Posts Tagged ‘Khobar’

Le pouvoir syrien repose sur une base majoritairement musulmane sunnite

4 novembre 2014

Un article intéressant sur la situation en Syrie qui relève en passant ce fait important (et évident) que les Musulmans sunnites sont la principale assise du pouvoir de Bachar al-Assad.

La Syrie d’Assad, amputée, malmenée – mais intraitable.

Par Diaa Hadid, The Big Story (Associated Press) 2 novembre 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Tartous, Syrie – Les hommes d’affaires syriens repartent de zéro après la destruction de leurs magasins et de leurs usines. Des familles qui ont perdu leurs maisons peinent à louer de nouveaux logements et à joindre les deux bouts. Le long des autoroutes qui s’étirent à travers les zones contrôlées par le gouvernement se trouvent les ruines de villes auparavant contrôlées par la rébellion et aujourd’hui parsemées de points de contrôle.

La Syrie sous contrôle gouvernemental est tronquée dans ses dimensions, malmenée et appauvrie. Mais elle fait face, soulignant la manière dont le président syrien Bachar al-Assad s’est accroché au pouvoir malgré une rébellion armée qui essaye de le déboulonner depuis près de quatre ans.

Des visites la semaine dernière dans la capitale Damas et dans la région côtière de Tartous, un bastion du soutien au gouvernement, montrent à quel point les Syriens se sont adaptés à la vie dans ce pays tronqué. Les immeubles administratifs sont entourés d’épaisses barrières peintes en rouge, noir et blanc, les couleurs du drapeau syrien. Les portraits d’Assad sont partout :en soldat, en homme d’affaires et en père de famille.

Après des années de reculs et d’avancées, le régime gouverne Damas et une bande de territoire à l’ouest de la région de la côté méditerranéenne dans laquelle se trouvent les plus grandes villes de Syrie ainsi que certaines zones au sud de la Capitale. Les rebelles tiennent quelques banlieues dans la campagne qui entoure Damas et des parties du nord-ouest. L’État Islamique extrémiste a imposé son pouvoir sur un territoire qui recouvre un tiers de la Syrie et de l’Irak voisin.

La guerre est toujours présente. Le bruit persistant des bombardements dans les zones proches tenues par les rebelles est le fond sonore de Damas.

Les checkpoints sont omniprésents sur les routes, souvent des abris en béton ornés de posters d’Assad découpés en forme de cœur. Les soldats se reposent sur une literie usée.

« Auriez-vous une cigarette, monsieur ? » demande optimiste un soldat à un chauffeur.

Les milices locales pro-gouvernementales veillent aussi sur les villes et les quartiers, apportant leur aide à une armée d’Assad dont les forces sont tendues.

Des hommes moustachus armés de fusils d’assaut sautent dans des voitures à l’entrée qu quartier historique de Bab Touma à Damas. Ce quartier majoritairement chrétien est une des cibles favorites des tirs de mortiers en provenance du quartier voisin de Khobar tenu par les rebelles. Les militants anti-Assad accusent certaines milices pro-Assad d’être plus brutales que les soldats et affirment qu’elles exigent des pots de vin et qu’elles volent des voitures.

Quand on quitte Damas, le revêtement de l’autoroute est bon, comme cette partie de la route fraîchement goudronnée. Non loin, se trouvent les ruines de la ville de Nabak dont les habitants s’étaient révoltés contre Assad au début du soulèvement. Le jaune de la grande roue du parc de loisirs de Nabak est délavé.

On lit sur un graffiti non loin, « Assad pour l’éternité. » Un autre proclame : « Je t’aime Lulu ».

Carte politique de l'Irak et de la Syrie aujourd'hui (attention, de vastes zones désertiques sont attribuées à une des parties, ce qui n'a guère de sens)

Carte politique de l’Irak et de la Syrie aujourd’hui (attention, de vastes zones désertiques sont attribuées à une des parties, ce qui n’a guère de sens)

On ne sait pas avec précision combien de Syriens vivent dans les zones respectivement contrôlées par le gouvernement et par les rebelles, étant donné le bouleversement démographique dans un pays où près de la moitié de la population a fui son domicile. Des zones auparavant dominées par des minorités fidèles à Assad, comme la région littorale de Tartous, majoritairement alaouite, ont vu la typologie de leur population changer avec l’accueil de quelque 350 000 personnes déplacées, en majorité des Musulmans sunnites.

Cela aura en définitive un effet à long terme : il sera difficile au régime d’Assad de se tailler un bastion alaouite comme certains de ses détracteurs l’accusent de le faire – ce que les responsables du gouvernement contestent.

Cela met aussi en lumière le fait que les Sunnites, qui sont le groupe confessionnel majoritaire dans le pays, forment la principale assise du pouvoir d’Assad, alors même que la rébellion est dominée par des Sunnites. Les minorités, comme les Alaouites, les Chiites et les Chrétiens soutiennent généralement le gouvernement ou sont restées neutres.

Parmi les déplacés, se trouvent un prédicateur musulman, Mustafa Shihi et sa femme, Faten Shaar qui ont fuit vers une ville de la province de Tartous après que des rebelles ont incendié leur usine pharmaceutique. Sobhi explique que les rebelles de sa ville d’origine, Alep au nord du pays, l’ont puni parce que son fils Majed était dans l’armée. Majed a été tué en mars de l’année dernière.

L’autre fils de Sobhi vent maintenant des sandwiches devant une université locale. Les biens de cette famille de la classe moyenne-supérieure ont été détruits dans la guerre, mais ils sont sains et saufs à Tartous, déclare Sobhi.

« Nous devons être comme une seule main, » dit-il assis à côté de son épouse sur un mince matelas posé sur le sol,l’unique mobilier de l’appartement. Un grand portrait de son fils tué en uniforme de l’armée et un autre faisant l’éloge d’Assad sont fixés au mur.

Parmi les déplacés, figurent des commerçants sunnites d’Alep, qui était le poumon économique du pays. Certains ont ré-ouvert leurs entreprises à Tartous mais à une échelle réduite.

Tartous: manifestation de soutien au président Assad (2011)

Tartous: manifestation de soutien au président Assad (2011)

Mohammed Jallad, un fabricant de fours, a fui quand les combats se sont intensifiés dans son quartier à Alep. Sa maison et son entreprise ont été détruites dans les bombardements.

Un prêt lui a permis de rouvrir une affaire à Tartous, partageant un espace d’activité industrielle avec quatre autres Alépins. Il dort dans un coin au dessus de ses fours pour économiser de l’argent.

Le prix de location de son local commercial a triplé en deux ans avec l’augmentation de la demande par des personnes déplacées. Alors qu’il faisait travailler 15 ouvriers à Alep, il n’en emploie plus que deux.

Jallad dit qu’il ne veut pas fuir à l’étranger, par crainte de subir le sort des quelque 3 millions de réfugiés syriens qui vivent en majorité dans des conditions misérables.

« Je voulais travailler, alors où aurais-je pu aller ? La situation à l’étranger est humiliante, » dit-il.

En luttant pour s’en sortir, les Syriens se sont adaptés à la réalité.

Taghrid, brodeuse à Damas, dit avoir envoyé son fils en âge d’être incorporé dans l’armée en Égypte pour éviter la conscription, ce que beaucoup de familles ont fait.

« Puisse Dieu le protéger, » dit-elle devant la grande mosquée des Omeyyades à Damas. Elle n’a donné que son prénom par crainte de mettre son fils en danger.

Les services de l’État existent toujours, quoique de manière décousue. Les travailleurs touchent leurs salaires même si la monnaie locale se déprécie. Il y a toujours de l’électricité même si les coupures de courant sont la routine. Les soins restent gratuits quoique les habitants disent que l’attente est longue car des médecins abandonnent leur poste.

