Posts Tagged ‘Mossad’

Le terrorisme sioniste et ses mystifications, un texte important de Rémi Brulin

15 mai 2018

La récente parution en langue anglaise d’un ouvrage consacré à la stratégie adoptée par l’entité sioniste pour combattre ses ennemis, palestiniens mais pas seulement, une stratégie basée notamment sur l’assassinat, donne l’occasion au chercheur Rémi Brulin de revenir sur la construction idéologique et médiatique du terrorisme et de la figure du terroriste en prenant comme exemple précisément le cas de l’entité sioniste.

Rémi Brulin a en effet consacré sa thèse, soutenue à Paris, à la constitution et à l’évolution du discours américain sur le terrorisme. Un discours à l’élaboration duquel le régime sioniste et ses agents n’est pas étranger.

Résultat de recherche d'images pour "rémi brulin"

Rémi Brulin

La thèse de doctorat de Rémi Brulin est téléchargeable. Elle est en français puisqu’elle a été soutenue en France et que Rémi Brulin est français. Le texte de ce chercheur que je vous propose ici n’est disponible qu’en anglais. Peut-être M. Brulin en donnera-t-il une version en français. En attendant, il faudra se contenter de ma traduction de cet article où Brulin illustre sa thèse en prenant l’exemple de l’entité sioniste.

Une thèse dont la validité vient encore d’être démontrée par les propos de Simona Frankel, l’ambassadrice de l’entité sioniste en Belgique pour qui « tous les palestiniens abattus par balle étaient des terroristes, y compris les 8 enfants« .   (Notez que la RTBF titre « propos musclés » là où nous sommes devant des propos abjects).

La remarquable occultation de la campagne israélienne d’attentats à la voiture piégée au Liban ou : Ce dont nous (ne) parlons (pas) quand nous parlons de terrorisme

Par Rémi Brulin, MondoWeiss (USA) 7 mai 2018 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le ministre de la défense Ariel Sharon et le chef d’état-major sioniste Raphael Eitan au Liban en 1982

« Avec le soutien de Sharon, des choses terribles ont été faites. Je ne suis pas végétarien et j’ai soutenu et même participé à certaines des opérations d’assassinat réalisées par Israël. Mais nous parlons ici de meurtres de masse dans le but de tuer, de semer le chaos et l’alarme chez les civils aussi. Depuis quand envoyons nous des ânes chargés d’explosifs pour qu’ils explosent sur des marchés ? »

– Un agent du Mossad, cité dans Rise and Kill First de Ronen Bergman: L’histoire secrète des assassinats ciblés d’Israël

Le 29 août 1982, Ariel Sharon s’est invité dans les pages d’opinion du New York Times pour démontrer que la «réalisation la plus immédiate» d’Israël après son invasion du Liban avait été la «défaite écrasante» de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP). Le ministre israélien de la Défense expliquait que les roquettes Katioucha tirées depuis « des sanctuaires terroristes du Liban » avaient cessé de pleuvoir sur les villages israéliens, et les soldats israéliens avaient été accueillis en libérateurs pour avoir expulsé les terroristes qui violaient et pillaient. Le « royaume de terreur » établi par l’organisation de Yasser Arafat sur le sol libanais « n’était plus ». « Cela a été le cas », insistait Sharon, « malgré les pertes qui ont inévitablement résulté du combat contre les terroristes de l’OLP qui utilisaient des civils comme boucliers humain » et qui stockaient délibérément leurs armes et leurs munitions au milieu des immeubles d’habitation, des écoles, des camps de réfugiés et des hôpitaux. « 

En fait, ajoutait le ministre de la défense, «aucune armée dans l’histoire de la guerre moderne n’a jamais pris autant de précautions pour éviter les pertes civiles que l’armée israélienne.» Une expression hébraïque, «tohar haneshek», exprimait parfaitement cette idée, ajoutait le ministre de la Défense. Cela signifie « la conduite morale de la guerre » et tous les Israéliens étaient « fiers que nos soldats se conforment scrupuleusement cette doctrine juive ». Ils avaient averti les civils qu’ils venaient malgré les « coûts élevés » pour eux-mêmes, avaient attaqué « seulement des positions reconnues au préalable de l’OLP » et bombardé « des bâtiments seulement quand ils servaient d’abris à l’OLP.  »  » Cette politique « , concluait Sharon, » contraste de manière frappante avec la pratique de l’OLP qui consiste à attaquer seulement des cibles civiles. »

1979-1984 : Des responsables israéliens lancent une énorme campagne de relations publiques dénonçant le fléau du «terrorisme» ...

La tribune libre d’Ariel Sharon est parue alors qu’Israël menait une offensive de relations publiques délibérée et finalement remarquablement réussie visant à influencer le discours américain naissant sur le «terrorisme» d’une manière qui coïnciderait avec ses propres intérêts.

La tribune libre d’Ariel Sharon fut publiée alors qu’Israël entreprenait une offensive de relations publiques délibérée au succès en définitive remarquable dans le but d’influencer le discours américain naissant sur le terrorisme d’une manière conforme à ses propres intérêts.

En juillet 1979, à Jérusalem, une importante conférence sur le « terrorisme international » avait été organisée par le Jonathan Institute, une organisation intimement liée au gouvernement israélien et baptisée du nom de Jonathan Netanyahou, tué pendant un fameux raid des forces spéciales israéliennes à Entebbe (aéroport de la capitale de l’Ouganda, NdT)

Benzion Netanyahou, historien du judaïsme et ancien secrétaire particulier de Ze’ev Jabotinsky, était un des principaux acteurs derrière la création de l’institut et il prononça la déclaration inaugurale de la conférence. Cet événement, avait-t-il expliqué, a annonçait le début d’un « nouveau processus – le processus de ralliement des démocraties du monde à la lutte contre le terrorisme et les dangers qu’il représente ». « Contre le front international du terrorisme, » avait soutenu le père de Jonathan et Benjamin, «nous devons construire un front international de la liberté – celui de l’opinion publique organisée qui poussera les gouvernements à agir».

Les orateurs à la conférence de Jérusalem en 1979 représentaient un véritable Who’ who des dirigeants politiques, les universitaires et les commentateurs politiques conservateurs, principalement d’Israël et des États-Unis. L’un après l’autre, ils avaient insisté sur le fait que prendre position contre le «terrorisme» consistait à témoigner d’une «clarté morale» et que la «clarté morale» exigeait une clarté dans le langage. Le terme «terrorisme» devait donc être défini avec précision et il fallait faire en sorte d’empêcher les «terroristes» de «travestir le langage» en prétendant lutter pour la liberté.

Benzion Netanyahu avait ainsi condamné le « relativisme moral facile du « le terroriste de l’un est le combattant de la liberté d’un autre » et avait insisté sur le fait qu’il était » important d’établir d’emblée un cadre définitionnel clair, sans tenir compte des opinions politiques « . « Le terrorisme », avait-il expliqué, «est le meurtre délibéré et systématique de civils afin d’inspirer la peur.» Il est« au-delà de toute nuance et ergotage, un mal moral» qui « infecte non seulement ceux qui commettent de tels crimes, mais aussi ceux qui, par intention de nuire, ignorance ou simple refus de penser, les approuve. » Il était ensuite allé un peu plus loin, et avait insisté sur le fait que les moyens et les fins des » terroristes « étaient » indissolublement liés, et tous deux pointent dans une seule direction: l’horreur de la liberté et la détermination à détruire le mode de vie démocratique. « 

Pour sa part, le premier ministre Menahem Begin avait affirmé que l’OLP était « la plus vile des organisations armées depuis le temps des nazis ». La gravité de la menace « terroriste » posée par les Palestiniens et leurs alliés arabes était telle, avait-il soutenu. Qu’elle justifiait le recours préventif à la force militaire. « Que devrions-nous faire ? » avait demandé Begin. « Se contenter de représailles, attendre entre les attentats contre la population civile juive dans notre pays, en d’autres termes, condamner un nombre indéterminé de nos concitoyens à mourir ? » Non, avait-il répondu : « Nous les frappons et c’est l’autodéfense nationale la plus sublime, la plus légitime. « 

L’Institut avait organisé une deuxième conférence à Washington DC en juin 1984. Ses actes ont ensuite été rédigés par Benjamin Netanyahu et publiés sous le titre « Terrorisme : Comment l’Occident peut gagner ». Le livre avait recueilli des critiques élogieuses de la part de grands journaux américains, était réputé avoir été lu avec beaucoup d’intérêt par le président Reagan lui-même et avait obtenu un succès éditorial remarquable. Comme Netanyahu l’avait expliqué, la conférence de 1979 avait représenté «un tournant dans la compréhension du terrorisme international» et «aidé à attirer l’attention des cercles influents en Occident sur la véritable nature de la menace terroriste» car une « réponse internationale cohérente et unie » n’existait pas encore. « Promouvoir une telle politique unifiée et suggérer en quoi elle pourrait consister », concluait Netanyahou, avait été « l’objectif principal du deuxième rassemblement international de l’Institut Jonathan ».

Comme son père quelques années plus tôt, l’ambassadeur israélien auprès des Nations Unies avait insisté sur le fait que «le terrorisme est toujours injustifiable, indépendamment de ses objectifs déclarés ou réels», ajoutant que «les véritables objectifs des terroristes sont en pratique liés à leurs méthodes. « L’histoire nous a donné à plusieurs reprises un avertissement préalable », avait-il expliqué. Les gens qui «délibérément massacrent des femmes et des enfants n’ont pas en tête la libération», avait-il affirmé avec assurance avant d’ajouter : «Ce n’est pas seulement que les fins des terroristes ne justifient pas les moyens qu’ils choisissent. C’est que le choix des moyens indique ce que sont les vrais buts. Loin d’être des combattants de la liberté, les terroristes annoncent la tyrannie. « 

À la fin du premier mandat de Ronald Reagan, les élus américains en étaient venus à accepter et à adopter les principales affirmations et hypothèses qui, depuis des années, étaient au cœur du discours israélien sur le «terrorisme». Le «terroriste» est le non-gouvernement. Le terroriste est « l’Autre » non occidental. « Il » recourt à des moyens diaboliques et immoraux au service du mal et de fins immorales. En ce sens, «le terroriste» appartient au monde pré- ou non civilisé. En revanche, «nous» sommes opposés, condamnons et rejetons «tout terrorisme». «Nous» défendons la clarté morale et respectons profondément le caractère sacré de la vie des civils innocents. « Notre » fin, comme nos moyens, sont purs. « Nos » recours à la force sont légitimes et toujours défensifs. Ils interviennent en réponse à la «menace terroriste» ou en légitime défense et visent toujours à limiter les pertes de vies civiles.

La tribune libre d’Ariel Sharon représente l’une des illustrations les plus claires de la mesure dans laquelle un tel discours est de la pure idéologie.

…Tandis que plusieurs de ses plus hauts fonctionnaires sont occupés à diriger une campagne « terroriste » massive d’attentats à la voiture piégée au Liban

En effet, de 1979 à 1983, soit précisément la période située entre les conférences de Jérusalem et de Washington, de très hauts responsables israéliens ont mené une vaste campagne d’attentats à la voiture piégée qui a tué des centaines de Palestiniens et de Libanais, pour la plupart civils. En fait, au moment où sa tribune libre était publiée dans le New York Times, Sharon dirigeait personnellement cette opération «terroriste» depuis une année entière. Fait encore plus remarquable, l’un des objectifs de cette opération secrète était précisément d’inciter l’OLP à recourir au «terrorisme» afin de fournir à Israël une justification pour envahir le Liban.

 

Ronen Bergman

Ces assertions ne sont pas le produit d’un esprit enfiévré et conspirationniste. Une description détaillée de cette opération secrète par Ronen Bergman, un journaliste israélien très respecté, a été publiée par le New York Times Magazine le 23 janvier 2018. Cet article a été adapté de Rise and Kill First: L’histoire secrète des assassinats ciblés d’Israël, où est fourni un compte rendu beaucoup plus détaillé de l’opération, entièrement basé sur des entretiens avec des responsables israéliens impliqués ou au courant de l’opération à l’époque.

Comme l’explique Richard Jackson dans « Writing the War on Terrorism » (Écrire la guerre contre le terrorisme), un discours politique est une façon de parler qui cherche à donner un sens aux événements et aux expériences à partir d’un point de vue particulier. Analyser le discours sur le «terrorisme», affirme Jackson, implique «l’identification des règles guidant ce qui peut et ne peut pas être dit et de découvrir ce qui a été omis ainsi que ce qui a été inclus.» «Les silences d’un texte» ajoute-t-il « sont souvent aussi importants que ce qu’il dit. »

L’opération secrète d’attentats à la voiture piégée menée par les autorités israéliennes au Liban au début des années 1980 représente un exemple historique remarquable de tels «silences» et des «règles» qui sous-tendent le discours sur le «terrorisme» et confirme que certaines choses ne peuvent tout simplement pas être dites. « Certains faits ne sont tout simplement jamais mentionnés .Rise and Kill First a reçu des éloges de la part de la critique dans la presse américaine. Au cours des trois derniers mois, son auteur a participé à d’innombrables interviews avec les médias et a donné des conférences publiques très remarquées dans tout le pays. Et pourtant, dans ces revues critiques, ces entretiens et ces discussions publiques, cette opération secrète n’a pas été mentionnée une seule fois. En fait, la discussion publique qui a entouré la publication de Rise and Kill First a eu lieu comme si les révélations contenues dans ce livre n’avaient jamais été publiées.

Notre » opposition au « terrorisme » se base sur des principes et est absolue. « Nous » par définition ne recourons pas au « terrorisme ». Si et quand une preuve du contraire est présentée, la réaction est : le silence.

The New York Times Magazine: L’opération secrète d’Israël au Liban et la création du Front pour La libération du Liban des étrangers

Dans le New York Times Magazine, Ronen Bergman, chef correspondant pour les affaires militaires et du renseignement pour le journal israélien Yediot Ahronoth, décrit comment, le 22 avril 1979, une « unité terroriste » du Front de Libération de la Palestine débarqua sur la plage de Nahariya, une ville israélienne à quelques kilomètres au sud de la frontière avec le Liban. Ils firent irruption dans une maison et, au moment où la situation des otages était réglée, un père et deux de ses filles, âgés de quatre et deux ans, avaient été brutalement assassinés [Samir Kountar, alors âgé de 17 ans, faisait partie du commando. Il a toujours nié avoir tué une fillette. L’autre enfant décédé est morte accidentellement asphyxiée par sa mère qui l’enveloppait pour la protéger. Samir Kountar a été condamné à de la prison avant d’être libéré dans le cadre d’un échange par l’entité sioniste. Il a été tué par un bombardement de l’aviation sioniste sur la périphérie de Damas. NdT]

« Suite à l’atrocité de Nahariya », explique l’auteur, le général Rafael Eitan  » avait donné au commandant régional Avigdor Ben-Gal un ordre simple « Tuez-les tous », c’est-à-dire tous les membres de l’OLP et quiconque a un lien avec cette organisation au Liban. « Avec l’approbation d’Eitan, Ben-Gal avait choisi Meir Dagan, le » meilleur expert en opérations spéciales  » de l’armée israélienne et, écrit l’auteur, » tous trois mirent en place le Front pour la Libération du Liban des Etrangers « . Pour citer David Agmon, chef de l’état-major du Commandement de l’armée israélienne et l’un des rares hommes à avoir été au courant de l’opération, expliquant ainsi l’objectif de la création du Front: « Le but était de semer le chaos parmi les Palestiniens et les Syriens au Liban, sans laisser d’empreintes digitales israéliennes, pour leur donner l’impression d’être constamment attaqués et pour leur insuffler un sentiment d’insécurité. » Pour cela, Eitan, Ben-Gal et Dagan » *recrutèrent des locaux libanais, Druzes, Chrétiens et Musulmans chiites qui en voulaient aux Palestiniens et les voulaient hors du Liban « Entre 1979 et 1983, » le Front a tué des centaines de personnes « .

Dans cet article, Bergman ne donne pas de détails sur les méthodes utilisées pendant cette opération secrète. Il est également assez vague sur l’identité (des « gens ») de ses victimes.

