Tuerie de San Bernardino: un témoin confirme la présence de trois hommes armés.Une arme de la police parmi les armes du crime!

Je vous ai entretenu dans mon précédent post de la tuerie perpétrée à San Bernardino en Californie, une action imputée à un coupe de Musulmans qui se seraient radicalisés avant de s’en prendre à l’institution d’aide aux personnes handicapées où l’un des deux époux travaillait.

Dans le post consacré à cette affaire, j’avais inséré la vidéo dans laquelle l’avocat de la famille des présumés assaillants, interrogé par une chaîne de télévision, expliquait que rien ne collait dans cette affaire et tout particulièrement le fait que Tashfeen Malik et son mari Syed Farook gisaient morts dans leur véhicule, visages contre le plancher et menottés.

Exécutés de sang froid donc.

Mais il y a plus. J’indiquais aussi que les premières informations faisaient état de la présence de trois hommes blancs en tenue militaire qui seraient les auteurs des coups de feu qui ont provoqué plus d’une dizaine de morts.

Cette présence est attestée par un témoin oculaire, Mme Sally Abdelmageed, cadre de l’institution visée par l’attaque. Selon son profil LinkedIn Mme Abdelmageed a aussi une activité d’enseignement à l’université de Californie. Les éléments ci-après viennent du site Global Research.

Dans son témoignage, recueilli par téléphone par la chaîne de télévision CBS, elle confirme la présence de trois hommes en tenue de type militaire :

« Comme nous regardions par la fenêtre, une deuxième salve de tirs s’est déclenchée […] et nous avons vu un homme tomber à terre. Puis nous avons regardé et nous avons vu trois hommes vêtus en entier de noir, en tenue militaire avec des gilets et qui tenaient des fusils d’assaut. »

« Dès qu’ils ont ouvert la porte du bâtiment 3 […] l’un d’entre eux […] a commencé à tirer dans la salle. »

Elle explique que si

« elle ne pouvait pas voir le visage, il portait un couvre-chef noir […] un pantalon cargo noir, le genre avec de grosses poches sur le côté […] une chemise à manches longues […] des gants […] un grand fusil d’assaut […] six chargeurs […]. J’ai vu que les trois étaient habillés exactement pareil. »

Le journaliste a ensuite demandé à nouveau, pour confirmation, « Vous êtes certaine d’avoir vu trois hommes? »

« Oui, » a réaffirmé Abdelmageed.

« Ils avaient l’air d’être blancs de peau. Ils avaient l’air d’être de constitution athlétique et de grande taille. »

Le journaliste de CBS a alors démoli son témoignage en rappelant que le FBI venait juste de leur dire qu’un des assaillants était une femme et qu’il n’y avait pas de troisième tireur.

Quand le témoignage d’une personne qui était aux premières loges, et qui aurait pu figurer parmi les victimes, est mis en balance avec celui de la police, le journaliste tend à pencher pour la version policière et à inciter l’opinion publique à l’imiter.

Mais il y a encore autre chose.

Selon CBS, reprise par le site Infowars,

On a pu retracer l’origine des quatre armes à feu utilisées par les suspects dans l’attaque meurtrière de San Bernardino et ellesont toutes été achetées légalement, a confirmé jeudi le Bureau des Alcools, des Tabacs et des Armes à feu et Explosifs (ATF).

Paula Reid de CBS Newsa rapporté que deux de ces armes avaient été achetées par quelqu’un déjà connu des enquêteurs.

…..

Meredith Davis de l’ATF a déclaré que les quatre armes à feu ont été achetées il y a quatre ans. Davis a observé que l’Etat de Californie exige des formalités administratives quand des armes passent d’un propriétaire particulier à un autre mais beaucoup d’autres Etats ne l’exigent pas. »

Nous sommes donc là devant des armes acquises légalement dans un circuit commercial des plus classiques aux Etats Unis.

Mais en est-on si certain ?

En tout cas, Carly Fiorina n’en est pas certaine du tout. Carly Fiorina, qui est candidate à l’investiture républicaine pour la prochaine élection présidentielle américaine observe en effet ce qui suit lors d’un entretien accordé à la chaîne de télévision MSNBC :

« Si vous écoutez ce qu’a dit votre journaliste tout à l’heure, ce qu’il a dit est que l’ATF pense que quelqu’un a acheté ce fusil pour le compte du Département de la Police et que, en quelque sorte, cette arme a fini entre les mains de ce type, alors ça ne sonne pas du tout comme si cet homme avait acheté une arme à feu, » a-t-elle dit (à 5’10 sur la vidéo)

Comme l’observe Infowars, on n’a pas assez de détails au sujet de cette arme censée appartenir à l’inventaire de la police qu’évoque Mme Fiorina. Cette arme ne figure d’ailleurs plus dans les récits que font circuler les autorités et la presse sur la tuerie de San Bernardino.

Il en va de cette arme comme du fameux « troisième homme » signalé par Sally Abdulmageed.

Infowars conclut :

« Un autre fait intéressant est la promptitude avec laquelle Joe Scaborough et Mika Brzezinski [les journalistes de MSNBC] ont changé de sujet après que Mme Fiorina a mentionné une connexion avec la police. »

Publicités

Étiquettes : , , , , , , ,

2 Réponses to “Tuerie de San Bernardino: un témoin confirme la présence de trois hommes armés.Une arme de la police parmi les armes du crime!”

  1. raimanet Says:

    A reblogué ceci sur Boycott.

    J'aime

  2. saxologue Says:

    A reblogué ceci sur systemophobeet a ajouté:
    « Quand le témoignage d’une personne qui était aux premières loges, et qui aurait pu figurer parmi les victimes, est mis en balance avec celui de la police, le journaliste tend à pencher pour la version policière et à inciter l’opinion publique à l’imiter. »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :