Posts Tagged ‘Meir Kahane’

Dov Hikind, le clown raciste de Brooklyn fête Pourim

26 février 2013

On a déjà croisé Dov Hikind sur ce blog. Ce politicien de l’Etat et de la ville de New York est un ardent sioniste et, comme tout sioniste conséquent, un tenant de la suprématie raciale.

Ce monsieur fait encore parler de lui suite aux festivités de Pourim qui commémorent chez les Juifs l’échec d’un plan qui visait à les massacrer dans la Perse antique (et l’extermination subséquente de la famille de celui qui complotait contre les Juifs).

La fête de Pourim est l’occasion (j’ignore pourquoi) de canulars de type poisson d’avril dans la presse et de moments récréatifs où les convives se déguisent.

Une pratique observée bien sûr par M. Dov Hikind qui a choisi de se déguiser en basketteur noir, en se peignant le visage en noir et en portant une perruque imitant une chevelure « afro ».

Le blackface de Dov Hikind

Le blackface de Dov Hikind

Le problème étant que ce genre de déguisement (en noir pas en basketteur) renvoie aux Etats Unis à quelque chose de très précis, une forme particulière des minstrels shows dans laquelle les comédiens se grimaient pour incarner des noirs, désignée dans la culture américaine sous l’appellation «blackface.» Cette variante des minstrels shows était un des véhicules de l’idéologie et de l’imagerie racistes aux Etats Unis. La disparition de ce type de spectacle dans les années 1960 sera une des conséquences de la montée en puissance du mouvement pour les droits civiques.

C’est pourquoi le déguisement de Dov Hikind, qui est un personnage public et un élu, n’est pas passé inaperçu aux Etats Unis et a suscité l’indignation de commentateurs qui ne comprennent pas comment la signification de ce genre de grimage a pu échapper au politicien.

Ou plutôt si, puisqu’ils nous proposent, comme Gawker, un certain nombre d’exemples qui montrent que ce monsieur n’est pas vraiment convaincu par l’idée d’une égalité fondamentale de tous les êtres humains.

Je vous propose une traduction de l’article que Gawker a consacré à cette affaire. Le blog Whiskey Fire lui apporte cependant un éclairage particulier en nous précisant que Dov Hikind n’avait pas vu de mal dans son choix. 

Hikind a répété à Alex Silverman, journaliste pour WCBS, qu’il “n’avait jamais pensé une seconde” que la blackface était hors limites [de l’acceptable]. «Si j’étais noir,» a declaré Hikind, «pour Pourim j’aurais grimé mon visage en blanc.»

Et en fait, c’est exactement ce qui s’est passé pour pratiquement chaque fête de Pourim chez les Afro-Américains à travers l’histoire. 

D’où on déduira soit que M. Hikind est stupide, soit qu’il n’est pas suffisamment enraciné dans l’histoire de son pays pour comprendre ce qui cloche avec son comportement.

Pour conclure en faisant allusion à la situation française, on remarquera que ce qui a été reproché à l’humoriste Dieudonné, c’est précisément de s’être déguisé en Juif du type colon extrémiste. Peut-être aurait-il du le faire pour Pourim…

Lequel de ces rabbins est le vrai Dieudonné?

Lequel de ces rabbins est le vrai Dieudonné?

L’élu Newyorkais Dov Hikind, roi de la sensibilité à sens unique, a fait la fête hier en se grimant en blackface

Par Cord Jefferson, Gawker (USA) 26 février 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Dov Hikind est le trou du cul de l’Assemblée de l’Etat de New York qui représente le Dictrict 48, une zone bétonnée de Brooklyn qui comprend Midwood et Borough Park, une enclave juive orhodoxe ben connue dans le quart sud-ouest de l’arrondissement. Hikind est lui-même un Juif orthodoxe. Pour fêter Purim cette année, et commémorer l’échec de l’extermination du peuple Juif dans la Perse antique, Hikind a choisi un costume très élaboré pour faire la fête. La femme de Hikind s’est déguisée en diable au visage rouge et son fils s’est peint le visage avec le symbole du yin et du yang, pour dit-on, ressembler à un «ange.» Et Hikind lui-même, le représentant sexagénaire élu d’une des villes du monde les plus diverses ? Eh bien, il a choisi de se déguiser en joueur de basketball, Afro et blackface bien sûr.

Selon Hunter Walker de l’Observer, Hikind s’est “beaucoup amusé” à transformer ce qui aurait pu être une fête complètement innocente en minstrel show :

«Je voulais simplement, je pense, j’ai essayé d’imiter, vous savez, peut-être un de ces joueurs de basketball. Quelqu’un m’a donné une tenue, quelqu’un m’a donné la chevelure d’un vrai, vous savez, d’un genre de joueur de basketball noir,» a expliqué M. Hikind. «C’était juste très drôle. Tout le monde a simplement passé un très très bon moment, et chaque année je fais quelque chose de différent… Ce qui m’amuse, c’est quand les gens arrivent et ne me reconnaissent pas.»

