Posts Tagged ‘trafic d’organes’

« Survivant de l’holocauste » et trafiquant d’organes

12 juin 2013

Normalement, l’arrestation en Europe du chef d’un réseau de trafic d’organes humains aurait dû faire les gros titres des journaux.

Il n’en a pourtant rien été avec l’arrestation d’un certain Gedalya Tauber le 6 juin dernier à l’aéroport de Rome. On ne trouve que quelques références sur cette affaire sur internet comme cet article du journal Ouest-France, un des plus détaillés de ce que la presse francophone a à nous offrir:

Italie. Un Israélien arrêté à Rome pour trafic d’organes
Faits divers vendredi 07 juin 2013
Gedalya Tauber, un ex-officier israélien de 77 ans à la tête d’un trafic international d’organes humains a été arrêté jeudi à l’aéroport Leonard de Vinci de Rome, a annoncé vendredi la police italienne. L’homme était recherché depuis octobre 2010.

Recherché par toutes les polices du monde et fiché par Interpol, l’ancien militaire a été identifié à l’aéroport par deux agents, dont le responsable de la police de l’air et des frontières, Rosario Testaiuti.

« Nous avons arrêté Gedalya Tauber qui est visé par un mandat d’extradition à la suite d’une condamnation à la peine de prison à perpétuité en Israël », a déclaré Antonio Del Greco, un responsable de la police à l’aéroport.

Cerveau du trafic d’organes entre le Brésil et Israël

Israëlien résident au Brésil, Gedalya Tauber avait été arrêté en 2010 pour trafic d’organes, avec son partenaire Eliezer Ramon et six autres Brésiliens, à Recife, au nord-est du Brésil. Considéré comme le cerveau du trafic d’organes entre le Brésil et Israël, il organisait des opérations à l’hôpital de Sainte Augustine de Durban, en Afrique du Sud.

Son groupe enrôlait des Brésiliens provenant des quartiers pauvres de Recife et payait entre 3 000 et 10 000 dollars pour un rein, qui était ensuite transplanté à l’acheteur. Tauber s’occupait aussi bien de trouver les donneurs que les bénéficiaires, ces derniers tous Israëliens. Selon les médias il aurait organisé plus de 35 opérations illégales dans l’hôpital de Sainte Augustine.

Gedalya Tauber est donc un ressortissant  l’entité sioniste, ancien officier de l’armée de surcroît, deux bonnes raisons d’être discret car ne sommes-nous pas là devant ce qu’on appelle des circonstances atténuantes?

Et puis, nous apprend la presse sioniste, Gedalya Tauber a aussi été chef de la police de Tel Aviv et, surtout, c’est un survivant de l’holocauste

gedalia-tauber-in-custody

Gedalya Tauber, une souffrance incomprise

Je ne sais pas pourquoi la presse française a tu ce détail pourtant crucial qui devrait valoir l’indulgence à ce trafiquant devant n’importe quel tribunal qui a tiré quelque leçon des méfaits ineffaçables du nazisme.

Trafic d’ovocytes en Roumanie et loi du silence en France

20 février 2013

La presse française en parle, mais il faut aller voir dans la presse féminine ou en Belgique voire même en Angleterre pour avoir en français des informations où le rôle de ressortissants sionistes dans un trafic d’ovocytes est cité autrement qu’en passant. Je parle bien des trafiquants, pas des femmes receveuses/clientes venues elles aussi de l’entité sioniste.

Une discrétion quand même bizarre pour une information susceptible d’alimenter le débat français sur la gestation pour autrui et autres techniques utiles aux couples stériles ou… homosexuels.

Peut-être n’est-ce pas de bon ton au moment où on nous annonce une « explosion » des actes antisémites en France, + 58 % en 2012 nous dit le Service de protection de la communauté juive (SPCJ, puisque ce n’est pas la police nationale qui est chargée de protéger les Juifs elle le fait pour le reste des citoyens).

Mais un certain ministre,  Manuel Valls pour être précis, ne nous a-t-il pas annoncé qu’il y avait des dizaines de Mohamed Merah potentiels en France ?

A ce ministre, on se permettra de demander combien il y a de Ben Zygier en France et combien de volontaires pour servir dans les troupes d’occupation sionistes?

Un trafic d’ovocytes démantelé en Roumanie

par Maxime de Valensart, 7/7 (Belgique) 19 février 2012

Un réseau roumano-israélien de trafic d’ovocytes a été démantelé mardi en Roumanie, a annoncé le parquet spécialisé dans la lutte contre le crime organisé (DIICOT).

 Les 11 membres de ce groupe –des représentants d’une clinique privée de Bucarest et des ressortissants israéliens « spécialistes des techniques de procréation assistée »– ont « racolé des femmes » qui, en échange d’un montant de 600 à 800 euros, ont accepté qu’on leur prélève des ovocytes, ont indiqué le parquet et la police nationale.

La plupart de ces femmes étaient des étudiantes en situation précaire âgées de 18 à 30 ans et habitant en province.

« Leurs ovocytes ont été vendus par la suite entre 3.000 et 4.000 euros à des couples qui utilisaient les services de fertilisation in vitro de cette clinique », a précisé la police.

La majorité des couples bénéficiaires habitaient Israël et venaient en Roumanie pour les procédures d’insémination.

Selon la police, le réseau était composé notamment « de médecins, d’infirmières et de spécialistes en reproduction assistée ». Ils sont accusés d’avoir violé « la loi sur le prélèvement et la transplantation » de cellules humaines en organisant ce trafic.

La Roumanie avait déjà été le théâtre d’un scandale similaire en 2009, lorsque les autorités avaient découvert à Bucarest une autre clinique se livrant à un trafic d’ovules.

Quatre médecins israéliens ont été condamnés en 2012 à cinq ans de prison ferme chacun par un tribunal de Bucarest pour trafic d’ovules.

Trois Roumains dont un ancien président de l’Agence nationale pour les transplantations avaient également été condamnés.


%d blogueurs aiment cette page :