« Le gouvernement syrien tient et se cramponne à l’unité et à l’intégrité territoriale de la Syrie. Et c’est pour nous une affaire sacrée, » affirme la conseillère d’Assad Bouthaina Shaaban.

La vie suit son cours pour les Syriens riches. Cafés et restaurants sont à moitié remplis, leurs propriétaires arguant du fait que la reprise des études par les jeunes a réduit leur affluence. Des hommes d’affaires ont ouvert un centre de loisirs et un centre commercial à Damas et un centre commercial sur sept étages à Tartous.

Au centre commercial Malki à Damas, une pancarte annonce une compétition de selfies. Dans le centre commercial presque vide de Tartous, l’investisseur Ali Naddeh fume une pipe à eau et dit que les boutiques vont bientôt ouvrir.

« C’est une époque d’opportunités, » dit-il.

Hommage au Croissant Rouge Syrien

5 mars 2013

Il n’y a pas besoin d’être expert en politique, et encore moins d’être pro-Assad pour comprendre que la Syrie est victime d’un complot qui s’inscrit dans le cadre du prétendu «printemps arabe.»  De fait, les comploteurs sont tellement sûrs d’eux qu’ils se réunissent ouvertement dans des rencontres qui sont supposées être celles des « amis » de la Syrie.

Comme en Egypte, l’idée est de mettre au pouvoir des gens avec qui les monarchies du Qatar et d’Arabie Saoudite mais aussi  l’entité sioniste pourront composer.

Ces gens sont certes virulents verbalement mais accommodants sur le fond. Exactement comme le premier ministre Turc Recep Tayyip Erdogan qui vient de se fendre d’une sortie radicalement antisioniste verbalement au moment où son armée vient de réceptionner du matériel militaire importé de l’Etat contre lequel il vitupère.

Où comme le régime mis en place en Egypte, qui contre espèces sonnantes et trébuchantes a opté pour la non remise en cause des accords signés avec l’entité sioniste et vient d’ordonner l’inondation de tous les tunnels qui relient Gaza au Sinaï.

Le Croissant Rouge syrien n’est pas une organisation politique et elle accomplit un travail conforme à sa vocation.

Image

C’était il n’a pas si longtemps: une volontaire du Croissant Rouge syrien portait sur ses épaules une petite réfugiée soudanaise

C’est pour cette raison qu’elle peut travailler, pas sans risques d’ailleurs, dans l’ensemble du territoire national, aussi bien dans les zones contrôlées par le gouvernement que dans celles aux mains de l’opposition.

Image

Deir Ez Zohr: pour Mohamed, volontaire du Croissant Rouge syrien, tous les moyens sont bons pour acheminer l’aide à ceux qui en ont besoin

Il n’empêche que les cadres de cette organisation peuvent avoir leur point de vue sur ce qui se passe dans leur pays.

C’est le cas par exemple de Khaled Erksoussi, le chef des opérations du Croissant-Rouge syrien qui ne peut s’empêcher de faire quelques constats amers. Comme par exemple que l’aide humanitaire pour le peuple syrien était loin d’avoir atteint les montants promis par les participants à une conférence tenue au Koweit à cet effet. Ou encore que très peu d’aide humanitaire transite par la frontière syro-turque qui semble plutôt une voie réservée à l’acheminement d’armes et de combattants (de fait, on sait que quantité de biens, y compris alimentaires, ont au contraire pris tranquillement le chemin de la Turquie).

  

Sale guerre dans l’aide humanitaire

Les organisations des pays du Golfe, principaux alliés de  l’opposition, boycottent le transfert de fonds dans le pays. La vacance du pouvoir a ouvert la porte à des bandes de délinquants et d’agresseurs qui menacent la distribution

Par Mikel Ayestaran, ABC (Espagne) 5 mars 2013 traduit de l’espagnol par Djazaïri

