Posts Tagged ‘terrorisme’

Le 22 mars, Bruxelles a été victime des « héros de la révolution »

mars 28, 2016

Les attentats perpétrés le 22 mars à Bruxelles par des terroristes qui se rattacheraient à « l’Etat Islamique » (Daesh) ont provoqué à juste titre une vive émotion en Belgique et au-delà.

Les commentateurs se demandent pourquoi ces terroristes s’en sont pris à la petite et pacifique Belgique.

Ce sont les Français, en particulier les dirigeants politiques comme Patrick Kanner ou Michel sapin, qui ont donné quelques pistes en pointant du doigt le laxisme des autorités du royaume devant le communautarisme.

Patrick Kanner

Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports

Un danger qui existe potentiellement en France selon nos dirigeants socialistes mais qu’une politique autrement plus judicieuse que celle menée en Belgique permet de maîtriser.

Je laisse ce genre d’explication aux imbéciles parce qu’elle ne permet certainement pas d’expliquer pourquoi maintenant et pourquoi en Belgique ?

Parce que même si assurément ces attentats commis à Bruxelles n’ont pas de bonnes raisons, ils ont cependant des raisons.

L’une d’entre elles est que la Belgique n’est pas ce pays pacifique où on se contente de faire des frites et de brasser de la bière. La Belgique, ancienne puissance coloniale particulièrement brutale, est un pays membre de l’OTAN qui est une alliance militaire dont le siège se trouve précisément dans la capitale belge. A ce titre, la Belgique a participé aux opérations militaires en Libye et est impliquée dans les opérations en cours en Syrie/Irak. Par ailleurs, peu de temps avant les attentats, le gouvernement belge se posait la question de savoir si le pays allait déployer son aviation sur ce théâtre d’opérations ainsi qu’il en était prié par les Etats-Unis.

Il va sans dire que les attentats ont précipité une réponse belge  positive de la Belgique.

Mais il y  a autre chose.

Comme d’autres puissances occidentales, la Belgique a très tôt été favorable à la tentative de renverser par la force le régime en place en Syrie. C’est ainsi que des centaines de jeunes Belges (pour la plupart issus de l’immigration maghrébine) sont partis grossir les rangs de ceux qui luttent les armes à la mai contre le gouvernement syrien.

Ces jeunes ont évidemment le même profil que ceux qui sont passés à l’action à Bruxelles et à Paris ; on nous dit même qu’ils revenaient de ce champ de bataille.

La vérité, ainsi que nous le rappelle l’article que je vous propose, est que ces « djihadistes » étaient très bien vus en Europe et en Occident à une certaine époque. On se souvient de l’appel au meurtre de Bachar el Assad lancé en 2012 par Laurent Fabius selon qui le président syrien « ne mériterait même pas d’être sur la Terre  » ou encore de son jugement positif sur le « bon boulot » réalisé par al Qaïda en Syrie.

Les autorités belges n’étaient pas en reste puisqu’en 2012, le chef de la diplomatie belge envisageait même la possibilité de dédier un monument en mémoire de ceux qu’il qualifiait de « héros de la révolution. »

Nos fils sont victimes du lavage de cerveau de Daesh – et de notre gouvernement

Par Arthur Neslen, The Observer (UK) 27 mars 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

Lorsque les fils de Jasmine sont partis pour la Syrie en 2013, elle en a informé la police qui n’a rien fait. Elle considère que sa famille a été trahie par les autorités belges.

Quand les bombes ont explosé à l’aéroport de Zaventem la semaine dernière, Jasmine avait d’abord été saisie par la peur pour sa propre vie et celles de ceux qui devaient prendre l’avion avec elle. Mais une autre crainte était tapie en elle, aussi : que ses fils qui avaient quitté Bruxelles pour la Syrie en 2013 aient pu être impliqués.

 “On ne sait jamais,” dit-elle. « J’ai cette crainte depuis les événements de novembre [à Paris] mais j’ai décidé d’arrêter de penser comme ça parce que c’est une attitude négative qui ne sert à rien pour améliorer les choses. »

Jasmine, qui se trouvait à l’aéroport au moment de l’attentat de la semaine dernière est furieuse que ses garçons aient eu l’autorisation de quitter tout simplement le territoire. Elle avait averti la police de sa crainte que son fils aîné ait été radicalisé et puisse se préparer à partir pour la Syrie après sa découverte dans son lit le soir de Noël 2012 d’un passeport et d’un billet d’avion pour Istanbul. La police n’avait pas été intéressée. « Ils m’avaient juste dit : ‘Non, votre fils a 22 ans. C’est un adulte. Nous n’avons pas de dossier sur lui et il n’est pas interdit d’aller en Syrie et de combattre Bachar, alors nous ne pouvons rien pour vous.’ »

 Son plus jeune fils, Rachid, avait suivi trios mois plus tard alors qu’il n’avait que 16 ans. Il avait dit à sa mère qu’il allait au cinéma puis au bowling avec quelques amis, et il l’avait appelée cette même nuit depuis Istanbul.

 “Comment avait-il pu passer le poste de douane de Zaventem alors qu’il n’avait pas 18 ans, Les autorités aéroportuaires auraient dû les stopper tous les deux, » dit-elle à The Observer. «J’étais complètement anéantie. J’ai juste eu la force d’appeler la police pour demander qu’elle aille là-bas pour me le ramener.»

 Elle fait campagne contre les organisations radicales et pour la réhabilitation de leurs recrues depuis 2013, mais sa colère n’est pas dirigée seulement vers les extrémistes. Le gouvernement a trahi ses enfants aussi, dit-elle, trop contents de laisser les extrémistes partir, et même les y encourageant tacitement.

 “Aujourd’hui, ils disent tous, ‘nous n’aurions jamais imaginé, nous ne savions pas,’ mais en fait, ils étaient complices,” dit-elle. « Nos enfants sont les premières victimes d’une organisation criminelle qui leur a lavé le cerveau. Mais ils sont aussi victimes de nos dirigeants politiques et du ministre des affaires étrangères. »

 Quelques jours après que Rachid eut quitté Bruxelles, Didier Reynders, le chef de la diplomatie belge avait dit de ceux qui partaient combattre : « Un jour, peut-être, nous leur élèverons un monument en tant que héros de la révolution. »

didier reynders

Didier Reynders, vice-premier ministre et ministre belge des affaires étrangères

 Moussa était ambitieux, il étudiait le génie mécanique et il rêvait de développer des moteurs pour voitures de course. Mais après avoir rencontré par hasard un prédicateur radical à Molenbeek – actuellement jugé pour avoir recruté de jeunes hommes pour Daesh – il a commencé à se replier sur lui-même.

 Le seul signal d’alerte qu’il avait donné à Jasmine le jour de son départ avait été une embrassade d’adieu inhabituellement longue dans la cuisine. Tour en se dirigeant vers sa voiture, « il a dit ‘Pardonne-moi maman, pour tous les moments difficiles que je t’ai donnés pendant Noël,’ » explique Jasmine. « Je n’avais pas réalisé qu’il me disait adieu en réalité. »

Rachid était plus calme que d’habitude, apparemment accablé par le départ de son frère, mais un thérapeute familial leur avait dit que c’était un comportement normal pour quelqu’un qui venait de perdre son frère pour cause de départ vers une zone de guerre. « Nous avions mis ça sur le compte du fait qu’il était en état de choc, » dit Jasmine. « Nous n’aurions jamais imaginé que quelque chose d’autre couvait. »

 Depuis lors, son seul contact avec ses enfants s’est fait par le biais de brefs messages écrits.

« Ils nous envoient occasionnellement un message pour demander des nouvelles de la famille et nous dire qu’ils ont la foi. Ils disent toujours qu’ils sont dans des lieux sûrs et que nous ne devons pas nous inquiéter, à part ça,je n’ai aucune piste. »

 Jasmine, Moussa et Rachid sont des pseudonymes

Pour Pedro Santisteve, maire de Saragosse, les attentats de Bruxelles sont une conséquence de la violence exercée par l’Europe dans d’autres parties du monde

mars 23, 2016

Bon, je voulais faire juste une petite intro et je me suis laissé aller…

Quand on évoque les terribles attentats qui ont frappé Bruxelles tout récemment, ou Paris en novembre 2015, l’émotion et la tristesse sont de rigueur et c’est bien normal. Cependant, s’agissant d’événements qui ne résultent pas de phénomènes naturels mais d’actions humaines concertées dont l’objectif n’est pas celui de la rapine, on serait en droit d’attendre des réponses politiques.

Vous me direz que les hommes politiques s’expriment à ce sujet. Et en effet, on peut même trouver que Manuel Valls s’exprime plutôt trop que pas assez. Et surtout qu’il, comme les autres dirigeants européens, propose uniquement des réponses sécuritaires, dont la nature n’a souvent qu’un lien distant avec la problématique soulevée par les attentats, et qui ne donnent en guise d’explication aux agissements des terroristes que leur détestation de l’Europe, de ses valeurs, de la démocratie etc.

S’il est évident que des mesures doivent être prises pour protéger la population (et il est douteux que celles proposées y suffisent), il importe quand même de cerner correctement les causes de la mobilisation terroriste.

1012851_988480584579783_1015807998596442920_n.jpg

Parce que, si je suis la logique de Manuel Valls ou de François Hollande, il suffira de transformer la France et l’Europe en dictature pour enfin avoir la paix puisque les terroristes n’auront plus de raisons de détester les « valeurs » et la « démocratie » européennes.

Et c’est apparemment ce chemin qu’a choisi une clique néoconservatrice qui est représentée dans à peu près tous les gouvernements européens et qui est aux manettes en France.

C’est un peu ce que dit Pedro Santisteve, le maire de Saragosse qui considère que la violence terroriste est un retour de bâton de la violence qu’exercent les pays européens ailleurs dans le monde (on pense immédiatement à la Libye, à l’Irak et à l’Afghanistan) et que le rêve d’une Europe démocratique et ouverte à tous est en train de s’effondrer.

Pedro Santisteve

Pedro Santisteve, maire de Saragosse

Et ce rêve ne s’effondre pas du fait de la menace terroriste parce qu’il faut être stupide pour supposer que des attentats, même aussi meurtriers que ceux qu’ont connu la Belgique, la France et, plus loin dans le temps, l’Espagne et le Royaume Uni représentent une menace sérieuse pour les Etats européens qui pourraient finir par sortir vaincus d’une épreuve de force qui les opposerait à quelques dizaines ou même centaines de repris de justice qui ne posaient pas vraiment problème quand ils étaient supposés participer à la mise au pas, voire à l’élimination physique, du président syrien Bachar al Assad.

Le maire de Saragosse tient des propos qu’aucun élu de ce statut ne pourrait tenir en France. Saragosse est en effet une grande ville et son maire n’est pas n’importe qui: avocat pénaliste réputé, professeur de droit, il est entré en politique avec le mouvement des Indignés et il s’inscrit dans un mouvement qui fédère plusieurs partis de gauche.

Le maire de Saragosse à propos des attentats : »La violence que nous avons contribué à semer revient chez nous »

Publico (Espagne) 23 mars 2016 traduit de l’espagnol par Djazaïri

Pedro Santisteve a exprimé sa « condamnation » et sa « répulsion » devant les attentats d’hier à Bruxelles et il plaide pour la construction d’une « Europe accueillante, qui défend le droit à la vie, l’inclusion de toutes les catégories de personnes, toutes les identités, croyances et convictions. »

Madrid – Le maire de Saragosse, Pedro Santisteve (du parti Zaragoza en Comun) a exprimé aujourd’hui sa « condamnation » et sa « répulsion » devant les » attentats irrationnels et injustifiables » d’hier à Bruxelles et il a affirmé que « aujourd’hui, nous revient en quelque sorte cette violence que nous avons contribué à semer dans le monde. »

Le maire a participé, avec le conseil municipal au complet et les employés de la mairie à un rassemblement pour observer une minute de silence après laquelle il a fait lecture intégrale d’une déclaration officielle de condamnation.

Le maire a condamné l’attentat et a affirmé que, à son avis, « L’Europe que nous voulions construire sur la base des valeurs et de la défense des droits humains est en ruines,…par suite des agressions que nous, pays occidentaux, avons fait subir à des pays tiers. »

Et il a ajouté : « Maintenant, en quelque sorte, nous revient la violence que nous avons contribué à semer dans le monde. »

Santisteve a estimé que « nous devons y réfléchir parce que nous ne voulons pas de cette Europe de la fuite en avant, mais une Europe accueillante, qui défend le droit à la vie, l’inclusion de toutes les catégories de personnes, toutes les identités, croyances et convictions. »

« C’est là notre Europe pour laquelle nous allons continuer à lutter, » a-t-il affirmé.

Tuerie de San Bernardino: un témoin confirme la présence de trois hommes armés.Une arme de la police parmi les armes du crime!

décembre 9, 2015

Je vous ai entretenu dans mon précédent post de la tuerie perpétrée à San Bernardino en Californie, une action imputée à un coupe de Musulmans qui se seraient radicalisés avant de s’en prendre à l’institution d’aide aux personnes handicapées où l’un des deux époux travaillait.

Dans le post consacré à cette affaire, j’avais inséré la vidéo dans laquelle l’avocat de la famille des présumés assaillants, interrogé par une chaîne de télévision, expliquait que rien ne collait dans cette affaire et tout particulièrement le fait que Tashfeen Malik et son mari Syed Farook gisaient morts dans leur véhicule, visages contre le plancher et menottés.

Exécutés de sang froid donc.

Mais il y a plus. J’indiquais aussi que les premières informations faisaient état de la présence de trois hommes blancs en tenue militaire qui seraient les auteurs des coups de feu qui ont provoqué plus d’une dizaine de morts.

Cette présence est attestée par un témoin oculaire, Mme Sally Abdelmageed, cadre de l’institution visée par l’attaque. Selon son profil LinkedIn Mme Abdelmageed a aussi une activité d’enseignement à l’université de Californie. Les éléments ci-après viennent du site Global Research.

Dans son témoignage, recueilli par téléphone par la chaîne de télévision CBS, elle confirme la présence de trois hommes en tenue de type militaire :

« Comme nous regardions par la fenêtre, une deuxième salve de tirs s’est déclenchée […] et nous avons vu un homme tomber à terre. Puis nous avons regardé et nous avons vu trois hommes vêtus en entier de noir, en tenue militaire avec des gilets et qui tenaient des fusils d’assaut. »

« Dès qu’ils ont ouvert la porte du bâtiment 3 […] l’un d’entre eux […] a commencé à tirer dans la salle. »

Elle explique que si

« elle ne pouvait pas voir le visage, il portait un couvre-chef noir […] un pantalon cargo noir, le genre avec de grosses poches sur le côté […] une chemise à manches longues […] des gants […] un grand fusil d’assaut […] six chargeurs […]. J’ai vu que les trois étaient habillés exactement pareil. »

Le journaliste a ensuite demandé à nouveau, pour confirmation, « Vous êtes certaine d’avoir vu trois hommes? »

« Oui, » a réaffirmé Abdelmageed.

« Ils avaient l’air d’être blancs de peau. Ils avaient l’air d’être de constitution athlétique et de grande taille. »

Le journaliste de CBS a alors démoli son témoignage en rappelant que le FBI venait juste de leur dire qu’un des assaillants était une femme et qu’il n’y avait pas de troisième tireur.

Quand le témoignage d’une personne qui était aux premières loges, et qui aurait pu figurer parmi les victimes, est mis en balance avec celui de la police, le journaliste tend à pencher pour la version policière et à inciter l’opinion publique à l’imiter.

Mais il y a encore autre chose.

Selon CBS, reprise par le site Infowars,

On a pu retracer l’origine des quatre armes à feu utilisées par les suspects dans l’attaque meurtrière de San Bernardino et ellesont toutes été achetées légalement, a confirmé jeudi le Bureau des Alcools, des Tabacs et des Armes à feu et Explosifs (ATF).

Paula Reid de CBS Newsa rapporté que deux de ces armes avaient été achetées par quelqu’un déjà connu des enquêteurs.

…..

Meredith Davis de l’ATF a déclaré que les quatre armes à feu ont été achetées il y a quatre ans. Davis a observé que l’Etat de Californie exige des formalités administratives quand des armes passent d’un propriétaire particulier à un autre mais beaucoup d’autres Etats ne l’exigent pas. »

Nous sommes donc là devant des armes acquises légalement dans un circuit commercial des plus classiques aux Etats Unis.

Mais en est-on si certain ?

En tout cas, Carly Fiorina n’en est pas certaine du tout. Carly Fiorina, qui est candidate à l’investiture républicaine pour la prochaine élection présidentielle américaine observe en effet ce qui suit lors d’un entretien accordé à la chaîne de télévision MSNBC :

« Si vous écoutez ce qu’a dit votre journaliste tout à l’heure, ce qu’il a dit est que l’ATF pense que quelqu’un a acheté ce fusil pour le compte du Département de la Police et que, en quelque sorte, cette arme a fini entre les mains de ce type, alors ça ne sonne pas du tout comme si cet homme avait acheté une arme à feu, » a-t-elle dit (à 5’10 sur la vidéo)

Comme l’observe Infowars, on n’a pas assez de détails au sujet de cette arme censée appartenir à l’inventaire de la police qu’évoque Mme Fiorina. Cette arme ne figure d’ailleurs plus dans les récits que font circuler les autorités et la presse sur la tuerie de San Bernardino.

Il en va de cette arme comme du fameux « troisième homme » signalé par Sally Abdulmageed.

Infowars conclut :

« Un autre fait intéressant est la promptitude avec laquelle Joe Scaborough et Mika Brzezinski [les journalistes de MSNBC] ont changé de sujet après que Mme Fiorina a mentionné une connexion avec la police. »

Charlie Hebdo, Russell Brand et la journaliste qui ne sait pas reconnaître le langage de l’oppression

janvier 14, 2015

Un humoriste français a été placé en garde à vue et fait l’objet de poursuites judiciaires parce qu’il a dit quelque chose comme « Je me sens Charlie Coulibaly ».

On pensait que le gouvernement français avait touché le fond en matière de discrédit, mais apparemment quand on continue à creuser, la progression vers le bas continue.

Jusqu’à l’abîme ?

En tout cas, il est un pays où une personnalité du monde de la culture (ou du show-business si vous voulez) peut se permettre de dire les choses avec une grande netteté.

Ce pays, c’est la Grande Bretagne, un pays qui n’est ni républicain, ni laïque.

Outre Manche, un certain Russell Brand, un de ces énergumènes multi-talents qu’on peut trouver en Angleterre, s’est fendu d’une vidéo YouTube dans laquelle il attaque une présentatrice de la chaîne télévisée américaine Fox News dont le discours est un appel à la haine et à la guerre.

Russell Brand

Russell Brand

Russell Brand attaque ce discours avec une intelligence, logique et une hauteur que ne désavouerait pas l’humoriste qui se sentait un peu Charlie et un peu Coulibaly.

Malheureusement, la vidéo de Russell Brand n’est pas sous-titrée. C’est peut-être mieux ainsi parce qu’elle pourrait lui valoir des ennuis judiciaires d’il s’aventurait à venir en France.

Russell Brand compare une présentatrice de Fox News aux assassins de Charlie Hebdo

Le comédien devenu militant diffuse une charge contre Fox, affirmant que les Etats Unis et les extrémistes islamistes étaient tous deux des « maniaques violents qui assassinent des gens ».

Par Helen Nianias, The Independent (UK) 14 janvier 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Russell Brand diffuse une charge contre la présentatrice de Fox News « Judge Jeanine » et affirme qu’elle promeut « la même énergie » et est « aussi nocive » que les meurtriers de Paris.

En réponse à une attaque virulente sur les extrémistes musulmans dans laquelle « Judge Jeanine », une présentatrice de bulletin d’information sur Fox News exhortait les Etats Unis à « les bombarder, et à les bombarder encore », Brand a déclaré : « C’est la même énergie… c’est la même énergie que celle des meurtriers. Jugement, haine, certitude quant à votre propre position, condamnation, le langage de la guerre. »

La charge de Brand contre la présentatrice, dont le vrai nom est Jeanine Pirro, a été diffusée sur la chaîne YouTube The Trews, et il a appelle « l’humanité » à « arrêter de durcir les séparations et les frontières entre nous. »

Quand Pirro a dit que les seules personnes qui pouvaient empêcher de nouvelles agressions comme celle contre Charlie Hebdo étaient les Musulmans eux-mêmes, Brand affirme aussi que la présentatrice du journal télévisé qui est d’origine libanaise est « au moins un peu d’origine afro-américaine… ne sait-elle pas reconnaître le langage [de l’oppression] ?

Dans sa vidéo, Brand considère que les tueurs de Paris étaient des « maniaques violents qui assassinent des gens, » et il décrit les Etats Unis comme des « maniaques violents financés par l’Etat qui assassinent les gens depuis le ciel un peu partout au Pakistan et en Irak. »

Il dit : « Nous devons voir au delà des différences et du camouflage de l’identité et du langage et reconnaître la haine pour ce qu’elle est. »

Brand affirme de la diatribe de Pirro : « C’est évidemment très drôle, mais d’un autre côté elle a quelque chose de toxique parce que Fox News, comme chacun sait, est la propriété de Rupert Murdoch… ce n’est pas exactement le grand-père raciste dont vous pensez : ‘Oh, c’est juste un grand-père, il est d’un autre temps’ – c’est différent si votre grand-père possède un groupe de médias qui pèse des milliards de dollars et détient des investissements dans des compagnies du secteur de l’énergie qui tireront profit de nouvelles actions militaires à l’étranger et s’il a besoin de de la déshumanisation et de la haine des Musulmans pour que ça continue.

« Le terrorisme est quelque chose de mal, c’est mal de tuer des gens, mais cela doit concerner TOUS les types de terrorisme – qui peut définit ce qu’est le terrorisme ? Qui peut décider que la violence est nécessaire ? »

Il ajoute : « Le droit à la liberté d’expression est important, mais il n’est pas plus important que dire ‘nous sommes tous des êtres humains, trouvons des solutions ensemble.’ Ce qu’elle [Pirro] est en train de f aire, même si c’est à l’évidence pas aussi violent, sanglant ou aussi terrible, est tout aussi néfaste parce que c’est insidieux et que ça touche un large public, et elle agit pour le compte de personnes qui ont leurs propres idéologies et que ça a des conséquences. »

Le massacre perpétré au siège de Charlie Hebdo a-t-il un rapport avec la liberté d’expression?

janvier 7, 2015

Ce post est une synthèse de plusieurs messages ou commentaires que j’ai commencé à poster sur Facebook à partir du début d’après-midi.

Je viens d’entendre le discours de François Hollande à la radio. On doit reconnaître qu’il a fait un très beau discours, très digne et à la hauteur de la situation même s’il n’a pu éviter un passage hypocrite sur la politique étrangère de la France et fait ainsi le lien dans un sens bien précis avec la tuerie perpétrée aujourd’hui à Paris. 

On verra ce qu’il subsistera de cette dignité dans les jours, semaines et mois à venir.

Comme beaucoup, j’ai appris avec stupéfaction puis effarement l’agression extrêmement meutrière perpétrée contre les locaux du magazine Charlie Hebdo.

Non pas que j’apprécie la ligne éditoriale de cet hebdomadaire (que je m’abstiens de lire depuis maintenant de longues années), mais parce que je réprouve ces méthodes sauvages et l’effusion de sang.

Sans être absolument non violent, je considère que l’exercice de la violence doit être réservé à l’auto-défense en cas d’agresion physique, proportionnelle à l’agression et laisser la place à la justice dès lors qu’elle est en mesure de se substituer à l’autodéfense qui n’a lieu d’être qu’en cas d’urgence et d’absence d’autre recours. La violence physique, qui plus est meurtrière, est à condamner dans tous les autres cas, et bien évidemment dans le cas présent.

J’entends bien, et je comprends, que de nombreuses voix vont se lever pour déplorer la perte de toutes ces vies humaines, que ce soit la mort des membres de l’équipe de l’hebdomadaire ou celle des agents de police, et pour déplorer l’atteinte physique faite à la liberté d’expression et de la presse.

Pourtant, si on ne peut que déplorer les pertes humaines, je considère que ce crime n’a rien à voir avec la liberté d’expression, ni même avec le champ médiatique. Après tout en ce moment, ce sont Michel Houellebecq et Eric Zemmour qui font l’actualité islamophobe, pas Charlie Hebdo. C’est pourtant l’hebdomadaire qui a été visé.

Ce drame s’inscrit en réalité dans la campagne de peur qui s’est mise en place depuis l’affaire Merah. Cette campagne s’est saisie récemment de  trois premières affaires ou pseudo affaires (Nantes, Joué les Tours et Dijon) qui ont été un avant goût, des étapes utiles qui ont été exploitées pour renforcer les dispositifs sécuritaires dans un cadre clairement posé comme antiterroriste par le gouvernement alors que nous étions devant des incidents certes traumatisants dans lesquels des personnes ont pu trouver la mort mais qui relèvent du malheureux fait divers.

Nous sommes maintenant entrés dans le vif du sujet car ce sont des membres de l’élite intellectuelle et médiatique qui ont été visés, ce qui justifiera une très forte réponse des pouvoirs publics qui représentent d’une certaine manière ces élites. Nous allons bien sûr voir se mettre en place un ensemble de dispositions ainsi qu’une répression qui va toucher des gens et des milieux qui n’ont rien à voir avec les auteurs de ce crime.

De fait, avec le massacre perpétré au siège de Charlie Hebdo, un palier et un point de non retour ont été franchis comme on va bientôt s’en apercevoir.

Il fallait en effet une telle abjection pour balayer les réticences à sombrer dans la haine anti musulmans dont a su faire preuve le peuple français. Ici, c’est la classe médiatique, avec des personnalités qui étaient à la jonction des milieux journalistiques et artistiques, qui a été touchée en plein coeur avec des figures emblématiques du paysage culturel français, ainsi de la disparition par exemple de ce véritable monstre sacré qu’est Georges Wolinski, des symboles de l’impertinence qui ont accompagné plusieurs générations d’intellectuels et de membres de la classe moyenne cultivée (qu’on les apprécie ou pas, c’est autre chose).

Ici, il faut attirer l’attention sur le fait que depuis quelques années, le climat islamophobe est exacerbé par des membres de cette élite, que ce soit Eric Zemmour, Michel Houellebecq ou certaines des victimes du carnage qui vient d’être perpétré. C’est un climat en quelque sorte inspiré par le haut et non quelque chose qui vient des tréfonds de la société. Et il ne faut pas trop personnaliser la question pace que les personnes citées ont en réalité derrière elles tout un appareil politique et économique qui les porte à bout de bras.

Il faut donc s’attendre à une très forte réaction de ces élites qui sont des élites dominantes dans tous les sens du terme. Le crime qui vient d’être commis risque d’attirer de nouvelles couches de ces catégories sociales dans la dérive islamophobe.

La réaction des élites aura lieu aussi bien sur le plan intellectuel que sur le plan politique et sécuritaire avec un renforcement des mesures répressives. D’autant que la mise à mort de sang froid d’un agent de police à terre et sans défense aura bouleversé et choqué non seulement la population en général mais ses confrères dont j’ose à peine imaginer l’état d’esprit en ce moment.

Comme beaucoup d’autres personnes, je souhaite ardemment que les auteurs de la tuerie soient arrêtés par la police pour être traduits en justice et qu’on puisse savoir leurs mobiles exacts et qui les a inspirés/manipulés. Parce que nous sommes certainement ici devant une affaire du type Merah ou Nemmouche, avec des tueurs manipulés par un service. Si les auteurs sont eux-mêmes membres du service auquel je pense, ils ne seront certainement jamais pris, ni morts, ni vifs.

Personnellement, je ne veux pas manquer de respect aux victimes, que ce soit aux agents de police ou à Wolinski que j’ai toujours admiré, pas même à Charb qui a versé dansla provocation islamophobe.

Je me refuse par contre à associer ce crime à des Musulmans et encore moins à des Musulmans agissant en toute connaissance de cause.

Pour moi, ce n’est et ne peut être que le résultat d’agissements de personnes manipulées (du genre justement Mohamed Merah, Mehdi Nemmouche et d’autres) ou le résultat de l’intervention directe d’un service spécialisé.

Pour mieux me faire comprendre, je dirai que ces crétins/salopards peuvent être manipulés dans ce sens qui consiste à semer la mort et la désolation, ou dans un autre sens qui consiste à s’associer aux acteurs des campagnes islamophobes. Ce sont fondamentalement les mêmes personnes et la direction de leur dérive sera avant tout une question de goût (pour la bagarre par exemple), de rencontres, d’argent, de femmes,de shit, enfin tout ce qui peut motiver un homme.

A ceux qui demanderont pourquoi, je répondrai simplement qu’ils devraient s’intéresser à la politique de leur pays, sa politique économique, sociale et étrangère, Toutes les réponses sont là mais, comme disait Marx, la compréhension ne se dégage pas directement des faits bruts et concrets pris isolément mais au contraire de la mise en relation des faits, c’est-à-dire en allant de l’abstrait au concret et pas l’inverse.

Le député UDI Meyer Habib et Benjamin Netanyahou

Le député UDI Meyer Habib et Benjamin Netanyahou

Ce n’est pas pour rien si on nous a dit que la lutte contre l’antisémitisme était « une grande cause nationale », ce n’est pas pour rien que le député français Meyer Habib a dit qu’avec leur vote en faveur de la reconnaissance d’un Etat palestinien les députés importaient en France le conflit du Proche Orient (Meyer Habib vient d’enfoncer le clou dans la plaie pour ainsi dire), ce n’est pas pour rien que Benjamin Netanyahou a averti la France qu’elle est menacée par le terrorisme parce qu’elle est trop pro-arabe (ce qui n’empêche pas les médecins militaires de Netanyahou de soigner les blessés d’al Qaïda dans le Golan occupé),

Ce n’est pas pour rien mais parce que l’Agence Juive veut attirer en Palestine occupée quelque « 42 000 Juifs de France d’ici 2017 ». Comme les Juifs français se sentent plutôt bien dans leur pays, il est donc nécessaire de stimuler la demande d’émigration fut-ce au prix d’une extrême tension et même de morts en France.

En effet, ces gens ne reculent devant rien et tout ce qui les intéresse, c’est le rapport coût-bénéfice.

Nous sommes aujourd’hui dans l’ultime étape de la création du climat propice à encourager le départ vers l’entité sioniste de citoyens qui appartiennent à la communauté juive la plus importante numérique d’Europe et dont les membres sont souvent détenteurs d’un niveau d’éducation et de qualification élevé. C’est donc une population très intéressante sous cet aspect et dont l’apport ne sera pas négligeable pour la grande bataille qui se joue en Palestine occupée : la bataille démographique, toujours décisive dans les situations coloniales.

D’une guerre en cours à la prochaine, les succès foudroyants de l’Etat Islamique en Irak et au Levant

juin 11, 2014

 

En difficulté en Syrie, les miliciens de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) refluent en Irak qui est devenu une priorité pour l’Arabie Saoudite depuis les tentatives de rapprochement entre l’Occident et l’Iran.

Après avoir piétiné un certain temps, ces milices ont réussi à s’implanter dans la ville de Falloujah il y a quelques mois et remportent maintenant des succès militaires foudroyants devant une armée irakienne qui s’est complètement débandée permettant à l’EIIL de s’emparer de Mossoul, une importante métropole  irakienne et d’importants sites civils (aéroport, chaînes de télévision…) et  militaires (base aérienne, arsenaux…).

Le comportement de l’armée irakienne, pourtant équipée et formée par les Etats Unis, n’augure rien de bon pour le gouvernement de Nouri al Maliki qui pourrait se trouver bientôt dans une situation critique.

Restera alors à savoir si les Iraniens resteront les bras croisés. Le risque de conflagration régionale qu’on avait cru voir s’éloigner définitivement avec la détente entre l’Iran et l’Occident redevient d’une actualité plus brûlante que jamais.

Les djihadistes islamiques se sont emparés de la deuxième plus grande ville d’Irak… Pourtant al Qaïda n’existait même pas en Irak avant l’invasion américaine

WashingtonsBlog (USA) 11 juin 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’idiotie de la politique américaine a rendu al Qaïda plus fort que jamais

La « guerre contre la terreur » menées par les USA a accru le terrorisme

Voici le nombre d’attentats terroristes en Irak entre 1979 et 2011 fourni par le National Consortium for the Study of Terrorism  Responses to Terrorism Global Terrorism Database (qui fait partie d’un programme gouvernement – université à l’University of Maryland) :

graphique

Al Qaïda n’existait même pas en Irak avant l’invasion de ce pays par les Etats Unis. Et la politique américaine en Libye est partiellement responsable d’un afflux de terroristes d’al Qaïda – et d’armes lourdes – en Irak.

Et maintenant les choses sont en train d’empirer considérablement…

Vous n’en avez peut-être pas entendu parler, mais les alliés d’al Qaïda ont pris le contrôle de la ville irakienne de Falloujah il y a six mois.

Et aujourd’hui, des extrémistes liés à al Qaïda en Irak ont pris le contrôle de la deuxième plus grande ville irakienne, l’important centre pétrolier de Mossoul.

(Les djihadistes se désignent eux-mêmes « L’Etat Islamique d’Irak et de Syrie » – ou du Levant – EIIL Le f ait que les Etats Unis soutiennent al Qaïda en Syrie est probablement un facteur de continuité).

Pour aggraver les choses, l’armée irakienne a fui, de sorte que les militants ont mis la main sur d’importantes caches d’armes fournies par les USA, dont des Humvees [véhicules tout terrain] :

Un membre de l'Etat Islamique en Irak et au Levant inspecte un véhicule blindé pris à l'armée irakienne

Un membre de l’Etat Islamique en Irak et au Levant inspecte un véhicule blindé pris à l’armée irakienne

L’agence de presse McClatchy observe que les extrémistes ont mis la main sur :

Un aéroport civil, un aérodrome militaire, le quartier général d’une division militaire, un poste frontière avec la Syrie, un dépôt d’armes, des locaux administratifs, des banques et des chaînes de télévision.

Conflict Reporter tweete:

#VIDEO INCROYABLE… #l’EIIL s’empare du quartier général de l’armée irakienne à #Mossoul, prend/détruit tous les #MRAPs#US [les MRAP sont des véhicules blindés conçus pour résister aux mines].

vidéo

Ils se sont aussi emparés d’un ou de plusieurs hélicoptères Blackhawk. Comme le tweete Conflict Reporter :

#L’aérodrome de Mossoul est d’habitude plein d’hélicoptères #Blackhawk et #Kiowa. Reste à voir combien ont fini ennnntre #les mains de l’EIIL.

Base aérienne de Mossoul

Base aérienne de Mossoul

Une personne tweete:

Black Hawk, une des prises faites par #EIIL. #Mossoul #Irak

Blackhawk tombé aux mains de l'EIIL

Blackhawk tombé aux mains de l’EIIL

Il y a eu en outre :

des scènes surréalistes à #Mossoul,#Irak avec des soldats entraînés par les USA qui ont laissé derrière eux leurs uniformes et ont fui #EIIL vers #le Kurdistan.pic.twitter.com/eUyL65lnWa

fuite

Les soldats irakiens jettent l’uniforme en s’enfuyant

Et un énorme chaos avec les civils qui essayaient de fuir. Comme le rapporte la BBC :

Les civils fuient Mossoul en masse

Les civils fuient Mossoul en masse

Environ 150 000 personnes auraient fui la ville irakienne de Mossoul après da prise de contrôle par des militants. http://bbc.in/SurMVl pic.twitter.com/6MzMlp59me

Mission accomplie?

Dernière minute : les djihadistes se sont aussi emparés de Tikrit.

 

Les Etats Unis ont choisi de tuer ma mère.

octobre 28, 2013

Un témoignage édifiant. Sans commentaire.

Monsieur le Président, dites moi s’il vous plaît, pourquoi un drone américain a assassiné ma mère

Momina Bibi était une sage-femme et une grand-mère du Waziristan âgée e 67 ans Pourtant, le président Obama nous dit que les drones visent des terroristes

par Rafiq ur Rehman, The Guardian (UK) 25 octobre 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Habitants du Waziriitan manifestant contre les frappes de drones devant le parlement pakistanais à Islamabad

Habitants du Waziristan manifestant contre les frappes de drones devant le parlement pakistanais à Islamabad

La dernière fois que j’ai vu ma mère, Momina Bibi, c’était le soir d’avant l’Aïd al-Adha. Elle préparait les vêtements de mes enfants et leur montrait comment on prépare le sewaiyaan, un dessert traditionnel à base de lait. Elle disait toujours: la joie de l’Aïd est l’excitation qu’il procure aux enfants.

Sewaiyaan est un dessert traditionnel du sous-continent indien

Sewaiyaan est un dessert traditionnel du sous-continent indien

L’année dernière, elle n’a pas pu vivre cette expérience. Le lendemain, le 24 octobre 2012, elle était morte, tuée par le feu tiré par un drone américain alors qu’elle s’affairait à son jardin.

Personne ne m’a jamais dit pourquoi ma mère avait été visée ce jour là. La presse a rapporté que l’attaque visait une voiture, mais il n’y a pas de route à côté de chez ma mère. Certains ont dit que l’attaque visait une maison. Mais les missiles ont touché un terrain voisin, pas une maison. Une seule personne avait été tuée – une femme âgée de 67 ans et neuf fois grand-mère.

Mes trois enfants – Zubair, 13 ans, Nabila, 9 ans et Asma, 3 ans – jouaient non loin quand leur grand-mère a été tuée. Tous ont été blessés et emmenés d’urgence à l’hôpital. Ces enfants étaient-ils les «militants» dont parlaient les dépêches d’agences de presse? Ou peut-être, étaient-ce les enfants de mon frère? Eux aussi étaient sur place. Ils sont âgés de 3ans, 7 ans, 12 ans, 14 ans, 15 ans et 17 ans. Les quatre plus grands venaient juste de rentrer de l’école, peu de temps avant que les missiles frappent.

Mais les Etats Unis et leurs citoyens ne savent probablement pas ça. Personne ne nous a jamais demandé qui avait été tué ou blessé ce jour là. Ni les Etats Unis, ni mon propre gouvernement. Personne n’est venu pour enquêter et personne n’a été tenu pour responsable. Dit simplement, personne ne semble s’en soucier.

Je m’en soucie par contre, moi. Tout comme ma famille et mon village. Nous voulons comprendre pourquoi une grand-mère âgée de 67 ans représentait une menace pour un des pays les plus puissants au monde. Nous voulons comprendre comment neuf enfants, certains jouant dans les champs, certains venant juste de rentrer de l’école, pouvaient d’une manière quelconque avoir menacé la sécurité de ceux qui vivent séparés de nous par un continent et un océan.

Plus important, nous voulons comprendre pourquoi le président Obama, quand il est interrogé sur qui sont ceux que tuent les drones, répond qu’ils tuent des terroristes. Ma mère n’était pas une terroriste. Aucun membre de ma famille n’est un terroriste.

Ma mère était sage-femme, la seule sage-femme de notre village. Elle a mis au monde des centaines de bébés dans notre village et ses alentours. Maintenant, les familles n’ont plus personne pour les aider.

Et mon père? C’est un directeur d’école à la retraite. Il a consacré sa vie à l’éducation des enfants, quelque chose bien plus nécessaire pour mon village que des bombes. Les bombes ne créent que de la haine dans le coeur de notre peuple. Et cette haine et cette colère génèrent plus de terrorisme. Mais l’éducation – l’éducation peut aider un pays à prospérer.

Je suis aussi un enseignant. J’enseignais à l’école primaire du village le jour où ma mère a été tuée. Je suis rentré à la maison pour trouver tout autre chose que les joies de l’Aïd, mais mes enfants à l’hôpital et un cercueil qui ne contenait que des restes de ma mère.

Rafiq-ur-Rehman

Rafiq-ur-Rehman

Notre famille n’a plus été la même après la frappe du drone. Notre maison s’est transformée en enfer. Les petits enfants pleurent dans la nuit et ne parviennent pas à dormir. Ils pleurent jusqu’au petit matin.

Certains de mes enfants ont dû subir plusieurs interventions chirurgicales. Cela nous a coûté un argent que nous n’avons plus étant donné que les missiles ont tué tout notre bétail. Nous avons été obligés d’emprunter à des amis; un argent que nous ne pouvons pas rembourser. Nous utilisons donc l’argent pour payer un médecin, un médecin qui retire du corps des enfants les cadeaux métalliques que les Etats Unis nous ont donnés ce jour là..

Les frappes de drones ne se comparent pas à des batailles où des personnes innocentes sont accidentellement tuées. Les frappes de drones visent les gens avant de les tuer. Les Etats Unis décident de tuer quelqu’un, une personne qu’elles ne connaissent que par une vidéo. Une personne à qui on ne laisse pas une chance de dire – je ne suis pas un terroriste. Les Etats Unis ont choisi de tuer ma mère.

Plusieurs parlementaires Américains m’ont invité à venir à Washington DC pour faire connaître mon histoire aux membres du Congrès. J’espère qu’après avoir raconté mon histoire, l’Amérique finira par comprendre le véritable impact de son programme de drones et qui se trouve à l’autre bout de la frappe par un drone.

Je veux que les Américains sachent au sujet de ma mère. Et j’espère que, peut-être, j’obtiendrai une réponse à cette simple question: pourquoi?

Montauban, Toulouse, Boston, Reyhanli, Londres: terrorisme et affaires d’Etat

mai 23, 2013

Je ne sais pas pourquoi, mais presque à chaque fois que des tueurs (ou présumés tels) commettent des crimes atroces, par exemple Mohamed Merah à Montauban et à Toulouse, les frères Tsarnaev à Boston, ou tout récemment Michael Adeboloja et un autre individu qui ont sauvagement assassiné (sans le décapiter cependant contrairement à ce qui avait été d’abord annoncé)un soldat à Londres, on constate qu’ils  avaient fait l’objet d’un suivi par les services de renseignements et la police.

Michael Adeboloja  et son complice étaient en effet connus du MI 5 (renseignements intérieurs britanniques) comme le signale la presse anglo-saxonne. Un des deux tueurs de Londres avait même appartenu à une organisation interdite, al-Muhajiroun.

Ce qui est curieux, c’est que pour l’instant, aucune campagne de presse n’a été lancée ni en France, ni aux Etats Unis, pays où dit-on la presse est libre, pour dénoncer ce qui s’apparente à des scandales d’Etat.

On verra si l’Angleterre fera exception. J’en doute.

En Turquie, on est un peu plus audacieux. En effet, quelques jours après le double attentat de Reyhanli, attribué par le gouvernement turc aux autorités syriennes , qui a tué plus de cinquante personnes, un groupe de hackers dans l’esprit de WikiLeaks a rendu publiques des communications internes de la gendarmerie qui tendent à plaider pour une responsabilité du Jabhat al-Nosra, une organisation qui est un des fers de lance de la lutte armée contre le régime de Damas…

Le journal tuc Hürriyet rapporte qu’un gendarme a été mis aux arrêts et accusé d’être à l’origine de la fuite qui ne serait pas due à un piratage informatique mais du fait d’un simple gendarme qui aurait photographié puis envoyé par mail certains documents à Redhack.

Ce que cette organisation réfute par un communiqué qui dit en substance :

“si ce gendarme est la personne qui nous a livré l’information, comment se fait-il que nous ayons su avant elles [les autorités] qu’une chasse aux sorcières avait été lancée dans l’armée et qu’on sacrifierait des fonctionnaires ‘innocents’ ? » a déclaré l’organisation via Twitter.

Redhack avait twitté plusieurs heures avant l’annonce [par le gouvernement] que les autorités allaient essayer de faire porter le chapeau à un «pauvre soldat. »

Redhack rend publics des câbles sur les explosions de Reyhanli

Redhack a rendu publics une série de communications internes aux services de sécurité qui révèlent les préparatifs du double attentat de Reyhanli  vus par des documents top secrets des services de renseignements de la gendarmerie.

İstanbul – BIA News (Turquie) 22 mai 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

 Redhack, un groupe de hackers Turcs, a publié une série de câbles qui révèlent ce qui était connu des préparatifs du double attentat de Reyhanlı d’après les fichiers top secrets des services de renseignements de la gendarmerie turque.

Image

Les fichiers top secrets rendus publics par le groupe sont dates du 20 mai – 9 jours après l’attentat meurtrier qui a tué 51 civils dans la ville méridionale de Reyhanli, province de Hatay.

Un câble donne des détails sur plusieurs véhicules charges de bombes et d’explosifs destines à être livrés à des organisations liées à al Qaïda en Syrie.

Les bombes et les explosifs doivent server à une attaque contre la Syrie, lit-on dans le câble.

Un autre câble rapportait que des militants du Jabhat al-Nosra avaient transféré les bombes et les explosifs dans trois autres véhicules devant être utilisés dans une attaque contre la Turquie – une information qui venait confirmer la première.

Un troisième câble affirmait que les responsables au quartier général de la police au Hatay avaient reçu un appel anonyme qui alertait sur l’attentat à venir et donnait des informations sur certaines des allégations parues dans les medias.

* Cliquez ici pour accéder aux câbles publiés par Redhack (en turc).

Torturer le rabbin pour un texto?

mai 12, 2013

C’était au lendemain de l’attentat de Boston et aucun de nos journaux n’en a parlé.

Pourquoi ? Surtout que l’adolescent a bel et bien été inculpé de menace terroriste contre une yeshiva (école religieuse juive).

Ceci dit, je compatis avec le rabbin Yossi Bennett et avec tous les directeurs d’écoles et enseignants confrontés à ce fléau des téléphones portables.

Un adolescent de New York interpellé pour avoir menace le proviseur adjoint d’une yeshiva 

The Jewish Voice (USA) 24 avril 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un élève d’un lycée juif de Long Island a été arrêté et déféré en justice après avoir menacé de faire sauter sa Mesivta Ateres Yaakov School à Lawrence, Long Island, a été arrêté après avoir publié des menaces sur sa page Facebook, menaces qui ont ensuite été portés à l’attention du directeur de l’école. 

La yeshiva a dû être évacuée pendant environ deux heures la semaine dernière, et l’élève, Joel Levy, a été arrêté et accusé d’avoir fait une menace terroriste, commis un crime, et une menace aggravée, a rapporté le New York Post a rapporté. Il a été interpellé mercredi dernier et déféré devant le tribunal de district de Hempstead.

Mesivta Atéres Yaakov n’envisage pas de déposer plainte, a déclaré au New York Post le proviseur adjoint, le rabbin Yossi Bennett.

Image

Vous avez tout mon soutien M. Bennett

Les menaces, qui n’ont pas été précisées dans les informations de presse, sont intervenues au lendemain l’explosion de deux bombes au marathon de Boston, causant la mort de trois personnes et en blessant plus de 170 autres.

Les procureurs chargés de la mise en accusation de Levy ont exposé au juge du tribunal de district comment la colère de l’adolescent visait principalement le proviseur  adjoint de l’école talmudique, le rabbin Yossi Bennett, qui avait mis à pied Levy après que l’étudiant a été pris à envoyer des textos pendant un cours. Ils ont lu à haute voix des parties des publications de Levy sur Facebook, dans lesquelles il affirmait posséder «toutes sortes d’explosifs », et indiquait que «le bureau de Bennett » était sa cible privilégiée. Levy aurait écrit avoir envie «de rendre aveugle, torturer et mutiler » le rabbin avec des « clous ».

Des «Amis» de l’adolescent sur Facebook informé les autorités de ses menaces après avoir vu les messages. Le rabbin Bennett a expliqué à la police qu’il avait mis à pied Levy parce que l’élève n’avait pas voulu donner son téléphone cellulaire quand on le lui à demandé et a par la suite « pris d’assaut » [s’en est pris à] l’école après l’incident des textos.

Le juge Douglas Lerose a émis une ordonnance de protection contre Levy qui lui interdit tout contact avec le rabbin Bennett, et il a  fixé la caution de l’adolescent à 50.000$. Levy a été libéré plus tard dans la journée, après versement de la caution.

Terrorista #1 prêt pour la course à Boston

avril 22, 2013

Ça ressemble à une grosse farce, du genre que même le comédien sioniste Sacha Baron Cohen n’aurait pas osé placer dans Borat.

Mais en Amérique on ose tout !

Les propriétaires de la BMW Terrorista #1 placés A NOUVEAU en détention par rapport à l’attentat de Boston :

La police fédérale arrête deux hommes qui étaient amis avec le suspect pour infraction à la règlementation de l’immigration

Par Daniel Bates, Daily Mail (UK) 20 avril 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

Les deux hommes qui possèdent une BMW immatriculée ‘Terrorista #1’ et dont on dit qu’ils seraient des amis du plus jeune des deux suspects pour l’attentat de Boston ont été placés à nouveau en détention samedi.

BMW terrorista

Cette fois, les deux ressortissants étrangers ont été arrêtés pour des infractions présumées à la réglementation sur le séjour des étrangers dans la ville de New Bedford ,Massachusetts, une ville où le suspect encore vivant Dzhokar Tsarnaev aurait résidé à une époque..

Les étudiants, que les voisins désignent par leurs prénoms Azmat et Diaz conduisent une BMW 3330XI noire avec une plaque d’immatriculation personnalisée et un autocollant à l’arrière où on peut lire ‘F*** you, you f****** f****’.

On pense qu’ils sont du Kazakhstan et on ne les avait pas vus depuis les attentats jusqu’au vendredi soir quand leur appartement au rez-de-chaussée a été investi par une dizaine d’agents armés du FBI.

Une de leurs petites amies avait aussi été arrêtée vendredi. Tous les trois sont âgés d’une vingtaine d’années

Ennemi combattant capturé vivant(e)

Affirmatif: ennemi(e) combattant(e) capturé (e) vivant(e)

 

Ils avaient ensuite été relâchés dans la nuit de vendredi avant que les deux homes soient arrêtés à nouveau samedi..

Leur appartement avait été investi parce que selon la police, le plus jeune des suspects pour l’attentat contre le Marathon, Dzhokhar Tsarnaev, 19 ans, a peut-être vécu à cette même adresse.

Le MailOnline a aussi découvert un autre lien – Dzhokar avait tweeté des photos de la voiture sur son compte Twitter J_tsar.

Sur une photo, la BMW est à côté d’une autre voiture de sport noire avec la légende ‘Faites vos paris’ comme si une course allait commencer.

Sur une autre photo, un groupe de garçons se tient près des deux véhicules et on peut voir un jeune qui fait un geste comme s’il pointait une arme en direction de l’appareil photo.

Les arrestations ont eu lieu à Hidden Brook, un ensemble d’habitation de New Bedford. Une voisine affirme que les deux jeunes avaient dit que la BMW était volée ou qu’ils avaient prétendu l’avoir louée mais qu’ils ne payaient pas les frais de location.

Dans la voiture, on a trouvé un reçu d’un magasin Ralph Lauren, une paire de lunettes de soleil Ray Ban, un reçu d’une compagnie de transport maritime, une ordonnance médicale, de nombreuses bouteilles d’eau écrasées et plusieurs tickets de stationnement.

La voisine a déclaré au MailOnline qu’Azmat et Diaz étaient des ‘garçons sympathiques’ qui avaient le teint clair été étaient minces et de petite taille.

Elle a dit qu’ils étaient étudiants à l’université du Massachusetts et habitaient l’appartement depuis environ un an.

Elle a déclaré: ‘Ils faisaient la fête jusqu’à trois ou quatre heures du matin. Ils buvaient et dansaient et puis la police arrivait. Ca ne me gênait pas amis ils veillaient très tard de temps à autre.’

La voisine dit que quand la police a investi l’appartement, il y avait des agents armés sur le court de tennis derrière la maison, ils étaient allongés et ils pointaient leurs armes en direction de l’appartement.

Le FBI a ensuite fait venir un camion de déménagement à l’arrière de l’appartement mais n’a rien emporté.

Selon la voisine, quand les garçons ont été emmenés, elle a entendu un bruit de ‘bousculade’ et vu qu’ils étaient menottés avec des liens en velcro.

Le suspect avait une tenue suspecte par ce temps pourri

Le suspect avait une tenue suspecte par ce temps pourri

La voisine précise: ‘Je n’ai pas parlé avec eux depuis l’attentat. Ils ont un fort accent alors j’ai un peu de mal à les comprendre de toute façon.

 ‘Ils sont partis pendant une quinzaine de jours il y a deux mois mais ils n’avaient pas dit pour où. Je ne sais pas s’ils étaient rentrés au Kazakhstan.

Ils sont alors entrés dans l’appartement par une porte non fermée à clef donnant sur le patio. Quand on leur a demandé ce qu’ils faisaient, ils ont dit : ‘Nous sommes des amis à eux. Ils sont en train de parler ; ils parlent’ et ils ont fermé la porte.

Quand notre journal a contacté par téléphone le bureau du Boston Globe en ville, un homme a répondu: ‘On a beaucoup de boulot en ce moment. Considérez que nous sommes informés.’’


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 900 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :