Posts Tagged ‘Fatah’

Appelons un chat un chat: l’Etat juif est un Etat d’apartheid

27 octobre 2017

Je n’ai pas le temps de commenter. Je dirai simplement que l’article que je vous propose est intéressant, non par ce qu’il nous apprend ou par la thèse qu’il développe mais par le fait que celui qui veut appeler un chat un chat est Neil Macdonald, un journaliste canadien reconnu qui s’exprime dans un important média, où il assume la fonction d’éditorialiste [ce qui n’est pas rien dans la presse anglo-saxonne). Ce média, c’est la Canadian Broadcasting Corporation, l’équivalent de feu l’ORTF en France.

Photo of Neil Macdonald

Neil Macdonald

Il va sans dire que seul un professionnel dont la carrière est déjà faite peut se permettre ce genre d’article.

Ne parlons plus de ‘terrain glissant’ – Israël est déjà un Etat d’apartheid : Neil Mcdonald

Depuis l’élection de Donald Trump, la colonisation se poursuit avec un enthousiasme renouvelé

par Neil Macdonald, CBC News (Canada) 24 octobre 2017 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le moment est venu d’appeler un chat un chat. Il est temps d’être d’accord avec une longue liste de leaders politiques, universitaires et personnages publics israéliens de droite comme de gauche, dont trois anciens premiers ministres, un lauréat du prix Israël, deux anciens chefs du service de sécurité intérieure israélien, le Shin Bet, et un des principaux journaux du pays qui ont tous prévenu que l’Etats juif était en train de devenir, ou est déjà, un Etat d’apartheid.

Je choisirais cette dernière caractérisation.

Il est intéressant de constater que, dans le discours israélien, cette affirmation semble être devenue routinière, alors qu’elle reste sulfureuse en Occident, où des activistes pro-israéliens consacrent beaucoup d’anergie à scruter les médias, le monde universitaire et le discours politique, prêts à accuser d’antisémitisme ou d’incitation [à l’antisémitisme] dès que ce mot est utilisé.

Songez à l’indignation et au venin dont a été accablé l’ancien Président Jimmy Carter, sous les auspices duquel l’accord de paix entre l’Egypte et Israël avait été signé, quand il a intitulé son livre de 2006 « Palestine: la Paix, pas l’apartheid. »

Soudainement, Carter était passé du statut de lauréat du prix Nobel de la paix et d’homme d’État à celui de vieil homme sous l’emprise des terroristes, du moins aux yeux des partisans d’Israël, dont une fraction importante de ses propres troupes, les Chrétiens évangéliques américains.

Un chat est un chat

Mais la réalité est la réalité, et un chat un chat. Comme l’avait dit feu Yossi Sarid, longtemps dirigeant du parti israélien Meretz et ancien ministre de l’éducation : « Ce qui agit comme un apartheid, est gouverné comme un apartheid et harcèle comme un apartheid, n’est pas un chat – c’est l’apartheid. »

En juin dernier, l’ancien premier ministre israélien Ehud Barak a réaffirmé la position qui est la sienne depuis des années : « si nous continuons à contrôler l’ensemble du territoire de la Méditerranée au fleuve Jourdain où vivent quelque 13 millions de personnes – huit millions d’Israéliens et cinq millions de Palestiniens… si une seule entité gouvernait toute cette région, nommée Israël, elle deviendrait inévitablement – c’est le mot clef, inévitablement – soit non juive, soit non démocratique. » Le pays est, répétait-il, « sur une pente glissante » qui se terminera en apartheid.

La ligne de séparation entre les personnalités israéliennes qui utilisent le terme ici et maintenant, plutôt que comme un avertissement pour ce qui pourrait arriver, semble porter sur la persistance d’un « processus de paix », avec sa promesse d’un Etat palestinien et son autogouvernement.

Et à l’époque où j’étais en poste à Jérusalem pour CBC News à la fin des années 1990, cela semblait vraiment de l’ordre du possible, même si c’était peu probable.