Pour ceux qui sont bien informés sur le conflit au Liban, cependant, la référence au Front de Libération du Liban des Etrangers est extraordinairement significative car cette organisation était, au début des années 1980, tristement connue pour avoir revendiqué la responsabilité de dizaines d’attentats à la voiture piégée extrêmement violents et destructeurs visant les palestiniens et leurs alliés au Liban. Ces attentats ont été largement couverts par la presse américaine à l’époque. Le plus souvent, les journalistes américains présentaient le FLLE comme une « mystérieuse » ou « insaisissable organisation d’extrême droite ». Ils notaient parfois que les palestiniens et leurs alliés libanais avaient la conviction que cette organisation était purement fictive, une invention israélienne dans le but de cacher son rôle dans ces activités.

En ce qui concerne le livre lui-même, aucune connaissance préalable du conflit libanais n’est requise pour comprendre l’ampleur et la signification des révélations de Bergman.

Rise and Kill First : Récits de première main sur le rôle d’Israël dans la grande campagne d’attentats à la voiture (et à la bicyclette et à l’âne) piégé au Liban.

Très tôt, explique Bergman, l’opération a eu recours principalement à « des explosifs dissimulés dans des bidons d’huile ou des boîtes de conserves » fabriqués dans un atelier de métallerie du Kibboutz Mahanayim où résidait Ben-Gal. Les explosifs eux-mêmes venaient de l’unité de neutralisation des bombes de l’armée israélienne afin de « fortement minimiser les risques qu’un lien avec Israël soit révélé si les engins explosifs tombaient entre des mains ennemies. » « Nous y allions de nuit, » a déclaré Ben-Gal à Bergman, « Meir [Dagan] et moi et les autres gars, avec le chef du commandement du génie qui apportaient les explosifs, et nous remplissions ces petits bidons et branchions les détonateurs. »

Ces « petits bidons » étaient alors envoyés aux courriers dans de grands sacs à dos ou, s’ils étaient trop gros, sur des motocyclettes, des bicyclettes ou des ânes. » Comme le dit Bergman : « Bientôt des bombes commencèrent à exploser aux domiciles des collaborateurs de l’OLP au Sud Liban, tuant tous ceux qui s’y trouvaient, ainsi que dans des positions et des bureaux de l’OLP, surtout à Tyr, Saïda et dans les camps de réfugiés palestiniens autour de ces villes causant des dégâts et des pertes considérables.

L’opération avait été menée dans le plus grand secret, selon Bergman. Elle n’a jamais reçu l’approbation du gouvernement lui-même, et on n’a «aucun moyen de savoir» dans quelle mesure Ezer Weizman, le ministre de la Défense lors du lancement de l’opération, était au courant.

Malgré leurs efforts, Eitan, Ben-Gal et Dagan ont été incapables de garder leur opération complètement hermétique, amenant plusieurs officiers supérieurs d’AMAN (l’acronyme hébreu pour le Département du Renseignement de l’état-major général de l’armée israélienne) à freiner des quatre fers en objectant vigoureusement.

Le chef de la Division de la recherche d’AMAN, Amos Gilboa, a parlé à Bergman de ce qu’il a appelé une «lutte constante» entre l’AMAN et le Commandement du Nord. « Yanosh [Ben-Gal] nous a menti tout le temps. Nous n’avons cru aucun de leurs rapports « , a déclaré Gilboa. « Ce fut l’une des périodes les plus laides de l’histoire du pays ». Plus tard, AMAN a appris « par ses sources au Liban » les « attentats à la voiture et aux ânes piégés » mais, écrit Bergman, mais avait finalement décidé de laisser tomber.

Des réserves furent aussi exprimées par le vice-ministre de la Défense, Mordechai Zippori qui avait été informé d’une attaque qui avait eu lieu en avril 1980 et au cours de laquelle des femmes et des enfants avaient été tués suite à l’explosion d’une voiture piégée dans le sud du Liban. L’objectif était, selon Bergman, de frapper «le personnel de l’OLP». En juin, une réunion était convoquée dans le bureau de Begin, Zippori accusant Ben-Gal de «mener des actions non autorisées au Liban» et que «dans ces activités, des femmes et des enfants ont été tués. « Ce dernier avait répondu : » Inexact. Quatre ou cinq terroristes ont été tués. Qui circule au Liban dans une Mercedes à 2 heures du matin ? Seulement des terroristes. « 

Begin accepta l’assurance de Ben-Gal qu’il avait effectivement reçu la permission pour cette action et mit fin à la réunion. Selon Bergman, l’étendue des informations du Premier ministre sur ces activités est incertaine. A partir de ce moment-là, cependant, « les hauts gradés se rendirent compte qu’il était inutile de demander au Premier ministre de rectifier la situation. » La réunion de Tel Aviv marqua ainsi la fin de toute opposition interne à l’opération secrète menée par Eitan, Ben -Gal et Dagan, un développement fatidique car l’opération était sur le point d’entrer dans sa deuxième (et encore plus violente) étape suite à la nomination d’un nouveau ministre de la Défense.

Le 16 juillet 1981, des roquettes palestiniennes Katiouchas tuèrent trois civils israéliens dans le village de Kiryat Shmonah. Le lendemain, l’armée de l’air israélienne ripostait par un bombardement massif visant le siège de l’OLP au centre-ville de Beyrouth ainsi que plusieurs ponts vers Saïda, tuant entre 200 et 300 personnes, principalement des civils libanais, et en blessant plus de 800.

Philip Habib, envoyé spécial du président Ronald Reagan dans la région, négocia un cessez-le-feu par lequel l’OLP s’engageait à cesser toute attaque à l’intérieur d’Israël. Pour les dirigeants israéliens, un tel accord était inacceptable. L’OLP était une organisation «terroriste» et la décision américaine de considérer Arafat comme partenaire d’un cessez-le-feu était un véritable affront. En ce qui concerne les détails de l’accord, ils firent valoir que l’OLP devrait cesser toutes les attaques contre Israël et les intérêts israéliens, y compris les attaques menées dans les territoires occupés ou dans des endroits comme l’Europe. Comme le note Bergman, « le monde extérieur voyait les choses différemment, et Habib fit comprendre aux Israéliens que les Etats-Unis ne soutiendraient une incursion terrestre au Liban qu’en réponse à une provocation flagrante de l’OLP ».

Le 5 août 1981, Begin désigna Ariel Sharon pour le remplacer au poste de ministre de la Défense. Dans la dizaine de mois qui suivit, comme les historiens israéliens comme Zeev Schiff et Ehud Yaari, Benni Morris, Avi Shlaim ou Zeev Maoz l’ont depuis longtemps documenté, Israël se lança dans de nombreuses opérations militaires dans le but clair d’inciter les Palestiniens à réagir militairement, ce qu’Israël pourrait alors condamner comme une attaque «terroriste» justifiant une offensive majeure au Liban.

Août 1981 : Ariel Sharon devient ministre de la Défense et intensifie la campagne de d’attentats du FLLE pour pousser l’OLP à recourir au «terrorisme»

Rise and Kill First représente une contribution majeure à notre compréhension de ce moment historique, car il démontre, sur la base de témoignages directs de responsables israéliens impliqués dans l’opération, que la campagne d’attaques à la voiture piégée s’est intensifiée lorsque Sharon est devenu ministre de la Défense, devait être comprise précisément comme un élément de cette stratégie plus large de de provocation.

Immédiatement après avoir pris ses nouvelles fonctions, Sharon décida d’activer «le dispositif secret de Dagan dans le Commandement Nord». Il choisit Eitan comme «émissaire personnel» qui «surveillait les activités clandestines dans le Nord» et, explique Bergman, « à la mi-septembre 1981, des voitures piégées explosaient régulièrement dans les quartiers palestiniens de Beyrouth et dans d’autres villes libanaises. « 

L’auteur qui mentionne spécifiquement les attentats de Beyrouth et de Saïda au début du mois d’octobre observe qu’ ​​ »en décembre 1981 seulement, dix-huit bombes placées dans des voitures ou sur des motocyclettes, des bicyclettes ou des ânes avaient explosé près des bureaux de l’OLP ou de zones d’habitat palestinien. Faisant de nombreux tués » et il ajoute que « une organisation nouvelle et inconnue qui s’appelle le Front de Libération du Liban des Étrangers avait revendiqué la responsabilité de tous ces incidents. » Comme Bergman l’écrit : « Sharon espérait que ces opérations provoqueraient Arafat à attaquer Israël, qui pourrait alors répondre par l’invasion du Liban, ou au moins pousser l’OLP à riposter contre les Phalangistes, après quoi Israël serait en mesure d’accourir en grande force à la défense des chrétiens. « 

L’auteur ajoute des détails opérationnels remarquables. Au cours de cette étape de l’opération, les explosifs étaient «emballés dans des sacs de poudre à lessive Ariel» afin de ressembler à des «marchandises innocentes» lorsqu’ils franchissaient des barrages routiers. Des femmes étaient parfois enrôlées pour conduire « afin de réduire la probabilité que les voitures soient arrêtées sur le chemin de la zone cible.» « Les voitures elles-mêmes «avaient été développées dans le Special Operations Executive de l’armée israélienne (Maarach Ha-Mivtsaim Ha-Meyuchadim). Ces opérations impliquaient une première génération de drones aériens, utilisés pour observer lorsque les agents de Dagan conduisaient et garaient les voitures, puis pour déclencher à distance les dispositifs. Le FLLE avait également «commencé à attaquer des installations syriennes au Liban», ajoute M. Bergman, et même «revendiqué la responsabilité des opérations contre des unités de l’armée israélienne». Selon Dagan, le FLLE n’a jamais été derrière aucune attaque de ce genre mais « il en revendiquait pour se créer une crédibilité, comme s’il agissait contre toutes les forces étrangères au Liban. »

La presse américaine et sa couverture à l’époque des attentats à la voiture piégée du FLLE

Tout en fournissant des détails remarquables sur le côté israélien de cette opération secrète, le récit de Bergman reste très vague en ce qui concerne les attentats eux-mêmes et, plus important encore, leurs victimes. Les reportages des médias de l’époque sur les attentats à la bombe à Beyrouth et à Saïda d’octobre 1981, auxquels il fait spécifiquement allusion, donnent une idée plus claire de la violence et des destructions infligés.

Le 1er octobre, une voiture « piégée avec une centaine de kilos de TNT et 75 litres d’essence » a explosé près des bureaux de l’OLP, dans ce qu’un journaliste de l’UPI a décrit comme « une rue animée dans l’ouest musulman de Beyrouth avec de nombreux vendeurs de fruits et légumes « La bombe » a arraché la façade des bâtiments, détruit 50 voitures et laissé la rue jonchée de débris et de corps démembrés. « Immédiatement après l’explosion, une deuxième bombe, pesant 150 kilos et qui avait été placée dans une autre voiture garée dans la même rue, a été retrouvée et désamorcée par des experts en déminage. Plus tard le même jour, « six autres voitures chargées de centaines de kilos d’explosifs ont été retrouvées et désamorcées à Beyrouth et à Saïda dans ce qui devait être un blitz dévastateur des terroristes de droite contre les Palestiniens et les miliciens libanais de gauche « .

Comme le rapportaient Barbara Slavin et Milt Freudenheim dans les pages du New York Times, un « appel anonyme » du FLLE avait déclaré aux « agences de presse étrangères que les attaques étaient dirigées contre des cibles palestiniennes et syriennes au Liban et continueraient » jusqu’à ce qu’il « ne reste aucun étranger. »  « Il poursuivait en ajoutant que Mahmoud Labadi, le porte-parole de l’Organisation de libération de la Palestine, et le Premier ministre libanais Chafik Wazzan » ont accusé Israël et ses alliés chrétiens au Liban d’avoir perpétré les attentats à la voiture piégée » tandis que « Israël attribuait les attentats à des luttes fratricides à l’intérieur de l’OLP. »

Olympia et Olympia 2 : deux opérations FLLE qui n’ont pas été exécutées

Arafat avait cependant compris la stratégie d’Israël et s’était assuré que les membres de l’OLP ne répondraient pas. Comme l’écrit l’historien israélien Benni Morris dans Righteous Victims, «l’OLP a pris grand soin de ne pas violer l’accord de juillet 1981.» «En effet, ajoute-t-il, malgré la propagande israélienne subséquente, la frontière connut entre juillet 1981 et juin 1982 une période de calme sans précédent depuis 1968. « 

Sharon perdait patience. Comme l’écrit Bergman, «face à cette retenue palestinienne, les dirigeants du front [le FLLE] décidèrent de monter d’un cran». En 1974, le Mossad avait décidé de retirer Arafat de sa liste de personnes recherchées, en concluant qu’il devait être considéré comme une personnalité politique et ne devrait donc pas être assassiné. Le ministre de la Défense remit le président de l’OLP sur la liste [des hommes à abattre] et, avec Ben-Gal et Eitan, il commença à planifier l’opération Olympia, dont ils espéraient qu’elle «changerait le cours de l’histoire du Moyen-Orient».

 

Selon le plan, plusieurs camions chargés d’environ deux tonnes d’explosifs devaient être stationnés près d’un théâtre de Beyrouth où les dirigeants de l’OLP prévoyaient de dîner en décembre. « Une explosion massive éliminerait toute la direction de l’OLP », écrit Bergman. L’idée fut abandonnée (Bergman ne donne aucune explication quant au pourquoi) et immédiatement remplacée par un schéma encore plus ambitieux (et potentiellement destructeur). Baptisé Olympia 2, il était prévu pour le 1er janvier 1982. La cible : un stade de Beyrouth où l’OLP prévoyait de fêter l’anniversaire de sa fondation.

Dix jours avant l’attaque, des agents recrutés par Dagan avaient disposé de grandes quantités d’explosifs sous l’estrade VIP où les dirigeants palestiniens devaient être assis, tous ayant des «dispositifs de détonation télécommandés». Ce n’était pas tout. «À l’une des bases de l’unité, à cinq kilomètres de la frontière, explique Bergman, trois véhicules – un camion chargé d’une tonne et demie d’explosifs et deux berlines Mercedes chargées de 200 kilos chacune – avaient été préparés. Le jour de la célébration [de l’anniversaire de la fondation de l’OLP], « trois membres chiites du Front pour la Libération du Liban des Etrangers », conduiraient ces véhicules et les gareraient à l’extérieur du stade. « Ils seraient actionnés par télécommande environ une minute après les explosifs placés sous l’estrade », écrit l’auteur, « quand la panique serait à son comble et que les gens qui auraient survécu essayeraient de s’enfuir », avant d’ajouter : La mort et la destruction devaient être d’une « ampleur sans précédent, même au niveau libanais, » selon les propres termes d’un haut gradé du Commandement Nord. »

Sharon, Dagan et Eitan furent incapables de garder leur opération entièrement secrète. La rumeur du plan parvint à Zippori, et le vice-ministre porta l’affaire devant Begin, qui convoqua une réunion d’urgence le 31 décembre, un jour avant la mise en œuvre d’Olympia 2. Eitan et Dagan furent invités à présenter leur plan, et Zippori eut l’occasion de faire valoir ses objections. Begin était le plus troublé par la possibilité que l’ambassadeur soviétique puisse être présent à l’événement [au stade avec l’OLP]. Dagan lui assura que « la probabilité était très faible que lui ou tout autre diplomate étranger soit là », tandis que Saguy soutenait que cette probabilité était élevée et que « si quelque chose lui arrivait, nous risquions une crise très grave avec l’URSS. « 

Sharon, Dagan et Eitan tentèrent de convaincre Begin qu’une telle opportunité de détruire la direction de l’OLP pourrait ne jamais se présenter à nouveau, mais, écrit Bergman, « le Premier ministre prenait au sérieux le risque d’une menace russe et leur ordonna d’annuler ». Saguy lui dira des années plus tard : « Mon devoir à la tête d’AMAN était de m’occuper non seulement des aspects opérationnels et militaires, mais aussi de l’aspect diplomatique. J’ai dit à Begin qu’il était impossible de tuer tout un stade comme ça. Et que se passerait-il le lendemain après un tel massacre ? Le monde entier nous tomberait dessus. Cela n’aurait fait aucune différence si nous avions refusé d’en reconnaître jamais la responsabilité. Tout le monde aurait su qui était derrière. « 

« Abou Nidal, Abou Shmidal » : Tentative d’assassinat de Shlomo Argov et invasion israélienne du Liban pour vaincre le « terrorisme »

Le 3 juin 1982, Shlomo Argov, l’ambassadeur d’Israël en Angleterre, était touché par des tirs d’armes à feu dans les rues de Londres. Il survivra à ses blessures, mais Sharon et Begin tenaient finalement leur prétexte pour envahir le Liban.

Pour les services de renseignement israéliens, il fut rapidement évident que le coup avait été ordonné par Abou Nidal, un ennemi juré d’Arafat dont les propres objectifs, la destruction de l’OLP, coïncidaient avec ceux d’Israël. Le cabinet israélien se réunit le lendemain matin et, comme plusieurs historiens israéliens l’ont documenté, ni Begin ni Eitan ne s’étaient montrés très intéressés par le fait que l’OLP n’était pas responsable de la tentative d’assassinat. Quand Gideon Machanaimi, le conseiller de Begin pour le terrorisme, a commencé à développer la nature de l’organisation Abou Nidal, son patron l’a tout simplement coupé : «Ils sont tous OLP !» Quelques minutes plus tôt, Eitan avait réagi de manière très similaire. Un officier du renseignement lui avait assuré que les hommes d’Abou Nidal étaient clairement derrière l’attaque : « Abou Nidal, Abou Shmidal », avait-il répondu, « nous devons frapper l’OLP ! »

Le gouvernement ordonna un bombardement aérien massif des positions de l’OLP dans et autour de Beyrouth, tuant 45 personnes. Cette fois, Arafat réagit et les agglomérations israéliennes le long de la frontière nord se retrouvèrent bientôt sous des tirs nourris d’artillerie. Le 5 juin, Sharon présenta son plan au Cabinet, Opération Paix en Galilée, un nom «conçu», comme l’écrit Bergman, «pour donner l’impression qu’il s’agissait d’une mission d’autoprotection effectuée presque à contrecœur».

Le jour suivant, le Conseil de sécurité des Nations Unies se réunissait pour discuter de l’opération militaire israélienne.

Le représentant israélien expliqua que si le Liban « refusait ou était incapable d’empêcher d’héberger, de former et de financer les terroristes de l’OLP » qui « opéraient ouvertement depuis le territoire libanais en vue de harceler Israël, les Israéliens et les Juifs dans le monde », alors Le pays devrait « s’apprêter à faire face au risque qu’Israël prenne les contre-mesures nécessaires pour arrêter de telles opérations terroristes ».

Les arguments d’Israël furent fermement rejetés par le Conseil de sécurité. Comme l’expliqua le représentant du Royaume-Uni, la tentative d’assassinat contre l’ambassadeur Argov, « aussi méprisable soit-elle, ne justifie en rien les attaques massives contre les villes et villages libanais par l’armée de l’air israélienne, attaques qui ont déjà causé d’importantes pertes humaines, de nombreux blessés et des destructions. »

Le Conseil de sécurité adopté immédiatement la résolution 509, qui exigeait qu’Israël retire ses forces du Liban et appelait toutes les parties à cesser les hostilités.

Les forces israéliennes continuèrent d’avancer et, le 8 juin, le Conseil de sécurité se réunit à nouveau. Un projet de résolution condamnant Israël pour son non-respect [de la résolution 509] et réitérant l’appel à toutes les parties à cesser les hostilités fut rapidement mis aux voix. Quatorze États membres votèrent pour, mais les États-Unis opposèrent leur veto à la résolution. Les troupes israéliennes continuaient leur marche vers Beyrouth.

Les attentats à la voiture piégée du FLLE et le « terrorisme »

Les reportages de presse contemporains des attentats à la bombe revendiqués par le FLLE entre 1980 et 1983 suggèrent que de telles attaques correspondent aux définitions les plus communément admises du «terrorisme», ainsi qu’à celle de la conférence de Jérusalem de 1979 : «Le terrorisme est le meurtre délibéré et systématique de civils afin d’inspirer la peur. « 

Une conclusion similaire peut être tirée de l’affirmation de Bergman selon laquelle d’innombrables bombes israéliennes ont explosé dans des «camps de réfugiés», des «quartiers palestiniens» ou des «concentrations de populations palestiniennes», suggérant des cibles purement civiles. Dans le texte de Rise and Kill First, Bergman n’utilise pas le terme «terrorisme» lorsqu’il se réfère à cette opération secrète. Cependant, dans une note de bas de page de son Prologue, l’auteur décrit le FLLE comme « une organisation terroriste qu’Israël a dirigée au Liban dans les années 1980-1983, et qui a attaqué à son tour de nombreux membres de l’OLP et des civils palestiniens ».

Pourtant, il est fort probable que, s’ils étaient encore en vie, Sharon, Ben-Gal, Dagan et Eitan rejetteraient l’idée que leur opération s’apparentait à du «terrorisme».

Eitan est décédé en 2004 et, comme le note Bergman dans son article du 23 janvier dans le New York Times, il n’a pas parlé avec lui de cette opération. L’auteur écrit cependant que Ben-Gal et Dagan «ont fermement nié que le front ait jamais eu l’intention de blesser des civils.» Alors que Ben-Gal l’assurait simplement que «les cibles étaient toujours des cibles militaires», Dagan soutenait pour sa part qu’il n’y avait pas d’alternative à l’utilisation d’une organisation écran et de faire mine de l’accuser pour tout attentat contre des civils. « Vous pouvez lui donner des explosifs et lui dire d’aller faire sauter un quartier général de l’OLP quelque part », a déclaré Dagan à l’auteur, « mais elle a ses propres comptes à régler, et maintenant il a aussi une bombe pour le faire. Il arrivait donc parfois que ça parte ailleurs. « 

Inutile de dire qu’un tel argument est difficile à concilier avec l’insistance du Premier ministre Begin, à la Conférence de Jérusalem de 1979, à affirmer que le «terrorisme» était «au-delà de toute subtilité de langage et chicane, un mal moral» qui infecte non seulement ceux qui commettent de tels crimes, mais ceux qui, par méchanceté, ignorance ou simple refus de penser, les admettent.

Cela contredit aussi complètement les arguments avancés par les responsables israéliens depuis les années 1960, chaque fois que le Conseil de sécurité discutait de l’utilisation de la force militaire par leur pays et, en particulier, ceux avancés par le représentant israélien à l’ONU le 6 juin 1982. Selon leur propre logique, la tentative de Dagan pour se soustraire à la responsabilité des actions des tiers exécutants, qu’il n’était pas simplement «réticent» ou «incapable» d’arrêter [dans leurs actions contre des civils] mais qu’au contraire il utilisait activement, entraînait et à qui il fournissait des voitures piégées, est manifestement absurde.

Enfin, comme le rapporte Bergman, Dagan est resté convaincu que l’opération Olympia 2 aurait dû être exécutée. «À la fin, bien sûr, il s’est avéré que j’avais raison», a déclaré Dagan à l’auteur, «et il n’y avait ni ambassadeur soviétique ni aucun autre diplomate étranger.» «Mais que pouvions-nous faire ?  » s’est-il lamenté. Le Premier ministre a dit d’abandonner, alors nous annulons. Par la suite, il y a eu une affaire très compliquée pour laquelle les explosifs sont ressortis. « 

Cette opération aurait dû être mise en œuvre par des Israéliens et des FLLE agissant ensemble pour faire exploser une bombe à retardement dans un stade bondé ainsi qu’un camion et deux voitures remplis d’explosifs placés à l’extérieur afin de cibler les survivants, provoquant la mort et la destruction dans des « proportions sans précédent » même selon les normes libanaises. Certes, les regrets de Dagan qu’une telle opération a finalement été annulée soulèvent d’importantes questions quant à la signification réelle des prétentions israéliennes répétées de « tohar haneshek », la « conduite morale de la guerre » saluée par Ariel Sharon (le cerveau derrière Olympia 2) dans sa tribune libre 1982.

Des déclarations faites à Bergman sous condition d’anonymat par deux officiers du Mossad confirment également que de nombreux attentats du FLLE relevaient en effet clairement du «terrorisme». Le premier est cité au tout début de cet article. Quant au deuxième, il expliqua à Bergman comment il « voyait de loin l’une des voitures exploser et démolir toute une rue », ajoutant : « Nous enseignions aux Libanais à quel point une voiture piégée pouvait être efficace. Tout ce que nous avons vu plus tard avec le Hezbollah découle de ce qu’ils ont vu après ces opérations. « 

Il est encore plus évident qu’il est difficile d’imaginer des élus israéliens ou américains, des commentateurs politiques ou des «experts du terrorisme» ne qualifiant pas (et ne condamnant pas) des attentats similaires de «terrorisme» s’ils avaient touché Israël (ou les États-Unis) et s’ils avaient été perpétrés par des Palestiniens ou d’autres acteurs régionaux. Après tout, à l’époque, les attentats à la voiture piégée contre les forces militaires israéliennes stationnées à Tyr et les Marines américains à Beyrouth ont été très clairement condamnés comme des actes de «terrorisme» inadmissibles par ces gouvernements. Enfin, onze et quinze attentats revendiqués par le Front pour la Libération du Liban des Etrangers entre 1980 et 1983 figurent respectivement dans les bases de données RAND et START, deux des bases de données sur le «terrorisme» les plus prestigieuses et les plus fiables.

L’occultation de la campagne d’attentats à la voiture piégée du FLLE et la construction du «terrorisme» au Liban : le rôle joué par la RAND Corporation et les experts du «terrorisme»

En fait, le FLLE était longuement évoqué dans une note d’avril 1983 sur les «tendances récentes du terrorisme international» produite par RAND et qui portait sur les attentats de 1980 et 1981.

Dans leur propos introductif, ses auteurs, Brian Michael Jenkins et Gail Bass, notaient qu’il y a eu 24 incidents avec de nombreux tués en 1980 et 25 en 1981, que le nombre de morts a fortement augmenté, passant de 159 en 1980 à 295 en 1981, et ils ajoutaient: « Une série d’attentats sanglants à Beyrouth a causé la plupart des morts. »

Dans la section suivante intitulée « Les Terroristes », Jenkins et Bass consacraient deux pages aux « terroristes palestiniens ». Ils notaient que ces derniers avaient « poursuivi leurs attaques contre Israël et des cibles israéliennes à l’étranger », que « de petits attentats à la bombe et des attaques à la grenade, faisant souvent des tués, constituaient l’essentiel de l’activité terroriste en Israël et dans les territoires occupés « et qu’entre 1980 et 1981 »,16 personnes sont mortes et 136 ont été blessées dans 19 attentats à la bombe, attaques à la grenade et embuscades. « 

Les auteurs consacraient ensuite une page au Front pour la Libération du Liban des Etrangers, une «nouvelle organisation mystérieuse» qui était «apparue en 1980 pour revendiquer une série d’attentats sanglants au Liban». Ils décrivaient ensuite en détail les attentats à la bombe qui avaient eu lieu entre le 17 septembre et le 1er octobre 1981 et fait 122 morts et des centaines de blessés. Ces attaques du FLLE représentaient ainsi à elles seules plus de 40% de tous les tués à cause du «terrorisme» dans le monde pendant toute l’année et 8 fois plus de morts que toutes les attaques des «terroristes palestiniens» des deux années précédentes.

Cependant, le fait que plusieurs attentats à la voiture piégée perpétrés par le FLLE soient recensés dans la base de données de la RAND Corporation et ont été discutés dans cette Note de 1983 ne signifie pas que ces actes terroristes ont eu un impact sur la façon dont les chercheurs RAND traiteraient par la suite du « terrorisme » dans leurs rapports sur le Liban ou le conflit entre Israël et les Palestiniens.

En effet, depuis la note d’avril 1983, aucun rapport ou analyse produit par RAND n’a plus mentionné le FLLE.

De plus, cet « acte d’occultation » de la campagne d’attentats à la voiture piégée par le FLLE coïncidait avec la publication de rapports et d’analyses qui s’empressaient, au milieu des années 1980, de situer l’invasion israélienne du Liban dans le contexte de la lutte générale contre le «terrorisme international» et assimilait clairement la «menace terroriste» au Liban et dans la région aux Palestiniens et à leurs alliés arabes. L’occultation du FLLE coïncidait ainsi avec la construction d’un récit qui dépeignait les Israéliens uniquement comme des victimes (et jamais des auteurs) du «terrorisme» et décrivait les Palestiniens (et leurs alliés arabes) comme l’essence même de la menace «terroriste».

De même, la campagne d’attentats à la voiture piégée du FLLE n’a jamais été évoquée dans les articles parus dans les principales revues consacrées au terrorisme, à savoir « Terrorism Studies » (publiée de 1979 à 1992), « Studies in Conflict and Terrorism » (pendant la période 1992-2018) et « Terrorism and Political Violence » (entre 1997 et 2018.)

Le débat public autour de Rise and Kill First : la persistance de l’occultation du FLLE et la poursuite de la construction du «terrorisme»

Suite à la publication de Rise and Kill First, Ronen Bergman a donné de grandes conférences publiques, notamment à la 92nd Street Y[ un important centre culturel de New York, NdT] et au Centre sur la Sécurité Nationale de l’Université Fordham (une conférence retransmise en direct sur C-Span.) Il est apparu sur NPR Fresh Air et dans l’émission Newshour sur PBS, il a été interviewé sur CBSN, MSNBC, CNN ainsi que dans GQ Magazine et sur le podcast de STRATFOR.

L’auteur a écrit un article d’opinion dans la National Review, un article de une pour Newsweek. Le magazine Foreign Policy a publié un long article adapté de son livre et l’a interviewé sur son podcast. Enfin, le livre a été présenté par la plupart des grands journaux du pays, du New York Times (deux fois, la deuxième revue critique accompagnée d’un podcast ) au Washington Post , à Newsweek , au Washington Times , à Bloomberg News ou au New Yorker , et par Lawfare, un blog très connu qui traite du droit et de la sécurité internationale. Il a également été mentionné et commenté dans le Guardian, le Times de Londres, The Independent et sur la BBC.

Le débat public autour de Rise and Kill First s’est concentré sur l’histoire, l’efficacité, la légalité et la moralité des soi-disant «assassinats ciblés» d’Israël ou du programme d’ «exécutions ciblées». Ce programme et toutes les utilisations israéliennes de la force, ont été discutés uniquement dans le cadre de la lutte de ce pays contre le « terrorisme ». Fait remarquable, et tout à fait révélateur, cette discussion s’est déroulée, dans son intégralité et sans exception aucune, comme si la campagne d’attentats du FLLE n’avait jamais eu lieu, comme si les Palestiniens n’avaient jamais été victimes d’une vaste campagne de « terrorisme », comme si cette campagne n’avait pas été dirigée par certains des plus hauts responsables israéliens des dernières décennies, c’est-à-dire comme si les révélations contenues dans Rise and Kill First n’avaient tout simplement jamais été publiées .

Dans toutes ces revues critiques, toutes ces interviews et discussions publiques, l’opération secrète mise en place par Eitan, Ben-Gal, Dagan et Sharon n’est pas mentionnée une seule fois. L’idée selon laquelle les responsables israéliens auraient pu se livrer au «terrorisme» au début des années 1980 a été considérée comme tout simplement déraisonnable ou, pour employer la terminologie de l’universitaire spécialiste des médias Daniel Hallin, comme une idée «déviante» qui «n’appartient pas» au discours public et doit donc en être exclue.

Ces revues critiques, entrevues et discussions publiques ne mentionnent pas une seule fois les pratiques israéliennes au Liban avant et pendant l’invasion. Quand on parle d’attentats à la voiture piégée, c’est uniquement dans le contexte de l’utilisation d’une telle tactique par Israël pour tuer une cible spécifique, jamais pour toucher des cibles civiles de manière non discriminée.

Les références aux «civils» mettent davantage en évidence les limites étroites dans lesquelles cette discussion publique est restée circonscrite. Quand les recours israéliens à la force sont discutés et parfois critiqués, c’est uniquement dans le contexte de la réponse d’Israël à la «menace terroriste». Quand des civils sont tués ou blessés, c’est toujours par inadvertance, et les responsables israéliens sont présentés comme s’interrogeant sur la moralité et éthique de telles actions.

En effet, il est souvent fait référence à des cas précis où des officiers israéliens ont courageusement tenu tête à leurs supérieurs et refusé de suivre des ordres qui auraient mis en danger la vie de civils innocents. Par exemple, le refus du commandant de la force aérienne David Ivri d’obéir aux ordres d’abattre un avion transportant Yasser Arafat ou la décision d’Uzi Dayan de modifier les rapports de renseignements pour s’assurer que les frappes aériennes de l’armée israélienne sur Beyrouth pour tuer Arafat ne seraient pas exécutés si les risques pour la vie des civils étaient trop élevés, ont été discutés et décrits à de nombreuses reprises depuis la publication de Rise and Kill First .

Ces récits multiples, souvent extraordinairement détaillés et vivants, d’opérations ordonnées par Eitan ou Sharon et qui auraient pu tuer de nombreux civils, mais qui ne tuèrent personne grâce à la bravoure d’autres officiers israéliens, ont donc été présentés dans un contexte où une campagne d’attentats à la bombe dirigés par ces mêmes responsables israéliens qui ont tué des centaines de civils a été purement et simplement effacée du dossier .

Dans leur livre de 1988 sur la propagande et les médias d’information, « Manufacturing Consent » (la fabrication du consentement), Edward Herman et Noam Chomsky montrent comment la presse tend à traiter de manières très différentes les victimes «dignes» et «indignes». « Notre hypothèse, » écrivent-ils dans l’introduction, « est que les victimes dignes d’attention figureront en bonne place et de façon dramatisée, qu’elles seront humanisées et que leur victimisation recevra des précisions et des éléments de contexte dans la construction du récit qui susciteront l’intérêt et la sympathie chez le lecteur . « En revanche », ajoutent-ils, « des victimes indignes d’intérêt ne mériteront que de légers détails, une humanisation minimale et d’éléments de contexte minimaux qui l’excitera et le mettra en colère ».

Le débat public autour de Rise and Kill First suit parfaitement ce script, à une variation près. Les civils palestiniens qui ont été victimes de la campagne d’attentats à la voiture piégée perpétrée par Sharon et d’autres ont été traités comme des « victimes indignes ». Leur sort a été complètement oublié et l’existence même de l’opération secrète dont ils ont été victimes a été totalement effacée.  Les Palestiniens qui auraient pu être victimes d’opérations spécifiques ordonnées par Sharon et d’autres, mais qui n’ont pas été réalisées grâce à des officiers israéliens courageux et motivés, ont été traités comme des « victimes dignes » ou « potentiellement » dignes. Leur survie a été mentionnée et saluée, les officiers qui les ont «sauvés» ont à maintes reprises été loués pour leur héroïsme, leurs efforts pour s’assurer que de telles opérations ne soient pas mises en œuvre sont décrits dans les moindres détails.

Enfin, une analyse non scientifique des communications sur Twitter faisant référence au livre de Bergman au cours des derniers mois montre que de nombreux «experts du terrorisme» ont loué Rise and Kill First tout en gardant le silence sur les révélations concernant la campagne FLLE. Par exemple Bruce Hoffman (qui, en 1984 et 1985, avait rédigé les rapports de RAND Corporation indique qui occultaient complètement l’existence des attentats du FLLE tout en se concentrant sur la mesure dans laquelle l’invasion israélienne avait «déstabilisé» l’infrastructure des « organisations terroristes » palestiniennes au Liban) a simplement twitté le 19 février :

Parmi les livres les plus importants écrits sur le terrorisme. J’ai passé presque tout le long week-end de vacances complètement absorbé dans ce livre superbe. À lire absolument.

Illustrant à merveille le processus d’inclusion (des actes qui donnent une image positive des politiques israéliennes envers les civils) et d’exclusion (des actes qui ne n’en donnent pas une image positive) décrits ci-dessus, Max Boot, membre du Council on Foreign Relations et chroniqueur au Washington Post, a publié un lien vers l’article du New York Times sur Bergman et écrit :

C’est une bonne nouvelle pour Israël. Il [le livre] montre comment l’armée israélienne a résisté à plusieurs reprises aux pressions des civils, notamment de la part d’Ariel Sharon, pour tuer Arafat par craintes de causer des victimes civiles. Il montre que Tsahal respecte les lois de la guerre.

Thomas Friedman, qui à l’époque a couvert plusieurs attentats à la bombe du FLLE en première page du New York Times, n’a encore rien écrit sur les révélations de Bergman.

Effacer les récits alternatifs

Au cœur du processus complexe, et fondamentalement politique, par lequel le «terrorisme» a acquis son sens très spécifique, étroitement délimité, a été l’effacement d’une multiplicité de récits alternatifs sur le «terrorisme» et, spécifiquement, sur l’identité de ses auteurs et des victimes. Au fil des années, voire des décennies, l’occultation complète de la campagne d’attentats du FLLE a permis la construction des seuls Palestiniens (et de leurs alliés arabes) comme auteurs, et jamais victimes, du «terrorisme». Inversement, ce silence a permis la construction des Israéliens en tant que victimes uniquement, et jamais auteurs, du « terrorisme ».

Des actions qui sont manifestement du «terrorisme» (attentats à la voiture piégée), des actions qui le sont de manière moins évidente

Dans le domaine du terrorisme et du droit humanitaire, le professeur de droit international Christopher Greenwood a proposé que le «terrorisme» pourrait être «divisé en un noyau interne et une région extérieure».

Dans le «noyau dur», on trouve «toute description du terrorisme comme acte de violence considéré comme terroriste en raison des objectifs choisis (civils, ressortissants d’États non directement impliqués ou enfants) ou des méthodes employées (comme le meurtre).» Ces descriptions du« terrorisme »ont toutes une caractéristique importante : « elles impliqueraient des violations des lois de la guerre si elles étaient exécutées par les forces armées d’un État en situation de guerre.» Ces actes sont donc« intrinsèquement contraires au droit international ».

La difficulté cependant, expliquait-il, est que « peu de descriptions du terrorisme s’arrêtent à ce noyau dur. » « Beaucoup de commentateurs et la plupart des politiciens, » écrivait-il en 1989, « appliquent l’étiquette » terroriste  » à une série d’actes qui ne seraient pas contraires au droit international s’ils étaient perpétrés par les forces armées d’un État engagé dans un conflit armé « , par exemple des attaques contre des cibles militaires. Lorsque des actes appartenant à cette catégorie sont qualifiés et dénoncés comme étant du «terrorisme», poursuit-il, ce n’est pas «à cause d’une certaine iniquité inhérente à l’acte mais plutôt à cause de l’identité de l’auteur, du statut du groupe auquel il appartient ou de la fin qu’il cherche à atteindre. « Il existe, ce n’est pas une surprise, » un désaccord considérable sur quels actes de cette catégorie extérieure sont correctement décrits comme terroristes. « 

L’attaque de Nahariya de 1979 mentionnée par Bergman dans l’article du New York Times était sans aucun doute un acte de «terrorisme» qui appartient à ce «noyau dur», comme ce fut le cas d’innombrables autres attaques contre Israël au cours des décennies. En revanche, les attaques contre le quartier général israélien à Tyr ou les marines américains à Beyrouth appartiendraient probablement au «noyau extérieur» et leur présentation (et dénonciation) comme «terroristes » prête à controverse.

Contrairement aux affirmations répétées des dirigeants israéliens (et américains) à l’époque, il n’y a rien de simple et d’évident à propos du «terrorisme» dans le contexte d’un conflit aussi extraordinairement complexe que le conflit libanais au début des années 1980. Les gens de toutes les parties pouvaient (et ont fait) valoir qu’ils étaient les victimes d’actes qui appartenaient au «noyau externe» ou au «noyau interne» décrit par Greenwood, c’est-à-dire des victimes du «terrorisme».

Pour utiliser un (célèbre) exemple, les Palestiniens soutiennent que le massacre commis à Sabra et Chatila par des phalangistes chrétiens alliés d’Israël était un exemple clair de « terrorisme ». Si nous prenons au sérieux la définition du « terrorisme » par Benzion Netanyahou, massacres systématiques de civils afin d’inspirer la peur », il semble difficile d’être en désaccord avec eux. Si nous acceptons sa logique sur le « mal moral » du « terrorisme » « infectant » non seulement ceux qui commettent de tels actes mais aussi « ceux qui, par méchanceté, ignorance ou simple refus de penser, les acceptent », il est difficile d’être en désaccord avec les Palestiniens qui voient Ariel Sharon (qui, selon la Commission Kahane, a «la responsabilité personnelle» de ce qui s’est passé dans les camps) comme le responsable de cet horrible acte de «terrorisme».

La discussion sur le « terrorisme » pourrait bien entendu être étendue aux tirs indiscriminés d’artillerie et aux bombardements aériens aveugles par les forces militaires israéliennes, pratiques que d’innombrables pays ont maintes fois qualifiées, chaque fois qu’un tel sujet était débattu aux Nations Unies, de « terrorisme » ou «terrorisme d’État». Depuis 1972, il convient de noter que les États-Unis ont à plusieurs reprises opposé leur veto ou menacé d’opposer leur veto à toute résolution qui utiliserait la terminologie du «terrorisme» pour désigner et condamner les utilisations de la force par Israël.

Cependant, cet article se concentre uniquement sur la campagne d’attentats à la voitures piégée du FLLE, précisément parce que les attentats aveugles à la voiture piégée font indiscutablement partie du «noyau dur» de Greenwood, c’est-à-dire à un type de pratiques que tout le monde reconnaît comme étant « terroristes ». C’est précisément pour cette raison, à savoir qu’on ne peut nier que ces attentats étaient un «terrorisme», que le silence absolu sur les révélations de Bergman est si révélateur et troublant.

La construction du «Terrorisme essentialisé» et l’échec de la guerre (extraordinairement violente) contre le «Terrorisme»

En 1986, Edward Saïd a écrit une critique cinglante de « Terrorism : How the West Can Win » de Benjamin Netanyahou, un texte qui reste à ce jour l’une des analyses les plus puissantes du discours émergent sur le «terrorisme».

Dans ce texte intitulé « Le terroriste par essence », Saïd explique comment une caractéristique centrale de ce discours, déjà, était « sa sélectivité » : «  » Nous « ne sommes jamais des terroristes, peu importe ce que nous avons pu faire », écrit-il. « Ils » le sont toujours et le seront toujours « . Le principal objectif de ce discours était » d’extraire son ennemi de la temporalité, de la causalité, de l’action préalable, et de le représenter ainsi ontologiquement et gratuitement intéressé à semer le chaos dans son propre intérêt. En effet, ajoutait-il, « si vous pouvez montrer que les Libyens, les Musulmans, les Palestiniens et les Arabes, en général, n’ont pas de réalité autre que ce qui confirme tautologiquement leur essence terroriste en tant que Libyens, Musulmans, Palestiniens et Arabes ». Il devient possible de «continuer à les attaquer eux et leurs états« terroristes »en général, et éviter toute question sur votre propre comportement ou sur votre rôle dans leur situation actuelle.

Après les attentats du 11 septembre 2001 à New York et à Washington DC, le président George W. Bush avait demandé : «Pourquoi nous haïssent-ils?» Et il avait répondu qu’ils «détestent» notre démocratie et nos libertés. Un objectif important, voire central, du discours sur le «terrorisme» a été d’exclure toute autre réponse à cette question, notamment les réponses qui iraient, du moins en partie, dans le sens de mettre en cause «nos» politiques passées et présentes.

As’ad Abou Khalil, un libano-américain qui enseigne à la California State University, anime un blog intitulé The Angry Arab News Service. Sa réaction à la publication de l’article de Bergman dans le New York Times a été citée sur MondoWeiss. Elle représente, à ce jour, la seule référence au FLLE à avoir été publiée n’importe où depuis que Rise and Kill First est arrivé en librairie. Né à Tyr et ayant grandi à Beyrouth, Abou Khalil a vécu ces attentats aux premières loges. Son témoignage, et ce qu’il dit de la réalité de la violence politique dans notre monde, est précisément de ceux qui, plus de trois décennies plus tard, continuent d’être systématiquement effacés et cachés :

L’article dit en passant que « des centaines de personnes ont été tuées » par [le Front pour la Libération du Liban des Etrangers créé par Israël]. Mais voilà ce qu’ils ne vous disent pas : ce front était spécialisé dans les attentats à la voiture piégée dans les quartiers populeux. Ils plaçaient des voitures piégées à Beyrouth-Ouest à des fins de pure terreur. J’estime que le nombre de victimes innocentes tuées par ce groupe était de l’ordre de milliers et non de centaines. Ce sont des actions d’Israël que beaucoup d’Arabes libanais et non-libanais n’oublieront pas. Elles font partie des crimes de guerre dont les Arabes tiennent Israël responsable, en plus de l’occupation illégale de la Palestine – toute la Palestine.

Dans The Nation, Edward Saïd posait la question de façon poignante (et prophétique) : « Sommes-nous si sûrs de l’inconséquence de millions de vies arabes et musulmanes dont nous supposons que c’est une affaire banale ou sans importance quand ils meurent, soit de nos mains, soit de nos alliés judéo-chrétiens préférés? Croyons-nous vraiment que les Arabes et les musulmans ont le terrorisme dans leurs gènes ? « Plus de trois décennies plus tard, les mêmes politiques extraordinairement violentes dans la soi-disant lutte contre le » terrorisme « ont été mises en œuvre et ont lamentablement échoué. Une discussion sérieuse et honnête sur la réalité de la violence politique dans notre monde, passé, présent et à venir, est plus qu’urgente.

Publicités

La veuve d’un savant iranien assassiné par le Mossad parle

1 août 2014

Même si l’actualité et nos cœurs restent du côté de Gaza, cet article porte sur un sujet moins brûlant mais qui a en définitive à voir avec la Palestine, comme beaucoup de choses qui se passent dans le monde arabe et plus largement dans le monde musulman.

Je ne publierai normalement plus rien avant fin août parce que je pars à l’étranger et que je n’aurai certainement pas la possibilité matérielle de bloguer.

Un article original, et même intéressant, qui donne la parole à l’épouse d’un des savants iraniens assassinés par les services secrets sionistes pour essayer de mettre en difficulté le programme nucléaire iranien et éventuellement décourager ceux qui collaborent à ce programme.

On regrettera cependant que l’auteur du papier parle de représailles iraniennes qui se seraient par exemple exercées en Inde contre un diplomate sioniste. Des représailles qui n’avaient fait que des blessés légers et tué personne.

La lgique commande pourtant à l’Iran de s’abstenir de faire des coups tordus dans un pays comme l’Inde qui est pour lui un partenaire absolument stratégique. Et l’accession récente au pouvoir à New Delhi du BJP, conservateur et nationaliste hindou, ne change rien à cette donnée parce que vu depuis Mumbai ou Delhi, l’Iran est aussi perçu comme un partenaire essentiel : rien moins que son accès aux marchés et aux ressources de l’Asie centrale ! Sans parler de l’intérêt du marché iranien lui-même.

Guerre secrèrt contre les savants atomistes iraniens : une veuve se souvient

L’épouse du premier scientifique à avoir été assassiné parle des craintes de plus en plus fortes de son mari vis-à-vis d’une nasse qui se refermait sur lui – et de sa rencontre peu avant son exécution avec le meurtrier formé par les Israéliens.

par Scott Peterson, Christian Science Monitor (USA) 17 juillet 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Tout semblait normal le matin de l’assassinat.

Le savant iranien Masoud Ali Mohammadi et son épouse s’était réveilles un peu avant l’aube et avaient prié ensemble. Puis elle avait préparé le petit déjeune tandis qu’il faisait la liste de ce qu’il avait à faire dans la journée.

« C’était quelqu’un de très minutieux et il voulait toujours que tout aille comme sur des roulettes, » se rappelle Mansoureh Karami à propos de son mari.

Mansoureh Karami

Mansoureh Karami

Ce matin là, M. Ali Mohammadi – un homme à la chevelure dégarnie, à la moustache épaisse, les yeux rapprochés et une dizaine de publications universitaires à son actif – avait dit au revoir trois fois à son épouse : quand elle lui avait remis son panier repas, quand il avait lacé ses souliers, et quand il étai sorti de sa voiture pour fermer le portail de la maison derrière lui . [voyez la photo et comparez avec la description du journaliste!]

