Posts Tagged ‘Iskenderun’

Les patriotes Turcs contre les Patriots américains

23 janvier 2013

Sur le conseil avisé des Etats Unis, le gouvernement turc a sollicité le déploiement par l’OTAN  de missiles Patriot sur son sol.

Officiellement pour être en mesure de contrer des attaques aériennes venues de Syrie. Un prétexte qui serait risible si le contexte était différent.

Image

Le Patriot est un système antiaérien de longue portée capable d’intercepter des missiles balistiques

Et si ce déploiement est fort mal accueilli  par les autorités syriennes, mais aussi iraniennes et russes, il n’est pas non plus du goût d’une partie non négligeable de la population turque qui n’hésite pas à faire part de son mécontentement.

Elle le fait par des manifestations organisées à l’initiative de partis de gauche ou …islamistes ! 

On peut ainsi lire dans The National, un journal des Emirats Arabes Unis :

“En tant que Musulmans Turcs, nous sommes contre les soldats étrangers,” a déclaré cette semaine Mustafa Tuten, président de la section locale du Parti de la Félicité de cette ville [Kahramamaras] du sud-est de l’Anatolie, lors d’une rencontre avec des électeurs au siège du parti.

Il a affirmé que les troupes étrangères devaient faire profil bas à Kahramanmaras pour éviter une réaction hostile.

L’arrivée des soldats de l’OTAN en Turquie a suscité des manifestations chez les militants islamistes et gauchistes. Certaines des critiques se nourrissent d’une méfiance à l’égard de l’Occident en général et des Etats Unis en particulier, et certaines de souvenirs de l’intervention étrangère après la première guerre mondiale.

Et puis il y a un refus qui relève du sens commun :

“S’ils mettent leurs missiles ici, ça veut dire que ce sera le premier endroit qui sera attaque, non?” déclare Alaatin Namli, un commerçant.

Et on se demande aussi s’il y a

«une guerre de la Syrie contre la Turquie ? Non, il n’y en a pas, » affirme Malik Ecder Kirecci, qui gère un kiosque près de la caserne où sont hébergés les Allemands. «Ces missiles sont pour Israël et contre l’Iran.»

On nous dit un peu plus loin que l’Union de la Jeunesse Turque a commandé plusieurs centaines de sacs pour les mettre sur la tête de chaque soldat Américain rencontré.

Et les militants de cette organisation sont passés à l’acte, ainsi que le rapporte la radio iranienne IRIB mais aussi le journal turc Hürriyet

 

Des soldats Allemands agressés pendant une manifestation contre les missiles Patriot

Hürriyet (Turquie) 22 janvier 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Des soldats Allemands stationnés [en Turquie] dans la cadre de la mission de l’OTAN de déploiement de systèmes de défense anti-aérienne Patriot dans le port méditerranéen d’Iskenderun dans la province du Hatay, ont été attaqués par un groupe de militants Turcs. Ces Membres de l’Union de la Jeunesse Turque (TGB) affiliée au Parti des Travailleurs de Turquie, ont essayé de mettre des sacs sur la tête des soldats alors qu’ils étaient en permission et en tenue civile dans le centre ville d’Iskenderun.

Les informations sur le nombre de soldats concernés par l’incident sont contradictoires. Selon l’agence de presse Anatolia, deux soldats ont été attaqués alors que l’agence de presse Dogan indique que six soldats, dont une femme, ont été visés.

Les soldats se sont réfugiés dans une bijouterie après avoir eu une altercation avec les militants. 26 militants, dont İlker Yücel, le président de TGB, ont été arrêtés momentanément par la police. Le bureau du procureur d’Iskenderun a indiqué que 14 suspects ont été placés en détention et que 28 ont été inculpés pour tentative volontaire de causer un préjudice, rapportent les agences.

La première livraison de batteries de missiles Patriot est arrive à Iskenderun lundi. Le système de défense anti-aérienne sera manipulé par une unité hollandaise constituée de 270 soldats et une unité de 240 soldats Allemands. Ces systèmes vont être déployés en Turquie dans la cadre de la décision de l’OTAN de soutenir la défense aérienne de la Turquie conte la menace de missiles syriens.

Syrie – Turquie, les affaires reprennent!

5 septembre 2012

Au moment où le premier ministre Turc déclare que «la Syrie est devenue un Etat terroriste,» on apprend qu’une société de transport maritime turque s’apprête à lancer une ligne maritime régulière entre le port turc d’Iskenderun et le port syrien de Tartous.

Le patron de la société explique en détail pourquoi il ouvre cette ligne et comment vont ensuite être transportées depuis Tartous les marchandises débarquées du bateau.

Et tenez-vous bien, ces marchandises, essentiellement des fruits et légumes, seront transbordées sur des camions qui traverseront la Syrie pour les livrer aux clients qui se trouvent en Jordanie, au Koweit, en Arabie Saoudite et au Qatar.

Les camions partis de Tartous doivent passer par la région de Homs, celle de Damas puis de Dar’a

Apparemment, ce transporteur et les autres, ceux qui possèdent les camions, ignorent que la Syrie est à feu et à sang, contrôlée pour sa plus grande partie par l’Armée Syrienne «Libre» et qu’on ne peut y circuler qu’en véhicule blindé ! Et encore.

Où alors nous aurait-on menti ?

J’apprends de source sûre que des Algériens continuent à se rendre normalement, comme avant, à Damas pour y faire des affaires. Ils ignorent aussi que le pays est à feu et à sang.

Un service roulier pour les exportations vers la Syrie

Par Ipek Yezdani, Hürriyet (Turquie) 5 septembre 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

La compagnie de navigation Sabay Shipping devrait commencer un service de transport roulier (Roll-on Roll-off, Ro-Ro)  entre le port d’iskenderun au sud du pays et le port syrien de Tartous pour transporter les exportations turques vers les pays arabes et du Golfe dans un effort pour ranimer les économies des villes frontalières.

«Les chefs d’entreprises Turcs de Hatay [province du sud-est] qui avaient l’habitude de commercer en Syrie et dans la région environnante en empruntant les routes syriennes ont beaucoup souffert à cause de l’actuelle crise en Syrie. L’économie de la province de Hatay est presque à l’arrêt. Nous essayons de faciliter les efforts de ces chefs d’entreprises Turcs pour relancer le commerce, notamment leurs relations commerciales avec les pays du Golfe, avec un service de transport en ferry,» a déclaré Bülent Aymen, le propriétaire de Sabay Shipping dans un récent entretien avec Hürriyet Daily News.

Bülent Aymen

Le service roulier commencera le 5 septembre avec un bateau immatriculé en Egypte qui fera quatre voyages par semaine.

Comparés à la même période en 2011, les huit derniers mois ont vu une baisse de 12 % des exportations de fruits et de légumes frais, affirme Aymen.

«Presque tout le trafic TIR de la Turquie passait par le Hatay pour rejoindre la Syrie et d’autres pays arabes avant le début de la crise syrienne. Cependant, particulièrement après la dégradationdes relations entre la Turquie et la Syrie et après l’embargo, les chefs d’entreprises turcs qui travaillent dans le sud-est méditerranéen de la Turquie se sont retrouvés dans une position très difficile quand tout le trafic commercial avec la Syrie a été stoppé» explique Aymen.

Aymen précise que les productions turques, notamment les fruits et légumes frais qui doivent être expédiés immédiatement pour être mis en vente, seront transportées par ce ferry vers le port de Tartous où elles seront chargées sur des camions TIR porteurs de plaques d’immatriculation arabes pour être acheminées vers des pays comme la Jordanie, le Koweit, Qatar ou l’Arabie Saoudite.

Le projet de mise en place d’un service de roulage a été établi suite à des demandes de chefs d’entreprises du sud de la Turquie, explique Aymen. Les demandes les plus pressantes viennent de Hatay et de Gaziantep, deux villes situées près de la frontière avec la Syrie dont les économies ont souffert à cause de la crise syrienne.

«Il y a déjà des services maritimes partant de Turquie via le port égyptien d’Alexandrie pour le transport de marchandises turques mais le délai d’acheminement des fruits et légumes frais vers leur destination est beaucoup trop long par cet itinéraire. Ce nouveau service de transport maritime permettra de transporter ce genre de marchandises plus rapidement et moins cher,» déclare Aymen.

Les drones sionistes qui espionnent l’armée turque pour le PKK

18 janvier 2012

Après lecture de cet article, on se dit que s’il y a un miracle réalisé par l’entité sioniste, ce n’est pas d’avoir fait « fleurir le désert » (les Palestiniens avaient cultivé l’essentiel des terres cultivables) mais d’être capable de nuire aussi bien à ses ennemis qu’à ses «amis» sans susciter une large coalition se donnant pour mission de l’éliminer.

Les drones israéliens Heron donnent des renseignements au PKK selon des officiers

Zaman (Turquie) 17 janvier 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Selon des rapports des services de renseignements turcs, les avions sans pilote [UAV] Heron exploités par Israël qui ont été observés dans les provinces de Hatay et d’Adana ces derniers mois espionnaient pour le compte du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Après la détection de deux Herons israéliens à Hatay et Adana il y a environ deux mois, les services de renseignements turcs ont rédigé un rapport selon lequel les Herons collectent des renseignements sur le dispositif militaire turc afin d’aider les opérations du PKK dans ces régions.

Le rapport assure que les camps d’entraînement du PKK dans le nord syrien, près de la frontière turque de la province de Hatay « où les postes frontaliers de l’armée turque sont assez faibles » ont été installés dans ces endroits sur la base de renseignements rassemblés par les UAVs.

Le rapport soutient également que Kenan Yıldızbakan, un membre du PKK qui a commandé une attaque contre une base navale turque à Iskenderun en 2010, a fait plusieurs séjours en territoire israélien, renforçant les soupçons sur un lien possible entre Israël et le PKK.

Une attaque à la roquette menée par des terroristes du PKK contre la base navale avait tué sept soldats et en avait blessé six autres dans le district d’Iskenderun dans la province méridinale de Hatay.

Dans un développement associé, des conversations téléphoniques entre Mehmet Veysi Dilekçi et Mesude Yasak, récemment interceptées pendant l’enquête sur le KCK, comprenaient des discussions en relation avec le soutien israélien au PKK.  Dilekçi et Yasak, qui ont été arrêtés au cours d’une opération turque contre le KCKe en décembre à Siirt, ont mentionné un convoi de 400 camions d’aide en fournitures au PKK qui avaient été expédiés par une organisation non gouvernementale israélienne – qui a été identifiée comme étant Hae Anshei Targum par le quotidien Star – en 2010.

La Kurdish Communities Union (KCK) est une organisation politique de coordination à laquelle le PKK serait rattaché.


%d blogueurs aiment cette page :