Posts Tagged ‘swastika’

Le lobby sioniste obtient le licenciement d’un universitaire australien

21 décembre 2018

Pour avoir rendu la vérité dans une image, un maître de conférences d’une université australienne est démis de ses fonctions pour complaire au lobby qui n’existe pas. Difficile de dire si le soutien que lui apportent ses collègues sera suffisant pour empêcher son licenciement.

Des institutions de pays occidentaux qui se targuent de protéger la liberté d’expression et d’encourager la liberté de pensée n’hésitent pas à user de la répression quand il est question de l’entité sioniste.

Les liens entre l’histoire et l’idéologie de cette dernière et le nazisme sont pourtant aujourd’hui bien établis.

Tim Anderson, conférencier à l'Université de Sydney, lors d'un récent voyage en Corée du Nord.

Tim Anderson

Des universitaires s’opposent à la suspension d’un enseignant à cause d’une croix gammée

par Jordan Baker, The Sydney Morning Herald (Australie) 7 décembre 2018 traduit de l’anglais par Djazaïri

Les universitaires de l’Université de Sydney ont critiqué la suspension d’un universitaire qui avait montré aux étudiants un document représentant une croix gammée nazie imposée sur le drapeau israélien, affirmant que c’était un coup porté à la liberté académique.

Vendredi après-midi, 30 universitaires, dont plusieurs professeurs émérites, avaient signé la lettre ouverte affirmant que la liberté académique n’avait « pas de sens si elle était suspendue lorsque son exercice était jugé offensant ».

L’universitaire au centre de la controverse, le maître de conférences en économie politique Tim Anderson, a également été critiqué par des ministres du gouvernement fédéral pour avoir visité la Syrie et la Corée du Nord, où il a exprimé sa solidarité avec leurs régimes dictatoriaux.

Plus tôt cette semaine, l’Université de Sydney a adressé une lettre de licenciement à M. Anderson, affirmant que le document avec croix gammées constituait une faute grave « irrespectueuse et offensante, contraire aux attentes de l’université en matière de comportement ».

Une semaine a été donnée au Dr Anderson pour expliquer pourquoi il ne devrait pas être licencié et il s’est vu interdire d’entrer à l’université entre-temps. Il a fait appel de la décision, qualifiant les plaintes de mesquines et absurdes.

Les universitaires, principalement de la Faculté des lettres et sciences sociales, ont déclaré que l’emploi ne devrait pas dépendre du fait que leur travail reste dans les limites d’une « contrainte contestée et intrinsèquement indéfinissable ».

Certains des signataires de la lettre sont également opposés à une proposition du Centre Ramsay pour la Civilisation Occidentale de financer un cours de tradition occidentale à l’université. Ils soutiennent que la proposition compromet également la liberté académique.

La suspension du Dr Tim Anderson en attendant la fin de son emploi est un acte de censure inacceptable et une atteinte à la liberté académique à l’Université de Sydney », ont écrit les universitaires dans une lettre ouverte.

« Il ne peut y avoir de phénomène mieux connu ou plus banal dans l’histoire intellectuelle que la répression des idées en raison de leur caractère offensant à l’égard de puissants intérêts. »

L’antisémite de Manhattan: « Qu’ils aillent tous en enfer! »

17 janvier 2012

Le New York Post est la propriété du magnat de la presse Rupert Murdoch. Autant dire que ce journal a des sources dignes de foi dans certaines affaires.

Une affaire de plus d’ailleurs où nous voyons que la maladie de l’antisémitisme n’est pas l’apanage des non Juifs qui détestent les Juifs.

La police de New York accuse un Juif de menaces antisémites

par Doug Auer, New York Post (USA) 16 janvier 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un habitant de Manhattan a été arrêté aujourd’hui pour avoir fait des appels téléphoniques antisémites à sa mère et à d’autres femmes âgées – et il est aussi soupçonné d’avoir gribouillé des symboles haineux dans un quartier de Brooklyn à forte présence juive orthodoxe, a appris le Post.

David Haddad, 56 ans, de Chelsea, aurait hurlé, « Tous les Juifs doivent mourir et aller en enfer,» quand il a appelé sa mère âgée de 80 ans le 11 décembre à son domicile de Sheepshead Bay.

Il a aussi lance des tirades au vitriol quand il a appelé une dame âgée de 87 ans le 11 janvier et téléphoné à une femme de 75 ans le 12 janvier, indiquent nos sources.

Le lien qu’il a avec ces femmes n’est pas connu pour l’instant.

Haddad, qui est juif mais non pratiquant, est aussi soupçonné d’avoir gribouillé des symboles haineux sur cinq portes d’appartements dans un immeuble de Hells Kitchen le 10 janvier, ajoutent nos sources.

Il a été arrêté sur son lieu de travail comme gérant d’immeuble, a indiqué la police.

Haddad travaillait auparavant dans l’entreprise familial – d’import-export de chaussettes et de sous-vêtements – à Linden, New Jersey, mais l’avait quittée pour lancer sa propre affaire, selon nos sources.

Cette affaire a récemment fait faillite et Haddad a commence à tirer à boulets rouges sur les membres de sa famille et d’autres personnes, ajoutent nos sources.

 Les déboires de son entreprise sont considérés comme un mobile possible, selon nos sources.

Dès son arrestation, Haddad a fait appel à un avocat et n’a fait ni déclarations ni aveux aux policiers, indiquent nos sources.

Haddad est aussi suspect dans la vague de dessins de swastikas découverts ce weekend dans le quartier de Midwood à Brooklyn, affirment nos sources.

Haddad se trouvait alors chez sa mère – qui n’habite pas loin de l’endroit où ces symboles de haine ont été trouvés, ajoutent nos sources.

Les policiers ont reçu un appel à 22h45 samedi au sujet d’une maison de l’avenue L dont la porte du garage avait été recouverte d’un grand swastika peint, de deux autres plus petits et des mots « Mort aux Juifs. »

D’autres graffiti ont été trouvés sur la porte d’entrée d’une maison dans la même rue, indiquent nos sources.

La police a aussi découvert plusieurs swastikas peints sur les escaliers et la porte d’entrée d’un immeuble d’habitation de l’East 5th Street et sur les escaliers menant au sous-sol d’une école religieuse juive d’Ocean Parkway.

Chaque fois, les graffiti étaient bombés à la peinture noire.


%d blogueurs aiment cette page :