Posts Tagged ‘EIIL’

Yasmina Haifi tient tête au lobby sioniste aux Pays Bas, et gagne.

7 avril 2015

Yasmina Haifi est une spécialiste de cybersécurité qui exerce aux Pays Bas pour le compte du ministère de la justice. Elle exerce toujours dans ce ministère même si elle a été relevée de ses fonctions dans la cellule antiterroriste qui en dépend.

Yasmina Haifi

Yasmina Haifi

Elle aurait pu être licenciée comme le souhaitait un certain nombre de politiques pour avoir écrit sur Twitter qu’elle considérait que l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL ou Daesh) faisait partie d’un plan sioniste pour nuire à l’Islam.

On dira que le raccourci est un peu rapide, mais dans le fond elle a raison notre informaticienne dont la mission antiterroriste lui a certainement permis de se faire son opinion.

Son employeur ministériel tout comme une commission des droits des fonctionnaires ont conclu qu’elle n’avait fait qu’exercer son droit à la liberté d’expression.

Elle a bien sûr été accusée d’antisémitisme et elle reconnaît elle-même ne pas avoir réalisé à quel pont la confusion était entretenue aux Pays Bas entre sionisme et judaïsme, elle qui précisément militait contre l’antisémitisme au sein du parti travailliste néerlandais dont elle était une adhérente.

Et dont elle a démissionné pour une raison non expliquée dans l’article.

Une spécialiste néerlandaise de cybersécurité qui avait déclaré que l’EIIL faisait partie d’un plan sioniste conserve son emploi

Jewish Telegraphic Agency 2 avril 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

(JTA) Un fonctionnaire néerlandaise qui affirmé que l’EIIL faisait « partie d’un plan [conçu] par les sionistes » peut garder son emploi, a décidé le ministre de la Justice du pays.

Le ministre Ard van der Steur a rendu sa décision publique mercredi dans une lettre adressée au Parlement à propos de la conduite de Yasmina Haifi, un ancien chef de projet au Centre national de cybersécurité du ministère.

Dans la lettre, van der Steur écrit que Haifi a reçu une notification « licenciement avec sursis » et sera transférée à un autre poste. Elle ne sera plus employée à l’unité néerlandaise de lutte contre le terrorisme auquel participe son ancien service fonctionne, mais elle travaillera ailleurs au sein du ministère.

Van der Steur a écrit la lettre pour répondre aux questions posées par des parlementaires de droite qui réclamaient des mesures contre Haifi.

En août, Haifi a été suspendue pour avoir écrit sur Twitter, « l’EIIL n’a rien à voir avec l’islam. Cela fait partie d’un plan par les sionistes qui cherchent délibérément à salir le nom de l’Islam. » L’EIIL, ou Etat Islamique, est une organisation terroriste sunnite.

Haifi a nié être antisémite et a affirmé que son tweet visait Israël, pas les Juifs.

En Février, une commission présidée par Job Cohen, ancien maire d’Amsterdam et ancien leader du Parti travailliste néerlandais, conclu qu’il n’existait aucun motif valable pour licencier Haifi. Suite à la controverse, Haifi a quitté le Parti travailliste, où elle militait à titre bénévole.

La commission pour les droits des travailleurs de la fonction publique, présidée par Cohen, qui a des origines juives, avait recommandé une réprimande pour Haifi mais conclu qu’elle était protégée d’un licenciement par les lois relatives à la liberté d’expression.

Le vice-premier ministre Lodewijk Asscher a qualifié le tweet de Haifi « de forme classique d’antisémitisme. »

Dans une lettre envoyée à des amis et à de la famille en Août, Haifi a nié être antisémite.

«J’ai toujours participé à des actions contre l’antisémitisme », écrit-elle. « Je ne m’étais pas rendue compte de la charge du mot sioniste / sionisme. Aux Pays-Bas (et dans le reste de l’Europe), il est équivalent de ‘juif.  » J’ai ciblé la politique d’expansion de l’État d’Israël et non le peuple juif « .

Publicités

L’incursion de l’armée turque en Syrie, un témoignage des bonnes relations de la Turquie avec l’Etat Islamique (Daesh)

22 février 2015

La presse se fait l’écho de la récente opération de l’armée turque pour évacuer des soldats qui se retrouvaient encerclés par l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL, Daesh) dans le mausolée où est inhumé un ancien chef militaire seldjoukide, grand-père du fondateur de la dynastie ottomane.

L'armé turque a démoli le mausolée après avoir retiré la dépouille de Süleyman Chah

L’armée turque a démoli le mausolée après avoir retiré la dépouille de Süleyman Chah

Ce qui est étonnant, et que la presse ne semble pas relever, c’est que les forces turques aient pu pénétrer en plein territoire contrôlé par l’EIIL sans rencontrer aucune opposition.

On dira que le déploiement de forces était plutôt dissuasif ; plus de 80 véhicules blindés en tout et près de 700 soldats.

Mais cette dissuasion était-elle vraiment destinée à calmer les ardeurs des miliciens de l’EIIL ?

Non, si on en croit Elijah Magnier, cité dans l’article ci-dessous par le blogueur Moon of Alabama, Pour Magnier, l’entrée de l’armée turque s’est faite avec le plein accord de l’EIIL qui a laissé libre passage, Le convoi turc est d’ailleurs passé par un poste frontière tenu par les miliciens de Daesh dont le drapeau flottait tout à fait « normalement ».

NB : Elijah Magnier est le correspondant de guerre du journal jordanien Al RAI.

Alors qui était visé par ce déploiement de force ?

La réponse se trouve dans la nature des équipements mis en œuvre par l’armée turque avec en particulier la mobilisation d’avions radars dont le rôle est de détecter la présence d’aéronefs hostiles et de guider les avions amis sur un théâtre de combat aérien.

La seule force hostile qui aurait pu déployer des aéronefs, avions ou hélicoptères, est bien entendu l’armée syrienne, pas Daesh.

Quel prix la Turquie a-t-elle dû payer pour libérer les otages de l’Etat Islamique au mausolée du Chah ?

Moon of Alabama 22 février 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

La nuit dernière, environ 700 soldats turcs lourdement armés ont pénétré en Syrie et ont évacué quelque 40 de leurs camarades. Ces derniers veillaient sur la tombe de Süleyman Chah, un chef militaire de l’émir seldjoukide du 12ème siècle.

Situation du mausolée de Süleyman Chah

Situation du mausolée de Süleyman Chah

L’emplacement de la tombe était considéré comme une enclave turque depuis un accord passé en 1921 avec l’administration coloniale française du Levant :

Pendant l’opération qui a été lancée dans la nuit du 21 février, des avions radars (AWACS), des hélicoptères militaires et des drones étaient mobilisés tandis que 39 tanks et 57 véhicules blindés traversaient la frontière avec des équipes de soutien des forces spéciales turques. Les vidéos en direct ainsi que d’autres informations obtenues sur place étaient traitées dans une salle d’opérations au siège de l’état-major.

Sans avoir à s’engager dans des combats, les troupes turques ont quitté la Syrie dans la matinée du 22 février après avoir fait exploser le mausolée pour éviter qu’il serve de base aux militants de l’EIIL.

Davutoğlu a annoncé dans une série de tweets le 22 février que le contenu du mausolée avait été « temporairement » emmené en Turquie et que l’armée turque « prenait le contrôle d’une zone dans la région d’Ashma en Syrie, en hissant nos couleurs, où Süleyman Chah sera transféré plus tard. »

Alors, la Turquie veut voler plus de territoire syrien près de sa frontière pour y déposer les restes du Chah. Pourquoi devrait-ce être considéré comme quelque chose de légal ?

Mais revenons aux raisons de l’évacuation. Les soldats chargés de la tombe, à seulement 40 kilomètres de la frontière turque, étaient encerclés par des combattants de l’Etat Islamique. En temps normal, la garde était relevée touts les trois ou quatre semaines, mais les soldats turcs qui viennent d’être évacués étaient sur place depuis 11 mois. Ils étaient en pratique des otages de l’Etat Islamique. Alors pourquoi l’Etat Islamique les a-t-il laissés partir ?

Il est très peu probable que l’opération turque n’ait pas été connue de l’Etat Islamique. La Turquie a mis en œuvre près de 100 véhicules blindés. Avec des combattants de l’Etat Islamique présents dans tout le sud de la Turquie, la concentration de cette force près de la frontière ne sera pas passée inaperçue. Deux jours auparavant, la Turquie avait informé de l’opération le YPG kurde qui combat l’Etat Islamique dans le secteur. Quand les troupes sont entrées en Syrie, elles ont été filmées passant près d’un grand drapeau de l’Etat Islamique au poste frontière.