Depuis lors, le processus de paix – jamais enthousiaste – s’était complètement effondré. L’expansion des colonies juives en Cisjordanie s’est poursuivie et, depuis l’élection de Donald Trump, la colonisation s’est accélérée connaissant un regain d’enthousiasme.

Leur existence est en fait saluée à chacun de ses déplacements par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

« Nous sommes ici pour rester, pour toujours, » a-t-il déclaré il y a deux mois dans la colonie de Barkan où il commémorait le 50ème anniversaire de l’occupation de la Cisjordanie par Israël.

« Il n’y aura plus de démantèlement de colonies sur la terre d’Israël. » (La « Terre d’Israël » par opposition à l’Etat d’Israël est un terme utilisé par la droite israélienne pour parler du territoire situé entre le Jourdain et la méditerranée, et parfois même au-delà).

Ayelet Shaked et Naftali Bennett, respectivement ministres israéliens de la justice et de l’éducation, ont dit que les Palestiniens devaient comprendre qu’ils n’auront jamais un Etat. Le ministre de la défense, Avigdor Lieberman, lui-même colon, a dit qu’il n’y avait « aucun espoir » d’un Etat palestinien sur lequel il y aurait accord mutuel, mais il a mis en garde Naftali Bennett contre la promotion d’une annexion pure et simple :

« Ce que Bennett et son parti Foyer Juif proposent est un état binational classique », a déclaré Liberman il y a deux ans. « Ils doivent décider s’ils parlent d’un Etat binational entre le Jourdain et la Méditerranée … ou s’ils parlent d’un Etat d’apartheid ».

Sous-classe palestinienne

La logique de Lieberman semble être que tant que les Palestiniens sont simplement occupés et gouvernés par un ensemble de lois différent, avec beaucoup moins de droits que les Israéliens (par opposition au fait de leur refuser un Etat mais de leur donner le droit de vote dans une version élargie d’Israël, ce que la droite israélienne considère comme un suicide national), alors ce n’est pas vraiment l’apartheid.

Mais à ce stade l’annexion consisterait simplement à officialiser un fait accompli.

Ces dix dernières années, la doctrine du « Mur d’acier » de Ze’ev Jabotinsky a donné naissance à un véritable mur, parfois en acier, qui court à peu près le long des frontières de 1967 de Gaza et de la Cisjordanie. Les principales routes depuis Jérusalem vers Ramallah et Naplouse au nord, et vers Bethléem et Hébron au sud sont désormais coupées par des barrières fortifiées gigantesques. Les colons juifs, environ 750 000 personnes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, ont une liberté complète de mouvement sur des routes qui leur sont réservées et sont effectivement interdites à la sous-classe palestinienne privée de ses droits.

Les colons soupçonnés de crimes jouissent de tous leurs droits devant les tribunaux israéliens ; les Palestiniens subissent les tribunaux militaires, l’emprisonnement pour une durée indéfinie sans inculpation (« détention administrative ») et les punitions collectives. Les colons ont le droit de porter des armes et de s’en servir en auto-défense; pas les Palestiniens. Les colons jouissent du droit de propriété. Les palestiniens revendiquent leurs propriétés. Et cetera.

Netanyahou présente tout cela comme une question de survie nationale, avertissant que toute terre concédée sera immédiatement occupée par des terroristes fondamentalistes déterminés à détruire l’État d’Israël, avec ses armes nucléaires, ses chars, ses avions de combat, ses systèmes de défense antimissile et ses plus 600 000 soldats d’active et troupes de réserve.

Sa définition du terrorisme est nuancée; lors d’une manifestation commémorant il y a quelques années le 60ème anniversaire de l’attentat à la bombe de l’hôtel King David par des combattants de l’Irgoun, considéré comme un acte terroriste par le gouvernement britannique, Netanyahou a qualifié les auteurs de combattants militaires légitimes et a prévenu le gouvernement britannique indigné de surveiller son langage.

Mais dès lors, une vision du monde élastique est apparemment nécessaire pour maintenir le statu-quo; quand le Fatah de Mahmoud Abbas a signé récemment un accord de réconciliation officielle avec les « terroristes » du Hamas qui gouvernent Gaza, Israël et les Etats-Unis s’y sont opposés, affirmant qu’une telle entente met en danger, mais oui, le processus de paix. Le fait que les terroristes actuels tendent à devenir les hommes d’État de demain (les poseurs de bombes de l’Irgoun rejoignirent le gouvernement israélien naissant et l’ancien chef de l’Irgoun, Menahem Begin, devint Premier ministre) n’est apparemment pas pertinent dans ce contexte.

En tout cas, la pente glissante dont parlait Ehud Barak est maintenant dans le rétroviseur. Le chat de Yossi Sarid est arrivé. Reconnaissons ce fait, laissons tomber les faux-semblants et avançons.

Publicités

Pourquoi le Hamas tire-t-il ces roquettes?

18 juillet 2014

Par sadomasochisme doit-on comprendre à l’écoute de la majorité des commentateurs qu’on entend à la télévision ou à la radio. Sinon comment expliquer le fait de s’exposer ainsi au déchaînement de la violence sioniste ? Les Palestiniens sont méchants, peut-être même antisémites, mais aiment aussi souffrir et voir leurs enfants mourir sous leurs yeux.

A moins de l’expliquer par le contexte politique et économique dans lequel se trouve la Palestine en général et la bande de Gaza tout particulièrement.

The Economist expose ce qu’il considère, à juste raison me semble-t-il, être la logique qui sous-tend l’action du Hamas.

Et on comprend bien, à la lecture de cet article, que ce sont les Palestiniens qui se défendent contre les agressions sionistes, et certainement pas le contraire.

Et que la démarche du Hamas est purement politique, avec des objectifs conformes au droit et cherchant à impliquer les instances de l’ONU.

A comparer avec celle des terroristes sionistes.

NB : les articles de The Economist ne sont en général pas signés

 Pourquoi le Hamas tire ces roquettes

Le Hamas veut deux consessions importantes qu’il risque ne pas obtenir

The Economist (UK) 19 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Beaucoup d’habitants de Gaza, pas seulement leurs dirigeants du Hamas, pensent qu’ils n’ont pas grand chose à perdre à poursuivre le combat. Pour une bonne raison, l’attention s’est à nouveau portée sur eux depuis le début de la campagne militaire israélienne ce mois-ci. Aux yeux des gens de Gaza, le Hamas profite de la violence parce que le monde extérieur peut, conséquence le sinistre publicité qui résulte de l’effusion de sang, se sentir obligé de reprendre en considération ses revendications. Cette semaine, le Hamas a publié un plan en dix points. Un cessez-le-feu, suggérait ce plan, devrait être suivi d’une trêve de dix ans. Parmi ses exigences essentielles, figurent la levée du siège de Gaza et la libération des prisonniers. Le port maritime et l’aéroport seraient rouverts sous supervision de l’ONU.

Inauguré en 1998, l'aéroport de Gaza a été en grande partie rasé puis bombardé par les sionistes

Inauguré en 1998, l’aéroport de Gaza a été en grande partie rasé avant d’être bombardé par les sionistes en 2001

Après le derniers gros effort israélien pour arrêter les tirs de roquettes en novembre 2012, il y avait eu accord pour que, à côté du cessez-le-feu, le blocus de Gaza soit levé progressivement  et que les points de passage vers l’Egypte et Israël seraient rouverts. Le cessez-le-feu avait tenu dans l’ensemble mais le siège s’est poursuivi. De leur point de vue, les habitants de Gaza sont restés enfermés de manière cruelle dans une prison à ciel ouvert. Les tirs de roquettes, font valoir nombre d’entre eux, sont la seule manière à leur disposition pour protester alors même qu’ils savent que les Israéliens se feront un devoir de les punir de temps en temps.

Plus récemment, disent les Gazaouis, les Israéliens sous la direction de Benjamin Netanyahou ont montré leur détermination à détruire le gouvernement palestinien d’unité nationale formé dans un esprit de paix approuvé par le Hamas et le Fatah, le parti plus modéré dirigé par Mahmoud Abbas, après l’échec des discussions entre M. Abbas et M. Netanyahou sous l’égide des Etats Unis. Le gouvernement israélien avait fait clairement savoir qu’il ne discuterait jamais avec un gouvernement soutenu par le Hamas, même si l’Amérique l’avait prudemment salué. Il a alors tout fait, disent les Palestiniens, pour le faire capoter [le gouvernement d’union].

Entre autres choses, le gouvernement de M. Netanyahou a empêché M. Abbas de réaffirmer son autorité sur Gaza dans le cadre de l’accord d’union – et de payer les salaires des fonctionnaires du Hamas là-bas.

En fait, M. Abbas est apparu encore plus faible que d’habitude pendant l’opération Bordure de Protection : il ne pouvait pas, en tant que leader engagé en faveur de la paix, applaudir aux roquettes du Hamas. Pourtant, ses appels à la retenue des deux côtés n’ont eu pour l’instant que peu d’effet.

Les griefs du Hamas au sujet des prisonniers ont un impact émotionnel très fort chez les Palestiniens où qu’ils se trouvent. Après l’enlèvement le 12 juin en Cisjordanie de trois étudiants israéliens retrouvés ensuite assassinés, les forces de sécurité israéliennes ont raflé plus de 500 membres du Hamas, en dépit du fait que ce mouvement n’avait pas revendiqué le crime. L’augmentation du nombre de tirs de roquettes avait en partie pour but de protester contre la rafle de prisonniers. Tout cessez-le-feu, dit le Hamas, doit inclure la libération au moins de ceux qui ont été arrêtés le mois dernier.

 

Quelques notes et photos sur le rassemblement pour Gaza qui s’est tenu le 16 juillet à Lyon

17 juillet 2014

Hier a eu lieu à Lyon un deuxième rassemblement de solidarité avec Gaza assiégée et bombardée par les terroristes sionistes.  Ce rassemblement qui a commencé à 18h se tenait place des Terreaux au pied de l’Hôtel de Ville.

Plusieurs centaines de personnes étaient présentes, on était loin des milliers du rassemblement précédent. On peut imputer ce relativement faible effectif à l’heure tardive et à la chaleur pesante de nature à dissuader une partie des jeûneurs en ce mois de Ramadan.

Ou encore aux images de la manifestation parisienne où on a pu voir des casseurs sionistes agresser des manifestants pro-palestiniens sous les yeux et semble-t-il avec l’aval de la police. De fait, aucun de ces casseurs miliciens affiliés à la Ligue de Défense Juive n’a été interpellé. C’est au contraire dans les rangs des agressés que la police a procédé à des arrestations, une des personnes arrêtées ayant même été condamnée à quatre mois de prison ferme.

Il y avait sans doute autre chose qui a à voir avec des divergences entre les organisations qui forment l’ossature du Collectif 69 et une partie des sympathisants de la cause palestinienne qui  récusent le terme de guerre pour décrire l’agression contre une population dépourvue d’armée et de refuge où fuir  perpétrée par un régime sioniste, doté d’une armée moderne dont la puissance de feu dans le domaine aérien et terrestre se compare à celle de pays comme le Royaume Uni ou la France.

Il y a aussi cette irritation devant le fait que le droit des Palestiniens à se défendre n’est pas clairement affirmé par des associations membres d’un Collectif, sauf tout le respect que je leur dois, dont les difficultés de positionnement renvoient à la division des Palestiniens, avec en gros le Hamas d’une part et le Fatah d’autre part.

Dans cette affaire, il vaudrait sans doute mieux s’en tenir aux principes, qui sont ceux de l’autodétermination et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Un droit auquel malheureusement l’OLP a largement renoncé le jour où feu Yasser Arafat a déclaré que la Charte de l’OLP était caduque.

