Posts Tagged ‘Hama’

Massacres et propagande en Syrie, un article d’Alex Thomson sur la tuerie d’Aqrab

16 décembre 2012

En matière politique, il existe à n’en pas douter toute une variété de militants qu’on peut qualifier d’islamistes, certains parmi eux pouvant être considérés, ou se considérant, comme modérés.

Il faut entendre par «modérés » des mouvements ou des personnes qui admettent la pluralité des opinions et la liberté de leur expression.

Et sans entrer dans les détails, il n’est pas du tout sûr qu’on puisse considérer comme identiques des mouvements comme Ennahda en Tunisie ou la confrérie des Frères Musulmans en Egypte.

Peut-on pour autant dire avec Riad Seif, que Le Figaro nous présente comme «l’inspirateur » de la Coalition nationale, l’organisation d’opposition, censée représenter le peuple syrien, que «Les islamistes syriens sont connus pour leur modération» ?

Au vu de ce qui se passe sur le terrain, c’est vraiment difficile à croire, sauf à admettre que l’essentiel des militants armés qui opèrent en Syrie ne sont pas syriens.

De toute façon, pour Riad Seif, Jabhat al-Nosra, l’organisation armée la plus active sur le terrain syrien, n’est en rien une organisation extrémiste et ses membres « ne font de mal à personne. 

A une question du Figaro sur l’absence d’expression de compassion de la part de Moaz al-Khatib, à l’égard de la centaine de victimes alaouites d’ un massacre perpétré dans le village d’Aqrab, Riad Seif répond :

Il n’y a jamais eu de massacres commis par les sunnites contre les alaouites. Et il est très probable que ce sont les chabihas (miliciens pro-régime, NDLR) eux-mêmes qui aient commis ce massacre à Aqrab. Je connais Moaz al-Khatib depuis des années, et sa philosophie c’est la paix entre les communautés.

S’il n’y avait pas eu cette question, j’aurais eu du mal à savoir qu’un massacre avait été perpétré contre des alaouites dans un village syrien.

J’ignore si l’information a été diffusée largement au début, mais elle l’est on ne peu plus parcimonieusement en ce moment.

Quand je pense qu’un blogueur lyonnais ose parler de la propagande du régime syrien, comme si cette dernière avait un quelconque impact sur les médias en France !

Tandis que la propagande de l’opposition syrienne est reçue 5 sur 5 et c’est pourquoi la presse internationale a retenu que ce sont les forces gouvernementales qui sont responsables du massacre d’Aqrab.

On a en fait peu de certitudes sur ce qui s’est passé à Aqrab et on n’est même pas sûr de la réalité d’un massacre ainsi que le signale le titre du papier que je vous propose.

Il n’en reste pas moins que l’article d’Alex Thomson qui s’est rendu sur place et a rencontré des témoins nous donne une version des faits très différente de celle que nous offre la propagande, qu’elle émane de l’opposition syrienne ou des officines dépendant des gouvernements occidentaux.

Et, comme le dit un commentateur syro-arménien, le travail de vérité d’Alex Thomson est malheureusement inutile car il se retrouve face à un déferlement propagandiste qui fonctionne 24/24 et 7 jours sur 7.

Y a-t-il eu un massacre dans la ville syrienne d’Aqrab?

Par Alex Thomson, Channel 4 (UK) 14 décembre 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Pour atteindre Aqrab, il faut pénétrer profondément dans les terres ingrates du centre de la Syrie, où bon nombre des pires atrocités de la guerre ont eu lieu.

Ce n’est pas un voyage qu’on entreprend à la légère, et il nous a fallu 24 heures de préparatifs intenses pour être en mesure de rouler vers l’ouest en partant du chef lieu de la province, Hama.

Malgré tout ça, il nous avait fallu une escorte embarquée, et nous avions dû passer de véhicule d’escorte en véhicule d’escorte à travers la mosaïque de villages des plaines fertiles du centre du pays.

La connaissance du terrain fait la différence entre la vie et la mort dans une région où tourner au mauvais endroit peut vouloir dire rencontrer les mauvaises personnes qui trouvent sur vous les mauvais papiers – avec des conséquences qui ne sont que trop souvent fatales.

C’est pourquoi il nous a fallu plus d’une heure pour un trajet d’environ une quinzaine de kilomètres à vol d’oiseau. Enfin, à l’approche d’un autre éperon rocheux, elle était en vue : Aqrab.

Récits de témoins oculaires

C’est une petite agglomération, et nous étions à peu plus d’un kilomètre. Des maisons basses, une ville très compacte peuplée de 9 000 sunnites et 2 000 alaouites. Trois hauts minarets perçaient le ciel de l’hiver qui est rude ici.

Ce qui suit est une série de récits de témoins oculaires dont les versions contredisent presque entièrement la version des évènements survenus ici qui a été propagée dans le monde par les sites internet de la propagande rebelle.

Nous ne disons pas que ce qui suit est la vérité. Mais nous sommes en mesure de dire que c’est le premier article résultant de constatations indépendantes à Aqrab par le premier journaliste étranger à s’être rendu sur place.

Nous avons interviewé nos trois principaux témoins oculaires en trois endroits différents. Aucun d’entre eux ne pouvait être informé de notre arrivée soudaine, et aucun ne connaissait non plus l’identité des deux autres témoins oculaires.

Ce qui est frappant, c’est que leurs récits se recoupent entièrement, dans les moindres détails. Et leurs versions sont de plus étayées par au moins une douzaine de témoignages d’autres alaouites qui avaient fui Aqrab.

 Hayat Youseh est à l’abri chez des parents dans un village situé à quelque distance d’Aqrab.

Hayet Youseh est alaouite. C'est dire qu'elle détient une parcelle du pouvoir en Syrie

Hayet Youseh est alaouite. C’est dire qu’elle détient une parcelle du pouvoir en Syrie

Son mari est toujours là-bas. Et son fils de 18 ans, Ali Ibrahim, a subi une fracture de la jambe qui est restée sans soins pendant 12 jours.

Ali al-Hosin a bientôt 16 ans et est manifestement traumatisé. Il dit que ses deux parents et 23 membres de sa famille élargie sont toujours pris au piège à Aqrab.

Madlyan Hosin est également au bord des larmes. Elle dit que ses quatre oncles et tantes sont toujours là-bas et que deux de ses tantes sont enceintes.

Pas des “Syriens normaux”

Tous les trois sont d’accord – comme le sont les rebelles – pour dire que les rebelles ont attaqué Aqrab le dimanche 2 Décembre. Madlyan déclare: «Ils avaient de longues barbes. C’était difficile de comprendre ce qu’ils disaient. Ils n’étaient pas habillés comme des Syriens normaux. « 

Je lui demande de préciser et elle est catégorique : leur arabe n’était pas un parler syrien.

Le jeune Ali nous a dit: «Ils avaient tous de grandes barbes et ils étaient arrivés dans quatre ou cinq voitures, de la direction d’Al-Houla. »

Ils soulignent tous, de même que tous ceux que nous avons rencontré, que les rebelles de l’Armée syrienne libre (FSA) ont parqué environ 500 civils alaouites dans une grande maison rouge à deux étages appartenant à un homme d’affaires nommé Abou Ismail.

Ils disent ensuite qu’ils ont été détenus – environ 500 hommes, femmes et enfants – dans ce bâtiment jusqu’aux premières heures du mardi 11 Décembre. Neuf jours.

Ils dissent que pendant tout ce temps, ils n’ont pratiquement pas eu de nourriture et que des femmes frappaient leurs propres enfants pour essayer de les faire s’arrêter de pleurer. Quand il pleuvait, ils passaient des chiffons par la fenêtre pour les mouiller et boire l’humidité.

Hayat précise que les rebelles ont dit à tout le monde: «Nous sommes vos frères d’Al-Houla et d’Al-Rastan, vos frères musulmans. Nous n’allons pas vous faire de mal. « 

Ces deux villes sont des bastions rebelles. Al-Houla, à seulement huit kilomètres de distance, a été le théâtre en mai d’un tristement célèbre massacre de 108 civils, en majorité des femmes et des enfants.

Boucliers humains?

Ils disent [les 3 témoins] que les rebelles voulaient prendre les femmes et les enfants d’al-Houla pour les utiliser comme boucliers humains contre les bombardements des forces gouvernementales, et qu’ils croyaient qu’ils allaient tuer les hommes restants.

Ils sont d’accord pour dire que la situation a atteint son paroxysme quand une délégation de villageois a été envoyée le lundi à 16 heures pour sortir de l’impasse. Cette délégation comprenait un officier de l’armée en retraite, Hamid Azzudin, l’imam sunnite de la ville, Cheikh Sayid Hawash, et aussi Hashab, le maire de la ville.

Quand ils sont arrivés, les prisonniers n’ont pas voulu les laisser repartir. Comme l’explique Ali : «Une fois qu’ils sont entrés dans la maison, nous avons simplement dit : ‘Nous partons tous ensemble, hommes, femmes et enfants – ou nous mourrons ensemble.»

Il semble que les négociations entre ces anciens et les rebelles ont duré environ quatre heures, pour se terminer en impasse vers 20 heures, lundi soir.

À ce moment, des tirs ont éclaté, les rebelles tirant à travers les fenêtres et criant qu’ils avaient piégé la maison. Les témoins oculaires disent que les tirs ont cessé vers minuit, après quoi un accord a été conclu. Dans un chaos nocturne de cris et de tirs intermittents d’armes à feu, trois véhicules  ont emmené environ 70 des prisonniers en  sécurité dans le village le plus proche à un peu plus d’un kilomètre de là.

Cependant, il semble qu’un quatrième véhicule a conduit un certain nombre de prisonniers à Al-Houla, où deux d’entre eux – une femme non identifiée et un garçon – ont été soignés pour des blessures dans un hôpital de campagne rebelle.

La femme et le garçon ont accusé des milices pro-gouvernementales d’avoir fait les gens prisonniers, selon les sites internet rebelles, et c’est cette version des évènements qui a fait le tour du monde.

Jusqu’à présent

Nos témoins, cependant, ont été interrogés indépendamment les uns des autres et sont prêts à donner leurs noms et à se montrer aux télévisions internationales.

Curieusement, les sites rebelles disent que le bâtiment abritant les prisonniers qui étaient restés sur place, a été complètement détruit par l’artillerie et des frappes aériennes gouvernementales mardi. Nous avons pourtant vu et filmé le bâtiment dans lequel des témoins oculaires ont dit avoir été emprisonnés, et il semble intact – tout comme le reste du village.

Une autre observation curieuse. Si vous sélectionnez les sites rebelles et leurs vidéos sur YouTube  à partir du 2décembre, il semble n’y être fait  aucune mention d’un grand nombre d’Alaouites détenus dans le village. Une omission inhabituelle pour ce qui pourrait sans doute être  un énorme coup de propagande.

Un autre aspect curieux est que leur version des faits n’explique pas pourquoi les fonctionnaires du gouvernement à Hama se sont démenés pour négocier la libération des prisonniers, des blessés et, de fait, la restitution des cadavres bloqués dans une situation qui est toujours dans l’impasse en ce moment comme ils le reconnaissent.

Il y encore autre chose à considérer. Invariablement, quand il y a un massacre, les rebelles présentent  les corps sur YouTube et font tout un tohu bohu sur le sujet. Si le gouvernement avait vraiment commis le massacre de 250 personnes appartenant à la même secte alaouite que le président Assad, YouTube fourmillerait de vidéos rebelles, avec des cadavres, des funérailles, du carnage. Vous pouvez en être certain. Pourtant, vérifiez sur YouTube – il n’est pas le moindre bout de vidéo pour étayer leur version.

Les deux camps parlent de ce qui pourrait être le plus grand massacre d’alaouites commis pendant cette guerre. Les alaouites sont évidemment de la même secte que le président Bachar al-Assad. Les rebelles ont fait connaître leur version des évènements en affirmant qu’entre 200 et 250 personnes ont été ruées quand le gouvernement a bombardé cette maison [ou les alaouites étaient retenus] mardi.

Craignant pour leurs vies, les fonctionnaires du gouvernement refusent de s’exprimer devant les cameras, mais ils sont convaincus qu’un grand massacre s’est produit ici après la libération de quelques chanceux en début de matinée mardi.

Un organisme peut dénouer la dispute sur les évènements, et c’est le Croissant Rouge qui a pu accéder aux prisonniers pendant les neuf jours de blocage. Il sait avec certitude si c’était une milice pro gouvernementale ou des rebelles qui détenaient ces gens. La situation reste cependant dangereuse et le Croissant Rouge ne s’est pas exprimé pour l’instant.

La vérité sur la Syrie commence à transpirer

10 juin 2012

Peter Hitchens est un des principaux commentateurs du Daily Mail, un journal anglais de tendance conservatrice. Hitchens est lui-même une sorte de « born-again » après avoir été un athée militant. Politiquement conservateur, il a été dans sa jeunesse militant trotskyste, comme quoi … Il est le frère de feu Christopher Hitchens, un intellectuel de gauche bien connu.

Il a décidé de s’intéresser à la Syrie, ce qui donne ce texte qui met en doute la propagande que nous sert habituellement la presse occidentale.

Et il annonce son intention d’apporter d’autres éléments dans les semaines à venir.

Pour tempérer l’optimisme du titre, je rappelle quand même que:

ce n’est pas la vérité qui guidera l’action des Etats Unis et de leurs amis de l’OTAN.

La vérité sur la Syrie commence à transpirer

Par Peter Hitchens, The Daily Mail (UK) 9 juin 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

J’ai été contacté par un groupe de femmes occidentales qui vivent en Syrie et qui croient que la plus grande partie de ce qu’on raconte au monde sur ce pays  est faux.

Pour ce que j’ai pu en savoir, ce ne sont pas des affidés du pouvoir et elles sont d’accord pour dire que le gouvernement de Damas est mauvais, mais ce qu’elles sont exactement, elles le disent : des êtres humains ordinaires pris dans une tourmente politique. Pour des raisons évidentes, j’ai promis de protéger leurs identités.

Je vous exhorte à lire ce qui suit, parce que c’est important, parce que nos interventions sous le coup de l’émotion dans d’autres pays ne font aucun bien et parce qu’il est vital que les gens résistent aux tentatives pour nous entraîner en Syrie en nous abreuvant d’une propagande unilatérale.

Cette sorte de propagande a un prix. J’espère que vous cous êtes aperçu de la liste qui continue de s’allonger de ces soldats britanniques altruistes  tués  en Afghanistan pour une cause depuis longtemps abandonnée.

Et j’espère que cous vous êtes aperçu que  la Libye, que nous avons « secourue » il y a quelques mois, est maintenant un Etat en faillite dont le principal aéroport international est récemment passé sous le contrôle de gangsters et où des prisonniers arrêtés injustement  sont affamés et torturés dans des geôles secrètes.

Une de mes sources en Syrie écrit sur les ‘militants’ sont on nous parle tant : « Ces contestataires ne sont pas des gens pacifiques munis de fleurs qui veulent la liberté. Non, ce sont des tueurs armés jusqu’aux dents, qui pratiquent le tir embusqué, qui tirent sur l’armée dans le seul but d’inciter au chaos et à l’émeute.’

Elle accuse les salafistes, les Musulmans ultra-puritains influencés par les enseignements saoudiens, qui haïssent et menacent les minorités syriennes alaouite et chrétienne. Elle dit que beaucoup de ‘militants’ sont  des étrangers, un point de vue partagé par toutes mes informatrices. Beaucoup de ces ‘militants’ sont armés.

Les opérations armée sont un fait bien établi, non condamné par l’ONU qui attaque volontiers le gouvernement syrien parce qu’il se défend. Une autre écrit : ‘J’ai vu des reportages sur des manifestations de l’opposition faits avec des images de manifestations pro gouvernementales, et des images  supposées être prises dans la campagne du nord du pays, qui a connu une année incroyablement humide, et qui semblent avoir été faires dans quelque désert. Les informations acceptées comme vraies par la BBC World News sont tellement biaisées en ce moment que je ne crois plus rien de ce qu’elle raconte, après lui avoir fait crédit de dire la vérité pendant plus de 60 ans.’

Elle dit avoir discuté avec un homme qui a participé à une marrche à hama l’été dernier. Il ‘craignait pour sa sécurité, mais on lui avait demandé de porter une rose rouge et in l’avait assuré que tout se passerait dans le calme et l’ordre et, voyant que de nombreux hommes sortis de la mosquée se joignaient à la manifestation avec leurs jeunes fils, il avait accepté. Ils marchaient seulement depuis quelques minutes, sous le regard de policiers non armés sur le côté de la rue, puis un homme à côté de lui a sorti une arme et a tiré, tuant le policier le plus proche.»

Une émeute a suivi, rapportée par les télévisions étrangères comme l’attaque de manifestants pacifiques par la police.

 J’espère pouvoir en dire plus dans les semaines à venir.


%d blogueurs aiment cette page :