Posts Tagged ‘journalisme’

Syed Farook et Tashfeen Malik, le couple accusé du massacre de San Bernardino semble avoir été froidement exécuté

5 décembre 2015

Vous avez entendu comme moi parler de la tuerie perpétrée le 2 décembre dernier à San Bernardino en Californie :

Mercredi, au moins 14 personnes ont été tuées en Californie, à San Bernardino, lorsqu’un couple de tireurs a ouvert le feu lors d’une fête professionnelle de fin d’année par des employés [d’un centre social qui dépend] du comté. Les deux assaillants étaient mariés, selon les premiers éléments de l’enquête qui tente d’expliquer pourquoi ils ont mené cette tuerie.

…..

une dispute aurait éclaté: un convive aurait quitté les lieux avant de revenir avec sa femme, vers 11h, en tenue paramilitaire, chacun lourdement armé d’un fusil d’assaut et d’une arme de poing, raconte le New York Times

J’ignore si on peut dire d’une personne équipée d’une arme de poing et d’un fusil d’assaut qu’elle est lourdement armée puisque ce sont là des armes légères en comparaison de ce qu’on appelle armes lourdes (bazookas, mitrailleuses lourdes etc.). Mais ne chipotons pas…

Le couple accusé d’être l’auteur du massacre est celui que formaient (ils ont été tués par la police) Syed Farook et Tashfeen Malik, mariés depuis assez peu de temps et parents d’une fillette de six mois.

648x415_syed-farook-tashfeen-malik-deux-tueurs-san-bernardino

Syed Farook et Tashfeen Malik

La femme, Tashfeen Malik se serait radicalisée et aurait prêté allégeance à Daesh sur Facebook.

Non, non je rigole pas : sur Facebook, c’est ce que disent les journaux.

Quant au mari, il aurait été en contact avec des personnes liées à al Qaïda mais ces contacts remontaient à plusieurs années.

On aurait par ailleurs trouvé au domicile des suspects quantité de munitions et d’explosifs :

Douze engins explosifs artisanaux ont été retrouvés au domicile du couple, ainsi qu’environ 5 000 cartouches de fusil d’assaut. Trois autres engins explosifs artisanaux reliés entre eux et actionnables à distance ont aussi été retrouvés dans le bâtiment visé par les tueurs. Mais ces engins n’ont finalement pas explosé.

Des personnes de confession musulmane, une prestation d’allégeance à Daesh (sur Facebook d’accord mais on s’en contentera), des engins explosifs et un passage à l’acte d’une grande violence, nous avons là tous les ingrédients pour pouvoir qualifier le crime de terroriste.

D’autant que, peut-on lire dans la presse, Daesh a félicité les « soldats du Califat » pour leur prouesse.

Si vous doutez du sérieux de la presse, sachez quand même que Daesh n’a toutefois pas revendiqué explicitement l’attaque qu’il a simplement rapportée dans un de ses bulletins d’information radiophonique.

Apparemment les journalistes de «20 Minutes» écoutent une station de radio anglophone de Daesh. Ce que je m’abstiendrai de faire afin d’éviter la saisie de mon poste de radio et une assignation à résidence.

Nous sommes là devant un procédé qui cherche à donner de la crédibilité  une information manifestement fabriquée en la nuançant par une autre, réelle ou inventée peu importe.

Si on revient à la tuerie de San Bernardino proprement dite, on est obligé de prêter attention à trois faits importants qui amènent au minimum à s’interroger sur cette affaire voire à douter de l’implication du couple supposé terroriste.

Il y a d’abord que selon les premières informations la police recherchait trois hommes blancs en tenue militaire

twitt-crop

Un autre fait troublant est l’intrusion de nombreux journalistes au domicile des suspects. Ainsi, le domicile des auteurs présumés d’une tuerie éventuellement de nature terroristes aurait été laissé sans aucune surveillance policière, ce qui aurait permis à son propriétaire de briser les scellés et d’autoriser, moyennant une modeste rétribution la presse à mener sa propre perquisition au domicile de ses locataires.

4825024_3_4075_des-journalistes-fouillent-la-chambre-de_fdee3a8f2204bd82abd5b6b5a44fb300

Des charognards (journalistes) fouillent la chambre du bébé de Tashfeen Malik et Syed Farook

Du jamais vu ! Et ce n’est pas seulement une question de respect des personnes (coupables ou non) mais aussi une question de respect du travail de la police et de la justice. En effet, si la police avait effectué une première perquisition, on la voit mal maintenant en effectuer une deuxième qui aurait une quelconque valeur en termes de procédure.

Il y a enfin les déclarations de Davis S. Chelsey l’avocat engagé par la famille des présumés tueurs. Ce dernier affirme que le couple n’avait absolument pas les compétences pour manipuler les armes (fusils d’assaut et bombes) voire même pas la capacité physique en ce qui concerne la femme.

Et surtout, il précise que le couple a été retrouvé mort dans son véhicule (un SUV), faces contre le plancher et mains menottées.

Une exécution donc.

Publicités

Tel Aviv menace ouvertement la presse internationale: « le Hamas se sert des journalistes comme de boucliers humains »

20 juillet 2014

Des menaces accueillies avec indifférence par la corporation journalistique française puisque l’information est peu reprise par la presse française. Personnellement je n’ai pu la trouver que sur le site de Zone Bourse :

Israël appelle les journalistes étrangers à la prudence

19/07/2014 | 23:27

Le bureau de presse du gouvernement israélien a averti samedi les journalistes étrangers qu’il n’était pas responsable de leur sécurité dans la bande de Gaza, où l’armée israélienne mène depuis jeudi soir une opération terrestre.

« Gaza et ses alentours sont un champ de bataille. Couvrir les hostilités expose les journalistes à un danger qui peut être mortel », précise le bureau de presse dans un communiqué.

« Israël n’est en aucun cas responsable des blessures ou des dégâts qui pourraient résulter de reportages sur le terrain. »

Depuis le 8 juillet, les bombardements puis l’opération terrestre menée par Tsahal dans la bande de Gaza ont fait 336 morts côté palestinien, en majorité des civils. Les Israéliens ont eu cinq morts, trois militaires et deux civils. (Maayan Lubell, Guy Kerivel pour le service français)

Pour ce que j’en sais, Zone Bourse est, comme son nom le suggère, un site d’information spécialisé dans la finance et qui n’est pas rattaché à un groupe de presse.

Le petit article de Zone Bourse s’appuie sur une dépêche de Reuters, ce qui nous permet d’avoir un aperçu du fonctionnement de la désinformation en économie de marché.

La première option est de se taire, de ne pas relayer une information gênante. Ce qu’ont fait la majorité des organes de presse habituellement sourcilleux quant à liberté de travailler des journalistes (sauf dans le cas du conflit du Proche Orient où ils se plient en réalité sans broncher à la censure sioniste).

L’autre option consiste à édulcorer et à occulter ce qui gêne.

Et ça on le constate dès le titre de l’entrefilet de Zone Bourse :

« Israël appelle les journalistes étrangers à la prudence »

alors que le corps de l’article nous dit que cet appel à la « prudence » est en fait un avertissement donné aux journalistes par les autorités sionistes qui indiquent n’être pas responsables de leur sécurité dans la bande de Gaza. »

La notion d’avertissement est pourtant contenue dès le titre de la dépêche originale de Reuters :

Israel warns foreign journalists covering Gaza fighting

« Israël n’est en aucun cas responsable des blessures ou des dégâts qui pourraient résulter de reportages sur le terrain. » lit-on sur Zone Bourse comme sur la dépêche originale.

Ce qui en langage sioniste signifie que les journalistes sont des cibles comme les autres puisqu’ils se trouvent dans une zone où l’armée et la police sionistes ne peuvent pas imposer de censure et doivent s’en remettre à l’autocensure ou au parti pris pro Tel Aviv des journalistes ou de leurs rédactions.

