Posts Tagged ‘Jordanie’

Selon l’archevêque catholique syrien de Mossoul, les puissances occidentales souhaitent que les Chrétiens d’Orient quittent leurs pays

20 août 2016

Chacun sait les malheurs qu’endurent les populations en Irak, et les Chrétiens en particulier.

En ce qui concerne ces derniers, beaucoup ont été amenés par la force des choses à quitter les régions où ils étaient enracinés depuis des siècles voire des millénaires ou même à abandonner l’Irak pour d’autres pays de la région ou vers l’Europe et le continent américain.

Cette situation est due, ainsi que l’observe l’archevêque de Mossoul Yoanna Boutros Moshe, à l’intervention militaire anglo-américaine qui a non seulement renversé l’ancien chef de l’Etat Saddam Hussein mais surtout détruit l’armature de l’Etat irakien livrant ainsi le pays à une anarchie dont la minorité chrétienne a été une des premières à faire les frais.

14711024406093

L’archevêque Yoanna Boutros Moshe

L’archevêque qui a dû quitter la ville de Qaraqosh où se situe le siège de son archevêché après la prise de Mossoul par l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL ou Daesh) n’est guère optimiste sur l’avenir de sa communauté.

Actuellement réfugié au Kurdistan irakien avec nombre de ses paroissiens, il n’a qu’un souhait, revenir sur sa terre ancestrale, à Mossoul. Il ne se voit pas demeurer au Kurdistan mais il n’a cependant pas le sentiment que les choses avancent en ce qui concerne la reprise de Mossoul

Et il estime que les Etats Unis ne font rien !

Selon lui, les puissances occidentales ne laissent qu’une alternative à ses coreligionnaires : se convertir à l’Islam ou quitter l’Irak.

Concrètement, ça revient à ça. Parce que dans l’avenir chaotique qui est promis à la région dans la stratégie de puissance des Etats unis, le départ massif des Chrétiens est un scénario non seulement vu comme possible par l’occident, mais inexorable et même souhaitable.

C’est du moins une conviction répandue chez les Chrétiens d’Orient à partir d’une information (apparemment non vérifiée) selon laquelle Nicolas Sarkozy aurait affirmé en 2011 au patriarche maronite que « les chrétiens n’ont plus leur place dans le Moyen-Orient et qu’ils devraient tous émigrer vers l’Europe ». Une information qui a été démentie par le gouvernement français (qui a cependant une politique préférentielle d’accueil de ces populations).

Un démenti qui n’a pas vraiment rassuré l’archevêque de Mossoul semble-t-il.

« L’Occident combat Daesh pour les ressources en pétrole »

Les paroissiens de l’église catholique syrienne qui ont fui la terreur djihadiste en 2014 édifient un nouveau sanctuaire pour prier.

L’archevêque de l’église catholique syrienne accuse la communauté internationale de ne pas protéger les fidèles. « Nous nous sentons abandonnés par les politiques. »

Par Francisco Carrione à Erbil (Irak) El Mundo (Espagne) 20 août 2016 traduit de l’espagnol par Djazaïri

Dans les faubourgs arides d’Erbil on met les bouchées doubles pour construire le nouveau diocèse de l’église catholique syrienne, une branche orientale qui suit les préceptes de Rome. Deux années après son exil forcé, ses paroisses et la mémoire des siècles de présence sont encore entre les mains de l’Etat Islamique autoproclamé.

Ses fidèles, contraints de choisir entre la conversion à l’Islam ou la fuite ont échappé à la terreur à la mi-juillet 2014. Depuis lors, ils ont construit leur refuge aux abords de la capitale autrefois prospère du Kurdistan irakien. « Ici aussi, on ressent le danger, » reconnaît Yohanna Boutros, l’archevêque catholique syrien de Mossoul qui aujourd’hui dirige une diaspora déclinante. Il est 13h, au milieu du complexe en construction un groupe de jeunes Chrétiens joue au football. Les piques de Boutros, 72 ans – archevêque de la deuxième ville d’Irak depuis 2010 – n’épargnent personne, pas même le Pape François. « Je pense qu’il pourrait faire plus que ce qu’il fait, » affirme le religieux pendant l’entretien accordé à El Mundo.

Q – Deux ans après l’exode, avez-vous un espoir quelconque?

R -Aucun. Les gens ont perdu confiance dans le gouvernement irakien parce qu’on n’a constaté aucun progrès sur le champ de bataille. Règne une grande frustration. La majeure partie [des Catholiques] est restée au Kurdistan irakien mais certaines familles ont commencé à aller en Jordanie, au Liban et en Turquie. Quelque deux mille personnes se sont établies en France.

Q – La diaspora est de plus en plus…

C’est comme ça. Nous faisons face à une grande catastrophe. Notre héritage est en train de disparaître. Les gens qui sont partis seront assimilés par d’autres rites [chrétiens essentiellement, NdT]. Si nous ne faisons pas quelque chose, l’Eglise Catholique Syrienne sera rayée de la carte.

Q – La date de l’offensive pour reprendre Mossoul n’est toujours pas fixée.

La coalition internationale a promis qu’elle reprendrait Mossoul mais elle n’a pas expliqué comment elle allait faire. Qu’en sera-t-il de notre foi ? Le retour des Chrétiens semble impossible. Nos fidèles sont traumatisés. Avant de revenir, en tout cas, nous devons d’abord avoir le sentiment qu’il y a un gouvernement qui tient la situation sous son contrôle et peut garantir nos droits. Nous ne voulons pas être des citoyens de seconde zone. Et ensuite, nous avons besoin d’une garantie internationale. Nous ne faisons pas confiance à l’armée [irakienne].

Q -Qu’a laissé votre communauté à Mossoul?

Mossoul est le centre de notre église. Elle a une longue et riche histoire liée à notre foi. Moi, par exemple, j’ai étudié et passé mes diplômes à Mossoul. Dans ma qualité d’archevêque, je résidais à Qaraqosh [une ville chrétienne proche de Mossoul et toujours contrôlée par Daesh] et, comme les autres habitants, j’ai dû quitter les lieux en août 2014 suite à l’offensive de Daesh.

Q -Depuis lors, le patrimoine chrétien dans les zones contrôlées par les djihadistes a été victime des attaques. Savez-vous quelle est leur situation ?

Nous n’avons pas de sources précises sur leur état actuel. Nous savons que les croix ont été arrachées à l’extérieur des églises et que l’Etat Islamique s’en sert comme dépendances. Certains lieux qui ont été endommagés datent du IVème siècle après JC. Ils cherchent à nous humilier parce qu’ils savent que les habitants se sentent très proches de ces monuments.

isis-church-0316152027057432-600x338

Q -La communauté internationale fait-elle assez pour protéger vos fidèles ?

Non. Nous ne sentons pas son soutien. Les Etats Unis comme les gouvernements de l’Union Européenne ne font rien. Ca donne le sentiment que nous sommes priés de nous convertir à l’Islam ou d’abandonner notre terre. « Pourquoi ne partez-vous pas? Cette région n’est pas pour vous, » semblent-ils nous dire. Nous nous sentons abandonnés par les politiques mais pas par les Chrétiens d’Occident.

Q -Qui est derrière Daesh ?