Hikind a poursuivi en disant que son costume, qui s’inscrit dans la lignée de siècles de blackface shows conçus pour signifier la suprématie blanche, avait été fait « seulement pour s’amuser dans le respect.»

Malgré les efforts de blancs qui devraient être mieux informés, il y a un bon moment maintenant que blackface est incapable de véhiculer la drôlerie ou le respect. Et sur ce plan, la carrière d’Hikind n’a pas été un modèle à imiter quant à la manière de vivre ensemble avec nos différences. Les habitants de Brooklyn se rappellent peut-être certains de ses morceaux de bravoure :

En 2005, puis en 2009, Hikind avait déposé sans succès à l’assemblée de l’Etat une proposition de loi “antiterroriste” alarmiste qui aurait autorisé les agents de police à contrôler et à fouiller les citoyens sur la base de leur ethnicité, une loi du genre dont on aurait pu penser qu’un Juif l’aurait trouvée un peu gênante une fois placée dans un contexte historique, mais hélas.

D’ailleurs, la police de la ville de New York pratique déjà les contrôles sur la base de la race, ce qui fait que la codification de ce genre de comportement semble une idée franchement mauvaise.

En 2006, quand un groupe d’adolescents Juifs orthodoxes était tombé sur un pakistanais de confession musulmane, le traitant “d’enculé de sa mère de terroriste” et en le frappant à coups de pieds et de poings américains, Hikind avait publiquement condamné le Pakistanais en disant que c’était lui qui avait provoqué les garçons Juifs. Quelques semaines plus tard, quatre des cinq adolescents accusés pour l’agression avaient plaidé coupable.

En 2007, Hikind avait dit ce qui suit à propos du mariage gay:

“Si nous autorisons le mariage gay dans l’Etat de New York, ceux qui veulent vivre et avoir une relation incestueuse se seront rapprochés eux aussi de cinq pas de l’atteinte de leurs objectifs.»

En 2009, Hikind s’était démené pour exclure du mémorial de l’holocauste de Brooklyn les cinq millions de personnes tuées avec les Juifs par le régime nazi. «Ces gens ne sont pas dans la même catégorie que le peuple juif eu égard à l’holocauste,» avait déclaré Hikind au New York Post à l’époque. «C’est extrêmement différent. On ne peut pas comparer des prisonniers politiques avec des victimes juives.»

En 2010, Hikind s’était exprimé à l’un des trois memorials de New York pour commémorer le 20ème anniversaire de l’assassinat de Meir Kahane, le militant Israélo-Américain qui avait fondé la Ligue de Défense Juive. Kahane plaidait pour l’expulsion par la force de tous les non Juifs d’Israël ainsi que pour l’interdiction des mariages et des relations sexuelles avec les Gentils. A une de ces manifestations commémoratives, on avait cité le participant Josh Davis comme ayant dit, « Si nous avions prêté attention au message du rabbin Kahane relatif à l’expulsion dans les années 1980 de la malveillante population arabe, nous ne serions pas au bord de l’extinction.» Le Southern Poverty Law Center (genre de LICRA non ultrasioniste) a désormais placé la Ligue de Défense Juive sur sa liste des organisations racistes.

Mais Hikind n’est pas totalement insensible aux affronts à l’ethnicité. Au début de ce mois, quand le New York Post a décidé de faire monter l’indignation sur la supposée ressemblance entre les habits du styliste de mode John Galliano et la tenue hassidique [Dov Hikind a lui-même été élevé dans le hassidisme, note de Djazaïri], l’élu à l’assemblée de l’Etat s’est senti obligé d’intervenir :

“De qui se moque-t-il?” a ajouté le représentant de Brooklyn à l’assemblée, Dov Hikind. «L’apparence des chaussettes, la veste, les payot… Ma question est, de qui se moque-t-il?»

John Gallano, shmuck! (connard)

John Gallano, shmuck! (connard)

Voilà une question qu’elle est bonne Dov. Maintenant, de la part des centaines de milliers de noirs qui résident à Brooklyn, voici la même question : l’apparence de ce  visage peint en noir et la perruque afro, ma question est, de qui vous moquez-vous crénom de nom ?

Et pourquoi n’avez-vous pas déjà démissionné de votre poste?

Mise à jour: Hikind a présenté des excuses sur le modèle de défense classique du « désolé que vous ayez été offensé» selon le New York Daily News :

«Ma femme était déguisée en diable. Et elle n’est pas un démon. C’était avoir une apparence différente pendant Pourim sans arrières pensées. Je voulais juste avoir une apparence différente et être méconnaissable, » a déclaré Hikind .

«Je comprends la sensibilité des gens. Personne n’avait d’arrière pensée. Ce n’était pas fait pour vous offenser ou vous blesser en aucune façon. Je suis désolé si les gens ont été choqués. Ce n’était absolument pas le but ».