Il faut pourtant relire cette charte  pour s’apercevoir qu’elle reste d’actualité et que si par malheur elle devenait vraiment caduque (ou si elle était abrogée, ce qui n’est pas le cas), les Juifs ou prétendus tels n’auraient strictement aucun avenir au Proche Orient.

Revenons à la manifestation elle-même. Le journal Le Progrès a couvert cet événement et en rend compte dans l’article reproduit ci-dessous:

Le Progrès - 17 juillet 2014

Le Progrès – 17 juillet 2014

La coupure que j’évoquais entre les différentes catégories de sympathisants de la cause palestinienne est bien apparue hier. On l’a constatée par exemple au moment de la prise de parole de l’avocat lyonnais Gilles Devers qui a eu bien du mal à réajuster son propos devant des auditeurs qui attendent une prise de parole non seulement sur le registre juridique et humanitaire mais surtout sur le registre politique.

On l’a constaté aussi avec ce qui est relaté dans l’article de presse avec le départ d’une partie de l’assemblée qui a improvisé un défilé vers la place Bellecour puis la place Gabriel Péri (place du Pont) sur la rive gauche du Rhône (la place des Terreaux est rive droite). Pour ceux qui ne connaissent pas Lyon, la place du Pont, c’est un peu l’équivalent de Barbès à Paris.

J’étais avec un de mes frères et ni lui, ni moi ne nous étions aperçus de la formation de cette manifestation spontanée. C’est sur le chemin du retour, à hauteur de la rue de la Barre, qu’une jeune femme nous a interrogés sur la manifestation place Bellecour. Comme nous écarquillions les yeux, elle nous a dit que les manifestants avaient des emblèmes comme celui qu’arborait mon frère. Nous avons alors décidé d’aller voir et c’est là que nous avons croisé des jeunes gens qui se dirigeaient vers le pont de la Guillotière. Des policiers à pied, en deux roues et en voiture les suivaient de près.

Nous les avons donc suivis mais il faut dire qu’ils allaient très vite et comme nous avions fait la connaissance d’un monsieur bien dans la cinquantaine, nous avons traîné un peu et nous les avons perdus de vue alors qu’ils s’étaient engagés dans la rue Paul Bert.

En revenant vers le Cours Gambetta et la place Gabriel Péri, nous avons pu voir pas mal de véhicules de police ainsi que des policiers à moto positionnés sur l’important carrefour formé par le Cours Gambetta,la rue Paul Bert, la rue de Marseille et la Grande rue de la Guillotière.

Les policiers étaient interpellés par des jeunes, debout ou assis à une terrasse de café (mais sans café cause jeûne du mois de Ramadan) qui leur lançaient des cris d’animaux, genre cris de volaille quoique je n’ai pas pu vraiment distinguer précisément compte tenu du bruit ambiant dans ce secteur où la circulation est importante et où une masse humaine est engagée dans une foule de conversations.

Ces jeunes signifiaient simplement aux policiers que ce qui s’était passé à Paris avec la passivité/complicité des forces de l’ordre devant les casseurs de la Ligue de Défense Juive ne leur avait pas échappé.

De fait, on peut se dire que si Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Christiane Taubira avaient eu l’intention de discréditer pèle-mêle l’Etat français, la police et la justice françaises, ils ne s’y seraient pas pris autrement que ce qu’ils ont donné à voir dimanche dernier.

Allez, quelques photos d’hier (malheureusement j’an ai raté beaucoup, ça m’apprendra à changer d’appareil au dernier moment).

J'arrivé à 17 h 40, en retard à cause d'un ralentissement dû à un accident sur l'autoroute

J’arrive par la rue Joseph Serlin à 17 h 40, en retard à cause d’un ralentissement dû à un accident sur l’autoroute

Le rassemblement se tenais devant l'Hôtel de Ville deLyon

Le rassemblement se tenait devant l’Hôtel de Ville de Lyon

L'ambiance est pacifique mais l'indignation et la colères sont très présentes

L’ambiance est pacifique mais l’indignation et la colères sont  palpables

Que faisaient-ils là?

Que faisaient-ils là?

Sur ce cliché on voit au premier plan une personne enveloppée dans le drapeau du Conseil National Syrien. Au fond, face au portail de la mairie, on voit flotter l’emblème de l’Etat islamique en Irak et au Levant. Le porteur de ce drapeau était seul, je ne suis pas parvenu à décider si c’était un Maghrébin ou un autre type d’arabe  ou encore un Européen. Ce qui est sûr, c’est qu’il a bien arboré son drapeau pour que tout un chacun puisse le voir, puis il est reparti discrètement, seul.

Prise de parle de Me Gilles Devers

Prise de parole de Me Gilles Devers

Un autre plan sur Me Gilles Devers

Un autre plan sur Me Gilles Devers

Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) était présent

Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) était présent

Cette militante a un rôle très important depuis quelques années mais je ne sais toujours pas qui c'est!

Cette militante  qui prend la parolea un rôle très important depuis quelques années mais je ne sais toujours pas qui c’est! Son discours fait mouche!

Elle est floue mais je l'aime bien quand même

Elle est floue mais je l’aime bien quand même

Une inscription qui traduit bien les sentiments de beaucoup

Une inscription qui traduit bien les sentiments de beaucoup

pont_guillotière[1]

18h40, ça bouchonne rue de la Barre et Pont de la Guillotière à cause du déploiement policier

Les jeunes de la manifestation improvisée place Bellecour se dirigent vers le Pont de la Guillotière

Les jeunes de la manifestation improvisée place Bellecour se dirigent vers le Pont de la Guillotière

Le gros de la troupe arrive

Le gros de la troupe arrive

Même les traînardes ont finalement été plus rapides que nous

Même les traînardes ont finalement été plus rapides que nous

La police escorte les manifestants

La police escorte les manifestants

Le gros des forces de police  positionnées en arrière de la manifestation

Le gros des forces de police positionnées en arrière de la manifestation

Cours Gambette direction Place Dupont

Cours Gambetta direction Place  du Pont

Entrée de la rue Paul Bert. La plupart des gens sont des chalands, la rue Paul Bert est extrêmement fréquentée pendant Ramadan

Entrée de la rue Paul Bert. La plupart des gens sont des chalands, la rue Paul Bert est extrêmement fréquentée pendant Ramadan

Motards de la police à l'entrée de la rue Paul Bert

Motards de la police à l’entrée de la rue Paul Bert

Motards de la police au carrefour rue de Marseille - Cours Gambetta

Motards de la police au carrefour rue de Marseille – Cours Gambetta

De nombreux véhicules de police arrivent dans le secteur de la place Gabriel Péri On voit que deux d'entre eux étaient déjà stationnés sur l'es voies en sens inverse du Cours Gambetta. Un de ces véhicules est stationné à contresens.

De nombreux véhicules de police arrivent dans le secteur de la place Gabriel Péri On voit que deux d’entre eux étaient déjà stationnés sur l’es voies en sens inverse du Cours Gambetta. Un de ces véhicules est stationné à contresens.

Gaza, la violence et le mensonge signent l’échec stratégique du régime sioniste

10 juillet 2014

Les tueurs sionistes de déchaînent en ce moment contre la bande de Gaza assiégée. A côté des morts et des destructions causées par l’aviation et les soldats sionistes, l’opinion publique a droit aux mensonges habituels servis par une presse qui redouble d’ingéniosité pour garder un vernis de pseudo-neutralité, si ce n’est d’objectivité.

Les politiques se comportent d’une façon guère plus digne ainsi qu’on a pu le constater à la lecture du communiqué de l’Elysée qui donne la position officielle de François Hollande sur les événements en cours en Palestine occupée :

Le Président de la République a eu ce soir un entretien téléphonique avec le Premier ministre israélien, Benyamin NETANYAHOU. Il lui a exprimé la solidarité de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza. Il lui a rappelé que la France condamne fermement ces agressions. Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces.

Le Président de la République (anciennement française, note de Djazaïri) rappelle la nécessité de prévenir l’escalade des violences.

Après ses indécentes déclarations d’amour au régime sioniste et aux ordures qui la gouvernent, on ne saurait être surpris.

François Hollande chante son amour pour Sion

François Hollande chante son amour pour Sion

Pourtant, l’agression décidée par le régime sioniste contre Gaza repose sur un mensonge [comme l’Etat prétendu juif lui-même soit dit en passant]. C’est ce qu’explique fort bien à mon sens Daoud Kuttab dans les colonnes du Jordan Times. Kuttab met en effet en relation l’accès de violence du régime sioniste avec des développements politiques significatifs dans la région : l’accord de réconciliation entre le Hamas et le Fatah d’une part, et la crise au niveau de la coalition qui gouverne à Tel Aviv avec la surenchère belliciste d’Avigdor Lieberman et ses menaces de rompre son alliance avec le Likoud, menace qu’il vient effectivement de mettre à exécution.

Daoud Kuttab

Daoud Kuttab

Un autre aspect plus lié à l’escalade militaire qu’au déclenchement des opérations elles-mêmes tient au fait que l’Egypte n’est plus disposée à assurer l’intermédiation entre le Hams et le gang sioniste du fait, selon Kuttab, que les autorités sionistes ont failli à leur engagement de ne pas recapturer des Palestiniens qui avaient été libérés dans le cadre de l’échange avec Gilad Shalit, une des ondiitions pour lesquelles l’Egypte avait apporté sa garantie.

Sans doute, mais il n’est pas sûr non plus que le régime militaire égyptien ait vraiment envie de venir en aide à un parti, le Hamas, qui fait partie de la mouvance des Frères Musulmans et qui était très proche de Mohamed Morsi, le président égyptien membre de la confrérie et qui a été renversé par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, l’actuel raïs égyptien.

In fine, Daoud Kuttab nous dit que le régime sioniste se retrouve dans une impasse stratégique que ses accès violents ne sauraient dissimuler aux observateurs avertis.  Sur ce sujet, on lira ou relira utilement cet article de 2012 signé John Mearsheimer sur l’échec stratégique des autorités sionistes.

En voyant ce genre de carte (parue dans un média de San Diego aux USA, on a l'impression que les Palestiniens ont une puissance de feu supérieure à celle des sionistes

Sur ce genre de carte,(parue dans un média de San Diego aux USA,  on a presque l’impression à première vue  que les Palestiniens ont une puissance de feu supérieure à celle des sionistes

La guerre contre Gaza est basée sur un mensonge

par Daoud Kuttab, Jordan Times (Jordanie) 09 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Lorsque trois Israéliens ont disparu il y a trois semaines, et avant l’ombre d’une preuve, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a décidé de son propre chef d’en imputer la responsabilité au mouvement islamiste Hamas. Lui et ses acolytes politiques et militaires ont persévéré dans cette fabrication en arrêtant des centaines de militants du Hamas et des parlementaires élus pro-Hamas et en bombardant les bureaux du Hamas à Gaza. Des Palestiniens libérés dans l’échange de prisonniers avec Gilad Shalit, qui était garanti par les Egyptiens, ont également été raflés dans le but de faire pression sur le Hamas.

Priés de présenter des preuves, les Israéliens ont donné les noms de deux militants du Hamas pour le simple fait qu’ils n’étaient pas chez eux quand des soldats israéliens sont venus pour les arrêter. La théorie voulait alors que la disparition de Marwan Qawasmeh et Amer Abu Aisha n’était rien d’autre qu’une preuve flagrante que ces militants du Hamas étaient certainement les auteurs de l’enlèvement des Israéliens. Sans s’embarrasser d’autres pruves, Israël a démoli les maisons des deux Palestiniens disparus. En outre, les services d’action psychologique israéliens ont lancé une campagne médiatique (en se servant de journalistes amis) pour diffamer le clan Qawamesh fort de 10 000 membres, fabriquant toute une histoire sur une « famille hors-la-loi. »

L’accusation contre le Hamas avait à l’évidence de’autres motifs qu’Israël n’a pas tardé à faire connaître. Le but de l’accusation et de l’arrestation des deux membres du Hamas était rien moins que de faire pression sur le président palestinien Mahmoud Abbas pour qu’il abroge l’accord de réconciliation avec la direction du Hamas basée à Gaza.

Le problème avec les mensonges et les fabrications est que la vérité vient parfois interférer. Israël lui-même a depuis annoncé l’arrestation de Palestiniens de Hébron qu’il accuse d’être derrière l’enlèvement des trois Israéliens et ce ne sont pas les deux noms du Hamas exhibés aux médias comme étant derrière cet acte pour lequel leurs maisons ont été détruites. Par ailleurs, Israël a concédé que si certains éléments locaux du Hamas à Hébron pourraient se révéler être derrière les enlèvements, il n’y a aucune preuve de l’implication de la direction du Hamas à Gaza ou hors de Gazza. Le refus de Khaled Mishaal, le chef du Hamas, de condamner le triple enlèvement était une raison suffisante, du point de vue israélien, pour maintenir la pression sur le mouvement islamiste.

La guerre est souvent créée à la fois dans l’espace public et à huis clos. Ayant créé une énorme campagne d’opinion contre le Hamas, quoique sur la base de fausses accusations, le débat sur la guerre a ensuite été transféré au conseil de guerre. La discussion dans le cabinet israélien restreint qui décide sur les grandes questions de sécurité est vite devenue politicienne. La guerre des mots entre Netanyahou et son ministre des affaires étrangères Avigdor Lieberman se révèle être un cas typique de surenchère. Lieberman, dont la parti Yisrael Beiteinu forme une coalition avec le Likoud cherchait apparemment une bonne raison d’abandonner ce partenariat. Accusant le premier ministre israélien d’être trop mou avec le Hamas à Gaza, Lieberman a mis fin à la coalition Likoud – Beiteinu tout en continuant à critiquer publiquement Netanyahou pour son refus de prendre une position forte sur le Hamas et pour ne pas avoir stoppé les tirs de projectiles depuis Gaza sur le sud d’Israël.

Le problème avec la guerre en cours contre Gaza, c’est que les Israéliens ont perdu leurs canaux de communication avec les dirigeants du Hamas. Récemment encore, Israël n’avait as été mécontent de voir les Egyptiens intercéder et si nécessaire garantir tout accord de cessez-le-feu. C’était pendant la présidence de Mohamed Morsi et ce cessez-le-feu avait dans l’ensemble tenu jusque récemment. Mais les Egyptiens ne sont plus en mesure d’apporter une aide parce que les Israéliens ont trahi leur engagement de pas ré-arrêter des Palestiniens qui avaient été libérés dans l’échange contre Shalit. Les Israéliens ne peuvent pas non plus recourir aux bons offices d’Abbas, étant deonné qu’ils ne veulent pas qu’il renforce son accord le Hamas mais qu’il l’abroge. Toute intercession réusssie par Ramallah pour stopper la guerre contre Gaza viendra rétablir le capital politique d’Abbas et cimenter la’accord de réconciliation [entre le Hamas et le Fatah, NdT]. Il est évident que le gouvernement israélien ne veut ni de l’un, ni de l’autre. Il veut un Abbas faible et la dissolution de l’accord entre le Fatah et le Hamas.

Cette guerre est basée sur un mensonge et l’opinion publique le saura certainement tôt ou tard. De la même manière qu’Israël a été confondu pour son mensonge du fait qu’il savait dès le premier jour que les autostoppeurs israéliens avaient été tués. Le mensonge au sujet du Hamas sera révélé tôt ou tard. La seule question est combien de Palestiniens et d’Israéliens devront souffrir pendant tous le temps où ce mensonge sera considéré comme une vérité.

 


%d blogueurs aiment cette page :