Ceux qui ont donné le jour à Daesh et l’ont amené sur ces terres le savent. L’Occident a commencé à lutter contre cette organisation mais pas par rapport à la situation des Chrétiens, ni par rapport à la transformation de la carte multireligieuse mais par rapport aux ressources [pétrolières] qui se trouvent dans la région.

Q -Quel est votre avenir ?

Si la situation perdure ainsi très longtemps, nous finirons par partir, même du Kurdistan. Bien que les dirigeants de cette région nous aident, il y a ici aussi des forces fanatiques. Ce n’est pas une existence commode.

Q -Vos propos sont très critiques à l’égard des responsables politiques occidentaux Les Etats-Unis ont-ils une responsabilité dans la situation en Irak?

Bien sûr. Ils ont une grande responsabilité. Ils ont renversé Saddam Hussein et permis le vide du pouvoir qui lui a succédé. Avant l’invasion, il y avait des fanatiques mais nous avions de bonnes relations avec la majorité de nos voisins. A partir de 2003, les problèmes ont commencé. Il n’y avait pas de gouvernement et les attaques contre les Chrétiens étaient tolérées. Ce sont les Etats Unis qui ont détruit l’Irak.

Q -Devrait-il y avoir des indemnisations pour les erreurs du passé ?

Les Etats Unis ne feront jamais rien en Irak. Ils disent maintenant que c’est le travail des dirigeants irakiens. En quête de protection, quelques jeunes Chrétiens ont commencé à s’entraîner avec les forces irakiennes pour aider à la libération de Mossoul.

Q -Quel est votre rêve?

Retourner sur ma terre. Si ce n’est pas possible, je ne resterai pas ici. Notre vie doit être là où se trouve notre patrimoine. Et ce sont les vieilles pierres qui témoignent de notre histoire.

Publicités

Comment la presse rend compte de l’alliance entre les Etats Unis et al Qaïda en Syrie

3 avril 2015

Il y a un bon moment que Nidal (un pseudonyme adopté par un blogueur français) ne met plus à jour son blog mais continue à commenter l’actualité sur la plateforme Seenthis.

Ce fin observateur de la situation politique au Proche Orient mais aussi des médias fait ainsi une observation incisive sur la manière dont la presse française (ici le magazine Le Point) rend compte des récents revers subis par l’armée gouvernementale syrienne à Idleb, près de la frontière avec la Turquie, et au sud, à la frontière avec la Jordanie.

Les miliciens d'al Qaïda en Syriedéfilent  avec leurs véhicules neufs

Les miliciens d’al Qaïda en Syrie défilent avec leurs véhicules neufs

L’exercice journalistique sur lequel Nidal attire notre attention consiste à citer les protagonistes, c’est-à-dire les Etats Unis et al Qaïda, mais aussi loin que possibles l’un de l’autre dans l’article.

Nidal (@nidal) Retour des «rebelles» de l’AFP, avec un gros effort rédactionnel pour noyer le poisson. En supprimant le superflu, l’essentiel ressort pourtant clairement: la Turquie et la Jordanie arment massivement Al Qaeda en Syrie, avec l’argent de l’Arabie séoudite et le soutien des États-Unis.

_En Syrie, les rebelles infligent revers après revers au régime_
http://www.lepoint.fr/monde/en-syrie-les-rebelles-infligent-revers-apres-revers-au-regime-02-04-2015-1918354_24.php

❝Dans le nord-ouest de la Syrie, la prise d’Idleb le 28 mars par la branche syrienne d’Al-Qaïda et des rebelles a été une cuisante défaite pour Damas […] La ville est tombée en quelques jours « grâce au grand nombre d’insurgés et surtout aux quantités d’armes parvenues via la Turquie »

[…]

« L’Arabie saoudite, le Qatar, la Jordanie et la Turquie ont pris la décision (…) d’arrêter la progression de l’Iran en Syrie comme au Yémen. » En Syrie, […] « ces puissances régionales veulent reprendre l’initiative », dit-il. Et, selon lui, la Turquie et la Jordanie ont laissé passer beaucoup d’armes dernièrement pour renforcer les rebelles, sous-équipés pour lutter contre une armée dotée de moyens bien supérieurs comme les avions.

[…]

L’aide de ces pays, appuyés par les États-Unis, est désormais « plus efficace et plus substantielle »❞

Le principe dans ce genre d’article, c’est de positionner le mot «États-Unis» aussi loin que possible de «Al-Qaïda».

http://seenthis.net/messages/357695

La guerre contre l’EIIL (Daesh) s’inscrit dans un nouveau plan pour détruire le régime syrien

4 octobre 2014

Sur l’intervention occidentale en Syrie et ses paradoxes, je vous propose cet article du journal Al-Akhbar suivi de mon (long) commentaire.

La « guerre des ressources » menée par la coalition anti-EIIL frappe tous les Syriens

par Suhaib Anjarini, Al-Akhbar (Liban) 30 septembre 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Les frappes de la coalition internationale sur l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) et le Front al-Nosra en Syrie sont entrées dans leur deuxième semaine aujourd’hui, avec des dizaines de raids et de tirs de missiles visant les régions de Raqqa, Deir ez Zohr, al-Hasaka et Idlib.

Si les officiels des Etats Unis, pays qui est à la tête de la coalition anti-EIIL ont confirmé que « les frappes ont été des succès », l’EIIL est resté discret et n’a pas encore publié de communiqué « officiel. »

Le Front al-Nosra a par contre reconnu avoir subi de lourdes pertes après les attaques contre ses garnisons, et son chef Abou Mohammed al-Joulani a prévenu que cela «impactera toute la région et pas seulement al-Nosra. »

Un aperçu général des sites visés par les forces de la coalition suggère que les frappes aériennes dans les zones rurales d’Alep et d »Idlib pendant les premiers jours de l’opération ont un impact immédiat évident, tandis que les frappes constantes de la coalition sur les régions sous contrôle de l’EIIL ont une dimension stratégique et leurs répercussions pourraient bien aller au-delà de l’EIIL.

Dans les premiers jours, les frappes sur l’EIIL étaient limitées à quelques bases de l’organisation et à des camps d’entraînement, mais elles ont ensuite été étendues pour inclure des puits de pétrole, des raffineries, des champs gaziers et des silos à grain.

Tandis que certaines sources prétendent que ces attaques ont pour but de « tarir les sources de revenus de l’EIIL », d’autres sources affirment que ces actions visent en réalité les « infrastructures et l’économie syriennes. » Une source syrienne appartenant à la soi-disant opposition modérée a déclaré à al-Akhbar, « Les frappes récentes vont dans la bonne direction pour abattre à la fois l’Etat Islamique en Irak et au Levant et le régime. »

La source expliquait que « afin d’abattre les deux parties, certains sacrifices doivent être faits, et bombarder des puits de pétrole et des champs gaziers est seulement le début. » Il a aussi appelé à « viser les oléoducs, les gazoducs et les centrales électriques qui alimentent en électricité les régions contrôlées par le régime. »

« Ces mesures seront prises plus tôt qu’on ne le pense, même si les rebelles doivent prendre ces mesures par eux-mêmes, » a-t-il dit, ajoutant que « une guerre sur les ressources peut constituer une alternative acceptable à une zone d’exclusion aérienne. »

Les civils ont cependant été les premiers à payer le prix de ces attaques qui ont fait grimper en flèche les prix du carburant. En outre, toute nouvelle attaque contre les champs pétroliers syriens risque de provoquer plus de souffrances dans la région, tout particulièrement à l’approche de l’hiver.