C’est alors que l’explosion se produisit.

Une bombe actionnée à distance fixée à une motocyclette non loin tuait ce physicien spécialiste des particules d’une volée de billes métalliques, donnant à l’Iran son premier « martyr du nucléaire » et envoyant une onde de choc dans toute la communauté scientifique et nucléaire iranienne.

Masoud Ali Mohammadi

Masoud Ali Mohammadi

Quand le cinquième scientifique iranien a été assassiné, il y avait eu moins de surprise. Ceux qui travaillaient au programme nucléaire iranien étaient sur leurs gardes depuis des années.

La guerre secrète menée par les États Unis et Israël contre le programme nucléaire iranien a vu l’assassinat de cinq scientifiques iraniens, des virus informatiques malveillants comme Stuxnet, de l’espionnage et des explosions inexpliquées ainsi que plusieurs tentatives iraniennes de riposter avec des opérations le plus souvent ratées en Inde, en Géorgie et en Thaïlande.

Les « martyrs du nucléaire » de l’Iran ont été pendant des années un point de consensus sur le programme nucléaire du pays et son « droit » à l’enrichissement de l’uranium, quel que soit le prix à payer par des sanctions. Les négociations en cours à Vienne cherchent à limiter ce programme pour garantir qu’il ne puisse jamais servir à produire une arme nucléaire – objectif que l’Iran affirme rejeter.

DEMANDE DE PARDON

Ali Mohammadi craignait d’être visé pour son travail clandestin, même si peu de gens en dehors de son épouse savaient qu’il était autre chose qu’un conférencier, ou qu’il avait une quelconque expertise nucléaire.

Ali Mohammadi avait remarqué un intérêt pour son travail à l’étranger, ce qui l’avait incité à moins voyages.

Son assassin était un agent iranien formé par le Mossad, l’agence israélienne d’espionnage. Des informations de la presse israélienne indiquent que la confession de Majid Jamali Fashi diffusée par la télévision d’État iranienne début 2011 était véridique. S’exprimant depuis la prison Evin à Téhéran, le jeune homme avait décrit son entraînement – qui comprenait un travail avec deux nouveaux modèles de motocyclettes iraniennes, et une réplique parfaite de la rue et de la maison d’Ali Mohammadi – dans une site du Mossad près de l’autoroute Tel Aviv – Jérusalem à l’est de l’aéroport Ben Gourion.

M. Fashi avait plaidé coupable devant le tribunal et avait été condamné à mort. Avant son exécution, cependant, Karami l’avait rencontré en face à face à la prison Evin.

« Il y avait tant de choses qui me traversaient l’esprit, d’être vengée, » a déclaré Karami au Christian Science Monitor.

Elle avait apporté la serviette en cuir que son mari avait emporté le jour de sa mort. Les yeux emplis de larmes, elle l’avait déballée pour montrer les trous qu’avaient faits les billes de métal dans une thèse de doctorat reliée d’un de ses étudiants et l’étui à lunettes déchiré de part en part, avec les verres cassés.

Avant la rencontre, Karami s’était jurée de « planter à coups de marteau autant de clous dans la tête de cette personne » que son mari avait reçu de billes de métal dans la tête. Mais quand elle rencontra Fashi, elle se trouva en face d’un homme brisé qui implorait pardon, pleurant si fort qu’il avait vidé toute une boîte de mouchoirs.

« Quand je l’ai vu, je l’ai vu dans un état d’impuissance et si petit. J’ai dit que ce serait gâcher mes efforts que de dépenser toute cette énergie [à lui planter des clous] », se souvient Karami. Elle a deux grands enfants, un diplôme en psychologie, et prépare actuellement un master en études féminines.

« Je ne lui pardonnerai jamais – il n’y a pas de place pour le pardon. Parce que je ne pense pas qu’il a fait du mal seulement à ma famille, mais à tout le pays, » explique Karami, avec de la détermination dans le regard de se yeux marron foncé. « Tous les peuples du monde – quelles que soient leurs convictions – respectent toujours leur pays, et il a trahi son pays. »

UNE PEUR QUI MONTE

Ali Mohammadi avait une vie publique en tant que maître de conférence et chercheur en physique quantique qui a écrit sur des sujets allant de physique des masses condensées aux trous noirs. Mais il y avait de nombreux signes que son activité nucléaire « top secrète » – ignorée même de sa mère et de sa sœur, dit Karami – avait attiré l’attention hors d’Iran.

« Il était toujours fier du fait que les 55 articles qu’il avait donnés à publier n’avaient rien à voir avec don travail nucléaire, ce qui faisait disait-il qu’il y avait toujours un doute qui existait quant à ce qu’il faisait, » explique Karami. Elle fait écho à la parole officielle iranienne quand elle ajoute que la République Islamique ne cherche pas l’arme nucléaire – seulement le développement scientifique.

Ali Mohammadi savait qu’il était surveillé par certains pays occidentaux et par les Mojahidine-e Khalq (MKO/MEK) d’opposition qui avaient divulgué pour la première fois en 2002 l’existence du programme iranien d’enrichissement de l’uranium.

En 2006, par exemple, un collègue participant à une conférence en Grande Bretagne avait été interrogé pendant 24 heures sur les activités nucléaires de Mohammadi. En 2008, un autre collègue avait été interrogé pendant 48 heures, peut-être en Italie.

Et en 2009, pendant un pèlerinage à La Mecque, Ali Mohammadi « s’était rendu compte que des gens le filmaient et qu’il était suivi, » explique Karami. « Il a fait plus attention après, et sortait beaucoup moins. » Un mois avant sa mort, il avait fait part de sa crainte d’être enlevé au cours d’un voyage en Jordanie et était tombé malade [une maladie physique] avant son départ.

Le couple n’avait pas arrêté ses longues promenades quotidiennes dans leur quartier traditionnel de Gheytariyeh, à Téhéran nord, ni ses longues randonnées en montagne les week-ends, mais Ali Mohammadi prenait des précautions.

« Avant sa mort, il m’avait donné le numéro de téléphone de quelqu’un, et m’avait dit : « Si jamais je ne rentre pas à la maison, si quelque chose m’arrive, appelle ce numéro avant d’appeler la police, » se souvient Karami.

Quand le moment fatidique arriva, elle dit que ses mais tremblaient si violemment que son fils avait dû composer le numéro à sa place.

LA FABRICATION DES HEROS DE LA NATION

L’assassin Fashi était l’un des 10 agents travaillant pour le Mossad, dont l’arrestation avait été annoncée par le ministère iranien du renseignement en Janvier 2011. leur arrestation avait été annoncée comme un «triomphe remarquable » qui montrait « la suprématie des services de enseignements sur le système d’espionnage du régime sioniste. »

Dans sa confession télévisée, Fashi avait dit que, après son recrutement hors d’Iran dans un consulat israélien, il était parti en Israël, on lui avait montré une maquette de la maison de Ali Mohammadi, exacte dans les moindres détails de l’arbre et de l’asphalte jusqu’au trottoir de la rue. Début 2012, le magazine Time citant des « sources de renseignement » en Israël, confirmant «La participation [de Fashi] à une cellule du Mossad dont les sources affirment qu’elle a été révélée à l’Iran par un pays tiers. »

Fashi avait déclaré dans sa confession, « Ils m’avaient dit que la personne qui faisait l’objet de l’opération était impliquée dans la fabrication d’une bombe atomique et que l’humanité est en danger et que vous êtes son sauveur. »

Fashi avait dit après l’attentat, « Je suis très fier d’avoir fait quelque chose d’important pour le monde et puis j’ai soudain réalisé que ce ce à quoi je croyais était un mensonge. »

Quatre autres assassinats de scientifiques associés au programme nucléaire iranien avaient suivi, trois avec des bombes fixées magnétiquement sur leur voiture par des assaillants à moto qui agissaient quand les voitures étaient bloquées dans la circulation.

On considère généralement que l’Iran a essayé de répliquer par des attentats du même genre. Une bombe magnétique fixée par un motocycliste sur la voiture de l’épouse de l’attaché militaire israélien à New Delhi l’avait blessée ainsi que trois autres personnes en février 2012. Le même jour, une bombe du même type avait été trouvée fixée à un véhicule à côté de l’ambassade israélienne à Tbilissi en Géorgie. Elle avait été désamorcée.

Les assassinats ont contribué à faire du programme nucléaire une question de « dignité nationale, » déclare Karami. Les portrait des scientifiques tués ont souvent été montrés pendant les conférences de presse tenues par Saed Jalili, l’ancien négociateur en chef iranien pour le nucléaire, et sont souvent exposées lors de fêtes nationales comme l’anniversaire de la révolution. Ils ont accédé au statut de héros en Iran, rejoignant les martyrs les plus révérés de la guerre Iran – Irak des années 1980.

« Je connais beaucoup de gens dans mon quartier qui ne sont pas pour la révolution. Mais maintenant [après l’assassinat], sur la question du nucléaire, ils sont à fond avec le gouvernement, » affirme Karami. « Je suis certaine que nos dirigeants n’oublieront pas nos martyrs. »

Espionnage sioniste aux Etats Unis, Jeff Stein enfonce le clou!

11 mai 2014

Les informations sur l’importance de l’espionnage sioniste aux Etats Unis ont fait de grosses vagues chez les indus occupants de la Palestine. L’article du magazine Daily Beast/Newsweek a en effet déclenché un feu roulant de démentis ainsi que des accusations allant jusqu’à celle d’antisémitisme, Ce feu roulant a conduit Newsweek à récidiver avec un autre article de Jeff Stein dont le but est d’enfoncer définitivement le clou.

Un deuxième article qui a fait sortir Danny Yatom, un ancien chef du Mossad, de sa torpeur et se fendre d’une déclaration sur le caractère « délirant » du reportage de Newsweek.

Jeff Stein

Jeff Stein

Quant au ministre sioniste du renseignement et des affaires stratégiques Yuval Steinitz, il accuse une volonté de saboter les relations entre les Etats Unis et l’Etat prétendu juif.
Steinitz a certainement raison car on ne peut pas imaginer qu’un organe de prsse grand public comme Newsweek se hasarde à publier de telles informations, sans s’embarrasser trop du conditionnel, sans le feu vert voire à l’instigation de cercles influents au sommet du gouvernement des Etats Unis,
Une affaire qui est sans doute à situer dans le contexte des multiples humiliations subies par la diplomatie américaine dans sa volonté de faire avancer un processus de paix. Une volonté impertirbalement contrariée par un régime sioniste plus fanatique que jamais.

L’espionnage agressif des Etats Unis par Israël est généralement étouffé

par Jeff Stein, Newsweek (USA) 8 mai 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Quand l’équipe chargée de la sécurité de Susan Rice, la conseillère à la sécurité nationale de la Maison Blanche, inspectaient sa suite dans un hôtel de Jérusalem mardi soir, ils avaient en tête la présence d’un visiteur surprise dans la chambre du vice président Al Gore il y a 16 ans cette semaine, un espion dans un conduit d’aération.

Susan Rice a rencontré Shimon Peres mercredi 7 mai

Susan Rice a rencontré Shimon Peres mercredi 7 mai

Selon un ancien cadre du renseignement américain, un agent des services secrets qui profitait d’un moment de solitude dans la salle de bains de Gore avant l’arrivée du VIP avait entendu un bruit métallique de raclage. « L’équipe des services secrets avait inspecté la chambre [de Gore] à l’avance tous ses membres étaient partis, sauf un agent, qui avait décidé de prendre un long temps sur le trône, » a rapporté l’ancien cadre des services secrets à Newsweek . « Donc, la chambre était calme, il tait en train de contempler ses orteils quand il entend un bruit dans la ventilation. Et il voit le cache de la ventilation qui est déplacés de l’intérieur. Et puis il voit un mec qui commence à sortir du conduit dans la pièce « 

Est-ce que l’agent s’est dépêché de prendre son arme ? Non, nous a dit l’ancien agent avec un petit rire. « Il a toussoté et le gars est reparti dans le conduit. »

Aux yeux de certains, ce incident est une bonne métaphore pour les coulisses des relations entre Israël et l’Amérique, frères ennemis [« frenemies »] même dans les meilleurs moments. L’effronterie de ce monte-en-l’air de la gaine d’aération « dépassait la ligne rouge » de la conduite acceptable entre des services de renseignements amis – mais comme c’était fait par Israël, l’affaire avait été rapidement étouffée par les officiels américains.

En dépit des démentis véhéments de cette semaine par des responsables israéliens, Israël a été pris à mener des opérations agressives d’espionnage depuis de dizaines d’années contre des objectifs américains, selon des responsables des services secrets US et des sources parlementaires. Et ça continue. Ils ne sont par contre pas arrêtés très souvent.

Comme Newsweek l’avait rapporté mardi, les responsables du contre espionnage américain ont informé fin janvier les commissions parlementaires des affaires judiciaires et des affaires étrangères que les activités actuelles d’espionnage d’Israël en Amérique sont « sans équivalente indignes, » allant bien au delà des activités d’autres proches alliés comme l’Allemagne, la France, le Japon et le Royaume Uni.

«Elles sont très importantes et ça dure depuis des années, » a déclaré mercredi à Newsweek un ancien haut responsable des services de sécurité américains après le démenti « catégorique » opposé à l’article de Newsweek par, entre autres hauts dirigeants israéliens, Yuval Steinitz, ministre israélien du renseignement qui affirme qu’Israël a cessé toute activité d’espionnage aux États Unis après la condamnation en 1987 de Jonathan Pollard pour avoir espionné au profit d’Israël. Le propos d’un officiel [sioniste] anonyme été cité par la presse israélienne suggère que l’article de Newsweek avait l’odeur de l’antisémitisme. »

Mais un ancien agent américain du renseignement qui a une connaissance intime de l’espionnage israélien a rejeté l’accusation d’antisémitisme. « Il y a une petit groupe d’anciens membres de la CIA, du FBI et de l’armée qui a étudié ce reportage et qui applaudissent l’article [de Newsweek], dit-l. « Aucun d’entre eux [des membres du groupe] n’est antisémite. En fait, ça n’a rien à voir avec l’antisémitisme. Ça a seulement à voir avec pourquoi Israël est ménagé tandis que si le Japon ou l’Inde faisaient la même chose à un tel niveau, ce serait le scandale. »

À partir du milieu des années 1990, bien après Israël avait promis d’arrêter d’espionner aux États-Unis suite à l’affaire Pollard, le FBI s’est régulièrement estimé obligé de convoquer des diplomates israéliens en poste à Washington DC pour les tancer, ont affirmé à Newsweek deux anciens officiers supérieurs du contre-espionnage . Au cours de la décennie qui a suivi le 11 septembre l’un d’eux a indiqué que les Israéliens avaient été convoqués des«dizaines» de fois et qu’on leur avait dit « d’arrêter les embrouilles, selon les propres termes de l’un d’entre eux, un ancien haut responsable du FB. Mais étant des «alliés», les Israéliens s’en sont presque toujours tirés avec un simple avertissement.

Mais peu importe le degré de sévérité de la leçon administrée par le FBI – habituellement délivrée personnellement au plus gradé des représentants du renseignent à l’ambassade israélienne – les Israéliens n’étaient en rien ébranlés précise un autre ancien officier supérieur du renseignement américain. « On ne peut pas mettre un Israélien dans l’embarras, » dit-il. « Il est tout simplement impossible de leur causer de l’embarras. Vous les prenez la main dans le sac, et ils haussent les épaules en disant, « OK maintenant, autre chose ? »

Toujours tapi, disent les anciens officiels du renseignement, se trouvait le puissant « lobby israélien », le réseau des amis d’Israël au Congrès, dans l’industrie et dans les administrations qui se sont succédées, républicaines ou démocrates, prêts à protester contre tout ce qui est perçu comme une attaque venant des officiels des services de sécurité américains. Un ancien spécialiste du contre espionnage a déclaré à Newsweek qu’il encourait la colère d’Israël rien qu’en faisant des briefings de routine à l’intention des officiels, des hommes d’affaires et des scientifiques américains qui se rendaient en Israël pour des réunions et des conférences.