L’Etat Islamique n’aime pas les tombeaux. Il a démoli des centaines de tombeaux historiques dans les zones qu’il contrôle en Syrie et en Irak. Il n’a pas touché à la tombe de Süleyman Chah mais a gardé les troupes qui la surveillaient sous son contrôle. L’Etat Islamique devait savoir que les Turcs venaient pour évacuer les soldats et la dépouille mais il n’a rien fait pour s’y opposer, Comment est-ce possible ?

Comme l’observe Elijah Magnier (correspondant de guerre d’ Al Raï, journal jordanien)

Nous pouvons l’affirmer avec force : L’organisation « Etat Islamique » a autorisé une armée membre de l’OTAN à entrer dans son territoire et lui a donné libre passage.

En effet. Ce qui m’amène à cette question :

Qu’est-ce que la Turquie a donné à l’Etat Islamique pour obtenir la libération des otages du mausolée de Süleyman Chah sans avoir à livrer un seul combat ?

La Turquie a déjà un accord de libre échange et des facilités bilatérales pour les touristes [les touristes sont les « djihadistes » NdT]  avec l’Etat Islamique. Une entente a dû se faire sur quelque chose d’autre et de plus précieux pour l’Etat Islamique en échange du retour des otages. Ques-ce que c’est ?

Les Etats Unis veulent coopérer avec la Turquie pour entraîner des combattants syriens à affronter l’Etat Islamique. Il serait assez important d’avoir une réponse à la question précédente avant de continuer à explorer cette voie.

Islamo-fascisme et responsabilités de l’Islam de France: aux sources de la « pensée » de Manuel Valls

17 février 2015

Les attentats de Paris, la marche « républicaine » du 11 janvier, les tout récents attentats de Copenhague et enfin la profanation d’un cimetière juif en Alsace mettent au centre du débat politique français les questions de l’Islam et de l’antisémitisme.

Peu importe si la profanation du cimetière juif est probablement plus le fait d’adolescents désoeuvrés qui s’approprient ainsi un territoire sinon ignoré d’eux et des camarades du même âge, et surtout si ces sales gosses ne sont pas musulmans.

Le président Hollande qui s’est déplacé pour faire part de son indignation devant cette profanation n’a curieusement pas insisté sur la nécessité de renforcer l’éducation à la laïcité. Il est vrai qu’un tel propos aurait été plutôt mal venu dans un département où le régime de la laïcité ne s’applique pas sauf pour la religion musulmane!

De toute façon, cet incident effectivement déplorable  sera exploité jusqu’à la corde et finira par abonder le discours sur les Musulmans et le nouvel antisémitisme, une thématique en quelque sorte théorisée par le premier ministre Manuel Valls sous l’appellation d’islamo-fascisme .

On voit bien l’intérêt de cette notion d’islamo-fascisme qui renvoie à une menace de nature non seulement sécuritaire mais politique pour la démocratie française et même européenne et justifie un rassemblement de tous ceux qui veulent protéger les libertés publiques. Un autre avantage de cette notion est qu’elle fait le lien avec ceux qui, en terre d’Islam, l’utilisent pour populariser et faire comprendre en Occident leur combat contre les mouvements politiques islamistes.

Ces confusions sont dangereuses parce qu’elles ne font finalement que convoquer à chaque fois l’imaginaire politique occidental et interdisent l’analyse concrète des réalités politiques des pays concernés.

Je fais partie des gens qui estiment qu’on ne doit pas dire n’importe quoi au prétexte que tel ou tel argument sert la cause à laquelle on adhère. C’est ce qu’on appelle de la propagande et je la laisse à ceux qui ont un avantage à en tirer. Je considère notamment qu’on n’a pas besoin de qualifier de manière erronée l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL – Daesh) ou al Qaïda de mouvements fascistes (islamo-fascistes) pour rejeter leurs thèses et leurs procédés.

Si on en revient à ce terme d’islamo-fascisme, il faut bien garder en mémoire son origine dans les milieux néo-conservateurs américains et sa reprise par leurs homologues européens tels Bernard-Botul-Henri Lévy, Caroline Fourest ou Geert Wilders.

La nouveauté, c’est que le terme est aujourd’hui repris par le premier ministre d’un gouvernement français réputé de gauche, ce qui est un signe à la fois d’un grave déficit de culture historique et politique chez Manuel Valls et de l’adhésion de ce dernier à la vision néo-conservatrice de l’Islam et des Musulmans.

Mme Valls n'a probablement aucune influence sur son choix de costumes et de cravates

Mme Valls n’a probablement aucune influence sur son choix de costumes et de cravates. malheureusement.

Le premier ministre ne s’est par ailleurs pas borné à appeler à la lutte « dans l’unité » contre l’islamo-fascisme puisque dans cette unité, il met cependant à part les Musulmans : «

Il faut une rupture. Il faut que l’islam de France assume, prenne totalement ses responsabilités», a réclamé le premier ministre. «C’est ce que demande d’ailleurs l’immense majorité de nos compatriotes musulmans qui n’en peuvent plus d’être confondus avec cette terreur», a-t-il conclu.

Les choses sont dites : dans la France qui ne connaît pas de communauté, les Musulmans doivent prendre leurs responsabilités en tant que tels (il est en outre question d’un Islam « de France » ).

Nous avons là aussi un mécanisme de pensée, en contradiction avec la laïcité, élaboré par les néo conservateurs qui semblent décidément plus inspirer Manuel Valls que Louis Blanc ou Jean Jaurès,

La doctrine d’action qu’on devine chez Manuel Valls est clairement exposée par David P. Goldman, un spécialiste de la finance (et de musicologie) mais aussi essayiste néo-conservateur influent aux Etats Unis. Comme tous les néo conservateurs, croyants ou non, David P. Goldman inscrit sa réflexion dans une perspective « judéo-chrétienne », juive en réalité mais l’oxymore du judéo-christianisme est un passe-partout idéologique efficace. Comme un certain nombre d’intellectuels néo-conservateurs, David P. Goldman a fait un passage par l’extrême gauche avant de s’orienter vers l’extrême droite.

David P. Goldman: virer Obama améliorera l'économie

David P. Goldman: virer Obama améliorera l’économie

Je doute que Manuel Valls adhère à la radicalité de ce qui est proposé mais il est clair qu’il en assume l’esprit.

Il est par contre certain que le chef du gouvernement « socialiste » s’en inspire consciemment.

Beaucoup trop « d’hommes les plus recherchés »

par David P. Goldman, PJ Media (USA)15 février 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Les autorités danoises affirment avoir arrêté l’auteur des coups de feu à la synagogue de Copenhague ; son nom n’a pas encore été divulgué [c’est fait depuis], mais c’était une personne « connue des services de sécurité, » rapporte Der Spiegel ce matin. Les Danois ont refusé de donner plus d’informations. Nous avons probablement une répétition du modèle parisien : des terroristes que les services de sécurité surveillaient et qu’ils utilisaient peut-être comme informateurs sont soudain passés à l’action et ont commis des atrocités.

Il semble que les méthodes employée par les services de sécurité européens pour contrôler les djihadistes soient tombées en panne. Quelque 8 000 ressortissants français combattent pour l’Etat Islamique en Irak et au levant (EIIL, Daesh) ou dans d’autres organisations djihadistes, selon une estimation du gouvernement français. Après quelques centaines de milliers de morts en Syrie et en Irak et la désintégration de la Libye et du Yémen, un très grand nombre de jeunes Musulmans sont prêts à sacrifier leurs vies.

Les services de sécurité contrôlent les terroristes potentiels en exerçant un chantage sur de petits délinquants qui évoluent à la frange des organisations djihadistes pour en faire des informateurs. Comme il y a un large chevauchement entre le milieu criminel musulman et les organisations terroristes, cette stratégie a été efficace ces quinze dernières années. Le roman de John Le Carré et le film de Philip Seymour Hoffman qui en a été tiré « Un homme très recherché » décrit assez bien cette approche.

Peu de jeunes Musulmans plongent directement dans la violence : ils rejoignent des bandes, ils fréquentent des mosquées radicales, ils fréquentent des salons de discussion (chat rooms) djihadistes sur internet, se signalant ainsi aux autorités.

