Posts Tagged ‘Paris’

Femmes de pouvoir mais invisibles et innommables pour le judaïsme ultra-orthodoxe

1 novembre 2016

Un article qui vaut petit rappel sur l’attitude extrême du judaïsme ultra-orthodoxe à l’égard de l’image de la femme qui ne peut même pas être représentée dans un journal. Et on ne parle pas ici de femmes en bikini…

D’ailleurs, souvent, elles ne peuvent pas même être nommées!

Les contorsions de la presse ultra-orthodoxe juive dans ses informations sur Hillary Clinton

Dans les principales publications ultra-orthodoxes, les femmes n’existent tout simplement pas

Par Lourdes Baeza, El Pais (Espagne) 1er novembre 2016 traduit de l’espagnol par Djazaïri

Informer sur les élections aux Etats Unis sans montrer une seule image de la candidate démocrate à la Maison Blanche, Hillary Clinton, ne semble pas être une tâche facile mais les publications ultra-orthodoxes israéliennes parviennent à le faire. De fait, elles suivent pratiquement au jour le jour la campagne présidentielle américaine depuis des mois non seulement sans publier une seule photo d’elle mais aussi sans mentionner son nom. On pourrait dire que si elle dépendait de ses propres sources d’informations, la majorité des Juifs les plus extrémistes pourraient croiser Hillary Clinton dans la rue sans la reconnaître.

Le code moral strict qui régit les principales publications haredies -ultra-orthodoxes- exigent qu’il en soit ainsi. Montrer des images de femme va à l’encontre de l’orthodoxie juive et viole le principe de pudeur en vigueur dans une grande partie de cette communauté ultra-religieuse qui représente déjà environ 11 % des 8,5 millions d’habitants qui peuplent Israël selon les derniers chiffres officiels. La solution consiste à parler d’elle en illustrant les informations avec des photographies de son concurrent, de la Maison Blanche ou même de son mari, Bill Clinton.

Aux Etats Unis, où sont également édités plusieurs journaux ultra-orthodoxes, cette catégorie de journaux peut surprendre à l’occasion et oser publier des images d’Hillary Clinton comme celle qu’a publiée en août dernier le magazine haredi Yated Ne’man, dont le siège se trouve à New York. Sur la photo, on voit seulement un bras de la candidate nord-américaine et son visage est opportunément dissimulé par le pupitre depuis lequel elle prononce un discours de campagne en Floride. Astuces ou audace – selon les points de vue – qui ne sont pas de mise en Israël.

Image de Clinton lors d'un rassemblement en Août qui a publié un environnement Haredi.

Portrait osé de Hillary Clinton dans la magazine newyorkais Yated Ne’man

Hamodia, le quotidien doyen de la presse israélienne ultra-orthodoxe n’a même pas publié d’images de Golda Meir, la première femme à devenir chef du gouvernement et qui fut premier ministre de l’Etat hébreu de 1969 à 1974. Pour Hamodia, il n’y a pas d’exceptions. Ni à l’époque, ni maintenant. L’an dernier, quand fut connue la photo officielle des membres du cabinet actuel de Netanyahou, Hamodia avait choisi de ne l’inclure dans aucune de ses éditions parce qu’y figuraient trois femmes ministres : celle des sports et de la culture, Miri Regev; celle de la justice, Ayelet Shakef et celle des affaires sociales, Gila Gamliel.

Hamodia s’était limité à publier la liste des ministres en omettant les noms des femmes membres du cabinet et ne se référant à elles que par la dénomination de leur portefeuille. Dans le même cas, d’autres publications haredies israéliennes connues comme Behadrei Haredimm – dont la rédaction se trouve à Bnei Brak, une des villes israéliennes peuplées en majorité d’ultra-orthodoxes – avaient préféré se servir de Photoshop pour effacer les visages des femmes ministres. « Nous ne montrons pas des photos de femmes par respect pour nos lecteurs et pour la tradition. Peu importe qui elles sont. Même si Mme Clinton est élue président, sa photo n’apparaîtra jamais dans notre magazine, » assure Meni Schwartz, rédacteur en chef de Behadrei Haredim.

Une pratique également habituelle chez Ha Meyaser, la troisième des principales publications ultra-orthodoxes du pays et qui a été fondée par un député de la Knesset – le parlement d’Israël – membre du parti religieux Union de la Torah. Ha Meyaser s’était fait connaître internationalement parce qu’en janvier 2015, dans la photo de la marche solidaire qui avait vu nombre de dirigeants politiques mondiaux défiler dans les rues de Paris pour protester contre les attentats contre l’hebdomadaire français Charlie-Hebdo, la rédaction avait carrément refabriqué une photo pour ses lecteurs en éliminant de la photo originale toutes les femmes qui y étaient présentes. Parmi elles, la chancelière allemande Angela Merkel et la maire de Paris Anne Hidalgo.

1301-marche_original-vert

Anne Hidalgo,à l’extrême gauche de la photo, Angela Merkel et Federica Mogherini (chef de la diplomatie de l’UE) entre Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie ont été effacées de la photo publiée dans le journal ultra-orthodoxe

Il existe des publications ultra-orthodoxes comme Kikar Hashabbat qu mettent des photos de femmes sous réserve qu’elles respectent certaines normes de pudeur au niveau de l’habillement. Mais ce sont des exceptions et elles sont moins populaires chez les ultra-orthodoxes que Hamodia, Behadrei Haredim ou Ha Meyaser. « Je ne pense pas que le fait que Hillary Clinton soit élue à la présidence des Etats Unis y change quoi que ce soit. »

« Ils ont empêché pendant des années les femmes de faire partie de leurs listes de candidats à la Knesset. Dans certains domaines, nous pouvons changer les choses mais pas dans celui des moyens de communication, » reconnaît le rabbin Uri Regev qui dirige l’organisation Hiddush de promotion du pluralisme religieux.

Publicités

Attentats de Paris: et si on prenait Jawad Bendaoud au pied de la lettre?

23 novembre 2015

Jawad Bendaoud, l’habitant de Saint-Denis en banlieue parisienne qui a hébergé une partie des terroristes, ou présumés tels, qui sont accusés d’avoir participé aux attentats qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre dernier est devenu la risée des internautes.

354365-jawad-bendaoud-sur-bfmtv-622x600-2

Jawad Bendaoud

La cause en sont les propos tenus par le logeur face à une caméra de télévision en réponse aux questions d’un journaliste qui l’interrogeait parmi d’autres badauds :

« J’ai appris que c’était chez moi, ouais. Et que les individus étaient retranchés chez moi. J’étais pas au courant que c’était des terroristes ». Le jeune homme parle avec nervosité et une certaine morgue. Il poursuit : « On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service, monsieur. On m’a dit d’héberger deux personnes qui venaient de Belgique pendant trois jours. Je sais pas d’où ils viennent, on est au courant de rien, monsieur. Si j’savais, vous croyez que je les aurais hébergés ? »

question

Non, je ne vais pas vous faire une recension de toutes les parodies et montages photo ou vidéo qui tournent en dérision les propos de Jawad Bendaoud.

Mais peut-être faut-il le prendre au sérieux et même au pied de la lettre parce que Bendaoud, sans être la lumière de la ville de Saint-Denis n’est pas le premier nigaud venu.

En effet Jawad Bendaoud est bien connu de la police : décrit comme un « chef de rue » (c’est-à-dire un dealer de drogue) Jawad Bendaoud a aussi un passé sanglant puisqu’il avait été condamné à 8 ans de prison pour avoir assassiné un adolescent dans la même rue en 2008. Bendaoud était sans doute lui-même mineur au moment des faits.
Par ailleurs, Jawad Bendaoud n’était ni locataire, ni propriétaire de l’appartement où étaient hébergés les présumés terroristes car le logement est la propriété de « marchands de sommeil » dont notre logeur était en quelque sorte l’agent immobilier chargé de trouver des locataires.

Mais sûrement pas à l’insu de la police.

Car les délinquants comme Jawad Bendaoud, les propriétaires qu’il représente ainsi que les présumés terroristes qui ont tous une trajectoire de délinquance, sont bien connus des forces de l’ordre pour lesquelles ils n’ont guère de secrets.

Le logement dont il dit qu’il est le sien était connu de beaucoup d’habitants du quartier et il l’était nécessairement de la police.

Alors quand vous êtes un terroriste et que vous vous lancez dans une mission dangereuse mais dont vous espérez vous tirer vivant, vous choisissez avec grand soin votre planque et vous évitez celles qui sont aux mains de petits malfrats tenus en laisse par la police.

Parce que si vous êtes capable d’organiser une action criminelle d’envergure, destinée à mettre une ville sans dessus dessous, et si  en plus vous prétendez vous en tirer vivant et/ou libre, alors c’est que vous êtes capable de trouver la bonne planque, celle où aucun flic ou agent des services de renseignements n’aura l’idée d’aller vous chercher.

Et vous ne comptez pas non plus sur une jeune femme, Hasna Ait Boulahcen, cousine qui plus est d’un des suspects, Abdelhamid Abbaoud et qui n’a aucune expérience du crime et de l’action secrète en dehors de cacher à ses parents qu’elle a un petit ami.

L’article du Figaro que j’ai mis en lien expose pourtant la parfaite connaissance des agissements illicites de Bendaoud ainsi que son impunité.
Donc quand Bendaoud affirme « On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service, monsieur. » il faut le prendre au pied de la lettre et se demander qui est derrière le pronom impersonnel « ON ».

Les attentats de Paris sont une juste rétribution pour l’holocauste selon ce rabbin

15 novembre 2015

Dov Lior n’est certainement pas un rabbin marginal, au contraire.

Le rabbin d’extrême droite des colonies : les attentats de Paris sont une rétribution pour l’holocauste

The Jerusalem Post (Sionistan) 15 novembre 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le propos de Dov Lior, Grand Rabbin de la colonie israalienne de Kiryat Arba a été initialement rapportée par l’agence de presse Walla ! [agence sioniste, NdT]

Rabbi_Dov_Lior

Le rabbin Dov Lior porté en triomphe par ses ouailles

Samedi, pendant les funérailles d’un père et de son fils abattus par des terroristes palestiniens, le dignitaire religieux sioniste d’une colonie juive en Cisjordanie a dit à l’assistance que les attentats de Paris étaient mérités en raison de ce que les Européens « ont fait à notre peuple il y a 70 ans. »

« Les méchants dans cette Europe gorgée de sang le méritent pour ce qu’ils ont fait à notre peuple il y a 80 ans, » a déclaré Lior.

Le rabbin controversé avait précédemment approuvé par écrit un livre intitulé «La Torah du Roi3 qui avait été co-écrit en 2009 par le Rabbin Yitzhak Shapira, une personnalité extrémiste des colonies, qui autorisait à tuer les civils non juifs en temps de guerre.

Il avait été convoqué par la police pour être interrogé au motif d’incitation à la violence mais il avait refusé de se présenter, affirmant que la Torah n’était pas ouverte aux enquêtes policières. Il avait donc subséquemment été arrêté pour être interrogé mais aucune charge n’avait été retenue contre lui.

L’an dernier, Lior a publié une lettre expliquant que la loi juive permet de détruite toute la Bande de Gaza pour apporter la paix au sud du pays.

Lior indiquait avoir reçu des questions pour savoir si la loi juive permet de porter atteinte à une population civile non directement impliquée avec les combattants.

