Posts Tagged ‘Philadelphie’

Suite aux protestations, Starbucks renonce à confier à une officine sioniste le pilotage de sa formation contre le racisme

28 avril 2018

Vous avez sans doute entendu parler de cette histoire survenue dans un Starbucks de Philadelphie aux Etats Unis où deux clients afro-américains avaient été arrêtés alors qu’ils étaient attablés, sans consommation certes, mais depuis quelques minutes seulement, tout à fait tranquilles et sans donc causer de dérangement quelconque à personne.

Comme le remarquait une cliente qui a filmé la scène dans une vidéo qui a fait le buzz sur Internet:

« La police a été appelée parce que ces hommes n’avaient rien commandé. Ils attendaient un ami, qui est arrivé alors que ses amis étaient embarqués en menottes pour n’avoir rien fait. Tous les autres Blancs se demandent pourquoi ça ne nous est jamais arrivé quand on fait la même chose », écrit en commentaire son auteure, Melissa DePino.

Pour des raisons qui peuvent tenir à la mauvaise publicité que peut représenter ce genre d’incident, ou pour des raisons d’éthique pourquoi pas, la direction de Starbucks a non seulement présenté des excuses mais a aussi décidé de lancer un  plan de formation de son personnel sur le thème des préjugés racistes.

Une initiative largement saluée jusqu’à ce qu’on découvre que le pilotage de cette action avait été confié à l’Anti-Defamation League (ADL, équivalent de la LICRA aux Etats Unis], ce qui a fait grincer des dents toux*s ceux qui savent à quel point cette organisation, pour des raisons présentées dans l’article que je vous propose, est loin d’être qualifiée pour animer des sessions de formation contre le racisme.

Les associations antiracistes des Etats Unis ne sont pas restées les bras croisés et se sont mobilisées pour faire savoir leur mécontentement à la société Starbucks. La mobilisation a été suffisamment puissante pour amener Starbucks à rétrograder la place de l’ADL dans son action de formation et à en donner le pilotage à des organisations nettement plus qualifiées

 

Les protestations forcent Starbucks à écarter l’ADL de la formation contre le racisme

Après le tollé suscité par l’inclusion de l’Anti-Defamation League en tant que pilote de la formation anti-raciste de Starbucks, la chaîné de cafés a reculé, comme le rapporte Marjorie Cohn pour Consortium News.

par Marjorie Cohn  Special to Consortium News (USA) 28 avril 2018 traduit de l’anglais par Djazaïri

Résultat de recherche d'images pour "marjorie cohn"

Marjorie Cohn

Après qu’une vidéo de l’arrestation de deux hommes afro-américains assis dans un Starbucks sans avoir acheté de consommation soit devenue virale, Starbucks a programmé une formation anti-raciste. Mais leur inclusion de l’Anti-Defamation League dans la formation a provoqué un autre tollé et Starbucks a capitulé.

Le 12 avril, Rashon Nelson et Donte Robinson ont été arrêtés pour intrusion dans un Starbucks de Philadelphie. Un gérant avait appelé la police parce que les hommes, qui étaient au café depuis seulement quelques minutes, n’avaient rien acheté.

Melissa DePino, une cliente de Starbucks qui a enregistré la vidéo de l’arrestation qui est devenue virale sur les réseaux sociaux, a déclaré : « Ces gars-là n’ont jamais levé la voix. Ils n’ont rien fait d’agressif. . . J’étais assis près de là où ils se trouvaient. Tout près. Ils ne faisaient rien. Rien du tout. « 

Dans le but d’éviter un désastre en matière e relations publiques après que l’incident raciste soit devenu public, Starbucks a annoncé qu’il fermerait la plupart de ses 8 000 établissements le 29 mai pour une formation sur préjugés raciaux.

Mais, ajoutant l’insulte à l’injure, Starbucks avait fait appel à l’Anti-Defamation League (ADL), avec ses antécédents racistes notoires, en tant qu’intervenant principal dans la formation contre le racisme.

L’indignation de la communauté [afro-américaine] devant le rôle central de l’ADL dans la formation s’est manifestée rapidement et avec force. Starbucks a rétrogradé ADL à un rôle de consultant, et a nommé des représentants de trois importantes organisations de droits civiques dirigées par des afro-américains pour piloter la formation.

ADL: « Anti-Musulman, Anti-Palestinien, Anti-Noir et Anti-Activiste »

Après l’annonce initiale par Starbucks de la composition de ses formateurs à l’antiracisme, il y a eu une réaction négative très forte dans la communauté des droits civiques contre le rôle prédominant de l’ADL.

Tamika Mallory, co-présidente de la Marche des Femmes et de Black Lives Matter, a appelé au boycott de Starbucks. Mallory, une organisatrice de premier plan au niveau en faveur du contrôle des armes à feu, des droits des femmes, et contre les violences policières, est la lauréate 2018 du prix Coretta Scott King Legacy.

Tamika Mallory de la marche des Femmes

Mallory a tweeté que Starbucks « n’est pas sérieux quant à faire réaliser l’action par des personnes BLACK! ainsi qu’on le voit avec le rôle prédominant qu’il a donné à ADL, qui « s’attaque constamment aux personnes noires et basanées ».

Cat Brooks, cofondatrice de l’Anti Police-Terror Project, a déclaré qu’elle était d’accord avec Mallory. « Vous ne pouvez pas participer à une formation anti-préjugés quand vous soutenez ouvertement la colonisation raciste, oppressive et brutale de la Palestine. »

Linda Sarsour, également co-présidente de la Marche des Femmes, a écrit sur Facebook que l’ADL est «une organisation anti-arabe et anti-palestinienne qui colporte l’islamophobie et attaque les organisations et le militants musulmans en vue aux États-Unis et elle soutient/sponsorise les voyages de policiers qui vont suivre une entraînement avec l’armée israélienne. « 

Amer Zahr, comédien et activiste palestinien-américain, a grandi à Philadelphie. Zahr  nous a déclaré que l’ADL et l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) « étaient les architectes de l’industrie anti-arabe et anti-islamique en Amérique pendant les 50 à 60 dernières années. »

Zahr a affirmé que « accueillir des organisations comme ADL dans la famille des organisations de défense des droits civiques . . . est une vraie gifle pour les Palestiniens, les Arabes et les musulmans qui sont victimes de la rhétorique de l’ADL depuis des dizaines d’années. « 

Invité à réagir à la décision de Starbucks, un porte-parole de l’ADL que nous avons contacté a refusé de s’exprimer.

Espionner les gauchistes

ADL a été créé en 1913 « pour défendre les Juifs, et plus tard d’autres groupes minoritaires contre la discrimination », écrivait Robert I. Friedman en 1993. Elle mena la lutte contre le Ku Klux Klan et le parti nazi américain et soutint le mouvement des droits civiques dans les années 1960 Mais à la fin des années 1940, « l’ADL a espionné les gauchistes et les communistes, et a partagé des dossiers d’enquête avec le FBI et le comité de la Chambre des représentants sur les activités anti-américaines. L’ADL a basculé brusquement vers la droite sous l’administration Reagan, devenant un bastion du néoconservatisme. « 

En 1993, le procureur du district de San Francisco a publié 700 pages de documents qui impliquaient l’ADL dans une vaste opération d’espionnage contre des citoyens américains opposés à la politique israélienne en Cisjordanie occupée et à Gaza, et à l’apartheid en Afrique du Sud. L’ADL avait ensuite transmis ces informations au Mossad israélien et au renseignement sud-africain.

Les documents révélaient que l’ADL avait fourni des informations aux services secrets sud-africains peu avant l’assassinat de Chris Hani. Hani était un responsable de l’African National Congress, qui dirigeait la lutte contre l’apartheid, et était considéré comme le successeur de Nelson Mandela. Hani avait été tué peu de temps après son retour d’une tournée de conférences en Californie, où il avait été espionné par l’ADL.

Résultat de recherche d'images pour "chris hani"

Chris Hani a été assassiné en 1993

Quinze associations de défense des droits civiques et sept individus avaient intenté un procès fédéral contre ADL en 1993 pour violation de leurs droits civiques et de leur vie privée en les espionnant. Six ans plus tard, le juge fédéral Richard Paez a émis une injonction interdisant de façon permanente à ADL d’espionner illégalement  des organisations  arabo-américaines et d’autres organisations de droits civiques.

Mais les activités haineuses de l’ADL continuent. La directrice exécutive de Jewish Voice for Peace (Voix Juive pour la Paix, JVP), Rebecca Vilkomerson, a déclaré dans un entretien avec Consortium News que l’ADL, qui se désigne elle-même comme organisation de défense des droits civiques, joue vraiment un rôle préjudiciable dans un certain nombre de communautés. Elle observe que l’ADL « promeut et est complice de campagnes anti-musulmans, anti-Noirs et anti-activistes. »

Rebecca-Vilkomerson-JVP-Staff.jpg

Rebecca Vilkomerson de Jewish Voice for Peace

Vilkomerson a critiqué l’ADL pour avoir honoré le département de police de St. Louis un an après que ses agents eurent tué Michael Brown, un homme afro-américain non armé à Ferguson.