Les services de sécurité les menacent de la prison, d’expulser des membres de leurs familles et ainsi de suite pour les contraindre à coopérer. Cette approche marche jusqu’à un certain point, c’est-à-dire quand le sujet sous surveillance cesse de tenir compte des conséquences [de ses actions]. Comme John Schindler l’avait observé dans le blog XX Committee, il n’y a pas eu un « échec du renseignement » à Paris : le problème était que les services de sécurité étaient débordés. Un officiel d’un service de sécurité européen qui s’exprime sous un pseudonyme a fait la même observation récemment sur Asia Times Online.

La leçon de Copenhague est la même que celle de Paris : la fragile paix civile que les gouvernements européens ont maintenue avec leurs communautés immigrées musulmanes nécessite une révision fondamentale. Par le passé, les services de sécurité européens ont laissé les djihadistes monter en pression tout en éliminant discrètement les tueurs potentiels. Cette approche a échoué. L’alternative consiste à serrer la vis aux communautés musulmanes. J’ai ainsi soutenu le mois dernier sur Asia Times :

Les moyens par lesquels la France, ou n’importe quelle autre nation, pourrait défaire les terroristes sont évidents : contraindre la majorité des Musulmans français à se tourner contre les terroristes, les autorités françaises devant les amener à craindre l’Etat français plus qu’ils ne craignent les terroristes.

C’est un sale boulot qui  nécessite de nombreuses expulsions, de retraits de la nationalité française et d’autres menaces qui toucheront inévitablement beaucoup d’individus qui n’ont aucun lien direct avec le terrorisme. A court terme, ça pourrait conduire à plus de radicalisation. Tout le projet de l’intégration comme antidote à l’extrémisme tomberait à l’eau. Ce serait une fort coûteux mais, au bout du compte, il réussirait : la plupart des Musulmans français veulent simplement rester en France et gagner leur vie.

Il ne suffit plus de patrouiller au bord du marécage et de tuer les moustiques avec un chasse-mouches. Il n’y a pas d’autre alternative que l’assèchement du marécage.

Des ultrasionistes dansent sur la tombe de Kayla Mueller, la jeune Américaine qui était prisonnière de Daesh

11 février 2015

Ce qu’on appelle en France « apologie de terrorisme » s’exprime librement aux Etats Unis. Et contrairement à ce que certains imaginent quand l’apologie du terrorisme s’exprime, elle n’est pas le fait de « djihadistes » à demi-abrutis par la bière, le pastis ou le cannabis mais celui de personnes appartenant à la frange conservatrice, plus précisément néoconservatrice de la société.

L’actualité nous en donne un bon exemple avec la mort de Kayla Mueller, une jeune américaine qui était au mains de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL, Daesh) tuée dans les environs de Raqqa en Syrie dans des circonstances encore floues, dans un bombardement par les Américains ou leurs alliés selon l’EIIL ou exécutée par les miliciens de cette organisation.

Kayla Mueller

Kayla Mueller

Si Barack Obama a fait part de sa « tristesse » après avoir eu confirmation du décès de la jeune femme , le moins que l’on puisse dire est que son sentiment n’est pas partagé par tous. En effet, certains aux Etats Unis reprochaient à Kayla Mueller son engagement en faveur de la Palestine, un engagement posé comme étant un soutien au terrorisme et un parti pris motivé par l’antisémitisme.

Ainsi, parmi divers commentateurs, Debbie Schlussel n’hésite pas à insulter la jeune victime et on comprend bien qu’elle se réjouit du sort réservé à la jeune femme, comme d’ailleurs de celui de tous ces « humanitaires » tués par l’EIIL.

Je ne suis personnellement pas surpris de voir une ultra-sioniste comme Debbie Schlussel se réjouir des crimes perpétrés par l’EIIL qui fait un boulot très utile aux intérêts de l’entité sioniste.

Debbie Schlussel avec et sans retouches

Debbie Schlussel avec et sans retouches

Debbie Schlussel n’en est pas à son coup d’essai en la matière puisque elle avait abondamment justifié la tuerie perpétrée en 2011 à Utoeya en Norvège par Anders Behring Breivik.

Une tuerie qui en passant n’a jamais été évoquée dans tout le ressassement des actes terroristes perpétrés ces dernières années en Europe (Londres et Atocha principalement). Pourtant à Utoeya, 68 personnes, en grande majorité des adolescents, avaient été massacrées. Sans oublier que le terroriste d’extrême droite venait de perpétrer un attentat à l’explosif dans le quartier gouvernemental d’Oslo qui avait coûté la vie à 8 personnes .

Des conservateurs dansent sur la tombe de l’otage de l’EIIL : ‘Antisémite, Pu…n anti-Israël’

par Brendan James, Talking Point Memo (USA) 11 février 2015traduit de l’anglais par Djazaïri

Tous les conservateurs ne se sont pas servis de la mort de l’otage américaine Kayla Muller pour souligner la brutalité de l’Etat Islamique – certains ont choisi de tourner leur aversion vers le travail humanitaire en faveur des Palestiniens de la jeune femme de 26 ans.

« Pas de larmes pour Kayla Mueller qui vient de mourir, l’otage de l’EIIL dont les parents ont confirmé aujourd’hui qu’elle est morte, » écrivait mardi la blogueuse conservatrice Debbie Schlussel, sous le titre, « Kayla Mueller : l’otage de l’EIIL qui est morte était une putain antisémite et anti-Israël. »

« Mueller était un tas de merde antisémite et anti-Israël qui travaillait avec le Hamas et aidait les Palestiniens à harceler les soldats israéliens et à les empêcher de faire leur boulot de maintien des terroristes islamistes hors d’Israël, » écrit-elle.

Schlussel a condamné l’action humanitaire de Mueller dans la « soi-disant ‘Cisjordanie’ » pour empêcher la démolition de « maisons de ‘terroristes’ ».

« Je n’ai de sympathie pour aucun de ces ‘Américains’ (de nom seulement!) otages de l’EIIL, »poursuit-elle. « Et mon attitude quand j’apprends qu’ils ont été liquidés est de dire, que c’est triste, dommage. » [c’est de l’ironie, NdT]

Schlussel a qualifié l’assassinat de Muelle de « justice poétique. »

Dans le même temps, le rédacteur en chef de Breitbart Californie, ex candidat aux élections au Congrès de l’Illinois, Joel Pollack a tweeté mardi que le militantisme « anti-Israël » de Mueller lui avait coûté la vie des mains de l’Etat Islamique.

pollack1

Le blog Gateway Pundit (devise: « où l’espoir a finalement fait son retour ») a aussi affirmé que Mueller était coupable d’antisémitisme et aidait le terrorisme.

« Mueller protestait contre les Juifs, » lit-on dans le post qui présente l’International Solidarity Movement, une organisation opposée à l’occupation israélienne, comme « pro-terroriste. »

Bûchers en Syrie, bûchers en Amérique. Barbarie en Orient, civilisation en Occident

9 février 2015

Mon commentaire après cet article riche de sens.

Ceci est le corps calciné de Jesse Washington et des hommes blancs de Waco – pas Daesh – l’ont brûlé vif

par Bill Moyers, Raw Story (USA) 7 février 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Ils l’ont fait brûler vif dans une cage de fer, et tandis qu’il criait et se tordait dans les affres de l’enfer, sa mort pour eux n’était qu’un jeu.

Le bûcher et la cage de fer où était enfermé Jesse Washington

Le bûcher et la cage de fer où était enfermé Jesse Washington

Après avoir écouté les bulletins d’information l’un après l’autre condamner à juste titre l’assassinat barbare de ce pilote de l’armée de l’air jordanienne tombé entre la mains sanglantes de l’EIIL, je ne pouvais trouver le sommeil. Mon esprit s’évertuait à ressasser le passé pour essayer de retrouver une photo dont je me souvenais vaguement et que j’avais vue il y a longtemps de cela dans les archives d’une bibliothèque universitaire au Texas.

Soudain, vers deux heurs du matin, l’image s’est reformée dans mon cerveau. Je suis descendu pour aller à mon ordinateur et j’ai tapé les mots clefs : « Waco, Texasn Lynchage. »

Effectivement, elle était là : le cadavre carbonisé d’un jeune homme noir attaché à un arbre au tronc boursouflé au cœur de la Bible Belt du Texas. Non loin du corps brûlé, on peut voir de jeunes hommes blancs souriants et satisfaits, dans un état apparent de jubilation à être assis aux premières loges d’un carnaval de mort. L’un d’entre eux avait envoyé une photo comme carte postale à la maison : « C’est le barbecue qu’on a fait la nuit dernière. Je suis à gauche sur la photo avec la marque de la croix. Votre fils, Joe. »

La victime se nommait Jesse Washington. C’était en 1916, l’Amérique allait bientôt entrer en guerre en Europe « pour rendre le monde plus sûr pour la démocratie. » Mon père avait 12 ans, ma mère 8. Je suis né 18 ans après, à une époque, comme je devais l’apprendre, où les Blancs du coin parlaient encore de l’exécution de Washington comme si elle avait eu lieu la veille. Ce n’était pas l’Europe médiévale. Pas l’Inquisition. Pas un hérétique envoyé au bûcher par une autorité ecclésiastique dans l’Ancien Monde. C’était au Texas, et les hommes blancs sur la photo étaient des fermiers, des ouvriers, des commerçants, certains d’entre eux étant des membres respectables des églises locales à Waco et ses environs.

jesse-washington-lot13093-no.38

Voici la photo. Regardez bien le corps raidi de Washington attaché à l’arbre. Il avait été condamné à mort pour le meurtre d’une femme blanche. Aucun témoins n’avais vu le crime ; il aurait avoué mais la véracité des allégations n’a jamais été vérifiée. Le grand jury n’avait mis que quelques minutes pour rendre un verdict de culpabilité, mais il n’y eut ni appel, ni réexamen, pas de prison [en attendant l’exécution de la sentence, NdT]. Au lieu de tout ça, la foule présente à l’audience le traîna dehors, le plaqua au sol et lui coupa les testicules. Un bûcher fut rapidement installé et mis à feu. Deux heures durant, Jesse Washington – vivant – fut levé et abaissé au-desus des flammes. Encore, encore et encore. Les officiels de la ville et la police se tenaient là, approbateurs. Selon certaines estimations, la foule grossit jusqu’à atteindre 15 000 personnes. On se moquait, on applaudissait et on riait. Les journalistes avaient rapporté entendre des « cris de joie. »

Quand les flammes s’éteignirent, le corps de Washington fut taillé en pièces qui furent vendues comme souvenirs. La fête était finie.

Bien des années plus tard, alors jeune homme, je m’étais rendu à l’université Baylor de Waco, souvent considérée comme le Vatican baptiste du Texas. On m’y avait proposé un poste d’enseignement. Je m’étais assis un moment à la bibliothèque Armstrong Browning de la faculté, une des plus belles des Etats Unis qui contient non seulement les oeuvres de Robert et Elizabeth Barrett Browning, les fameux poètes victoriens, mais aussi des vitraux, des colonnes de marbre et des plafonds élégants qui rappellent l’intérieur somptueux de la bibliothèque Laurentienne construite par Michel-Ange à Florence.

Assis là, je trouvais difficile de concilier la beauté et la quiétude de ce sanctuaire avec la photo que m’avait montré auparavant un homme nommé Harry Provence, responsable de la publication du journal local. En la voyant, je réalisais qu’au moment où le jeune Jesse Washington était soumis à la torture, des étudiants du même âge que lui, certains se préparant à une carrière ecclésiastique, venaient juste de terminer leur semestre de printemps. En 1905, quand un autre homme noir fut lynché à Waco, le président de l’université Baylor prit la tête du mouvement contre le lynchage. Mais d’horribles souvenirs continuaient à diviser la ville.

Jesse Washington n’était qu’un cas parmi d’autres d’hommes noirs qui connurent une mort horrible des mains d’escadrons de la morts blancs. Entre 1882 et 1968 – 1968 ! – il y a eu 4 743 cas répertoriés de lynchage aux Etats Unis. Environ le quart des lynchés étaient des Blancs dont beaucoup avaient été tués pour avoir sympathisé avec les populations noires. Mon père, qui était né en 1964 près de Paris (Texas) avait gardé dans un tiroir cette photo de journal datant de l’époque de son enfance quand des milliers de personnes s’étaient rassemblées comme pour un pique nique et festoyer devant le spectacle d’un homme noir torturé et pendu en plein centre ville. Au cours d’un voyage à la recherche de nos racines bien des années plus tard, mon père s’étrangla et se tut quand nous nous trouvâmes près de l’endroit ou cela s’était passé.

Oui, il avait été difficile de retourner dormir la nuit où nous avons appris la nouvelle de l’horrible fin du pilote jordanien. Maudit soit l’EIIL ! avais-je pensé. Mais après coup, je ne pouvais que songer que nos propres barbares n’avaient pas à attendre à une quelconque frontière. Ils étaient de chez nous. Eduqués ici. Dans la religion. Nos voisins, nos amis et notre parentèle. Des gens comme nous.

L’exécution/assassinat par l’Etat Islamique en Irak et au Levant (Daesh) d’un pilote de l’armée de l’air jordanienne brûlé vif dans une cage de fer a suscité une indignation tout à fait compréhensible.

Pourtant, que le pilote ait réellement ou pas été brûlé vif et mis à mort dans les conditions que donne à voir la vidéo, cette exécution date de debut janvier peu après l’échec d’une tentative de raid héliporté pour le tirer des griffes de ses geôliers.

Muad al-Kasasbeh, le pilote de l'armée jordanienne capturé et exécuté par l'EIIL

Muad al-Kasasbeh, le pilote de l’armée jordanienne capturé et exécuté par l’EIIL

Le moment de la diffusion de cette vidéo a évidemment été décidé en fonction de l’agenda des néoconservateurs qui veillent au maintien et à l’aggravation du chaos dans la région.

A l’indignation de la populace un peu partout, c’est-à-dire des gens comme vous et moi, s’est bien entendu jointe celle des grands de ce monde qui n’ont pas eu de mots assez durs pour condamner la sauvagerie de Daesh, rappelant ainsi opportunément qu’eux-mêmes se considéraient incarner la civilisation.

Les condamnations les plus fermes sont souvent venues de ceux-là mêmes qui ne sont pas sans affinité avec les types qui, aux Etats Unis, lynchaient des gens parce qu’ils n’avaient pas la bonne couleur de peau. Et qui continuent à le faire le plus souvent impunément sous couvert de leur activité de policier.

Alors oui, l’EIIL est une organisation brutale qui ne fait pas de quartier et se livre à des exactions aux dépens des civils qui sont du mauvais côté, que ce soit par leurs affinités politiques ou leurs appartenances religieuses. Mais il faut admettre qu’on en a ajouté dans l’horreur de leurs agissements, ce qui tend à laisser les réactions morales supplanter le raisonnement et l’analyse politiques.

Ce sont des procédés de ce genre qui ont été utilisés contre l’Irak de Saddam Hussein, la Yougoslavie de Slobodan Milosevic, la Libye de Mouammar Kadhafi et la Syrie de Bachar al-Assad.

Même si ces images d’horreur peuvent être jugées utiles par ceux qui sont favorables au régime syrien, il faut se souvenir que la propagande aura vite fait de les remplacer par d’autres images d’horreur qui les feront oublier et qu’on imputera alors au régime syrien si les néo conservateurs jugent le moment venu d’en terminer avec le gouvernement syrien.

Il faut comprendre que l’EIIL agit dans le cadre d’une volonté de remodelage du Proche Orient qui passe par la dislocation de certains Etats et c’est pour ça que les Etats Unis ont laissé prospérer cette organisation dont le fer de lance est constitué de combattants étrangers venus d’un pays allié de l’OTAN comme l’Arabie Saoudite ou via ce pays membre de l’OTAN qu’est la Turquie.

Bien sûr Daesh n’est pas un simple instrument qui obéirait au doigt et à l’oeil à ses maîtres, il faut plutôt le comparer à un fauve dont on gère au mieux l’agressivité en la tournant vers ses propres ennemis et qu’on fouette et punit quand il en vient à s’en prendre à vos amis.

c’est exactement ce qui s’est passé avec l’EIIl sur lequel Washington comptait pour faire tomber le gouvernement de Nouri al-Maliki mais qui a commis la faute d’attaquer dans le Kurdistan irakien, une zone que Washington a souhaité sanctuariser.

Aujourd’hui on nous parle de la nécessité impérieuse d’une intervention de troupes terrestres pour défaire les milices de l’EIIL. On pense en effet que le terrain psychologique est bien mûr après tous ces horribles crimes perpétrés par les extrémistes de l’Etat Islamique.