Il avait d’abord cité l’opinion du Maharal de Prague, un rabbin renommé du 18ème siècle, qui avait écrit qu’une nation agressée peur mener une guerre sans merci à la nation qui l’attaque, et qu’elle n’est pas obligée de se préoccuper de la sécurité des gens qui sont personnellement impliqués dans les hostilités.

« En temps de guerre, une nation attaquée a le droit de punir la population ennemie avec les mesures qui lui semblent convenir, comme le blocus sur les fournitures en électricité, ainsi que le bombardement de l’ensemble de la zone selon ce qu’estime nécessaire le ministre de la défense, et d’éviter de mettre en danger inutilement les soldats mais au contraire de prendre les mesures dissuasives et d’exterminer l’ennemi, » écrivait Lior.

S’exprimant sur les hostilités avec le Hamas, le rabbin poursuivait en affirmant que « dans le cas de Gaza, il serait même permis au ministre de la défense d’ordonner la destruction de tout Gaza de sorte à ce que le sud [de l’entité sioniste] ne souffre plus et pour prévenir des atteintes contre notre peuple qui souffre depuis si longtemps à cause des ennemis qui nous entourent. »

« Le langage et les considérations humanitaires ne sont rien quand on les met en balance avec la préservation des vies de nos frères dans le sud et dans tout le pays ainsi que la restauration de la tranquillité sur notre territoire, » avait-il dit.

Islamo-fascisme et responsabilités de l’Islam de France: aux sources de la « pensée » de Manuel Valls

17 février 2015

Les attentats de Paris, la marche « républicaine » du 11 janvier, les tout récents attentats de Copenhague et enfin la profanation d’un cimetière juif en Alsace mettent au centre du débat politique français les questions de l’Islam et de l’antisémitisme.

Peu importe si la profanation du cimetière juif est probablement plus le fait d’adolescents désoeuvrés qui s’approprient ainsi un territoire sinon ignoré d’eux et des camarades du même âge, et surtout si ces sales gosses ne sont pas musulmans.

Le président Hollande qui s’est déplacé pour faire part de son indignation devant cette profanation n’a curieusement pas insisté sur la nécessité de renforcer l’éducation à la laïcité. Il est vrai qu’un tel propos aurait été plutôt mal venu dans un département où le régime de la laïcité ne s’applique pas sauf pour la religion musulmane!

De toute façon, cet incident effectivement déplorable  sera exploité jusqu’à la corde et finira par abonder le discours sur les Musulmans et le nouvel antisémitisme, une thématique en quelque sorte théorisée par le premier ministre Manuel Valls sous l’appellation d’islamo-fascisme .

On voit bien l’intérêt de cette notion d’islamo-fascisme qui renvoie à une menace de nature non seulement sécuritaire mais politique pour la démocratie française et même européenne et justifie un rassemblement de tous ceux qui veulent protéger les libertés publiques. Un autre avantage de cette notion est qu’elle fait le lien avec ceux qui, en terre d’Islam, l’utilisent pour populariser et faire comprendre en Occident leur combat contre les mouvements politiques islamistes.

Ces confusions sont dangereuses parce qu’elles ne font finalement que convoquer à chaque fois l’imaginaire politique occidental et interdisent l’analyse concrète des réalités politiques des pays concernés.

Je fais partie des gens qui estiment qu’on ne doit pas dire n’importe quoi au prétexte que tel ou tel argument sert la cause à laquelle on adhère. C’est ce qu’on appelle de la propagande et je la laisse à ceux qui ont un avantage à en tirer. Je considère notamment qu’on n’a pas besoin de qualifier de manière erronée l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL – Daesh) ou al Qaïda de mouvements fascistes (islamo-fascistes) pour rejeter leurs thèses et leurs procédés.

Si on en revient à ce terme d’islamo-fascisme, il faut bien garder en mémoire son origine dans les milieux néo-conservateurs américains et sa reprise par leurs homologues européens tels Bernard-Botul-Henri Lévy, Caroline Fourest ou Geert Wilders.

La nouveauté, c’est que le terme est aujourd’hui repris par le premier ministre d’un gouvernement français réputé de gauche, ce qui est un signe à la fois d’un grave déficit de culture historique et politique chez Manuel Valls et de l’adhésion de ce dernier à la vision néo-conservatrice de l’Islam et des Musulmans.

Mme Valls n'a probablement aucune influence sur son choix de costumes et de cravates

Mme Valls n’a probablement aucune influence sur son choix de costumes et de cravates. malheureusement.

Le premier ministre ne s’est par ailleurs pas borné à appeler à la lutte « dans l’unité » contre l’islamo-fascisme puisque dans cette unité, il met cependant à part les Musulmans : «

Il faut une rupture. Il faut que l’islam de France assume, prenne totalement ses responsabilités», a réclamé le premier ministre. «C’est ce que demande d’ailleurs l’immense majorité de nos compatriotes musulmans qui n’en peuvent plus d’être confondus avec cette terreur», a-t-il conclu.

Les choses sont dites : dans la France qui ne connaît pas de communauté, les Musulmans doivent prendre leurs responsabilités en tant que tels (il est en outre question d’un Islam « de France » ).

Nous avons là aussi un mécanisme de pensée, en contradiction avec la laïcité, élaboré par les néo conservateurs qui semblent décidément plus inspirer Manuel Valls que Louis Blanc ou Jean Jaurès,

La doctrine d’action qu’on devine chez Manuel Valls est clairement exposée par David P. Goldman, un spécialiste de la finance (et de musicologie) mais aussi essayiste néo-conservateur influent aux Etats Unis. Comme tous les néo conservateurs, croyants ou non, David P. Goldman inscrit sa réflexion dans une perspective « judéo-chrétienne », juive en réalité mais l’oxymore du judéo-christianisme est un passe-partout idéologique efficace. Comme un certain nombre d’intellectuels néo-conservateurs, David P. Goldman a fait un passage par l’extrême gauche avant de s’orienter vers l’extrême droite.

David P. Goldman: virer Obama améliorera l'économie

David P. Goldman: virer Obama améliorera l’économie

Je doute que Manuel Valls adhère à la radicalité de ce qui est proposé mais il est clair qu’il en assume l’esprit.

Il est par contre certain que le chef du gouvernement « socialiste » s’en inspire consciemment.

Beaucoup trop « d’hommes les plus recherchés »

par David P. Goldman, PJ Media (USA)15 février 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Les autorités danoises affirment avoir arrêté l’auteur des coups de feu à la synagogue de Copenhague ; son nom n’a pas encore été divulgué [c’est fait depuis], mais c’était une personne « connue des services de sécurité, » rapporte Der Spiegel ce matin. Les Danois ont refusé de donner plus d’informations. Nous avons probablement une répétition du modèle parisien : des terroristes que les services de sécurité surveillaient et qu’ils utilisaient peut-être comme informateurs sont soudain passés à l’action et ont commis des atrocités.

Il semble que les méthodes employée par les services de sécurité européens pour contrôler les djihadistes soient tombées en panne. Quelque 8 000 ressortissants français combattent pour l’Etat Islamique en Irak et au levant (EIIL, Daesh) ou dans d’autres organisations djihadistes, selon une estimation du gouvernement français. Après quelques centaines de milliers de morts en Syrie et en Irak et la désintégration de la Libye et du Yémen, un très grand nombre de jeunes Musulmans sont prêts à sacrifier leurs vies.

Les services de sécurité contrôlent les terroristes potentiels en exerçant un chantage sur de petits délinquants qui évoluent à la frange des organisations djihadistes pour en faire des informateurs. Comme il y a un large chevauchement entre le milieu criminel musulman et les organisations terroristes, cette stratégie a été efficace ces quinze dernières années. Le roman de John Le Carré et le film de Philip Seymour Hoffman qui en a été tiré « Un homme très recherché » décrit assez bien cette approche.

Peu de jeunes Musulmans plongent directement dans la violence : ils rejoignent des bandes, ils fréquentent des mosquées radicales, ils fréquentent des salons de discussion (chat rooms) djihadistes sur internet, se signalant ainsi aux autorités.

Les services de sécurité les menacent de la prison, d’expulser des membres de leurs familles et ainsi de suite pour les contraindre à coopérer. Cette approche marche jusqu’à un certain point, c’est-à-dire quand le sujet sous surveillance cesse de tenir compte des conséquences [de ses actions]. Comme John Schindler l’avait observé dans le blog XX Committee, il n’y a pas eu un « échec du renseignement » à Paris : le problème était que les services de sécurité étaient débordés. Un officiel d’un service de sécurité européen qui s’exprime sous un pseudonyme a fait la même observation récemment sur Asia Times Online.

La leçon de Copenhague est la même que celle de Paris : la fragile paix civile que les gouvernements européens ont maintenue avec leurs communautés immigrées musulmanes nécessite une révision fondamentale. Par le passé, les services de sécurité européens ont laissé les djihadistes monter en pression tout en éliminant discrètement les tueurs potentiels. Cette approche a échoué. L’alternative consiste à serrer la vis aux communautés musulmanes. J’ai ainsi soutenu le mois dernier sur Asia Times :

Les moyens par lesquels la France, ou n’importe quelle autre nation, pourrait défaire les terroristes sont évidents : contraindre la majorité des Musulmans français à se tourner contre les terroristes, les autorités françaises devant les amener à craindre l’Etat français plus qu’ils ne craignent les terroristes.

C’est un sale boulot qui  nécessite de nombreuses expulsions, de retraits de la nationalité française et d’autres menaces qui toucheront inévitablement beaucoup d’individus qui n’ont aucun lien direct avec le terrorisme. A court terme, ça pourrait conduire à plus de radicalisation. Tout le projet de l’intégration comme antidote à l’extrémisme tomberait à l’eau. Ce serait une fort coûteux mais, au bout du compte, il réussirait : la plupart des Musulmans français veulent simplement rester en France et gagner leur vie.

Il ne suffit plus de patrouiller au bord du marécage et de tuer les moustiques avec un chasse-mouches. Il n’y a pas d’autre alternative que l’assèchement du marécage.

Charlie Hebdo, Russell Brand et la journaliste qui ne sait pas reconnaître le langage de l’oppression

14 janvier 2015

Un humoriste français a été placé en garde à vue et fait l’objet de poursuites judiciaires parce qu’il a dit quelque chose comme « Je me sens Charlie Coulibaly ».

On pensait que le gouvernement français avait touché le fond en matière de discrédit, mais apparemment quand on continue à creuser, la progression vers le bas continue.

Jusqu’à l’abîme ?

En tout cas, il est un pays où une personnalité du monde de la culture (ou du show-business si vous voulez) peut se permettre de dire les choses avec une grande netteté.

Ce pays, c’est la Grande Bretagne, un pays qui n’est ni républicain, ni laïque.

Outre Manche, un certain Russell Brand, un de ces énergumènes multi-talents qu’on peut trouver en Angleterre, s’est fendu d’une vidéo YouTube dans laquelle il attaque une présentatrice de la chaîne télévisée américaine Fox News dont le discours est un appel à la haine et à la guerre.

Russell Brand

Russell Brand

Russell Brand attaque ce discours avec une intelligence, logique et une hauteur que ne désavouerait pas l’humoriste qui se sentait un peu Charlie et un peu Coulibaly.

Malheureusement, la vidéo de Russell Brand n’est pas sous-titrée. C’est peut-être mieux ainsi parce qu’elle pourrait lui valoir des ennuis judiciaires d’il s’aventurait à venir en France.

