Posts Tagged ‘Saint-Denis’

Attentats de Paris: et si on prenait Jawad Bendaoud au pied de la lettre?

23 novembre 2015

Jawad Bendaoud, l’habitant de Saint-Denis en banlieue parisienne qui a hébergé une partie des terroristes, ou présumés tels, qui sont accusés d’avoir participé aux attentats qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre dernier est devenu la risée des internautes.

354365-jawad-bendaoud-sur-bfmtv-622x600-2

Jawad Bendaoud

La cause en sont les propos tenus par le logeur face à une caméra de télévision en réponse aux questions d’un journaliste qui l’interrogeait parmi d’autres badauds :

« J’ai appris que c’était chez moi, ouais. Et que les individus étaient retranchés chez moi. J’étais pas au courant que c’était des terroristes ». Le jeune homme parle avec nervosité et une certaine morgue. Il poursuit : « On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service, monsieur. On m’a dit d’héberger deux personnes qui venaient de Belgique pendant trois jours. Je sais pas d’où ils viennent, on est au courant de rien, monsieur. Si j’savais, vous croyez que je les aurais hébergés ? »

question

Non, je ne vais pas vous faire une recension de toutes les parodies et montages photo ou vidéo qui tournent en dérision les propos de Jawad Bendaoud.

Mais peut-être faut-il le prendre au sérieux et même au pied de la lettre parce que Bendaoud, sans être la lumière de la ville de Saint-Denis n’est pas le premier nigaud venu.

En effet Jawad Bendaoud est bien connu de la police : décrit comme un « chef de rue » (c’est-à-dire un dealer de drogue) Jawad Bendaoud a aussi un passé sanglant puisqu’il avait été condamné à 8 ans de prison pour avoir assassiné un adolescent dans la même rue en 2008. Bendaoud était sans doute lui-même mineur au moment des faits.
Par ailleurs, Jawad Bendaoud n’était ni locataire, ni propriétaire de l’appartement où étaient hébergés les présumés terroristes car le logement est la propriété de « marchands de sommeil » dont notre logeur était en quelque sorte l’agent immobilier chargé de trouver des locataires.

Mais sûrement pas à l’insu de la police.

Car les délinquants comme Jawad Bendaoud, les propriétaires qu’il représente ainsi que les présumés terroristes qui ont tous une trajectoire de délinquance, sont bien connus des forces de l’ordre pour lesquelles ils n’ont guère de secrets.

Le logement dont il dit qu’il est le sien était connu de beaucoup d’habitants du quartier et il l’était nécessairement de la police.

Alors quand vous êtes un terroriste et que vous vous lancez dans une mission dangereuse mais dont vous espérez vous tirer vivant, vous choisissez avec grand soin votre planque et vous évitez celles qui sont aux mains de petits malfrats tenus en laisse par la police.

Parce que si vous êtes capable d’organiser une action criminelle d’envergure, destinée à mettre une ville sans dessus dessous, et si  en plus vous prétendez vous en tirer vivant et/ou libre, alors c’est que vous êtes capable de trouver la bonne planque, celle où aucun flic ou agent des services de renseignements n’aura l’idée d’aller vous chercher.

Et vous ne comptez pas non plus sur une jeune femme, Hasna Ait Boulahcen, cousine qui plus est d’un des suspects, Abdelhamid Abbaoud et qui n’a aucune expérience du crime et de l’action secrète en dehors de cacher à ses parents qu’elle a un petit ami.

L’article du Figaro que j’ai mis en lien expose pourtant la parfaite connaissance des agissements illicites de Bendaoud ainsi que son impunité.
Donc quand Bendaoud affirme « On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service, monsieur. » il faut le prendre au pied de la lettre et se demander qui est derrière le pronom impersonnel « ON ».


%d blogueurs aiment cette page :