Il va de soi qu’une telle intervention aurait en réalité pour finalité d’abattre le régime syrien qu’aucune force terroriste n’a réussi à réduire. Et demain, les miliciens de Daesh se transformeraient comme par enchantement en combattants de la liberté.

Kobane, une étape du plan de Washington pour détruire le régime syrien

20 octobre 2014

Ce qui se passe en ce moment en Syrie est d’une complexité inouïe tant les forces en présence sont nombreuses et les intérêts, même entre alliés ou présumés tels, contradictoires.

Les Etats Unis, on le sait, bombardent les positions de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL ou EI, Daesh) dans le secteur de Kobane (Ayn al-Arab) ville kurde que cette organisation assiège et ailleurs en Syrie, détruisant au passage des infrastructures économiques qui permettent aux civils de survivre.

Le régime syrien aurait consenti à ces frappes.. A mon avis, il n’avait guère le choix et il doit s’estimer bien heureux de ne pas être ciblé directement par les attaques aériennes américaines.

J’écris directement parce que je considère qu’en dernière analyse, derrière l’EIIL, c’est le gouvernement syrien qui est visé.

C’est ce que je suggérais dans un précédent post en observant que l’affaiblissement et l’élimination de l’EIIL n’était pour les Etats Unis que le prélude à une nouvelle phase de la guerre anti-Assad menée par Washington, une phase qui passe par le recrutement d’une armée de mercenaires.

Et aussi par un retournement d’alliances pour les Kurdes de Syrie qui étaient alliés jusqu’à présent avec le régime syrien.

On comprend mieux maintenant pourquoi les bombardements menés par l’aviation américaine sur les forces de l’EIIl à Kobane ont été dans un premier temps marqués par une efficacité plus que douteuse : l’EIIL a été en quelque sorte l’instrument des Etats Unis pour persuader les Kurdes syriens de revoir leur position.

Le largage par les Américains d’armes destinées aux miliciens du PYD semble confirmer le repositionnement des Kurdes dans une nouvelle phase de la stratégie américaine de lutte contre le régime syrien. Tout comme l’adoption par les USA et l’UE de nouvelles sanctions contre les régime syrien

Il va sans dire que tout cela n’augure rien de bon, ni pour la Syrie, ni pour la région à laquelle les Etats Unis et leurs alliés occidentaux semblent prêts à faire subir des années de violence et de chaos.

Qui sortira vainqueur de Kobane (‘Ayn-al-‘Arab) ?

The Angry Arab, 19 octobre 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Ali, le correspondant en chef d’Angry Arab en Turquie m’a envoyé ce commentaire :

« Kobane : un coup gagnant pour les Etats Unis. Personne n’a encore attiré l’attention sur ce fait évident, mais à la vérité, qu’int gagné l’Etat Islamique (EI, Daesh) , la Turquie ou les Kurdes syriens avec l’attaque surprise de l’EI sur Kobane. A part que les Etats Unis ont fait avancer leur agenda politique sous le mot d’ordre d’Obama qui est « d’affaiblir et de détruire l’EI »…

Premièrement, l’EI n’obtiendra rien s’il s’empare complètement de la ville kurde assiégée. Kobane n’a pas d’intérêt stratégique si on la compare avec d’autres objectifs potentiels pour l’EI avant qu’il se lance dans la campagne contre Kobane le 15 septembre : le premier objectif potentiel était à l’évidence la ville d’Azaz, une ville frontalière avec la Turquie située au nord d’Alep et qui a eu un rôle crucial pour l’approvisionnement d’autres groupes armés actifs dans la Syrie du nord. L’EI était à la porte d’Azaz.

frontière syrie-turquie

Le second objectif potentiel était l’aéroport de Deir ezZor qui a été une base très importante pour le ravitaillement des troupes de l’armée syrienne présentes dans la ville assiégée. L’EI a lancé des attaques pour prendre cet aéroport mais avec de faibles effectifs comparées à l’attaque contre Kobane. Le troisième objectif potentiel était Hasakah au nord où les Kurdes contrôlent des puis de pétrole avec l’aide de facto de l’armée syrienne présente dans la ville. Kobane n’a pas de puits de pétrole, n’est pas une route logistique et l’EI contrôle déjà deux points de passage frontaliers dans la région. Il s’agit de Jarablus, à quelques kilomètres à l’ouest de Kobane et de Tall Abiad à l’est. Mais comme on le sait, l’EI a attaqué Kobane avec au moins 3 000 hommes avec un soutien d’artillerie, des tanks, des véhicules blindés, das canons anti-aériens montés sur des pick-ups. Et à cause de la résistance des miliciens kurdes du PYG et des frappes aériennes américaines, , l’EI payera un prix très élevé pour une ville sans importance particulière même s’il s’en empare complètement.

L'aéroport de Deir Ezzor a un usage mixte, civil et militaire

L’aéroport de Deir Ezzor a un usage mixte, civil et militaire

Deuxièmement, qu’a obtenu la Turquie quand on voit que les organes de presse occidentaux sont pleins de commentaires affirmant que la Turquie était derrière l’attaque de l’EI sur Kobane ? Erdogan est maintenant portraituré comme le ‘monstre derrière l’EI’ et un soulèvement kurde frappe soudain la Turquie et menace le soi-disant processus de paix. Et maintenant, le PYD de Syrie qui est affilié au PKK est en contact direct avec Washington, ce qui doit être un cauchemar pour Ankara.

Troisièmement, les Kurdes syriens qu se considèrent eux-mêmes comme « vainqueurs » étant donné que les Etats Unis les ont reconnus voient Kobane, la capitale de leur province de Rojava, tomber en ruines tandis que la majorité des civils ont fui vers la Turquie.

Les Etats Unis sont le seul gagnant, que vous le vouliez ou non… En effet, avec Kobane ils légitimisent leur opération contre l’EI aux niveaux international et régional, ils trouvent un ‘partenaire’ absolument stratégique avec les Kurdes de Turquie, et ils savent pouvoir librement dicter leur position au PYD… Avant l’offensive sur Kobane, Reuters avait révélé que les Etats Unis envisageaient d’armer les organisations kurdes de Syrie à la condition préalable qu’ils « rompent leur alliance avec Assad ». Et cette exigence n’est bien sûr pas nouvelle car, ainsi que l’a révélé Foreign Policy, Washington poussait les Kurdes en ce sens depuis plus de deux ans.

Maintenant, les rêves des Etats Unis se réalisent grâce à l’EI. Le résultat des discussions entre le PYD et les Etats Unis reste encore imprécis, mais alors que les Etats Unis accentuent leur campagne aérienne contre les cibles de l’EI dans et autour de Kobane, la chose évidente est que ce que les Etats Unis ont mis sur la table a été accepté, au moins en partie, par la délégation du PYD. Notez que juste après ces discussions directes, le leader du PYD Saleh Muslim s’est rendu au Kurdistan irakien et a participé à une réunion avec Barzani et avec des politiciens kurdes syriens soutenus par Barzani. Lors de cette réunion, le PYD a promis un « partage de pouvoir » avec les groupes soutenus par Barzani pour l’administration de Rojava.

Donc, selon mon opinion, la victoire des Kurdes sur l’EI avec l’aide des Etats Unis ne pourra que décevoir les espoirs des gens de gauche pour les droits des peuples du Moyen Orient.

PS : notez que l’hypocrisie sans limites des médias grand public. Premièrement, la ville de Salamiyya située dans l’est de la province de Hama est attaquée par l’EI mais il n’y a pas un seul reportage sur la situation dans cette ville. L’envoyé spécial de l’ONU dit que ‘Kobane pourrait être un autre Srebrenica’ mais qu’est-ce qui nous attend si l’EI prend cette ville qui est pleine de « kouffar’ (mécréants, la population de la ville est constituée d’Alaouites, de Chiites, d’Ismaéliens et de Duodécimains). Deuxièmement, c n’est pas la première attaque de l’EI sur des zones à peuplement kurde. L’EI et ses alliés de l’époque – considérés comme des modérés – avaient attaqué des villes kurdes en 2013, mais les femmes combattantes kurdes n’ont pas fait les unes, ou personne ne parlait du rôle de la Turquie. Les médias parlaient au contraire de « l’alliance cachée entre Assad et les Kurdes de Syrie. »

La guerre contre l’EIIL (Daesh) s’inscrit dans un nouveau plan pour détruire le régime syrien

4 octobre 2014

Sur l’intervention occidentale en Syrie et ses paradoxes, je vous propose cet article du journal Al-Akhbar suivi de mon (long) commentaire.

