Posts Tagged ‘Nouri al-Maliki’

Dissolution de l’Etat national: la Turquie après la Syrie et l’Irak?

9 mai 2016

Verda Özer est une spécialiste des relations internationales chercheur à l’Istanbul Policy Center (IPC) et qui collabore avec plusieurs publications dont le journal turc Hürriyet.

Verda Ozer-Hurriyet(1).PNG

Verda Özer

Son article que je vous propose en traduction veut contredire le vice-président des Etats Unis Joe Biden, et donc la ligne officielle de Washington, selon qui les Etats où son pays intervient pour « maintenir la paix » sont des structures artificielles et qu’il faut se préparer à leur éclatement en entités plus petites mais plus homogènes.

Ce serait par exemple en Syrie, une entité alaouite, une entité kurde et une entité sunnite, ces deux dernières étant réparties sur des portions de territoires de la Syrie et de l’Irak actuels.

Mme Özer a parfaitement compris que cette argumentation s’appliquait aussi à son pays, la Turquie.

C’est pour cette raison qu’elle a souhaité contredire Joe Biden en arguant du fait que nulle part il n’existe de frontières naturelles. Et en effet, contrairement à ce que certains ont pu apprendre à l’école, les Pyrénées ne sont pas une frontière naturelle de la France. Une frontière est uniquement un fait accompli de main d’homme et un fait de droit.

Cette précision de Verda özer peut être assimilée à un coup pour rien mais ce n’est pas le cas. Elle lui permet en réalité de formuler de manière diplomatique deux conseils à un gouvernement qui n’aime pas trop en recevoir.

Le premier est celui de se tenir à l’écart des conflits en cours en Syrie et en Irak, de crainte d’un effet déstabilisateur sur la Turquie elle-même.

Le deuxième est celui de ne pas tracer des frontières (forcément artificielles) à l’intérieur du territoire national. Mme Özer pense évidemment aux Kurdes de Turquie mais pas seulement car il existe en Turquie d’autres minorités qui pourraient trouver un intérêt à la défaisance de l’Etat turc tel qu’il est actuellement établi. Je parle ici de la  minorité syrienne de l’ancien wilayet d’Antioche (Antakya) et des Alévis, une importante minorité confessionnelle.

On verra bien ce que pèsent les avertissements distillés par des spécialistes comme Verda Özer face aux plans des Etats Unis qui consistent à favoriser et accompagner la fragmentation de la région pour peu qu’elle demeure dans un niveau d’instabilité à la fois gérable, non menaçant pour leurs intérêts et favorables à ceux de l’entité sioniste. Une politique étrangement conforme au fameux plan Yinon

Vous avez peut-être tort, M. Biden

Par Verda Özer, Hürriyet (Turquie) 7 mai 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

Les mots du vice-président des Etats Unis Joe Biden ont fait l’effet d’une bombe cette semaine. « Pensez à tous ces endroits où nous essayons de maintenir la paix. Ce sont des endroits où nous avons tracé des lignes artificielles, créé des Etats artificiels, constitués de groupes culturels, ethniques et religieux distincts et nous avons dit, ‘C’est pour vous ! Vivez ensemble ! », a-t-il dit.

L’endroit auquel il se référait principalement comme « artificiel » était l’Irak, étant donné qu’il a tenu ces propos dans l’ambassade américaine à Bagdad au cours de sa première visite en Irak depuis cinq ans.

Le même jour, le New York Times rapportait que les « officiels des Nations Unies à Bagdad ont discrètement commencé à étudier comment la communauté internationale pourrait gérer un éclatement du pays. »

Le moment de la visite de Biden et ces déclarations sont loin d’être des coïncidences. L’Irak a été littéralement mis en lambeaux. Et en premier lieu, le gouvernement central à Bagdad est complètement dysfonctionnel depuis février dernier. Aucun des ministères n’est en situation de pouvoir travailler.

La principale raison en est que l’opposition au premier ministre chiite Haider al-Abadi et à son gouvernement est devenue hors de contrôle à cause de sa politique sectaire et d’allégations de corruption. C’est pour cette raison que al-Abadi avait promis de formé un nouveau gouvernement constitué uniquement de technocrates le 9 février. Il a cependant été incapable d’y parvenir pour l’instant. Par conséquent, l’équilibre des pouvoirs dans le pays qui est façonné par les tendances sectaires s’est retrouvé complètement sens dessus dessous.

Ce qui indique fortement que le sectarisme va sonner le glas pour [le gouvernement d’] al-Abadi exactement comme ce fut le cas pour le premier ministre chiite Nouri al-Maliki en 2014. En d’autres termes, l’Irak ne va nulle part.

La tension ancienne entre Bagdad et Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, s’étale au grand jour. Les deux parties s’accusent mutuellement de ne pas respecter l’accord qu’elles avaient conclu le 2 décembre 2014 sur le partage des revenus du pétrole.

Ce qui à son tour, s’est transformé généralement en conflit entre Kurdes et Chiites à travers le pays. Il y a eu tout récemment une escalade dans les affrontements, particulièrement du côté de Kirkouk que Bagdad et Erbil se disputent depuis longtemps. En outre, les Turkmènes chiites combattent aussi aux côtés des milices chiites contre les Kurdes dans les zones de conflit. Dit autrement, les conflits ethniques et religieux sont devenus intriqués.

Par ailleurs, le fait que l’EIIL (Etat Islamique en Irak et au Levant, Daesh) soit leur ennemi commun ne change en rien la situation. Au contraire, la lutte contre l’EIIL a changé l’équation sur le terrain en faveur des Kurdes en étendant leur territoire d’environ 40 % depuis 2014, ce qui n’a fait qu’attiser la confrontation.

La tension Chiites – Sunnites, d’autre part, est omniprésente dans le pays depuis des dizaines d’années. Elle s’est pourtant encore aggravée à un tel point récemment que « l’opération de grande ampleur pour reprendre Mossoul » qui doit être lancée en septembre ou en octobre devrait, dit-on, interdire aux milices chiites d’accéder au centre-ville afin d’éviter tout affrontement éventuel avec les Sunnites qui sont majoritaires dans la ville.

Avec tout ça, les Chiites sont aussi divisés entre eux. Le leader religieux chiite Moqtada al-Sadr  a appelé avec de plus en plus de force à la démission d’al-Abadi. La même chose s’observe du côté du parti politique chiite d’al-Maliki, Dawa.

Compte tenu de tous ces éléments, l’Irak sera-t-il capable de combattre d’EIIL dans ces conditions ? En outre, l’EIIL lui-même n’est-il pas issu de la confrontation sectaire ? Il ne semble par conséquent guère possible de sauver à brève échéance l’Irak de Daesh et d’empêcher la dissolution de l’Etat à long terme.

La Syrie est pour sa part dans une situation de morte-vivante depuis un certain temps. La communauté internationale considère même sa dissolution comme plus probable et imminente que celle de l’Irak.

En novembre 2014, j’ai eu la chance d’avoir un tête-à-tête [en français dans le texte] avec Richard Haas, le président du Council on Foreign Relations (CFR), le think tank américain le mieux établi. Haas est un des plus éminents penseurs et concepteurs de politiques aux Etats Unis, ayant coordonné les politiques de Washington en Irak et en Afghanistan en des moments critiques.

Haas m’avait que « pour le moment, les Etats Unis préfèrent un Irak unifié, avec les Kurdes ayant une autonomie plutôt que l’indépendance. » Il considère cependant que ce n’est pas une perspective réaliste dans le futur parce que nous avons déjà franchi le point de non-retour aussi bien en Irak qu’en Syrie.

« L’avenir de la Syrie ne se situe plus dans le cadre de paramètres nationaux. Le pays est déjà partitionné. Al-Assad, ou quelqu’un comme lui, gouvernera la région alaouite, pas l’ensemble du pays. Les Kurdes auront une autonomie significative. El les Sunnites se débattront entre l’EIIL et différentes tribus, » avait-il expliqué.

Dans un tel scénario, les zones sunnites en Irak et en Syrie seraient à cheval des deux côtés de la frontière. La même chose pourrait se passer pour les zones kurdes. Et un tel changement fondamental de la carte de la région affectera certainement aussi la Turquie.

En réponse à ces vagues de désintégration, la Turquie doit se tenir hors de ces conflits dans toute la mesure de ses capacités et se préparer à tous les scénarios possibles. Plus important, elle doit faire valoir la paix et l’unité à l’intérieur de ses propres frontières.

Enfin et surtout, je voudrais en finit avec des histoires de « nature artificielle ». Existe-t-il quelque part une « frontière naturelle » ? Les frontières e tous les Etats nations du monde ont été tracées un jour d’une manière ou d’une autre. Ce qui importe vraiment c’est de ne pas en créer de nouvelles ; et au contraire d’effacer les frontières internes à nos territoires que nous tendons à créer nous-mêmes. Après tout, ce sont des frontières artificielles.

Bûchers en Syrie, bûchers en Amérique. Barbarie en Orient, civilisation en Occident

9 février 2015

Mon commentaire après cet article riche de sens.

Ceci est le corps calciné de Jesse Washington et des hommes blancs de Waco – pas Daesh – l’ont brûlé vif

par Bill Moyers, Raw Story (USA) 7 février 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Ils l’ont fait brûler vif dans une cage de fer, et tandis qu’il criait et se tordait dans les affres de l’enfer, sa mort pour eux n’était qu’un jeu.

Le bûcher et la cage de fer où était enfermé Jesse Washington

Le bûcher et la cage de fer où était enfermé Jesse Washington

Après avoir écouté les bulletins d’information l’un après l’autre condamner à juste titre l’assassinat barbare de ce pilote de l’armée de l’air jordanienne tombé entre la mains sanglantes de l’EIIL, je ne pouvais trouver le sommeil. Mon esprit s’évertuait à ressasser le passé pour essayer de retrouver une photo dont je me souvenais vaguement et que j’avais vue il y a longtemps de cela dans les archives d’une bibliothèque universitaire au Texas.

Soudain, vers deux heurs du matin, l’image s’est reformée dans mon cerveau. Je suis descendu pour aller à mon ordinateur et j’ai tapé les mots clefs : « Waco, Texasn Lynchage. »

Effectivement, elle était là : le cadavre carbonisé d’un jeune homme noir attaché à un arbre au tronc boursouflé au cœur de la Bible Belt du Texas. Non loin du corps brûlé, on peut voir de jeunes hommes blancs souriants et satisfaits, dans un état apparent de jubilation à être assis aux premières loges d’un carnaval de mort. L’un d’entre eux avait envoyé une photo comme carte postale à la maison : « C’est le barbecue qu’on a fait la nuit dernière. Je suis à gauche sur la photo avec la marque de la croix. Votre fils, Joe. »

La victime se nommait Jesse Washington. C’était en 1916, l’Amérique allait bientôt entrer en guerre en Europe « pour rendre le monde plus sûr pour la démocratie. » Mon père avait 12 ans, ma mère 8. Je suis né 18 ans après, à une époque, comme je devais l’apprendre, où les Blancs du coin parlaient encore de l’exécution de Washington comme si elle avait eu lieu la veille. Ce n’était pas l’Europe médiévale. Pas l’Inquisition. Pas un hérétique envoyé au bûcher par une autorité ecclésiastique dans l’Ancien Monde. C’était au Texas, et les hommes blancs sur la photo étaient des fermiers, des ouvriers, des commerçants, certains d’entre eux étant des membres respectables des églises locales à Waco et ses environs.

jesse-washington-lot13093-no.38

Voici la photo. Regardez bien le corps raidi de Washington attaché à l’arbre. Il avait été condamné à mort pour le meurtre d’une femme blanche. Aucun témoins n’avais vu le crime ; il aurait avoué mais la véracité des allégations n’a jamais été vérifiée. Le grand jury n’avait mis que quelques minutes pour rendre un verdict de culpabilité, mais il n’y eut ni appel, ni réexamen, pas de prison [en attendant l’exécution de la sentence, NdT]. Au lieu de tout ça, la foule présente à l’audience le traîna dehors, le plaqua au sol et lui coupa les testicules. Un bûcher fut rapidement installé et mis à feu. Deux heures durant, Jesse Washington – vivant – fut levé et abaissé au-desus des flammes. Encore, encore et encore. Les officiels de la ville et la police se tenaient là, approbateurs. Selon certaines estimations, la foule grossit jusqu’à atteindre 15 000 personnes. On se moquait, on applaudissait et on riait. Les journalistes avaient rapporté entendre des « cris de joie. »

Quand les flammes s’éteignirent, le corps de Washington fut taillé en pièces qui furent vendues comme souvenirs. La fête était finie.

Bien des années plus tard, alors jeune homme, je m’étais rendu à l’université Baylor de Waco, souvent considérée comme le Vatican baptiste du Texas. On m’y avait proposé un poste d’enseignement. Je m’étais assis un moment à la bibliothèque Armstrong Browning de la faculté, une des plus belles des Etats Unis qui contient non seulement les oeuvres de Robert et Elizabeth Barrett Browning, les fameux poètes victoriens, mais aussi des vitraux, des colonnes de marbre et des plafonds élégants qui rappellent l’intérieur somptueux de la bibliothèque Laurentienne construite par Michel-Ange à Florence.

Assis là, je trouvais difficile de concilier la beauté et la quiétude de ce sanctuaire avec la photo que m’avait montré auparavant un homme nommé Harry Provence, responsable de la publication du journal local. En la voyant, je réalisais qu’au moment où le jeune Jesse Washington était soumis à la torture, des étudiants du même âge que lui, certains se préparant à une carrière ecclésiastique, venaient juste de terminer leur semestre de printemps. En 1905, quand un autre homme noir fut lynché à Waco, le président de l’université Baylor prit la tête du mouvement contre le lynchage. Mais d’horribles souvenirs continuaient à diviser la ville.

Jesse Washington n’était qu’un cas parmi d’autres d’hommes noirs qui connurent une mort horrible des mains d’escadrons de la morts blancs. Entre 1882 et 1968 – 1968 ! – il y a eu 4 743 cas répertoriés de lynchage aux Etats Unis. Environ le quart des lynchés étaient des Blancs dont beaucoup avaient été tués pour avoir sympathisé avec les populations noires. Mon père, qui était né en 1964 près de Paris (Texas) avait gardé dans un tiroir cette photo de journal datant de l’époque de son enfance quand des milliers de personnes s’étaient rassemblées comme pour un pique nique et festoyer devant le spectacle d’un homme noir torturé et pendu en plein centre ville. Au cours d’un voyage à la recherche de nos racines bien des années plus tard, mon père s’étrangla et se tut quand nous nous trouvâmes près de l’endroit ou cela s’était passé.

Oui, il avait été difficile de retourner dormir la nuit où nous avons appris la nouvelle de l’horrible fin du pilote jordanien. Maudit soit l’EIIL ! avais-je pensé. Mais après coup, je ne pouvais que songer que nos propres barbares n’avaient pas à attendre à une quelconque frontière. Ils étaient de chez nous. Eduqués ici. Dans la religion. Nos voisins, nos amis et notre parentèle. Des gens comme nous.

L’exécution/assassinat par l’Etat Islamique en Irak et au Levant (Daesh) d’un pilote de l’armée de l’air jordanienne brûlé vif dans une cage de fer a suscité une indignation tout à fait compréhensible.

Pourtant, que le pilote ait réellement ou pas été brûlé vif et mis à mort dans les conditions que donne à voir la vidéo, cette exécution date de debut janvier peu après l’échec d’une tentative de raid héliporté pour le tirer des griffes de ses geôliers.

Muad al-Kasasbeh, le pilote de l'armée jordanienne capturé et exécuté par l'EIIL

Muad al-Kasasbeh, le pilote de l’armée jordanienne capturé et exécuté par l’EIIL

Le moment de la diffusion de cette vidéo a évidemment été décidé en fonction de l’agenda des néoconservateurs qui veillent au maintien et à l’aggravation du chaos dans la région.

A l’indignation de la populace un peu partout, c’est-à-dire des gens comme vous et moi, s’est bien entendu jointe celle des grands de ce monde qui n’ont pas eu de mots assez durs pour condamner la sauvagerie de Daesh, rappelant ainsi opportunément qu’eux-mêmes se considéraient incarner la civilisation.

Les condamnations les plus fermes sont souvent venues de ceux-là mêmes qui ne sont pas sans affinité avec les types qui, aux Etats Unis, lynchaient des gens parce qu’ils n’avaient pas la bonne couleur de peau. Et qui continuent à le faire le plus souvent impunément sous couvert de leur activité de policier.

Alors oui, l’EIIL est une organisation brutale qui ne fait pas de quartier et se livre à des exactions aux dépens des civils qui sont du mauvais côté, que ce soit par leurs affinités politiques ou leurs appartenances religieuses. Mais il faut admettre qu’on en a ajouté dans l’horreur de leurs agissements, ce qui tend à laisser les réactions morales supplanter le raisonnement et l’analyse politiques.

Ce sont des procédés de ce genre qui ont été utilisés contre l’Irak de Saddam Hussein, la Yougoslavie de Slobodan Milosevic, la Libye de Mouammar Kadhafi et la Syrie de Bachar al-Assad.

Même si ces images d’horreur peuvent être jugées utiles par ceux qui sont favorables au régime syrien, il faut se souvenir que la propagande aura vite fait de les remplacer par d’autres images d’horreur qui les feront oublier et qu’on imputera alors au régime syrien si les néo conservateurs jugent le moment venu d’en terminer avec le gouvernement syrien.

Il faut comprendre que l’EIIL agit dans le cadre d’une volonté de remodelage du Proche Orient qui passe par la dislocation de certains Etats et c’est pour ça que les Etats Unis ont laissé prospérer cette organisation dont le fer de lance est constitué de combattants étrangers venus d’un pays allié de l’OTAN comme l’Arabie Saoudite ou via ce pays membre de l’OTAN qu’est la Turquie.

Bien sûr Daesh n’est pas un simple instrument qui obéirait au doigt et à l’oeil à ses maîtres, il faut plutôt le comparer à un fauve dont on gère au mieux l’agressivité en la tournant vers ses propres ennemis et qu’on fouette et punit quand il en vient à s’en prendre à vos amis.

c’est exactement ce qui s’est passé avec l’EIIl sur lequel Washington comptait pour faire tomber le gouvernement de Nouri al-Maliki mais qui a commis la faute d’attaquer dans le Kurdistan irakien, une zone que Washington a souhaité sanctuariser.

Aujourd’hui on nous parle de la nécessité impérieuse d’une intervention de troupes terrestres pour défaire les milices de l’EIIL. On pense en effet que le terrain psychologique est bien mûr après tous ces horribles crimes perpétrés par les extrémistes de l’Etat Islamique.

Il va de soi qu’une telle intervention aurait en réalité pour finalité d’abattre le régime syrien qu’aucune force terroriste n’a réussi à réduire. Et demain, les miliciens de Daesh se transformeraient comme par enchantement en combattants de la liberté.

L’Etat Islamique en Irak et au Levant fruit d’une erreur stratégique des Etats Unis?

25 août 2014

Intéressant cet article qui attire l’attention sur les liens entre les organisations « djihadistes » qui font beaucoup parler d’elles en ce moment, notamment en Irak, et les appareils politico-militaires des principales puissances occidentales, c’est-à-dire les Etats Unis, la Grande Bretagne et bien sûr la France (la France UMP comme la France PS faut-il préciser).
L’auteur de l’article, une universitaire, pense que les accointances entre le gouvernement  des Etats Unis et les organisations comme le Front al Nosra sont des erreurs qui viennent répéter d’autres erreurs du même type commises en Libye et en Afghanistan.

Je ne sais pas vous, mais je ne crois pas qu’on se trouve présentement devant des « erreurs » stratégiques parce que je vois mal des officiers du Pentagone répéter en un laps de temps très court des erreurs dont les militaires américains sur le terrain ont eu à payer le prix pour des gains stratégiques finalement minimes (la dislocation de l’URSS ne s’est effectivement pas jouée en Afghanistan mais sur le terrain économique et la rébellion des républiques d’Europe orientale, Pologne en tête).

Si ces prétendues erreurs sont répétées, c’est qu’elles satisfont à une démarche autre que celle qui est affichée par le gouvernement des Etats Unis. Et cette démarche est celle des néoconservateurs dont Robert Parry a montré la persistance de l’influence dans l’administration Obama.
Ces néoconservateurs, qui peuvent être Démocrates ou Républicains, sont avant tout motivés par ce qu’ils jugent être l’intérêt de l’entité sioniste. Pour eux, cet intérêt réside avant tout dans l’affaiblissement des dernières structures ou régimes politiques qui représentent un obstacle à la domination sioniste dans la région.

Les structures et régimes dont nous parlons ici sont le Hezbollah libanais, la Syrie baathiste et la république islamique d’Iran.

C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la situation en Irak dont le gouvernement de Nouri al-Maliki était un allié très proche du régime iranien, la démission de ce dernier ayant ne l’oublions pas été posée comme préalable à toute assistance par les autorités américaines. Dans l’hypothèse de la confirmation d’un dégel entre Washington et Téhéran, l’Etat Islamique en Irak et au Levant est l’instrument qui pourrait permettre d’annuler en partie le gain stratégique de l’Iran en sortant l’Irak de sa sphère d’influence.

Les terroristes qui nous combattent en ce moment ? Nous venons juste de finir de les entraîner.