Ce qui marche assez souvent mais peut être sujet à des ratés comme on a pu le voir avec l’assassinat de gamins sur une plage de Gazas sous les yeux de la presse internationale ou avec Diana Magnay, cette journaliste américaine choquée par le comportement des habitants de Sderot qui exultent en regardant les missiles de leur armée exploser sur Gaza (elle a été mutée en urgence à Moscou).

Ce n’est bien sûr pas cet argument que mobilise le service sioniste chargé du contrôle de la presse. En effet, si on se reporte à la dépêche de l’agence Reuters, les journalistes occidentaux sont en fait des cibles pour l’armée sioniste exactement pour la même raison que les civils palestiniens :

le « Hamas se sert des journalistes comme de boucliers humains ».

Les journalistes doivent donc prendre « toutes les précautions possibles. »

C’est exactement ce qui a été dit à ces femmes, ces enfants, ces civils dont les corps ont été déchiquetés ou écrasés par les bombes sionistes.

un gilet pare-balle n'est d'aucune utilité contre un obus de 155

un gilet pare-balle ne sera d’aucune utilité à  Ayman Molhyeldin contre un obus de 155 mm

Je vous traduis  donc ce que signifie le mot « précaution » en novlangue sioniste : il signifie tout simplement que les journalistes doivent quitter la bande de Gaza sous peine de risquer des traumatismes pouvant aller jusqu’à une mort violente.

NB: Ayman Molhyeldin est un des  journalistes qui avaient assisté au massacre des gosses palestiniens sur une plage de Gaza. Il a bien sûr rendu compte de ce drame, ce qui a valu à ce journaliste chevronné d’être rappelé par la chaîne NBC afin qu’il ne couvre plus les événements à Gaza. Une forte mobilisation du public, via les réseaux sociaux, a contraint NBC à revenir sur sa décision.

Ci-dessous l’intégralité de la dépêche Reuters en anglais

Israel warns foreign journalists covering Gaza fighting 19 juillet 2014

JERUSALEM (Reuters) – Israel’s Government Press Office on Saturday warned foreign journalists it was not responsible for their safety in the Gaza Strip, where the Jewish state has launched an offensive against Palestinian militants.

Israel sent ground forces into Hamas-dominated Gaza on Thursday after heavy air and naval barrages failed to stop rocket fire from the Palestinian territory. Gaza officials said at least 335 Palestinians, many of them civilians, have been killed in the 12-day conflict.

« Gaza and its vicinity are a battleground. Covering the hostilities exposes journalists to life-threatening danger, » an e-mailed Government Press Office (GPO) statement said.

« Israel is not in any way responsible for injury or damage that may occur as a result of field reporting. »

The GPO, which accredits journalists based in Israel, many of whom also cover events in the Palestinian Territories, charged Islamist group Hamas was using journalists as human shields and advised reporters to take « every possible precaution. »

The Israeli military said that since the July offensive began, it has struck over 2,300 sites in the densely populated enclave and that more than 1,663 rockets have been launched by Palestinian militants toward its territory.

Its land incursion into Gaza has so far failed to subdue Hamas and its allies, who fired more than 90 rockets into Israel on Saturday, the Israeli army said. Three Israeli soldiers and two civilians have been killed.

(Writing by Maayan Lubell; Editing by Sandra Maler)

 

Syrie: ce que François Hollande demande, la propagande l’exige

9 juin 2013

On peut lire dans la presse, par exemple dans le magazine Le Point que

Hollande exige « la libération immédiate » de deux journalistes français disparus en Syrie

L’Est Républicain comme Le Point et nombre d’autres médias titre aussi:

HOLLANDE EXIGE LA LIBÉRATION DE 2 JOURNALISTES FRANÇAIS DISPARUS EN SYRIE

Pourtant, si on se donne la peine de lire les articles dans la presse, on constate que François Hollande n’exige pas mais demande, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Le journal 20 minutes est un des seuls médias à titrer avec le verbe « demander »:

Syrie: Hollande demande la «libération» de deux journalistes disparus

Il est vrai que c’est en anglais que le verbe « to demand » signifie exiger.

M. Hollande se garde sans doute d’exiger parce qu’il ne sait pas trop entre les mains de qui se trouvent les deux journalistes.

On peut gager que s’il avait la certitude qu’ils sont entre les mains du gouvernement syrien il aurait vitupéré et exigé.

Dans le cas présent, François Hollande se contente de gloser sur la mission des journalistes

« qui sont des hommes qui travaillent pour que le monde puisse recevoir des informations » (bien vu M. Hollande, note de Djazaïri)

et

« doivent être traités comme des journalistes et en aucune façon comme des éléments sur lesquels (on ferait) peser une menace pour agir au détriment d’un Etat».

«La presse doit pouvoir circuler en Syrie pour donner les informations qui sont attendues dans le monde entier» sur ce qui s’y passe, a insisté François Hollande.

Un gentil discours sur l’éthique journalistique pourtant contredit par Laurent Fabius, le ministre des affaires étrangères de François Hollande ainsi que par ses comparses, de pseudo journalistes du Monde qui ont cru bon de fournir au gouvernent français des arguments susceptibles de justifier une intervention militaire contre la Syrie.

Des journalistes qui pourraient aussi bien travailler pour la DICoD.

M. Hollande qui confond japonais et Chinois confond également semble-t-il le journalisme et la vulgaire propagande des nostalgiques de la IVème République.

Règles de déontologie journalistique applicables dans le cas de la Syrie

25 février 2013

Le règlement politique de la crise syrienne semble avancer et c’est sans doute la meilleure solution aussi bien pour la population que pour le pouvoir en place ou pour la coalition d’opposition dont l’influence est sûrement plus  grande du côté turc de la frontière que du côté syrien. Et qui a surtout une existence médiatique.

Justement, As’ad AbuKhalil, alias Angry Arab, nous explique ce qu’est la déontologie journalistique quand il s’agit de couvrir les troubles qui secouent la Syrie.

Des principes qu’il expose ici, découle une pratique du journalisme qui prétend nous renvoyer une image des évènements correspondant peu ou prou à la réalité alors que cette image est surtout faite de faux semblants.

Sur le plan militaire d’abord, avec ces annonces régulières de prises «décisives» de routes, d’aérodromes et même d’un barrage. Des victoires qui s’avèrent sans lendemain voire même purement imaginaires.

Sur le plan politique ensuite, avec une opposition en exil qui s’avère être de plus en plus une coquille vide dont la composition est supposée refléter la diversité politique, ethnique et religieuse de la Syrie comme se la figurent les Occidentaux mais qui ne correspond pas à  grand chose sur le terrain syrien. Un terrain où l’opposition militaire réelle au pouvoir est le fait de brigades islamistes, notamment celles qui sont liées aux Frères Musulmans.

Si ces forces aspirent à représenter une alternative au régime en place, il ne s’agit en aucun cas d’une alternative démocratique. Mais comme on l’a dit, la situation militaire fait que cette alternative au régime syrien ne semble pas sur le point de renverser ce dernier.

Ce qui nous amène au dernier point qui est, en dépit de quelques défections, la  cohésion d’ensemble du régime, qui n’est pas un régime alaouite comme on le prétend, tant s’en faut.

Image

Cette cohésion est un des facteurs de la résistance de ce pouvoir aux coups de boutoir qui lui sont assénés par des forces qui sont loin d’être toutes syriennes puisque des tueurs sont venus de l’ensemble du monde musulman et même non musulman pour participer à la curée.

L’autre facteur de la résistance de ce pouvoir, c’est l’absence d’insurrection populaire. En effet, partout où le pouvoir est resté présent, c’est-à-dire sur l’essentiel du territoire, la vie suit son cours avec bien sûr les souffrances qu’endure la population d’un pays mis sous embargo et dont l’économie a été en grande partie ravagée, voire pillée par les prétendus révolutionnaires comme on l’a vu à Alep.

Ce fait est d’autant plus remarquable que l’armée syrienne, il faut le rappeler, est constituée en grande majorité de conscrits et qu’on ne peut pas forcer bien longtemps des appelés à tirer sur leurs propres concitoyens. Un pays comme les Etats Unis avait même pu s’apercevoir qu’il était difficile de forcer très longtemps des conscrits à tuer des étrangers, même quand ils n’ont pas la même couleur de peau. 

 

Comment couvrir la Syrie depuis Beyrouth et le Liban

par As’ad AbuKhalil, Al-Akhbar (Liban) 25 février 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

En se fondant sur la couverture de la Syrie dans la presse des Etats Unis, il est possible d’identifier certaines caractéristiques de cette couverture depuis Beyrouth. 

1. Ecrivez les articles mais appuyez vous sur des pigistes locaux sous payés qui peuvent assurer la traduction et l’interprétation pour vous. 

2. Appelez le service de presse d’Hariri et les services de presse des organisations de Syriens en exil dès votre arrive dans la ville. 

3. Vous n’avez pas besoin de sortir de chez vous: le boulot nécessite d’utiliser abondamment Skype. Vous n’avez pas besoin de chercher des adresses Skype : les services de presse d’Hariri et ses alliés dans l’opposition syrienne en exil vous donneront des noms et pourront même en inventer pour vous.

4. C’est bien de montrer de la sympathie pour les organisations syriennes armées et de l’émotion dans vos reportages, exactement comme il n’est pas bien de montrer de l’émotion quand on couvre le côté arabe du conflit arabo-israélien. 

5. Traitez largement de la souffrance humaine, sauf quand elle est causée par les groupes armés syriens eux-mêmes. 

6. Ne citez pas les vrais chefs des organisations syriennes en exil qui sont dominées par les islamistes: citez par contre des Syriens qui résident dans des pays occidentaux afin de donner un visage occidentalisé à l’opposition syrienne en exil. 

7. Essayez de minimiser le rôle de la Turquie, du Qatar et de l’Arabie Saoudite aux côtés des organisations armées syriennes. 

8. N’hésitez pas à vous engager dans des campagnes de collecte de fonds dans vos articles en faisant référence constamment à la pauvreté des groupes armés et à leurs carences en armes et en équipement. 

9. Essayez de montrer l’humanité des groupes armés: des photos d’enfants soldats devraient souligner le fait que ce sont d’abord des enfants après tout et qu’ils représentent la face humaine des groupes armés [comme peut-être cet adolescent Libyen qui résidait en Irlande et qui a été tué au combat en Syrie à l’âge de 16 ans]. 

10. Ne parlez pas avec les deux parties au conflit. Un côté (celui qui est soutenu par le Qatar et l’Arabie Saoudite) est suffisant. 

11.Rappelez-vous: les voitures bourrées d’explosifs ne sont pas une mauvaise chose quand elles sont utilisées par le camp soutenu par les Etats Unis. Les voitures piégées ne sont des armes destructrices haineuses que quant elles sont utilisées par des ennemis des Etats Unis.12. Dans les articles sur une intervention étrangère en Syrie, rappelez-vous qu’une intervention par l’Arabie Saoudite, le Qatar, Bahreïn, la Turquie, la Jordanie, la Libye, l’OTAN, Israël, l’UE et les Etats Unis n’est pas vraiment une intervention. C’est simplement un geste humanitaire et de bonne volonté. Intervention militaire réfère seulement à la Russie, à l’Iran et  au Hezbollah. 

13. Quand vous traitez de l’intervention libanaise en Syrie, souvenez-vous qu’on ne parle que du Hezbollah. L’intervention (militaire ou autre) des organisations hariristes et salafistes ne compte pas et ne justifie pas une intervention [pour y mettre fin].

14. Rappelez-vous que l’étalon en matière de professionnalisme journalistique dans la couverture de la Syrie est représenté par les medias des princes Saoudiens et de la famille Hariri. 

1. Les rumeurs et les inventions répandues par les médias saoudiens et d’Hariri sont «bonnes à imprimer» si elles servent les objectifs de la propagande de la coalition emmenée par les Etats Unis. 

16. Les préjugés contre les Alaouites et la lecture sectaire sont essentiels à la compréhension du conflit. SVP, parlez de tous les Alaouites, bébés compris, comme de Shabiha. Ce qui rendra plus facile de justifier leur assassinat par les groupes armés. 

17. Faites de votre mieux pour dissimuler le poids d’un leadership islamiste fanatique et l’affiliation des groupes armés. Essayez plutôt de trouver quelqu’un qui porte des jeans et affirme parler au nom de l’unité militaire libérale et «laïque» [secular]. 

18. Toute histoire relative à la défection d’une personne, même un simple soldat ou le chauffeur d’un petit cadre d’une usine locale de traitement des déchets devra être couverte très largement. 

19.  Oublions SVP notre ancienne hostilité envers al-Jazeera. Al-Jazeera a changé maintenant et nous la considérons maintenant comme une télévision exemplaire qui représente la merveilleuse propagande de la famille royale du Qatar.

20. La famille Hariri vous fournira des noms et des numéros de téléphone de ses homes dans les services de sécurité intérieure du Liban et de ceux qui acceptant de livrer toute information ou rumeur qui va contre les intérêts du Hezbollah et vous pouvez citer ces personnes comme de «hauts responsables du gouvernement libanais en matière de sécurité.» 

21. Les intérêts et la propagande d’Israël devront être fortement représentés dans la couverture du conflit, et Israël devra être présenté comme l’ami du peuple syrien, malgré son occupation [du Golan] et ses attaques en territoire syrien.

22. Exactement comme dans le cas de la couverture de presse de l’opposition irakien en exil avant 2003, souvenez-vous SVP que toutes les personnalités de l’opposition syrienne en exil sont intelligents, éloquents (même dans le cas de Cicéron de Syrie) et vraiment drôles. 

23. En parlant des armes chimiques syriennes, ne mentionnez pas SVP l’arsenal israélien d’armes de destruction massive. Au contraire, pour que les Israéliens passent encore pour des victimes, choisissez des photos d’Israéliens posant avec des masques à gaz à chaque fois que vous écrivez sur l’armement chimique syrien. 

24. Rappelez-vous, vous êtes là pour remonter le moral et pas seulement pour “couvrir” les évènements. Vous devez écrire chaque semaine quelque chose sur la chute imminente du régime de Bachar et sur les rebelles qui sont sur le point de contrôler le centre ville de Damas. 

25. Il est important de rappeler aux lecteurs que 99 % de la population syrienne soutient l’action des Etats Unis et d’Israël en Syrie et que 99 % d’entre elle s’oppose farouchement au régime. Seuls des scélérats et des voyous persistent à soutenir le régime. 

26. A l’appui du succès de l’opposition syrienne à obtenir du soutien parmi toutes les minorités en Syrie, le service de presse d’Hariri à Beyrouth vous donnera les numéros de téléphone d’un Druze, d’un Chrétien, d’un Kurde et même d’un Alaouite qui sont contre le régime. 

27. La connaissance de la langue arabe – comme toujours quand on traite du Moyen Orient – n’est pas nécessaire du moment que vous savez reconnaître un sandwich au falafel.

La Syrie et la fameuse éthique du journalisme

7 octobre 2012

Je le fais rarement, puisque je préfère généralement m’appuyer sur des informations trouvées dans la presse grand public, mais je fais une exception avec cette vidéo publiée sur Alterinfo.

Il s’agit de l’examen critique d’un reportage effectué en Syrie par Martine Laroche Joubert, une journaliste française bien connue.

Le résultat est édifiant:

La liberté de la presse s’entend aussi comme la liberté de mentir et de travestir les faits.


%d blogueurs aiment cette page :