Russell Brand compare une présentatrice de Fox News aux assassins de Charlie Hebdo

Le comédien devenu militant diffuse une charge contre Fox, affirmant que les Etats Unis et les extrémistes islamistes étaient tous deux des « maniaques violents qui assassinent des gens ».

Par Helen Nianias, The Independent (UK) 14 janvier 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Russell Brand diffuse une charge contre la présentatrice de Fox News « Judge Jeanine » et affirme qu’elle promeut « la même énergie » et est « aussi nocive » que les meurtriers de Paris.

En réponse à une attaque virulente sur les extrémistes musulmans dans laquelle « Judge Jeanine », une présentatrice de bulletin d’information sur Fox News exhortait les Etats Unis à « les bombarder, et à les bombarder encore », Brand a déclaré : « C’est la même énergie… c’est la même énergie que celle des meurtriers. Jugement, haine, certitude quant à votre propre position, condamnation, le langage de la guerre. »

La charge de Brand contre la présentatrice, dont le vrai nom est Jeanine Pirro, a été diffusée sur la chaîne YouTube The Trews, et il a appelle « l’humanité » à « arrêter de durcir les séparations et les frontières entre nous. »

Quand Pirro a dit que les seules personnes qui pouvaient empêcher de nouvelles agressions comme celle contre Charlie Hebdo étaient les Musulmans eux-mêmes, Brand affirme aussi que la présentatrice du journal télévisé qui est d’origine libanaise est « au moins un peu d’origine afro-américaine… ne sait-elle pas reconnaître le langage [de l’oppression] ?

Dans sa vidéo, Brand considère que les tueurs de Paris étaient des « maniaques violents qui assassinent des gens, » et il décrit les Etats Unis comme des « maniaques violents financés par l’Etat qui assassinent les gens depuis le ciel un peu partout au Pakistan et en Irak. »

Il dit : « Nous devons voir au delà des différences et du camouflage de l’identité et du langage et reconnaître la haine pour ce qu’elle est. »

Brand affirme de la diatribe de Pirro : « C’est évidemment très drôle, mais d’un autre côté elle a quelque chose de toxique parce que Fox News, comme chacun sait, est la propriété de Rupert Murdoch… ce n’est pas exactement le grand-père raciste dont vous pensez : ‘Oh, c’est juste un grand-père, il est d’un autre temps’ – c’est différent si votre grand-père possède un groupe de médias qui pèse des milliards de dollars et détient des investissements dans des compagnies du secteur de l’énergie qui tireront profit de nouvelles actions militaires à l’étranger et s’il a besoin de de la déshumanisation et de la haine des Musulmans pour que ça continue.

« Le terrorisme est quelque chose de mal, c’est mal de tuer des gens, mais cela doit concerner TOUS les types de terrorisme – qui peut définit ce qu’est le terrorisme ? Qui peut décider que la violence est nécessaire ? »

Il ajoute : « Le droit à la liberté d’expression est important, mais il n’est pas plus important que dire ‘nous sommes tous des êtres humains, trouvons des solutions ensemble.’ Ce qu’elle [Pirro] est en train de f aire, même si c’est à l’évidence pas aussi violent, sanglant ou aussi terrible, est tout aussi néfaste parce que c’est insidieux et que ça touche un large public, et elle agit pour le compte de personnes qui ont leurs propres idéologies et que ça a des conséquences. »

Une manifestation pour la Palestine interdite à Paris ou le retour de la SFIO

18 juillet 2014

La SFIO, c’est la version ancienne et longue du Parti Socialiste, celle qui avait voté les pleins pouvoirs à Philippe Pétain, celle qui ne voulait pas clore le chapitre colonial de l’histoire de France, celle qui avait lancé la France dans l’expédition de Suez en 1956 pour essayer de détruire le pouvoir nassérien avec l’aide  du Royaume Uni et du régime sioniste . La SFIO que le général de Gaulle avait écartée sans ménagement du pouvoir.

Apparemment le Daily Mail a un souci avec la façon dont les médias et la classe politique en France ont traité la manifestation de soutien à Gaza qui s’était tenue à Paris dimanche dernier et avait été marquée par des incidents violents causés par une milice juive qu s’est livrée également au saccage sans que la police présente sur les lieux lève le petit doigt (sauf pour arrêter six personnes parmi les manifestants agressés)

Maintenant ce même journal fait un gros titre sur l’interdiction, sur requête du ministre de l’intérieur, d’une autre manifestation pro-palestinienne prévue à Paris demain.

Le Mail expose les arguments des uns et de autres mais nous laisse juges même si on comprend vite quel est le point de vue du journaliste qui partage l’indignation des organisateurs de la manifestation interdite. Simplement parce qu’il sait la vérité sur l’agression commise par la milice juive à Paris dimanche dernier que les médias français veulent nous vendre comme une agression antisémite.

Peut-être un petit accès de fièvre anti-socialiste est-il venu aussi stimuler Peter Allen ?

En tout cas, après la mise en bouche Dieudonné, le Parti Socialiste nous montre l’ampleur de ce dont il est capable pour satisfaire ses maîtres.

Indignation après que la France devient le premier pays au monde à interdire des manifestations pro-palestiniennes

– La décision fait suite aux violences lors de la manifestation à Paris la semaine dernière

– Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve affirma qu’il y avait une ‘menace à l’ordre public’

– Des milliers de personnes devaient défiler encore ce weekend dans toute la France

– Des manifestants avaient été accusés mensongèrement d’avoir visé des synagogues

par Peter Allen, The Daily Mail (UK) 18 juillet 2014 traduit d el’anglais par Djazaïri

Le gouvernement socialiste français a provoqué l’indignation aujourd’hui en devenant le premier au monde à interdire des manifestations contre l’action d’Israël en Palestine.

Dans ce qui est perçu comme une attaque scandaleuse contre la démocratie, le ministre socialiste de l’intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré que la manifestation massive prévue pour le weekend devait être empêchée.

M. Cazeneuve a expliqué qu’il y avait une ‘menace à l’ordre public’, tandis que ceux qui s’opposent à sa décision affirment qu’il « criminalise’ le soutien populaire au peuple palestinien.

Des milliers de personnes s’apprêtaient à marcher contre le massacre en cours à Gaza et pour appeler à une cessation immédiate des hostilités dans lesquelles des civils, dont beaucoup d’enfants, ont été tués.

Mais M. Cazeneuve craint une répétition possible des affrontements entre des miliciens juifs ‘ultra’ et des pro-palestiniens comme cela s’est passé à la fin de la manifestation de dimanche dernier.

Parlant de la principale marche à Paris, M. Cazeneuve a dit : ‘Je considère que les conditions ne sont pas réunies pour garantir la sécurité.’

Il a salué une procédure administrative initiée par la Préfecture de police de Paris pour interdire la manifestation malgré le fait que celle-ci a été largement annoncée.

M. Cazeneuve a aussi conseillé à d’autres préfets ailleurs en France d’examiner les manifestations prévues sur la base du ‘sas par cas’ et de les interdire s ‘si nécessaire’.

Mais Michèle Sibony de l’Union Juive Française pour la Paix a déclaré : « En interdisant la libre expression des manifestants pro-palestiniens, la France se place dans une situation unique dans le monde et en Europe.’

Et Youssef Boussoumah, du Parti des Indigènes de la République (PIR) a déclaré : ‘La France criminalise toute démonstration de solidarité avec le peuple palestinien.

‘C’est absolument scandaleux, c’est dans la continuité des tentatives de museler le peuple palestinien et de l’amener ainsi que ses soutiens en France à la reddition complète devant l’oppression israélienne.’

Sylvie Perrot, une autre militante pro-palestinienne de Paris, déclare : « Les Etats fascistes empêchent les gens de manifester contre les guerres – il est au delà du concevable que les socialistes français suivent cet exemple.’

La semaine dernière, des manifestants pro-palestiniens ont été accusés mensongèrement d’avoir visé des synagogues parisiennes.

En fait, des vidéos montraient des miliciens armés membres d’une organisation nommé Ligue de Défense Juive (LDJ) provoquer des manifestants  pour les pousser au combat.

Pour Bernard Cazeneuve, vous êtres plus dangereux si faites le signe de la quenelle en tenant une fusée de carton-pâte que si cous êtes armé de bâtons, de barres de fer et de bombes lacrymogènes

Pour Bernard Cazeneuve, vous êtes plus dangereux si faites le signe de la quenelle en tenant une fusée de carton-pâte que si vous êtes armé de bâtons, de barres de fer et de bombes lacrymogènes

Aucune arrestation n’a été effectuée parmi les membres de la LDJ malgré le fait qu’ils se sont battus et ont détruit des biens sous es yeux de la police.

Six manifestants pro-palestiniens ont été arrêtés pour des motifs de trouble à l’ordre public, mais aucun d’entre eux ne se trouvait près des synagogues parisiennes qui n’ont subi aucun dommage.

Une enquête judiciaire doit être engagée sur les allégations mensongères au sujet des attaques contre les synagogues – des allégations dont certaines personnes affirment qu’elles ont été fabriquées pour diaboliser ceux qui soutiennent la Palestine en les associant à l’antisémitisme.

 

L’islamophobie, bien commun de la « république » (sur la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen)

2 juillet 2013

Dans une vie politique française qui est marquée par une relative indifférenciation des idées chez les partis « institutionnels » de droite comme de gauche, il semble impossible d’engager un véritable débat.

Là où on aurait pu imaginer qu’un débat devait avoir lieu comme dans le projet de loi sur le mariage des homosexuels, cela a été impossible puisque ceux qui étaient opposés à ce mariage ont été ravalés au rang d’obscurantistes.

Pour satisfaire aux aspirations d’une coterie ultra minoritaire mais présente aux bons niveaux dans la société et dans l’appareil d’Etat.

De fait, il n’y a pas grand chose à débattre en dehors de la meilleure manière de casser du sucre sur les musulmans.

Parce que ce qu’on appelle islamophobie fait maintenant partie du bien commun de la société française. Et si le Front national est très en verve en matière de discours islamophobe, l’UMP lui dispute quand même le maillot jaune sur ce point tandis que les socialistes font appel à leur vieux fonds anti-islam.

Plus modérés apparemment dans leur propos, ils n’ont cependant jamais renâclé quand il s’agissait de « casser du fell »en Algérie, de l’Egyptien comme en 1956 et ils se sont inscrits dans le droit fil des positions de l’UMP sur la Libye et la Syrie.

En matière de politique intérieure française, la une des journaux en ce moment porte sur la levée de l’immunité de Marine Le Pen par le parlement européen pour ses propos sur les prières de rue qu’elle avait comparées à une « occupation. »

Cette levée a été votée à la demande du parquet de Lyon qui

« veut l’entendre dans le cadre d’une enquête pour incitation à la haine raciale ».

La présidente du Front national, députée européenne, est visée par une plainte du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) relative à ses propos du 10 décembre 2010 établissant un parallèle entre les prières des musulmans dans la rue en France et l’Occupation.

Ce jour-là, Marine Le Pen avait évoqué en ces termes certaines prières musulmanes en public :

« Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la seconde guerre mondiale, s’il s’agit de parler d’occupation, on pourrait en parler pour le coup. C’est une occupation de pans de territoire. Certes, il n’y a pas de blindés, il n’y a pas de soldats, mais elle pèse sur les habitants. »

Mme Le Pen est donc visée par une plainte du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP).

Mme Le Pen comprend cette procédure comme une tentative de l’abattre à tout prix.

Je ne suis pas loin de souscrire à ce point de vue pour la simple raison que ses prises de position n’ont en rien été en décalage de ce qu’on a pu observer au moment des faits et depuis lors dans le comportement d’éminents cadres politiques au pouvoir ou dans l’opposition.

On se rappellera par exemple que Hervé Hamon, à l’époque porte-parole du Parti Socialiste avait de son côté appelé à « libérer » l’espace public.

Hervé Hamon n’a fait l’objet d’aucune plainte, pas plus que M jean-François Copé avec sa scabreuse histoire de pains au chocolat confisqués aux petits Goyim par leurs camarades musulmans en période de jeûne de Ramadan.

Image

Et que dire de la LICRA qui dans sa déclaration de condamnation (!) des propos de Mme Le Pen constatait que

il est vrai que certains de nos concitoyens musulmans annexent la voie publique

Bien sûr il y a le contexte de ce segment de phrase, (comme dans les propos initiaux de Marine Le Pen) mais le verbe annexer est bel et bien employé.

Les musulmans annexent la voie publique comme l’entité sioniste annexe le plateau du Golan ou Jérusalem?

Quoi qu’il en soit, Mme Le Pen se voit donner une occasion en or de passer pour l’irréductible gauloise confrontée aux assauts d’une classe politique qui n’a rien d’autre à proposer qu’une adaptation du double carcan confectionné à Bruxelles et à Washington.

Pour finir, on rappellera que l’église catholique organise de nombreuses processions sur la voie publique un peu partout à l’occasion de diverses fêtes religieuses.

Une des processions les plus imposantes est celle de la fête dite des Lumières le 8 décembre à Lyon qui mobilise des dizaines voire des centaines de milliers de marcheurs  [de toutes confessions même si les chrétiens sont bien entendu l’immense majorité] pour une montée aux flambeaux vers la basilique de Fourvière.

Image

Lyon, le 8 décembre 2011: une des cinq processions était celle des intégristes de la fraternité Saint Pie X

On m’objectera que cette fête n’a plus de caractère religieux.

Je répondrai: posez la question au Diocèse de Lyon et aux nombreux chrétiens pratiquants de la capitale des Gaules.

On m’objectera aussi que la France est un pays de tradition catholique.

Je répondrai: certes, mais la république est laïque et c’est paraît-il au nom de cette laïcité que Jean-François Copé défend les pains au chocolat contre l’islamisation rampante et que Marine Le Pen prétend libérer les rues de Paris.

Trois femmes puissantes ou la Turquie et son casse-tête kurde

12 janvier 2013

On ne peut pas dire que la presse française en fasse des tonnes sur l’affaire des trois militantes Kurdes assassinées à Paris il y a quelques jours (pour le coup, ce sont elles qui ont eu la tête fracassée).

Image

Les trois militantes du PKK assassinées à Paris

Slate nous dit cependant que:

Frapper Sakine Cansiz, c’est donc frapper Abdullah Öcalan, alors qu’il négocie de sa prison d’Imrali avec les services secrets turcs et qu’on venait tout juste d’apprendre qu’un accord cadre serait en vue.

Slate rejoint ainsi la position officielle turque telle qu’elle a pu être exprimée par le premier ministre Recep Tayyip Erdogan:

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan a dénoncé jeudi l’exécution déplorable de trois femmes kurdes à Paris, retrouvées mortes dans la nuit tuées d’une balle dans la tête.

« Il nous faut être patient et attendre que les autorités fassent la lumière sur cet incident. Il pourrait s’agir d’un règlement de compte interne (au sein du PKK) ou d’une provocation pour tenter de perturber nos efforts de bonne volonté pour avancer dans le cadre du processus de paix », a-t-il déclaré, selon l’agence de presse Anatolie

Mais les choses ne sont peut-être pas si simples ainsi qu’on peut le subodorer en voyant le premier ministre turc employer le mot « exécution » au lieu d’assassinat. Un mot auquel l’adjectif « déplorable » peine à ajouter une réelle dimension émotionnelle.

De son côté, RFI évoque trois pistes possibles: celle d’un conflit interne au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), un coup des services secrets turcs sur ordre de leur gouvernement pour faire capoter les discussions en cours et faire porter le chapeau ausx radicaux du PKK et enfin une action des Loups Gris, le mouvement nationaliste turc d’extrême droite.

J’observerai qu’on peut sans difficulté fusionner la deuxième et le troisième hypothèse, ce qui nous laisserait seulement deux éventualités.

Et l’hypothèse d’une action ses services secrets turcs est des plus probables, pour des raisons de simple logique.

On sait par exemple que la démarche bassement électoraliste du premier ministre Turc dans son « dialogue » avec le PKK est admise par tous les observateurs même si certains pensent qu’il peut en sortir du positif.

Pourtant, la crise syrienne a donné l’occasion au premier ministre Turc de démontrer son hostilité absolue à de véritables discussions avec les Kurdes et, au contraire, de sa volonté de les amener à se soumettre en échange de quelques mesures symboliques.

Mais Ergogan comme les Kurdes eux-mêmes savent très bien que la concrétisation du projet national kurde n’a jamais été aussi proche qu’aujourd’hui et que c’est le gouvernement turc lui-même qui, avec sa politique bizarroïde (il n’y a pas d’autre mot) relativement à la Syrie et à Irak a favorisé cet état de fait.

Je ne veux pas dire par là que les Kurdes vont réaliser leur projet national, mais que le prix à payer pour les en empêcher sera plus élevé que jamais.

Un autre élément qui plaide en faveur de l’hypothèse d’un meurtre commandité par les autorités turques est à chercher dans d’autres propos de M. Erdogan, ceux par lesquels il réagit à des mots du président Français, François Hollande.

