Posts Tagged ‘Hamas’

La culture et la lutte du peuple palestinien

19 avril 2018

Un article intéressant sur la place de l’action culturelle dans la lutte du peuple palestinien pour recouvrer ses droits nationaux.

L’auteure relève les difficultés que rencontrent les acteurs palestiniens de la culture, tant par l’absence de structure étatique que par la dispersion et la compartimentation du peuple palestinien dans sa propre patrie.

On regrettera cependant deux choses. La première est que la journaliste ne peut pas s’empêcher de signaler le coût d’un des trois musées dont parle l’article. Je vois peut-être le mal partout, mais quitte à parler du coût, elle aurait pu alors faire une comparaison avec le coût d’autres musées équivalents et nous parler précisément de l’origine des financements qui ont permis l’édification du musée.

Ensuite, et à mon sens c’est plus sérieux, à aucun moment dans l’article l’auteure n’emploie le nom Palestine pour désigner la patrie des Palestiniens. Elle emploie exclusivement l’adjectif palestinien parfois accolé au mot Etat par exemple. Le nom Palestine apparaît certes trois fois; mais deux fois dans le cadre de citations d’acteurs culturels palestiniens et une fois avec l’épithète ottomane.

Comme quoi, même un article apparemment de nature à mettre en valeur la cause palestinienne peut dissimuler un fond négationniste.

Pour des Palestiniens encore apatrides, la vie culturelle sert de pierre angulaire

Même si les espoirs de négocier un futur État palestinien semblent plus éloignés que jamais, on observe ici une tentative de construire des institutions culturelles qui poussent les gens à parler de leur histoire et leur identité à travers l’art et des expositions.

Correspondance de Dina Kraft, The Christian Science Monitor (USA) 18 avril 2018 traduit de l’anglais par Djazaïri

Ramallah, Cisjordanie – Au sommet d’une colline escarpée de la ville de Ramallah en Cisjordanie, la capitale de facto des Palestiniens, le nouveau Musée Mahmoud Darwich se déploie comme les pages d’un livre ouvert.

Image result for manuscrit darwich

Mahmoud Darwich (1941-2008)

Dans une aile du bâtiment en pierre d’un blanc laiteux, des poèmes écrits de la main soigneuse de l’homme célébré comme le poète national palestinien sont exposés aux côtés de pièces comme son bureau et la Déclaration d’Indépendance Palestinienne qu’il a rédigée.

De l’autre côté, se trouve un hall où des écrivains, des poètes, des cinéastes et d’autres artistes palestiniens établis dans tout le monde arabe animent des conférences et des débats.

Pendant la visite des locaux, Sameh Khader, directeur du musée et de sa fondation montre un amphithéâtre situé à l’extérieur et les oliviers et les citronniers transplantés depuis des villes et villages palestiniens. Il marque une pause près de la pièce centrale de la place à l’extérieur : la tombe de M. Darwich.

« Notre objectif est non seulement de commémorer Mahmoud Darwich, mais aussi d’ouvrir des horizons pour créer un autre Mahmoud Darwich. Nous ne voulons pas être simplement un beau cimetière, mais un centre culturel actif », explique M. Khader, un homme exigeant, blazer en tweed et cravate rouge. « Notre vocation est de promouvoir la scène culturelle en Palestine comme élément de notre identité nationale. »

Alors même que les espoirs de négocier un futur Etat palestinien semblent, peut-être plus que jamais, lointains, on tente ici de construire des institutions culturelles et une vie culturelle qui incitent les gens à vivre leur identité et leur histoire palestinienne à travers l’art et les expositions.

Rien que ces deux dernières années, trois grands musées palestinien s ont ouvert leurs portes, dont le Musée Darwich. Il existe aussi des centres artistiques, des écoles de musique ; des théâtres et des écoles d’art.

« Je pense que ces institutions se sont développées du fait de l’absence d’Etat. C’est une tentative d’établissement d’une niche qui aurait été sinon mise en place par l’Etat nouvellement créé, » déclare Salim Tamari, un sociologue palestinien de l’université voisine de Bir Zeit qui enseigne en ce moment à Harvard. « Elles sont une source de fierté d’appartenance pour les Palestiniens qui peuvent voir des éléments de leur patrimoine reconnus sous une forme artistique et esthétique. »

Un autre musée nouveau est le Musée Yasser Arafat au centre de Ramallah qui est un musée consacré à l’histoire palestinienne avec un accent particulier sur la vie de l’ancien dirigeant palestinien. L’édifice moderne, blanc et lumineux incorpore le bunker où il a passé les dernières années de sa vie, assiégé, encerclé par les forces israéliennes, ainsi que sa tombe gardée par deux soldats palestiniens.

Dans la ville palestinienne voisine de Bir Zeit, le Musée Palestinien, d’un coût de 35 millions de dollars, est un vaste espace moderne de 3500 m2 construit sur une colline et surplombant d’anciennes terrasses, s’est donné pour mission de mettre en valeur l’histoire et la culture de la société palestinienne. Ses fondateurs, dont Zina Jardeneh qui préside le conseil d’administration du musée, le présentent comme étant une « institution transnationale. »

Musée Palestinien à Bir Zeit

De cette manière, écrit Mme Jardeneh dans un courriel, le musée est «capable de dépasser les frontières géographiques et politiques pour toucher les Palestiniens dans la Palestine historique et au-delà. Ses collections numériques et plates-formes en ligne, ainsi que son réseau de partenariats locaux et internationaux, permettront le partage de compétences, de ressources, de programmes et d’expositions avec des particuliers et des institutions du monde entier. « 

« Renforcer l’identité nationale »

Parmi les projets en ligne du musée figurent des archives numériques de récits oraux de Palestiniens racontant leurs vies avant et après 1948, lorsqu’Israël a été fondé en tant qu’Etat et que les Palestiniens ont fui ou ont été expulsés en masse, un événement pleuré par les Palestiniens sous le nom de Nakba, mot arabe *signifiant le » désastre ».

« Nous avons la ferme conviction que nous pouvons jouer un rôle de premier plan dans la construction de la communauté et le renforcement de l’identité nationale », écrit Jardeneh. « Notre travail consiste en la sensibilisation des étudiants et de la nouvelle génération et à leur apporter des connaissances. Nous croyons que ce sont les étapes essentielles pour permettre la construction de la nation. »

Avec ce trio de musées, on compte parmi les jalons culturels récents la déclaration de la vieille ville d’Hébron en tant que site du patrimoine mondial et la construction d’un amphithéâtre de style romain – avec des sièges pour 5.000 sculptures en pierre et 15.000 spectateurs sur un terrain adjacent à Rawabi, une ville nouvelle à la périphérie de Ramallah.

Ramallah fait actuellement fonction de capitale culturelle des Palestiniens – en plus de servir de capitale politique. Elle abrite le Palais culturel de Ramallah, qui propose des pièces de théâtre et des concerts dans une salle de 750 places, et abrite le Conservatoire national de musique Edward Saïd, qui porte le nom du défunt intellectuel palestinien et a des antennes dans d’autres villes de Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza. En 2010, le Conservatoire a relancé l’Orchestre National Palestinien. Ramallah est également le site d’une école nationale des arts et, ces dernières années, des biennales d’art palestinien.

Jérusalem-Est, que les Palestiniens déclarent être leur future capitale, abrite le Centre culturel Yabbous, un centre des arts du spectacle, et est l’autre principal foyer culturel.

« Les gens veulent être vus »

La présentation de la culture palestinienne est considérée comme un outil de promotion de la libération nationale par les dirigeants palestiniens, même si le financement de la plupart des activités culturelles provient de donateurs étrangers.

Mais la nature fragmentée de la géographie politique et physique palestinienne – sa population divisée territorialement et les restrictions sur les déplacements entre la Cisjordanie et la bande de Gaza – rend difficile la vie culturelle. Pour les artistes palestiniens, il est plus facile de voyager à l’étranger pour exposer leur travail que de circuler entre les territoires palestiniens, ne parlons même pas d’aller à Jérusalem pour visiter les musées.

« Ce qui m’étonne, c’est le nombre de personnes qui veulent être vues et qui, pour ce faire,écrivent de la poésie, peignent, jouent dans des films et réalisent des films. Je pense que cela concerne une recherche de reconnaissance par l’art, la culture et la littérature. Nous cherchons un endroit où nous pouvons être égaux », dit Khader, lui-même romancier.

Dans son bureau, assis devant une photo en noir et blanc surdimensionnée de Darwich, Khader lance un diaporama sur son ordinateur présentant les quelque 100 événements qu’il a supervisés l’année dernière avant de se tourner vers la politique et de déplorer l’impasse avec Israël.

Il considère l’orientation israélienne comme belliciste et allant dans le sens d’une plus grande inclination vers la droite qui, dit-il, peut également être perçe dans des pays comme l’Italie et la France.

« La culture est un acte qui crée de l’espoir pour les gens. Mais comment pouvons-nous créer de l’espoir et promouvoir l’espoir et donner de l’espoir aux gens à un moment où le monde devient fou?», Demande-t-il.

Il fait une pause et continue, puis revient sur son message d’inspirer les gens à devenir des activistes, et il affirme : «L’espoir est le cœur du changement. »

Visite au Musée Arafat

Le musée Yasser Arafat se décrit à la fois comme un lieu de commémoration d’Arafat comme père du nationalisme palestinien et comme un musée de la mémoire contemporaine palestinienne.

« Nous avons essayé de croiser l’histoire de Yasser Arafat avec le récit palestinien », explique Mohamed Halayka, directeur du musée.

Et en effet, bien que la visite du musée commence par une visite à la tombe d’Arafat et, à la fin, du bunker où il a passé 36 mois assiégé par l’armée israélienne pendant la deuxième Intifada, le musée ressemble autant à un musée d’histoire palestinienne qu’à un  musée consacré à Arafat lui-même.

En remontant les rampes ascendantes, les visiteurs découvrent l’histoire nationale palestinienne depuis le début du XXe siècle jusqu’à la mort d’Arafat en 2004. Des toiles, des peintures murales, des photos et des vidéos décrivent des moments historiques clés – de l’arrivée de jeunes juifs européens à la ferme dans la Palestine ottomane de l’époque au début du XXe siècle jusqu’au déclenchement des deux Intifadas. Dans l’une des salles d’exposition, une longue liste de grandes personnalités de la culture palestinienne disparues, parmi lesquelles des romanciers, des cinéastes, des peintres et des poètes.

« Elles ont contribué à unifier les Palestiniens en dépit de notre fragmentation, » observe M. Halayka. « Ils ont maintenu l’esprit palestinien et l’identité collective. »

Les pages du journal d’Arafat, écrites en lettres minuscules, sont exposées aux côtés d’une paire de lunettes à monture en plastique noir épais et du pistolet qu’il portait toujours (même lorsqu’il s’exprimait aux Nations Unies). Une description des implantations de colonies juives et de leur impact sur les aspirations palestiniennes à la création d’un État est rapidement présentée après le prix Nobel de la paix obtenu par Arafat en 1994 – avec ses homologues israéliens, Yitzhak Rabin et Shimon Peres – pour avoir négocié les Accords d’Oslo.

Peut-être que l’exposition la plus puissante est celle qui n’a que la plus petite touche de la main du conservateur. C’est le quartier général souterrain d’Arafat pendant la période où il était assiégé dans la Mukatah, le centre du gouvernement palestinien.

Rampe à l’intérieur du Musée Arafat à Ramallah

Les touristes traversent la pièce où dormaient ses gardes, leurs couvertures toujours sur les lits. Il y a une salle de conférence avec un téléviseur et une longue table en bois où Arafat rencontrait ses conseillers et des invités. Des sacs de sable sont alignés contre les murs de l’espace, et dans la dernière pièce, la chambre d’Arafat, une pile de ses keffiehs, pliés et empilés avec soin, reste encore dans une armoire à archives réutilisée comme placard à vêtements.

Une conversation avec des artistes palestiniens

La tâche de construire la nation à travers la culture peut sembler particulièrement écrasante compte tenu de la situation politique sombre, explique Khaled Hourani. Peintre et ancien directeur artistique de l’Académie palestinienne des arts, M. Hourani a acquis une certaine notoriété locale en 2014 lorsqu’il a fait venir pour la première fois un tableau de Picasso à Ramallah.

« Il y a un dynamisme de la scène artistique malgré la situation politique », dit-il dans un balcon inondé de soleil hors de l’appartement de Ramallah qu’il utilise comme studio. « Mais il y a moins d’espoir que d’habitude. »

Assis à côté de lui, son ami, Mohamed Bakri qui est un acteur et réalisateur bien connu. Il est également Palestinien et vit à Ramallah, mais est né et a grandi en Israël.

« Nous faisons de l’art parce que c’est notre sensibilité. Nous ne le faisons pas pour Abou Mazen [le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas] ou le Hamas ou Bibi [le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu]. Nous le faisons pour notre avenir, nous-mêmes. Pour notre âme « , dit-il.

« Je meurs d’envie de faire un film qui n’est pas lié à cet endroit, je veux dire à la politique », dit M. Bakri. « Mais chaque fois que je dis que je ne veux pas faire de politique, la vie vous pousse à être politique, vous obligeant à faire avec votre identité et vos problèmes politiques. »

« J’aimerais faire juste une histoire d’amour. »

Publicités

Le projet américano-sioniste pour la Palestine

2 décembre 2017

Une initiative de « paix » » américaine » est imminente selon Natan Sharansky, ce dirigeant sioniste malencontreusement sorti des geôles soviétiques en 1986.

Résultat de recherche d'images pour "Natan Sharansky"

Févrie1986: Natan Sharansky acceuilli à sa l’aéropoort Ben Gourion par Shimon Peres, premier ministre du gang sioniste à l’époque

Sharansky, président de l’Agence Juive, feint de ne rien savoir officiellement mais dit tout. En tant que président de l’agence qui a fondé l’entité sioniste, il est naturellement au courant de tout ce qui se trame en matière d’initiatives américaines pour le Moyen Orient d’autant que, comme il le dit lui-même, l’équipe de négociateurs américain est constituée exclusivement de Juifs pratiquants, dont Jared Kushner, le propre gendre de Donald Trump.

Jamais la mainmise sioniste sur les appareils d’Etat occidentaux n’aura été aussi évidente qu’aujourd’hui. C’est vrai en France, c’est vrai en Grande Bretagne, en Australie tandis que cette emprise est totale à Washington où un Donald Trump à priori peu désireux de s’impliquer au Moyen Orient a délégué le dossier à des sionistes intransigeants.

Natan Sharansky peut bien se figurer que les Etats arabes (lesquels,) acquiesceront à un plan qui vise à faire de la Palestine un bantoustan, ce qu’il ne comprend pas, n’est pas Frederik de Klerk qui veut, c’est que le refus d’aller vers une solution honorable et acceptable pour les Palestiniens, aura pour conclusion, tôt ou tard, la disparition de l’Etat juif, que ce soit par la force des armes ou d’une autre manière.

Israël obtiendra ‘plus de compréhension’ de la part des négociateurs de Trump parce que ce sont des Juifs pratiquants, déclare Sharansky.

par Philip Weiss, MondoWeiss (USA) 30 novembre 2017 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’équipe de négociateurs de Donald Trump pour le Moyen Orient prépare une proposition de paix « sérieuse » parce que l’équipe est constituée de Juifs pratiquants qui comprennent mieux Israël que les précédents négociateurs américains, dit Natan Sharansky, le président de l’Agence Juive pour Israël.

« Franchement, oubliez le président, mais si vous prenez simplement les gens qui sont impliqués dans les négociations, sachez que ces gens comprennent beaucoup mieux Israël que les équipes précédentes », a déclaré Sharansky. « Et ils comprennent vraiment les préoccupations des Juifs, parce qu’ils en font partie … Il est vraiment très intéressant de voir que lorsque le Premier ministre [Benjamin Netanyahu] siège avec Ron Dermer, [Jared] Kushner, David Friedman, et [Jason] Greenblatt, le seul qui n’a pas de kippa est le premier ministre. Donc, vous pouvez vous attendre à plus de compréhension. « 

La fondation de la famille de Jared Kushner a donné des dizaines de milliers de dollars aux colonies israéliennes illégales. Par le passé, Netanyahou a séjourné dans la maison de la famille [Kushner] dans le New Jersey. David Friedman, l’ambassadeur américain en Israël, a dirigé une organisation qui a collecté des fonds pour une colonie.

De gauche à droite: Jason Greenblatt, Jared Kushner, Benjamin Netanyahou, la conseillère US à la sécurité nationale, Dina Powell, et David Friedman, ambassadeur à Tel-Aviv

Sharansky a déclaré que le Premier ministre israélien présenterait une proposition de paix pour un Etat palestinien démilitarisé, et que les dirigeants palestiniens rejetteraient l’accord, mais que les pays arabes feront pression sur les Palestiniens pour qu’ils l’acceptent. « Ils [les Etats arabes] ne seront pas automatiquement avec les Palestiniens. C’est une nouvelle donne. « 

Sharansky s’est exprimé au Centre communautaire juif de Manhattan mardi soir. Il a dit qu’il ne basait cette prédiction sur aucune information privilégiée, bien qu’il ait passé du temps avec l’ambassadeur israélien Ron Dermer et qu’il ait assisté récemment à des discours de Netanyahou, dont il a été membre de l’équipe gouvernementale autrefois.

Si vous écoutez simplement avec attention, attentivement, il est absolument clair pour vous que quelque chose se prépare », a-t-il dit. « J’écoute simplement ce qu’il dit partout dans le monde, j’ai le sentiment, encore une fois que ce n’est pas officiel, c’est officieux, j’ai le sentiment que quelque chose de sérieux se prépare. »

En ce qui concerne les grandes lignes de l’accord, Sharansky a déclaré : « D’après les discours de Bibi, je comprends plus ou moins ce que ce sera. Les Palestiniens obtiendront probablement, eh bien, un Etat, mais les questions de sécurité ne seront pas entre leurs mains … parce que dans le Moyen-Orient d’aujourd’hui la compétition sera entre le Hezbollah et le Hamas – qui sera contrôlé. Donc, Israël ne peut pas se le permettre ».

Sharansky a déclaré que le Secrétaire d’Etat du président Obama, John Kerry, n’avait jamais envisagé un Etat palestinien sans armée.

Netanyahou, a-t-il dit, « sait comment leur donner [aux Palestiniens] l’occasion de gérer leur vie, comment ne pas leur donner l’occasion de contrôler la sécurité au Moyen-Orient ».

Les Israéliens seraient en grande majorité favorables à un plan de paix, parce qu’ils veulent de l’espérance, a-t-il poursuivi. « Je suis presque sûr que … les dirigeants palestiniens ne l’accepteront pas. Et encore une fois je ne sais pas ce qui se prépare. Je suis sûr que la réaction du monde arabe sera très différente du passé. « 

Sharansky a dit qu’il avait passé toute sa vie, y compris quand il avait été emprisonné dans l’ex-Union soviétique, à essayer de construire des ponts entre les Juifs et Israël. L’organisation qu’il dirige, l’Agence Juive, a contribué à la création d’Israël au siècle dernier et travaille aujourd’hui à construire un soutien juif mondial pour l’Etat [sioniste].

Sharansky a parlé avec Jodi Rudoren du New York Times et Amir Tibon de Haaretz. En écoutant l’entretien discours, j’ai été frappé par l’arrogance de cette discussion. Pourriez-vous imaginer un forum sur les questions de harcèlement sexuel aujourd’hui dans lequel seuls les hommes auraient été invités à parler ? Impossible. Pourtant, à maintes reprises, le processus de paix est débattu aux États-Unis – et négocié aussi – et la partie la moins puissante, les Palestiniens, n’est jamais invitée d’égal à égal. Le jeu est ouvertement truqué. Et vous vous demandez pourquoi le processus de paix n’a rien produit en 25 ans.

Appelons un chat un chat: l’Etat juif est un Etat d’apartheid

27 octobre 2017

Je n’ai pas le temps de commenter. Je dirai simplement que l’article que je vous propose est intéressant, non par ce qu’il nous apprend ou par la thèse qu’il développe mais par le fait que celui qui veut appeler un chat un chat est Neil Macdonald, un journaliste canadien reconnu qui s’exprime dans un important média, où il assume la fonction d’éditorialiste [ce qui n’est pas rien dans la presse anglo-saxonne). Ce média, c’est la Canadian Broadcasting Corporation, l’équivalent de feu l’ORTF en France.

Photo of Neil Macdonald

Neil Macdonald

Il va sans dire que seul un professionnel dont la carrière est déjà faite peut se permettre ce genre d’article.

Ne parlons plus de ‘terrain glissant’ – Israël est déjà un Etat d’apartheid : Neil Mcdonald

Depuis l’élection de Donald Trump, la colonisation se poursuit avec un enthousiasme renouvelé

par Neil Macdonald, CBC News (Canada) 24 octobre 2017 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le moment est venu d’appeler un chat un chat. Il est temps d’être d’accord avec une longue liste de leaders politiques, universitaires et personnages publics israéliens de droite comme de gauche, dont trois anciens premiers ministres, un lauréat du prix Israël, deux anciens chefs du service de sécurité intérieure israélien, le Shin Bet, et un des principaux journaux du pays qui ont tous prévenu que l’Etats juif était en train de devenir, ou est déjà, un Etat d’apartheid.

Je choisirais cette dernière caractérisation.

Il est intéressant de constater que, dans le discours israélien, cette affirmation semble être devenue routinière, alors qu’elle reste sulfureuse en Occident, où des activistes pro-israéliens consacrent beaucoup d’anergie à scruter les médias, le monde universitaire et le discours politique, prêts à accuser d’antisémitisme ou d’incitation [à l’antisémitisme] dès que ce mot est utilisé.

Songez à l’indignation et au venin dont a été accablé l’ancien Président Jimmy Carter, sous les auspices duquel l’accord de paix entre l’Egypte et Israël avait été signé, quand il a intitulé son livre de 2006 « Palestine: la Paix, pas l’apartheid. »

Soudainement, Carter était passé du statut de lauréat du prix Nobel de la paix et d’homme d’État à celui de vieil homme sous l’emprise des terroristes, du moins aux yeux des partisans d’Israël, dont une fraction importante de ses propres troupes, les Chrétiens évangéliques américains.

Un chat est un chat

Mais la réalité est la réalité, et un chat un chat. Comme l’avait dit feu Yossi Sarid, longtemps dirigeant du parti israélien Meretz et ancien ministre de l’éducation : « Ce qui agit comme un apartheid, est gouverné comme un apartheid et harcèle comme un apartheid, n’est pas un chat – c’est l’apartheid. »

En juin dernier, l’ancien premier ministre israélien Ehud Barak a réaffirmé la position qui est la sienne depuis des années : « si nous continuons à contrôler l’ensemble du territoire de la Méditerranée au fleuve Jourdain où vivent quelque 13 millions de personnes – huit millions d’Israéliens et cinq millions de Palestiniens… si une seule entité gouvernait toute cette région, nommée Israël, elle deviendrait inévitablement – c’est le mot clef, inévitablement – soit non juive, soit non démocratique. » Le pays est, répétait-il, « sur une pente glissante » qui se terminera en apartheid.

La ligne de séparation entre les personnalités israéliennes qui utilisent le terme ici et maintenant, plutôt que comme un avertissement pour ce qui pourrait arriver, semble porter sur la persistance d’un « processus de paix », avec sa promesse d’un Etat palestinien et son autogouvernement.

Et à l’époque où j’étais en poste à Jérusalem pour CBC News à la fin des années 1990, cela semblait vraiment de l’ordre du possible, même si c’était peu probable.

Depuis lors, le processus de paix – jamais enthousiaste – s’était complètement effondré. L’expansion des colonies juives en Cisjordanie s’est poursuivie et, depuis l’élection de Donald Trump, la colonisation s’est accélérée connaissant un regain d’enthousiasme.

Leur existence est en fait saluée à chacun de ses déplacements par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

« Nous sommes ici pour rester, pour toujours, » a-t-il déclaré il y a deux mois dans la colonie de Barkan où il commémorait le 50ème anniversaire de l’occupation de la Cisjordanie par Israël.

« Il n’y aura plus de démantèlement de colonies sur la terre d’Israël. » (La « Terre d’Israël » par opposition à l’Etat d’Israël est un terme utilisé par la droite israélienne pour parler du territoire situé entre le Jourdain et la méditerranée, et parfois même au-delà).

Ayelet Shaked et Naftali Bennett, respectivement ministres israéliens de la justice et de l’éducation, ont dit que les Palestiniens devaient comprendre qu’ils n’auront jamais un Etat. Le ministre de la défense, Avigdor Lieberman, lui-même colon, a dit qu’il n’y avait « aucun espoir » d’un Etat palestinien sur lequel il y aurait accord mutuel, mais il a mis en garde Naftali Bennett contre la promotion d’une annexion pure et simple :

« Ce que Bennett et son parti Foyer Juif proposent est un état binational classique », a déclaré Liberman il y a deux ans. « Ils doivent décider s’ils parlent d’un Etat binational entre le Jourdain et la Méditerranée … ou s’ils parlent d’un Etat d’apartheid ».

Sous-classe palestinienne

La logique de Lieberman semble être que tant que les Palestiniens sont simplement occupés et gouvernés par un ensemble de lois différent, avec beaucoup moins de droits que les Israéliens (par opposition au fait de leur refuser un Etat mais de leur donner le droit de vote dans une version élargie d’Israël, ce que la droite israélienne considère comme un suicide national), alors ce n’est pas vraiment l’apartheid.

Mais à ce stade l’annexion consisterait simplement à officialiser un fait accompli.

Ces dix dernières années, la doctrine du « Mur d’acier » de Ze’ev Jabotinsky a donné naissance à un véritable mur, parfois en acier, qui court à peu près le long des frontières de 1967 de Gaza et de la Cisjordanie. Les principales routes depuis Jérusalem vers Ramallah et Naplouse au nord, et vers Bethléem et Hébron au sud sont désormais coupées par des barrières fortifiées gigantesques. Les colons juifs, environ 750 000 personnes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, ont une liberté complète de mouvement sur des routes qui leur sont réservées et sont effectivement interdites à la sous-classe palestinienne privée de ses droits.

Les colons soupçonnés de crimes jouissent de tous leurs droits devant les tribunaux israéliens ; les Palestiniens subissent les tribunaux militaires, l’emprisonnement pour une durée indéfinie sans inculpation (« détention administrative ») et les punitions collectives. Les colons ont le droit de porter des armes et de s’en servir en auto-défense; pas les Palestiniens. Les colons jouissent du droit de propriété. Les palestiniens revendiquent leurs propriétés. Et cetera.

Netanyahou présente tout cela comme une question de survie nationale, avertissant que toute terre concédée sera immédiatement occupée par des terroristes fondamentalistes déterminés à détruire l’État d’Israël, avec ses armes nucléaires, ses chars, ses avions de combat, ses systèmes de défense antimissile et ses plus 600 000 soldats d’active et troupes de réserve.

Sa définition du terrorisme est nuancée; lors d’une manifestation commémorant il y a quelques années le 60ème anniversaire de l’attentat à la bombe de l’hôtel King David par des combattants de l’Irgoun, considéré comme un acte terroriste par le gouvernement britannique, Netanyahou a qualifié les auteurs de combattants militaires légitimes et a prévenu le gouvernement britannique indigné de surveiller son langage.

Mais dès lors, une vision du monde élastique est apparemment nécessaire pour maintenir le statu-quo; quand le Fatah de Mahmoud Abbas a signé récemment un accord de réconciliation officielle avec les « terroristes » du Hamas qui gouvernent Gaza, Israël et les Etats-Unis s’y sont opposés, affirmant qu’une telle entente met en danger, mais oui, le processus de paix. Le fait que les terroristes actuels tendent à devenir les hommes d’État de demain (les poseurs de bombes de l’Irgoun rejoignirent le gouvernement israélien naissant et l’ancien chef de l’Irgoun, Menahem Begin, devint Premier ministre) n’est apparemment pas pertinent dans ce contexte.

En tout cas, la pente glissante dont parlait Ehud Barak est maintenant dans le rétroviseur. Le chat de Yossi Sarid est arrivé. Reconnaissons ce fait, laissons tomber les faux-semblants et avançons.

Gaza: un ancien vice premier ministre britannique appelle les choses par leur nom

31 juillet 2014

Quand on en vient aux agissements de l’entité sioniste, on constate que les langues des responsables politiques tendent à se libérer un peu quand ils n’occupent plus de fonctions gouvernementales.

c’est un peu moins le cas en France, avec l’exception de Roland Dumas (mais cet ancien ministre n’a jamais été un admirateur de l’Etat prétendu juif] où en dehors des voix habituelles à gauche, la nomenklatura UMPS reste fidèle aux sentiments exprimés par François Hollande dans son chant d’amour à la bête immonde sioniste.

Mais regardons en Grande Bretagne. Nous avons dans ce pays quelqu’un qui a quand même été vice premier ministre de son pays qui se permet de se lancer dans une critique extrêmement sévère du comportement de l’entité sioniste.

D’accord, vice premier ministre est une fonction honorifique au Royaume Uni mais l’attribution de ce poste correspondait à la reconnaissance de l’importance de cet homme dans le parti Travailliste où il incarnait la tradition ouvrière du parti [Prescott est fils de cheminot].

Et ses propos ne sont pas passés inaperçus, du fait de la stature du personnage et aussi qu’ils ont été publiés dans l’édition dominicale du Mirror, un des tabloïds les plus vendus de l’autre côté de la Manche.

John Prescott

John Prescott

Signe qui ne trompe pas, la réplique du gang sioniste ‘a pas tardé par la voix du Board of Deputies of British Jews (conseil des députés juifs de Grande Bretagne),

Ces promoteurs du crime et de la rapine reprochent en effet à John Prescott d’avoir « trivialisé l’holocauste » en comparant la bande de Gaza à un camp de concentration car, disent-ils, « le massacre systématique de l’holocauste ne peut être comparé à Gaza. »

John Prescott condamne comme ‘crime de guerre’ les bombardements israéliens sur Gaza

The Belfast Tekegraph (UK) 28 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’ancien vice premier ministre John Prescott a qualifié la destruction de la bande de Gaza par Israël de « crime de guerre » avec sa « disproportion brutale et si grossièrement aveugle ».

Lord Prescott, du parti travailliste, a critiqué Israël qui agit « comme juge, jury et exécuteur de la sentence » dans sa volonté de réduire les « terroristes » du Hamas, transformant Gaza en ce qui est selon lui un « camp de concentration ».

Il a dit aussi que l’holocauste nazi aurait dû donner au peuple juif d’Israël « un sens de l’histoire et une capacité unique d’empathie avec les victimes d’un ghetto. »

Israël a repris ses bombardements sur Gaza ce matin après le refus par les militants du Hamas de prolonger un cessez-le-feu 12 heures.

Ce bref silence sur Gaza a permis aux habitants de stocker des denrées essentielles, de récupérer des corps dans les décombres apocalyptiques et de revoir leurs maisons dévastées.

S’exprimant dans sa tribune sur le Sunday Mirror, M. Prescott a écrit son mépris pour le silence relatif de la communauté internationale sur une nation [l’entité sioniste] là où toute autre aurait été « traitée d’Etat paria » suite à la mort de tant d’enfants.

« Les appels à un changement de régime auraient été assourdissants. Mais les cris de protestation sont mis en sourdine et la condamnation molle. Parce que c’est Israël, » a-t-il dit.

Le cabinet israélien avait accepté une prolongation unilatérale du cessez-le-feu jusqu’à 21h GMT dimanche, mais cette offre a été abandonnée après le tir de plusieurs roquettes depuis la Palestine en début de matinée, a déclaré son armée.

Suite à ce qu’elle décrit comme « le tir incessant de roquettes par le Hamas, » l’armée israélienne a repris ses attaques.

En 19 jours de combats, 1 047 Palestiniens – en majorité des civils – et 46 Israéliens – dont 43 soldats – ont péri.

M. Prescott a ajouté : « [le premier ministre israélien Benjamin] Netanyahou dit que l’armée israélienne téléphone aux civils pour les avertir de s’en aller quand des attaques de missiles vont avoir lieu. Ils envoient même de plus petits missiles pour ‘cogner sur le toit’ avant d’envoyer la grosse bombe à suivre.

«Mais où ces gens peuvent-ils fuir ? Ils sont enfermés dans une bande de terre littorale densément peuplée sans aucun moyen de s’en échapper. Quand Israël bombarde des hôpitaux et même des écoles de l’ONU utilisées comme refuges, vers quel lieu sûr peut-on fuir ?

Le ministre britannique des affaires étrangères Philip Hammond s’est rendu en Israël en début de semaine pour discuter de la crise avec des dirigeants du Proche Orient et avec le Secrétaire d’Etat US John Kerry.

M. Hammond a rappelé à Israël l’obligation que lui fait le droit international de « prendre toutes les précautions possibles » pour éviter les pertes civiles.

Définition du combattant et précisions utiles sur les boucliers humains par le rabbin David-Seth Kirshner

29 juillet 2014

Je ne ferai pas de commentaire. Je vous laisse apprécier ce morceau de bravoure doctrinale théologique et politique de la part d’un rabbin qui n’est en rien un marginal.

Le rabbin Seth Kirshner a un goût pour la modernité

Le rabbin SDavid-eth Kirshner a un goût pour la modernité

Si vous avez voté pour le Hamas, Israël a le droit de vous tuer, déclare le chef du conseil des rabbins de New York

par Philip Weiss, Mondoweiss (USA) 29 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Il y avait un rassemblement pro-israélien de 10 000 personnes hier à New York, à même pas un bloc d’immeubles du siège des Nations Unies, et le rabbin David-Seth Kirshner qui est un dirigeant du NY Board of Rabbis a suggéré que les Palestiniens qui avaient voté pour le Hamas sont des combattants qui méritent d’être dans la ligne de mire d’Israël. Il a dit :

Quand vous participez à un processus électoral et que vous optez pour une organisation terroriste qui affirme en paroles et en actes que son objectif premier est de détruire laepays voisin et pas de bâtir des écoles, ou de créer des entreprises ou des emplois, vous êtes complice et vous n’êtes pas une victime civile.

La foule a applaudi. Kirshner a poursuivi en disant que l’armée israélienne est « l’armée la plus morale dans l’histoire de la civilisation. » Il a conclu son propos par le mot, Amen.

Le rabbin n’a pas précisé comment il s’y prendrait pour trier les Palestiniens qui ont voté pour le Hamas. A la dernière élection en Palestine, en 2006, le Hamas – « l’organisation terroriste à laquelle Kirshner faisait évidemment référence – avait recueilli 440 000 voix, 44 % de l’électorat selon Wikipedia. Le Fatah avait obtenu 410 000 voix, le FPLP 42 000.

Le sénateur Chuck Schumer et de nombreux parlementaires démocrates ont également pris la parole au rassemblement, sur la 47e rue. Aucun n’était sur l’estrade quand Kirshner a offert son conseil spirituel vers la fin de la manifestation.

Ci-dessous les propos de Kirshner dans leur contexte, ils commençant à la 3ème minute environ dans la vidéo ci-dessus. Kirshner, qui est identifié soit comme vice-président, président ou trésorier du New York Board of Rabbis, a commencé par dire que les Nations Unies condamnaient le massacre de civils à Gaza.

Mesdames et messieurs, permettez-moi d’expliquer quelque chose on ne peut plus clairement à vous qui êtes réunis ici. Si vous portez des jeans et un T-shirt et que vous portez un fusil AK-47, vous n’êtes pas un civil, vous êtes un combattant.

Quand vous accueillez à bras ouverts le Hamas dans votre salle de séjour et lu permettez de lancer des roquettes à côté de votre sofa, vous n’êtes pas un civil, vous êtes un combattant.

Quand vous participez à un processus électoral et que vous optez pour une organisation terroriste qui affirme en paroles et en actes que son objectif premier est de détruire la pays voisin et pas de bâtir des écoles, ou de créer des entreprises ou des emplois, vous êtes complice et vous n’êtes pas une victime civile.

Et pour finir, si vous ne respectez pas les consignes données par tracts, appels téléphoniques, textos et tirs de sommation vous informant d’évacuer un immeuble, et qu’au contraire vous vous utilisez vous-même comme un bouclier ou vous servez d’un enfant innocent comme bouclier, vous n’êtes pas un dommage collatéral. quand vous ignorez ces avertissements d’une grande hauteur morale et que vous vous alignez vous-même sur le Hamas, vous êtes un combattant.

Dans une autre partie de son discours, le rabbin s’est identifié lui-même complètement au gouvernement israélien, déclarant que « nous avons renoncé à notre liberté il y a 9 ans, » faisant ainsi référence à l’arrêt du programme de colonisation à Gaza.

Kirshner avait accueilli l’an dernier le gouverneur [de l’Etat du New Jersey] Chris Christie au Temple Emanu-El, sa synagogue conservatrice dans le New Jersey. Il avait pris la parole en 2009 devant l’AIPAC, l’organisation israélienne de lobbying,.

Gaza: les militants du Hamas chargent les soldats sionistes avec un fusil dans une main et un bébé dans l’autre!

23 juillet 2014

 

J’ai découvert cet article par un autre média que celui qui m’a servi pour la traductionci-dessous. Honnêtement, j’avais failli laisser l’article de côté en pensant qu’il provenait d’un genre de journal parodique, un Gorafi sioniste.

En fait non, la source originale de l’article est Arutz Sheva qui est le principal site Web d’informations en anglais de l’entité sioniste. Arutz Sheva se targue d’avoir une équipe de journalistes distinguée pour ses compétences professionnelles.

Quoi qu’il en soit, l’article que je vous propose vient alimenter le dossier psychiatrique d’une entité sioniste qui tend à s’enfermer dans une rhétorique délirante, résultat du cumul d’un syndrome pré-traumatique (cf Gilad Atzmon) et d’un syndrome post-traumatique.

On se rappellera que ces gens là disposent d’une armée considérable et de l’arme atomique (merci les socialistes français)

Soldat : les terroristes nous chargeaient avec des bébés dans la main

Le témoignage choquant de soldats hospitalisés révèle l’étendue de l’utilisation par le Hamas de boucliers humains

par Shimon Cohen, Maayana Miskin, Arutz Sheva (Sionistan) 22 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Des soldats blessés ont fait des témoignages choquants au sujet de l’utilisation par le Hamas de jeunes enfants comme boucliers humains.

Des parents de soldats blessés se sont exprimés auprès de Kol Yisrael mardi et ont partagé certains des récit choquants qu’ils ont entendu de leurs fils. Ils ont expliqué que les soldats avaient vu à plusieurs reprises à Sheijaya, Gaza, de jeunes enfants envoyés dans la rue avec des fusils pour essayer d’attaquer les troupes israéliennes.

 A Beit Lahiya

A Beit Lahiya

Un parent a rapporté que des terroristes s’étaient précipités vers des soldats israéliens avec un fusil dans une main et un bébé dans l’autre, apparemment dans l’espoir que les soldats verraient l’enfant et s’abstiendraient d’ouvrir le feu. Si les soldats tiraient, a ajouté ce parent, la mort de l’enfant pouvait servir à la propagande contre Israël.

« Ils continuent avec la même ruse des enfants utilisés comme boucliers humains, exactement comme ils l’avaient fait pendant l’opération Plomb Durci. Des femmes ont aussi été utilisées comme boucliers humains, a-t-il ajouté.

Il a exprimé son exaspération quant aux personnalités de l’extrême gauche israélienne qui ont accusé les soldats de l’armée israélienne de commettre des crimes de guerre. Les soldats israéliens font tout ce qu’ils peuvent pour éviter de faire du mal à des innocents, a-t-il dit.

Le témoignage des parents s’ajoute à des preuves dont on disposait déjà sur des crimes semblables, comme cette information de l’UNRWA (organisme de l’ONU chargé de l’aide humanitaire à Gaza) sur l’utilisation d’une école pour le stockage de roquettes, et une vidé montrant des terroristes se servant d’une ambulance pour fuir le lieu d’une attaque.

Le Hamas s’est souvent vanté du « succès » de sa stratégie d’utilisation de civils comme boucliers humains pendant l’opération Bordure de Protection.

 

Gilad Atzmon et la fin de l’entité sioniste

21 juillet 2014

Un très bon texte de Gilad Atzmon. Autant vous dire que je souscris complètement à son analyse.

La fin d’Israël

par Gilad Atzmon — 21 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Dans son discours à la nation, le premier ministre Benjamin Netanyahou a admis aujourd’hui que la guerre à Gaza est une bataille pour l’existence de l’état juif. Netanyahou a raison. Et Israël ne peut pas gagner cette bataille ; il ne peut même pas définir en quoi consisterait une victoire. Ce qui est certain, c’est que la bataille ne porte pas sur les tunnels ou les activités souterraines des militants, les tunnels ne sont que des armes pour la résistance mais pas la résistance en elle-même. Les militants du Hamas et de Gaza ont attiré Israël dans un champ de bataille dans lequel il n’avait aucune chance de gagner et le Hamas a posé les conditions, choisi le terrain et a écrit les termes nécessaires pour la conclusion de ce cycle de violence.

Pendant dix jours, Netanyahou a fait tout ce qu’il pouvait pour éviter une opération terrestre de l’armée israélienne. Il se trouvait confronté à la réalité du fait qu’Israël n’a pas de réponse militaire à la résistance palestinienne. Netanyahou savait qu’une défaite sur le terrain anéantirait le peu qui subsiste de capacité de dissuasion de l’armée israélienne.

Il y a cinq jours, Israël, du moins aux yeux de ses partisans, avait le dessus. Il voyait ses citoyens soumis à des tirs incessants de roquettes, mais montrait quand même de la retenue, tuant les civils Palestiniens seulement de loin, ce qui contribuait à véhiculer une image imaginaire de puissance. Mais les choses ont vite changé depuis qu’Israël a lancé son opération terrestre.Israël est maintenant, une fois de plus, engagé dans des crimes de guerre colossaux contre une population civile et, pis encore, au moins sur le plan stratégique, ses commandos d’infanterie d’élite sont décimés dans la bataille de rue en face à face dans Gaza. Malgré l’évidente supériorité technologique et en puissance de feu d’Israël, les militants palestiniens sont en train de gagner la bataille sur le terrain et ils ont même réussi à porter le combat en territoire israélien. En outre, les tirs de roquettes sur Tel Aviv ne semblent pas s’arrêter.

La défaite de l’armée israélienne laisse l’état juif sans aucun espoir. La morale de l’histoire est simple. Si vous tenez absolument à vivre sur la terre de quelqu’un d’autre, la puissance militaire est l’ingrédient essentiel pour décourager le dépossédé d’agir pour réclamer ses droits. Le nombre de pertes dans l’armée israélienne et le nombre de corps de soldats d’élite israéliens qui retournent chez eux dans des cercueils envoie un message clair aux Israéliens comme aux Palestiniens. Il n’y a pas d’avenir pour un État réservé aux Juifs en Palestine ; ils devront peut-être essayer ailleurs.

 

Sionisme et nazisme, plus qu’une analogie

19 juillet 2014

Quand on dit que le sionisme s’apparente au nazisme, c’est une comparaison qu’il faut prendre au pied de la lettre et non pas comme une simple analogie formulée par un citoyen en colère.

En ce moment, il est beaucoup question des pertes en vies humaines dans la bande de Gaza où les victimes sont en majorité civiles.

Bien sûr la propagande sioniste complaisamment relayée par nos médias (et pas seulement relayée mais même colportée et promue au rang de point de vue objectif), insiste lourdement sur le fait que les résistants (terroristes dans leur vocabulaire) agissent au beau milieu de la population civile, par exemple en dissimulant des armes dans des quartiers d’habitation, des ateliers, des écoles etc.

Pour mieux penser cet aspect de la situation en Palestine, on peut examiner ce qui s’était passé aux « heures les plus sombres » de l’histoire de France, c’est-à-dire sous l’occupation allemande.

Où les résistants français planquaient-ils donc leurs armes pendant la seconde guerre mondiale ?

Dans des casernes évidemment, c’est bien connu puisque toutes les casernes disposent de hangars et d’arsenaux.

Bon mais quand aucune caserne ne se trouvait à proximité, ce qui était malheureusement trop souvent le cas, les résistants laissaient courir leur imagination pour trouver des solutions adaptées.

Par exemple,

le 15 juillet 1944, un parachutage d’armes est effectué par l’aviation anglaise juste derrière le corps de ferme de la Prée en Normandie, le terrain ayant été choisi et balisé par les cadres de la Résistance tandis qu’une radio (pour communiquer avec les avions anglais) était installée dans le hangar de la ferme.

En 1941, Pierre Poutrain, figure de la résistance dans les Hautes Alpes, rend «

 visite à son frère prêtre (Louis Poutrain) qui se trouve à Saint-Jean-Saint-Nicolas dans les Hautes Alpes. Ce frère est Résistant lui aussi. D’ailleurs il héberge au presbytère jusqu’à 30 jeunes clandestins (alsaciens ne voulant pas intégrer l’armée allemande, STO, Résistants en fuite…..). Son action est si audacieuse qu’elle est connue dans toute la région. Il sera dénoncé par un jeune collabo dénommé Grasset (jamais retrouvé après la guerre) et le Père Louis sera arrêté, déporté dans un camp de concentration où il vivra des moments extrêmement difficiles .»

Le même Pierre Poutrain décide de rester

« dans le Champsaur auprès de son frère. Il va l’aider au lycée professionnel où se trouvent cachés une trentaine de jeunes Résistants sous de fausses identités (fournies par l’administration française). Officiellement il est enseignant dans le cadre du Lycée. »

Dans les Deux-Sèvres , un certain Edmond Proust est nommé au

«commandement de l’échelon départemental» de l’Armée secrète qu’il « structure depuis l’école de Perré où il enseigne. L’objectif est de saboter les intérêts du IIIe Reich. »

A La-Chapelle-Saint-Laurent toujours dans les Deux-Sèvres, du 12 au 13 mars 1943, ce sont six conteneurs d’armes parachutées qui sont transférés d’une ferme au domicile d’un certain Jean Turpault, membre de la résistance. La marchandise était transportée dissimulée à bord d’une charrette chargée de fumier.

Dans les Basses-Alpes,en décembre 1943, traqué par l’armée allemande, le Maquis des Plaines réussit à se replier « dans l’ordre » à la Ferme des Escourins.

Toujours dans les Basses-Alpes,

A ses débuts [février 1943], le maquis [de Ganagobie] est composé de réfractaires qui trouvent refuge sur le plateau où les conditions géographiques sont propices; ils y sont accueillis avec bienveillance par le père Lorenzzi qui vit seul dans le monastère.

Le 2 juin 1944, à Figeac dans le Lot,

« Les maisons sont perquisitionnées et les Allemands découvrent une cache comprenant un stock important d’armes et de munitions »

Vers avril 1944, Chalandon installe son PC dans une ferme à Lorris [dans le Loiret] au lieudit « Les Barnabés », au bord de la forêt d’Orléans, ferme tenue par la famille Elise d’origine belge.

Chalandon n’est autre qu’Albin Chalandon, une figure du gaullisme qui a été PDG d’Elf-Aquitaine et plusieurs fois ministre.

Maison incendiée par les Allemands à Lorris

Maison incendiée par les Allemands à Lorris

Le 15 mai Gestapo et miliciens investissent le village de Mirabeau [Vaucluse] aidés par de nombreux soldats de la Wehrmacht. Mairie, école et logement de l’institutrice, Marthe KINDSFATER, sont minutieusement fouillés. Les enfants sont interrogés dans la cour de l’école, les hommes rassemblés dans la cour du château. Francis TROUCHET et son père y sont rudement interrogés devant les marins. La perquisition du château ne donne rien. En fait l’émetteur radio que l’on cherchait était caché sous l’estrade de la salle de classe. Une descente eut également lieu à la ferme Pignoly au Vallon de St Christol puis à Font Claire, la colonie de vacances des Aciéries du Nord. Le gardien M. LIEUTAUD est arrêté, transféré à Avignon puis relâché trois semaines plus tard.

A Chateaubriant en Loire Atlantique,

« Mme Charles Besnard cacha des aviateurs anglais au premier étage de sa maison … dont le rez de chaussée était réquisitionné par les Allemands. Par la suite elle fut arrêtée le 24 décembre 1943 et déportée».

A Saint Lô en Normandie, ce sont les camionnettes des PTT qui servaient à transporter les armes livrées par parachute au réseau de résistance formé par les travailleurs de la poste.

A Beaucoudray, dans la Manche,

« Sur la demande de Robert GUEDON [chef de groupe résistant], la famille BINDAULT accepte de stocker et de camoufler des armes ; une fosse est creusée dans la cave de leur maison par Charles BINDAULT et son fils Ernest ; ils y cachent des obus de 25 récupérés au moment de la débâcle, et doivent recevoir des fusils. Un poste émetteur leur est remis par leur chef qui doit en apprendre le maniement à Ernest BINDAULT et Cyril FONLUPT ».

Dans les Landes,

« les clandestins recrutés par les réseaux de  » Léon des Landes  » restent donc dispersés et cachés dans les fermes ou les usines. »

C’est chez le Dr Dugoujon, un médecin de Caluire, près de Lyon, que Jean Moulin avait tenu une réunion en principe secrète dont avait eu malheureusement connaissance la police allemande suite à une dénonciation.

Bien sûr, nombre d’autres lieux servaient de caches pour les hommes et/ou pour le matériel : forêts, grottes, reliefs.

Le Hamas procède donc sensiblement de la même manière que la résistance française pendant la deuxième guerre mondiale, sur un territoire par contre très petit (360 km2) et urbanisé (elle est un peu plus grande et un peu moins densément peuplée que le Val de Marne avec cependant une forte concentration de population dans Gaza ville. A la différence de la France, la bande de Gaza est dépourvue de forêts et de montagnes où des hommes ou du matériel peuvent être cachés.

Par ailleurs, le Hamas n’a aucun allié en belligérance directe et effective avec le régime sioniste tandis que la résistance française pouvait tirer parti de la pression militaire exercée par les Anglais, les Américains et les Soviétiques. Elle recevait également argent et matériel par la voie des airs comme on l’a vu.

De leur côté, les sionistes procèdent exactement comme l’armée d’occupation nazie. Et leur langage est le même. Lisez ce qui suit, on croirait un énoncé d’un préposé à la propagande sioniste sur une radio ou une télévision française, sauf que ce sont des instructions pour l’armée allemande :

« la mission prioritaire des prochaines semaines et des prochains mois est la pacification totale des régions infestées par des bandes ainsi que la destruction des organisations secrètes de résistance et la confiscation de leurs armes. […] Des mesures trop sévères ne peuvent entraîner de punitions pour leurs auteurs. » Parmi ces mesures à prendre en toute impunité et sans avoir à en référer préalablement à la hiérarchie (« C’est seulement après l’exécution de ces mesures immédiates, ou d’autres mesures, qu’il sera fait un rapport. ») :

« La riposte immédiate par les armes à feu. Si des innocents sont frappés, ce sera regrettable, mais la faute en incombera aux terroristes.

L’isolement immédiat de la zone entourant le lieu où l’acte a été commis, et l’arrestation de tous les civils se trouvant dans les parages, sans distinction de condition ou de personne.

L’incendie immédiat des maisons d’où les coups de feu sont partis. »

Le général Lammerding, qui commande la division SS Das Reich, revenue début 1944 du front de l’Est et reconstituée dans le Sud-Ouest français, fait accepter le 5 juin par sa hiérarchie la mise en œuvre de mesures répressives analogues à celles du front russe contre les partisans et « ayant pour but de monter la population contre les terroristes ». Ainsi, « pour chaque Allemand blessé, 5 civils seront pendus et pour chaque Allemand tombé, 10 civils seront pendus ».

A Lantilly en Bourgogne,les-allemands-incendient-une-maison-après avoir exécuté une vingtaine de résistants

A Lantilly en Bourgogne,les-allemands-incendient-une-maison-après avoir exécuté une vingtaine de résistants

C’est exactement ce que les sionistes font et qu’ils exposent ouvertement sur des chaînes de radio et de télévision qui ne manquent jamais d’évoquer le devoir de mémoire. Sauf que la mémoire dont ils parlent ne sert à rien de positif et leur traitement de la situation en Palestine en est la preuve.

Les sionistes ne brûlent pas les maisons, ils les rasent avec des engins de chantier (ou à la bombe à Gaza)

Les sionistes ne brûlent pas les maisons, ils les rasent avec des engins de chantier (ou à la bombe à Gaza)

 

Pourquoi le Hamas tire-t-il ces roquettes?

18 juillet 2014

Par sadomasochisme doit-on comprendre à l’écoute de la majorité des commentateurs qu’on entend à la télévision ou à la radio. Sinon comment expliquer le fait de s’exposer ainsi au déchaînement de la violence sioniste ? Les Palestiniens sont méchants, peut-être même antisémites, mais aiment aussi souffrir et voir leurs enfants mourir sous leurs yeux.

A moins de l’expliquer par le contexte politique et économique dans lequel se trouve la Palestine en général et la bande de Gaza tout particulièrement.

The Economist expose ce qu’il considère, à juste raison me semble-t-il, être la logique qui sous-tend l’action du Hamas.

Et on comprend bien, à la lecture de cet article, que ce sont les Palestiniens qui se défendent contre les agressions sionistes, et certainement pas le contraire.

Et que la démarche du Hamas est purement politique, avec des objectifs conformes au droit et cherchant à impliquer les instances de l’ONU.

A comparer avec celle des terroristes sionistes.

NB : les articles de The Economist ne sont en général pas signés

 Pourquoi le Hamas tire ces roquettes

Le Hamas veut deux consessions importantes qu’il risque ne pas obtenir

The Economist (UK) 19 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Beaucoup d’habitants de Gaza, pas seulement leurs dirigeants du Hamas, pensent qu’ils n’ont pas grand chose à perdre à poursuivre le combat. Pour une bonne raison, l’attention s’est à nouveau portée sur eux depuis le début de la campagne militaire israélienne ce mois-ci. Aux yeux des gens de Gaza, le Hamas profite de la violence parce que le monde extérieur peut, conséquence le sinistre publicité qui résulte de l’effusion de sang, se sentir obligé de reprendre en considération ses revendications. Cette semaine, le Hamas a publié un plan en dix points. Un cessez-le-feu, suggérait ce plan, devrait être suivi d’une trêve de dix ans. Parmi ses exigences essentielles, figurent la levée du siège de Gaza et la libération des prisonniers. Le port maritime et l’aéroport seraient rouverts sous supervision de l’ONU.

Inauguré en 1998, l'aéroport de Gaza a été en grande partie rasé puis bombardé par les sionistes

Inauguré en 1998, l’aéroport de Gaza a été en grande partie rasé avant d’être bombardé par les sionistes en 2001

Après le derniers gros effort israélien pour arrêter les tirs de roquettes en novembre 2012, il y avait eu accord pour que, à côté du cessez-le-feu, le blocus de Gaza soit levé progressivement  et que les points de passage vers l’Egypte et Israël seraient rouverts. Le cessez-le-feu avait tenu dans l’ensemble mais le siège s’est poursuivi. De leur point de vue, les habitants de Gaza sont restés enfermés de manière cruelle dans une prison à ciel ouvert. Les tirs de roquettes, font valoir nombre d’entre eux, sont la seule manière à leur disposition pour protester alors même qu’ils savent que les Israéliens se feront un devoir de les punir de temps en temps.

Plus récemment, disent les Gazaouis, les Israéliens sous la direction de Benjamin Netanyahou ont montré leur détermination à détruire le gouvernement palestinien d’unité nationale formé dans un esprit de paix approuvé par le Hamas et le Fatah, le parti plus modéré dirigé par Mahmoud Abbas, après l’échec des discussions entre M. Abbas et M. Netanyahou sous l’égide des Etats Unis. Le gouvernement israélien avait fait clairement savoir qu’il ne discuterait jamais avec un gouvernement soutenu par le Hamas, même si l’Amérique l’avait prudemment salué. Il a alors tout fait, disent les Palestiniens, pour le faire capoter [le gouvernement d’union].

Entre autres choses, le gouvernement de M. Netanyahou a empêché M. Abbas de réaffirmer son autorité sur Gaza dans le cadre de l’accord d’union – et de payer les salaires des fonctionnaires du Hamas là-bas.

En fait, M. Abbas est apparu encore plus faible que d’habitude pendant l’opération Bordure de Protection : il ne pouvait pas, en tant que leader engagé en faveur de la paix, applaudir aux roquettes du Hamas. Pourtant, ses appels à la retenue des deux côtés n’ont eu pour l’instant que peu d’effet.

Les griefs du Hamas au sujet des prisonniers ont un impact émotionnel très fort chez les Palestiniens où qu’ils se trouvent. Après l’enlèvement le 12 juin en Cisjordanie de trois étudiants israéliens retrouvés ensuite assassinés, les forces de sécurité israéliennes ont raflé plus de 500 membres du Hamas, en dépit du fait que ce mouvement n’avait pas revendiqué le crime. L’augmentation du nombre de tirs de roquettes avait en partie pour but de protester contre la rafle de prisonniers. Tout cessez-le-feu, dit le Hamas, doit inclure la libération au moins de ceux qui ont été arrêtés le mois dernier.

 

Quelques notes et photos sur le rassemblement pour Gaza qui s’est tenu le 16 juillet à Lyon

17 juillet 2014

Hier a eu lieu à Lyon un deuxième rassemblement de solidarité avec Gaza assiégée et bombardée par les terroristes sionistes.  Ce rassemblement qui a commencé à 18h se tenait place des Terreaux au pied de l’Hôtel de Ville.

Plusieurs centaines de personnes étaient présentes, on était loin des milliers du rassemblement précédent. On peut imputer ce relativement faible effectif à l’heure tardive et à la chaleur pesante de nature à dissuader une partie des jeûneurs en ce mois de Ramadan.

Ou encore aux images de la manifestation parisienne où on a pu voir des casseurs sionistes agresser des manifestants pro-palestiniens sous les yeux et semble-t-il avec l’aval de la police. De fait, aucun de ces casseurs miliciens affiliés à la Ligue de Défense Juive n’a été interpellé. C’est au contraire dans les rangs des agressés que la police a procédé à des arrestations, une des personnes arrêtées ayant même été condamnée à quatre mois de prison ferme.

Il y avait sans doute autre chose qui a à voir avec des divergences entre les organisations qui forment l’ossature du Collectif 69 et une partie des sympathisants de la cause palestinienne qui  récusent le terme de guerre pour décrire l’agression contre une population dépourvue d’armée et de refuge où fuir  perpétrée par un régime sioniste, doté d’une armée moderne dont la puissance de feu dans le domaine aérien et terrestre se compare à celle de pays comme le Royaume Uni ou la France.

Il y a aussi cette irritation devant le fait que le droit des Palestiniens à se défendre n’est pas clairement affirmé par des associations membres d’un Collectif, sauf tout le respect que je leur dois, dont les difficultés de positionnement renvoient à la division des Palestiniens, avec en gros le Hamas d’une part et le Fatah d’autre part.

Dans cette affaire, il vaudrait sans doute mieux s’en tenir aux principes, qui sont ceux de l’autodétermination et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Un droit auquel malheureusement l’OLP a largement renoncé le jour où feu Yasser Arafat a déclaré que la Charte de l’OLP était caduque.

Il faut pourtant relire cette charte  pour s’apercevoir qu’elle reste d’actualité et que si par malheur elle devenait vraiment caduque (ou si elle était abrogée, ce qui n’est pas le cas), les Juifs ou prétendus tels n’auraient strictement aucun avenir au Proche Orient.

Revenons à la manifestation elle-même. Le journal Le Progrès a couvert cet événement et en rend compte dans l’article reproduit ci-dessous:

Le Progrès - 17 juillet 2014

Le Progrès – 17 juillet 2014

La coupure que j’évoquais entre les différentes catégories de sympathisants de la cause palestinienne est bien apparue hier. On l’a constatée par exemple au moment de la prise de parole de l’avocat lyonnais Gilles Devers qui a eu bien du mal à réajuster son propos devant des auditeurs qui attendent une prise de parole non seulement sur le registre juridique et humanitaire mais surtout sur le registre politique.

On l’a constaté aussi avec ce qui est relaté dans l’article de presse avec le départ d’une partie de l’assemblée qui a improvisé un défilé vers la place Bellecour puis la place Gabriel Péri (place du Pont) sur la rive gauche du Rhône (la place des Terreaux est rive droite). Pour ceux qui ne connaissent pas Lyon, la place du Pont, c’est un peu l’équivalent de Barbès à Paris.

J’étais avec un de mes frères et ni lui, ni moi ne nous étions aperçus de la formation de cette manifestation spontanée. C’est sur le chemin du retour, à hauteur de la rue de la Barre, qu’une jeune femme nous a interrogés sur la manifestation place Bellecour. Comme nous écarquillions les yeux, elle nous a dit que les manifestants avaient des emblèmes comme celui qu’arborait mon frère. Nous avons alors décidé d’aller voir et c’est là que nous avons croisé des jeunes gens qui se dirigeaient vers le pont de la Guillotière. Des policiers à pied, en deux roues et en voiture les suivaient de près.

Nous les avons donc suivis mais il faut dire qu’ils allaient très vite et comme nous avions fait la connaissance d’un monsieur bien dans la cinquantaine, nous avons traîné un peu et nous les avons perdus de vue alors qu’ils s’étaient engagés dans la rue Paul Bert.

En revenant vers le Cours Gambetta et la place Gabriel Péri, nous avons pu voir pas mal de véhicules de police ainsi que des policiers à moto positionnés sur l’important carrefour formé par le Cours Gambetta,la rue Paul Bert, la rue de Marseille et la Grande rue de la Guillotière.

Les policiers étaient interpellés par des jeunes, debout ou assis à une terrasse de café (mais sans café cause jeûne du mois de Ramadan) qui leur lançaient des cris d’animaux, genre cris de volaille quoique je n’ai pas pu vraiment distinguer précisément compte tenu du bruit ambiant dans ce secteur où la circulation est importante et où une masse humaine est engagée dans une foule de conversations.

Ces jeunes signifiaient simplement aux policiers que ce qui s’était passé à Paris avec la passivité/complicité des forces de l’ordre devant les casseurs de la Ligue de Défense Juive ne leur avait pas échappé.

De fait, on peut se dire que si Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Christiane Taubira avaient eu l’intention de discréditer pèle-mêle l’Etat français, la police et la justice françaises, ils ne s’y seraient pas pris autrement que ce qu’ils ont donné à voir dimanche dernier.

Allez, quelques photos d’hier (malheureusement j’an ai raté beaucoup, ça m’apprendra à changer d’appareil au dernier moment).

J'arrivé à 17 h 40, en retard à cause d'un ralentissement dû à un accident sur l'autoroute

J’arrive par la rue Joseph Serlin à 17 h 40, en retard à cause d’un ralentissement dû à un accident sur l’autoroute

Le rassemblement se tenais devant l'Hôtel de Ville deLyon

Le rassemblement se tenait devant l’Hôtel de Ville de Lyon

L'ambiance est pacifique mais l'indignation et la colères sont très présentes

L’ambiance est pacifique mais l’indignation et la colères sont  palpables

Que faisaient-ils là?

Que faisaient-ils là?

Sur ce cliché on voit au premier plan une personne enveloppée dans le drapeau du Conseil National Syrien. Au fond, face au portail de la mairie, on voit flotter l’emblème de l’Etat islamique en Irak et au Levant. Le porteur de ce drapeau était seul, je ne suis pas parvenu à décider si c’était un Maghrébin ou un autre type d’arabe  ou encore un Européen. Ce qui est sûr, c’est qu’il a bien arboré son drapeau pour que tout un chacun puisse le voir, puis il est reparti discrètement, seul.

Prise de parle de Me Gilles Devers

Prise de parole de Me Gilles Devers

Un autre plan sur Me Gilles Devers

Un autre plan sur Me Gilles Devers

Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) était présent

Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) était présent

Cette militante a un rôle très important depuis quelques années mais je ne sais toujours pas qui c'est!

Cette militante  qui prend la parolea un rôle très important depuis quelques années mais je ne sais toujours pas qui c’est! Son discours fait mouche!

Elle est floue mais je l'aime bien quand même

Elle est floue mais je l’aime bien quand même

Une inscription qui traduit bien les sentiments de beaucoup

Une inscription qui traduit bien les sentiments de beaucoup

pont_guillotière[1]

18h40, ça bouchonne rue de la Barre et Pont de la Guillotière à cause du déploiement policier

Les jeunes de la manifestation improvisée place Bellecour se dirigent vers le Pont de la Guillotière

Les jeunes de la manifestation improvisée place Bellecour se dirigent vers le Pont de la Guillotière

Le gros de la troupe arrive

Le gros de la troupe arrive

Même les traînardes ont finalement été plus rapides que nous

Même les traînardes ont finalement été plus rapides que nous

La police escorte les manifestants

La police escorte les manifestants

Le gros des forces de police  positionnées en arrière de la manifestation

Le gros des forces de police positionnées en arrière de la manifestation

Cours Gambette direction Place Dupont

Cours Gambetta direction Place  du Pont

Entrée de la rue Paul Bert. La plupart des gens sont des chalands, la rue Paul Bert est extrêmement fréquentée pendant Ramadan

Entrée de la rue Paul Bert. La plupart des gens sont des chalands, la rue Paul Bert est extrêmement fréquentée pendant Ramadan

Motards de la police à l'entrée de la rue Paul Bert

Motards de la police à l’entrée de la rue Paul Bert

Motards de la police au carrefour rue de Marseille - Cours Gambetta

Motards de la police au carrefour rue de Marseille – Cours Gambetta

De nombreux véhicules de police arrivent dans le secteur de la place Gabriel Péri On voit que deux d'entre eux étaient déjà stationnés sur l'es voies en sens inverse du Cours Gambetta. Un de ces véhicules est stationné à contresens.

De nombreux véhicules de police arrivent dans le secteur de la place Gabriel Péri On voit que deux d’entre eux étaient déjà stationnés sur l’es voies en sens inverse du Cours Gambetta. Un de ces véhicules est stationné à contresens.


%d blogueurs aiment cette page :