La base du pouvoir de l’EIIL ne s’est pas encore effondrée dans les régions sous son contrôle. L’organisation maintient au contraire son emprise sur elles.

Par exemple, l’EIIL a récemment conduit des raids sur un certain nombre de secteurs des zones rurales à l’est de Deir ez Zohr pour capturer des membres du clan al-Shouaitat qui s’y étaient enfuis, tandis que l’organisation continue d’avancer en direction des régions kurdes de la campagne d’Alep.

Une source de l’EIIL sur le champ de bataille a déclaré à al-Akhbar que « l’EIIL était sur le point de libérer la zone et de vaincre les forces kurdes infidèles. »

« Toutes les informations des médias des croisés et de leurs alliés concernant le nombre de martyrs de l’EIIL sont mensongères, » déclare la source, « ils n’ont pas arrêté de mentir depuis l’invasion de l’Irak par les croisés, » ainsi que l’a déjà révélé le Cheikh al-Adnani [porte-parole officiel de l’EIIL].

130831-al-adnani

Cheikh al-Adnani, porte-parole de l’EIIL (Daesh)

La source qui n’était pas autorisée à donner d’informations sur le véritable nombre des pertes dans les rangs de l’EIIL a dit, « notre cellule vient juste de terminer un projet de rapport aujourd’hui [le 29 septembre] sur la situation dans les campagnes à l’est de Raqqa, et il montre que les attaques des croisés n’ont pas eu d’impact majeur . »

De son côté, une source djihadiste affiliée au Front al-Nosra observe que « les raids ne distinguent pas entre civils et djihadistes, il est évident pour chacun que la coalition des infidèles vise tous les Musulmans. »

« Leurs attaques contre les djihadistes sont de simples tentatives pour aider leurs protégés des brigades traîtresses à contrôler les régions libérées après l’élimination des djihadistes, » a ajouté la source.

Parlant à al-Akhbar, la source a révélé que « environ 150 personnes ont été tuées dans des régions contrôlées par al-Nosra, » mais elle a refusé de donner des précisions sur ce chiffre, affirmant que « nous ne distinguons pas entre le civil et le djihadiste, tout le monde ici est un djihadiste et nous les considérons comme des martyrs pour Dieu. »

Mon commentaire et mes observations sur la situation en Syrie :

Après avoir enregistré des succès foudroyants en Irak, l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) est aujourd’hui désigné en Occident comme l’ennemi du moment, et il est bien entendu affublé de toutes les caractéristiques auxquelles ont droit ceux que l’Occident a désignés comme ennemi,

Pour dire les choses, le portrait peu flatteur qui est dressé de ces « djihadistes » ressemble à peu de choses près à celui qui était brossé de Bachar al-Assad, la composante religieuse en moins quoique la propagande répandue dans la presse occidentale, française notamment, omettait rarement de mentionner l’appartenance du chef de l’Etat syrien à une tendance minoritaire de l’Islam, la secte alaouite elle-même résultat d’une évolution de la doctrine chiite.

Et puis, un ministre des affaires étrangères français, par ailleurs bien propre sur lui, n’avait-il pas affirmé que « Bachar al-Assad ne mériterait pas d’être sur la terre. » ?

Aujourd’hui, ce sont les gens de l’EIIL qui ne mériteraient plus d’être sur la terre sans pour autant que Bachar al-Assad ait gagné le droit d’y rester !

Entendons-nous bien, l’avènement de l’EIIL ou Daesh pour parler comme François Hollande (probablement pas foutu de développer cet acronyme) n’est pas une bonne chose pour les populations de la région dans leur ensemble et cette milice s’est rendue coupable de nombreuses exactions et crimes, en particulier mais pas seulement, à l’encontre des minorités religieuses.

Ce n’est cependant pas une raison pour céder aux délires de la propagande occidentale (voire même des milieux favorables au régime syrien) qui dépeignent l’EIIL comme une meute d’ogres assoiffés de sang et d’une cruauté sans bornes. Un certain nombre de récits qui circulent comme par exemple sur le commerce des femmes étiquetées comme du bétail ne sont des fables de nature à interpeller les imaginaires occidentaux en mobilisant toutes sortes d’images d’Epinal (sorties d’adaptations des Mille et une Nuits).

Ce sont en effet à peu près toujours les mêmes clichés qui ressortent à chaque fois que Washington et l’Axe du Bien sont décidés à châtier les méchants. Si les Occidentaux voulaient vraiment le bien des peuples de la région, ils cesseraient en premier lieu de chercher à tout prix la perte du régime syrien, quitte à générer le chaos dont l’EIIL est issu, un chaos que l’intervention militaire risque d’aggraver.

Pourtant l’EIIL ne dérangeait pas l’Occident il y a peu de temps encore quand il étendait son emprise sur certaines régions de Syrie. Déjà l’EIIL ou d’autres organisations semblables voire même modérées coupaient des têtes, parfois à la tronçonneuse en France on utilisait la guillotine jusque dans les années 1970).

Qui plus est cet EIIL avant de s’autofinancer en vendant du pétrole extrait en Syrie a bénéficié de subsides et de renforts humains et matériels en provenance des monarchies du Golfe alliées de l’Axe du Bien.

Et last but not least, beaucoup des combattants de cet EIIL sont venus de Turquie, soit parce qu’ils vivaient dans ce pays, soit parce qu’ils y ont transité. Nous parlons là de milliers de personnes, voire de dizaines de milliers, c’est-à-dire d’un flux dont les autorités locales étaient nécessairement informées.

En fait, non seulement les autorités d’Ankara étaient informées, mais elles ont fait au mieux pour faciliter cette activité, recevant même des blessés dans les hôpitaux turcs.

C’est que l’EIIL poursuit en Syrie deux objectifs stratégiques pour un régime turc qui n’osait pas se donner le droit de les réaliser lui-même pour des considérations de politique intérieure et extérieure : détruire le régime syrien et neutraliser les milices kurdes de Syrie.

Les intérêts d'Ankara et de l'EIIL (Daesh) convergent

Les intérêts d’Ankara et de l’EIIL (Daesh) convergent

Aujourd’hui les choses changent puisque les aviations de l’Axe du Bien se précipitent pour bombarder les milices « djihadistes ».

On notera à ce sujet deux faits paradoxaux : le premier est que les plus grosses pertes dans les rangs « djihadistes » ne semblent pas avoir été subies par l’EIIL mais par le Jabhat al-Nosra, cette organisation affiliée officiellement à al Qaïda dont Laurent Fabius estimait qu’elle « faisait du bon boulot » en Syrie. Le deuxième est que, en dépit des bombardements (réussis selon les militaires français ou américains), l’EIIL continue à progresser dans sa confrontation avec les forces kurdes à la frontière syro-turque et qu’il s’est dangereusement rapproché de Bagdad.

On verra ce qu’il en sera par la suite car, ainsi que l’a déclaré le premier ministre britannique David Cameron, l’engagement militaire va durer.

Chaque pays a ses raisons de participer à la campagne militaire contre l’EIIL. On voit par exemple que pour la France, il s’agit à la fois de conforter sa place dans l’OTAN et de redorer le blason d’un François Hollande qui semble apprécier de jouer à l’homme fort.

