Posts Tagged ‘islamophobie’

Quand un Juif organise des prières chrétiennes pour le président Trump!

11 août 2017

Le président Donald Trump a été porté au pouvoir notamment par des forces ultra-conservatrices dont les deux composantes principales sont l’Alt-Right (ou droite alternative] et les Chrétiens évangéliques.

Ces Chrétiens évangéliques utilisent des techniques bien rôdées, aussi bien au niveau du discours et de l’animation scénique, si j’ose dire, que des outils médias. Toute cette instrumentation ne porte que si elle est mobilisée autour d’une personnalité charismatique et exemplaire.

Le parcours des prophètes en réalité, et c’est bien ainsi que se désignent un certain nombre de pasteurs évangéliques.

L’article que je vous propose en évoque deux, même s’il est plus particulièrement consacré à l’un d’entre eux.

On, constate, comme on a pu le constater par ailleurs, que des Juifs, qui se considèrent comme tels, sont en capacité d’assumer un rôle dirigeant dans des communautés chrétiennes. On lit par exemple dans l’article que le dirigeant évangélique Frank Amedia a été juif autrefois. Pourtant quand on lui demande de se présenter, il dit au présent être « un Juif italien ».

On laissera de côté son parcours spirituel qui me laisse franchement dubitatif quand on voit les engagements du bonhomme qui sont en réalité axés sur les intérêts de l’Etat juif.

Le fait d’être juif n’étant pas une question de foi mais de lien de sang, d’ADN ainsi que le déclare l’autre évangélique cité dans l’article, le deuxième évangélique, Lance Wallnau. Ce dernier relatant même le propos de son père lui disant qu’il entretiendrait un « rapport instinctif » avec le peuple juif.

Voilà qui nous rappelle la vision développée par un certain Adolf Hitler!

Et il va de soi que pour ces gens, « l’Islam doit être brisé pour que le Christ puisse revenir« .

Ces Juifs passés prétendument au christianisme sont en effet les principaux promoteurs de l’islamophobie avec d’autres qui pour leur part n’utilisent pas le vecteur de l’action religieuse à proprement parler.

Le « Guerrier de la Prière » pour Trump claironne ses racines juives

Par Sam Kestenbaum August, The Jewish Forward (USA) 10 août 2017 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un télévangéliste qui dit que ses prières ont arrêté un tsunami et qui croit que Donald Trump a été choisi par Dieu anime une campagne de prières de masse en soutien au Président – dans le cadre d’une action de protection étalée sur un mois baptisée POTUS [President Of The USA] Shield.

Frank Amedia, auparavant « chargé de liaison pour la politique chrétienne » pendant la campagne électorale de Trump et « Guerrier de la Prière » autoproclamé a lancé un projet avec d’autres « prophètes » ou « apôtres » pour créer un « bouclier de prière » protecteur autour de la présidence Trump. Il a organisé à cette fin des groupes de prière et des rassemblements au cours de ces six derniers mois.

Frank Amedia

Frank Amedia

« Ces moments forts sont toujours une occasion excitante et puissante d’écouter en coulisses le cœur qui bat derrière le POTUS Shield, » lit-on sur le site web d’Amedia,  » et ils mettent en place l’atmosphère dans la région ! »

Les leaders du POTUS Shield voient la politique comme une guerre spirituelle. Le groupe, a apporté dans un article récent Right Wing Watch [l’observatoire de l’extrême droite], s’inscrit dans ce que les spécialistes de religion qualifient de « forme de christianisme qui se développe le plus vite aux Etats Unis et peut-être dans le monde » – une tendance su protestantisme évangélique qui met l’accent sur l’expérience surnaturelle directe à travers les « dons de l’esprit. »

Image promotionnelle pour le "bouclier de prière" de Frank Amedia pour le président.

Un autre fait dont Amedia parle avec fierté ?

Il était juif autrefois.

« Je suis un Juif italien, mes parents avaient un héritage juif et un héritage italien , »a déclaré Amedia au cours d’un entretien pour une émission de télévision chrétienne l’an dernier.

Son groupe, constitué de 20 membres du conseil ne se targue pas d’accueillir des personnes très ou appartenant à de grandes familles, mais leur leader aime à parler de ses liens avec le Président. Amedia soutient avoir dit au Président qu’il avait été porté au pouvoir par Dieu dans le cadre d’un plan sacré pour bâtir une nation chrétienne forte – qui à son tour fera revenir Jésus Christ pour qu’il règne sur le monde.

« Leur théologie dit que le Christ reviendra seulement avec une église triomphante et dominatrice, » explique Peter Montgomery, auteur du rapport de Right Wing Watch. « Ils consid_rent leur activisme politique comme nécessaire pour provoquer le retour du Christ. »

POTUS Shield a programmé une série de rassemblements dans tout le pays entre maintenant et les élections de mi-mandat de 2018 où ils prévoient de rassembler des soutiens et répandre leur message. Les objectifs concrets avoués du groupe comprennent la suppression du droit à l’avortement, l’interdiction des mariages homosexuels et la révocation des juges fédéraux dont les décisions ne leur conviennent pas. Amedia et sa femme dirigent aussi Touch Heaven Ministries.

Comme beaucoup d’autres évangéliques a une grande vénération pour Israël, un autre pays qu’ils considèrent comme sacré – le shofar [instrument à vent fabrique à partir d’une corne de bélier] avait même résonné et le drapeau israélien flottait pendant la réunion inaugurale de ce groupe de prière

Dans l’entretien sur sa vie passée, Amedia a dit avoir appartenu à une su*ynagogue conservatrice mais en était venu à se sentir frustré dans sa foi. « Ce qui m’intéressait, c’était la manière de revenir à une relation où on voit Dieu, » avait-il dit. Media s’était installé dans une ferme, avait construit un autel et avait commencé à « pratiquer des sacrifices pour faire se manifester la présence de Dieu. »

Il avait observé les rites d’un prêtre juif, disait-il, se conformant aux prescriptions alimentaires et lavant soigneusement ses robes.

Mais cela aussi l’avait laissé insatisfait. Un jour d’hiver, se sentant abattu, il avait erré dans la neige. Il pleurait, disait-il, et demandait à Dieu « d’envoyer un ours pour qu’il me tue et me dévore. »

C’est à ce moment qu’il « a entendu la voix de Dieu pour la toute première fois » – une expérience transformatrice qui le conduisit vers Jésus. « J’eus la révélation que Jésus était Dieu » disait-il.

Il reçut par la suite une formation par Guillermo Maldonado, un pasteur de Miami membre de la New Apostolic Reformation, un groupe de personnes « qui s’autoproclament prophètes et apôtres des temps modernes, » selon le Christian Times.

« Il a été crédité de plusieurs prophéties incroyables, » lit-on sur son site internet et « il jouit des dons de guérir, de faire des miracles, de délivrer [du tourment?], des paroles de la connaissance, d’enseigner et il est aussi un pianiste chevronné et un auteur de psaumes. »

Amedia, qui guide des circuits religieux en Terre Sainte, évoque souvent ses origines juives – un élément qui plait à ses adeptes.

Le leader évangélique n’est pas le seul à évoquer des origines juives. D’autres personnalités, dont d’autres prophètes autoproclamés qui soutiennent Trump font la même chose.

Par exemple, l’évangéliste Lance Wallnau – qui, incidemment, dit aussi avoir prophétisé l’ascension de Trump – affirme aussi avoir des racines juives.

Résultat de recherche d'images pour "Lance Wallnau"

Pour Amedia, Wallnau et d’autres, la judéité est évoquée en tant que lien de sang ou de lien génétique avec un peuple ancien.

Wallnau raconte une histoire dramatique sur la manière dont son propre père lui avait révélé son identité juive. « Pour le restant de ta vie, tu auras un rapport instinctif avec le peuple juif. C’est dans ton ADN, » disait son père. « C’est dans tes os. C’est dans ton identité. Tu le sauras parce que tu le ressentiras. »

 

Publicités

« La haine ne porte pas toujours de hidjab ». Ni de burkini. Un article au vitriol du Daily Mirror

25 août 2016

J’ai eu beaucoup de plaisir à lire cet article. Moins à le traduire, because l’humour british rend la mission plus compliquée. Le résultat n’est pas complètement satisfaisant mais je dois m’en contenter.

Le Daily Mirror est un tabloïd anglais  proche du Labour Party. Il tire à environ 900 000 exemplaires par jour. En France, seuls les journaux gratuits comme 20 Minutes ou Direct Matin arrivent à de tels tirages (le Mirror n’est pas distribué gratuitement).

Chère France : s’il te plaît, arrête de fabriquer de nouveaux terroristes en arrachant les foulards des femmes

The Daily Mirror (UK) 24 août 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

OPINION par FLEET STREETFOX [Fleet Street est le nom de la rue où siègent les principaux journaux anglais]

Fleet Street Fox écrit une lettre ouverte à ceux qui interdisent le burkini

PAY-Woman-fined-for-wearing-Burkini-in-France-FLEET-STREET-FOX.jpg

Femme verbalisée sur une plage pour port de burkini

Mes idiots Française, [sic]

Pour rester diplomate, je vous féliciterai pour votre vin, une bonne partie de votre nourriture et ne mentionnerai pas Jean Michel Jarre.

(Oops.)

Mais je dois vous dire certaines choses au sujet des terroristes au sujet desquels, en dépit du fait qu’ils vous prennent si souvent pour cibles, vous semblez ne pas savoir grand-chose.

A-French-police-officer-stands-next-to-an-anti-drone-gun.jpg

Y’en a une! Y’en a une! Ah non,alors!

Nous aimerions tous qu’il n’y ait pas de terroristes.

Ce qui ne veut pas dire faire le genre de choses qui augmente la probabilité que quelqu’un, le cerveau sous cachetons et animé de la rage de l’impuissant, décide de foncer avec son camion dans une foule de civils,

Les terroristes sont de mauvaises gens. Pas parce qu’ils sont nés mauvais mais parce qu’ils ont été rendus mauvais par des gens encore plus mauvais.

Le travail qui consiste à les convaincre d’être méchants est rendu 85 fois plus facile si le proto-terroriste a l’impression qu’on le considère comme un moins que rien.

Brussels-Shooting.jpg

Psst Pierre! Y’a un garçon basané dans la rue avec un ballon. C’est sûrement une bombe!

Une des meilleures méthodes pour amener quelqu’un à ressentir l’humiliation totale est de lui ordonner de se déshabiller devant d’autres personnes.

Les Nazis procédaient ainsi avec leurs prisonniers dans les camps de concentration. Les Khmers Rouges faisaient ainsi avec les gens qui portaient des lunettes [réputés être des intellectuels, NdT]. Daesh le fait avec ses otages.

C’est mal [en français dans le texte], d’accord?

Et c’est pourquoi, mes petites chums [amies en parler du Québec] françaises, c’est incroyablement stupide de dire aux personnes dont vous pensez qu’elles sont des terroristes potentielles d’être plus dénudées qu’elle ne le veulent..

C’est encore plus stupide quand vous considérez le fait que les dames en question :

  1. Ne sont pas des terroristes
  2. Ne cachent pas d’armes dans leurs manches [l’auteur fait un jeu de mot intraduisible qui joue sur le fait qu’en anglais le mot « arm » a le sens de bras ou d’arme selon le contexte].
  3. Et qu’à la base, porter un chapeau, un T-shirt et des leggings qui sont, d’après ce que j’ai pu constater moi-même la dernière fois, sont exactement le genre de vêtements que portent aussi vos agents de police, les habitants de votre pays et les touristes quand ils sont à la plage.
Bad-Swimwear--Nigella-Lawson.jpg

Mme Nigella Lawson (présentatrice vedette de la télévision britannique), au cas où vous vous poseriez des questions, déteste le soleil par opposition à la liberté

Beaucoup d’entre nous peuvent regarder comme chose admirable votre volonté d’être une nation laïque [secular].

Mais si vous commencez à faire se déshabiller des femmes musulmanes qui veulent recouvrir certaines parties de leur corps, pour être justes vous devrez faire la même chose avec les nonnes, les membres de Hare Krishna, les femmes juives orthodoxes, les catholiques pendant la messe et, eh oui, les imams et les évêques aussi.

Et au sommet des réfractaires aux coups de soleil, les surfeurs dans leurs combinaisons, les mamans de tous les jours, les obèses, les poivrots, les policiers casqués, les personnels sur les routes avec leurs casques de sécurité,  les vieilles dames grecques, les grands-mères et tout ce qui porte un sari.

Et allez-vous sérieusement dire à chaque femme de retirer ses vêtements avant qu’elle puisse rencontrer le Pape lors de sa prochaine visité.

Nun-habit.jpg

Vos couvre-chefs sont peut-être des rampes de lancement de missiles, mesdames. Ôtez-les!

Les femmes qui portent un hidjab le font sans doute pour nombre de raisons. La meilleure manière de savoir si elles ont été forcées à le porter, c’est de le leur DEMANDER, pas de leur arracher leurs foulards par la force de la loi et de leur infliger une amende pour ce privilège [en anglais ce mot signifie aussi la faculté de savoir ce que quelqu’un pense].

Il se peut aussi qu’il vous vienne à l’idée que de nombreuses femmes CHOISISSENT d’en porter un – comme le font les nonnes, par pudeur – ou pour des raisons sociales.

Si vous souhaitez que les femmes montrent leurs cheveux, la meilleure façon d’y parvenir est de leur dire qu’elles ont de beaux cheveux.

Humilier une femme du fait de son apparence n’est pas la meilleur manière e l’amener à porter un bikini.

Peter-Stringfellow.png

Bien que vous pourriez essayer avec certains hommes, comme Peter Stringfellow si ça vous chantait

Une autre façon de faire serait de la laisser vivre dans un pays où elle a la liberté de choisir.

Parce que changer un code vestimentaire strict en imposant, euh, un autre code vestimentaire strict ne permettra pas d’emporter la conviction.

D’ailleurs, il y a cent ans de cela, nous couvrions toutes nos têtes.

Voyez-vous, cette dame sur la plage qui a commis le crime affreux de ne pas s’habiller comme Peter Stringfellow est mère de deux enfants.

Auguste Rodin.jpg

Je pense. I think.

Elle a probablement aussi un mari, un père, un frère, des cousins. Tous seront marqués par l’humiliation publique qu’elle a subie.

Et qui, s’ils ne pensaient pas déjà que la France les traitait mal, pourraient se mettre à le penser désormais.

Et si ce n’était pas le cas, ceux qui ont lu sur cette affaire ou vu les photos pourraient se mettre à le penser.

Et s’ils ne le faisaient pas, vous pouvez parier votre dernier franc que les vraies méchants qui cherchent à transformer les autres en terroristes agiteront ces photos au visage de leurs acolytes avant dîner [en français dans le texte].

Lynda-Bellingham.jpg

Imaginez si quelqu’un avait fait ça à la maman de la pub Oxo (marque d’ustensiles de cuisine)

Après tout, vous ne forceriez pas une nonne à se déshabiller, vous ne retireriez pas le turban de la tête d’un Sikh, ou vous ne rabaisseriez pas le chapelet de prière d’un Bouddhiste

C’est le genre de choses que font les terroristes. Pas vous. Pas nous.

Je sais que vous croyez que par la répression des vêtements de terroristes, vous réprimez les terroristes.

Le problème est que vous stoppez les vêtements, Ni les bombes, ni la haine ou l’islamo-fascisme.

main-Fatima-Manji.jpg

La haine ne porte pas toujours un hidjab. La journaliste Fatima Manji de Channel 4 a été victime des attaques islamophobes de Kelvin MacKenzie du Sun qui a critiqué le fait qu’elle ait été chargée par Channel 4 de couvrit la tragédie du 4 juillet à Nice

Ce que vous faites là, c’est FABRIQUER DE NOUVEAUX TERRORISTES.

Et une nation saine devrait se demander si ce n’est pas la raison pour laquelle la France a subi seize attentats terroristes en quatre ans.

Ce n’est pas le fait de se recouvrir de vêtements que vous avez en tête, sinon vous devriez arrêter presque tout le monde.

C’est le fait de se recouvrir de vêtements et d’être musulman que vous ne pouvez supporter.

Laissez-moi deviner. Vous voulez qu’ils collaborent ?

La Grande Bretagne a une certaine expérience parce que nous avons essayé la même chose avec les Irlandais, les immigrés à la peau foncée, les Catholiques, les pauvres et, oh, à peu près tous les autres.

Ca n’a pas marché.

Et vos propres enquêtes montrent que sur une population de deux millions d’adultes musulmans, hommes et femmes, à peine 1900 de ces adultes portent des niqabs ou des burqas.

C’est 0.095%.Est-ce là un problème massif ?

Votre problème n’est pas le burkini. C’est que vous ne pouvez pas voir [voir au sens aussi de supporter] la personne qui est dedans.

Stressed-teacher.jpg

Les maths, c’est trop difficile, non?

Vous êtes incapables de voir qu’un pays qui INTERDIT les foulards est tout aussi mauvais que celui qui en fait une OBLIGATION.

Si la raison pour laquelle nous sommes les gentils est que nous donnons aux gens plus de liberté, la retirer quand elle est exercée n’est pas exactement une bonne idée.[en français dans le texte]

Le seul résultat de ça, c’est que ça amène des gens à penser qu’on les méprise à fond et ça transforme ces 0.095 % en le genre de personnes qui non seulement applaudissent mais peuvent même participer à un massacre.

CALAIS-FRANCE.jpg

Pourquoi ne pas lancer du gaz lacrymogène sur les réfugiés, tant qu’à faire? Oh, vous le faites déjà!

Une chose dont aucun d’entre nous ne veut plus.

Alors, s’il te plaît la France, fais une faveur au monde et à toi-même en arrêtant d’envoyer du gaz lacrymogène sue la Jungle de Calais, arrête de ghettoïser tes immigrés, arrête de t’en prendre à des femmes d’âge mûr qui ont envie de piquer une tête dans l’eau et arrête de trouver des moyens inventifs de susciter de nouvelles vocations terroristes.

Parce qu’en même temps que tu fais ce beau travail, tu pourrais tant qu’à faire rebaptiser ton hymne national Le Chant du Clone de Daesh  pour finir.

Tu es la nation de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. S’il te plaît, montre nous que ce n’est pas du passé.

Très sincèrement,

Ton ami Foxy

The Sun, petites pépées et islamophobie

25 novembre 2015

Le Sun est un journal anglais dont il n’existe pas d’équivalent en France. Ses titres racoleurs secondés utilement par la photo d’une femme aux formes et au sourire prometteurs sont au service d’un agenda politique néoconservateur qui est celui de son propriétaire, le magnat de la presse Rupert Murdoch.

SCOUT_RupertMurdoch_JerryHall_031115_xGetty

Rupert Murdoch et sa nouvelle compagne, Jerry hall (ex Mme Jagger)

Outre le Sun, le groupe News Corp de Rupert Murdoch est propriétaire du Times, le légendaire journal londonien, du New York Post, un tabloïd à grande diffusion, du Wall Street Journal, des chaînes de télévision et des studios de cinéma Fox etc.

Et ce n’est là qu’un modeste aperçu de cet empire qui s’étend sur tous les continents.

Le Guardian démonte ici les ressorts d’un titre racoleur du Sun destiné à induire le lecteur pressé en erreur et à exciter l’islamophobie.

Les affirmations du Sun sur la sympathie des Musulmans pour les djihadistes ont-elles un fondement ?

Un coup d’œil sur les données de l’enquête derrière le gros titre du tabloïd remet en question la façon dont le journal a interprété les chiffres

par Pamela Duncan, The Guardian (UK) 23 novembre 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le Sun a mis en une ce titre racoleur : « Un Musulman britannique sur cinq a de la sympathie pour les djihadistes, » mais cette affirmation est-elle fondée ?

sympathy

Un coup d’œil aux données qui sont derrière le gros titre de lundi remet en question la manière dont le journal a interprété les chiffres.

Le gros titre et l’article en pages intérieures sont basés sur une enquête téléphonique conduite par Sturvation la semaine dernière. On ne sait pas vraiment comment l’échantillon de Musulmans britanniques a été constitué par Sturvation ni s’il peut être considéré comme représentatif de l’ensemble de la communauté.

La question particulière qui est à l’origine du titre la une demandait aux répondants qu’ils étaient d’accord avec une liste de déclarations.

Seulement 5 % des répondants étaient d’accord avec la déclaration : « J’ai beaucoup de sympathie pour les jeunes Musulmans qui quittent le Royaume Uni pour rejoindre les combattants en Syrie. » 14,5 % des répondants ont dit avoir « une certaine sympathie » pour eux. Ces chiffres additionnés font un total de 19,5 % qui motivent la tournure de l’article du Sun.

Même en acceptant ces données telles quelles, elles occultent le fait que près de 71,5 % des sondés ont dit ne pas avoir de sympathie pour les jeunes Musulmans qui quittent le Royaume Uni pour rejoindre les combattants en Syrie.

La question posée par Sturvation ne mentionne aucunement les djihadistes, l’État Islamique (Daesh) et la raison pour laquelle les combattants vont en Syrie. En outre, la question ne précise pars qui sont les « combattants en Syrie » – des combattants de Daesh ou éventuellement ceux d’autres groupes rebelles.

Étant donné qu’on a eu des exemples d’individus partis en Syrie pour lutter contre Daesh (par exemple avec un reportage de Channel 4 qui suivait trois anciens soldats partis combattre les miliciens de Daesh en Syrie), il est concevable que certains des sondés aient pu avoir en tête ces exemples plutôt que les gens qui s’en vont pour soutenir Daesh.

Le second problème est que le terme « sympathie » prête le flanc à une mauvaise interprétation : tandis qu’une personne peut l’employer pour signifier qu’il est d’accord avec ceux qui partent se battre, une autre personne peut simplement vouloir dire qu’elle comprend à un niveau émotionnel qu’une personne puisse faire ce choix. On peut éprouver de la sympathie pour une prise de position sans pour autant la partager.

De fait, un sondage antérieur effectué par le même institut en mars pour Sky News avait montré que 4,3 % des non Musulmans exprimaient « beaucoup de sympathie pour les jeunes Musulmans qui quittent le Royaume Uni pour rejoindre les combattants en Syrie. » Dans le même temps, 9,4 % exprimaient une « certaine sympathie », ce qui suggère que les attitudes des Musulmans et des non musulmans ne sont pas différentes quand on leur pose ces questions.

D’autres détails sur le sondage mené par Survation peuvent être trouvés ici tandis que l’intégralité des chiffres peut être trouvée ici.

Après le triple meurtre raciste de Chapel Hill, les islamophobes passent à l’action au Texas

13 février 2015

On aurait du mal à le savoir par la presse française grand public, mais on l’apprend par exemple par le site musulman d’informations Katibîn :

Incendie au centre islamique de Houston

Auteur : Lyes Dans Actualités, International 13/02/2015 0 68 Vues

Ce vendredi 13/02/15 à 05h30 heure locale, un important incendie a eu lieu au niveau de l’institut islamique de Houston.

Une investigation en cours

Les pompiers de Houston sont intervenus ce matin au niveau du Quba Islamic Institute suite à une alarme incendie. Le feu avait déjà entamé la structure du bâtiment à l’arrivée des secours sur place, ils n’ont pu que constater une épaisse fumée et des flammes vives.

L’extinction complète de l’incendie a pris plus d’une heure. L’institut étant vide à cette heure-ci, aucune perte humaine n’est à déplorer. Néanmoins, l’immeuble n’est plus du tout viable. Il servait notamment de centre éducatif pour les jeunes musulmans de la zone sud de Houston, mais aussi de centre d’aide pour les familles de la communauté.

Les forces de police ont ouvert une enquête pour déterminer la cause exacte du déclenchement de l’incendie. Pour l’heure pas d’indication sur l’origine criminelle ou non de ce désastre.

L'incendie n'a touché qu'un seul des bâtiments du Quba Islamic Center de Hosuton

L’incendie n’a touché qu’un seul des bâtiments du Quba Islamic Center de Hosuton

A l’heure où j’écris, il existe une sérieuse suspicion quant à la nature criminelle de l’incendie puisque, selon Ahsan Zahif, fils de l’imam de la mosquée, un « accélérant a été utilisé pour le feu qui s’est déclenché vers 5h30 du matin. »

On n’a cependant pas de réelle certitude car si le fils de l’imam dit tenir cette information d’enquêteurs du service de lutte contre les incendies tandis que le porte parole de ce même service affirme qu’aucune information de cette nature n’a été donnée.

L’enquête devrait en dire plus assez prochainement. (mise à jour: le caractère criminel de l’incendie est maintenant certain)

Quoi qu’il en soit, cet incident survient peu de temps après le triple meurtre dont ont été victimes trois étudiants de confession musulmane sur le campus de Chapel Hill en Caroline du Nord.

La nature raciste de ce crime est contestée aux Etats Unis où d’aucuns le lient à une banale dispute pour une place de parking !

Une explication qui en dit long non seulement sur le racisme du meurtrier mais aussi sur celui de nombre de médias.

Outre ce tragique élément de contexte, il faut quand même savoir qu’une autre institution religieuse musulmane texane à Irving près de Dallas est en ce moment l’objet d’une campagne d’une certaine presse « chrétienne » (sioniste chrétienne pour être plus précis) qui l’accuse d’avoir inauguré un tribunal traitant des affaires conformément à la charia (droit musulman).

L'Islamic Center d'Irving (Texas)

L’Islamic Center d’Irving (Texas)

L’Islamic Center d’Irving a tenu à démentir fermement ces allégations, tout en précisant qu’un de ses membres participe comme médiateur dans un tribunal islamique qu’il existe ailleurs dans l’agglomération Dallas – Fort Worth, un tribunal qui traite d’arbitrages intra-communautaires, notamment d’affaires familiales, quand les parties concernées en sont d’accord.

L’Islamic Center d’Irving rappelant au passage que ce genre de tribunal religieux n’est nullement l’apanage de la religion musulmane et qu’il en existe depuis longtemps pour les communautés chrétiennes et juives.

Le problème étant justement que les militants anti-Islam veulent traiter cette religion comme une exception et lui contester les droits que la Constitution des Etats Unis accorde à toutes les autres.

Il faut d’ailleurs relever que cette campagne « anti-charia » fait suite à l’organisation d’une manifestation le 17 janvier 2015 à Garland, près de Dallas, pour protester contre la tenue d’une conférence visant à collecter des fonds pour la création d’un centre destiné à enseigner aux Musulmans comment combattre les stéréotypes.

Dans la même ville de Garland, l’American Freedom Defense Initiative (AFDI) de la néoconservatrice et très sioniste Pamela Geller organisera le 3 mai prochain une exposition- concours de caricatures représentant le prophète de l’Islam.

Pamela Geller est "Charlie" à fond

Pamela Geller est « Charlie » à fond

On peut raisonnablement supposer que le triple meurtre de Chapel Hill, loin de dissuader les activistes de l’islamophobie, va au contraire les encourager d’autant que la mollesse des réactions de la classe politique ne leur aura pas échappée.

Expulsée d’une mosquée londonienne, ou le mensonge d’une journaliste britannique

7 février 2015

Voilà ce qu’on pouvait lire dans « Courrier International » qui reprenait la presse britannique.

La journée « Visite ma mosquée » marquée par une bévue vis-à-vis d’une journaliste

Le Conseil musulman britannique organisait hier une journée « portes ouvertes » dans des mosquées du pays. Une opération globalement réussie, jugent les journaux, hormis un incident « sexiste » – une journaliste a été refoulée à l’entrée d’un établissement.
Des visiteurs à la mosquée de Finsbury, à Londres, le 1er février 2015 - AFP/Ben Stansall
Des visiteurs à la mosquée de Finsbury, à Londres, le 1er février 2015 – AFP/Ben Stansall

Portes ouvertes, thé et gâteaux pour les non-croyants : hier n’était pas une journée comme les autres dans une vingtaine de mosquées d’outre-Manche, puisque le Conseil musulman britannique organisait la journée #VisitMyMosque (« Visite ma mosquée »). Cet événement inédit « était organisé après que le Conseil musulman britannique se fut inquiété d’un sentiment anti-musulman, après le meurtre de 17 personnes à Paris le mois dernier », note The Independent.

Journée de tolérance

L’événement a connu un certain succès, note le quotidien, qui rapporte le témoignage de Britanniques non musulmans heureux de leur visite, notamment dans une mosquée de l’est de Londres, où une cinquantaine de visiteurs se sont rendus. Les uns y sont allés « pour rencontrer des musulmans qui ne sont pas à la télévision », les autres pour « dépasser leur crainte de finir par croire à la propagande ». Les non-croyants ont pu visiter la mosquée, assister à la prière des hommes, puis des femmes, avant de terminer par la visite d’une petite exposition sur l’histoire de l’établissement, construit en 1986.

Parmi les établissements qui ont ouvert leurs portes, la mosquée de Finsbury, « dont l’histoire récente a été marquée par [la présence] de membres extrémistes », rappelle de son côté The Guardian. L’établissement souffre toujours d’une mauvaise réputation, causée par le passage en ses murs de figures extrémistes notoires comme Abou Hamza, qui « a pris le contrôle de la mosquée à la fin des années 1990 et l’a transformée en l’un des plus importants centres de l’islam radical en Grande-Bretagne », avant d’être arrêté en 2003 et d’être condamné à la prison à perpétuité aux Etats-unis, explique le journal. Mais la plupart des visiteurs qui se sont rendus hier à la mosquée de Finsbury ont été séduits par la visite et par la rencontre avec les pratiquants, poursuitThe Guardian, qui salue cette « journée de tolérance ».

« Jetée à la rue »

Pourtant, un « couac » de taille a quelque peu entamé le succès du #VisitMyMosque Day : la journaliste de Channel 4 Cathy Newman a été refoulée à l’entrée de la mosquée de Streatham, à Londres, note The Independent. Sur Twitter, elle a expliqué « avoir été surprise de se retrouver mise à la porte ». « J’étais habillée comme il faut, la tête couverte et les pieds nus, mais un homme m’a mise à la porte. J’ai dit que j’étais là pour la journée ‘Visite ma mosquée’, mais cela n’a rien changé. » Immédiatement, des réactions ont fusé sur le réseau social, notamment celle de Louise Mensch, une responsable du parti conservateur, qui a parlé d’un « gigantesque raté misogyne », regrettant que Cathy Newman ait été « jetée à la rue ».

Le Conseil musulman s’est excusé pour cet « incident », expliquant que l’établissement en question ne participait pas à la journée portes ouvertes, et que Cathy Newman s’était rendue « dans la mauvaise mosquée ». « Ce n’est pas parce qu’elle est une femme [qu’elle s’est vu refuser l’entrée], mais parce que l’établissement ne faisait pas de ‘portes ouvertes’ ce jour-là », a expliqué l’organisation. La journaliste de Channel 4 a indiqué s’être rendue ensuite dans une autre mosquée, où elle a été « chaleureusement accueillie ».

La journée Visite Ma Mosquée s’est donc globalement bien passée n’était cet incident avec Cathy Newman, la journaliste de la Chaîne de télévision Channel 4 qui a été refoulée d’un lieu de culte musulman londonien.
Cathy Newman de Channel 4

Cathy Newman de Channel 4

Cet incident dépasse la simple anecdote parce que non seulement les tweets de la journaliste ont servi d’argument à certains politiciens comme on peut le lire dans l’article ci-dessus mais aussi parce que la mosquée incriminée a ensuite reçu un flot d’insultes par internet et même des menaces de mort par téléphone.
Comme on peut le lire aussi, les responsables de la dite mosquée ont présenté leurs excuses à la présentatrice télé.
Ils l’ont fait à tout hasard car ils n’étaient pas vraiment informés de l’existence d’un incident.
Pour la simple raison que l’incident n’a pas eu lieu et que la journaliste a fait preuve de mauvaise foi dans cette affaire.
Cette mauvaise foi a été démontrée par la diffusion auprès du public d’un enregistrement de la caméra de surveillance de la mosquée qui montre que si, en effet, Mme Newman s’est bien présentée dans une mosquée où elle a ôté ses chaussures après être entrée dans le vestibule, elle n’en a nullement été refoulée mais en est sortie sans contrainte après avoir eu une brève conversation avec un homme.
De son côté l’homme croyait que cette femme était à la recherche d’une église et lui indiquait donc où se trouvait l’église du quartier, tandis que pour sa part,  la journaliste  s’était trompée de mosquée.
Mme Newman était de fait attendue dans une autre mosquée assez proche où elle devait rejoindre son équipe de tournage déjà sur place.
Cathy Newma a reconnu avoir été bien accueillie à la mosquée Hyderi où elle af inalement rejoint son équipe de tournage

Cathy Newman a reconnu avoir été bien accueillie à la mosquée Hyderi où elle af inalement rejoint son équipe de tournage

Par ailleurs la mosquée où elle s’était présentée ne participait pas à l’opération de la journée Visite Ma Mosquée.
Mme Newman a présenté ses excuses pour ce qu’elle qualifie de malentendu.
A mon avis, elle ne s’était surtout pas rendu compte de l’impact que peuvent avoir les tweets d’une personnalité publique dont les messages sont suivis par plus de 70 000 abonnés. Des tweets qui de plus sont d’autant plus crédibles qu’ils entrent en résonance avec les représentations prédominantes sur la vision des femmes en Islam.Ce qui est étonnant de la part de quelqu’un qui travaille pour un grand média audiovisuel comme Channel 4.
La presse britannique rapporte généralement en détail ces éléments correctifs avec photos et vidéo à l’appui.

Malheureusement, le mal a été fait car, comme le dit Esmat Eraj, une des responsables de de l’Hyderi islamic Centre qui a si bien accueilli la journaliste,  les allégations de Mlle Newman ‘alimentent l’islamophobie.’
 

Le massacre perpétré au siège de Charlie Hebdo a-t-il un rapport avec la liberté d’expression?

7 janvier 2015

Ce post est une synthèse de plusieurs messages ou commentaires que j’ai commencé à poster sur Facebook à partir du début d’après-midi.

Je viens d’entendre le discours de François Hollande à la radio. On doit reconnaître qu’il a fait un très beau discours, très digne et à la hauteur de la situation même s’il n’a pu éviter un passage hypocrite sur la politique étrangère de la France et fait ainsi le lien dans un sens bien précis avec la tuerie perpétrée aujourd’hui à Paris. 

On verra ce qu’il subsistera de cette dignité dans les jours, semaines et mois à venir.

Comme beaucoup, j’ai appris avec stupéfaction puis effarement l’agression extrêmement meutrière perpétrée contre les locaux du magazine Charlie Hebdo.

Non pas que j’apprécie la ligne éditoriale de cet hebdomadaire (que je m’abstiens de lire depuis maintenant de longues années), mais parce que je réprouve ces méthodes sauvages et l’effusion de sang.

Sans être absolument non violent, je considère que l’exercice de la violence doit être réservé à l’auto-défense en cas d’agresion physique, proportionnelle à l’agression et laisser la place à la justice dès lors qu’elle est en mesure de se substituer à l’autodéfense qui n’a lieu d’être qu’en cas d’urgence et d’absence d’autre recours. La violence physique, qui plus est meurtrière, est à condamner dans tous les autres cas, et bien évidemment dans le cas présent.

J’entends bien, et je comprends, que de nombreuses voix vont se lever pour déplorer la perte de toutes ces vies humaines, que ce soit la mort des membres de l’équipe de l’hebdomadaire ou celle des agents de police, et pour déplorer l’atteinte physique faite à la liberté d’expression et de la presse.

Pourtant, si on ne peut que déplorer les pertes humaines, je considère que ce crime n’a rien à voir avec la liberté d’expression, ni même avec le champ médiatique. Après tout en ce moment, ce sont Michel Houellebecq et Eric Zemmour qui font l’actualité islamophobe, pas Charlie Hebdo. C’est pourtant l’hebdomadaire qui a été visé.