La « guerre des ressources » menée par la coalition anti-EIIL frappe tous les Syriens

par Suhaib Anjarini, Al-Akhbar (Liban) 30 septembre 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Les frappes de la coalition internationale sur l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) et le Front al-Nosra en Syrie sont entrées dans leur deuxième semaine aujourd’hui, avec des dizaines de raids et de tirs de missiles visant les régions de Raqqa, Deir ez Zohr, al-Hasaka et Idlib.

Si les officiels des Etats Unis, pays qui est à la tête de la coalition anti-EIIL ont confirmé que « les frappes ont été des succès », l’EIIL est resté discret et n’a pas encore publié de communiqué « officiel. »

Le Front al-Nosra a par contre reconnu avoir subi de lourdes pertes après les attaques contre ses garnisons, et son chef Abou Mohammed al-Joulani a prévenu que cela «impactera toute la région et pas seulement al-Nosra. »

Un aperçu général des sites visés par les forces de la coalition suggère que les frappes aériennes dans les zones rurales d’Alep et d »Idlib pendant les premiers jours de l’opération ont un impact immédiat évident, tandis que les frappes constantes de la coalition sur les régions sous contrôle de l’EIIL ont une dimension stratégique et leurs répercussions pourraient bien aller au-delà de l’EIIL.

Dans les premiers jours, les frappes sur l’EIIL étaient limitées à quelques bases de l’organisation et à des camps d’entraînement, mais elles ont ensuite été étendues pour inclure des puits de pétrole, des raffineries, des champs gaziers et des silos à grain.

Tandis que certaines sources prétendent que ces attaques ont pour but de « tarir les sources de revenus de l’EIIL », d’autres sources affirment que ces actions visent en réalité les « infrastructures et l’économie syriennes. » Une source syrienne appartenant à la soi-disant opposition modérée a déclaré à al-Akhbar, « Les frappes récentes vont dans la bonne direction pour abattre à la fois l’Etat Islamique en Irak et au Levant et le régime. »

La source expliquait que « afin d’abattre les deux parties, certains sacrifices doivent être faits, et bombarder des puits de pétrole et des champs gaziers est seulement le début. » Il a aussi appelé à « viser les oléoducs, les gazoducs et les centrales électriques qui alimentent en électricité les régions contrôlées par le régime. »

« Ces mesures seront prises plus tôt qu’on ne le pense, même si les rebelles doivent prendre ces mesures par eux-mêmes, » a-t-il dit, ajoutant que « une guerre sur les ressources peut constituer une alternative acceptable à une zone d’exclusion aérienne. »

Les civils ont cependant été les premiers à payer le prix de ces attaques qui ont fait grimper en flèche les prix du carburant. En outre, toute nouvelle attaque contre les champs pétroliers syriens risque de provoquer plus de souffrances dans la région, tout particulièrement à l’approche de l’hiver.

La base du pouvoir de l’EIIL ne s’est pas encore effondrée dans les régions sous son contrôle. L’organisation maintient au contraire son emprise sur elles.

Par exemple, l’EIIL a récemment conduit des raids sur un certain nombre de secteurs des zones rurales à l’est de Deir ez Zohr pour capturer des membres du clan al-Shouaitat qui s’y étaient enfuis, tandis que l’organisation continue d’avancer en direction des régions kurdes de la campagne d’Alep.

Une source de l’EIIL sur le champ de bataille a déclaré à al-Akhbar que « l’EIIL était sur le point de libérer la zone et de vaincre les forces kurdes infidèles. »

« Toutes les informations des médias des croisés et de leurs alliés concernant le nombre de martyrs de l’EIIL sont mensongères, » déclare la source, « ils n’ont pas arrêté de mentir depuis l’invasion de l’Irak par les croisés, » ainsi que l’a déjà révélé le Cheikh al-Adnani [porte-parole officiel de l’EIIL].

130831-al-adnani

Cheikh al-Adnani, porte-parole de l’EIIL (Daesh)

La source qui n’était pas autorisée à donner d’informations sur le véritable nombre des pertes dans les rangs de l’EIIL a dit, « notre cellule vient juste de terminer un projet de rapport aujourd’hui [le 29 septembre] sur la situation dans les campagnes à l’est de Raqqa, et il montre que les attaques des croisés n’ont pas eu d’impact majeur . »

De son côté, une source djihadiste affiliée au Front al-Nosra observe que « les raids ne distinguent pas entre civils et djihadistes, il est évident pour chacun que la coalition des infidèles vise tous les Musulmans. »

« Leurs attaques contre les djihadistes sont de simples tentatives pour aider leurs protégés des brigades traîtresses à contrôler les régions libérées après l’élimination des djihadistes, » a ajouté la source.

Parlant à al-Akhbar, la source a révélé que « environ 150 personnes ont été tuées dans des régions contrôlées par al-Nosra, » mais elle a refusé de donner des précisions sur ce chiffre, affirmant que « nous ne distinguons pas entre le civil et le djihadiste, tout le monde ici est un djihadiste et nous les considérons comme des martyrs pour Dieu. »

Mon commentaire et mes observations sur la situation en Syrie :

Après avoir enregistré des succès foudroyants en Irak, l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) est aujourd’hui désigné en Occident comme l’ennemi du moment, et il est bien entendu affublé de toutes les caractéristiques auxquelles ont droit ceux que l’Occident a désignés comme ennemi,

Pour dire les choses, le portrait peu flatteur qui est dressé de ces « djihadistes » ressemble à peu de choses près à celui qui était brossé de Bachar al-Assad, la composante religieuse en moins quoique la propagande répandue dans la presse occidentale, française notamment, omettait rarement de mentionner l’appartenance du chef de l’Etat syrien à une tendance minoritaire de l’Islam, la secte alaouite elle-même résultat d’une évolution de la doctrine chiite.

Et puis, un ministre des affaires étrangères français, par ailleurs bien propre sur lui, n’avait-il pas affirmé que « Bachar al-Assad ne mériterait pas d’être sur la terre. » ?

Aujourd’hui, ce sont les gens de l’EIIL qui ne mériteraient plus d’être sur la terre sans pour autant que Bachar al-Assad ait gagné le droit d’y rester !

Entendons-nous bien, l’avènement de l’EIIL ou Daesh pour parler comme François Hollande (probablement pas foutu de développer cet acronyme) n’est pas une bonne chose pour les populations de la région dans leur ensemble et cette milice s’est rendue coupable de nombreuses exactions et crimes, en particulier mais pas seulement, à l’encontre des minorités religieuses.

Ce n’est cependant pas une raison pour céder aux délires de la propagande occidentale (voire même des milieux favorables au régime syrien) qui dépeignent l’EIIL comme une meute d’ogres assoiffés de sang et d’une cruauté sans bornes. Un certain nombre de récits qui circulent comme par exemple sur le commerce des femmes étiquetées comme du bétail ne sont des fables de nature à interpeller les imaginaires occidentaux en mobilisant toutes sortes d’images d’Epinal (sorties d’adaptations des Mille et une Nuits).

Ce sont en effet à peu près toujours les mêmes clichés qui ressortent à chaque fois que Washington et l’Axe du Bien sont décidés à châtier les méchants. Si les Occidentaux voulaient vraiment le bien des peuples de la région, ils cesseraient en premier lieu de chercher à tout prix la perte du régime syrien, quitte à générer le chaos dont l’EIIL est issu, un chaos que l’intervention militaire risque d’aggraver.

Pourtant l’EIIL ne dérangeait pas l’Occident il y a peu de temps encore quand il étendait son emprise sur certaines régions de Syrie. Déjà l’EIIL ou d’autres organisations semblables voire même modérées coupaient des têtes, parfois à la tronçonneuse en France on utilisait la guillotine jusque dans les années 1970).

Qui plus est cet EIIL avant de s’autofinancer en vendant du pétrole extrait en Syrie a bénéficié de subsides et de renforts humains et matériels en provenance des monarchies du Golfe alliées de l’Axe du Bien.

Et last but not least, beaucoup des combattants de cet EIIL sont venus de Turquie, soit parce qu’ils vivaient dans ce pays, soit parce qu’ils y ont transité. Nous parlons là de milliers de personnes, voire de dizaines de milliers, c’est-à-dire d’un flux dont les autorités locales étaient nécessairement informées.

En fait, non seulement les autorités d’Ankara étaient informées, mais elles ont fait au mieux pour faciliter cette activité, recevant même des blessés dans les hôpitaux turcs.

C’est que l’EIIL poursuit en Syrie deux objectifs stratégiques pour un régime turc qui n’osait pas se donner le droit de les réaliser lui-même pour des considérations de politique intérieure et extérieure : détruire le régime syrien et neutraliser les milices kurdes de Syrie.

Les intérêts d'Ankara et de l'EIIL (Daesh) convergent

Les intérêts d’Ankara et de l’EIIL (Daesh) convergent

Aujourd’hui les choses changent puisque les aviations de l’Axe du Bien se précipitent pour bombarder les milices « djihadistes ».

On notera à ce sujet deux faits paradoxaux : le premier est que les plus grosses pertes dans les rangs « djihadistes » ne semblent pas avoir été subies par l’EIIL mais par le Jabhat al-Nosra, cette organisation affiliée officiellement à al Qaïda dont Laurent Fabius estimait qu’elle « faisait du bon boulot » en Syrie. Le deuxième est que, en dépit des bombardements (réussis selon les militaires français ou américains), l’EIIL continue à progresser dans sa confrontation avec les forces kurdes à la frontière syro-turque et qu’il s’est dangereusement rapproché de Bagdad.

On verra ce qu’il en sera par la suite car, ainsi que l’a déclaré le premier ministre britannique David Cameron, l’engagement militaire va durer.

Chaque pays a ses raisons de participer à la campagne militaire contre l’EIIL. On voit par exemple que pour la France, il s’agit à la fois de conforter sa place dans l’OTAN et de redorer le blason d’un François Hollande qui semble apprécier de jouer à l’homme fort.

Mais les motivations principales doivent être cherchées à Washington avec la reprise en main des affaires par les néocons à la faveur de la crise ukrainienne.

L’objectif semble maintenant clairement d’en finir avec le régime syrien mais sans intervenir directement militairement contre lui.

La stratégie adoptée par les néocons consiste à financer, armer, entraîner et recruter des combattants en nombre suffisant afin de reconstituer une opposition « modérée » (c’est-à-dire soumise à Washington). Ces mercenaires seraient amenés à occuper le terrain qui sera progressivement dégagé par l’affaiblissement des deux principales forces militaires « djihadistes », le Jabhat al-Nosra et l’EIIL.

L’objectif prioritaire semble d’ailleurs moins être pour l’instant l’EIIL que le Jabhat al-Nosra, ce dernier étant en effet sur des positions dans la région de Damas, du Golan et du Liban qui promettent une solution de continuité avec la Jordanie d’où les opérations sont commandées par des officiers anglais et américains. Le tout avec la protection de la DCA sioniste qui a instauré une zone d’exclusion aérienne de facto.

On nous a expliqué que la coalition de l’Axe du Bien cherchait à assécher les ressources financières de l’EIIL en frappant les installations pétrolières et gazières dont il tire de gros revenus.

Les choses ne sont pourtant pas si simples. On sait que l’EIIL ne tire pas ses revenus seulement de l’exploitation du pétrole puisqu’il bénéficie de largesses venues des pétromonarchies.

Ensuite, on sait que ce pétrole est vendu essentiellement en Turquie, pays qui n’a rien fait ou pas grand chose pour faire cesser la contrebande de ce produit.

Quant au gaz, il ne saurait être exporté que par gazoduc ou sous forme liquéfiée. Un gazoduc ne peut fournir qu’un client officiel, un autre Etat par exemple et il n’existe pas d’usine de liquéfaction en Syrie.

Le gaz dans le contexte politique actuel est donc un produit essentiellement à consommation locale : pour la cuisson ou le chauffage.

J’espère que quelqu’un demandera à Barack Obama comment les familles syriennes pourront se chauffer cet hiver. Peut-être en déboisant les quelques forêts qui existent en Syrie ?

En attendant de produire les effets recherchés, c’est-à-dire l’élimination du pouvoir baathiste en Syrie, nous sommes peut-être à la veille d’une crise humanitaire sans précédent en Syrie.

Les bombardements américains n'épargnent pas les civils

Les bombardements américains n’épargnent pas les civils; maison détruite par une attaque américaine sur un village syrien

Pour conclure, on comprendra bien que le but de ces bombardements est en réalité de détruire l’infrastructure économique syrienne afin qu’aucune force sur le terrain, ne puisse s’autonomiser par rapport à la volonté des USA.

La Turquie pas d’accord pour stopper la contrebande de pétrole exporté par l’Etat Islamique en Irak et au Levant

14 septembre 2014

Cet article du journal australien The Age est en fait une reprise d’un texte du New York Times avec simplement un titre différent.

Si le titre du New York Times affirme que les Etats Unis cherchent l’aide de la Turquie dans la lutte contre l’Etat Islamique (EI) ou Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL), le titre de The Age affirme catégoriquement que la Turquie a opposé une fin de non recevoir à une demande très importante des Etats Unis. Les Etats Unis ont en effet demandé aux autorités d’Ankara de faire cesser la contrebande d’hydrocarbures en provenance d’Irak et de Syrie et ainsi tarir l’essentiel des revenus financiers de l’EIIL.

La Turquie a refusé pour plusieurs raisons dont certaines ont été présentées dans le post qui précède celui-ci : pour faire court, le gouvernement turc compte sur les milices de l’EI pour établir en Syrie et en Irak un ordre politique que le gouvernement présidé par Recep Tayyip Erdogan jugerait plus conforme aux intérêts de son pays.

Si 49 membres du corps consulaire sont en effet détenus par l’EIIL, il ne semble pas que leur vie soit en danger ni que leur sort ait pour l’instant une quelconque influence sur la politique turque dans la région.

La Turquie craint qu’une défaite de l’EIIL soit suivi d’un reflux sur son territoire de nombre de miliciens « djihadistes ». C’est en effet de Turquie que nombre d’entre eux sont venus et l’EIIL a de plus multiplié ses implantations en Turquie même, non seulement dans les zones frontalières mais jusque dans la métropole qu’est Istanbul et recrute des citoyens turcs par centaines.

Le ville industrielle de Dilovasi en périphérie d'Istanbul est un centre de recrutement de l'Etat Islamique en Irak et au Levant

Le ville industrielle de Dilovasi en périphérie d’Istanbul est un centre de recrutement de l’Etat Islamique en Irak et au Levant

Oserais-je dire que les lendemains risquent de déchanter pour Ankara, que les djihadistes perdent ou gagnent ?

Et pour finir, n’oublions pas l’esprit mercantile de Recep Tayyip Erdogan et de sa base politique : les régions méridionales de la Turquie proches de la Syrie et de l’Irak ont été dûrement touchées économiquement par les troubles dans les pays voisins. Leur assurer de l’essence à bon marché, fut-elle de contrebande, faire vivre un négoce lucratif est donc un moyen de solidariser avec le gouvernement les couches de la population qui profitent de ce trafic.

Autant de bonnes raisons pour éviter d’entrer en conflit avec l’EIIL. Les opposants syriens « modérés » selon Laurent Fabius et David Cameron sont arrivés à la même conclusion que le gouvernement turc et font entente avec l’Etat Islamique.

Observons pour conclure que l’armée américaine s’est pour l’instant gardée de s’attaquer aux camions qui acheminent en Turquie le pétrole exporté par l’EIIL.

La Turquie ne bloque pas les revenus pétrolier de l’Etat Islamique malgré la pression des Etats Unis

David E. Sanger et Julie Hirschfeld Davis, The Age (Australie) 14 septembre 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Washington: L’administration Obama s’efforce de bloquer les millions de dollars de revenus pétroliers qui ont fait de l’Etat Islamique une des organisations terroristes les plus riches de l’histoire, mais elle a pour l’instant été incapable de persuader la Turquie, le pays allié membre de l’OTAN où la plus grande partie du pétrole est écoulée sur le marché noir, de s’attaquer à un vaste réseau de vente.

Les officiels du renseignement occidental disent pouvoir suivre les cargaisons de pétrole de l’Etat Islamique quand elles sont transportées d’Irak vers les régions frontalières du sud de la Turquie.

En dépit de longues discussions internes au Pentagone, les forces américaines n’ont jusqu’à présent pas attaqué les camions citernes.

Cependant, a déclaré vendredi un haut responsable de l’administration Obama, « cela reste une option. »

Les difficultés pour un élargissement de l’action contre l’Etat Islamique sous la direction des Etats Unis ont été évidentes dans les discussions qu’a eues le Secrétaire d’Etat US John Kerry avec le président égyptien Fattah al-Sisi qui a exhorté la coalition militaire à cibler d’autres organisations plutôt que l’Etat Islamique.

L’absence de volonté de la Turquie de contribuer à enrayer le commerce pétrolier symbolise l’ampleur des défis auxquels est confrontée la Maison Blanche pour assembler une coalition pour contrer l’organisation militante sunnite et pour lui couper les vivre.

L’accès de l’Etat Islamique à l’argent est essentiel pour lui permettre de recruter des membres, de faire face à la masse salariale de plus en plus importante de ses combattants, d’étendre son rayon d’action et opérer à travers le territoire de deux pays.

« Sous beaucoup d’aspects, la Turquie est une carte maîtresse dans l’équation de cette coalition, » explique Juan Zarate, conseiller principal au Centre for Strategic and International Studies.

« C’est une grande déception : Il existe un vrai danger que la démarche pour affaiblir et détruire l’EIIL soit fragilisée, » explique M. Zarate parlant de l’Etat Islamique. « On a un important allié dans l’OTAN et on ne sait pas si il a la volonté et la capacité de couper le flux d’argent, de combattants et de soutien vers l’EIIL. »

Jeudi, la Turquie a refusé de signer un communiqué en Arabie Saoudite portant engagement des Etats du Golfe persique de la région [c.à.d. sauf l’Iran, NdT] à contrer à l’Etat Islamique, même dans les limites que chaque nation considérera « appropriées ».

Les responsables turcs ont dit à leurs homologies américains qu’avec 49 diplomates turcs retenus en otages en Irak, ils ne pouvaient pas courir le risque de prendre position publiquement contre l’organisation terroriste.

Pourtant, les officiels de l’administration américaine disent croire que la Turquie pourrait considérablement perturber les entrées d’argent vers l’Etat Islamique si elle essayait de le faire.

« Comme n’importe quelle sorte d’activité de contrebande et de marché noir, si vous y mettez les moyens et fautes l’effort de l’attaquer, vous ne l’éradiquerez sans doute pas, mais vous pouvez l’entamer fortement, » a déclaré samedi un haut responsable de l’administration.

Au centre des discussions, on trouve les dizaines de champs pétroliers et de raffineries en terrritoire irakien et syrien passés sous le contrôle de l’organisation. L’extraction a généré un flus financier régulier que les experts situent entre 1 et 2 millions de dollars par jour ; un montant dérisoire au regard du marché pétrolier mondial mais une formidable aubaine pour une organisation terroriste.

Mettant en relief la complexité de la mission de M. Kerry en vue d’obtenir du soutien au Moyen Orient, le président égyptien avait dit auparavant au Secrétaire d’Etat en visite qu’une coalition internationale contre le terrorisme ne devait pas seulement se concentrer sur les militants de l’Etat Islamique, mais aussi sur Ansar Bayt al-Maqdis et l’ennemi du régime égyptien, les Frères Musulmans.

Les responsables sécuritaires égyptiens ont affirmé que l’Etat Islamique avait établi des contacts avec Ansar Bayt al-Maqdis, l’organisation militante la plus dangereuse du pays qui a tué des centaines de membres des forces de sécurité depuis que l’armée a renversé le président islamiste Mohamed Morsi l’an dernier après des manifestations massives contre lui.

New York Times, Reuters

D’une guerre en cours à la prochaine, les succès foudroyants de l’Etat Islamique en Irak et au Levant

11 juin 2014

 

En difficulté en Syrie, les miliciens de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) refluent en Irak qui est devenu une priorité pour l’Arabie Saoudite depuis les tentatives de rapprochement entre l’Occident et l’Iran.

Après avoir piétiné un certain temps, ces milices ont réussi à s’implanter dans la ville de Falloujah il y a quelques mois et remportent maintenant des succès militaires foudroyants devant une armée irakienne qui s’est complètement débandée permettant à l’EIIL de s’emparer de Mossoul, une importante métropole  irakienne et d’importants sites civils (aéroport, chaînes de télévision…) et  militaires (base aérienne, arsenaux…).

Le comportement de l’armée irakienne, pourtant équipée et formée par les Etats Unis, n’augure rien de bon pour le gouvernement de Nouri al Maliki qui pourrait se trouver bientôt dans une situation critique.

Restera alors à savoir si les Iraniens resteront les bras croisés. Le risque de conflagration régionale qu’on avait cru voir s’éloigner définitivement avec la détente entre l’Iran et l’Occident redevient d’une actualité plus brûlante que jamais.

Les djihadistes islamiques se sont emparés de la deuxième plus grande ville d’Irak… Pourtant al Qaïda n’existait même pas en Irak avant l’invasion américaine

WashingtonsBlog (USA) 11 juin 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’idiotie de la politique américaine a rendu al Qaïda plus fort que jamais

La « guerre contre la terreur » menées par les USA a accru le terrorisme

Voici le nombre d’attentats terroristes en Irak entre 1979 et 2011 fourni par le National Consortium for the Study of Terrorism  Responses to Terrorism Global Terrorism Database (qui fait partie d’un programme gouvernement – université à l’University of Maryland) :

graphique

Al Qaïda n’existait même pas en Irak avant l’invasion de ce pays par les Etats Unis. Et la politique américaine en Libye est partiellement responsable d’un afflux de terroristes d’al Qaïda – et d’armes lourdes – en Irak.

Et maintenant les choses sont en train d’empirer considérablement…

Vous n’en avez peut-être pas entendu parler, mais les alliés d’al Qaïda ont pris le contrôle de la ville irakienne de Falloujah il y a six mois.

Et aujourd’hui, des extrémistes liés à al Qaïda en Irak ont pris le contrôle de la deuxième plus grande ville irakienne, l’important centre pétrolier de Mossoul.

(Les djihadistes se désignent eux-mêmes « L’Etat Islamique d’Irak et de Syrie » – ou du Levant – EIIL Le f ait que les Etats Unis soutiennent al Qaïda en Syrie est probablement un facteur de continuité).

Pour aggraver les choses, l’armée irakienne a fui, de sorte que les militants ont mis la main sur d’importantes caches d’armes fournies par les USA, dont des Humvees [véhicules tout terrain] :

Un membre de l'Etat Islamique en Irak et au Levant inspecte un véhicule blindé pris à l'armée irakienne

Un membre de l’Etat Islamique en Irak et au Levant inspecte un véhicule blindé pris à l’armée irakienne

L’agence de presse McClatchy observe que les extrémistes ont mis la main sur :

Un aéroport civil, un aérodrome militaire, le quartier général d’une division militaire, un poste frontière avec la Syrie, un dépôt d’armes, des locaux administratifs, des banques et des chaînes de télévision.

Conflict Reporter tweete:

#VIDEO INCROYABLE… #l’EIIL s’empare du quartier général de l’armée irakienne à #Mossoul, prend/détruit tous les #MRAPs#US [les MRAP sont des véhicules blindés conçus pour résister aux mines].

vidéo

Ils se sont aussi emparés d’un ou de plusieurs hélicoptères Blackhawk. Comme le tweete Conflict Reporter :

#L’aérodrome de Mossoul est d’habitude plein d’hélicoptères #Blackhawk et #Kiowa. Reste à voir combien ont fini ennnntre #les mains de l’EIIL.

Base aérienne de Mossoul

Base aérienne de Mossoul

Une personne tweete:

Black Hawk, une des prises faites par #EIIL. #Mossoul #Irak

Blackhawk tombé aux mains de l'EIIL

Blackhawk tombé aux mains de l’EIIL

Il y a eu en outre :

des scènes surréalistes à #Mossoul,#Irak avec des soldats entraînés par les USA qui ont laissé derrière eux leurs uniformes et ont fui #EIIL vers #le Kurdistan.pic.twitter.com/eUyL65lnWa

fuite

Les soldats irakiens jettent l’uniforme en s’enfuyant

Et un énorme chaos avec les civils qui essayaient de fuir. Comme le rapporte la BBC :

Les civils fuient Mossoul en masse

Les civils fuient Mossoul en masse

Environ 150 000 personnes auraient fui la ville irakienne de Mossoul après da prise de contrôle par des militants. http://bbc.in/SurMVl pic.twitter.com/6MzMlp59me

Mission accomplie?

Dernière minute : les djihadistes se sont aussi emparés de Tikrit.

 


%d blogueurs aiment cette page :