Khaled Erksoussi est peiné. Le chef des urgences du Croissant-Rouge syrien a perdu hier un chauffeur d’ambulance à Khobar. Un mortier est tombé quand il était dans le poste médical avancé de cette zone de combat et mis fin à sa vie. «Nous avons perdu quinze bénévoles depuis le début de la crise. Dans les zones où il y a des combats, nous avons réussi à faire entrer des convois ces dernières semaines, mais autour de Damas, l’accès est impossible en ce moment » regrette Erksoussi qui, tout en repassant mentalement la carte syrien, réfléchit à voix haute et en dit qu’ils devront évacuer certains avant-postes si la situation ne s’améliore pas, « Avant, les combats duraient trois jours, contre des mois maintenant. » Le Croissant-Rouge dispose de plus de 80 délégations à travers le pays, et il a des informations de première main sur la situation dans les zones contrôlées ou non par le régime et ses employés sur ​​le terrain sont très respectés quand ils distribuent de l’aide et donnent des soins aux victimes.

Mais la politique s’immisce aussi dans l’aide humanitaire en Syrie. Erksoussi dénonce le fait que les pays du Golfe, qui sont les principaux alliés de l’opposition, boycottent le transfert de fonds dans le pays et il rappelle, comme l’a souligné l’ONU, qu’à peine 13 % des sommes promises à la Conférence de Koweït ont été reçues. Ce qui fait qu’on peut aider seulement 1,5 millions de personnes par mois alors que la situation actuelle exigerait de pouvoir couvrir les besoins d’au moins quatre millions de citoyens. 

Chaos 

Le responsable de la sécurité de l’organisation a conduit la plupart des convois qui sont allés dans le nord. « De la frontière turque à Hama la coordination ne se fait plus avec  le gouvernement parce que le gouvernement n’existe pas ; dans ces zones, nous traitons avec les chefs de l’Armée Syrienne Libre (ASL) qui nous donnent une protection. Mais le chaos est général et il y a des secteurs pour le contrôle desquels l’ASL se bat contre le Front [Jabhat] Nusra  (proche d’al-Qaïda)  » dit-il. 

Le vide de pouvoir a ouvert la porte à des bandes de délinquants et de criminels, des criminels sans motivation politique qui menacent l’arrivée des secours. Mais l’autre gros problème que dénonce le Croissant Rouge syrien est la présence officieuse de membres du Croissant-Rouge du Qatar qui sont en train d’essayer de monopoliser l’aide et d’écarter l’organisation nationale [le Croissant Rouge syrien] de cette tâche. «Ils nous accusent d’être pro-régime et hier, ils ont arrêté quatre bénévoles dans le nord d’Alep et ils les ont presque tués » déplore Erksoussi. «Ils veulent monopoliser l’aide, que ce soit eux qui assurent les livraisons. Mais ce que je ne comprends pas c’est pourquoi, alors qu’ils ont toute la frontière avec la Turquie grande ouverte, ils préfèrent qu’arrivent par là des djihadistes et des armes au lieu d’aide humanitaire dans les zones sous leur contrôle où elle est bien sûr est très nécessaire.» 

Des fins politiques 

Les convois qui vont dans le nord se concentrent particulièrement sur ​​les camps de déplacés créés à Azzaz (un camp de 16.000 personnes) et à Atmeh , où il y en a trois pour un total de quelque 50.000 déplacés. «Il ya aussi des besoins à Deraa et à Deir Ezzor , mais on ne nous écoute pas. A l’ONU on semblent aussi avoir un ordre du jour clair et elle démontre une fois de plus que c’est une organisation politique et non humanitaire. Elle n’aide que le nord et l’est et les choses ressemblent de plus en plus à ce qui s’est passé au Kosovo où elle a aidé surtout ​​un camp. Ici, ce sont tous les Syriens qui ont besoin d’aide », rappelle Erksoussi. 

Après près de deux années, le régime commence à donner des autorisations à des ONG, mais avec parcimonie. Le blocus initial est levé très lentement et c’est pourquoi le Croissant-Rouge est l’acteur le plus présent dans l’aide humanitaire, en particulier dans la phase de distribution.


%d blogueurs aiment cette page :