« Nous devions être très prudents dans la manière dont nous alertions les officiels américains, » dit-il. « Nous avions régulièrement des appels de membres du Congrès scandalisés par nos avertissements sur les questions de sécurité dans les séjours en Israël. Quand… le directeur de la CIA reçoit un appel d’un parlementaire indigné – ‘ Qu’est-ce que c’est que ces briefings de sécurité que vous donnez pour les séjours à Tel Aviv ? C’est scandaleux’ – il devait leur accorder une grande attention.Il y a toujours cette délicatesse du politique dont vous devez être conscient. »

L’exercice annuel qui donne lieu à la publication par le Département d’État des profils sécuritaires des pays étrangers donnait de violents migraines aux services de renseignement, ajoute-t-il. « Quand nous élaborions les indices annuels de risque pour l’ambassade et les consulats [en Israël], c’était toujours une grosse discussion, » dit-il. »La communauté du renseignement pressait toujours pour le niveau de risque le plus élevé, tandis que le Département d’État tendait à dire, ‘C’est quelque chose qui ne passera pas très bien, nous ne pouvons pas donner ce genre de note, parce que ça aura certaines conséquences en termes d’avertissements et restrictions pour les voyages’. C’était toujours un grand, grand débat la manière dont on allait évaluer la menace là-bas. »

Mais le danger est réel, affirme-t-il comme d’autres anciens fonctionnaires américains du renseignement qui connaissent les méthodes israéliennes. Les agents israéliens, « filent les officiers de la marine américaine quand ils font escale à Haïfa, ils filent les officiels de l’industrie spatiale, ou les scientifiques et leur documentation scientifique, partout. Ça a toujours été une énorme préoccupation pour la communauté [du renseignement]. »

Aux États Unis, les officiels et les hommes d’affaires israéliens cherchent toujours à inciter des [personnes] cibles américaines intéressantes à visiter Israël. Les représentants du Maf’at, un organisme administratif qui fait la liaison entre le ministère israélien de la défense et ses industries militaires, donne beaucoup de souci au contre espionnage américain, expliquent les anciens membres des services de renseignements américains. « C’étaient vraiment ceux qui nous causaient beaucoup de souci. Parce qu’ils avaient beaucoup de raisons plausibles d’assister à toutes ces conférences et à tous ces sites d’entreprises qui travaillent avec la défense et ainsi de suite. C’était une excellente couverture pour l’espionnage industriel, » dit-il.

« Je me souviens avoir parlé avec un scientifique américain qui participait à une conférence et était travaillé par un groupe d’Israéliens, » poursuit l’ancien agent de renseignement américain ? « Et ce scientifique qui avait assez de bon sens pour reconnaître ce qu’il voyait, , disait qu’il que la manière dont étaient utilisées les techniques de sollicitation -les invitations à venir [dans l’entité sioniste] pour essentiellement le pompage de l’information par un collègue scientifique. Et la naïveté des scientifiques américains était vraiment frappante. On voyait ça tout le temps. »

Des agents israéliens avaient été même assez effrontés pour l’approcher lui-même. Après avoir prononcé un discours lors d’une récente réunion des professionnels de la sécurité à Washington,, dit-il, il avait été approché par l’attaché commercial de l’ambassade israélienne. Il disait, ‘Oh, c’était formidable d’écouter votre parcours, c’est un grand discours que vous avez fait, si intéressant,’ et ainsi de suite. Et je pensais ; Je le vois venir, c’est l’accroche. Et bien sûr, il a dit, ‘Bous n’avez jamais pensé à venir [dans l’entité sioniste] ? Nous aimerions beaucoup que vous veniez, nous prendrons en charge tous vos frais quand vous serez sur place, nous vous offrirons le voyage…’ Je me disais, Venez les gars, venez. »

« Leur but, » poursuit-il, « est d’obtenir de leurs contacts qu’ils sortent des États Unis pour aller là-bas et leur payer du vin et à dîner, les évaluer pour voir quels sont leurs points faibles. Par exemple, on a eu des officiels du gouvernement qui étaient là-bas et à qui on a proposé de la drogue, dans le style, ‘Hé, ça vous dirait un peu d’herbe ?’ Quoi ? Oui, ce sont des officiels du gouvernement. La drogue, les femmes débarquent dans votre chambre d’hôtel – ils vous font la totale. Peu importe le niveau hiérarchique de l’officiel. »

Mercredi, le ministre du renseignement israélien Yuval Steinitz a rejeté ces allégations d’espionnage, en affirmant que « Israël n’espionner pas aux États-Unis, ne recrute pas d’espions aux États-Unis, et ne collecte pas de renseignements aux États-Unis » De même, le ministre israélien des affaires étrangères Avigdor Liberman a déclaré il « ne donnerait pas son ‘accord à une quelconque activité d’espionnage aux États-Unis, ni directement ni indirectement. » Il qualifié de « malveillantes » les allégations, attribuées par Newsweek à des responsables du renseignement qui ont briefé le Congrès.

Mais les anciens membres des services secrets tout comme ceux actuellement en fonctions campent sur leurs positions.

« Ça prend vraiment toutes les formes qu’on peut imaginer, » déclare un ancien agent des services de renseignements dont le visage a été familier pensant des dizaines d’années aux équipes dirigeantes de plusieurs agences américaines de sécurité. « C’était comme ça à l’époque où les étudiants français venaient aux États Unis pour des stages, des boulots d’été ou des choses comme ça, ils devaient tous rendre compte à un agent de la DGSE française à l’ambassade, » 3des choses semblables se passent avec les Israéliens… [qui] ont beaucoup de voyageurs qui viennent séjourner aux États Unis. »

Ces accusations directes rendent furieux les soutiens d’Israël qui y décèlent un « parfum d’antisémitisme. » Les responsables, passés ou présents, des services secrets qui se sont opposés à une libération anticipée de Pollard ont eux aussi été accusés d’antisémitisme.

Le nombre élevé de jeunes Israéliens qui dépassent leur durée autorisée de séjour a été un point de blocage dans la démarche d’Israël pour sortir de la liste des pays pour lesquels un visa est exigé. Un autre point est l’absence de signalement régulier à Interpol des passeports perdus ou volés. Un problème plus important a été le traitement brutal que ce pays inflige aux Arabo-américains et aux activistes pro-palestiniens qui se rendent en Israël. Mais les efforts d’Israël pour se procurer les secrets militaires, scientifiques et industriels des États Unis sont aussi apparus comme un obstacle majeur, si ce n’est le principal obstacle dans la normalisation des relations au niveau des visas, selon des sources au Congrès.

« J’ai assisté à ce briefing – il y en a eu plusieurs » effectués en 2013 par des membres des services de sécurité américains sur l’espionnage israélien, a déclaré à Newsweek un ancien attaché parlementaire. « A celui auquel j’avais assisté, étaient présents des cadres supérieurs des affaires étrangères, la commission au grand complet, la sous-commission… des représentants du judiciaire, des Républicains, des Démocrates, les chefs de groupe parlementaires. Je ne pense pas qu’il y avait ne serait-ce qu’une seule personne qui ne travaillait pas pour un parlementaire qui n’était pas ardemment pro-israélien, » dit-il.

« Et après coup, nous disions, ‘Impossible. Vous avez dû raconter des putains de blagues.’ » Les preuves sur l’espionnage israélien étaient écrasantes, dit-il. L’exemption de visa n’était plus d’actualité.

« Les voix dans la pièce, » se souvient l’attaché parlementaire disaient, « ‘En aucune manière cela ne peut être possible.’ »

Une nuit d’ivresse au Canada révèle la protection accordée par ce pays à un des assassins du Palestinien Mahmoud al-Mabhouh

16 février 2014

Comme le titre le Journal du Québec, ce n’est pas la première fois que les autorités canadiennes prêtent main forte aux services secrets sionistes, le fameux Mossad dont l’efficacité est surtout due à l’étendue des complicités dont il jouit dans les pays occidentaux, que ces complicités soient celles de personnes privées, le plus souvent, mais pas toujours, de confession juive et dans les appareils d’Etat et gouvernementaux.

Mais cette fois, les choses sont un peu plus embarrassantes parce que non seulement cette complicité apparaît au grand jour mais qu’elle touche à une affaire d’homicide qui a défrayé la chronique, l’assassinat à Dubaï en 2010 de Mahmoud al-Mabhouh, un haut responsable du Hamas palestinien.

L’autre aspect qui rend cette révélation embarrassante, tient aux circonstances par lesquelles elle a été portée à la connaissance de l’opinion publique canadienne et dont ne rend pas compte le Journal du Québec. Le pot aux roses a n effet été dévoilé par inadvertance par Trina Kennedy une fonctionnaire de la sécurité nationale de l’Etat canadien chargée de séduire Arian Azarbar, un Irano-canadien que les services secrets soupçonnaient d’espionnage au profit de Téhéran. Et ce qui arrive parfois dans ce genre de relation personnelle/professionnelle est arrivé:

Azarbar a déclaré que Kennedy lui avait confié des informations sue le changement ultra-secret d’identité après une sortie arrosée en soirée; il affirme que Kennedy lui a ensuite demandé d’oublier ce qu’elle lui avait dit.

L’arrestation de l’agent du Mossad par la police canadienne était connue des autorités de Dubaï auxquelles le Canada avait demandé la confidentialité. Puis, plus de nouvelles pour la simple raison que le gouvernement de Stephen Harper avait fait le choix de protéger le tueur mandaté par ses amis sionistes.

Pas la première fois

Par Andrew Mcintosh

PUBLIÉ LE: VENDREDI 14 FÉVRIER 2014, 22H25 | MISE À JOUR: VENDREDI 14 FÉVRIER 2014, 22H45

EMIRATES-ISRAEL/EU-STATEMENT

Ce n’est pas la première fois que le nom du Canada fait surface dans l’affaire de l’assassinat par le Mossad du chef militaire du Hamas à Dubaï en 2010.

En octobre 2010, le chef de la police de Dubaï, le lieutenant-général Dahi Khalfan Tamin, avait affirmé en entrevue à la chaîne de télévision Al Arabiya que les autorités canadiennes avaient arrêté un des 26 suspects recherchés dans l’assassinat.

Le haut gradé de la police avait dit que des diplomates canadiens lui avaient communiqué cette information durant l’été 2010. On lui aurait demandé de conserver cette information confidentielle. Il n’a pas eu de nouvelles depuis à ce sujet.

Le suspect arrêté par le Canada aurait fait partie d’une équipe du Mossad qui serait arrivé à Dubaï quelques jours avant l’assassinat survenu le 20 janvier 2010.

Il aurait été responsable de faire des préparatifs pour l’assassinat à l’Hôtel Al Bustan Rotana.

Il aurait quitté Dubaï juste avant le meurtre.

AFFAIRE INTERNATIONALE

L’assassinat du chef du Hamas a défrayé les manchettes dans le monde entier parce que l’équipe de tueurs a été aperçue à plusieurs reprises sur des caméras de vidéo-surveillance dans l’hôtel.

Le nom de l’agent du Mossad qui aurait été arrêté au Canada n’a jamais été dévoilé par le chef de police de Dubaï. Il a toutefois vivement et très publiquement critiqué le manque de transparence du Canada dans le dossier.

«Je suis étonné. Pourquoi cette tentative de cacher l’affaire dans ce dossier? Nous devons agir avec transparence, avec fiabilité et rapidité dans de tels cas», a dit le chef de police.

Les diplomates canadiens ont catégoriquement nié à l’époque avoir fait une arrestation. La Gendarmerie royale du Canada s’est toutefois refusée à tout commentaire à ce sujet.

– Avec la collaboration de Félix Séguin

Nelson Mandela et le Mossad

22 décembre 2013

 La presse a largement répercuté une information récemment publiée par le journal sioniste Haaretz qui, citant des archives de l’Etat sioniste,affirme que le leader sud-africain Nelson Mandela aurait été entraîné au maniement des armes et aux techniques de guérilla en Ethiopie par le Mossad, les tristement célèbres services secrets franco-anglo-américano-sionistes,

Une « information » qui tombait à pic pour conforter la thèse selon laquelle la fine équipe au pouvoir à Tel Aviv ne se serait pas rendue aux obsèques de Mandela pour des raisons pécuniaires, Et pour laver des années de coopération soutenue avec le régime d’apartheid.

Ce genre de photo est supposé étayer la thèse d'une collaboration de Mandela avec le Mossad

Ce genre de photo est supposé étayer la thèse d’une collaboration de Mandela avec le Mossad

 Mandela n’a jamais été formé par des agents israéliens, affirme la Fondation Nelson Mandela

La Fondation Nelson Mandela a rejeté des informations selon lesquelles l’ancien président a reçu un entraînement par des agents israéliens en 1962.

Sapa, The Mail & Guardian (Afrique du Sud) 21 décembre 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

«Les médias se sont fait l’écho d’une histoire selon laquelle en 1962 Nelson Mandala avait été en relation avec un agent israélien en Ethiopie, » déclare la Fondation dans un communiqué. «La Fondation Nelson Mandela peut confirmer qu’elle n’a trouvé aucune indication dans les archives privées de Nelson Mandela… qu’il aurait été en relation avec un agent israélien pendant sa tournée dans des pays africains cette année là.»

Le site web du journal britannique The Guardian a rapporté vendredi que Mandela avait apparemment reçu une formation au maniement des armes par des agents du Mossad en Ethiopie en 1962 sans que les services secrets israéliens aient connaissance de sa véritable identité. The Guardian basait son article sur «un courrier secret intrigant déposé dans les archives de l’Etat israélien.»

Le site rapportait que la missive, révélée par le journal israélien Haaretz – deux semaines après le décès de Madiba – indiqauit qu’il avait été formé à l’utilisation des armes et aux techniques de sabotage et avait été encouragé à développer des sympathies sionistes. La Fondation a cependant démenti qu’une telle chose se soit produite.

«En 1962, Mandela a suivi une formation militaire au Maroc avec les combattants algériens de la liberté et avec l’Ethiopian Riot Battalion à Kolfe près d’Addis Abeba, avant de rentrer en Afrique du Sud en juillet 1962.

« En 2009, un maître de recherche de la Fondation Nelson Mandela avait séjourné en Ethiopie et s’était entretenu avec les survivants parmi les hommes qui avaient contribué à la formation [militaire] de Mandela et aucun indice d’une connexion israélienne n’était apparu » lit-on dans la déclaration.

Le secret de Polichinelle du suicidé australien du Mossad

14 février 2013

Je vous disais dans un précédent post que l’arrestation puis la mort en détention dans les geôles sionistes de Ben Zygier, un ressortissant australien, que la presse  nous a présenté comme un « masque de fer que le régime sioniste » a tenté de garder secret » qui serait donc « mort sous X » nous informe le journal Libération étaient en réalité un secret de Polichinelle.

Ce qui était surtout une déduction se confirme maintenant puisque nous pouvons lire dans le Belfast telegraph par exemple que:

Le ministre Australien des affaires étrangères a déclaré que son gouvernement avait eu notification par le canal de ses services de sécurité de l’arrestation d’un ressortissant Australo-Israélien en Israël en 2010 pour des accusations graves relatives à la sûreté de l’Etat plusieurs mois avant la mort de cet homme en prison.

Il n’y a donc jamais eu de secret, du moins pour le gouvernement australien. Ce dernier avait cependant sciemment choisi de garder le silence pour ne pas fâcher le lobby sioniste en Australie.

Un silence qui n’a pas été du goût des services secrets australiens qui ont choisi comme je le signalais le bon moment pour faire éclater l’affaire auprès du grand public.

Retour de bâton pour Sion: les » terroristes » du Hamas en visite officielle en Bulgarie

13 février 2013

L’entité sioniste s’active pour essayer d’obtenir que l’Union Européenne classe le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes.

Il n’est pas sûr qu’elle obtienne gain de cause parce que même si l’enquête sur l’attentat de Burgas que ses services ont fortement orientée est parvenue à citer les noms de deux individus d’origine libanaise sur la base des passeports canadien et australien qu’ils détenaient, rien ne permet vraiment de lier ces personnes  au Hezbollah.

Si ces personnes existent réellement bien entendu et si c’était vraiment elles qui étaient en possession de ces passeports à leurs noms vu que le Mossad est passé maître dans l’art d’obtenir de vrais passeports aussi bien au Canada, qu’en Grande Bretagne, en France ou en Australie.

