Posts Tagged ‘Toubous’

L’Algérie, l’Afrique et la facture de l’expédition de l’OTAN contre la Libye

28 mars 2012

La sécession du sud Soudan en a été en réalité le coup d’envoi, et la guerre en Libye la transformera peut-être en phénomène inéluctable ou contre lequel il faudra résister avec force : la fragmentation de l’Afrique et/ou la recomposition de ses frontières avec les risques subséquents de guerres interétatiques ou civiles..

Or l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation est un principe très important auquel l’Algérie notamment est très attachée.

Or, dans ses démêlés avec les puissances et les stars occidentales de la chanson et du cinéma, le Soudan s’est finalement retrouvé bien seul et a fini par connaître un début de démembrement. C’est maintenant au tour du Mali et de la Libye.

Dans ce dernier pays où le régime en place a été éliminé par les bombardements de l’OTAN  (au nom de la démocratie, de la protection des civils etc.) les idées séparatistes s’expriment de plus en plus fort. Après la province de Cyrénaïque qui a proclamé son autonomie, ce sont maintenant les Toubous du sud du pays qui, face à ce qu’ils qualifient  de plan de nettoyage ethnique, menacent de « demander une intervention internationale et oeuvrer pour un Etat comme le Sud-Soudan ».

Comme quoi, je ne fais pas qu’élucubrer !

Tous ces événements au Mali ou en Libye concernent directement la sécurité nationale de l’Algérie qui risque bientôt d’avoir à payer le prix fort de son inaction devant les agissements de l’Occident dans la région. Parce que, à la différence de la Tunisie ou même de l’Egypte, l’Algérie est un pays où, un peu comme en Libye, des forces centrifuges peuvent à tout moment s’exprimer, que ce soit au nord ou au sud du pays.

La boîte de Pandore est désormais grande ouverte alors que, les autorités algériennes auraient sans doute pu, avec d’autres pays africains, faire en sorte qu’elle se referme en Libye. Il  aurait certes fallu un courage dont le gouvernement algérien semble dépourvu, mais il en faudra peut-être encore plus pour faire face aux tourments qui risquent de s’emparer de la zone saharo-sahélienne dont l’Algérie est partie prenante.

Le chef des Toubous libyens brandit la menace séparatiste

L’Expression (Algérie) Mercredi 28 Mars 2012

Le chef des Toubous en Libye, Issa Abdelmajid Mansour, a dénoncé hier à l’AFP un plan de «nettoyage ethnique» visant sa tribu, brandissant pour la première fois la menace séparatiste, au lendemain de violences tribales impliquant des Toubous, au sud du pays. «Nous annonçons la réactivation du Front Toubou pour le Salut de la Libye (FTSL, mouvement d’opposition sous l’ancien régime) pour protéger les Toubous d’un nettoyage ethnique, et s’il le faut, nous allons demander une intervention internationale et oeuvrer pour un Etat comme le Sud-Soudan», a-t-il déclaré. Issa Abdelmajid Mansour, un ex-opposant au régime de Mouamar El Gueddafi, avait annoncé la dissolution de son mouvement après la chute de l’ancien régime en août. «Il s’est avéré que le Conseil national de transition (CNT, au pouvoir) et le régime d’El Gueddafi ne sont pas différents. Le CNT a un programme pour nous exterminer», a accusé M.Mansour, dont la tribu avait joué un rôle clé dans la rébellion contre Mouamar El Gueddafi depuis le sud du pays.

Les choses vont (toujours) mal en Libye

22 février 2012

Je ne sais pas pourquoi, mais la presse française ne se bouscule pas pour parler de ce qui se passe en ce moment en Libye avec un bilan de victimes pourtant conséquent, plus de 130 morts. Pourtant ia classe politique française a été assez unanime dans le soutien à l’action de l’OTAN en Libye et M. Sakozy est toujours fier de ce qu’il a fait subir à ce pays.

Le titre choisi par l’agence Belga ne doit pas vous induire en erreur. Il faut simplement savoir que les populations de l’arc saharo-sahélien subissent de plein fouet les conséquences de la destruction de l’économie libyenne et de ce qu’elle permettait au niveau de l’activité locale et des échanges transfrontaliers.

Aujourd’hui, ces populations luttent tout simplement pour leur survie et elles sont maintenant en concurrence les unes avec les autres alors qu’il y a peu de temps encore elles pouvaient coexister paisiblement et pratiquer le commerce grâce à l’effet structurant de la politique des autorités de Tripoli.

C’est fini tout ça.

 

Libye: plus de 100 morts dans des combats entre tribus pour le contrôle de la contrebande

BELGA (Belgique) mardi 21 février

Libye: plus de 100 morts dans des combats entre tribus pour le contrôle de la contrebande

Plus de 100 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées dans des combats opposant depuis une dizaine de jours des tribus du sud-est désertique de la Libye, a-t-on appris mardi de sources tribales.

Depuis le début des combats, « 113 personnes ont été tuées et 241 blessées » parmi les Toubous, a indiqué le chef de cette tribu, Issa Abdelmajid, tandis que la tribu des Zouwaya a fait état de 20 morts et 40 blessés parmi ses membres. Il n’a pas été possible dans l’immédiat de vérifier ces bilans.

Les affrontements entre les deux tribus avaient éclaté le 12 février dans la ville de Koufra au sud-est de la Libye, frontalier du Tchad, du Soudan et de l’Egypte. M. Abdelmajid est un ex-opposant de l’ancien régime de Mouammar Kadhafi. De son côté, le porte-parole du Conseil local de Koufra, Younes Zwei, de la tribu des Zouwaya, a indiqué que la ville combattait des Tchadiens et des Soudanais, dont plusieurs ont été tués ou arrêtés.

Les Toubous, qui vivent aussi dans les pays frontaliers comme le Niger et le Tchad, contestaient leur marginalisation sous le régime de Kadhafi qui refusait d’accorder la citoyenneté à certains de leurs membres, invoquant leurs origines tchadiennes. Koufra, ville de 40 000 habitants située au sud-est de la Libye, frontalier du Tchad, du Soudan et de l’Egypte, est un point de passage stratégique de contrebandiers du désert. Selon une source du CNT, les tribus s’affrontent pour le contrôle de la contrebande dans cette région.

Belga


%d blogueurs aiment cette page :