Posts Tagged ‘Pittsburgh’

La tuerie de la synagogue de Pittsburgh et les racines politiques des discours de haine aux Etats Unis

31 octobre 2018

Quelques jours nous séparent maintenant de la tuerie qui a été perpétré dans une synagogue de Pittsburgh aux Etats Unis. Robert Bowers, l’assaillant, tenant d’une idéologie d’extrême-droite, s’est rendu à la police après avoir été blessé mais non sans avoir auparavant assassiné 11 fidèles au simple motif qu’ils étaient juifs et que les Juifs, selon lui, sont une menace pour la survie de son propre peuple, c’est-à-dire les Américains blancs et chrétiens.

Résultat de recherche d'images pour "robert bowers"

Blessé, Robert D. Bowers a néanmoins pu être présenté à un juge

Les commentateurs, en France comme aux Etats Unis, n’ont pas tardé à mettre ce crime au compte de Donald Trump et de sa rhétorique xénophobe, voire antisémite (au sens d’anti-juive). Alors même que chacun sait que Donald Trump a un gendre de confession juive, que sa fille Ivanka s’est convertie au judaïsme et qu’elle-même et son mari jouent un rôle politique significatif notamment sur les questions relatives au Proche Orient.
Cet état de fait aurait dû amener les commentateurs à s’interroger sur la relation en quelque sorte « constructive » entre sionisme et antisémitisme.
Ce n’est cependant pas le cas car il est des couvercles qu’on se garde bien de soulever de peur qu’ils se referment sur ses doigts.

Le blogueur Moon of Alabama nous a proposé dès le lendemain des faits une lecture politique de ce  crime. Et Moon of Alabama nous montre que ce crime, tout abject qu’il soit, s’inscrit dans une logique profonde de la vie et du discours politiques aux Etats Unis, et pas seulement dans la mouvance dite Alt-Right (droite alternative) mais dans le discours des grands partis et de responsables politiques de premier plan. Hillary Clinton nous l’a rappelé à deux reprises, en 2016 et tout récemment.

A cet égard, Donald Trump ne déroge pas à la règle.

Ces exploitations de l’attentat de Pittsburgh se moquent des victimes

Moon of Alabama (USA) 28 octobre 2018 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’attaque terroriste d’hier contre une synagogue de Pittsburgh a été commise par un homme aux opinions extrêmement anti-juives et anti-immigration. C’est la troisième attaque contre un lieu de culte en trois ans.

Comme les incidents précédents, c’est un crime odieux aux motivations ignominieuses.

Mais il y a peu de bonnes raisons de blâmer Trump pour cet incident. Il ne justifie pas non plus de prétendre faussement à un « antisémitisme accru ». L’exploiter pour une cause coloniale à caractère raciste revient à se moquer des victimes.

Le New York Times rapporte:

Armé d’un fusil d’assaut de type AR-15 et d’au moins trois armes de poing, un homme criant des insultes antisémites a ouvert le feu à l’intérieur d’une synagogue de Pittsburgh, tuant au moins 11 fidèles et en blessant deux autres ainsi que quatre policiers, ont annoncé les autorités.

L’assaillant, identifié par les responsables de la police comme répondant au nom de Robert D. Bowers, a tiré pendant plusieurs minutes et quittait la synagogue lorsque des agents, en tenue d’intervention et armés de fusils, l’ont rencontré à la porte. Selon la police, M. Bowers aurait échangé des coups de feu avec les policiers avant de se replier à l’intérieur et de se barricader dans une pièce au troisième étage. Il s’est finalement rendu.

En lisant entre les lignes, nous apprenons que le tueur n’est pas un musulman. Sinon, il aurait été qualifié de « terroriste ». Nous pouvons également conclure que le tueur était blanc. Sinon, la police l’aurait tué

Résultat de recherche d'images pour "fusil ar15"

Fusil AR-15 est une déclinaison du M-16, fusil standard de l’armée américaine

Le meurtrier était extrêmement anti-juif. C’était un suprématiste blanc qui s’imaginait que les personnes de confession juive étaient à l’origine de tous les problèmes qu’il voyait :

Le suspect de la fusillade meurtrière dans une synagogue de Pittsburgh a déclaré aux policiers que les Juifs étaient en train de commettre un génocide et qu’il voulait qu’ils meurent tous, selon un document de l’accusation rendu public dans la matinée de dimanche.

Les fidèles « ont été brutalement assassinés par un homme armé qui les visait simplement en raison de leur confession « , a déclaré Bob Jones, responsable du bureau du FBI à Pittsburgh, qui a cependant averti que le mobile du tireur n’était pas encore entièrement connu.

Les publications de Robert Bowers sur les réseaux sociaux montrent que la raison immédiate de l’attaque contre la synagogue a été la cérémonie nationale de Shabbat organisée par la Hebrew Immigrant Aid Society (HIAS – Société Hébraïque pour l’assistance aux immigrants) :

Quelques heures avant la fusillade du samedi matin, un nouveau message était publié à partir de son compte |sur les réseaux sociaux]: « HIAS aime faire venir des envahisseurs pour tuer notre peuple. Je ne peux pas rester assis et regarder mon peuple se faire massacrer. Fini de jouer [le tueur emploie l’expression « screw your optics » qu’on pourrait traduire par « bloquez vos FPS, le FPS étant le tireur virtuel qui est à la place du joueur dans un jeu vidéo, note de Djazaïri], j’y vais. »

HIAS est une organisation fondée il y a 137 ans par et pour les juifs qui fuyaient les pogroms en Russie. Elle assiste aujourd’hui tous les réfugiés. La haine de l’assassins pour HIAS, souligne la proximité idéologique des suprématistes blancs et des sionistes :

À l’extrême droite juive, la Zionist Organization of America a attaqué HIAS et d’autres organisations juives pour avoir fait pression pour l’admission de réfugiés syriens aux États-Unis et a accusé HIAS de le faire dans un but lucratif.

Le New York Times tente de relier l’incident à Trump :

 [L’agression] a également eu lieu à la suite de l’arrestation vendredi matin d’un homme qui, selon les autorités, aurait envoyé plus d’une douzaine de bombes artisanales à des détracteurs de M. Trump, dont plusieurs importantes personnalités démocrates.

Les bombes artisanales, qui n’auraient pu tuer personne, ont été envoyées de Floride par un paumé pro-Trump. Toutes  ce bombes ont été détectés avant d’atteindre leur cible.

Le tueur de Pittsburgh détestait Trump. Il mobilisait contre lui sur les réseaux sociaux en expliquant qu’il [Trump] était contrôlé par des Juifs. Il a écrit qu’il n’avait pas voté pour lui. Extrait de ses tweets archivés ( partie 1 , partie 2 ):

Trump est un mondialiste, pas un nationaliste. Il n’y a pas de #MAGA [Make America Great Again, rendre sa grandeur à l’Amérique, slogan de Trump] tant qu’il y a une infestation de kikes [péjoratif: Juifs, NdT].

Mais l’article du New York Times ignore la position anti-Trump du tueur. L’incident est ensuite imputé à la rhétorique de Trump:

L’émotion soulevée par le massacre de samedi a exacerbé le sentiment de malaise national face à une rhétorique politique de plus en plus hostile. Les détracteurs du président Trump ont fait valoir qu’il était en partie responsable des récents actes de violence parce qu’il avait excité la fibre nationaliste sur Twitter et lors de ses meetings, accusations que M. Trump a rejetées.

C’est ignorer que Trump recourt à la même rhétorique nationaliste qu’utilisent tous les présidents des Etats Unis :

Obama a déclaré sans équivoque à l’US Military Academy  l’année dernière: «Je crois en l’exceptionalisme américain avec toutes les fibres de mon être».

Pas plus que les positions anti-immigration ne sont particulières à Trump. C’est Obama qu’on appelait « l’expulseur en chef » :

Plus de 2,8 millions d’immigrants sans papiers ont été expulsés au cours des huit dernières années, [les deux mandats de M. Obama],…

Le nationalisme extrême et les positions anti-immigration sont aussi américains que la tarte aux pommes. La rhétorique hostile [à l’immigration aux Etats Unis n’est certainement pas le propre d’un seul camp. C’était Hillary Clinton qui parlait de citoyens comme de gens « minables » [elle avait décrit ainsi la moitié des électeurs de Trump caractérisés comme racistes, islamophobes, sexistes etc.] C’est seulement le style de Trump, pas ce qu’il dit, qui différencie sa manière « d’exciter » l’opinion de celle d’autres politiciens. Blâmer Trump pour cet incident est une tentative d’empêcher de prendre conscience de cela.

Le New York Times amalgame le mobile anti-immigration du tueur avec l’antisémitisme quand il cite les statistiques mensongères de l’ADL [Anti Defamation League, équivalent américain de la LICRA ] :

 [Le massacre] a eu lieu dans un climat d’inquiétude croissante à propos de l’immigration clandestine et dans une décennie qui a vu une augmentation des crimes de haine [hate crime: le hate crime va de la mauvaise blague raciste  à l’assassinat, NdT]. Selon le rapport annuel publié par l’Anti-Defamatiojn League plus tôt cette année, le nombre de signalements d’incidents antisémites aux Etats Unis a bondi de 57 % en 2017, la plus forte hausse en une seule année depuis que l’ADL a commencé à recenser ce genre de délits en 1979.

L’ADL ne recense pas « ce genre de délits », mais tout incident qu’elle perçoit comme étant du harcèlement, une menace ou « antisémite ». La forte augmentation dans les statistiques de 2017 de l’ADL n’a été constatée que parce que l’ADL a truqué les chiffres, comme l’ont relevé de manière critique d’autres organisations juives, en incluant les centaines de menace qu’un adolescent juif instable a faites contre des institutions juives :

L’augmentation présumée de l’antisémitisme selon l’ADL est une « histoire de requins« 

Un homme, américano-israélien, âgé de 19 ans a été reconnu coupable d’avoir proféré des centaines de menaces d’attentats à la bombe contre des centres communautaires juifs et des écoles juives aux États-Unis, ainsi que des compagnies aériennes.

Les fausses alertes visant les centres communautaires juifs et d’autres institutions juives au cours des trois premiers mois de 2017 ont provoqué de nombreuses évacuations et fait craindre une recrudescence de l’antisémitisme. Les parents et l’avocat de Kadar n’ont pas contesté son implication dans les menaces d’attentats à la bombe, mais ont affirmé pour sa défense qu’il souffrait d’une tumeur au cerveau et d’un faible QI.

Non seulement l’ADL truque ses chiffres , mais confond  ostensiblement la haine contre des personnes de confession juive et l’activisme antisioniste comme le Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) .

Kenneth Marcus du Centre Louis D. Brandeis pour les droits de l’homme a déclaré que certains signalements d’incidents antisémites « sont ce qu’on pourrait appeler des histoires de « requins », évoquant les les informations des médias sur des attaques de requins il y a quelques étés de cela. Beaucoup de gens, avait-il dit, craignaient que les attaques de requins se multiplient tandis que les experts cherchaient à en comprendre la raison. En fin de compte, il s’était avéré que ces attaques n’étaient pas du tout en augmentation – on en avait beaucoup plus parlé dans les médias parce que ces histoires de requins avaient attiré l’attention de rédacteurs en chef et de médias influents. »

Robert D. Bowers était actif sur les plateformes de réseaux sociaux Facebook et Gab , un service comparable à Twitter avec un minimum de censure. Il a posté et reposté beaucoup de calomnies anti-juives. Gab, qui est souvent utilisé par des personnes censurées ailleurs, a réagi immédiatement après l’incident. Il a archivé et fermé le compte et informé la police. Néanmoins, il a été immédiatement censuré. Paypal, qui servait à collecter les dons, a fermé son compte sans donner de raison particulière. Une telle réaction déraisonnable ne fera que renforcer le sentiment de persécution de l’extrême droite.

Résultat de recherche d'images pour "synagogue pittsburgh"

Hommage aux victimes devant la synagogue de Pittsburgh

 

Le gouvernement israélien va envoyer son membre probablement le plus raciste, le ministre de l’Education, Naftali Bennet, exploiter cet incident pour sa colonisation de la Palestine. Bennet s’est vanté d’avoir tué des Arabes :

« J’ai tué beaucoup d’Arabes dans ma vie – et cela ne pose aucun problème. »

Il appelle les réfugiés qui sont venus en Israël « des infiltrés ». Il aurait applaudi le meurtrier si la cible avait été un autre groupe religieux :

Le ministre de l’Education, Naftali Bennett, a obtenu jeudi le soutien d’un important militant anti-immigration clandestine, après s’être engagé à bloquer le projet de régularisation de centaines d’infiltrés soudanais.

Jeudi, [..], le parti de du Foyer Juif, dirigé par le ministre de l’Éducation, Naftali Bennett, a annoncé qu’il bloquerait l’application du plan du ministère de l’Intérieur visant à accorder des permis de séjour aux 300 Soudanais.

« Rien ne justifie d’absorber ces infiltrés en Israël. »

Israël s’est déclaré Etat d’apartheid . Son gouvernement a les mêmes opinions d’extrême droite contre les « autres » que l’assaillant de Pittsburgh. Comme lui, il confond les croyants juifs avec une race. Comme lui, il se mobilise contre l’immigration. Envoyer Bennet pour exploiter l’attaque terroriste, c’est se moquer de ses victimes.

Publicités

Le presbytère n’a rien perdu de son charme ni le boycott du sionisme de son éclat

4 mars 2014

La publication d’un long article sur ce qui touche à la Palestine et au conflit arabo-sioniste n’est pas chose fréquente dans la presse américaine, en dehors des journaux des grandes métropoles que sont Washington, New York et Los Angeles. Du moins quand cet article ne figure pas dans la rubrique opinion ou courrier des lecteurs.

C’est pourtant le cas cette fois ci avec ce papier paru dans un journal de Pittsburgh, une ville de Pennsylvanie peuplée d’un peu plus de 300 000 habitants et qui fut longtemps la capitale de l’industrie de l’acier aux Etats Unis.

L’article ne traite cependant pas directement du conflit du Moyen Orient mais des prises de position de l’église presbytérienne sur ce conflit, notamment sur les questions du boycott et du désinvestissement.

En effet, après avoir hésité à prôner le boycott et à retirer ses investissements , l’église presbytérienne semble décidée à aller de l’avant sur ce dossier ainsi que le signalent deux événements récents. Nous avons d’abord une déclaration d’une haute instance de cette église qui recommande de retirer les fonds qu’elle a investis dans trois entreprises qui participent à l’oppression du peuple palestinien (Motorola, Caterpillar et Hewlet Packard). Et surtout, l’église vient de rendre public un guide d’étude de la question du Moyen Orient destiné à servir de base à la réflexion des fidèles et des pasteurs.

Ce guide ne constitue donc pas une position officielle de cette église qui se caractérise par un fonctionnement dans lequel les orientations sont prises collectivement dans le cadre de synodes ou assemblées générales.

Les représentants du sionisme aux Etats Unis se sont vivement émus du contenu de ce guide, ce qu’on peut parfaitement comprendre dans la mesure où il n’hésite pas à remettre en cause la validité des fondements mêmes du sionisme sur le plan religieux tout comme il le disqualifie politiquement .

Une évolution qui n’est pas sans rappeler celle qu’a connue récemment l’église mère en Ecosse qui a réfuté théologiquement les prétentions sionistes dans un rapport publié au premier semestre 2013. L’église d’Ecosse est en quelque sorte la maison mère du presbytérianisme qui ne représente que 4  des 100 millions de Protestants que comptent les Etats Unis.

Eglises presbytériennes à Pittsburgh

Eglises presbytériennes à Pittsburgh

4 millions, c’est à la fois peu et beaucoup si on considère que les fidèles de cette église appartiennent généralement à des couches sociales aisées et instruites qui s’engagent donc volontiers et savent se faire entendre.

Et c’est aussi beaucoup si on tient compte du poids historique de l’église presbytérienne qui a servi de modèle aux autres églises protestantes et de la relative porosité qui existe entre les divers cultes protestants aux Etats Unis.

 

Les prises de position des Presbytériens créent des tensions avec les Juifs

par Peter Smith / Pittsburgh Post-Gazette (USA) 22 février 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

 Un groupe chargé par l’Eglise presbytérienne des Etats Unis de promouvoir « une paix juste en Israël/Palestine » publie un guide d’étude qui contient des descriptions du sionisme comme une hérésie à la racine de la crise du Moyen Orient.

Dans le même temps, une haute instance dirigeante recommande le retrait par l’église de ses investissements dans trois sociétés liées à l’occupation par Israël de territoires palestiniennes.

Ces deux démarches, quoique menées séparément dans les dernières semaines ont été saluées par les partisans de la cause palestinienne mais ont combiné leurs effets pour déstabiliser les relations entre les Presbytériens et les Juifs, aussi bien au niveau local que national.

 Des représentants de l’Eglise Presbytérienne de Pittsburgh – une des plus importantes organisations de cette église au niveau national – ont rencontré des responsables juifs locaux la semaine dernière pour discuter des controverses.

« Nous avons redécouvert ce que nous savions déjà, à savoir notre accord fondamental [avec les organisations juives, NdT] sur à une solution du problème avec deux Etats, et notre accord fondamental sur la caractère intolérable de la situation des Palestiniens telle qu’elle est et la nécessité de la corriger » déclare le Révérend Sheldon Sorge, ministre général du culte pour l’Eglise Presbytérienne.

 Sans être une déclaration officielle de l’église, le guide d’étude, « Zionism Unsettled » [en suspens ou déréglé?] représente le travail d’un groupe créé il y a dix ans par l’Eglise Presbytérienne de Pittsburgh. Les 72 pages illustrées du guide, produit par l’Israel/Palestine Mission Network of the Presbyterian Church (U.S.A.) dénonce ce qu’il qualifie de’années de discussions stérieles pour une solution à deux Etats, expliquant qu’Israël a de facto cré un seul Etat qui opprime les Palestiniens dans le style de l’apartheid. Il dénonce le « nettoyage ethnique «  des Palestiniens chassés par Israël de centaines de villes et villages en 1948 et affirme que cet Etat est lee résultta d’une « relation toxique entre théologie et politique ».

Gregg Roman, directeur du Conseil des Relations Communautaires de la Fédération Juive du Grand Pittsburgh, déclare avoir compris que le guide d’étude « n’est pas quelque chose qui émane de la base [des prêtres et des fidèles, NdT]. » Mais il l’a appelé « un cours accéléré pour plaider la disparition de l’Etat juif. »

Il explique que quand on le lit, c’est « comme si aucune guerre n’était menée contre Israël, comme s’il n’y avait pas des campagnes teroristes par des organisations comme le Hezbollah et le Hamas… et il ignore le fait que les Israéliens… et la communauté juive américaine soutiennent une solution à deux Etats. »

 Parmi les organisations juives d’envergure nationale, l’Anti-Defamation League déclare que le guide d’étude est peut-être « le document le plus antisémite produit par une grande église américaine de mémoire récente », tandis que Steve Gutow, président du Jewish Council for Public Affairs l’a qualifié de « digne d’une organisation raciste [hate group], pas d’une importante église américaine. »

La direction de l’Eglise Presbytérienne au niveau national a également pris ses distances avec la publication, insistant sur le caractère décentralisé de presbytérianisme. Quoique produite par une émanation officielle de l’église et vendue via le réseau de distribution à domicile de l’Eglise Presbytérienne, le rapport est publié à l’intention de l’église plutôt qu’en son nom, déclare Linda Valentine, directrice exécutive de la Presbyterian Mission Agency,qui supervise la plupart des buraux de l’église au niveau national depuis son siège à Louisville dans le Kentucky.

La politique de notre église consiste en « appels à un règlement négocié entre Israël et la Palestine et le droit pour chaque Etat d’exister dans des frontières sûres et reconnues, » écrit Mme Valentine. « L’église a condamné les actes violences des deux parties au conflit, ainsi que l’occupation illégale de territoires palestiniens par des colonies israéliennes. Notre église a fermement condamné l’antisémitisme sous toutes ses formes, dont le refus de reconnaître l’existence légale d’Israël. Dans le même temps, nous pensons que la condamnation des injustices perpétrées au nom de l’Etat d’Israël,… ne constituent pas de l’antisémitisme. »

 ‘Un déséquilibre chronique’

Martha Reese de l’Illinois, qui fait partie de l’équipe rédactionnelle de « Zionism Unsettled », déclare dans un entretien que le guide essaye de « corriger un déséquilibre chronique dans la manière dont le conflit est compris. »