Ce drame s’inscrit en réalité dans la campagne de peur qui s’est mise en place depuis l’affaire Merah. Cette campagne s’est saisie récemment de  trois premières affaires ou pseudo affaires (Nantes, Joué les Tours et Dijon) qui ont été un avant goût, des étapes utiles qui ont été exploitées pour renforcer les dispositifs sécuritaires dans un cadre clairement posé comme antiterroriste par le gouvernement alors que nous étions devant des incidents certes traumatisants dans lesquels des personnes ont pu trouver la mort mais qui relèvent du malheureux fait divers.

Nous sommes maintenant entrés dans le vif du sujet car ce sont des membres de l’élite intellectuelle et médiatique qui ont été visés, ce qui justifiera une très forte réponse des pouvoirs publics qui représentent d’une certaine manière ces élites. Nous allons bien sûr voir se mettre en place un ensemble de dispositions ainsi qu’une répression qui va toucher des gens et des milieux qui n’ont rien à voir avec les auteurs de ce crime.

De fait, avec le massacre perpétré au siège de Charlie Hebdo, un palier et un point de non retour ont été franchis comme on va bientôt s’en apercevoir.

Il fallait en effet une telle abjection pour balayer les réticences à sombrer dans la haine anti musulmans dont a su faire preuve le peuple français. Ici, c’est la classe médiatique, avec des personnalités qui étaient à la jonction des milieux journalistiques et artistiques, qui a été touchée en plein coeur avec des figures emblématiques du paysage culturel français, ainsi de la disparition par exemple de ce véritable monstre sacré qu’est Georges Wolinski, des symboles de l’impertinence qui ont accompagné plusieurs générations d’intellectuels et de membres de la classe moyenne cultivée (qu’on les apprécie ou pas, c’est autre chose).

Ici, il faut attirer l’attention sur le fait que depuis quelques années, le climat islamophobe est exacerbé par des membres de cette élite, que ce soit Eric Zemmour, Michel Houellebecq ou certaines des victimes du carnage qui vient d’être perpétré. C’est un climat en quelque sorte inspiré par le haut et non quelque chose qui vient des tréfonds de la société. Et il ne faut pas trop personnaliser la question pace que les personnes citées ont en réalité derrière elles tout un appareil politique et économique qui les porte à bout de bras.

Il faut donc s’attendre à une très forte réaction de ces élites qui sont des élites dominantes dans tous les sens du terme. Le crime qui vient d’être commis risque d’attirer de nouvelles couches de ces catégories sociales dans la dérive islamophobe.

La réaction des élites aura lieu aussi bien sur le plan intellectuel que sur le plan politique et sécuritaire avec un renforcement des mesures répressives. D’autant que la mise à mort de sang froid d’un agent de police à terre et sans défense aura bouleversé et choqué non seulement la population en général mais ses confrères dont j’ose à peine imaginer l’état d’esprit en ce moment.

Comme beaucoup d’autres personnes, je souhaite ardemment que les auteurs de la tuerie soient arrêtés par la police pour être traduits en justice et qu’on puisse savoir leurs mobiles exacts et qui les a inspirés/manipulés. Parce que nous sommes certainement ici devant une affaire du type Merah ou Nemmouche, avec des tueurs manipulés par un service. Si les auteurs sont eux-mêmes membres du service auquel je pense, ils ne seront certainement jamais pris, ni morts, ni vifs.

Personnellement, je ne veux pas manquer de respect aux victimes, que ce soit aux agents de police ou à Wolinski que j’ai toujours admiré, pas même à Charb qui a versé dansla provocation islamophobe.

Je me refuse par contre à associer ce crime à des Musulmans et encore moins à des Musulmans agissant en toute connaissance de cause.

Pour moi, ce n’est et ne peut être que le résultat d’agissements de personnes manipulées (du genre justement Mohamed Merah, Mehdi Nemmouche et d’autres) ou le résultat de l’intervention directe d’un service spécialisé.

Pour mieux me faire comprendre, je dirai que ces crétins/salopards peuvent être manipulés dans ce sens qui consiste à semer la mort et la désolation, ou dans un autre sens qui consiste à s’associer aux acteurs des campagnes islamophobes. Ce sont fondamentalement les mêmes personnes et la direction de leur dérive sera avant tout une question de goût (pour la bagarre par exemple), de rencontres, d’argent, de femmes,de shit, enfin tout ce qui peut motiver un homme.

A ceux qui demanderont pourquoi, je répondrai simplement qu’ils devraient s’intéresser à la politique de leur pays, sa politique économique, sociale et étrangère, Toutes les réponses sont là mais, comme disait Marx, la compréhension ne se dégage pas directement des faits bruts et concrets pris isolément mais au contraire de la mise en relation des faits, c’est-à-dire en allant de l’abstrait au concret et pas l’inverse.

Le député UDI Meyer Habib et Benjamin Netanyahou

Le député UDI Meyer Habib et Benjamin Netanyahou

Ce n’est pas pour rien si on nous a dit que la lutte contre l’antisémitisme était « une grande cause nationale », ce n’est pas pour rien que le député français Meyer Habib a dit qu’avec leur vote en faveur de la reconnaissance d’un Etat palestinien les députés importaient en France le conflit du Proche Orient (Meyer Habib vient d’enfoncer le clou dans la plaie pour ainsi dire), ce n’est pas pour rien que Benjamin Netanyahou a averti la France qu’elle est menacée par le terrorisme parce qu’elle est trop pro-arabe (ce qui n’empêche pas les médecins militaires de Netanyahou de soigner les blessés d’al Qaïda dans le Golan occupé),

Ce n’est pas pour rien mais parce que l’Agence Juive veut attirer en Palestine occupée quelque « 42 000 Juifs de France d’ici 2017 ». Comme les Juifs français se sentent plutôt bien dans leur pays, il est donc nécessaire de stimuler la demande d’émigration fut-ce au prix d’une extrême tension et même de morts en France.

En effet, ces gens ne reculent devant rien et tout ce qui les intéresse, c’est le rapport coût-bénéfice.

Nous sommes aujourd’hui dans l’ultime étape de la création du climat propice à encourager le départ vers l’entité sioniste de citoyens qui appartiennent à la communauté juive européenne la plus importante numériquement et dont les membres sont souvent détenteurs d’un niveau d’éducation et de qualification élevé. C’est donc une population très intéressante sous cet aspect et dont l’apport ne sera pas négligeable pour la grande bataille qui se joue en Palestine occupée : la bataille démographique, toujours décisive dans les situations coloniales.

Le Juif antijuif qui représente les Musulmans aux Etats Unis

19 octobre 2013

Le Council on American Islamic Relations (CAIR) est une des plus importantes organisations de défense des droits des Musulmans aux Etats Unis.

Selon son site web,

La vision de CAIR est la défense ardente de la justice et de la compréhension mutuelle.

La mission de CAIR est d’améliorer la compréhension de l’Islam, d’encourager le dialogue, de protéger les libertés publiques et de promouvoir la justice et la compréhension mutuelle.

On reconnaîtra là les principes habituels qui guident l’action des associations qui entendent représenter les droits des minorités aux Etats Unis. L’action de CAIR s’exerce de manière tout à fait classique par la pratique du lobbying dans la capitale fédérale et dans les différents Etats qui composent les Etats Unis.
CAIR cherche aussi à encourager la participation des Musulmans à la vie publique et intervient dans la lutte contre les discriminations en offrant médiation et prestations juridiques.

Rien que de très banal, surtout pour un pays comme les Etats Unis.

Sauf que CAIR représente la communauté musulmane qui fait l’objet de la culture du soupçon aux Etats unis, au moins depuis les attentats du 11 septembre 2001, et d’une campagne islamophobe menée de manière méthodique,

Cette campagne islamophobe, si elle prend prétexte des attentats de 2001  trouve en réalité son fondement, comme on l’a déjà vu sur ce blog à propos notamment des lois anti-charia, dans la démarche d’activistes sionistes radicaux qui s’appuient sur un appareil financier et une organisation bien rodés.
Et CAIR, en tant qu’organisation représentant des Musulmans et plaidant pour la justice a ce défaut insigne de plaider pour une solution juste au conflit du proche Orient quoique ce conflit ne soit pas au coeur de ses préoccupations.

C’est cependant encore trop pour les ultrasionistes qui n’ont de cesse de dénoncer les liens de cette organisation avec ce qu’ils appellent des organisations terroristes.

Daniel Pipes

Daniel Pipes

Les (prétendus) arguments contre CAIR sont bien synthétisés par le néoconservateur  Daniel Pipes (Pipes est un nom qui fleure bon l’Angleterre mais la famille de Daniel Pipes est juive polonaise et a émigré aux USA dans les années 1940), et c’est en gros la même que celle présentée par les organisations qui constituent le lobby sioniste comme l’Anti Defamation league (ADL, équivalent de la LICRA aux Etats Unis).
Il va de soi que pour ces tenants du sionisme radical, CAIR flirte forcément avec l’antisémitisme compte tenu de ses prises de position sur la Palestine.

Un argument qui vient de prendre un petit coup dans l’aile avec la nomination d’un Juif au poste de directeur de la section de CAIR à Philadelphie (chaque section régionale est autonome).

Bon, ce n’est pas n’importe quel Juif puisqu’il s’agit de Jacob Bender, un documentariste connu pour ses positions de gauche, y compris sur la question palestinienne.

Jacob Bender

Jacob Bender

Un Juif antijuif présume déjà Abraham Foxman, le premier responsable de l’ADL.

Jacob Bender est le premier Juif à diriger une section de CAIR, l’organisation de défense des droits des Musulmans
L’activiste de Philadelphie fait face à l’hostilité dans l’establishment juif
par Nathan Guttman, The Jewish Forward (USA) 17 octobre 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Jacob Bender va devenir le porte-voix des Musulmans de la région de Philadelphie dans la lutte contre la discrimination qu’ils subissent sur les lieux de travail et dans la sphère publique, et dans le combat contre les expressions de haine.

Bender est convaincu que son appartenance à la confession juive ne peut que l’aider à faire ce travail avec efficacité.

«La communauté musulmane est attaquée par des forces islamophobes, et il est de l’obligation et de le responsabilité de toutes les personnes de bonne volonté de se lever et de dire que cette agression est une manifestation d’intolérance,» affirme Bender. «C’est [cette mission] absolument cohérent avec les objectifs que je me suis fixés dans la vie.»

La section de Philadelphie du Council on American Islamic Relations a annoncé la nomination de Bender à son poste de directeur exécutif le 15 octobre. Bender est le premier Juif, et le premier non musulman, à exercer comme directeur d’une branche de CAIR.

«Les besoins de la communauté musulmane sont exactement les mêmes que ceux de toute communauté minoritaire aux Etats-Unis », déclare Iftekhar Hussein, président du conseil d’administration de CAIR-Philadelphie. «Jacob, en tant que juif, le comprend du fait des ses propres origines. »

Militant des questions liées au dialogue interreligieux entre Juifs et Musulmans qui a été impliqué par le passé dans la défense d’une vision progressiste de la paix au Moyen Orient, la nouvelle position de Bender va le placer devant deux types d’attentes de natures très différentes.

Il va rencontrer une communauté locale musulmane qui attend qu’un non musulman représente ses besoins aussi bien que l’aurait fait un coreligionnaire.

Il va aussi être confronté à un leadership juif national qui a décidé que CAIR n’était  absolument pas un partenaire avec qui on peut dialoguer.

Dans un long document publié en 2006, l’Anti-Defamation League (ADL) accusait CAIR d’avoir des positions extrémistes sur Israël et d’avoir des liens avec des individus et des organisations qui ont exprimé leur soutien à des organisations terroristes.

Les organisations juives avaient aussi souligné par le passé le fait que CAIR avait été initialement citée dans le dossier judiciaire de la Holy Land Foundation, une organisation caritative basée aux Etats Unis qui avait été accusée de rassembler des fonds pour le Hamas. Mais un tribunal avait ordonné en 2012 que la référence à CAIR soit retirée du dossier.

«CAIR ne fait pas partie des partenaires potentiels de la communauté juive,» déclare Ethan Felson, vice-président du Jewish Council for Public Affaires. «La communauté juive a examiné son dossier et a conclu que «Nous ne pouvons pas travailler avec cette organisation.»

Même si aucune position officielle n’a été adoptée, la communauté juive a exclu CAIR de toute action interreligieuse commune avec la communauté musulmane et s’est concentrée sur les relations avec l’Islamic Society oh North America et avec des mosquées et des imams locaux.

CAIR et Bender rejettent les assertions des organisations juives selon lesquelles l’organisation serait de quelque manière extrémiste. «Il y aura toujours ceux qui essaieront de diaboliser les autres organisations,» déclare Bender. «En tant que personne qui soutient depuis longtemps les droits des palestiniens et qui critique la politique d’occupation, je ne vois pas de contradiction entre mes opinions affirmées de longue date sur le Moyen orient et celles de CAIR.»

Israël n’est pas une question prioritaire pour CAIR, en particulier pour ses sections locales, qui tendent à s’intéresser plus à la lutte contre les discriminations contre les Musulmans dans la communauté locale [où ils vivent]. Pourtant, pour beaucoup dans la communauté juive, le problème arabo-israélien est perçu comme l’obstacle essentiel qui éloigne CAIR de l’establishment juif américain.

Le fait d’avoir un Juif à un poste de dirigeant pourrait-il contribuer à réduire la coupure entre les deux parties? La réponse consiste généralement en un mélange d’espoir et de scepticisme.

«Il y a toujours un potentiel de changement,» déclare Hussain, tout en observant que jeter un pont en direction des organisations juives n’était pas la motivation derrière le recrutement de Bender pour le poste. «Ceux qui n’ont pas de contact avec CAIR devraient s’asseoir autour d’une table et comprendre que nous sommes une organisation des droits civiques.»

Abraham Foxman, le responsable national de l’ADL, explique dans une déclaration à Forward que «on verra avec le temps.» L’appartenance de Bender à la confession juive, dit-il, n’a pas nécessairement une importance. «Malheureusement, il y a des Juifs qui sont antijuifs et anti-Israël,» ajoute Foxman, «mais nous allons attendre et on verra bien.»

L’intérêt de Bender pour la communauté musulmane a commencé après les attaques terroristes du 11 septembre. Producteur de documents vidé et télévisuels, il a commencé à organiser des rencontres inter-religieuses et à donner de la voix contre contre les expressions islamophobes devenues plus fréquentes après les attentats.

En 2009, son documentaire “Out of Cordoba: Averroes and Maimonides in Their Time and Ours a été présenté au public/ Le film traite «de Juifs, de Musulmans et de Chrétiens qui luttent contre le détournement de leurs religions par des extrémmistes,» écrivait Bender dans une brève description qui accompagnait le film.

Le film s’intéresse à deux contemporains historiques de l’Espagne médiévale: le philosophe Juif Maïmonide et le penseur Musulman Averroes. A travers ces deux personnages, Bender cherchait à remettre en cause «la thèse selon laquelle il y a un inévitable ‘choc des civilisations’ entre l’Occident et le monde musulman.»

Au cours de ces deux edernières années, Bender s’est déplacé dans tout le pays pour présenter son film aux communautés juives et musulmanes, pour parler du besoin d’une plus grande compréhension entre religions. Dans les années 1980, Bender activait dans plusieurs organisations juives progressistes qui plaidaient pour une solution à deux Etats [au Moyen Orient]. Il a ensuite été directeur exécutif d’ American Friends of Meretz [les amis américains de Meretz]; le parti politique israélien de gauche.

Sa mission à CAIR Philadelphie, une des 20 branches indépendantes à travers le pays, consistera principalement à lutter conte la discrimination anti-musulmane. Ces dernières années, la section de CAIR à Philadelphie a été parmi les organisations les plus en pointe dans le combat contre les lois anti-charia proposées en Pennsylvanie. Elle s’est publiquement exprimée contre les stéréotypes anti-musulmans après l’attenta qui a visé le marathon de Boston.

Le profil de Bender, en tant que réalisateur et orateur, observent les renponsables laïcs de l’organisation, le rend apte au rôle de porte-parole pour l’organisation et les droits civiques des Musulmans.
«Je n’ai jamais eu de doute ou de sentiment négatif à propos de CAIR depuis que je suis en contact avec cette organisation,» déclare Bender. «Je n’ai jamais rencontré de sentiment antijuif ou antisémite. Bien au contraire.»

Les crayons de couleur de la charia qui sèment la peur chez les islamophobes

31 juillet 2013

Dans les milieux conservateurs aux Etats Unis, certains craignent l’imposition de la charia, du droit musulman dans leur pays. A tel point que certains Etats ont adopté des lois pour interdire l’application du droit musulman sur leur territoire.

Cette crainte qu’on peut assimiler à un délire ne vient pas de nulle part puisqu’elle est instillée par des campagnes ciblées menées par des personnes ou des institutions relevant de la frange la plus extrême du sionisme aux Etats Unis ou ailleurs  ainsi qu’on l’a documenté sur ce blog. Et dans le cas du sionisme, extrême ne veut pas dire marginale.

Aujourd’hui, c’est l’entreprise Crayola qui est l’objet du délire islamophobe du parti Républicain dans un comté de Géorgie dans les sud des Etats Unis. 

Les militants anti-Islam sont maintenant affolés par des crayons

Quand ils sont venus pour ma boîte de 24 Crayolas, je n’ai rien dit parce que je ne suis pas un cinglé intolérant

par Tim Murphy, Mother Jones (USA)  29 juillet 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Les militants anti-charia ont un nouvel objectif dans leur ligne de mire: Crayola. En fin de semaine dernière, le parti républicain du Comté de Pickens (Géorgie), a lancé sur son site internet un appel à l’action [1] contre une nouvelle promotion du premier fabricant mondial de crayons, qui a commencé à offrir des feuilles de coloriage gratuites avec une thématique islamique [2] en l’honneur du Ramadan. Zut alors! [en français dans le texte]

Les images sont bien inoffensives – l’une d’entre elles comporte un tapis de prière,

Image

une autre montre un jeune garçon agenouillé pour lire le Coran.

Image

Mais le Parti Républicain de Pickens y voit au contraire quelque chose d’abominable: 

Rappelons que les Musulmans considèrent le Ramadan comme le”mois du djihad” et le « mois de la victoire » sur les infidèles. Crayola devrait rappeler aux enfants de ne pas essayer de dessiner Mohamed [le prophète de l’Islam] de peur que leurs parents se retrouvent dans l’obligation de se défendre contre les Musulmans et d’accéder à un programme d’éloignement de témoins – comme ce fut le cas pour le créateur du Jour où Tout le Monde Dessine Mohamed [Everyone Draw Muhammad Day] – étant donné que ni le FBI, ni personne d’autre n’a la volonté de les protéger. 

Les arbres de Noël et les lapins ne manquent pas, mais une recherche de la Bible n’a donné aucun résultat.

contact Crayola:@CrayolaListening to Consumers and CustomersConsumer AffairsCrayola LLC1100 Church LaneEaston, PA 18044-0431-or-Click here to contact us electronically.About Our Products – in the U.S. or Canada:For Crayola®, Silly Putty®, Portfolio Series and Pop Art Pixies products, call 1-800-272-9652 1-800-CRAYOLA.

Mais le parti Républicain du Comté de de Pickens et un autre site anti-charia, le bien nommé «la charia rampante» publient tous les deux exactement le même texte le même jour, alors on ne sait pas trop qui a plagié qui. Crayola est une belle entreprise. Parmi les institutions ou personnes tombées sous la coupe de la charia (selon les militants anti-charia) on trouve David Petraeus (4), les magasins d’alimentation Wegman et l’hôtel Hutton à Nashville (5).

 

Source URL: http://www.motherjones.com/mojo/2013/07/anti-islam-activists-are-freaking-out-about-crayons-now

Links:

[1] http://pickensgop.org/category/sharia-law/

[2] http://www.crayola.com/free-coloring-pages/holidays/ramadan-at-sundown-coloring-pages/

[3] http://creepingsharia.wordpress.com/2013/07/25/crayola-com-celebrates-month-of-jihad/

[4] http://www.motherjones.com/mojo/2011/04/petraeus-is-slave-sharia-islam-afghanistan

[5] http://www.motherjones.com/mojo/2011/10/tennessee-hotel-now-under-shariah-law-anti-shariah-activist-says

 

Info repérée via Angry Arab

Comment le sionisme pousse à la discrimination aux Etats Unis et ailleurs

24 juillet 2013

Voici un article qui porte sur une affaire apparemment banale : la suppression de l’obligation de visa entre les Etats Unis et un autre pays.

J’écris apparemment banale parce que l’autre pays concerné n’est autre que l’entité sioniste, ce qui veut dire que les règles habituelles d’échanges d’Etat à Etat s’en retrouvent chamboulées dans un sens auquel cette entité nous a habitués depuis longtemps.

C’est-à-dire que l’entité sioniste, celle qui se présente volontiers comme un petit Etat constamment menacé par les barbares, entend dicter aux Etats Unis une condition particulière qui consisterait à s’octroyer le droit de refuser l’entrée dans son [prétendu] territoire aux ressortissants Arabo-Américains, d’origine palestinienne tout particulièrement.

Ce qui est en fait demandé aux autorités des Etats Unis, c’est ni plus ni moins que de contribuer officiellement à des pratiques discriminatoires contre leurs propres concitoyens !

Là où le juriste ou le constitutionnaliste peut voir sans effort une condition interdisant tout accord sur la suppression réciproque de visa, les parlementaires des Etats Unis semblent voir des préoccupations légitimes qu’ils sont disposés à entériner dans des projets de lois légalisant une pratique discriminatoire au détriment de leurs concitoyens.

Ce n’est d’ailleurs pas le seul principe sur lequel ces parlementaires sont prêts à s’asseoir pour satisfaire aux desiderata du lobby sioniste. ..

Le gouvernement des Etats Unis en est même réduit à travailler avec les autorités sionistes pour déterminer les voies et moyens d’améliorer les contrôles des voyageurs vers l’entité sioniste avant leur départ !

Ce qui signifie en langage clair : présence d’agents de l’entité sioniste dans les principaux aéroports des Etats Unis, contrats avec des sociétés de sécurité liées à l’entité ou aux intérêts sionistes.

Bref, ce qu’il faut pour faire correctement le contrôle au faciès et éviter de le demander aux compagnies aériennes comme Air France qui s’était tristement illustrée lors de l’action « Bienvenue en Palestine.» Air France a été condamnée pour discrimination raciale, mais c’est une décision de justice dont vos journaux n’ont semble-t-il gardé nulle trace.

Eh oui, car ce que l’entité sioniste est capable de faire avec ce mastodonte que sont les Etats Unis, comprenez bien qu’elle est capable de le faire aussi avec les anciennes grandes puissances impériales que sont la France ou le Royaume Uni.

Pour ceux qui auraient encore des doutes, rappelez-vous, c’était il n’y a pas longtemps, ces employés interdits de manipuler les bagages du terroriste Shimon Peres lors de son arrivée en Gare du Nord à Paris le 8 mars 2013. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si cette information révélée par le syndicat de cheminots Sud-Rail a d’abord été relayée non par la presse française mais par un journal anglais, le Daily Mail comme le signale France 24.

Ce n’est pas un hasard non plus si nous retrouvons le lobby sioniste très actif dans les campagnes pour fabriquer et exciter l’islamophobie en France comme en Europe, aux Etats Unis et même aux antipodes.   

Le Congrès et l’administration s’affrontent sur les visas israéliens

Par Bradley Clapper et Matthew Lee,  Huffington Post (USA) 15 juillet 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri 

Une législation qui permettrait aux Israéliens d’entrer aux Etats Unis sans visa mais n’exigerait pas une réciprocité intégrale de traitement pour tous les Américains qui souhaitent se rendre dans l’Etat juif pourrait amener le Congrès et l’administration Obama à entrer en collision dans les prochaines semaines.

Image

          Visa d’entrée aux Etats Unis

L’entrée d’Israël dans le cadre du programme d’exemption de visa qui concerne 37 pays est l’élément le plus controversé de deux projets de loi touchant à de multiples aspects des relations israélo-américaines, allant de l’amélioration de la cybersécurité au renforcement de la coopération économique. La députée à la Chambre des Représentants, Ileana Ros-Lehtinen [cette parlementaire pense que le régime sioniste a un droit de veto sur certaines décisions du gouvernement US] espère  obtenir l’approbation de la Commission des Affaires Etrangères de la Chambre avant la suspension de ses travaux en août. Une version [de cette législation] par Barbara Boxer est en train d’obtenir le soutien du Sénat

Ces deux lois créeraient une nouvelle catégorie  d’allié des Etats Unis – “le partenaire stratégique majeur”-  dans laquelle Israël serait le seul pays à figurer. Et ces lois appelleraient à l’inscription d’Israël sur une liste de pays dont les ressortissants peuvent séjourner aux Etats Unis jusqu’à 90 jours sans visa, à condition qu’ils s’enregistrent électroniquement avant d’embarquer dans un avion. 

L’administration et certains parlementaires sont préoccupés par le fait que ces lois ne vont pas assez loin pour éliminer la discrimination israélienne contre les Américains d’origine arabe et palestinienne qui veulent entrer sur leur territoire.

Ils dissent aussi qu’Israël ne satisfait pas encore à d’autres exigences légales du programme.

Par exemple, la proposition déposée au Sénat  exigerait seulement du gouvernement israélien qu’il fasse «tous les efforts raisonnables, sans mettre en péril la sécurité de l’Etat d’Israël, pour garantir l’extension à tous les citoyens des Etats Unis des privilèges réciproques.» Et elle accorderait à Israël l‘exemption d’une disposition du programme de suppression de l’obligation du visa qui exige que le taux de satisfaction des demandes de visas pour entrer aux Etats Unis atteigne 97 %.

La proposition de loi de la Chambre des Représentants a un clair soutien bipartisan avec 300 parrainages. Le projet du Sénat a maintenant 45 parrains, ce qui est proche d’une majorité. Il devrait être examiné par la Commission des Affaires Etrangères du Sénat en septembre.

Certains détracteurs de ces projets hésitent à exprimer publiquement leurs réserves, cherchant ainsi à éviter une dispute publique avec un allié proche, que ce soient les promoteurs des projets ou le puissant lobby AIPAC [lobby sioniste] qui pousse en faveur de l’adoption des législations.

Boxer a déclaré à l’Associated Press que la loi serait dans l’intérêt des citoyens des Etats Unis en exigeant tout particulièrement que les secrétaires d’Etat et à la sécurité intérieure certifient qu’Israël fait tout son possible pour faciliter l’entrée des Américains [dans l’entité sioniste] avant son admission au programme d’exemption de visa. 

Mais ceux qui critiquent ces projets de loi voient une faille problématique.

Le mois dernier, 15 membres Démocrates et un membre Républicain du Congrès ont écrit une lettre à l’ambassadeur d’Israël à Washington, exprimant leur inquiétude par rapport au fait que la police de l’air et des frontières israélienne »distinguait de manière disproportionnée, arrêtait et refusait l’entrée des Américains musulmans et d’origine arabe. » Ils exigent l’égalité de traitement, selon la lettre obtenue par Associated Press.

Ils exposent dans leur lettre le cas de Nour Joudah, enseignante dans une école subventionnée par les Etats Unis en Cisjordanie qui s’est vue refuser à deux reprises l’entrée en Israël alors qu’elle était en possession d’un visa valables pour des entrées multiples Ils se plaignent aussi du fait qu’Israël accorde à certains Américains des visas restreints qui ne leur permettent d’entrer que dans les territoires sous contrôle palestinien mais pas en Israël, ce qui les oblige à voyager par la route depuis la Jordanie au lieu d’arriver à l’aéroport international de Tel Aviv. 

Parmi d’autres problèmes évoqués [dans la lettre], sont cités des exemples de douaniers Israéliens qui  bloquent des Américains à la frontière en raison de leurs opinions politiques et des cas de ressortissants US obligés de donner à la police un accès à leurs comptes personnels de courrier électronique sous peine d’expulsion.

«Nous avons de fortes réserves quant à cette proposition de loi. Elle autorise la discrimination de citoyens des Etats Unis par un autre pays, » déclare Abed Ayoub, directeur juridique de l’ American Arab Anti-Discrimination Committee. «Le fait que des élus au Congrès des Etats Unis puissent permettre ce genre d’action est répréhensible.»

Le Département d’Etat et celui de la sécurité intérieure ont exprimé des points de vue voisins, quoique plus étroits, dans des réunions à huis clos avec des parlementaires, selon des officiels US qui sont au courant des discussions. Ces officiels se sont exprimés sous couvert d’anonymat parce qu’ils n’avaient pas l’autorisation de parler publiquement de ce dossier. Ils ont dit que l’administration travaillait avec Israël pour améliorer ses méthodes de contrôle des passagers avant le départ et avec le Congrès sur la formulation de toute loi à venir. Le Département d’Etat a refusé de s’exprimer.

Dans une réponse aux parlementaires en date du 12 juin, l’ambassadeur israélien sortant a declare que les Américains se voyaient accordés tous les droits “auxquels ils sont éligibles” à leur arrive en Israël.

“Compte tenu des problèmes de sécurité auxquels nous sommes confrontés, tous les efforts nécessaires sont faits à cet égard,” a écrit Michael Oren [l’ambassadeur sioniste] aux députés Républicains Keith Ellison et  Andre Carson, les deux élus Musulmans au Congrès, et aux autres cosignataires de la lettre originale.

Sur le cas particulier de Joudah, Oren a dit que l’action [le refus d’entrée sur le territoire] était basé sur une recommandation des services de sécurité israéliens et que toutes les possibilités de recours juridiques lui étaient ouvertes. Mais il a qualifié ces exemples de rares. Oren affirme que 142 Américains en tout se sont vus refuser l’entrée en Israël l’an dernier, tandis qu’environ 620 000 ont été autorisés à entrer. Ce qui revient à un taux de refus de 0.023 %, soit 1 personne sur 4 000. Le taux de refus par les Américains pour ceux qui veulent un visa pour les USA était de 5,4 %, a-t-il observé.

L’ambassadeur a aussi défendu le traitement différentiel effectué par les autorités israéliennes pour les Américains qui sont sur un registre de population palestinienne. Ces personnes ont la permission d’entrer et de résider dans le territoire palestinien, a-t-il dit, mais ils ne sont pas nécessairement autorisés à entrer en Israël en raison de règlements sécuritaires vieux de plusieurs dizaines d’années datant du pic de la violence israélo-palestinienne.

Des porcs dans un carré musulman: ce qu’un acte islamophobe en Australie nous dit sur l’islamophobie en Occident

17 juillet 2013

L’islamophobie se manifeste par des paroles, des écrits ou des actes comme par exemple des profanations de lieux de culte ou de tombes.

Et c’est un phénomène qui touche toutes les sociétés occidentales, que ces dernières accueillent ou pas une communauté musulmane importante.

C’est par exemple le cas de l’Australie où le carré musulman d’un cimetière vient d’être profané. Or, en Australie, les Musulmans représenteraient un peu plus de 2 % de la population d’après Wikipedia

C’est que partout, l’islamophobie qui se manifeste actuellement a une cause commune qui a moins à voir avec les Musulmans eux-mêmes qu’avec les inflexions idéologiques initiées, encouragées et parfois portées directement par la frange extrême du lobby sioniste. Et comme on le sait, en matière de sionisme,  la frange extrême est  un euphémisme pour désigner le courant majoritaire, le sionisme étant par définition une doctrine extrémiste.

Ces inflexions ont d’abord été testées avec la droite extrême avant d’être diffusées plus largement pour se retrouver maintenant dans le fonds du discours commun.

Il est par exemple pour le moins piquant de constater que la toute récente interpellation de Kristian Vikernes, un extrémiste de droite Norvégien sur le sol français donne l’occasion à la presse de lancer une charge contre le Front national au motif que cet individu aurait fait l’éloge de la ligne politique de ce parti sur son blog, appelant même les Français à voter pour Marine Le Pen lors de la dernière élection présidentielle.

Ce monsieur est un émule d’Anders Behring Breivik, le terroriste auteur d’un attentat à Oslo et d’un massacre dans l’île d’Utoeya.

En admettant que ce sujet norvégien représentait une véritable menace d’ampleur (ce qui ne semble pas évident) ,on doit quand même dire que si la presse voulait être un peu sérieuse, elle n’omettrait pas de rappeler que parmi les références intellectuelles du tueur d’Oslo et d’Utoeya se trouvait un philosophe Français ayant pignon sur rue, que les victimes d’Utoeya étaient de jeunes militants travaillistes qui se réunissaient entre autres pour manifester leur solidarité avec le peuple palestinien, que le tueur affichait ouvertement son aversion pour la religion musulmane et son adhésion à la cause sioniste, et que de nombreux sionistes lui ont exprimé ouvertement leur soutien.

Le seul point sur lequel le Front National reste encore en retrait par rapport au discours commun et autorisé, est précisément celui du soutien à l’idéologie sioniste.

A la différence des autres forces de l’extrême droite européenne, le parti de  Mme Le Pen n’a pas encore pu ou su franchir complètement ce dernier pas.

L'extrême droite européenne a déjà fait son aggiornamento

L’extrême droite européenne a déjà fait son aggiornamento

Probablement parce que les racines du Front National sont à situer dans le pétainisme et non dans le nazisme.

Les idées défendues par le Front national sont assurément détestables, mais je ne vois personnellement pas pourquoi ce parti serait le seul à être stigmatisé dans les commentaires qui portent sur l’arrestation de ce présumé terroriste Norvégien qui n’est quand même pas le seul à avoir appelé à voter Le Pen (et encore moins à avoir voté pour elle).

Des restes de cochons morts jetés près de tombes musulmanes

Par Michael Hopkin, WA Today (Australie) 16 juillet 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Les autorités enquêtent sur un incident dans lequel deux porcs morts ont été jetés dans le carré musulman d’un cimetière de Baldivis [un faubourg de Perth].

Deux têtes de cochons et un tas de viscères ont été laissés sous un panneau signalant le carré musulman du cimetière Rockingham Memorial Regional Park.

Le personnel du cimetière a découvert les carcasses lundi matin et a prévenu la police, la mairie de Rockingham et les responsables de la communauté musulmane.

Restes de porcs jetés dans le carré musulman

Restes de porcs jetés dans le carré musulman du cimetière de Rockingham

“C’est le premier incident de ce genre dans le cimetière et il est traité comme un évènement isolé,” a déclaré un porte parole du Metropolitan Cemeteries Board [autorité qui gère les cimetières].

Le site web de la station de radio 6PR a publié des images choquantes des restes des cochons qui ont été retirés par le personne «en procédure d’urgence absolue» a déclaré le porte parole.

Les membres d’une famille ont été affolés par la découverte des entrailles [de porcs] alors qu’ils rendaient visité à la tombe d’un proche qui avait été enterré dans le cimetière le mois dernier.

Mira, la nièce de l’homme [enterré] a déclaré à 6PR qu’elle et sa famille ont été choquées et abasourdie par la découverte.

«L’effort qu’ils ont dû faire pour amener ça, cette haine – ça défie l’entendement,» a-t-elle dit.

“Parce que mettre n’importe quel animal mort près de vos proches [décédés] est un acte offensant. »

Les adeptes de la religion musulmane considèrent le porc comme un animal impur.

Iqbal Samnakay, président le la Muslim Social and Sports Association, affirme que cet incident aurait été insultant pour n’importe qui, pas seulement pour les Musulmans.

“Tout le monde s’attend à ce que les cimetières soient respectés et non profanes,”  dit-il.

Il ajoute que cet incident était aussi irrespectueux à l’égard des animaux eux-mêmes.

“En tant que musulmans, nous ne devons pas manger de porc, mais cela ne veut pas dire que nous nedevrions pas les respecter pour ce qu’ils sont,” dit-il.

L’incident est survenu pendant le mois sacré de Ramadan, pendant lequel les Musulmans sont invites à prier et à jeûner.

M. Samnakay dit aussi qu’il faut pardonner aux personnes, quelles qu’elles soient, qui ont laissé les  cochons dans le cimetière

“C’est le mois du pardon, alors nous leur pardonnerons,”dit-il.


%d blogueurs aiment cette page :