Non, l’ennemi de notre ennemi n’est pas notre ami.
par Souad Mekhennet, The Washington Post (USA) 18 août 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Souad Mekhennet

      Souad Mekhennet

Souad Mekhennet, co-auteure de “The Eternal Nazi,” est professeur auxiliaire à Harvard, John Hopkins et au Geneva Centre for Security policy.

Au cours des dernières années, le président Obama, ses amis européens, et même certains alliés du Moyen-Orient, ont soutenu des «groupes rebelles» en Libye et en Syrie. Certains de ces groupes ont reçu une formation, un soutien financier et militaire pour renverser Mouammar Kadhafi et combattre Bachar al Assad. C’est une stratégie qui suit le vieil adage, « L’ennemi de mon ennemi est mon ami», et elle a été l’approche des Etats Unis et de leurs alliés depuis des décennies quand il fallait décider de soutenir des organisations et des mouvements d’opposition.

Le problème est qu’elle n’est pas fiable du tout – et souvent pire que d’autres stratégies. Chaque année on voit de nouveaux cas de retour de flamme avec cette approche. L’échec le plus flagrant et le plus connu est celui de l’Afghanistan où certaines des organisations entraînées (et équipées) pour combattre l’armée soviétique sont par la suite devenues résolument hostiles à l’Occident. Dans cet environnement, al Qaïda avait prospéré et établi les camps où les auteurs des attentats du 11 septembre avaient été préparés. Pourtant, au lieu de tirer des leçons de leurs erreurs, les Etats Unis persistent à les répéter.

Washington et ses alliés ont aidé des organisations dont les membres avaient dès le départ des idées anti-américaines ou anti-occidentales ou qui avaient été attirés par ces idéees dans le temps du combat. Selon des entretiens réalisés avec des membres d’organisations militantes, comme l’Etat Islamique en Irak et le Front al Nosra en Syrie (qui est affilié à al Qaïda), c’est exactement ce qui s’est passé avec certains des combattants en Libye et même avec des factions de l’Armée Syrienne Libre (ASL).

« Dans l’Est de la Syrie, il n’y a plus d’Armée Syrienne Libre. Tous ceux qui étaient dans l’Armée Syrienne Libre [dans cette région] ont rejoint l’État islamique « , dit Abu Yusaf, un haut cadre militaire de l’Etat islamique, qui a fait l’objet d’un article d’Anthony Faiola la semaine dernière dans le Washington Post.

L’Etat Islamique est jusqu’à présent celui qui a le mieux réussi, contrôlant les principaux champs pétroliers et gaziers en Syrie. Il a aussi amassé beaucoup d’argent, d’or (pris dans les banques des zones sous son contrôle) et d’armes au cours de ses combats contre les armées syrienne et irakienne ; « Quand l’armée irakienne a fui Mossoul et d’autres zones, elle a laissé derrière elle le bon matériel que les Américains lui avaient donné, » explique Abu Yusaf.

« De l’Etat Islamique à l’armée du Mahdi, on voit des organisations qui ne sont à la base pas de nos amies mais qui montent en puissance parce que nous avons mal géré les situations, » affirme un haut responsable américain des services de sécurité qui s’est exprimé sous condition d’anonymat.

Certains officiels de services de renseignements arabes et européens ont aussi expprimé leurs inquiétudes et leur frustration à propose de ce qu’ils qualifient d’erreurs commises par les Etats Unis dans la gestion des soulèvements dans les Etats arabes. « Nous avons été tr-s vite informés de l’utilisation par des organisations extrémistes du vide laissé par le Printemps arabe, et du fait que cerains de ceux que les Etats Unis et leurs alliés avaient entraînés pour combattre pour la ‘démocratie’ en Libye et en Syrie avaient un agenda djihadiste – – et avaient déjà rejoint ou rejoindraient par la suite le Front al Nosra ou l’Etat Islamique, » déclarait un haut responsable arabe du renseignement dans une récente interview. Il affirmait que ses homologues américains lui disaient souvent des choses comme, « Nous savons que vous avez raison, mais notre président et ses conseillers à Washington n’y croient pas. » Ces organisations, disent des officiels de services de sécurité occidentaux, sont des menaces non seulement pour le Moyen Orient mais aussi pour les Etats Unis et l’Europe, où ils ont des membres et des sympathisants.

Les dires des officiels ont été corroborés par des membres de l’Etat Islamique au Moyen Orient et hors du Moyen Orient, dont par Abu Yusaf, le responsable militaire. Dans plusieurs entretiens conduits ces deux derniers mois, ils ont décrit comment l’insécurité pendant le Printemps Arabe les a aidés à recruter, à se regrouper et à utiliser la stratégie occidentale –consistant à soutenir et à entraîner des organisations qui combattent les dictateurs – dans leur propre intérêt. « Il y avait [aussi]… quelques Britanniques et Américains qui nous entraînaient pendant le Printemps Arabe en Libye, » dit un homme qui se désigne lui-même sous le nom d’Abu Saleh et qui n’a accepté d’être interviewé qu’à condition que son identité reste secrète.

Abu Saleh, originaire d’une ville près de Benghazi, affirme que lui et un groupe d’autres Libyens ont reçu un entraînement et un soutien de la part des armées et des services secrets de la France, de la Grande Bretagne et des Etats Unis – avant de rejoindre le Front al Nosra ou l’Etat Islamique. Des sources militaires arabes et occidentales interrogées pour cet article ont confirmé les dires d’Abu Saleh sur « l’entraînement » et « l’équipement » fournis aux rebelles en Libye pendant les combats contre le régime de Kadhafi.

Abu Saleh a quitté la Libye en 2012 pour la Turquie et s’est ensuite rendu en Syrie. « D’abord, j’ai combattu dans les rangs de ce qu’on appelle ‘Armée Syrienne Libre’ mais je suis ensuite passé avec al Nosra. Et j’ai déjà pris la décision de rejoindre l’Etat Islamique quand mes blessures seront guéries, » déclare cet homme de 28 ans depuis un hôpital en Turquie où il reçoit des soins médicaux. Il a été blessé au cours d’une bataille avec l’armée syrienne, dit-il, et a été amené en Turquie sous de faux papiers. « Certains des Syriens qu’ils [les Occidentaux] ont entraîné ont rejoint l’Etat Islamique, d’autres le Front al Nosra, » dit-il en souriant. Il ajoute, « Quelques fois, je plaisante à la cantonade en disant que je suis un combattant fabriqué par l’Amérique. »

Pendant longtemps, des Etats arabes et occidentaux ont soutenu l’Armée Syrienne Libre non seulement avec de la formation mais aussi avec des armes et d’autres matériels. Le commandant de l’Etat Islamique, Abu Yusaf, ajoute que les membres de l’Armée Syrienne Libre qui avaient reçu un entraînement – par des officiers d’armées arabes, des armées turque et américaine dans une base américaine dans le sud de la Turquie – ont maintenant rejoint l’Etat Islamique. « Maintenant, beaucoup des membres de l’ASL que l’Occident avait entraînés rejoignent nos rangs, » dit-il en souriant.

Ces militants se préparent pour le moment où les gouvernements occidentaux agiront. « Nous savons que les Etats Unis s’en prendront à l’Etat Islamique à un moment donné, et nous y sommes prêts. Mais ils ne devraient pas sous-estimer la réponse qu’ils recevront, » déclare un sympathisant de l’Etat Islamique en Europe qui se présente sous le nom d’Abu Farouk. Il ajoute que le « soutien inconditionnel » des Etats Unis pour le gouvernement du premier ministre sortant Nouri al Maliki qui, dit-il, a opprimé les Irakiens sunnites, et les « cajoleries » de l’Amérique à l’égard de l’Iran, qui est majoritairement chiite, ont fait de l’Etat Islamique une alternative plus attractive pour certains sunnites mécontents de ce deux poids deux mesures.

« Grâce au Printemps Arabe et à l’Occident qui combat tous ces dirigeants pour nous, nous avons eu assez de temps pour nous développer et recruter au Moyen Orient, en Europe et aux Etats Unis, » déclare Abu Farouk. Il sourit et observée une pause de quelques secondes. « En fait, nous devrions dire, merci M. le président. »

D’une guerre en cours à la prochaine, les succès foudroyants de l’Etat Islamique en Irak et au Levant

11 juin 2014

 

En difficulté en Syrie, les miliciens de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) refluent en Irak qui est devenu une priorité pour l’Arabie Saoudite depuis les tentatives de rapprochement entre l’Occident et l’Iran.

Après avoir piétiné un certain temps, ces milices ont réussi à s’implanter dans la ville de Falloujah il y a quelques mois et remportent maintenant des succès militaires foudroyants devant une armée irakienne qui s’est complètement débandée permettant à l’EIIL de s’emparer de Mossoul, une importante métropole  irakienne et d’importants sites civils (aéroport, chaînes de télévision…) et  militaires (base aérienne, arsenaux…).

Le comportement de l’armée irakienne, pourtant équipée et formée par les Etats Unis, n’augure rien de bon pour le gouvernement de Nouri al Maliki qui pourrait se trouver bientôt dans une situation critique.

Restera alors à savoir si les Iraniens resteront les bras croisés. Le risque de conflagration régionale qu’on avait cru voir s’éloigner définitivement avec la détente entre l’Iran et l’Occident redevient d’une actualité plus brûlante que jamais.

Les djihadistes islamiques se sont emparés de la deuxième plus grande ville d’Irak… Pourtant al Qaïda n’existait même pas en Irak avant l’invasion américaine

WashingtonsBlog (USA) 11 juin 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’idiotie de la politique américaine a rendu al Qaïda plus fort que jamais

La « guerre contre la terreur » menées par les USA a accru le terrorisme

Voici le nombre d’attentats terroristes en Irak entre 1979 et 2011 fourni par le National Consortium for the Study of Terrorism  Responses to Terrorism Global Terrorism Database (qui fait partie d’un programme gouvernement – université à l’University of Maryland) :

graphique

Al Qaïda n’existait même pas en Irak avant l’invasion de ce pays par les Etats Unis. Et la politique américaine en Libye est partiellement responsable d’un afflux de terroristes d’al Qaïda – et d’armes lourdes – en Irak.

Et maintenant les choses sont en train d’empirer considérablement…

Vous n’en avez peut-être pas entendu parler, mais les alliés d’al Qaïda ont pris le contrôle de la ville irakienne de Falloujah il y a six mois.

Et aujourd’hui, des extrémistes liés à al Qaïda en Irak ont pris le contrôle de la deuxième plus grande ville irakienne, l’important centre pétrolier de Mossoul.

(Les djihadistes se désignent eux-mêmes « L’Etat Islamique d’Irak et de Syrie » – ou du Levant – EIIL Le f ait que les Etats Unis soutiennent al Qaïda en Syrie est probablement un facteur de continuité).

Pour aggraver les choses, l’armée irakienne a fui, de sorte que les militants ont mis la main sur d’importantes caches d’armes fournies par les USA, dont des Humvees [véhicules tout terrain] :

Un membre de l'Etat Islamique en Irak et au Levant inspecte un véhicule blindé pris à l'armée irakienne

Un membre de l’Etat Islamique en Irak et au Levant inspecte un véhicule blindé pris à l’armée irakienne

L’agence de presse McClatchy observe que les extrémistes ont mis la main sur :

Un aéroport civil, un aérodrome militaire, le quartier général d’une division militaire, un poste frontière avec la Syrie, un dépôt d’armes, des locaux administratifs, des banques et des chaînes de télévision.

Conflict Reporter tweete:

#VIDEO INCROYABLE… #l’EIIL s’empare du quartier général de l’armée irakienne à #Mossoul, prend/détruit tous les #MRAPs#US [les MRAP sont des véhicules blindés conçus pour résister aux mines].

vidéo

Ils se sont aussi emparés d’un ou de plusieurs hélicoptères Blackhawk. Comme le tweete Conflict Reporter :

#L’aérodrome de Mossoul est d’habitude plein d’hélicoptères #Blackhawk et #Kiowa. Reste à voir combien ont fini ennnntre #les mains de l’EIIL.

Base aérienne de Mossoul

Base aérienne de Mossoul

Une personne tweete:

Black Hawk, une des prises faites par #EIIL. #Mossoul #Irak

Blackhawk tombé aux mains de l'EIIL

Blackhawk tombé aux mains de l’EIIL

Il y a eu en outre :

des scènes surréalistes à #Mossoul,#Irak avec des soldats entraînés par les USA qui ont laissé derrière eux leurs uniformes et ont fui #EIIL vers #le Kurdistan.pic.twitter.com/eUyL65lnWa

fuite

Les soldats irakiens jettent l’uniforme en s’enfuyant

Et un énorme chaos avec les civils qui essayaient de fuir. Comme le rapporte la BBC :

Les civils fuient Mossoul en masse

Les civils fuient Mossoul en masse

Environ 150 000 personnes auraient fui la ville irakienne de Mossoul après da prise de contrôle par des militants. http://bbc.in/SurMVl pic.twitter.com/6MzMlp59me

Mission accomplie?

Dernière minute : les djihadistes se sont aussi emparés de Tikrit.

 


%d blogueurs aiment cette page :