Mais les motivations principales doivent être cherchées à Washington avec la reprise en main des affaires par les néocons à la faveur de la crise ukrainienne.

L’objectif semble maintenant clairement d’en finir avec le régime syrien mais sans intervenir directement militairement contre lui.

La stratégie adoptée par les néocons consiste à financer, armer, entraîner et recruter des combattants en nombre suffisant afin de reconstituer une opposition « modérée » (c’est-à-dire soumise à Washington). Ces mercenaires seraient amenés à occuper le terrain qui sera progressivement dégagé par l’affaiblissement des deux principales forces militaires « djihadistes », le Jabhat al-Nosra et l’EIIL.

L’objectif prioritaire semble d’ailleurs moins être pour l’instant l’EIIL que le Jabhat al-Nosra, ce dernier étant en effet sur des positions dans la région de Damas, du Golan et du Liban qui promettent une solution de continuité avec la Jordanie d’où les opérations sont commandées par des officiers anglais et américains. Le tout avec la protection de la DCA sioniste qui a instauré une zone d’exclusion aérienne de facto.

On nous a expliqué que la coalition de l’Axe du Bien cherchait à assécher les ressources financières de l’EIIL en frappant les installations pétrolières et gazières dont il tire de gros revenus.

Les choses ne sont pourtant pas si simples. On sait que l’EIIL ne tire pas ses revenus seulement de l’exploitation du pétrole puisqu’il bénéficie de largesses venues des pétromonarchies.

Ensuite, on sait que ce pétrole est vendu essentiellement en Turquie, pays qui n’a rien fait ou pas grand chose pour faire cesser la contrebande de ce produit.

Quant au gaz, il ne saurait être exporté que par gazoduc ou sous forme liquéfiée. Un gazoduc ne peut fournir qu’un client officiel, un autre Etat par exemple et il n’existe pas d’usine de liquéfaction en Syrie.

Le gaz dans le contexte politique actuel est donc un produit essentiellement à consommation locale : pour la cuisson ou le chauffage.

J’espère que quelqu’un demandera à Barack Obama comment les familles syriennes pourront se chauffer cet hiver. Peut-être en déboisant les quelques forêts qui existent en Syrie ?

En attendant de produire les effets recherchés, c’est-à-dire l’élimination du pouvoir baathiste en Syrie, nous sommes peut-être à la veille d’une crise humanitaire sans précédent en Syrie.

Les bombardements américains n'épargnent pas les civils

Les bombardements américains n’épargnent pas les civils; maison détruite par une attaque américaine sur un village syrien

Pour conclure, on comprendra bien que le but de ces bombardements est en réalité de détruire l’infrastructure économique syrienne afin qu’aucune force sur le terrain, ne puisse s’autonomiser par rapport à la volonté des USA.

Les pays arabes et l’Etat sioniste: du boycott à la coopération?

18 novembre 2013

Qui sont les véritables amis de la Palestine ?

Il est difficile de répondre à cette question simple.

Il est par contre plus facile de dire qui sont les vrais ennemis de la Palestine.

Il y a bien sûr l’entité sioniste elle-même mais il faut lui ajouter la quasi-totalité des monarchies arabes.

Toutes ont en effet trouvé des accommodements avec le régime sioniste quand elles n’ont pas pactisé ouvertement avec cette dernière.

La Jordanie nous en fournit un nouvel exemple avec ce projet de zone industrielle à cheval sur le territoire jordanien et la Palestine occupée qui devrait permettre à des entreprises sionistes d’accéder [plus facilement] aux marchés arabes grâce à l’étiquette « fabriqué en Jordanie ».

La Jordanie est le premier pays arabe à avoir contrevenu au boycott des produits de l’entité sioniste institué par la Ligue Arabe, un boycott dont la portée s’est fortement atténuée même s’il reste une entrave à l’accès des entreprises sionistes aux marchés arabes

Nous avons là la concrétisation de ce qu’annonçait en 1998 Gil Geiler dans son livre intitulé «Du boycott à la coopération économique » qui traite de l’évolution des relations économiques entre les Etats arabes et l’entité sioniste.

gil geiler

Israël veut pénétrer les marchés arabes avec des étiquettes «Made in Jordanie»

par Mohamad Bdeir, Al-Akhbar (Liban) 17 novembre 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Les projets transfrontaliers se matérialisent, pas entre les pays arabes – comme les Arabes auraient pu l’espérer – mais entre Israël et la Jordanie. Un parc industriel conjoint doit être établi le long de la frontière israélo-jordanienne qui donnera aux entreprises israéliennes la possibilité d’accéder aux marchés arabes puisque leurs produits porteront l’étiquette trompeuse « Made in Jordan ».

La presse israélienne rapporte que la zone industrielle – fruit du cerveau du ministre israélien de la coopération régionale, Silvan Shalom – sera soumis au gouvernement israélien pour approbation la semaine prochaine. Le parc industriel sera composé d’une section près du kibboutz Tirat Zvi du côté israélien, qui sera reliée par un pont sur le fleuve Jourdain à la section jordanienne.

Du côté jordanien, des installations industrielles seront construites par des entreprises israéliennes et jordaniennes, devraient employer jusqu’à 2.000 travailleurs jordaniens, tandis que la gestion, , la logistique et le marketing seront installés du côté israélien.

Le coût estimatif du projet, baptisé Sha’ar Hayarden, ce qui signifie Porte de Jordanie, sera d’environ 180 millions de shekels (environ 50 millions de dollars).

Selon le quotidien israélien Yedioth Ahronoth, la Jordanie bénéficiera de l’augmentation des créations d’emploi, tandis qu’Israël fera d’énormes économies sur les coûts de main-d’œuvre en rémunérant les travailleurs avec des salaires relativement faibles (pas plus de 500 $ par mois côté jordanien). Mais plus important, les produits fabriqués dans cette zone seront estampillés du label «Made in Jordan» ce qui permettra aux entreprises israéliennes de vendre leurs produits dans les pays arabes.

Le Yedioth Ahronoth note également que le projet, qui est considéré comme un geste historique entre Israël et la Jordanie, sera supervisé par une agence gouvernementale rattachée au ministère de la Coopération régionale, qui collaborera avec les ministères de l’économie, des affaires étrangères, de la défense et des transports.

Le journal cite les propos suivants de Silvan Shalom : « Sha’ar Hayarden représente une véritable percée. Le projet contribuera à renforcer les relations entre Israël et la Jordanie, et stimulera la croissance économique dans la région grâce à la création de nouvelles usines et de coentreprises et à la création d’emplois. Nous allons continuer à prendre l’initiative et aller de l’avant avec ces projets. »

La Syrie victime de l’amour wahhabite

20 mai 2013

Ce n’est pas un sujet vraiment abordé par la presse française. C’est sans doute pour cette raison qu’on n’entend pas ces féministes officielles, si promptes à plaider le droit des femmes en Afghanistan ou même en Russie (cas des ‘pussy riot’) pour justifier l’ingérence étrangère.

Or, dans les difficultés que subissent les Syriens, il y a ce drame particulier que vivent des jeunes filles poussées par la misère à épouser de riches ressortissants des pays du Golfe, toujours beaucoup plus âgés qu’elles, voire franchement vieux.

Il s’agit d’une forme d’exploitation qu’on peut assimiler à de la prostitution même si elle se fait en principe avec le consentement des jeunes filles et de leurs familles et avec l’imprimatur de « religieux » dûment stipendiés.

Et pourquoi n’en parle-t-on pas ?

Simplement parce que ces agissements ne sont pas du fait du gouvernement syrien, ni même des horribles shabiha, ces miliciens pro Assad à côté desquels les membres de la SS font figure de doux agneaux, mais de réseaux qui agissent parmi les réfugiés Syriens pour une clientèle qui vient de ces pays qui s’impatientent de voir la démocratie fleurir en Syrie.

En attendant, ces mécènes cueillent d’autres fleurs…

 

Adolescentes vendues, les oubliées de l’exil syrien

Dans la misère, des familles de réfugiés en Jordanie marient leurs filles pour de l’argent à de riches Saoudiens

Ces mariages qui impliquent des filles mineures se terminent généralement rapidement par un divorce

Par David Alandete à Ammán, El Pais (Espagne) 19 mai 2013 traduit de l’espagnol par Djazaïri 

Dégoûtée et sans le vouloir en réalité Rim s’est mariée à l’âge de 16 ans le 6 février avec un Saoudien de 70 ans qui avait versé un peu d’argent à sa famille pour le mariage. Entre les larmes, son seul soulagement était que son mari se lasserait bientôt d’elle, et la répudierait en demandant le divorce. C’est qui s’est passé, après deux mois de vie commune. L’annulation du mariage est tombée par téléphone, et elle n’a même pas eu besoin d’être présente. Elle est rentrée libre auprès de sa famille. Mais pas pour longtemps. Elle est maintenant demandée par un autre Saoudien,  de 47 ans celui là qui est prêt aussi  à payer. Elle espère répéter ce cycle, ne voulant pas être mariée à des hommes très âgés. Mais elle le fait, dit-elle, avec résignation, pour que sa famille puisse payer le loyer et acheter de la nourriture. Ce sont des réfugiés Syriens en Jordanie, après avoir fui une guerre qui dure depuis plus de deux ans et a déplacé 1,5 millions de personnes . Beaucoup d’entre eux sont dans la misère. 

La Jordanie est le pays qui accueille le plus de réfugiés Syriens, 532 000. Parmi eux, 382 400 vivent hors des camps de réfugiés, hôtes gênants dans un pays qui a ses propres problèmes économiques et est incapable de les absorber et de les intégrer dans sa société. La Jordanie ne peut pas leur donner de permis de travail parce que le chômage dans le pays atteint déjà les 12,8 %. En situation de nécessité, de nombreuses familles syriennes se sont retrouvées poussées à des pratiques qui seraient considérées dans les pays occidentaux comme proches de la traite des mineurs ou de la prostitution. Et même si dans des cas comme celui de Rim il existe un acte de mariage, délivré par un religieux, qui dans certains cas peut être valable du point de vue religieux, cet acte n’a aucune valeur juridique pour les autorités jordaniennes. 

Image

Les réfugiés Syriens se répartissent pour l’essentiel sur le territoire de la Grande Syrie

«Mon ex-mari ne me plaisait pas, je ne le nie pas,» dit Rim qui préfère ne pas faire connaître son nom de famille. Couverte du voile islamique, elle semble beaucoup plus jeune qu’elle ne le dit. Elle espère un jour retourner en Syrie et se marier avec son cousin, un jeune de 22 ans qui vit à Homs. «J’ai dû me sacrifier pour aider ma famille. Mon frère est petit, il a besoin de nourriture infantile et de couches.» Elle assure que son ex-mari l’a bien traitée pendant les six premières semaines de leur mariage. «Il disait qu’il m’aimait, que nous étions mariés pour toujours,» se souvient-elle sans cacher son dégoût. Puis elle a refusé d’obéir à certaines de ses demandes sexuelles. «Alors il s’est lassé. Il a commencé à me crier après. Il me frappait. Finalement, il a appelé ma famille pour qu’elle me reprenne et il est reparti en Arabie Saoudite, à Djeddah,» dit-elle. Pour le divorce, il a rencontré le religieux et tous deux ont informé Rim par téléphone qu’elle était libre. 

Le cas de Rim n’est pas exceptionnel à Amman. C’est par une de ses connaissances qui avait connu le sort qu’elle était allée trouver la marieuse qui a arrangé son mariage. Sa famiile avait besoin d’argent, et vite. En Syrie, son père avait rejoint l’Armée Syrienne Libre (ASL) pour lutter contre le régime de bachar al-Assad, mais il a été blessé. Il y a neuf mois, après la destruction de leur maison dans une attaque, il a décidé de quitter Homs où il habitait pour aller en Jordanie avec sa femme et ses quatre enfants de deux à seize ans. L’x mari de Rim avait promis à la famille 2 000 dinars (2 200 euros) pour se marier avec elle, mais il n’a finalement payé que la moitié.

 «C’est très triste. Je n’aurais jamais imaginé devoir faire ça. Ce n’est pas ce que je voulais pour ma fille,» dit la mère, Qamar, âgée de 36 ans. «Je veux toujours qu’elle épouse son cousin, qu’elle ait de véritables noces avec une robe blanche. Mais la vie ici est misérable. Nous devons de l’argent au propriétaire et au supermarché. Nous ne pouvons pas travailler. C’est douloureux. Chaque nuit, son père et moi, nous pleurons. Ça fait deux semaines maintenant que nous songeons à rentrer en Syrie, mais ça nous fait peur.» Qamar a essayé de gagner un peu d’argent en préparant et en vendant de la nourriture chez elle, mais elle dit que ce commerce ne marche pas parce qu’elle doit s’occuper de son mari et du plus petit de ses enfants. A ce jour, Rim est la seule source de revenus pour la maisonnée. 

Il y a déjà 1,5 million de personnes déplacées par le conflit syrien [sans compter les déplacés de l’intérieur, NdT]. La Jordanie est le pays qui a accueilli le plus de réfugiés mais la pression sociale de cette diaspora menace d’ébranler le pays. En Jordanie, l’âge légal du mariage est à 18 ans..

Dans le jargon des marieuses, les riches époux du Golfe Persique sont appelés des «donateurs .» C’est ainsi qu’en parle Hala Ali, 27 ans, elle aussi réfugiés Syrienne à Amman. Divorcée et mère de trois enfants, elle touche 50 dinars pour présenter les jeunes filles aux «donateurs.» Si finalement il y a mariage, elle empoche 400 dinars. Variable selon l’âge et le physique, le prix que touche une famille pour une épouse vierge peut aller jusqu’à 7 000 dinars. Les divorcées se dévaluent dans ce marché et atteignent au maximum 4 000 dinars.

«Les ‘donateurs’ disent qu’ils veulent aider la population syrienne et ils offrent de l’argent. Ce qu’ils exigent, c’est une fiancée, [‘novia’ qu’on peut aussi traduire par petite amie]» dit sarcastiquement cette marieuse.  Elle soutient qu’en Syrie, il est possible et même normal de marier des filles à partir de 13 ans avec l’accord de la famille ou du tribunal. «Ces filles se marient  avec un acte de mariage et ne deviennent  donc pas des prostituées. Elles obtiennent ainsi de l’argent et payent le loyer,» dit-elle. Mais ces mariages se font en Jordanie où l’âge légal est de 18 ans. Et les parties contractantes savent que le divorce est juste au tournant. « Qu’est-ce- que j’en sais ? Ce n’est pas de ma responsabilité. Je mets en contact l’épouse et l’époux. Et ce n’est pas légal ? Si les deux parties sont consentantes ! Et d’ailleurs, est-ce que c’est légal ce qui nous est arrivé en Syrie ?» 

Les autorités jordaniennes sont récemment allées devant le Conseil de Sécurité de l’ONU pour exposer le problème que posent ces réfugiés à sa population de 6,1 millions d’âmes. Ils apportent avec eux des problèmes de santé publique, comme de nouvelles poussées de tuberculose et, comme dans le cas présenté, les pratiques répréhensibles et gênantes. « Dans de telles situations en Jordanie, quelqu’un doit déposer plainte pour que l’Etat puisse agir,» explique Anmar Al Hmoud, coordonnateur du comité spécial du gouvernement jordanien pour les réfugiés Syriens. «Ce dont on a vraiment besoin ici, c’est d’une solution pacifique au conflit en Syrie pour que ces gens puissent finalement regagner leurs foyers,» ajoute-t-il.

Cette solution semble cependant s’éloigner de plus en plus chaque jour, avec des informations sur la violence et la mort qui arrivent chaque jour de Homs et du reste de la Syrie. En deux ans et deux mois de guerre, on compté déjà plus de 80 000 morts. Le pays est saigné par les affrontements et l’exode massif. «Cela ne se terminera que si Bachar tombe,» déclare Qamar, la mère de Rim. «Nous rentrerons alors dans notre pays même si c’est pour vivre dans les décombres» 

Le Qatar, grand argentier de la « révolution » syrienne

17 mai 2013

Le Qatar n’a pas d’intentions «cachées» dans son soutien à l’opposition armée au régime de Damas.

C’est du moins ce qu’affirme le chef de la diplomatie de ce petit pays (très) riche mais victime de sa naïveté et de la pureté de ses intentions en faveur du peuple syrien.

Et c’est au nom de ces intentions pures que cet émirat a dépensé en deux ans entre 1 et 3 milliards de dollars pour soutenir ceux qui agissent militairement et politiquement pour évincer Bachar al-Assad, le chef de l’Etat syrien.

Image

Le Qatar soutient aussi les révoltés du Trocadéro

Je vous mets au défi de me citer un exemple d’une révolution dans n’importe quel pays qui a bénéficié de telles largesses en si peu de temps, qui plus est.

 D’autant que le Qatar n’est pas le seul gouvernement à mettre la main à la poche, vu que la Syrie compte de nombreux «amis» parmi les nations révolutionnaires que sont  la Turquie (révolution kémaliste), l’Arabie Saoudite (révolution wahabbite), la France (révolutions de 1789, 1830, 1848 et révolution nationale du Maréchal Pétain) pour s’en tenir à quelques exemples.

L’article que je vous propose nous apprend même que les monarchies du Qatar et d’Arabie Saoudite rivalisent de générosité auprès des «rebelles» Syriens. 

Et que l’Arabie Saoudite représente en quelque sorte la voix de la modération !? 

On aura tout vu ! 

Autant de raisons de souhaiter la défaite de cette prétendue révolution qui comporte même des cannibales dans ses rangs.

Le Qatar finance la révolte syrienne avec de l’argent et des armes

par Roula Khalaf and Abigail Fielding Smith, Financial Times (UK) 16 mai 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le riche Etat gazier du Qatar a dépensé jusqu’à trois milliards de dollars ces deux dernières années pour soutenir la rébellion en Syrie, loin devant n’importe quel autre gouvernement, mais il est maintenant dépassé par l’Arabie Saoudite en tant que premier pourvoyeur d’armes pour les rebelles.

Le coût de l’intervention du Qatar, sa dernière action de soutien à une révolte arabe, ne représente qu’une petite partie de son portefeuille d’investissements à l’international. Mais son appui financier à la révolution qui s’est transformée en cruelle guerre civile éclipse le soutien qu’apporte l’Occident à l’opposition.

Le petit Etat à l’appétit gargantuesque est le plus important donateur pour l’opposition politique, dédommageant généreusement les transfuges (une estimation l’évalue à 50 000 dollars par an pour un transfuge et sa famille), et il fournit une grande quantité d’aide humanitaire.

En septembre, de nombreux rebelles de la province syrienne d’Alep ont reçu un versement exceptionnel de 150 dollars de la part du Qatar. Des sources proches du gouvernement qatari disent que la dépense totale a atteint pas moins de 3 milliards de dollars, tandis que des sources rebelles et diplomatiques parlent d’un montant d’un milliard de dollars au maximum.

Pour le Qatar, qui détient les troisièmes plus importantes réserves de gaz naturel au monde, l’intervention en Syrie s’inscrit dans une recherché agressive de reconnaissance international et est simplement la dernière étape de sa démarche pour se positionner comme un acteur régional de premier plan, et vient après son soutien aux rebelles Libyens qui ont renversé Mouammar Kadhafi en 2011.

Selon le Stockholm International Peace Research Institute qui étudie les transferts d’armes, le Qatar a été le principal fournisseur d’armes à l’opposition syrienne, avec plus de 70 avions cargo militaires qui se sont posés en Turquie entre avril 2012 et mars de cette année.

Mais même si son approche est plus guidée par le pragmatisme et l’opportunisme  que par l’idéologie, le Qatar s’est retrouvé impliqué dans la situation politique très polarisée de la région, s’attirant des critiques acerbes. «On ne peut pas acheter une révolution» affirme un homme d’affaires de l’opposition.

Le soutien du Qatar aux mouvements islamistes dans le monde arabe, qui l’a mis en porte à faux avec les autres Etats du Golfe, a nourri une rivalité avec l’Arabie Saoudite. Hamad bin Khalifa al-Thani, émir régnant du Qatar, “veut être le (Gamal) Abdelnasser islamiste du monde arabe, » déclare un politicien Arabe, en référence au panarabisme flamboyant et passionné de l’ancien leader panarabe.

L’intervention du Qatar est devenue l’objet d’une attention de plus en plus forte. Ses rivaux dans la région soutiennent qu’il utilise sa puissance financière simplement pour s’acheter une influence future et qu’il a fini par fragmenter l’opposition syrienne. C’est dans ce contexte que l’Arabie Saoudite qui jusqu’à présent avait apporté un soutien plus mesuré et réfléchi aux rebelles Syriens a accru son implication.

Les tensions récentes au sujet de l’élection d’un premier ministre par intérim de l’opposition qui a obtenu le soutien des Frères Musulmans Syriens a aussi amené l’Arabie Saoudite à resserrer ses liens avec l’opposition politique, une tâche qu’elle avait en grande partie laissée entre les mains du Qatar.

La relégation du Qatar à la deuxième place en matière de fourniture d’armes résulte des inquiétudes en Occident et dans certains pays arabes de voir les armes fournies échouer entre les mais du Jabhat al-Nosra, une organisation liée à al Qaïda.

Des diplomates disant aussi que les Qataris ont eu du mal à assurer un approvisionnement régulier en armement, chose que les Saoudiens ont été en mesure de faire via leurs réseaux plus développés.

Une route d’acheminement d’armes en Syrie passant par la frontière jordanienne a ouvert ces derniers mois. Le gouvernement jordanien. Le gouvernement jordanien qui est terrifié à la perspective de voir les djihadistes en position dominante chez son voisin a été réticent à autoriser les livraisons saoudiennes.

La réticence de l’Occident à intervenir avec plus de force en Syrie a eu pour conséquence de placer les opposants à Bachar al-Assad dans la dépendance du soutien du Qatar, de l’Arabie saoudite et de la Turquie, quoique depuis l’an dernier, les Emirats Arabes Unis et la Jordanie ont rejoint le club des soutiens aux rebelles en tant que partenaires mineurs.

Khalid al-Attiyah,, le chef de la diplomatie du Qatar, qui est chargé de la politique syrienne, a rejeté les rumeurs sur une rivalité avec les Saoudiens et a démenti les allégations selon lesquelles le soutien qatari  aux rebelles a divisé l’opposition syrienne et affaibli les institutions naissantes.

Dans un entretien accordé au Financial Times, il a affirmé que tout ce qu’a entrepris le Qatar l’a été en conjonction avec le groups des pays occidentaux et arabes amis de la Syrie, pas seul. «Notre problème au Qatar, c’est que nous n’avons pas d’agenda caché, alors les gens nous en fixent un,» a-t-il dit.

Peuples d’Orient et d’Occident sont d’accord: il ne faut pas armer les forces qui combattent le régime syrien!

1 mai 2013

Via Angry Arab à qui je reprocherai cependant (amicalement) de ne pas avoir mis le lien direct vers les tableaux de résultats de cette enquête d’opinion qui a été conduite par le Pew Research Center dans un certain nombre de pays du « Moyen Orient », un Moyen orient qui inclut la Tunisie qui appartient à l’Occident musulman comme on le sait. 

Le présent sondage porte sur les événements en cours en Syrie et il a été réalisé par le PEW Research Center qui se présente comme un organisme non partisan de collecte de faits pour informer l’opinion sur les problèmes, les attitudes et les tendances qui façonnent l’Amérique et le monde. Le Pew Research Center

 fait des enquêtes d’opinion, de la recherche en démographie, de l’analyse des médias et d’autres études empiriques dans le domaine des sciences sociales. Pew Research ne prend pas de positions politiques. Il est une division de The Pew Charitable Trusts.

L’analyse de ce sondage titre sur la crainte des peuples du Moyen Orient d’un élargissement du conflit syrien aux pays voisins.

Les résultats saillants sont synthétisés dans plusieurs tableaux de chiffres.

Image

Ce premier tableau nous montre que tous les peuples de la région sont préoccupés voire très préoccupés par le risque que la violence en Syrie déborde dans leur propre pays. Les moins inquiets étant les Turcs avec 25 % seulement de personnes très inquiètes contre 46 % en Jordanie et 68 % au Liban où l’inquiétude est la plus forte parmi les Chrétiens.

Image

.Cette inquiétude d’un débordement de la violence dans les pays voisins de la Syrie est partagée par la majorité des personnes interrogées quelque soit le pays et atteint même les 89 % en Tunisie, ce qui est quand même un signe de l’impact politique et psychologique de la situation dans ce pays somme toute lointain (mais où de nombreux Tunisiens sont engagés dans les combats contre le gouvernement).

Image

On a demandé ici aux sondés s’ils étaient favorables ou s’ils étaient contre la fourniture d’armes et d’équipements militaires par les pays occidentaux aux milices d’opposition en Syrie.

A l’exception des Jordaniens, les citoyens des pays voisins de la Syrie ne veulent pas que l’occident équipe les forces de l’opposition syrienne en matériel militaire. Ce refus est le plus marqué au Liban où il est majoritaire dans les trois grandes communautés confessionnelles, même si elle est nettement moins forte chez les Sunnites que chez les Chrétiens et surtout les Chiites. Cette opposition est très nettement majoritaire également en Turquie, un pays dont on sait pourtant qu’il est une base logistique et de repli pour l’opposition syrienne.

Image

Cette opposition à une assistance matérielle occidentale pour les milices syriennes antigouvernementales s’observe aussi pour le même type d’aide en provenance de pays arabes. Moins marquée, elle demeure cependant majoritaire partout, sauf en Jordanie. Les Turcs se distinguent ici par leur constance puisqu’ils ne font pas de distinguo entre l’aide occidentale et l’aide arabe (sans doute parce qu’ils ne sont pas arabes).

On soulignera que ce refus arabe et turc d’une assistance militaire aux milices de l’opposition syrienne n’est pas associé à un soutien au régime syrien puisqu’il apparaît dans un autre tableau de chiffres que le président Assad n’est guère populaire dans les pays concernés par le sondage: 72 % d’opinions défavorables en Turquie, 81 % en Tunisie et en Egypte par exemple.

Image

Le Liban fait en quelque sorte exception avec 59 % d’opinions défavorables « seulement », un résultat dû à la quasi unanimité de la communauté chiite avec 91 % de sondés en faveur d’Assad ainsi qu’à ses 36 % d’opinions favorables dans la communauté chrétienne.

Image

Fait intéressant, les citoyens de la France, de l’Allemagne mais aussi de la Grande Bretagne et des Etats Unis sont majoritairement opposés à la livraison de matériel militaire par leur pays en faveur de l’opposition armée en Syrie. On constate ainsi que 82 % des Allemands sont opposés à de telles livraisons tout comme 69 % des Français et 64 % des Américains!

 

 

 

La Jordanie renvoie le tigre en Syrie

18 décembre 2012

Al Assad, c’est le lion en langue arabe. Un lion que beaucoup, à Londres, Washington, Doha ou Paris voudraient voir quitter la Syrie.

Mais le lion de Damas a dit clairement à ses puissants ennemis que son destin était de vivre et mourir en Syrie.

lion-and-the-lamb

Comme les moutons, le tigre est lui d’un autre avis…

Un tigre et des oiseaux renvoyés en Syrie après l’échec d’une tentative d’entrée en contrebande

par Rana Husseini, The Jordan Times (Jordanie) 18 décembre 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

AMMAN – Deux véhicules qui étaient entrés il y a une dizaine de jours dans le Royaume par le point de passage frontalier de Ramtha  et qui transportaient en contrebande des oiseaux et un tigre ont été renvoyés en Syrie dimanche avec leur contenu, ont annoncé mardi les autorités.

Les fonctionnaires des douanes jordaniennes ont fouillé les deux véhicules après avoir eu des soupçons à l’égard des conducteurs, a déclaré le général Ghaleb Sarayreh, directeur des douanes.

« Le tigre se trouvait dans une cage qui était cachée sous des cartons dans le camion», a précisé un autre fonctionnaire des douanes qui a ajouté que le chauffeur avait déclaré qu’il transportait des fruits et légumes.

Les oiseaux étaient cachés dans un autre véhicule, également dans des cages, a déclaré le fonctionnaire au Jordan Times.

 «Les agents ont compté environ 900 pigeons, canaris et chardonnerets, »  a indiqué le fonctionnaire des douanes, observant que les animaux étaient destinés à la vente à des commerçants en Jordanie.

Les conducteurs des véhicules n’ont pas été appréhendés, mais « ont dû attendre que nous ayons examiné les animaux et conclu que  nous devions les réexpédier…  comme stipulé dans les accords entre les deux pays », a expliqué le fonctionnaire.

Il a déclaré que les agents des douanes faisaient tous les efforts pour empêcher la contrebande d’animaux et d’espèces rares qui contrevient à la convention internationale sur le commerce des espèces menacées de la flore et de la faune sauvages.

Nous alertons les voyageurs qui arrivent en Jordanie qu’ils doivent déclarer les plantes ou les animaux et obtenir une autorisation spéciale avant d’entrer dans le royaume,” a-t-il dit.

Camp de réfugiés ou camp de prisonniers?

19 octobre 2012

On peut vraiment se poser la question.

Deux familles syriennes s’enfuient de Zaatari

Jordan Times (Jordanie) 18 octobre 2012

Amman – Deux familles syriennes se sont enfuies du camp de réfugiés de Zaatari mercredi soir, a annoncé jeudi une source dans le camp.

Les deux familles ont fui dans un monospace qui est sorti en passant en trombe les portes du camp, ignorant les ordres de s’arrêter donnés par la sécurité, a déclaré la source sous condition d’anonymat.

Une recherche est en cours pour retrouver les deux familles.

Laurent Fabius inspecte le camp de Zaatari

La Syrie décidée à gagner la bataille de la crème glacée

10 octobre 2012

Non, c’est pas la guerre chimique.

Je vous disais que les affaires reprennent entre la Jordanie et la Syrie. Et ces affaires ne concernent pas que le contrat passé par le ministère jordanien de l’agriculture mais une spécialité damascène bien connue : la crème glacée.

Bikdash, le fameux glacier de la capitale syrienne vient en effet de s’implanter à Irbid en Jordanie. Non pas que la célèbre maison ait fui la Syrie, mais un investisseur Jordanien intuitif s’est dit que la présence de réfugiés Syriens représentait un atout favorable à l’implantation d’une succursale du glacier de Damas.

Bien vu, puisque la clientèle d’expatriés Syriens a vite été rejointe par une clientèle locale séduite par la qualité du produit.

La crème glacée est confectionnée en Jordanie avec des ingrédients venus de Damas et d’Alep tandis que la main d’œuvre a été envoyée par la maison mère avec l’autorisation d’une administration syrienne des frontières plus tatillonne que jamais.

La vidéo ci-dessous donne un aperçu du mode de préparation en rythme de la fameuse crème glacée.

Alors que le conflit s’éternise, Jordaniens et Syriens se tournent vers un ‘’côté plus doux’’ de Damas

par Taylor Luck, Jordan Times (Jordanie) 9 octobre 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Irbid – Hamzeh Hashish plonge le pilon en bois massif dans la cuve de crème, et le rythme régulier du martèlement est le même que celui dont l’écho retentit dans les rues de Damas depuis un siècle.

Avec le mixage de six lots en autant d’heures, cette journée était comme n’importe quelle autre journée de ses dix années de carrière passées à servir de la crème glacée artisanale dans la capitale syrienne.

A une chose près: Hashish est maintenant en Jordanie.

 « J’oublie parfois que je ne suis plus en Syrie tant que je n’ai pas passé la porte,» admet Hashish

Bikdash, l’icône de la culture syrienne, a transporté le mois dernier sa fameuse crème glacée et son nappage de l’entrée du souk Hamadiya à la ville d’Irbid dans le nord de la Jordanie.

L’arrivée de Bikdash sur le marché jordanien est le fruit des cogitations d’ Abdul Wahab Ababneh, qui dit avoir constaté un accroissement de la demande pour cette douceur glacée au moment où le conflit syrien entrait dans sa deuxième année.

En Jordanie, nous avons deux marchés en croissance: les expatriés Syriens et les Jordaniens qui avaient coutume de voyager en Syrie et qui recherchent un goût de Damas” explique l’investisseur Jordanien..

D’un point de vue commercial, il aurait été stupide de ne pas ouvrir une branche en Jordanie”

Au début de cette année, Ababneh avait noué des contacts avec Bikdash qui, selon ses employés, connaît un ralentissement de son activité à cause du conflit en cours.

 “On avait des files d’attente jour et nuit devant la porte” explique Mohammad Ahmad, qui a travaillé pour la branche damascène de Bikdash pendant cinq ans.

 “Depuis que le conflit est présent à Damas, nous avons de la chance quand nous avons plus de deux clients à la fois.”

Soucieux de donner un coup de fouet à ses affaires, Bikdash a rapidement accepté d’ouvrir une boutique de l’autre côté de la frontière.

Afin de saisir l’essence et la saveur qui ont  séduit des générations de Damascènes et de touristes, Ababneh a fait en sorte que la production reste «100 % syrienne».

Ababneh importe la crème depuis l’atelier de la compagnie à Damas, les pistaches d’Alep et a même fait venir des employés de la maison mère Bikdash dans la capitale syrienne pour assurer la production des spécialités du glacier.

La crème glacée syrienne n’est pas seulement un dessert; c’est un art – qui n’est pas à la portée de n’importe qui.”

Ababneh affirme.  “Si nous faisons le moindre changement, ce ne sera plus Bikdash”

Selon les clients, Bikdash et Ababneh ont trouvé ensemble une recette gagnante.

Abu Muath fait partie des dizaines de réfugiés Syriens qui ont traversé le pays pour un gout nostalgique de leur patrie.

Cet homme de 44 ans originaire de Dar’a explique que sa famille et lui ont fait une heure d’autobus depuis leur appartement en colocation à Mafraq rien que pour goûter la crème glacée qui était autrefois le moment fort de toute excursion à Damas.

Chaque fois que nous parlons du pays, nous parlons de missiles et de tanks, de qui a survécu et qui n’a pas survécu” déclare Abu Muath tout en tendant une coupe de glace au chocolat tout juste brassée à son fils âgé de cinq ans.

C’est bon de s’arrêter un moment et de se rappeler des choses qui font que la Syrie est un beau pays”

La crème glacée syrienne centenaire vient même de se gagner de nouveaux fans en Jordanie puisque des centaines d’habitants d’Irbid sont devenus des clients réguliers en seulement quelques semaines.

Tous ceux qui sont allés à Damas parlent toujours de deux choses: le shopping et la crème glacée” affirme Fatima, 22 ans, étudiante à l’université de Yarmouk, présente dans la file d’attente.

Maintenant, je peux voir ce dont tout le monde parlait.”

Malgré son succès initial, ‘’Bikdash Jordanie’’ doit relever plusieurs défis, déclare son propriétaire.

En raison de restrictions au transport de marchandises, les livraisons arrivent avec retard de Syrie, voire pas du tout et la société a eu des difficultés pour faire venir ses employés du fait du strict contrôle de Damas à la frontière.

 “C’est parfois comme si nous avions affaire à des secrets d’Etat, et pas à de la crème glacée” concède Ababneh.

Malgré les difficultés, Bikdash envisage déjà d’accroître sa présence en Jordanie, avec Ababneh en quête d’un distributeur à Amman et qui étudie une troisième implantation à Akaba.

Alors que le conflit s’éternise et que le nombre de réfugiés augmente, les Syriens affirment que la demande est appelée à croître pour cette friandise glacée qui est devenue avec le temps un symbole de fierté syrienne.

« En temps de guerre ou de paix, en Jordanie ou en Syrie, on a parfois tous besoin de  quelque chose de simple, » déclare Abu Muath que faisait tournoyer sa cuillère dans la crème fraîchement pilée.

« Un petite dose de quelque chose de sucré. »


%d blogueurs aiment cette page :