Posts Tagged ‘English Defence League’

Le sionisme ou l’antisémitisme en miroir

25 septembre 2016

Le sionisme n’est que l’antisémitisme en miroir. On le savait depuis Theodor Herzl mais l’actualité nous en donne un nouvel aperçu avec cet ancien cadre dirigeant d’un parti d’extrême droite hongrois qui se prépare à faire son « aliya », c’est-à-dire à aller rejoindre ceux qui squattent la Palestine aux dépens de la population autochtone.

L’article que je vous propose commence par une question : pourquoi cet ancien antisémite va-t-il s’installer en Palestine occupée?

La réponse est simple et vous l’aurez devinée : cet individu a découvert qu’il avait des grands-parents maternels juifs et que donc, conformément à la croyance nazie et à la halacha (loi juive) il en a conclu qu’il était lui-même juif.

Si ce raisonnement est effectivement conforme aux convictions et aux pratiques du judaïsme et du sionisme, ce n’est sans doute qu’un subterfuge.

En effet, si on peut admettre qu’il soit possible d’ignorer que ses grands-parents maternels étaient juifs, on se demande comment, sauf à être orphelin, on peut ignorer que sa propre mère était juive surtout quand on sait qu’elle a été internée au camp de concentration d’Auschwitz dont elle est une rescapée.

szegedi-770x513.gif

Csanad Szegedi

Le dénommé Csanad Szegedi a évidemment toujours su qu’il était juif (au sens talmudique et donc biologique du terme). Il a reçu une mission qui consistait à participer au développement d’un mouvement d’extrême droite en Hongrie et c’est ce qu’il a fait puisqu’il a très vite fait partie de l’encadrement de ce mouvement. L’implication de sionistes dans les mouvances d’extrême droite en Europe n’est en rien une exclusivité hongroise et on a pu la constater en Angleterre avec l’English Defence League et en Allemagne avec le mouvement Pegida.

Une fois sa mission accomplie, eh bien sa récompense, son cadeau, est la possibilité de « retour » à Sion.

Et comme il le dit lui-même, il a une longue expérience politique dont il serait heureux de faire profiter AUSSI à des organisations sionistes EN Israël. »

Effectivement, après avoir servi des organisations sionistes en Hongrie, ne serait-il pas une bonne chose de continuer dans l’entité sioniste elle-même ?

Pourquoi cet ancien antisémite quitte-t-il la Hongrie pour Israël ?

Par Sam Kestenbaum, The Jewish Forward (USA) 25 septembre 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un ancien député du parti d’extrême droite hongrois Jobbik en Hongrie, qui a démissionné après avoir découvert ses racines juives, va maintenant émigrer en Israël.

Dans une interview accordée au site en hébreu Ma’ariv, Csanad Szegedi a dit qu’il veut discuter avec des organisations israéliennes pour coordonner la lutte contre le type d’antisémitisme dont il était auparavant le partisan.

Dans une traduction de l’entretien en anglais publiée par le Jerusalem Post, Szegedi a déclaré ne pas être inquiet pour sa sécurité en déménageant en Israël et qu’il espérait vivre à Jérusalem.

Szegedi, qui a été un membre fondateur d’une organisation extrémiste inspirée de la garde collaborationniste des Croix fléchées hongroises, a déclaré, « Il y a beaucoup plus d’éléments positifs que d’éléments négatifs dans le fait d’être un Juif, et le plus grand cadeau pour n’importe quel Juif, c’est l’existence de l’Etat d’Israël. »

Quand il était un jeune politicien, Szegedi avait rapidement gravi les échelons du parti Jobbik et il avait même représenté le parti au parlement européen et e avait été vice-président. Le magazine Tablet l’avait qualifié de « un des antisémites les plus connus de Hongrie et une des voix les plus écoutées dans l’extrême droite européenne. »

Mais en 2012, Szegedi a découvert – et révélé au monde – ses propres racines juives. Ses grands-parents maternels étaient juifs, sa mère était une rescapée d’Auschwitz et son grand-père avait été prisonnier dans un camp de travail.

Szegedi a étudié le judaïsme et a observé quelques prescriptions religieuses. Il s’est aussi rendu en Israël un certain nombre de fois – et dans le cours du weekend il a révélé qu’il avait entamé la procédure d’immigration.

Dans l’interview avec Maariv, Szegedi a envisagé la possibilité de revenir à la politique en Israël.

« j’ai de nombreuses années d’expérience en politique, » a-t-il dit, « et je serais heureux d’en faire profiter aussi à des organisations sionistes en Israël. »

Une lycéenne d’origine palestinienne exclue d’un concours d’art oratoire sur injonction du lobby sioniste.

30 mai 2016

Eloquence, plaidoyer, parler en défense/en faveur de/contre, art oratoire; difficile de traduire cette expression anglaise toute simple: speak out.

L’art oratoire est l’outil de travail privilégié des avocats, des politiciens et c’est quand même mieux quand les militants dévoués à une cause quelconque se montrent à l’aise dans le maniement du verbe et de l’argument.

La place de cet art est reconnue dans la société comme l’atteste l’existence de concours destinés notamment à la jeunesse et dont la presse se fait régulièrement l’écho.

Il existe justement un concours de ce genre Outre Manche, le Jack Petchey Speak Out Challenge qui se flatte d’être la plus grande manifestation d’expression de la jeunesse – au Royaume Uni peut-on supposer.

Eh bien, il se trouve qu’une finale régionale de ce concours a été remporté par une lycéenne palestino-britannique qui s’est exprimé sur la condition du peuple palestinien et a conquis l’auditoire à un point tel que la vidéo de sa prestation a fait le tour du net.

Ce qui n’a pas manqué d’irriter un membre du lobby qui n’existe pas qui est intervenu auprès des organisateurs du concours. Ce membre du lobby, nommé Edgar Davidson, a été efficace puisqu’il a obtenu que la jeune oratrice soit écartée de la suite de la compétition.

On se demande bien ce qu’a pu signifier ce Davidson aux organisateurs du concours pour qu’ils se plient à sa réclamation. L’article n’en dit rien, mais ont peut supposer qu’à côté de remarques sur l’éthique, la neutralité qui auraient été bafouées dans le discours de la jeune fille, devaient se trouver quelques menaces suggérées de manière plus ou moins voilées, comme par exemple celle de réduire la couverture média du concours, ou encore de porter atteinte aux budgets de la fondation en la privant des apports de mécènes et autres sponsors publicitaires.

Une lycéenne palestino-britannique exclue d’un concours d’éloquence

Leanne Mohammad, 15 ans, lycéenne à la Wanstead High School à Londres a remporté la finale régionale du Jack Petchey Speak Out Challenge [concours d’éloquence dans la défense d’une cause.

Middle East Moniitor, 30 mai 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

Une lycéenne palestino-britannique a été exclue d’un concours public d’art oratoire après qu’une vidéo de sa prestation émouvante soit devenue virale sur le net la semaine dernière.

Leanne Mohammed, âgée de 15 ans, et lycéenne à la Wanstead High School à Londres a remporté une finale régionale du Jack Petchey Speak Out Challenge avec son discours intitulé « Des oiseaux, pas de bombes », dans laquelle décrit lé réalité historique et contemporaine des Palestiniens sous la colonisation de peuplement.

Le concours sponsorisé par Jack Petchey est organisé par Speakers Trust et se qualifie lui-même de plus grande manifestation d’expression de la jeunesse.

En réponse à des protestations venues du blogueur anti-palestinien Edgar Davidson, la directrice du Speakers Trust, Julie Holness, a déclaré avoir pris ses « inquiétudes très au sérieux, » et a confirmé que Mohamad ne participera pas à la prochaine étape de la compétition et « ne parlera pas à la Grande Finale. »

La décision d’exclure Mohamad, prise par un panel de juges du Speakers Trust et de la Petchey Foundation, s’est basée sur deux règles : que le discours soit avoir un message positif et édifiant, » et qu’un orateur ne doit jamais provoquer ou offenser l’e public ou insulter autrui. »

Holness a proposé de faire suivre l’email de Davidson à l’école de Mohamad et elle a déclaré que le blogueur « ne devait pas hésiter à utiliser [mon numéro de téléphone au bureau] à tout moment. »

Réagissant à ces informations, Mohamad a tweeté: « Pourquoi appelle-t-on ça « Speak Out Challenge » [se faire entendre, plaider une cause] alors qu’on me fait taire? Si le Speakers Trust a retiré le discours de son site web et de sa chaîne YouTube, il a été remis en ligne ici.

L’an dernier, Davidson avait fait l’éloge du fondateur de l’English Defence League [organisation d’extrême droite] qualifié de « simplement un patriote britannique. » Son blog ‘Key Readings’ contient un article qui affirme que « les palestiniens sont une création mensongère. »


%d blogueurs aiment cette page :