Posts Tagged ‘Oscar’

Michelle Obama et le cinéma de propagande en économie de marché

25 février 2013

 Vous avez sans doute vu comme moi Michelle Obama, l’épouse du président des Etats Unis, apparaître en duplex à la cérémonie des Oscars pour annoncer le prix du meilleur film décerné à Argo de Ben Affleck.

Si certains ont pu voir là la simple magie du charme de la première dame des Etats Unis, qu’on a vue aussi dans d’autre s circonstances comme dans une séquence vidéo s’inscrivant dans le cadre de la lutte contre la surcharge pondérale, on était bien obligé de faire une lecture politique de cette intrusion de la Maison Blanche dans cette fête du cinéma.

D’autant que le film récompensé porte toutes les marques d’une propagande que les critiques de cinéma n’auraient pas manqué de relever ou de dénoncer si un film de ce genre avait été produit en Iran ou même en Russie.

C’est précisément le constat que fait Max Read dans les colonnes de Gawker, ce magazine  décidément pas comme les autres.

Michelle Obama et ses conseillers culturels en treillis chic

Michelle Obama et ses conseillers culturels en treillis chic

La Première Dame des Etats-Unis attribue l’Oscar du «Meilleur Film» à la propagande de la CIA

Par Max Read, Gawker (USA) 25 février 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Michelle Obama, la première Dame des Etats Unis, est apparue en direct par satellite à l’Academy Awards ce dimanche soir pour annoncer qu’Argo, le film de Ben Affleck sur les escapades de la CIA en Iran, avait remporté l’oscar du Meilleur Film. Oui, Michelle Obama, l’épouse du commandant en chef, entourée de militaires en grand uniforme, badinant avec jack Nicholson et célébrant un film qui en lui-même célèbre une collaboration réussie ente l’industrie cinématographique américaine et son industrie du renseignement.

Il faut dire que son apparition à la fil de ce spectacle bizarre et interminable de remise de récompenses était la plus grosse faute de goût de cette soirée (imaginez Lyudmila Poutine proclamant «meilleur film» la restitution fictionnelle d’une opération du SVR en Géorgie), mais ici le maître de cérémonies était Seth MacFarlane, le créateur de Gamily Guy, ce qui signifiait trois heures de plaisanteries sirupeuses et égocentriques, aussi niaises et pas drôles qu’elles étaient sexistes et homophobes, ponctuées par un inexplicable «hommage» à trois comédies musicales de ces dix dernières années.

Ce qui était vraiment le plus gênant dans la présence de Michelle Obama est qu’elle a été la reconnaissance solennelle que l’industrie cinématographique est un instrument de la puissance impériale des Etats Unis, et pas quelque chose qui aurait pu, disons, nous offrir une cérémonie de remise de prix divertissante.

L’actrice anglaise Vanessa Redgrave et la Palestine, une longue histoire occultée

16 novembre 2011

En France, comme nous le savons, la presse est libre de nous relater ce qui se passe de par le monde, sans omettre quoi que ce soit d’important et sans en rajouter, bien sûr.

C’est la théorie du moins comme on a pu le voir pas plus tard qu’hier.

Par exemple, nos journaux nous parlent de l’hommage rendu à l’actrice anglaise Vanessa Redgrave par l’Académie [américaine] des Oscars.

Vanessa Redgrave

Vanessa Rredgrave est la fille de l’acteur Michael Redgrave qui tenait le rôle principal dans le fameux film d’Alfred Hitchcock, «Une femme disparaît.»

Le Nouvel Observateur fait dans l’extrême sobriété pour rendre compte de cet hommage. Pure People titre sur Meryl Streep, particulièrement délurée lors ce la cérémonie qui se déroulait en l’absence de l’intéressée que ses obligations retenaient en Angleterre.

Métro (Canada) nous rappelle cependant que Vanessa Redgrave est non seulement une grande actrice, mais aussi une personne engagée politiquement à gauche :

Plus de 30 ans après qu’elle eut choqué Hollywood avec un discours à forte teneur politique au moment de recevoir l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour «Julia», Mme Redgrave a été l’objet du premier hommage rendu en Europe à un acteur par l’association professionnelle qui s’occupe de l’organisation des Oscars.

Metro a au moins le mérite ce nous signaler cet engagement politique de la comédienne Britannique. Sans rien nous dire sur la teneur de ce discours.

Pour en savoir un peu plus, il faut lire la presse sioniste, en l’espèce Haaretz qui rend compte du discours d’acceptation prononcé il y a trente ans par Mme Redgrave :

L’actrice âgée de 74 ans a été nominée pour six Oscars et avait obtenu l’Academy Award (Oscar) en 1977 pour un second rôle de militante antinazie dans le film « Julia ».
Dans son discours d’acceptation, elle avait félicité l’académie pour ne pas avoir cédé devant les « voyous sionistes » qui s’opposaient à sa nomination en raison de son soutien à la cause palestinienne.

Parce que Vanessa Redgrave est engagée depuis longtemps pour la Palestine, un engagement public comme celui de bien d’autres personnes plus ou moins connues mais que la presse se garde de nous faire connaître.


%d blogueurs aiment cette page :