Posts Tagged ‘Ramallah’

La culture et la lutte du peuple palestinien

19 avril 2018

Un article intéressant sur la place de l’action culturelle dans la lutte du peuple palestinien pour recouvrer ses droits nationaux.

L’auteure relève les difficultés que rencontrent les acteurs palestiniens de la culture, tant par l’absence de structure étatique que par la dispersion et la compartimentation du peuple palestinien dans sa propre patrie.

On regrettera cependant deux choses. La première est que la journaliste ne peut pas s’empêcher de signaler le coût d’un des trois musées dont parle l’article. Je vois peut-être le mal partout, mais quitte à parler du coût, elle aurait pu alors faire une comparaison avec le coût d’autres musées équivalents et nous parler précisément de l’origine des financements qui ont permis l’édification du musée.

Ensuite, et à mon sens c’est plus sérieux, à aucun moment dans l’article l’auteure n’emploie le nom Palestine pour désigner la patrie des Palestiniens. Elle emploie exclusivement l’adjectif palestinien parfois accolé au mot Etat par exemple. Le nom Palestine apparaît certes trois fois; mais deux fois dans le cadre de citations d’acteurs culturels palestiniens et une fois avec l’épithète ottomane.

Comme quoi, même un article apparemment de nature à mettre en valeur la cause palestinienne peut dissimuler un fond négationniste.

Pour des Palestiniens encore apatrides, la vie culturelle sert de pierre angulaire

Même si les espoirs de négocier un futur État palestinien semblent plus éloignés que jamais, on observe ici une tentative de construire des institutions culturelles qui poussent les gens à parler de leur histoire et leur identité à travers l’art et des expositions.

Correspondance de Dina Kraft, The Christian Science Monitor (USA) 18 avril 2018 traduit de l’anglais par Djazaïri

Ramallah, Cisjordanie – Au sommet d’une colline escarpée de la ville de Ramallah en Cisjordanie, la capitale de facto des Palestiniens, le nouveau Musée Mahmoud Darwich se déploie comme les pages d’un livre ouvert.

Image result for manuscrit darwich

Mahmoud Darwich (1941-2008)

Dans une aile du bâtiment en pierre d’un blanc laiteux, des poèmes écrits de la main soigneuse de l’homme célébré comme le poète national palestinien sont exposés aux côtés de pièces comme son bureau et la Déclaration d’Indépendance Palestinienne qu’il a rédigée.

De l’autre côté, se trouve un hall où des écrivains, des poètes, des cinéastes et d’autres artistes palestiniens établis dans tout le monde arabe animent des conférences et des débats.

Pendant la visite des locaux, Sameh Khader, directeur du musée et de sa fondation montre un amphithéâtre situé à l’extérieur et les oliviers et les citronniers transplantés depuis des villes et villages palestiniens. Il marque une pause près de la pièce centrale de la place à l’extérieur : la tombe de M. Darwich.

« Notre objectif est non seulement de commémorer Mahmoud Darwich, mais aussi d’ouvrir des horizons pour créer un autre Mahmoud Darwich. Nous ne voulons pas être simplement un beau cimetière, mais un centre culturel actif », explique M. Khader, un homme exigeant, blazer en tweed et cravate rouge. « Notre vocation est de promouvoir la scène culturelle en Palestine comme élément de notre identité nationale. »

Alors même que les espoirs de négocier un futur Etat palestinien semblent, peut-être plus que jamais, lointains, on tente ici de construire des institutions culturelles et une vie culturelle qui incitent les gens à vivre leur identité et leur histoire palestinienne à travers l’art et les expositions.

Rien que ces deux dernières années, trois grands musées palestinien s ont ouvert leurs portes, dont le Musée Darwich. Il existe aussi des centres artistiques, des écoles de musique ; des théâtres et des écoles d’art.

« Je pense que ces institutions se sont développées du fait de l’absence d’Etat. C’est une tentative d’établissement d’une niche qui aurait été sinon mise en place par l’Etat nouvellement créé, » déclare Salim Tamari, un sociologue palestinien de l’université voisine de Bir Zeit qui enseigne en ce moment à Harvard. « Elles sont une source de fierté d’appartenance pour les Palestiniens qui peuvent voir des éléments de leur patrimoine reconnus sous une forme artistique et esthétique. »

Un autre musée nouveau est le Musée Yasser Arafat au centre de Ramallah qui est un musée consacré à l’histoire palestinienne avec un accent particulier sur la vie de l’ancien dirigeant palestinien. L’édifice moderne, blanc et lumineux incorpore le bunker où il a passé les dernières années de sa vie, assiégé, encerclé par les forces israéliennes, ainsi que sa tombe gardée par deux soldats palestiniens.

Dans la ville palestinienne voisine de Bir Zeit, le Musée Palestinien, d’un coût de 35 millions de dollars, est un vaste espace moderne de 3500 m2 construit sur une colline et surplombant d’anciennes terrasses, s’est donné pour mission de mettre en valeur l’histoire et la culture de la société palestinienne. Ses fondateurs, dont Zina Jardeneh qui préside le conseil d’administration du musée, le présentent comme étant une « institution transnationale. »

Musée Palestinien à Bir Zeit

De cette manière, écrit Mme Jardeneh dans un courriel, le musée est «capable de dépasser les frontières géographiques et politiques pour toucher les Palestiniens dans la Palestine historique et au-delà. Ses collections numériques et plates-formes en ligne, ainsi que son réseau de partenariats locaux et internationaux, permettront le partage de compétences, de ressources, de programmes et d’expositions avec des particuliers et des institutions du monde entier. « 

« Renforcer l’identité nationale »

Parmi les projets en ligne du musée figurent des archives numériques de récits oraux de Palestiniens racontant leurs vies avant et après 1948, lorsqu’Israël a été fondé en tant qu’Etat et que les Palestiniens ont fui ou ont été expulsés en masse, un événement pleuré par les Palestiniens sous le nom de Nakba, mot arabe *signifiant le » désastre ».

« Nous avons la ferme conviction que nous pouvons jouer un rôle de premier plan dans la construction de la communauté et le renforcement de l’identité nationale », écrit Jardeneh. « Notre travail consiste en la sensibilisation des étudiants et de la nouvelle génération et à leur apporter des connaissances. Nous croyons que ce sont les étapes essentielles pour permettre la construction de la nation. »

Avec ce trio de musées, on compte parmi les jalons culturels récents la déclaration de la vieille ville d’Hébron en tant que site du patrimoine mondial et la construction d’un amphithéâtre de style romain – avec des sièges pour 5.000 sculptures en pierre et 15.000 spectateurs sur un terrain adjacent à Rawabi, une ville nouvelle à la périphérie de Ramallah.

Ramallah fait actuellement fonction de capitale culturelle des Palestiniens – en plus de servir de capitale politique. Elle abrite le Palais culturel de Ramallah, qui propose des pièces de théâtre et des concerts dans une salle de 750 places, et abrite le Conservatoire national de musique Edward Saïd, qui porte le nom du défunt intellectuel palestinien et a des antennes dans d’autres villes de Cisjordanie, à Jérusalem-Est et à Gaza. En 2010, le Conservatoire a relancé l’Orchestre National Palestinien. Ramallah est également le site d’une école nationale des arts et, ces dernières années, des biennales d’art palestinien.

Jérusalem-Est, que les Palestiniens déclarent être leur future capitale, abrite le Centre culturel Yabbous, un centre des arts du spectacle, et est l’autre principal foyer culturel.

« Les gens veulent être vus »

La présentation de la culture palestinienne est considérée comme un outil de promotion de la libération nationale par les dirigeants palestiniens, même si le financement de la plupart des activités culturelles provient de donateurs étrangers.

Mais la nature fragmentée de la géographie politique et physique palestinienne – sa population divisée territorialement et les restrictions sur les déplacements entre la Cisjordanie et la bande de Gaza – rend difficile la vie culturelle. Pour les artistes palestiniens, il est plus facile de voyager à l’étranger pour exposer leur travail que de circuler entre les territoires palestiniens, ne parlons même pas d’aller à Jérusalem pour visiter les musées.

« Ce qui m’étonne, c’est le nombre de personnes qui veulent être vues et qui, pour ce faire,écrivent de la poésie, peignent, jouent dans des films et réalisent des films. Je pense que cela concerne une recherche de reconnaissance par l’art, la culture et la littérature. Nous cherchons un endroit où nous pouvons être égaux », dit Khader, lui-même romancier.

Dans son bureau, assis devant une photo en noir et blanc surdimensionnée de Darwich, Khader lance un diaporama sur son ordinateur présentant les quelque 100 événements qu’il a supervisés l’année dernière avant de se tourner vers la politique et de déplorer l’impasse avec Israël.

Il considère l’orientation israélienne comme belliciste et allant dans le sens d’une plus grande inclination vers la droite qui, dit-il, peut également être perçe dans des pays comme l’Italie et la France.

« La culture est un acte qui crée de l’espoir pour les gens. Mais comment pouvons-nous créer de l’espoir et promouvoir l’espoir et donner de l’espoir aux gens à un moment où le monde devient fou?», Demande-t-il.

Il fait une pause et continue, puis revient sur son message d’inspirer les gens à devenir des activistes, et il affirme : «L’espoir est le cœur du changement. »

Visite au Musée Arafat

Le musée Yasser Arafat se décrit à la fois comme un lieu de commémoration d’Arafat comme père du nationalisme palestinien et comme un musée de la mémoire contemporaine palestinienne.

« Nous avons essayé de croiser l’histoire de Yasser Arafat avec le récit palestinien », explique Mohamed Halayka, directeur du musée.

Et en effet, bien que la visite du musée commence par une visite à la tombe d’Arafat et, à la fin, du bunker où il a passé 36 mois assiégé par l’armée israélienne pendant la deuxième Intifada, le musée ressemble autant à un musée d’histoire palestinienne qu’à un  musée consacré à Arafat lui-même.

En remontant les rampes ascendantes, les visiteurs découvrent l’histoire nationale palestinienne depuis le début du XXe siècle jusqu’à la mort d’Arafat en 2004. Des toiles, des peintures murales, des photos et des vidéos décrivent des moments historiques clés – de l’arrivée de jeunes juifs européens à la ferme dans la Palestine ottomane de l’époque au début du XXe siècle jusqu’au déclenchement des deux Intifadas. Dans l’une des salles d’exposition, une longue liste de grandes personnalités de la culture palestinienne disparues, parmi lesquelles des romanciers, des cinéastes, des peintres et des poètes.

« Elles ont contribué à unifier les Palestiniens en dépit de notre fragmentation, » observe M. Halayka. « Ils ont maintenu l’esprit palestinien et l’identité collective. »

Les pages du journal d’Arafat, écrites en lettres minuscules, sont exposées aux côtés d’une paire de lunettes à monture en plastique noir épais et du pistolet qu’il portait toujours (même lorsqu’il s’exprimait aux Nations Unies). Une description des implantations de colonies juives et de leur impact sur les aspirations palestiniennes à la création d’un État est rapidement présentée après le prix Nobel de la paix obtenu par Arafat en 1994 – avec ses homologues israéliens, Yitzhak Rabin et Shimon Peres – pour avoir négocié les Accords d’Oslo.

Peut-être que l’exposition la plus puissante est celle qui n’a que la plus petite touche de la main du conservateur. C’est le quartier général souterrain d’Arafat pendant la période où il était assiégé dans la Mukatah, le centre du gouvernement palestinien.

Rampe à l’intérieur du Musée Arafat à Ramallah

Les touristes traversent la pièce où dormaient ses gardes, leurs couvertures toujours sur les lits. Il y a une salle de conférence avec un téléviseur et une longue table en bois où Arafat rencontrait ses conseillers et des invités. Des sacs de sable sont alignés contre les murs de l’espace, et dans la dernière pièce, la chambre d’Arafat, une pile de ses keffiehs, pliés et empilés avec soin, reste encore dans une armoire à archives réutilisée comme placard à vêtements.

Une conversation avec des artistes palestiniens

La tâche de construire la nation à travers la culture peut sembler particulièrement écrasante compte tenu de la situation politique sombre, explique Khaled Hourani. Peintre et ancien directeur artistique de l’Académie palestinienne des arts, M. Hourani a acquis une certaine notoriété locale en 2014 lorsqu’il a fait venir pour la première fois un tableau de Picasso à Ramallah.

« Il y a un dynamisme de la scène artistique malgré la situation politique », dit-il dans un balcon inondé de soleil hors de l’appartement de Ramallah qu’il utilise comme studio. « Mais il y a moins d’espoir que d’habitude. »

Assis à côté de lui, son ami, Mohamed Bakri qui est un acteur et réalisateur bien connu. Il est également Palestinien et vit à Ramallah, mais est né et a grandi en Israël.

« Nous faisons de l’art parce que c’est notre sensibilité. Nous ne le faisons pas pour Abou Mazen [le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas] ou le Hamas ou Bibi [le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu]. Nous le faisons pour notre avenir, nous-mêmes. Pour notre âme « , dit-il.

« Je meurs d’envie de faire un film qui n’est pas lié à cet endroit, je veux dire à la politique », dit M. Bakri. « Mais chaque fois que je dis que je ne veux pas faire de politique, la vie vous pousse à être politique, vous obligeant à faire avec votre identité et vos problèmes politiques. »

« J’aimerais faire juste une histoire d’amour. »

Publicités

Une délégation saoudienne en visite à Jérusalem

22 juillet 2016

Ceux qui observent les événements en Syrie constatent généralement le soutien apporté par l’Occident aux forces qu’on appelle communément « djihadistes », c’est-à-dire l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL ou Daesh) et al Qaïda.

Ce soutien habituellement éludé par la grande presse, à quelques exceptions près, n’a cependant pas manqué d’être relevé suite à l’assassinat par décapitation en Syrie d’un enfant (présenté comme un soi-disant enfant soldat d’une milice palestinienne pro-gouvernementale) par des combattants appartenant à une organisation soutenue par les Etats Unis ainsi que l’a reconnu le Pentagone.

On évoque par contre moins souvent le soutien apporté aux « djihadistes » par le régime sioniste, un soutien qui est particulièrement apparent dans la région du Golan et qui ne se borne pas comme certains le croient à une aide médicale.

Ce soutien de l’entité sioniste aux « djihadistes » en Syrie est bien entendu cohérent avec celui qu’apportent les pays occidentaux mais il l’est aussi avec la politique de la monarchie saoudienne qui est leur principal parrain dans la région.

Et en effet, le régime sioniste comme l’Arabie Saoudite ont un intérêt commun à affaiblir l’axe qui réunit le Hezbollah, la Syrie et l’Iran et à essayer d’éliminer le dernier régime qui se réclame du nationalisme arabe

Cette communauté d’intérêt s’est traduite par un certain nombre de signaux adressés au régime sioniste par le biais de la presse saoudienne, puis de rencontres discrètes et lus tard ouvertes sur des thématiques non directement politiques et dans des pays tiers.

 Nous sommes aujourd’hui arrivés à un stade avancé du rapprochement entre la monarchie saoudienne et le régime sioniste puisqu’une délégation saoudienne dirigée par un ancien officier supérieur de l’armée et ancien diplomate vient de séjourner dans l’entité sioniste où elle a pu rencontrer un carde du ministère des affaires étrangères et quelques députés d’opposition.

Le but de la visite était, selon ce qu’en ont dit certains députés de l’entité sioniste, d’encourager un dialogue chez les parlementaires autour de l’initiative arabe de paix.

Un prétexte qui laisse perplexe. En effet, si c’était là le véritable objectif de la visite, il aurait fallu que les rencontres ne se limitent pas à quelques députés d’une opposition marginale.

Par ailleurs, le simple fait que cette visite ait eu lieu adresse au régime sioniste le signal que le rapprochement se fera de toute façon puisqu’elle n’a pas été assortie de contreparties. En tout cas pas des contreparties en relation avec les droits du peuple palestinien.

 

Un ancien Général saoudien séjourne en Israël et rencontre le Directeur Général pour le Moyen-Orient du ministère des affaires étrangères

Pendant ce voyage des plus inhabituels, le Général en retraite Anwar Eshki a également rencontré un groupe de membres de la Knesset pour encourager le dialogue en Israël sur l’initiative arabe de paix.

Par Barak Ravid, Haaretz (Sionistan)  22 juillet 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le Général en retraite saoudien a visité Israël cette semaine et a rencontré le Directeur général du ministère des Affaires étrangères Dore Gold et le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires, le Général-Major. Yoav Mordechai.

Eshki, qui conduisait une délégation d’universitaires et d’hommes d’affaires saoudiens a aussi rencontré un groupe de membres de la Knesset pour encourager le dialogue en Israël sur l’initiative arabe de paix.

Général Anwar Eshki.jpg

L’ex général saoudien Anwar Eshki à la rencontre de députés sionistes

Eshki a occupé des fonctions importantes dans l’armée saoudienne et au ministère des affaires étrangères et il dirige actuellement un institut de recherche. On ignore son degré de proximité avec les responsables du gouvernement de Ryad et du palais royal. Même si ce n’était pas une visite officielle, elle était des plus inhabituelles car Eshki ne pouvait pas s’être rendu en Israël dans l’approbation du gouvernement saoudien.

Eski et Gold avaient participé à une manifestation conjointe médiatisée dans un institut de recherche à Washington en juin 2015 après plusieurs rencontres en privé dans des contextes universitaires l’année qui avait précédé. Gold avait assisté à cette manifestation quelques jours avant d’assumer le rôle de Directeur-général au ministère des affaires étrangères.

Eshki et sa délégation sont arrivées en Israël en début de semaine. Ils ont aussi rencontré le Président palestinien Mahmoud Abbas et d’autres hauts responsables du gouvernement de Ramallah.

Leurs rencontres avec les deux officiels israéliens – Gold et Mordechai – n’ont pas eu lieu dans un bureau du gouvernement mais à l’hôtel King David à Jérusalem.

L’ancien Général et les délégués ont rencontré vendredi des députés d’opposition. La rencontre a été organisée par le député du Meretz Esawi Freige et elle a vu la participation des députés Michael Rozin, du même parti, de Ksenia Svetlova et Omer Bar-Lev de l’Union Sioniste. Freige a déclaré à Haaretz que les délégués avaient aussi rencontré mardi le président de Yash Atid, Yair Lapid. Il a dit que Lapid voulait que deux membres de son parti, les députés Jacob Perry et Ofer Shelah assistent à la réunion de vendredi mais que àa n’a pas marché à cause de problèmes d’agendas.

Freige, Svetlova et Rozin ont déclaré lors de conversations avec Haaretz que Eshki et les délégués avaient voulu rencontrer des parlementaires israéliens afin d’encourager le dialogue en Israêl sur l’initiative arabe de paix. Ils ont ajouté que pendant la réunion de vendredi, les membres de la Knesset avaient proposé qu’Eshki invite les députés israéliens qui soutiennent l’initiative à une réunion en Arabie Saoudite. « Les Saoudiens veulent s’ouvrir à Israël, » a déclaré Freige. « C’est une étape stratégique pour eux. Ils disent qu’ils veulent poursuivre de que l’ancien président égyptien Anouar Sadate avait commencé. Ils veulent se rapprocher d’Israël. C’est tout à fait évident. »

Pendant la réunion, le général saoudien en retraite a parlé aux députés de sa relation avec Gold, observant que le Directeur-Général du ministère des affaires étrangères avait écrit un livre anti-saoudien intitulé « Le royaume de la haine » il y a une dizaine d’années. Eshki a dit aux membres de la  Knesset que, au cours d’une de leurs rencontres, Gold avait présenté des excuses pour ses accusations contre l’Arabie Saoudite et avait dit qu’une partie de ce qu’il avait écrit était faux et il avait souligné qu’il souhaitait renforcer les relations entre les deux pays.

Les ‘Speed Sisters’ à fond pour une Palestine libre

24 août 2012

Je n’aime guère, et même pas du tout, les sports mécaniques mais je dois dire que j’ai été séduit par l’histoire de ces jeunes femmes palestiniennes qui s’adonnent à la course automobile.

Cette pratique déjà assez singulière dans les pays développés l’est bien entendu encore plus en Palestine et l’article renvoie bien aux grandes problématiques soulevées par la passion de ces jeunes personnes : la question de l’égalité homme-femme dans son rapport au religieux tel que vécu ainsi qu’aux normes sociales (machisme) et bien sûr la question de l’émancipation de la Palestine vis-à-vis de l’occupation sioniste.

Leur activité sportive va déboucher sur un film au titre alléchant : ‘Speed Sisters’ qui, s’il a du succès contribuera à populariser encore un peu plus la lutte du peuple palestinien.

Parce que l’occupation, ça ne se combat pas que militairement ou politiquement, ça se combat aussi en continuant à vivre et à faire société.

Et c’est la réalité et le dynamisme de cette société qui donnent peut-être le plus mal à la tête aux chefs du  gang sioniste.

La magazine Les Inrocks en avait parlé en juillet et renvoyait vers le site officiel des ‘Speed Sisters’. 

 

De la Cisjordanie au Mans, le rêve est possible

Par Sal Emergui, El Mundo (Espagne) 24 août 2012 traduit de l’espagnol par Djazaïri

La palestinienne Marah Zajalka avait à peine 18 ans en 2009, quand elle avait reçu El Mundo dans sa maison de Jenine pour nous parler de ses deux grands rêves : «Etudier pour être cinéaste et continuer à rêver sur quatre roues.» Aujourd’hui, ses désirs s’entremêlent à l’approche du but imaginaire auquel elle avait songé si souvent : sillonner avec sa voiture de course «amateur» les routes de Cisjordanie.

Il est vrai que sa passion pour les voitures et la vitesse dans une ville comme Jenine ressemblait alors à un bon scénario de science-fiction. Tout au plus une soupape d’évasion originale pour une adolescente palestinienne qui admirait sa mère, monitrice d’auto-école. Aujourd’hui, les peurs, les illusions et les obstacles (sociaux, culturels, politiques, physiques…) pour Marah et d’autres pilotes palestiniennes sont portés au grand écran.

‘Speed Sisters’ est le documentaire qui passe la cinquième vitesse dans la lutte contre le machisme qui domine la société palestinienne et contre les obstacles et les restrictions qu’impose Israël dans la Cisjordanie qu’il occupe depuis la guerre de 1957.

Certains, comme Mara, sont de véritables spécialistes qui, malgré leur outrageuse jeunesse ont des années de conduite esperte dans les chemins qui sortent de jenine. D’autres n’ont appris à conduire que depuis quelques années, en surmontant les regards désapprobateurs de leur entourage familial et les critiques publiques

L’une d’entre elles, Mona Ennab, reconnaît que sa famille n’avait pas beaucoup apprécié au début. «Nous ne souffrons pas que de l’occupation. Ma communauté m’opprime en toute chose : ‘Ne va pas aux fêtes,‘ mais j’y vais. ‘Ne bois pas,’ mais je bois. ‘Ne fume pas,’ mais je fume… Nous avons déjà du mal avec l’occupation et nous n’avons pas besoin de rajouter en plus de la pression interne,» dénonce Mona

Marah pense qu’il est possible qu’un jour une Palestinienne courre en Formule 1. «C’est important en tant que femmes mais aussi en tant que palestiniennes. Quand je suis au volant, je ne me sens pas discriminée,» nous dit-elle avant de faire l’éloge de sa collègue Betty Saadeh qui a réussi à entrer dans la liste de dix meilleurs pilotes automobiles palestiniens.

Betty, née au Mexique, sait que la réussite ne consiste pas à être dans le Top 10, mais simplement à être dans le circuit. « J’ai ça dans le sang. Mon père et mon frère sont champions auto au Mexique, » explique la seule palestinienne à disposer d’un sponsor.

Maysson Jayyusi (34 ans), employée de l’UNRWA à Ramallah et manager de la première équipe féminine de course automobile du Proche Orient, évoque un aspect «positif» des ’checkpoints.’ «Je suis tombée amoureuse des voitures rapides dans les heures et les heures frustrantes d’attente aux ‘checkpoints’ israéliens, dit-elle en ajoutant que «la vitesse me donne un sentiment de puissance et m’aide contre la dépression. Quand après l’attente, le soldat t’autorise à passer, tu n’as qu’une envie, c’est de voler.»

Et c’est ce qu’elles font. Voler pour prouver à leur tour que les femmes peuvent aussi être pilotes et accélérer de manière vertigineuse en quelques secondes pour se défaire des chaînes du conflit.

Pour donner du sens et de la couleur à leur aventure en la transformant en bande cinéma, la toute nouvelle équipe a obtenu le soutien du consulat britannique à Jérusalem.

La conversion de leur lutte anonyme en ce titre médiatique ‘Speed Sisters’ est due en partie à la réalisatrice et documentariste Amber Fares. Cette canadienne avait découvert qu’à Ramallah (capitale politique et administrative de l’Autorité Nationale Palestinienne), une histoire digne du cinéma se cachait derrière les portes pivotantes d’un parking abandonné. Avec son travail, la Cisjordanie et La Mans sont plus proches que jamais.

La sortie du film est prévue pour 2013. ‘Speed Sisters’ est un hommage à un groupe de jeunes filles qui ont en commun autre chose que le fait de ne pas porter le voile dans une société de plus en plus religieuse: courir pour atteindre l’égalité et l’indépendance de leur peuple.

Dans leur course, appuyer sur le frein n’est pas une option.


%d blogueurs aiment cette page :