Elle explique que beaucoup d’Américains n’ont pas compris l’impact que le sionisme a eu sur les Palestiniens et qu’elle espère que les congrégations chrétiennes, juives et musulmanes se serviront du guide d’étude  « comme un outil pour engager de difficiles conversations. »

Mme Reese déclare que le réseau n’a pas de position officielle quant à savoir si la solution ultime est un ou deux Etats mais indique qu’il est en faveur de « l’autodétermination et de l’égalité. »

 Elle dit que la prise de position officielle des Presbytériens pour une solution à deux Etats doit être vue à la lumière de la prolifération de colonies juives en Cisjordanie. « Nous devons avoir la certitude que notre position offcielle est vraiment réaliste compte tenu de réalités changeantes. »

 Alors que certaines organisations protestantes conservatrices sont connues pour leur soutien farouche à Israël, les obédiences protestantes plus libérales critiquent depuis longtemps son occupation de territoires palestiniens en Cisjordanie. Pour les Presbytériens, le débat s’est accéléré en 2004 quand leur assemblée générale approuva des démarches en vue de retirer des investissements en Israël liés à son occupation [des territoires palestiniens].

Ce qui avait provoqué une vive réaction de la part de dirigeants juifs et de nombreux Presbytériens qui considéraient que c’était apporter une caution morale au mouvement plus large dans les campus universitaires et ailleurs pour appliquer des pressions économiques sur Israël. Des assemblées réunies par la suite avaient fait machine arrière tout en appelant à des investissements promouvant la paix dans la région, et d’autres obédiences protestantes ont aussi envisagé avant de reculer sur cette question du désinvestissement.

 En 2012, une assemblée presbytérienne avait rejeté à une majorité de deux voix seulement une proposition de retrait des fonds de l’église investis dans Motorola Solutions, Caterpillar et Hewlet Packard parce que ces entreprises sont des fournisseurs des forces israéliennes et des colons juifs en Cisjordanie occupée. Elle avait cependant recommandé un boycott des produits fabiqués en Cisjordanie occupée par Israël.

 Début février, la Presbyterians’ Mission Agency a recommandé à nouveau que la prochaine assemblée générale prévue pour juin 2014 retire ses investissements de ces trois entreprises après qu’un rapport de l’église a conclu qu’elles « s’enferraient dans leur participation à des activités non pacifiques. »

Le Révérend Randy Bush, pasteur de l’East Liberty Presbyterian Church dit ne pas avoir encore lu le guide d’étude et donc ne pas pouvoir en parler. Mais il affirme que le désinvestissement pourrait aider à freiner l’expansion des colonies israéliennes et du mur de séparation sur les terres palestiniennes. « Nous avons observé un e consolidation de politiques qui rendent la paix plus difficile, » dit-il.

 Si les organisations pro-israéliennes ont critiqué la proposition de désinvestissement, elles prêtent plus d’attention ces jours-ci à « Zionism Unsetteld » qui, selon elles, va plus loin qu’appeler Israël à se retirer sur les frontières d’avant son occupation de la Cisjordanie en 1967.

En fait, le guide d’étude remet en cause la légitimité même du projet sioniste, en observant qu’il est enraciné dans la croyance en un « exceptionnalisme » – selon lequel son groupe d’appartenance religieuse est plus important que n’importe quel autre.

 « L’exceptionnalisme théologique et éthique du sionisme juif et chrétien… ont été soustraits au débat public malgré les inadmissibles violations des droits humains qui trouvent racine dans leurs croyances fondamentales, » lit-on dans le guide.

« Le défi posé aux relations inter-religieuses est de trouver un moyen de respecter les différences théologiques et les expériences historiques qui leur ont donné naissance tout en les empêchant de devenir des excuses pour l’injustice. »

Une section du guide rédigée par le Révérend Naim Ateek – pasteur anglican et directeur du Sabeel Ecumenical Liberation Center, une organisation chrétienne palestinienne influente à Jérusalem-Est – ajoute que « le sionisme est le problème. » Il le qualifie d’hérésie qui « commet une injustice théologique par son appel à Dieu, à l’histoire et à la race. »

 


%d blogueurs aiment cette page :