Les moyens pour obtenir ces passeports diffèrent selon les nationalités et vont de l’usurpation d’identité pure et simple à la confection de passeports grâce à la complicité de fonctionnaires acquis à la cause.

Et les agissements de l’entité sioniste dans ce domaine lui valent déjà un sacré retour de bâton de la part des services secrets australiens qui n’ont jamais digéré l’utilisation de passeports australiens par le Mossad pour ses coups tordus.

Le passeport australien détenu par un des auteurs de l’attentat de Burgas a sans douté été le coup tordu de trop pour les services secrets australiens qui ont donc opté pour le grand déballage avec l’affaire Ben Zygier, ce citoyen Australien qui travaillait pour les services se renseignements sionistes et qui a fini suicidé en 2010 dans une prison de l’entité sioniste.

Voyez-vous, l’affaire fait tellement de bruit en Australie que le chef de la diplomatie de ce pays qui avait d’abord fait le choix d’arrondir les angles avec le régime sioniste s’est retrouvé acculé à diligenter une enquête.

C’est que malgré la vénalité et la pusillanimité des politiciens, il reste souvent des citoyens qui considèrent que le patriotisme consiste moins à agresser les gens dans des pays étrangers qu’à assurer la sécurité de son territoire et de ses concitoyens, ce qui n’est pas exactement la même chose.

L’autre retour de bâton dont ne parle pas encore la presse française, alors qu’il est rapporté par l’Agence France presse, c’est la venue en Bulgarie d’une délégation de trois parlementaires du Hamas dans le cadre d’une visite officielle ainsi que l’a annoncé depuis Sofia le député du Hamas Ismail Al Ashkar. Des rencontres avec des représentants des autorités bulgares sont prévues afin de discuter de la coopération entre les deux parties.

Ismaïl Al Ashkar

Ismaïl Al Ashkar

La visite de la délégation répond à une invitation lancée par des institutions culturelles qui ont programmé plusieurs réunions ainsi que des conférences à l’université.

Ismail Al Ashkar a aussi annoncé des visites semblables dans d’autres pays prochainement.

Comme vous le savez, la Bulgarie est membre de l’Union Européenne et l’Union Européenne a classé le Hamas dans sa liste des organisations terroristes.

Comme dirait un certain humoriste répondant au nom de Dieudonné, c’est une jolie quenelle que vient d’adresser la Bulgarie à l’entité sioniste.

Burgas – Melbourne: les révélations sur l’affaire du « suicidé » du Mossad ne doivent rien au hasard

13 février 2013

La presse nous parle de ce ressortissant australien décédé en 2010 à l’âge de 34ans dans les geôles de l’entité sioniste où il se serait suicidé.

Ben Zygier, alias Ben Alon ou Ben Allen, était, nous dit-on, détenu dans le plus grand secret pour une raison inconnue mais qui aurait un rapport avec son activité pour le compte du Mossad, les services secrets de l’entité sioniste. Une hypothèse voudrait que cette personne, après avoir quitté ses antipodes natales aurait fait son retour à Sion pour se mettre au service de ce qu’il considérait comme sa véritable patrie.

Ben Zygier, alias Ben Alon, alias Ben Allen

Ben Zygier, alias Ben Alon, alias Ben Allen

Une des hypothèses proposées sur la toile est que Ben Zygier aurait trahi (pas l’Australie mais le régime sioniste) ou aurait été à l’origine de fuites relatives à l’affaire de l’assassinat à Dubaï d’un cadre du Hamas, Mahmoud al-Mabhouh.

Quoi qu’il en soit, ce qui semble incommoder les observateurs, c’est que ce citoyen Australien ait pu être gardé au secret, sans possibilité de communiquer avec quiconque et sans que sa détention ait fait l’objet d’un acte de procédure pénale public.

Ainsi, en 2010 déjà nous informe Le Monde:

« Il est insupportable de voir que dans un pays démocratique les autorités peuvent arrêter des gens dans le secret le plus total pour les faire disparaître de la scène publique, sans que personne soit tenu au courant de rien », écrivait notamment l’Association israélienne des droits de l’homme.

On a en trois lignes les plus énormes poncifs sur l’entité sioniste, notamment que ce serait un pays démocratique ( !) où donc personne ne saurait être détenu au secret. Ces quelques lignes sont d’ailleurs suivies d’autres à la gloire des députés du parlement sioniste qui ont brisé le secret d’après le journal parisien.

Il est pourtant clair que nous sommes là devant un secret de Polichinelle. En effet, selon le journal australien The Age cité par L’Express :

Ben Zygier serait le fils de Geoffrey Zygier, directeur de la B’nai B’rith Anti-Defamation Commission, et l’un des dirigeants de la communauté juive de Melbourne. Sa dépouille a été expédiée en Australie une semaine après son décès, mais sans que l’on sache alors qu’il était le « prisonnier X ».

Vous l’aurez compris comme moi, on ne peut pas garder au secret le fils d’une grosse pointure du lobby sioniste sans que cette dernière soit au courant. Où alors on éviterait de lui renvoyer la dépouille de son fils qui n’a semble-t-il pas reçu l’autorisation d’être ensevelie dans la prétendue patrie du «peuple» juif.

L’Express nous indique aussi que :

L’affaire commence aussi à rebondir en Australie où les spéculations vont bon train sur le silence des autorités australiennes sur l’affaire. Qu’en savaient-elles exactement?

Oui, qu’en savaient-elles au juste ?

Sur le site d’ABC News, qui a sorti l’affaire en Australie, on peut lire :

Quand il a été informé des détails de l’enquête de notre correspondant à l’étranger, le ministre des affaires étrangères Bob Carr a déclaré être préoccupé par ces assertions.

“Je suis évidemment troublé par ces allégations,” a déclaré le sénateur Carr.

 “On n’a pas attiré mon attention sur cette affaire. Je n’ai pas de réticence à chercher à avoir une explication de la part des autorités israéliennes sur ce qui est arrivé à M. Allen et sur leur position à ce sujet.

«Le problème est qu’on m’a informé que nous n’avons eu aucun contact avec sa famille [et] qu’il n’y a eu aucune demande d’assistance consulaire pendant la période où est présumé avoir été en prison.»

Le sénateur Carr affirme qu’en l’absence de plainte de la part de la famille de M. Zygier, il n’y a pas grand-chose que le gouvernement puisse faire.

On apprend donc de la bouche du ministre que la famille du suicidé ne s’est jamais manifestée auprès du gouvernement de son pays.

Or, ce sont des gens et des organisations qui peuvent donner un retentissement mondial à la moindre croix gammée tracée sur le mur d’une école ou d’une synagogue (acte certes répréhensible mais le plus souvent à resituer dans sa dimension réelle).

A ceux qui se demandent pourquoi ce silence de la famille, je dirai que la réponse est évidente.

Pour le reste, le ministre tient des propos typiques de quelqu’un qui a été domestiqué par le lobby sioniste. Ne nous dit-il pas  dans une formulation étrange qu’il n’a «pas de réticence» à aller demander des explications au gouvernement sioniste alors qu’un responsable politique digne de ce nom aurait parlé d’exiger des éclaircissements ou quelque chose de ce genre.

Il nous dit de toute façon que son gouvernement n’était pas au courant de cette affaire.

Le problème est que c’est faux et que Bob Carr, volontairement ou pas, n’a pas dit la vérité.

On peut ainsi lire dans The Age :

Le ministre des affaires étrangères Bob Carr a été contraint à une volte face gênante mercredi quand il a ordonné à ses services d’enquêter sur l’affaire Zygier.

Ses services ont été obliges de rectifier des affirmations antérieures selon lesquelles l’ambassade australienne à Tel Aviv ignorait tout de l’affaire avant le décès en prison de M. Zygier en décembre 2010 quand sa famille – une famille juive influente de Melbourne – a demandé le rapatriement de son corps.

Dans une révélation qui soulève des questions sur le niveau d’information du gouvernement australien, le porte parole du sénateur Carr a déclaré qu’un diplomate Australien – qui n’était pas l’ambassadeur – était au courant que M. Zygier, 34 ans, était détenu par les autorités israéliennes.

La diplomatie australienne était donc au courant (voir aussi Le Point à ce sujet). Reste à savoir si le ministre Bob Carr était informé et avait choisi de faire silence ou si ses services fonctionnent de façon autonome pour ce qui touche au régime sioniste.

Cette affaire sort maintenant en Australie et c’est tout sauf un hasard.

Si les politiciens Australiens font des courbettes devant le lobby et l’Etat sionistes, il en va  différemment des services de sécurité australiens qui n’ont sans doute pas digéré l’utilisation par les services secrets sionistes de citoyens ou de documents d’identité australiens pour leurs coups tordus.

Et le passeport australien fait l’actualité en ce moment, plus précisément en Bulgarie où une enquête menée par la police bulgare avec l’aide obligeante, désintéressée et impartiale du FBI, de la CIA et du Mossad vient de conclure à l’implication du Hezbollah libanais dans l’attentat de Burgas en juillet dernier, attentat qui avait coûté la vie à plusieurs touristes de l’entité sioniste ainsi qu’à un chauffeur de bus Bulgare et à un des terroristes. Le CRIF qui nous dit lui aussi que c’était un coup du Hezbollah a peut-être eu l’occasion d’en toucher deux mots à un certain ministre de l’intérieur qui est abonné à sa cantine.

Et tenez-vous bien, deux des terroristes, d’origine libanaise, étaient munis l’un d’un passeport canadien, l’autre d’un passeport australien. Et ces terroristes ne circulaient pas avec de faux passeports mais avec d’authentiques documents de voyage  portant leurs vrais noms!

 Nous savons pourtant bien, et les services secrets australiens aussi, qui est capable d’obtenir de vrais passeports et de la « main d’oeuvre » dans pratiquement n’importe quel pays occidental pour s’en servir afin de perpétrer des actions criminelles.

C’est leur propre gouvernement que ces services secrets australiens ont cherché à mettre au pied du mur, n’ayant sans doute pas digéré la découverte qu’une fois de plus des papiers d’identité australiens, et peut-être un ou des ressortissants australiens, avaient servis au Mossad dans l’exercice de ses basses œuvres.

Pepe Escobar sur le complot contre la Syrie

4 août 2012

Pepe Escobar écrit des articles souvent très intéressants mais il utilise une langue si particulière que je renonce souvent à les traduire.

J’ai fait un effort particulier pour celui-ci même si le résultat ne me satisfait pas. Mais de grâce, M. Escobar, utilisez une langue plus simple, plus ordinaire !

Syriana est le titre d’un film tiré d’un livre de Robert Baer qui traite de l’industrie du pétrole et de la politique étrangère des Etats Unis dans la région du Moyen Orient et de l’Asie centrale. D’après le livre, Syriana serait le nom de code donné par Washington à un projet de remodelage du Moyen Orient.

Obama applique Syriana

par Pepe Escobar, Asia Times (Hong kong) 3 août 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Il aura fallu un bon moment pour que Reuters soit autorisée à rapporter que les président US Barack Obama avait approuvé une instruction secrète autorisant la Central Intelligence Agency (CIA) à apporter un large soutien aux «rebelles» armés qui combattent pour un changement de régime en Syrie.

En fait,  même les pêcheurs des îles Fidji connaissaient ce «secret» (sans oublier que tout un chacun en Amérique latine sait une ou deux petites choses sur les pratiques de changement de régime par la CIA). Reuters présente avec prudence le soutien comme «circonscrit.» C’est le code pour « diriger depuis les coulisses.» [leading from behind]

Chaque fois que la CIA veut organiser la fuite d’une quelconque information, elle passe par un scribe dévoué comme David Ignatius du Washington Post. Le 18 juillet déjà, Ignatius reproduisait son briefing selon lequel «la CIA travaillait avec l’opposition syrienne depuis plusieurs semaines avec l’opposition syrienne dans le cadre d’une directive non-létale… De nombreux agents des services secrets israéliens opèrent aussi le long de la frontière syrienne même s’ils font profil bas.»

Comme c’est charmant. Jusqu’à quel point fait-on profil bas aux frontières syriennes ? Sur un Instagram au milieu d’un groupe de chauffeurs de camions souriants ?

En ce qui concerne le «profil bas » du Mossad, le truc à Tel Aviv est de dire qu’Israël est capable de «contrôler » les nuées de wahabbites ultras et de djihadistes-salafistes qui infestent désormais la Syrie. Même si c’est une ineptie manifeste, une chose est parfaitement claire : Israël flirte avec les islamistes du style al Qaïda.

Ce qui signifie que l’Armée Syrienne pas exactement libre Libre (ASL), bourrée de Frères Musulmans jusqu’au-boutistes et infiltrée par des salafistes djihadistes suit l’agenda non seulement de ceux qui la financent et l’arment – la monarchie saoudienne et le Qatar – mais aussi de Tel Aviv aux côtés de Washington et de ses caniches attitrés à Londres et à paris. Ce n’est  donc pas qu’une guerre par procuration – ce sont plusieurs guerres par procuration concentriques. 

Le triangle de la mort

L’objectif de Tel Aviv est clair; un gouvernement syrien affaibli, une armée épuisée et en désarroi, la haine sectaire partout et une tendance irrésistible à la balkanisation. Le but ultime n’étant pas seulement la libanisation, mais la somalisation de la Syrie et de ses environs.

L’objectif de la Turquie demeure incroyablement obscur – en dehors du vœu pieux d’une Syrie pos-Assad qui deviendrait une version douce et civilisée du règne de l’AKP à Ankara (ce qui n’arrivera pas).

Ainsi que l’a rapporté ATol il y a des mois maintenant, l’OTAN possède depuis un moment un centre de commandement à Iskenderun dans la province de Hatay. Reuters a récemment eu connaissance d’une nouvelle base «secrète» turco-saoudo-qatarie à Adana, à 100 kilomètres de la frontière avec la Syrie. Il se trouve qu’Adana accueille l’immense base de l’OTAN d’Incirlik. Une source locale d’ATol a signalé des mouvements intenses de cargos à Incirlik sur plusieurs semaines.

C’est le vice ministre Saoudien des affaires étrangères, Abdulaziz bin Abdullah al-Saud, qui avait demandé en personne l’établissement de cette base, à la plus grande satisfaction d’Ankara.

Ankara-Riad-Doha ; on peut parler d’un triangle de la mort. Mais même le discours officiel à Qatar est du ggenre « dirger en coulisse.» La Turquie fait le gros boulot militaire ; la CIA «n’intervient pas» et le Qatar se contente de prendre des photos comme n’importe quel touriste innocent (alors qu’il dirige les opérations via ses renseignements militaires).Ceux qui font le gros travail sont des «intermédiaires» non spécifiés.

Obama n’a pas autorisé l’utilisation offensive de drones – pas encore – et la CIA ne fournit peut-être pas d’armes aux «rebelles ;» c’est le job du «triangle de la mort.» Un afflux de lance-roquettes RPG russes achetés au marché noir a été responsable des récentes poussées «rebelles» à Damas et à Alep. Désormais, on doit s’attendre à un afflux de missiles sol-air et antitanks pour l’ASL – livrés via, nulle part ailleurs que la Turquie.

Le Qatar et l’Arabie Saoudite ne font pas de prisonniers. Personne à Washington ne semble vouloir jeter un regard rétrospectif sur l’Afghanistan post-djihad avant de prendre des décisions. D’ailleurs, c’en en tout point une réédition du djihad afghan des années 1980 – avec l’Arabie Saoudite et le Qatar jouant le rôle du Pakistan, l’ASL celui des glorieux moudjahidine ou «combattants de la liberté» et Obama celui de Ronald Reagan ; la seule pièce qui manque est un «mémorandum de notification» approuvé par Obama pour amer les rebelles et mettre en action des nuées de drones.

C’st la recette actuelle pour un méga-succès certifié pour 2013 à Hollywood.

De son côté, Riad force le roi Playstation de Jordanie à créer une zone tampon dans son territoire pour la centaine de bandes que comprend l’ASL – ainsi qu’on l’a appris par le journal al-Quds al-Arabi financé par l’Arabie Saoudite. Et devinez qui est l’homme de main qui a forcé l’accord ? Nul autre que l’évanescent chef des services secrets saoudiens, le prince Bandar qui a peut-être (ou pas) été tué dans un attentat à la bombe il y a deux semaines(voir Where is Prince Bandar?, Asia Times Online, August 2, 2012).

La Grande Faucheuse gagne, faut-il le rappeler jusqu’au moment où la Grande Faucheuse doit récolter ; de spectaculaires retours de bâton s’annoncent.

Alep va connaître un siège prolongé. La «base secrète » de l’OTAN-Conseil de Coopération du Golfe en Turquie plus des armes disponibles pour tous donnent de la force à un mélange extrêmement virulent fait de jeunes sunnites Syriens semi-illettrés, de déserteurs sectaires avides de tuer, de toutes sortes de délinquants et de djihadistes-salafistes multinationaux. Cette vidéo montre tout ce qu’il y a à savoir sur l’ASL. Et ceci montre le genre de démocratie qu’ils veulent.

Les wahhabites Saoudiens veulent une Syrie islamiste dure – avec des Chrétiens, des Alaouites, des Druzes et des Kurdes comme citoyens de troisième zone (ou premiers candidats pour passer sur le billot). Les Qataris veulent un protectorat gouverné par les Frères Musulmans.

Les concepteurs de la politique étrangère de l’administration Obama doivent être sur une expérimentation (foireuse). Lancés dans une guerre ouverte non seulement contre l’Iran mais aussi contre les Chiites un peu partout, comment peuvent-ils parier sur une somalisation de la Syrie au profit de l’intolérance wahhabite ? La Grande Faucheuse s’en rit et elle attend au tournant.

Soumission à Tel Aviv: l’avertissement des services secrets américains à Barack Obama et Mitt Romney

30 juillet 2012

Au moment où Barack Obama et Mitt Romney multiplient les signes de soumission au régime sioniste, la presse anglophone, aux Etats Unis et ailleurs, diffuse largement un papier de l’Associated Press sur les activités d’espionnage qu’exercent les services secrets sionistes aux dépends des Etats Unis.

Il va sans dire que ces activités d’espionnage sont menées par des citoyens Américains qui travaillent pour le gouvernement ou pour l’armée des Etats Unis mais qui font avant tout allégeance à l’Etat sioniste. Ce qui facilite quand même les choses pour ces services secrets sionistes paraît-il si performants.

Jonathan Pollard en est le meilleur exemple. Les autorités et les groupes de pression sionistes font de gros efforts depuis des années pour obtenir l’élargissement de cet espion, c’est quasiment une cause nationale, mais aucun président des Etats Unis ne s’y est risqué, de peur d’enrager ce qu’on appelle la «communauté du renseignement » faite de fonctionnaires non élus qui pensent s’être enrôlés dans l’intérêt exclusif de leur pays.

Cet article est à n’en pas douter un avertissement pour les deux candidats afin de leur faire comprendre que, quel que soit le soutien qu’ils attendent et obtiendront du lobby sioniste, il est hors de question de libérer Jonathan Pollard.

Une curiosité de cet article est qu’il observe que l’entité sioniste n’a jamais été visée directement par al Qaïda.

Les Etats Unis voient leur proche allié israélien comme une menace en matière d’espionnage

Par Adam Goldman et Matt Apuzzo, Associated Press,

San Francisco Chronicle (USA) 28 juillet 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

WASHINGTON (AP) —  Le chef de la station de la CIA à Tel Aviv avait déverrouillé la boîte qui contenait le matériel sensible dont il se servait à son domicile de Tel Aviv, en Israël, pour communiquer avec le siège de la CIA en Virginie, et n’avait pu que constater que quelqu’un l’avait trafiqué. Ce dont il référa à ses supérieurs.

Cet incident, décrit par trois anciens cadres des services secrets US aurait pu être rangé simplement parmi les péripéties qui émaillent le monde de l’espionnage international, sauf que le même chose était arrivée au précédent chef de station en Israël.

C’était un rappel pas très subtil que, même dans un pays ami des Etats Unis, la CIA elle-même était sous surveillance.

Dans un incident distinct, selon deux autres anciens officiels US, un agent de la CIA en Israël était rentré chez lui pour découvrir que la place des aliments dans le réfrigérateur avait été modifiée. Dans tous les cas, les autorités US pensent que les services de sécurité israéliens étaient les responsables.

Une telle ingérence souligne ce qui est largement connu mais rarement discuté en dehors du milieu des services de renseignements: malgré les liens incontestables entre les Etats Unis et leur allié le plus proche au Moyen Orient et malgré les déclarations des politiciens US qui claironnent cette amitié, les officiels de la sécurité nationale des Etats Unis considèrent qu’Israël est, par moment, un allié frustrant et une véritable menace pour le contre-espionnage.

Outre ce que les anciens officiels US ont décrit comme des violations de domicile au cours de ces dix dernières années, Israël a été impliqué dans des affaires criminelles d’espionnage contre les Etats Unis, dans des procédures disciplinaires contre les agents de la CIA et mis en cause dans la mort d’un espion important qui travaillait pour le compte de la CIA en Syrie pendant l’administration George W. Bush.

La CIA considère Israël comme étant sa menace N°1 en matière de contre-espionnage pour sa division Proche Orient, le groupe qui chapeaute les activités d’espionnage au Moyen Orient, selon d’anciens et d’actuels officiels.

Le contre-espionnage est l’art de protéger les secrets du pays contre les espions étrangers. Ce qui veut dire que la CIA pense que les secrets d’Etat des Etats Unis sont plus à l’abri des autres services secrets de la région que d’Israël.

Israël a des services d’espionnage hautement sophistiqués et professionnels qui rivalisent avec les services américains en technicité et capacité à recruter de la ressource humaine. A la différence de la Syrie et de l’Iran, par exemple, Israël, en qualité d’allié indéfectible, bénéficie d’un accès aux niveaux les plus élevés des cercles militaires et du renseignement au sein du gouvernement des Etats Unis.

Les officiels nous ont parlé sous condition d’anonymat parce qu’ils ne sont pas autorisés à parler publiquement de ces questions sensibles pour les relations diplomatiques entre les deux pays.

Les inquiétudes du contre-espionnage persistent alors même que la relation entre les USA et Israël comprennent une étroite coopération sur des programmes de renseignement qui incluraient le virus Stuxnet qui a attaqué les ordinateurs des principaux sites iraniens d’enrichissement d’uranium. Alors que l’alliance [avec le régime sioniste] est centrale dans l’approche des Etats Unis au Moyen Orient, il y a quand même place pour un désaccord important, tout particulièrement dans la tourmente diplomatique au sujet des ambitions nucléaires de l’Iran.

«C’est une relation compliquée,» déclare Joseph Wippl, un ancien officier supérieur des actions clandestines la CIA, et ancien chef du bureau de la CIA pour les affaires parlementaires (Congrès). «Ils ont leurs intérêts. Nous avons nos intérêts. Pour les Etats Unis, il y a un équilibre à trouver.»

La façon dont Washington caractérise sa relation avec Israël est importante aussi dans la manière dont les Etats Unis sont perçus dans le reste du monde, particulièrement dans les pays musulmans.

Les éloges à l’égard des Etats Unis sont allés crescendo [dans l’entité sioniste] avant la rencontre prévue dimanche entre le candidat à la présidentielle Mitt Romney et le premier ministre Israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem. Leur relation remonte à plusieurs dizaines d’années, quand ils s’étaient brièvement croisés dans les années 1970 au the Boston Consulting Group. Tous deux travaillaient comme conseillers de cette firme au début de leur carrière, avant que Romney fonde en partenariat sa propre société de gestion de placements. Romney a déclaré dans un discours la semaine dernière qu’Israël était «un de nos amis les plus chers, » et a critiqué Obama pour ce qu’il a qualifié de «traitement médiocre» de l’Etat juif par l’administration Obama.

«Le peuple d’Israël mérite mieux que ce qu’il a reçu de la part du leader du monde libre,» a déclaré Romney dans un appel clair à l’électorat juif américain et aux électeurs évangélistes pro-Israël.

Les Américains peuvent bien aller dans le mur

Obama, dont on avait appris qu’il semblait avoir approuvé des critiques contre Netanyahou formulées par le président Français d’alors, benjamin Netanyahou, a défendu son travail avec Israël. «Nous avons fait beaucoup de choses avec Israël ces trois dernières années,» a déclaré Obama dans le courant de l’année. «Je pense que le premier ministre – et certainement le ministre de la défense – reconnaîtra que la coopération sans le domaine militaire et du renseignement n’a jamais été aussi étroite.»

Un porte-parole Israélien à Washington, Lior Weintraub, a déclaré que son pays avait des liens étroits avec les Etats Unis.

Les services de renseignements et de sécurité israéliens entretiennent une coopération étroite, étendue et continue avec leurs homologues des Etats Unis,» a déclaré Weintraub. «Ils sont nos partenaires dans la confrontation avec de nombreux défis communs. Toute suggestion qu’il en serait autrement est sans fondement et contraire à l’esprit et à la pratique de la coopération de nos deux pays en matière de sécurité.»

La CIA a refusé de commenter.

La tension existe des deux côtés

La National Security Agency (NSA) a toujours exercé une surveillance d’Israël. Les Etats Unis ne veulent par exemple pas être pris au dépourvu si Israël lançait une attaque surprise qui pourrait précipiter la région dans la guerre, mettre en péril les livraisons de pétrole et mettre en danger les soldats Américains.

Matthew Aid, auteur de «The Secret Sentry,» qui traite de la NSA explique que les Etats Unis ont commencé à espionner Israël avant même la création de l’Etat en 1948. Aid précise que les Etats Unis avaient une station à Chypre chargée d’espionner Israël jusqu’en 1974. Aujourd’hui, des hébréophones sont stationnés dans les locaux de la NSA à  Fort Meade dans le Maryland où ils écoutent les interceptions de communications israéliennes, dit-il.

La politique de la CIA interdit généralement à ses agents à Tel Aviv de recruter des sources dans l’administration israélienne. Ce qui ne peut se faire qu’avec l’approbation de hauts responsables de la CIA, expliquent deux anciens cadres de cette agence. A l’époque de l’administration Bush, l’accord devait être donné par la Maison Blanche.

Israël n’est pas le plus proche allié de l’Amérique, du moins quand il s’agit de savoir à qui Washington fait confiance pour les informations les plus sensibles pour la sécurité nationale. Cette confiance est l’apanage d’un groupe de nations désignées officieusement les «Five Eyes » (cinq yeux). Sous ce couvert, les Etats Unis, le Canada, la Grande Bretagne, La Nouvelle Zélande et l’Australie acceptent d’échanger des informations et de ne pas s’espionner mutuellement. Souvent, les agents des services secrets US travaillent en direct avec leurs homologues de ces pays pour traiter des informations top secrètes qui ne sont partagées avec personne d’autre.

Israël se situe dans le cadre d’une relation de second rang désignée par un autre nom officieux, «Friends of Friends.» Ce nom dérive de la phrase « les amis n’espionnent pas les amis, » et cet arrangement date de dizaines d’années. Mais les services de renseignements extérieurs d’Israël, le Mossad, et l’équivalent du FBI, le Shin Bet, tous deux considérés comme étant parmi les meilleurs du monde, ont été soupçonnés de recruter des officiels US et d’essayer de voler des secrets américains.

Vers 2004-2005, la CIA a révoqué deux agents de sexe féminin pour avoir eu des contacts non signalés [à la hiérarchie] avec des israéliens. Une des deux femmes a reconnu, sous détecteur de mensonges, avoir eu une relation avec un Israélien qui travaillait pour le ministère [sioniste] des affaires étrangères, explique un ancien officiel de la CIA. La CIA avait appris que l’Israélien avait présenté la femme à son «oncle.» Ce dernier travaillait pour le Shin Bet.

Jonathan Pollard, fonctionnaire civil de la marine chargé d’analyse de renseignements, a été convaincu d’espionnage pour Israël en 1987 alors que l’accord Friends on Friends était en vigueur. Il a été condamné à la prison à vie. Les israéliens essayent depuis des années d’obtenir sa libération. En janvier 2011, Netanyahou avait demandé à Obama de libérer Pollard tout en reconnaissant que les agissements d’Israël dans cette affaire avaient été « une faute et complètement inacceptables.»

Ronald Olive, un ancien superintendant du Naval Criminal Investigative Service (le fameux NCIS) qui avait enquêté sur Pollard, déclare qu’après l’arrestation, les Etats Unis avaient formé un groupe de travail pour déterminer quels dossiers gouvernementaux Pollard avait volés. Olive explique que ce  qu’Israël a rendu ne représente qu’une goutte d’eau dans la mer ».

Après l’affaire Pollard, les Israéliens avaient promis de ne plus avoir d’agents secrets en opération sur le sol des Etats Unis.

Ancien ingénieur mécanicien de l’armée, Ben-Ami Kadish a plaidé coupable en 2008 d’avoir remis des documents classés secrets aux Israéliens pendant les années 1980. Son officier traitant était le même que celui qui gérait Pollard.

Kadish avait permis  aux Israéliens de prendre des clichés de documents sur des armes nucléaires, une version modifiée de l’avion de chasse F-15 et du système de missiles anti-aérien Patriot. Kadish, qui avait 85 ans au moment de son arrestation, avait évité la prison et reçu une amende de 50 000 dollars. Il avait déclaré au juge «Je pensais que j’aidais Israël dans faire de tort aux Etats Unis.»

En 2006, un ancien analyste du Département de la Défense a été condamné à plus de douze ans de prison pour avoir donné des informations classifiées à un diplomate Israélien et à des lobbyistes pro-Israël.

Malgré l’affaire Pollard et les autres, Olive dit avoir la conviction que les deux pays doivent maintenir d’étroites relations «mais devons-nous rester vigilants ? Absolument. Les Israéliens sont bons dans ce qu’ils font.»

A l’époque de l’administration Bush, la CIA avait classé certains services de renseignements étrangers en fonction de leur disposition à aider à la lutte contre le terrorisme menée par les Etats Unis. Un ancien officiel de la CIA qui avait vu la liste achevée indique qu’Israël, qui n’a jamais été visé directement par des attentats d’al Qaïda, arrivait derrière la Libye qui avait récemment accepté de renoncer à son programme d’armement atomique.

Les incidents   en matière d’espionnage n’ont pas vraiment ralenti transfert de milliards de dollars en argent et en armement des Etats Unis vers Israël. Depuis l’arrestation de Polard, Israël a reçu plus de 60 milliards de dollars d’aide américaine, essentiellement sous forme d’assistance militaire, selon le Congressional Research Service. Les Etats Unis ont fourni à Israël des missiles Patriot , ont participé au financement d’un programme de défense anti-missile et fourni du matériel radar très sensible pour détecter les menaces de missiles iraniens.

Pas plus tard que vendredi dernier, Obama a annoncé qu’il allait ouvrir une ligne d’aide militaire supplémentaire de 70 millions de dollars, une décision anticipée de façon apparemment à éclipser le voyage de Romney (dans l’entité sioniste), et il a parlé de «l’engagement inébranlable [de l’Amérique] envers Israël.» L’argent aidera israël à développer la production d’un système de missiles à courte portée.

Certains officiels de la CIA sont encore remontés au sujet de la disparition d’un scientifique Syrien qui, à l’époque de l’administration Bush, était le seul espion de la CIA dans le programme militaire syrien de développement d’armes biologiques et chimiques. Ce scientifique fournissait à l’agence des informations extraordinaires sur les agents pathogènes utilisés pour ce programme, expliquent d’anciens officiels US à propos de cette opération d’espionnage précédemment inconnue.

A l’époque, il y avait une pression pour un échange d’informations sur les armes de destruction massive, et la CIA avait fourni les siennes à Israël. Un ancien offiiel de la CIA, qui a une connaissance directe de ce dossier, explique que des détails dur le programme syrien avaient été publiés dans la presse. Même si la CIA n’a jamais conclu formellement à la responsabilité d’Israël, les officiels de l’agence avaient protesté auprès d’Israël parce qu’ils croyaient que les Israéliens laissaient fuir des informations pour faire pression pour que la Syrie abandonne son programme. Les Syriens avaient cherché qui avait accès à ces informations sensibles et avaient fini par identifier le scientifique comme un traître.

Avant de disparaître et d’être probablement tué, le scientifique avait dit à son agent traitant que les renseignements militaires syriens se concentraient sur lui.


%d blogueurs aiment cette page :