Arielle Klagsbrun du Jewish Voice for Peace de St. Louis explique : «Le camp de l’ADL est le camp de la police. En tant que personne dont les membres de la famille sont des survivants de l’holocauste, les leçons que je tiré de l’holocauste pour aujourd’hui sont que les vies noires comptent et que nous devons nous opposer au racisme systémique. « 

Soffiyah Elijah, directrice exécutive de l’Alliance of Families for Justice, a déclaré dans une interview que si l’on élaborait un programme de formation contre l’antisémitisme, « vous n’iriez pas à la NAACP, National Association for the Advancement of Colored People, [association nationale pour la promotion des gens de couleur] pour une formation de sensibilisation ». , J’ai trouvé que[l’inclusion de ADL] c’était une insulte de plus ».

Vilkomerson qualifie l’ADL « d’un des plus grands pourvoyeurs » d’échanges entre les forces de l’ordre israéliennes et américaines, avec la police américaine qui se rend en Israël pour apprendre les méthodes de « contre-terrorisme » à appliquer ici. Cela englobe «le profilage racial, l’espionnage, la surveillance de masse et les châtiments collectifs».

Mais « la police étatsunienne n’a pas vraiment besoin de leçons de racisme, » ajoute Wilkomerson.

Starbucks recule après une réaction anti-ADL

JVP a fait circuler une pétition contre l’inclusion de l’ADL, qui a recueilli 11 000 signatures en 72 heures. Selon Vilkomerson, « l’énorme déferlement » sur Twitter d’opposition au rôle central initialement prévu pour l’ADL dans la formation sur le racisme et la « semaine de mise sous pression » y compris la pétition de JVP, ont amené Starbucks à reculer.

Starbucks a publié une déclaration dans laquelle figurent les noms de ceux qui vont diriger la formation contre le racisme : Bryan Stevenson, fondateur et directeur exécutif de Equal Justice Initiative; Sherrilyn Ifill, présidente et directrice-conseil du Fonds de défense et d’éducation juridiques de la NAACP; et Heather McGhee, présidente de Demos, une organisation de défense des droits civiques.

Les trois dirigeants «donneront des aviss, des conseils, feront le lien avec d’autres experts et feront des recommandations à Starbucks pour la formation du 29 mai, qui lancera l’action en plusieurs phases de l’entreprise».

Starbucks a annonvé qu’il « consultera également un éventail d’organisations et d’experts des droits civiques – y compris l’Anti-Defamation League, le Leadership on Civil and Human Rights, UnidosUS, Muslim Advocates, et des représentants d’associations LGBTQ, d’organisations religieuses, de personnes handicapées , et autres. »

Le directeur adjoint de JVP, Ari Wohlfeiler, a déclaré dans un communiqué de presse :

Starbucks ne le dira jamais publiquement, mais à cause du tollé général suscité par la position résolument pro-israélienne de l’ADL, son refus de condamner la violence policière, son islamophobie persistante et la convergence de toutes ces positions rétrogrades pour faciliter activement les programmes d’échanges entre les polices américaine et israélienne, Starbucks n’avait pas d’autre choix que de la mettre en retrait.

C’était un « excellent résultat », a déclaré Vilkomerson

Marjorie Cohn est professeure émérite à la faculté de droit Thomas Jefferson, ancienne présidente de l’ordre national des avocats, secrétaire générale adjointe de l’Association internationale des juristes démocrates.

 

Publicités

Le Juif antijuif qui représente les Musulmans aux Etats Unis

19 octobre 2013

Le Council on American Islamic Relations (CAIR) est une des plus importantes organisations de défense des droits des Musulmans aux Etats Unis.

Selon son site web,

La vision de CAIR est la défense ardente de la justice et de la compréhension mutuelle.

La mission de CAIR est d’améliorer la compréhension de l’Islam, d’encourager le dialogue, de protéger les libertés publiques et de promouvoir la justice et la compréhension mutuelle.

On reconnaîtra là les principes habituels qui guident l’action des associations qui entendent représenter les droits des minorités aux Etats Unis. L’action de CAIR s’exerce de manière tout à fait classique par la pratique du lobbying dans la capitale fédérale et dans les différents Etats qui composent les Etats Unis.
CAIR cherche aussi à encourager la participation des Musulmans à la vie publique et intervient dans la lutte contre les discriminations en offrant médiation et prestations juridiques.

Rien que de très banal, surtout pour un pays comme les Etats Unis.