On peut lire en effet dans une dépêche Reuters du 12 janvier:

Meurtres de Paris-Erdogan demande des explications à Hollande

M. Erdogan ne demande pas au président Français de faire la lumière sur le triple meurtre à Pais mais réagit à ces propos de M. Hollande:

« C’est directement trois personnes dont l’une était connue de moi et de beaucoup d’acteurs politiques parce qu’elle venait régulièrement nous rencontrer », a déclaré jeudi François Hollande.

Propos qui ont suscité le mécontentement du premier ministre Turc qui a adressé cette sommation au chef de l’Etat français

« Le président français doit expliquer à l’opinion turque et au monde pourquoi il avait rencontré des membres d’une organisation terroriste ».

Une petite phrase où on peut voir tomber le masque d’Erdogan qui qualifie sans hésiter les trois victimes de membres d’une « organisation terroriste ». On peut donc conclure que ce que M. Erdogan jugeait déplorable dans « l’exécution » de ces trois militantes Kurdes, c’était la méthode. Peut-être aurait-il préféré la strangulation?

Et l’organisation terroriste est celle-là même avec laquelle son gouvernement est supposé avoir engagé des négociations sérieuses et sincères!

L’homme qui s’est tué en se jetant de la Tour Eiffel était-il vraiment Britannique?

25 juin 2012

La Tour Eiffel a fait la une de l’actualité aujourd’hui puisque, après la mort hier vers 23h d’un homme tombé du deuxième étage de la tour, c’est une femme qui a tenté de mettre fin à ses jours, sauvée in extremis par les pompiers.

Quand ils évoquent la victime décédée, vos journaux semblent hésiter, certains parlant de chute mortelle, éventuellement accidentelle, et d’autres de suicide.

Ouest-France en est un bon exemple qui titre son papier:

Paris. Un homme se tue en chutant de la Tour Eiffel

mais qui écrit dans le corps de l’article que la  victime

 a « sauté en faisant le saut de l’ange », selon le colonel Frédéric Grosjean, porte-parole adjoint de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris.
Ce type de suicide « survient assez fréquemment mais il est rare que quelqu’un réussisse à escalader aussi haut », précise une source 

Le suicide ne semble donc faire aucun doute…

La victime, âgée de 25 ans s’exprimait en anglais et était de nationalité britannique lit-on dans le même article d’Ouest-France, mais aussi sur le site de RTL, du journal 20 Minutes ou encore de Libération.

Mais alors pourquoi peut-on lire ce qui suit sur le site de Voisizneias, un organe d’informations juif orthodoxe publié aux Etats Unis:

Un homme de 25 ans, originaire d’Israël a fait une ascension mortelle après avoir déjoué les mesures de sécurité et escaladé le monument parisien au crépuscule ont annoncé les autorités ce lundi.

Le site juif orthodoxe n’évoque pas, même en passant, la citoyenneté britannique de la victime.

Bizarre, non? 

La Turquie devant le mur du génocide arménien

20 décembre 2011

Les dirigeants turcs vont finalement de déconvenue en déconvenue du fait de leurs illusions selon lesquelles ils auraient été admis comme puissance alliée à part entière par les Etas européens.

Pourtant aussi bien les manœuvres dilatoires que les propos rejetant clairement une admission de la Turquie dans l’Union Européenne auraient dû leur mettre la puce à l’oreille.

Mais il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre et le « printemps arabe » a redonné vigueur à ceux qui, derrière le ministre Turc des affaires étrangères Ahmet Davutoglu pensent qu’Ankara peut-être le gendarme de l’Occident sur ses marches asiatiques.

Un raisonnement digne de l’homme malade de l’Europe qu’est restée finalement la Turquie maintenant affrontée à une proposition de loi française sur la pénalisation de la négation du génocide arménien.

Là encore, le gouvernement turc a froncé les sourcils et levé la voix contre ceux avec qui il fait pourtant de grands projets concernant la Syrie voisine : menaces de rappel de l’ambassadeur de Turquie à Paris ou de mesures de rétorsion économiques.

Deux délégations turques viennent d’arriver en France, l’une composée de députés, l’autre de représentants du grand patronat dans le but d’essayer de contrecarrer l’examen et l’adoption de cette proposition de loi.

Les choses semblent ne pas bien se présenter pour elles car, nous apprend la presse turque, la délégation d’hommes d’affaires dépêchée par la Turquie vient de se voir refuser la location d’une banale salle de conférence par un grand hôtel parisien.

La salle réservée par la délégation au Grand Hôtel Intercontinental, a été annulée à la dernière minute par la direction de l’hôtel pour cause d’indisponibilité, mais des informations sous-entendent que des pressions politiques sur la direction en seraient la véritable raison.

Du coup la délégation a changé précipitamment d’hôtel et décidé de tenir sa conférence de presse dans les locaux du consulat général de Turquie à paris.

Un dur rappel à certaines réalités pour les dirigeants Turcs.

Je vais me permettre d’adresser un conseil personnel à M. Erdogan, le premier ministre Turc en cas d’adoption de cette loi par le corps législatif Français. Je suis d’accord qu’on ne doit pas légiférer sur l’histoire mais, si le parlement français le fait…

Alors M. Erdogan plutôt que de se contenter d’agiter devant les autorités françaises le souvenir de leurs agissements en Algérie devrait se rappeler qu’en 1830, année de la prise d’Alger, par l’armée française, la régence d’Alger était sous suzeraineté ottomane et que l’empire Ottoman était donc lui-même victime d’une agression.

A ce titre, le parlement turc serait tout à fait fondé à légiférer pour adopter une loi reconnaissant le génocide commis par la France en Algérie et pénalisant sa contestation.

Voilà une réponse qui aurait une plus grande portée que les rodomontades et les jérémiades qu’on entend à Ankara.


%d blogueurs aiment cette page :