de la loi alors que le procès de l’American Civil Liberties Union est en cours, le juge de district américain Daniel Crabtree a écrit que ses partisans [de la législation anti-boycott] à l’Assemblée législative du Kansas ont fait valoir que son but était « d’empêcher les gens de s’opposer à Israël ».

Ils ont, écrit Crabtree,  « insisté sur la nécessité de s’opposer aux campagnes de « Boycott, Désinvestissment et Sanctions, BDS qui protestent contre le mauvais traitement par le gouvernement israélien des Palestiniens dans les territoires occupés. »

Dit autrement, la loi est supposée restreindre la liberté d’expression politique. Une loi similaire proposée au Congrès [la Chambre des Représentants et le Sénat, l’Israel Anti-Boyccott Act, criminaliserait purement et simplement ce genre de prise de position.

Avons-nous oublié que la Révolution Américaine a commencé par un boycott des marchandises britanniques ? Tout comme la protection des droits civiques l’a emporté par le boycott des autobus de Montgomery ?

En 1982, la Cour suprême a confirmé que les boycotts étaient des expressions politiques protégées par la Constitution. Dans l’affaire NAACP v. Claiborne Hardware Co. , la haute cour a examiné le boycott des entreprises appartenant à des Blancs à Port Gibson, Mississippi, et a conclu que «les discours, les réunions et pétition. . . pour changer un ordre social qui avait toujours traité [les Afro-Américains] comme des citoyens de seconde classe « sont » au plus haut dans la hiérarchie des valeurs du Premier Amendement. « 

C’est pourquoi Crabtree a considéré que la «Cour suprême a jugé que le premier amendement protège le droit de participer à un boycott comme celui puni par la loi du Kansas» qui est entrée en vigueur le 1er juillet.

L’action en justice de l’ACLU pour contester la loi a été intentée au nom d’Esther Koontz, une spécialiste mennonite de didactique des mathématiques de Wichita qui a été encouragée par son église à s’associer à un boycott des entreprises israéliennes au printemps dernier.

Résultat de recherche d'images pour "esther koontz"

Esther Koontz

Deux mois après la décision par Koontz de cesser d’acheter des produits israéliens, elle a été invitée à commencer à former des enseignants à travers l’Etat dans le cadre du programme de partenariat en mathématiques et en sciences du Département de l’Education du Kansas.

Elle était impatiente d’accomplir ce travail supplémentaire qui est rémunéré 600 dollars poar jour plus les frais. Mais le directeur du programme lui a dit qu’elle devait d’abord signer un certificat attestant qu’elle ne boycottait pas Israël.

Après mûre réflexion, Koontz a décidé qu’elle ne pouvait pas faire cela en toute bonne conscience.

Le directeur du programme a déclaré que dans ce cas, elle ne pouvait pas avoir un contrat avec l’Etat.

Dans sa défense, l’Etat du Kansas a fait valoir que Koontz aurait pu obtenir une dérogation pour des raisons religieuses si elle en avait demandé une.

Mais elle est arrivée à la même conclusion sur des bases non religieuses, elle avait toujours le même droit de s’exprimer politiquement.

L’Etat du Kansas a aussi soutenu que l’Etat d’Israël pourrait refuser de commercer avec ou dans l’Etat s’il ne punissait pas les boycotteurs. Mais il n’a présenté aucune preuve d’une menace quelconque pour l’économie du Kansas.

Et comme sujet de réflexion, peut-être  les partisans Républicains de cette loi devraient-ils considérer ce que serait leur réaction si l’Etat interdisait de boycotter Keurig, ou Starbucks, ou Nordstrom [magasins de prêt-à-porter], ou Target ou encore la National Football League. [tous ces boycotts sont organisés par des sympathisants du Parti Républicain, NdT]

Pas de vente, non ? Pas dans tous les cas.

NB : Target est une chaîne nord-américaine de supermarchés qui avait annoncé que ses toilettes seraient désormais ouvertes aux clients transgenre en fonction de qui leur semblait correspondre à leur genre. De nombreux clients se sont insurgés contre cette disposition qui, en permettant à des hommes de fréquenter les toilettes pour dames facilitait la tâche aux prédateurs sexuels. Le boycott a coûté des millions de dollars à cette chaîne de magasins. Target a dû investir 20 millions de dollars pour créer des toilettes individuelles dans ses magasins.

 

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :