Posts Tagged ‘Irlande’

Etre ou ne pas être antisémite, telle n’est pas la question

3 février 2013

L’antisémitisme est le fonds de commerce du sionisme qui l’attise ou l’invente à défaut de le combattre.

Il est vrai qu’une des thèses fondamentales du sionisme est que l’antisémitisme est une réaction normale face à l’anormalité perçue du «peuple juif,» la seule solution consistant précisément à normaliser le «peuple juif» en lui permettant de vivre dans son propre pays.

Ce qui se passe, c’est quand même que les Juifs vivent toujours en majorité dans des pays non juifs et qu’il serait donc étrange, selon la doxa sioniste, que ces Juifs ne subissent pas les affres de l’antisémitisme.

C’est bien pourquoi la presse sioniste, dans l’entité ou dans les pays où les Juifs sont minoritaires, ne manque jamais de nous produire des statistiques toujours alarmantes sur les actes antisémites et de nous relater des incidents antisémites supposés être significatifs.

Par exemple, Sarah Honig qu’on nous présente comme écrivain et chroniqueuse au Jerusalem Post s’est fendue d’un article sur des propos antisémites que lui auraient tenus des écoliers qui faisaient une collecte en faveur de la Palestine.

Image

Sarah Honig vous révèle à vous-même

Les allégations de Mlle Honig sont bien entendu mensongères et ne font que nous informer sur ce qu’elle aurait voulu s’entendre dire de la part des trois gamins qu’elle accuse.

Il n’empêche que ses accusations rencontrent un large écho en Irlande d’autant qu’elle soutient avoir reçu des  centaines de mails antisémites en provenance de ce pays.

Là aussi, il faut la croire sur parole d’autant qu’elle n’est fichue de tracer l’origine que d’un seul de ces soit disant nombreux mails.

24 heures après sa publication, l’article sur la prétendue mésaventure irlandaise de Mlle Hoenig a suscité 255 commentaires dont ceux de personnes qui ont le sentiment, nonobstant les proclamations hypocrites du contraire par la journaliste, d’avoir été insultés et diffamés.

En particulier, un certain timhorgan, qui n’est pas dupe du procédé de la journaliste écrit ce qui suit :

Les Irlandais sont en bonne compagnie – Honig avait fait une diatribe raciste contre les Suisses (son blog à la date du 27 mars 2008) en colportant les mensonges habituels sur la neutralité suisse et l’antisémitisme d’un autre peuple brave et travailleur… EXTRAIT : Mais c’est une plainte absurde. La Suisse ne pouvait pas plus avoir vendu ses principes qu’elle n’aurait pu vendre son âme au diable. Malgré toutes ses apparences de sainte nitouche, elle n’a pas de principes – et encore moins d’âme. La Suisse n’est pas novice dans l’art de faire du plat ç des tyrans génocidaires, particulièrement ceux qui sont du genre à ne pas trop aimer les Juifs. Elle a longtemps aspiré à égaler la joliesse de ses boîtes de chocolat au lait des Alpes par des affirmations de beauté et de noblesse morale. La neutralité n’est qu’une des expressions de cette vertu autoproclamée. La Croix Rouge en est une autre. Fondée et établie à Genève, sa mission affichée est d’alléger les souffrances sans tenir compte de la nationalité, de la race, de la religion, de l’appartenance sociale et politique. Sa passivité – voire bien pire – devant le triste sort de la communauté juive européenne pendant l’holocauste est d’une notoriété incontestable.

Sarah Honig toujours sur la Suisse. Le 1er mai 2008, elle poursuit sa diatribe du 27 mars 2008 avec une autre diatribe injurieuse. Elle affirme cette fois avoir reçu des mails antisémites de la part de Susses et d’Arabes – la même ficelle qu’elle utilise maintenant avec les Irlandais… EXTRAIT : Peu de mes précédentes chroniques ont suscite autant de courriers haineux que ma pique récente sur la perfide neutralité suisse. Plusieurs messages, qui suintaient particulièrement le vitriol, étaient signés de noms arabes. Les auteurs d’autres messages prétendaient être suisses. Quoique dans le cyberspace rien ne doive être pris pour argent comptant, une partie de ce qui était supposé venir des hautes terres de la moralité alpine avait ce cachet d’authenticité – comme celui qui affirmait la prééminence des intérêts de la Suisse sur “certains maudits étrangers”, c’est-à-dire les Juifs. «Pas étonnant que nous, les Suisses, n’aimions pas votre peuple,” avait conclu l’auteur.

 

Une écrivain Israélienne visée par de nombreux mails haineux envoyés d’Irlande après un article

Elle avait écrit que les écoliers Irlandais qui collectaient de l’argent pour la Palestine avaient tenu des propos antisémites

Par James O’Shea, Irish Central (Irlande) 2 février 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Une chroniqueuse du Jerusalem Post a déclaré avoir été vise par de vicieux mails antisémites en provenance d’Irlande après avoir écrit un article concernant les propos antisémites qu’elle avait entendus dans le Comté de Kerry.

Sarah Honig était en visite à Cahersiveen, comté de Kerry, quand elle a rencontré des écoliers qui faisaient une collecte pour les droits des Palestiniens au nom de l’agence Trocaire pour le Tiers Monde.

Elle avait écrit qu’ils lui avaient dit haïr les Juifs, qu’ils avaient tué Jésus et que leur collecte de fonds pour la Palestine avait l’assentiment de leur école.

Elle décrit sa rencontre avec les trois garçons  qui collectaient de l’argent pour la Palestine avec un écriteau portant la mention ‘Palestine Libérée’. Elle avait demandé «Palestine libérée de qui ?»

Elle écrivait que “La… réponse immédiate du trio avait été sans ambiguïté: “des Juifs.”

J’avais poursuivi: “Savez-vous où votre argent va aller?” Les garçons : «à la plantation d’oliviers.»

 «Etes-vous sûrs,» avais-je continué tandis que de charmantes vieilles dames ouvraient généreusement leurs portes monnaie et déposaient des billets et des pièces dans la boîte de collecte, «que cet argent ne va pas financer des terroristes et des meurtriers ?»

Leur réplique m’avait prise au dépourvu: “Qu’avez-vous contre les Palestiniens? Que vous ont-ils fait ? Ils n’en ont que contre les Juifs. Les Juifs sont malfaisants.»

Image

Cahersiveen en Irlande

Elle affirme maintenant avoir été la cible de mails vicieusement antisémites en provenance d’Irlande suite à la publication de sa chronique.

Elle a déclaré à l’Irish Independent que le peuple irlandais doit «prendre conscience des sentiments qui sont rampants dans certains segments de ses communautés.»

Elle a indiqué avoir reçu des centaines de mails haineux.

L’Irish Independent a signalé qu’elle a fait remonter un des mails qui lui ont été envoyés à une adresse IP à Lusk, comté de Dublin.

“L’auteur qui se présente sous le prénom ‘Charles’ écrit: «Votre (sic) un sac à merde. Je viens juste de lire quelque chose sur votre récente escapade à Cahersiveen, j’aurais juste aimé que les nazis soient encore là pour s’occuper des ordures dans ton genre.»

Le directeur de l’acole, Hohn O’Connor a démenti ses affirmations et a déclaré que les garçons n’ont jamais tenu le langage qu’elle leur a attribué.

Mlle Honig a écrit qu’elle était profondément attristée” par le “manqué de compréhension” à l’égard d’Israël en Irlande.

 «Il est évident que je ne stigmatise pas comme antisémites les Irlandais ni les habitants de Cahersiveen. Je les considère comme de ‘braves gens’  et je qualifie de «non volontaires» les grossièretés que j’ai eues à rencontrer,» a-t-elle déclaré à l’Irish Independent.

“Ce n’était certainement pas pour couvrir de l’opprobre antisémite les habitants de Cahersiveen.

Suspecte parce que non juive

26 juillet 2012

C’est l’histoire d’une Irlandaise qui a noué une idylle avec un ressortissant de l’entité sioniste pendant un voyage en Amérique Latine.

Mercredi dernier, cette jeune femme devait partir rejoindre son petit ami là-bas, dans l’entité sioniste sur un vol de la compagnie Arkia.

Mais elle a eu quelques problèmes à l’embarquement.

Quand vous embarquez sur un vol, national ou international, il y a bien sûr un certain nombre de consignes de sécurité à respecter, consignes qui sont mentionnées sur les documents de voyage et dans les aérogares.

Le respect de ces consignes est contrôlé par les services de sécurité que ce soit la police de l’air et des frontières, l’armée où même des prestataires privés. Ces prestataires privés sont nécessairement des sociétés constituées conformément au droit du pays où elles exercent et répondent à un cahier des charges précis.

Quand on embarque pour Tel Aviv, e, tout cas à l’aéroport de Dublin, il en va autrement puisque ces opérations sont assurées par le Shin Bet ( un organisme dont l’équivalent français est la DCRI).

On peut lire dans le Yediot Aharonot qui relate cette affaire,

Consciente de règles de sécurité strictes qui attendent les touristes qui se rendent en Israël, la femme s’ »tait présentée à l’aéroport de Dublin plusieurs heures avant le départ du vol Arkia. Mais elle a été alors informée qu’elle ne pouvait pas embarquer dans l’avion.

Pour ne pas être accusés de négligence, les services de sécurité sionistes à Dublin n’ont pas oublié d’appeler le petit ami de la jeune femme pour avoir des précisions sur sa relation avec elle. Bien sûr, le petit ami est un ancien officier de l’armée sioniste.

Quelques instants plus tard, c’était au tour de la jeune femme affolée d’appeler le petit ami pour lui expliquer qu’on lui refusait l’accès à l’avion.

Apparemment le petit ami a dû vouloir intercéder puisque sa dulcinée l’a mis en relation avec un responsable de la sécurité aéroportuaire.

Le hic étant que ce responsable est un Irlandais, donc dépourvu de toute autorité sur la gestion de la sécurité de l’embarquement pour Tel Aviv. Ce brave Irlandais se trouve donc réduit au simple rôle de perroquet de ses supérieurs officieux et ne peut que dire :

au petit ami que la sécurité est particulièrement stricte en raison de l’attentat suicide qui a tué sept personnes en Bulgarie ce mois-ci.

et

 «les représentants israéliens ont affirmé qu’il n’était pas possible de passer son bagage au scanner à Dublin, »

Cependant, 45 minutes avant le départ, la jeune femme a reçu l’autorisation d’embarquer.

Mais à condition de laisser derrière ses bagages, y compris les bagages à main, et sont téléphone portable.

Ce qu’elle a refusé…

De toute façon, selon la voyageuse, les portes d’embarquement étaient déjà closes quand on lui a fait la proposition.

Comment expliquer la mésaventure de cette personne ?

A vrai dire, elle ne s’explique pas vraiment. Continuons notre lecture du Yediot :

Arkia a confirmé les détails de l’incident mais a déclaré que la compagnie aérienne devait suivre les instructions du Shin Bet en matière de sécurité.
Selon le Shin Bet qui a la charge du contrôle de la sécurité des vols pour Israël, les autorités de Dublin «n’ont pas pu mettre un scanner à disposition, c’est pourquoi il n’a pas été possible d’inspecter le bagage et son contenu.»
Le service de sécurité israélien a indiqué que le problème du  défaut d’accès à la technologie adaptée, était en cours de traitement.

On a quand même l’impression que l’incident a eu lieu après que la voyageuse ait satisfait à un premier contrôle exercé par la police irlandaise et que les agents sionistes effectuent un deuxième contrôle pour lequel les autorités locales n’ont pas prévu de mettre un scanner à leur disposition.

Mais ça n’explique pas pourquoi on exigeait d’elle qu’elle renonce également à sont téléphone portable !

Le petit ami a son explication :

Elle était si excitée à l’idée de visiter Israël, » a déclaré le petit ami. «En voyageant à l’étranger, elle a rencontré beaucoup de jeunes Israéliens qui lui ont dit à quel point lé réalité israélienne est différente de ce qu’elle a entendu aux informations. Et maintenant, tout à coup, son voyage a été bloqué dans aucun avertissement préalable, comme si elle était suspecte seulement parce qu’elle n’est pas juive. »
Il observe que sa petite amie a été profondément insultée par les réglementations israéliennes «Elle ne veut même plus venir en Israël, elle en a perdu l’envie. Elle a proposé que nous nous rencontrions quelque part ailleurs.»

Sans doute un attentat suicide déjoué ?

Quand le « terrorisme » n’est plus du terrorisme

20 janvier 2012

Deux bombes viennent d’exploser à Londonderry, en Irlande du Nord. Les explosions n’ont pas fait de victime, ce dont on peut se réjouir.

On doit constater cependant deux choses:

– la première est que la presse ne se bouscule pas pour en parler. Une recherche avec l’entrée Londonderry ne donne que deux résultats en français sur Google actualités; un papier d’Ouest France et un d’une édition canadienne de Metro.


– la deuxième est qu’aucun de ces articles ne comporte le mot « terroriste » ou « terrorisme ».


C’est également la cas de cet article du Sun, le journal à sensation de Rupert Murdoch édité à Londres. Un lecteur du Sun, avec pour pseudo 4.r.e.a.l. l’a également constaté qui écrit:

J’ai lu quatre articles différents sur ces explosions et on n’y parle pas de ‘terroristes’ ou ‘d’attentat terroriste’. Et pourquoi non? Nous savons tous que si c’était un type musulman qui avait fait ça, in aurait parlé d’acte de terrorisme.

Bien vu.


%d blogueurs aiment cette page :