Sauf que CAIR représente la communauté musulmane qui fait l’objet de la culture du soupçon aux Etats unis, au moins depuis les attentats du 11 septembre 2001, et d’une campagne islamophobe menée de manière méthodique,

Cette campagne islamophobe, si elle prend prétexte des attentats de 2001  trouve en réalité son fondement, comme on l’a déjà vu sur ce blog à propos notamment des lois anti-charia, dans la démarche d’activistes sionistes radicaux qui s’appuient sur un appareil financier et une organisation bien rodés.
Et CAIR, en tant qu’organisation représentant des Musulmans et plaidant pour la justice a ce défaut insigne de plaider pour une solution juste au conflit du proche Orient quoique ce conflit ne soit pas au coeur de ses préoccupations.

C’est cependant encore trop pour les ultrasionistes qui n’ont de cesse de dénoncer les liens de cette organisation avec ce qu’ils appellent des organisations terroristes.

Daniel Pipes

Daniel Pipes

Les (prétendus) arguments contre CAIR sont bien synthétisés par le néoconservateur  Daniel Pipes (Pipes est un nom qui fleure bon l’Angleterre mais la famille de Daniel Pipes est juive polonaise et a émigré aux USA dans les années 1940), et c’est en gros la même que celle présentée par les organisations qui constituent le lobby sioniste comme l’Anti Defamation league (ADL, équivalent de la LICRA aux Etats Unis).
Il va de soi que pour ces tenants du sionisme radical, CAIR flirte forcément avec l’antisémitisme compte tenu de ses prises de position sur la Palestine.

Un argument qui vient de prendre un petit coup dans l’aile avec la nomination d’un Juif au poste de directeur de la section de CAIR à Philadelphie (chaque section régionale est autonome).

Bon, ce n’est pas n’importe quel Juif puisqu’il s’agit de Jacob Bender, un documentariste connu pour ses positions de gauche, y compris sur la question palestinienne.

Jacob Bender

Jacob Bender

Un Juif antijuif présume déjà Abraham Foxman, le premier responsable de l’ADL.

Jacob Bender est le premier Juif à diriger une section de CAIR, l’organisation de défense des droits des Musulmans
L’activiste de Philadelphie fait face à l’hostilité dans l’establishment juif
par Nathan Guttman, The Jewish Forward (USA) 17 octobre 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Jacob Bender va devenir le porte-voix des Musulmans de la région de Philadelphie dans la lutte contre la discrimination qu’ils subissent sur les lieux de travail et dans la sphère publique, et dans le combat contre les expressions de haine.

Bender est convaincu que son appartenance à la confession juive ne peut que l’aider à faire ce travail avec efficacité.

«La communauté musulmane est attaquée par des forces islamophobes, et il est de l’obligation et de le responsabilité de toutes les personnes de bonne volonté de se lever et de dire que cette agression est une manifestation d’intolérance,» affirme Bender. «C’est [cette mission] absolument cohérent avec les objectifs que je me suis fixés dans la vie.»

La section de Philadelphie du Council on American Islamic Relations a annoncé la nomination de Bender à son poste de directeur exécutif le 15 octobre. Bender est le premier Juif, et le premier non musulman, à exercer comme directeur d’une branche de CAIR.

«Les besoins de la communauté musulmane sont exactement les mêmes que ceux de toute communauté minoritaire aux Etats-Unis », déclare Iftekhar Hussein, président du conseil d’administration de CAIR-Philadelphie. «Jacob, en tant que juif, le comprend du fait des ses propres origines. »

Militant des questions liées au dialogue interreligieux entre Juifs et Musulmans qui a été impliqué par le passé dans la défense d’une vision progressiste de la paix au Moyen Orient, la nouvelle position de Bender va le placer devant deux types d’attentes de natures très différentes.

Il va rencontrer une communauté locale musulmane qui attend qu’un non musulman représente ses besoins aussi bien que l’aurait fait un coreligionnaire.

Il va aussi être confronté à un leadership juif national qui a décidé que CAIR n’était  absolument pas un partenaire avec qui on peut dialoguer.

Dans un long document publié en 2006, l’Anti-Defamation League (ADL) accusait CAIR d’avoir des positions extrémistes sur Israël et d’avoir des liens avec des individus et des organisations qui ont exprimé leur soutien à des organisations terroristes.

Les organisations juives avaient aussi souligné par le passé le fait que CAIR avait été initialement citée dans le dossier judiciaire de la Holy Land Foundation, une organisation caritative basée aux Etats Unis qui avait été accusée de rassembler des fonds pour le Hamas. Mais un tribunal avait ordonné en 2012 que la référence à CAIR soit retirée du dossier.

«CAIR ne fait pas partie des partenaires potentiels de la communauté juive,» déclare Ethan Felson, vice-président du Jewish Council for Public Affaires. «La communauté juive a examiné son dossier et a conclu que «Nous ne pouvons pas travailler avec cette organisation.»

Même si aucune position officielle n’a été adoptée, la communauté juive a exclu CAIR de toute action interreligieuse commune avec la communauté musulmane et s’est concentrée sur les relations avec l’Islamic Society oh North America et avec des mosquées et des imams locaux.

CAIR et Bender rejettent les assertions des organisations juives selon lesquelles l’organisation serait de quelque manière extrémiste. «Il y aura toujours ceux qui essaieront de diaboliser les autres organisations,» déclare Bender. «En tant que personne qui soutient depuis longtemps les droits des palestiniens et qui critique la politique d’occupation, je ne vois pas de contradiction entre mes opinions affirmées de longue date sur le Moyen orient et celles de CAIR.»

Israël n’est pas une question prioritaire pour CAIR, en particulier pour ses sections locales, qui tendent à s’intéresser plus à la lutte contre les discriminations contre les Musulmans dans la communauté locale [où ils vivent]. Pourtant, pour beaucoup dans la communauté juive, le problème arabo-israélien est perçu comme l’obstacle essentiel qui éloigne CAIR de l’establishment juif américain.

Le fait d’avoir un Juif à un poste de dirigeant pourrait-il contribuer à réduire la coupure entre les deux parties? La réponse consiste généralement en un mélange d’espoir et de scepticisme.

«Il y a toujours un potentiel de changement,» déclare Hussain, tout en observant que jeter un pont en direction des organisations juives n’était pas la motivation derrière le recrutement de Bender pour le poste. «Ceux qui n’ont pas de contact avec CAIR devraient s’asseoir autour d’une table et comprendre que nous sommes une organisation des droits civiques.»

Abraham Foxman, le responsable national de l’ADL, explique dans une déclaration à Forward que «on verra avec le temps.» L’appartenance de Bender à la confession juive, dit-il, n’a pas nécessairement une importance. «Malheureusement, il y a des Juifs qui sont antijuifs et anti-Israël,» ajoute Foxman, «mais nous allons attendre et on verra bien.»

L’intérêt de Bender pour la communauté musulmane a commencé après les attaques terroristes du 11 septembre. Producteur de documents vidé et télévisuels, il a commencé à organiser des rencontres inter-religieuses et à donner de la voix contre contre les expressions islamophobes devenues plus fréquentes après les attentats.

En 2009, son documentaire “Out of Cordoba: Averroes and Maimonides in Their Time and Ours a été présenté au public/ Le film traite «de Juifs, de Musulmans et de Chrétiens qui luttent contre le détournement de leurs religions par des extrémmistes,» écrivait Bender dans une brève description qui accompagnait le film.

Le film s’intéresse à deux contemporains historiques de l’Espagne médiévale: le philosophe Juif Maïmonide et le penseur Musulman Averroes. A travers ces deux personnages, Bender cherchait à remettre en cause «la thèse selon laquelle il y a un inévitable ‘choc des civilisations’ entre l’Occident et le monde musulman.»

Au cours de ces deux edernières années, Bender s’est déplacé dans tout le pays pour présenter son film aux communautés juives et musulmanes, pour parler du besoin d’une plus grande compréhension entre religions. Dans les années 1980, Bender activait dans plusieurs organisations juives progressistes qui plaidaient pour une solution à deux Etats [au Moyen Orient]. Il a ensuite été directeur exécutif d’ American Friends of Meretz [les amis américains de Meretz]; le parti politique israélien de gauche.

Sa mission à CAIR Philadelphie, une des 20 branches indépendantes à travers le pays, consistera principalement à lutter conte la discrimination anti-musulmane. Ces dernières années, la section de CAIR à Philadelphie a été parmi les organisations les plus en pointe dans le combat contre les lois anti-charia proposées en Pennsylvanie. Elle s’est publiquement exprimée contre les stéréotypes anti-musulmans après l’attenta qui a visé le marathon de Boston.

Le profil de Bender, en tant que réalisateur et orateur, observent les renponsables laïcs de l’organisation, le rend apte au rôle de porte-parole pour l’organisation et les droits civiques des Musulmans.
«Je n’ai jamais eu de doute ou de sentiment négatif à propos de CAIR depuis que je suis en contact avec cette organisation,» déclare Bender. «Je n’ai jamais rencontré de sentiment antijuif ou antisémite. Bien au contraire.»


%d blogueurs aiment cette page :