Le député sioniste qui est sur une liste des terroristes indésirables aux Etats Unis

24 février 2012

Le gouvernement des Etats Unis vient de refuser d’octroyer un visa d’entrée au Dr Michael Ben-Ari qui se trouve être un député du parlement de l’Etat sioniste.

Ce redus est motivé, semble-t-il, par le fait que M. Ben-Ari a appartenu au Kach, le mouvement fasciste fondé par le rabbin Meir Kahane. En effet l’organisation est classée comme terroriste aux Etats Unis et de ce fait, M. Ben-Ari apparait sur une liste de terroristes indésirables outre Atlantique.

Le président du parlement sioniste, Reuven Rivlin a fait part de sa colère contre la décision des autorités US ; expliquant que :

“Ben-Ari est un membre du parlement israélien et il représente le parti Ichud Haleumi qui est un parti politique légal dans le système politique israélien.”

M. Rivlin ne fait en réalité que dire avec force ce que nous avons toujours affirmé : l’Etat sioniste est un parfait exemple de terrorisme institutionnalisé et parfaitement légal.

De son côté, après s’être plaint du fait que les Etats Unis qui le rejettent accueillent par contre » à bras ouvert » des gens comme Mahmoud Ahmadinejad, le député Ben-Ari donne ce qui, selon lui, est la véritable raison de ce refus de visa :

« ils ont décidé de m’empêcher de rencontrer les Juifs Américains et de promouvoir et d’encourager l’aliyah [le prétendu retour] vers Israël en affirmant que je suis un terroriste. »

Il a peut-être raison : imaginez une seconde un député Italien faire la tournée des communautés d’origine italienne en France pour promouvoir le retour au pays d’origine des parents ou des grands parents.

Je ne suis pas certain qu’une telle démarche serait forcément bien accueillie à Paris.

Procès d’une sorcière au tribunal rabbinique de Haïfa

29 octobre 2011

L’Arabie Saoudite et l’entité sioniste ont un certain nombre de points communs, comme celui d’être des alliées des Etats Unis. La différence étant que si l’alliance entre la monarchie pétrolière et les USA fonctionne dans l’intérêt mutuel, l’alliance entre Washington et Tel Aviv ne profite qu’à cette dernière et est par contre une source d’ennuis pour les Etats Unis, comme par exemple leur engagement dans des guerres ruineuses. Et qui les ont effectivement ruinés, ce qui ne fait ni chaud ni froid aux sionistes qu’ils se trouvent à Jérusalem occupée, à Chicago ou à Miami.

Un autre des points communs entre la monarchie des Saoud et l’entité sioniste est qu’on y pratique des procès pour sorcellerie dans des tribunaux dont le statut peut être différent mais qui sont dans les deux cas financés par l’argent public.

Certes, en Arabie les personnes convaincues de sorcellerie sont condamnées à mort et exécutées, ce qui n’est pas le cas dans l’entité sioniste, non parce que la loi juive serait plus clémente que celle qu’appliquent les Wahabbites, mais simplement parce que la loi de l’entité sioniste n’autorise pas la condamnation à la peine capitale par jugement (cette peine est cependant appliquée très couramment par les autorités sionistes mais sans jugement).

Mettez lui une amende, c’est une sorcière !

Un tribunal rabbinique punit une femme pour sorcellerie. Et non, ce n’est pas Monty Python !

Par Yossi Gurvitz, +972 (Sionistan) 26 octobre 2011 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le tribunal rabbinique d’Haïfa a statue à l’encontre d’une femme dont le mari affirme qu’elle pratiquait la sorcellerie à leur domicile. Le tribunal a acquitté la femme pour son refus de faire la cuisine pour son mari dans la mesure où ce dernier pratiquait l’adultère, ce que le tribunal a considéré comme une circonstance atténuante pour l’abandon de son devoir de préparer les repas.

 La femme a nié être une sorcière mais a échoué au test du polygraphe [connu sous l’appellation « détecteur de mensonge »] – qui n’est pas accepté comme preuve dans les juridictions ordinaires israéliennes. Le test du canard était probablement indisponible. Le tribunal, composé des rabbins Yitzhak Shmuel Gamzo, Michael Bleicher, et Meir Kahan, a reconnu n’avoir trouvé aucune jurisprudence permettant de réduire la ketuba de la femme – la somme d’argent que doit lui verser son mari en cas de divorce – probablement parce que la punition halachique [selon la loi religieuse] de la sorcellerie est la mort.

Ils se sont néanmoins appuyés sur le livre douteux du rabbin Nachman de Wroclaw qui n’est généralement pas considéré comme un ouvrage juridique (il a beaucoup plus à voir avec des récits moralisateurs) pour la priver de 90 000 shekels.(un peu plus de 17 000€). Impressionnant.

Et non, ce n’est pas l’Angleterre médiévale [celle du Monty Python]. C’est Israël en 2011. Et ce tribunal est financé par l’Etat.


%d blogueurs aiment cette page :