Argentine: le rôle de l’organisation communautaire juive pendant la dictature

Dans les années 1970,-1980, le plan Condor a associé différentes dictatures latino-américaines dans une politique de terreur visant à éliminer les défenseurs des droits de l’homme et étouffer toute opposition démocratique, de gauche notamment. A partir de 1976, Brésil, Paraguay, Uruguay, Bolivie et Argentine coopèrent ainsi sous la houlette des Etats Unis qui assurent la coordination des opérations depuis une base au Panama.
Tout cela nous le savons, mais nous ne le savons pas puisque les Etats Unis sont une grande démocratie qui plaide pour la démocratie partout (en Iran, au Soudan, en Corée, en Chine etc.) mais pas ailleurs (en Arabie Séoudite, en Egypte, en Afghanistan, en Palestine et en Amérique Latine).
La dictature argentine a fait figure de bon élève du Plan Condor puisque dans ce pays, au temps de la dictature, on tuait, on torturait, et on faisait disparaître en masse. On estime à 30 000 le nombre de disparus en Argentine, auxquelles il faut ajouter un nombre équivalent d’enfants disparus en général adoptés par des familles proches du régime militaire.
10 % des adultes disparus étaient Juifs, ce qui fut le cas de 6 % voire un peu plus des enfants.
Il est incontestable que la proportion de Juifs dans les disparus sous la dictature argentine est supérieure à la part des Juifs dans la population argentine totale. Sommes-nous en face d’antisémitisme?
La réponse doit être nuancée car si l’antisémitisme n’était pas absent de l’état d’esprit des potentats militaires, il est également probable que nombre des victimes juives avaient aussi la caractéristique d’être des militants ou supposés militants de gauche et donc pourchassés comme tels.
Cette phase de l’histoire de l’Argentine n’est pas dénuée d’intérêt car elle apporte des éléments de compréhension sur la nature de l’organisation des communautés juives et l’évolution de ces organisations. L’article que je vous propose rend compte d’un livre qui nous éclaire sur ce point.
En Argentine, les associations juives sont rassemblées dans un organisme nommé DAIA,
(Délégation des associations israélites argentines) qu’on peut considérer comme l’équivalent du CRIF en France. Compte tenu du tribut élevé payé par la communauté juive à la dictature argentine, on peut s’attendre à voir la DAIA assumer un rôle de protection, au moins au niveau verbal, de ceux qu’elle est déclarée représenter.
Or, comprend-on à la lecture de la note de lecture publiée par Clarin, ce ne fut pas le cas et la DAIA resta silencieuse tout au long du règne de la dictature. Mieux, la DAIA avait été informée bien à l’avance du projet de putsch militaire lors d’une rencontre avec un membre du complot. L’article, et peut-être le livre, plaide l’aveuglement de la DAIA qui n’aurait pas su voir l’antisémitisme du régime militaire parce que ce dernier ne s’était pas attaqué à la structure communautaire juive.
Cette thèse est bien entendu difficilement compatible avec le fait que la DAIA était informée et était donc partie prenante du coup d’Etat. La DAIA a, au contraire, couvert la politique d’enlèvements et d’assassinats du pouvoir militaire.
Pourquoi?
Nous sommes ici au croisement des intérêts des Etats Unis et de l’entité sioniste dans le continent américain. Les Etats Unis ont toujours cherché à éviter l’émergence de régimes qui affirment leur autonomie vis-à-vis d’eux, que ces régimes se mettent en place suite à une révolution ou à un processus électoral. Ceci est encore parfaitement palpable aujourd’hui dans leur attitude vis-à-vis de pays comme le Vénézuela, l’Equateur ou la Bolivie, trois pays qui détiennent d’importantes ressources naturelles, en hydrocarbures notamment.
L’entité sioniste a toujours volontiers joué le rôle de supplétif des Etats Unis dans la région. C’est encore le cas de nos jours avec les conseillers militaires fournis par l’armée sioniste où ces nombreux spécialistes de la lutte anti-subversive qui dépendent officiellement d’officines privées. Et en Argentine, lé régime sioniste ne s’était pas fait prier pour apporter son concours à la junte militaire, particulièrement par la fourniture d’armements comme ces succédanés d’avions Mirage auxquels l’aviation et la DCA britanniques s’affronteront pendant la guerre des Malouines.
Si la DAIA a fermé les yeux, c’est aussi parce qu’elle représentait des intérêts catégoriels parmi la communauté juive, intérêts qui se reconnaissaient dans la démarche de la dictature. Penser le communauté juive comme monolithique est en effet une erreur, du genre de celles que veut précisément nous faire gober la propagande sioniste. Les Juifs qui ont été sacrifiés étaient tout bonnement des militants démocrates dont les intérêts en termes de catégories sociales, où dont simplement les valeurs ne coïncidaient ni avc ceux de la dictature, ni avec ceux de l’encadrement de la DAIA. DAIA qui obéit de toutes façons au gouvernement de Tel Aviv. Pour la DAIA, et donc pour Tel Aviv, la communauté juive était « florissante » sous la botte des militaires.
La DAIA avait cependant oublié que même les meilleures choses ont une fin puisque la dictature sombrera avec la défaite dans la guerre contre le Royaume Uni. On nous explique ainsi que, une fois la dictature terminée, la DAIA tentera maladroitement de recoller les morceaux avec des segments de la communauté juive durement éprouvés. Des explications hypocrites que tout le monde n’a pas avalées tel Marcos Weinstein, un des fondateurs de l’association des familles juives de disparus.
Pourtant la structure communautariste a pu reprendre le contrôle de la communauté juive argentine. La recette pour obtenir ce résultat est simple: pour souder une communauté, il suffit bien souvent de lui faire percevoir l’imminence ou la réalité d’un péril qui affecte ses membres sur un critère fondamental, indépendant de l’éducation, de la fortune, voire même des convictions religieuses réelles. Pour la communauté juive, ce qui permet de rassembler le troupeau est évidemment la menace antisémite. Cette menace antisémite s’est concrétisée en Argentine avec l’attentat commis en 1994 contre le siège de l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA), attentat imputé sans preuves au Hezbollah libanais et à l’Iran.
L’attentat contre l’AMIA s’est avéré être un puissant instrument de mobilisation de la communauté juive argentine et, derrière elle de la population et des autorités de ce pays.  Car cet attentat, avant d’être un moyen de pression sur l’Iran a été celui de pressions sur le  gouvernement argentin, pressions exercées par l’organisation communautariste mais aussi par la bande de Tel Aviv et le gouvernement des Etats Unis. L’attentat a ainsi été à l’origine d’évolutions diplomatiques considérables du gouvernement argentin qui a été amené à prendre ses distances avec l’Iran, pays avec lequel il entretenait de bonnes relations avec des perspectives importantes de coopération dans le domaine nucléaire. L’Argentine est en effet un des rares pays a avoir développé sa propre technologie nucléaire et à être donc en capacité de l’exporter sans l’aval des Etats Unis (même la France n’est pas dans ce cas).
Sur l’affaire de l’AMIA, vous pouvez consulter les articles qui se trouvent ici ou .


Une enquête se penche sur le rôle de la communauté juive dans la dictature

« Zikaron – mémoire. Juifs et militaires sous la terreur du Plan Condor », de Guillermo Lipis s’intéresse à la manière dont l’armée a visé cette communauté et à la complicité éventuelle de ses dirigeants.
Par Clarín.com (Argentine) 15 mars 2010 traduit de l’espagnol par Djazaïri

Des données selon lesquelles certains secteurs de la communauté juive d’Argentine étaient accusés d’être une « organisation terroriste et/ou politique d’un pays étranger » en soutien à des groupes qui opéraient dans la zone du Plan Condor, que dès fin 1975, la direction de la DAIA (équivalent du CRIF en Argentine) était informée au cours d’une réunion avec l’amiral Massera du coup d’Etat qui sera perpétré en 1976, ou la liste des enfants Juifs volés [adoptés illégalement] par les militaires sont quelques unes des informations révélatrices du nouveau livre ‘Zikaron – Memoria: Judios y militares bajo el terror del Plan Condor’ qui vient de sortir sur le marché local.

Ces informations et d’autres – que nous connaissons grâce à cette enquête journalistique réalisée par Guillermo Lipis et publiée par les Ediciones del Nuevo Extremo – s’insèrent dans le propos de l’auteur qui souligne la sur-représentation des Argentins d’origine juive et affirme que « ces disparitions pendant la dictature ne furent pas le simple fruit du hasard. »

On estime le nombre d’enfants Juifs disparus entre 1800 et 2000 sur un total de 30 000 enfants disparus, c’est pourquoi on considère que ce fut la minorité la plus touchée en termes de disparitions.

« Il existe de nombreux témoignages des dirigeants juifs de l’époque qui soulignent que cette communauté était florissante, qu’ils avaient réussi à assurer une forte activité des institutions juives et que nul n’avait été arrêté pour le fait d’être juif sauf que, une fois arrêté et son affiliation religieuse connue, on avait droit à une plus forte dose de torture.

« Les dirigeants de cette communauté faisaient référence à des poches d’antisémitisme enkystées dans les forces de sécurité, mais ne considéraient pas les gouvernements en place comme structurellement antisémites, » ajoute Lipis.

En parcourant certains documents déclassifiés de cette époque, Lipis observe par exemple que la DAIA avait affirmé, pendant une réunion avec des anciens combattants judéo-américains du 3 novembre 1977 à l’ambassade des Etats Unis, que « l’antisémitisme n’est pas une politique du gouvernement. »

Que s’est-il passé pour que, pendant que la communauté développait une vie apparemment normale, ses dirigeants n’aient pas su voir  dans les disparitions l’émergence de l’antisémitisme des gouvernements militaires? se demande-t-il dans le livre.

Certains observateurs et des survivants de l’époque ont donné leur sentiment à ce sujet. Pour Leonardo Senkman, chercheur à l’université hébraïque de Jérusalem, « les dirigeants maniaient les concepts classiques d’antisémitisme et les disparitions ou la détention dans ces centres clandestins ne revêtaient pas des formes traditionnelles. Pour eux, l’antisémitisme c’était celui de Tacuara, Lopez Rega ou les textes de la revue Cabildo. »

Marcos Weinstein, père de Mauricio – un des Israélites disparus – et cofondateur de l’Association des Familles de Disparus Juifs, considère qu’ils « se sont comportés comme une structure de pouvoir qui pensait que si les organes répressifs de l’Etat n’attaquaient pas les institutions, alors on ne pouvait pas parler d’antisémitisme. »

Le livre présente la « Lettre d’excuses transmise par la DAIA aux proches des disparus et des détenus Juifs Argentins » dans laquelle elle admet « des erreurs » dans la gestion institutionnelle pendant la dictature.

« Sans doute – disait alors la DAIA – que dans des époques ou circonstances difficiles, les erreurs sont probablement plus manifestes ou fréquentes, particulièrement si on les analyse rétrospectivement… Nous avons ressenti l’obligation – poursuivait la lettre – de nous tourner vers les proches des Juifs disparus pendant la dernière dictature militaire pour leur faire savoir que, de notre analyse critique, il ressort que… bien au-delà de de la prédisposition à assumer les responsabilités de direction de la communauté à cette époque et du dévouement des dirigeants qui eurent de telles responsabilités dans la DAIA pendant la dictature militaire tant en relation aux dits disparus qu’eu égard à leurs proches, la politique institutionnelle, bien au-delç des bonnes intentions et des secours que les disparitions ont empêché, il y a eu un certain nombre d’erreurs… »

Les familles des disparus n’ont jamais répondu à cette timide tentative d’excuses.

Que s’est-il passé entre ces 2000 disparitions et l’idée que tout était « florissant »? se demande l’auteur.

« Entre les 2000 disparitions et cette communauté ‘florissante’ explique l’auteur – il y a probablement eu un espace de laxisme politique provoqué par l’inaction, la paralysie, la peur ou une mauvaise lecture de la réalité dont le résultat fut que du début à la fin [de la dictature]  ont été perdues ces âmes, ce qui ne fut rien d’autre que 2000 chances perdues de sauver des vies et d’adopter une autre prise de conscience ou attitude devant la tragédie dont a souffert l’Argentine, et la communauté juive en particulier. »

4 Réponses to “Argentine: le rôle de l’organisation communautaire juive pendant la dictature”

  1. Anonymous Says:

    Beaucoup de "donc" dans votre présentation: la DIA, donc Tel-Aviv, le donc ne prouve rien si ce n'est voter parti-pris permanent inspiré par voter haine antisémite persistante du petit état d'Israël. Vous allez bien vite en besogne en affirmant que tous les Juifs assassinés par la junte militaire n'étaient que des militants antifascistes. On peut être un militant de gauche et être solidaire d'Israël. Vous allez bien vite en besogne également en affirmant que l'attentat de 1994 a été incriminé sans preuve au Hezbollah et à l'Iran. les preuves ou à tout le moins abondent car cet attentat criminel a été commis juste au moment des accords d'Oslo. On peut rappeler également les attentats commis à Paris par des séides iraniens précisément à cette même époque.

    J'aime

  2. Djazaïri Says:

    Les preuves sont si abondantes que le gouvernement argentin est en peine de les produire. Sauf à invoquer comme vous le faites d'autres actions imputées à l'Etat iranien sous d'autres cieux. Attentats qui n'ont jamais visé des Juifs. L'attentat contre l'AMIA s'inscrit dans la stratégie classique des sionistes: terroriser les Juifs pour qu'ils viennent se lover dans le giron sioniste soit disant protecteur.

    J'aime

  3. Anonymous Says:

    Si le gouvernement argentin a des difficultés pour rassembler des preuves, vous qui affirmez que l'attentat d' Argentine a comme auteur les sionistes, quelles sont vous preuves si ce n'est un raisonnement qui, comme d'habitude attaque les juifs baptisés de sionistes et pour lequel vous n'avez , vous, certainement aucune preuve si ce n'est votre haine obsessionnelle.

    J'aime

  4. Djazaïri Says:

    La meilleure preuve est d'abord qu'il n'y a aucune preuve contre l'Iran. Ensuite qu'à l'époque l'Iran menait d'importantes discussions avec les aautorités argentines, discussions que l'attentat contre l'AMIA a interrompues. Ensuite que ce n'est pas la première fois que les sionistes commettent des attentats contre des Juifs quand cela est utile à leurs intérêts. Reportez vous donc au précédent article que j'ai traduit sur l'attentat de l'AMIA au lieu de pérorer dans le vide.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :