L’hymne national des Etats Unis est aussi un hymne à l’esclavage

L’affaire rencontre un certain écho en France, mais défraie carrément la chronique aux Etats Unis.

L’affaire en question est relative à un footballeur [football américain] professionnel de San Francisco qui refuse obstinément de se lever pendant qu’on joue l’hymne national de son pays.

Ce footballeur, Colin Kaepernick est un métis qui porte le nom de sa famille adoptive. En, refusant de se lever et de porter la main sur sa poitrine, il entend protester contre l’oppression et les violences policières que subit la communauté noire dans son pays.

colin-kaepernick-football-headshot-photo

Colin Kaepernick, quarterback des San Francisco 49ers

Copieusement sifflé par une partie du public,(mais trouvant aussi du soutien), agoni d’insultes sur les réseaux sociaux, les choses en sont au point où  le syndicat des policiers qui assurent la sécurité pendant les matchs joués à San Francisco menace de boycotter le stade si le joueur n’est pas sanctionné.

Si Colin Kaepernick avance des raisons actuelles pour justifier le fait qu’il reste genou au sol pendant l’hymne national, une approche du texte et de l’histoire de l’hymne national américain pourrait bien donner une légitimité supplémentaire au comportement du footballeur qui va être imité par un de ses collègues.

Mahmoud Abdul-Rauf les avait précédés il y a une vingtaine d’années.

En complément de ce texte de Jon Schwarz, je vous suggère la lecture d’un article de Gerald Horne que j’avais traduit tantôt sur un aspect connexe de l’histoire des Etats Unis.

Colin Kaepernick est plus dans le vrai que vous : L’hymne national est une célébration de l’esclavage

Par Jon Schwarz, The Intercept (USA) 28 août 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

Os9U3Zr1

Jon Schwarz a été un collaborateur du cinéaste Michael Moore

Avant un match amical vendredi, le quarterback des San Francisco 49ers Colin Kaepernick a refusé de se lever quand a été joué le « Star-Spangled banner », [la bannière étoilée] l’hymne national des Etats Unis. Quand il a expliqué pourquoi, il n’a fait référence qu’au temps présent : « Je ne vais pas me lever pour me montrer fier du drapeau d’un pays qui opprime la population noire et les populations de couleur…  Il y a des cadavres dans les rues et gens qui sont mis en congé rémunéré et qui s’en tirent facilement pour un meurtre. »

Comme on puait el prévoir, les réactions sur Tweeter ont été nulles, avec au moins un des fans des 49ers brûlant le maillot floqué au nom de Kaepernick.

Presque personne ne semble avoir conscience que même si les Etats Unis étaient un pays parfait aujourd’hui, il serait étrange d’attendre de joueurs afro-américains qu’ils se tiennent debout main sur la poitrine pour écouter « La bannière étoilée ».  Pourquoi ? Parce que ce chant fait littéralement l’apologie du meurtre des Afro-américains.

Peu de gens le savent parce qu’on ne chante que le premier couplet. Mais lisez la fin du troisième couplet et vous verrez pourquoi « La bannière étoilée » n’est pas qu’une atrocité musicale mais est aussi une atrocité du point de vue intellectuel et moral :

Aucun refuge n’a pu sauver ni le mercenaire ni l’esclave

De la frayeur des déroutes et de la tristesse de la tombe :

Et la bannière étoilée flottera triomphalement

Sur cette terre de liberté et sur la demeure du brave

Les Américains savent vaguement que « La bannière étoilée » a été écrite par Francis Scott Key pour célébrer la résistance du Fort McHenry à Baltimore pendant la guerre de 1812 [contre l’Angleterre]. Mais on ne parle jamais du fait que la guerre de 1812 fut une guerre d’agression qui commença par une tentative par les Etats Unis d’arracher le Canada à l’Empire britannique.

Nous avions cependant largement surestimé la puissance de l’armée des Etats Unis. Au moment de la bataille du Fort McHenry en 1814, les Britanniques avaient contre-attaqué et effectué un raid sur la ville de Washington où ils incendièrent la Maison Blanche.

Et une des clefs des succès de l’armée britannique fut sont recrutement actif d’esclaves américains. Comme l’explique un article fouillé paru dans Harper’s en 2014, l’amiral de la Royal Navy Sir George Cockburn avait reçu les ordres suivants :

Vos débarquements [sur la côte des Etats Unis] devront viser surtout à la protection des populations noires qui désertent avant toute autre considération… L’objectif prioritaire à atteindre est le soutien chaleureux de la population noire.. Quand ils seront bien armés et soutenus par 20 000 soldats britanniques, M. Madison [le président des Etats Unis] sera éjecté de son trône.

Des familles entières avaient trouvé le chemin vers la flotte britannique qui acceptait tout le monde et donnait l’assurance qu’aucun d’entre eux ne serait rendu à ses « propriétaires. » Les hommes adultes suivirent un entraînement pour constituer un régiment appelé le Colonial Marines qui participa à beaucoup des batailles les plus importantes dont le raid d’août 1814 sur Washington.

Puis, la nuit du 13 septembre 1814, les Britanniques bombardèrent le Fort McHenry. Key, voyant que le drapeau flottait toujours le lendemain matin, en tira l’inspiration pour écrire les paroles de « La bannière étoilée ».

Donc, quand Key a écrit « Aucun refuge n’a pu sauver ni le mercenaire ni l’esclave/ De la frayeur des déroutes et de la tristesse de la tombe », il témoignait de sa grande satisfaction devant la mort d’esclaves qui avaient pris leur liberté. Sa façon de voir avait probablement été influencée par le fait qu’il possédait lui-même quelques esclaves.

Avec ça à l’esprit, réfléchissez encore aux deux vers qui suivent : « Et la bannière étoilée flottera triomphalement/ Sur cette terre de liberté et sur la demeure du brave »

La réalité, c’est que des êtres humains se battirent pour la liberté avec un courage incroyable pendant la guerre de 1812. Cependant, « La bannière étoilée » glorifie le « triomphe » de l’Amérique sur eux – et inverse complètement cette réalité, transformant leurs tueurs en courageux combattants de la liberté.

Quand les Etats Unis et les Britanniques signèrent un traité de paix fin 1814, le gouvernement des Etats Unis exigea le retour des « propriétés  » américaines qui, à ce moment, se chiffraient à environ 6 000 personnes. Les Britanniques refusèrent.  La plupart de ces 6 000 personnes finit par s’établir au Canada, certains s’installant à Trinidad où leurs descendants sont encore appelés « Merikins ».

En outre, si ceux qui sont en pointe dans la campagne contre Kaepernick ont besoin de plus d’inspiration, ils peuvent la trouver dans la suite de la vie de Francis Scott Key.

Vers 1883, Key était procureur de district à Washington D.C.. Comme l’a relaté l’ancien journaliste du Washington Post Jefferson Morley dans son livre « Snowstorm », la police était notoirement infestée de voleurs qui volaient impunément les biens des Noirs libres. Une nuit, un des agents de police avait essayé d’agresser une femme noire qui avait réussi à lui échapper en courant – pour malheureusement chuter d’un pont et se noyer dans le Potomac.

« Il n’y a ni pitié, ni justice pour les gens de couleur dans ce district, » écrivait un journal abolitionniste. « Il n’y a eu ni tapage, ni émotion autour de cette affaire. On l’a sortie du fleuve, elle a été enterrée et l’affaire était close. »

Furieux, Key avait poursuivi le journal pour avoir cherché à « insulté, diffamé et attenté à la renommée, au crédit et à la réputation de la magistrature et de la police du Comté de Washington. »

Vous pouvez trancher par vous-mêmes la question de savoir s’il existe une relation entre ce qui s’est passé il y a 200 ans et ce provoque la colère de Kaepernick aujourd’hui. Peut-être est-ce une histoire trop ancienne et qui n’a plus de sens. Ou peut-être que non et que Kaepernick a raison et que nous avons vraiment besoin d’un nouvel hymne national.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

5 Réponses to “L’hymne national des Etats Unis est aussi un hymne à l’esclavage”

  1. L’hymne national des Etats Unis est aussi un hymne à l’esclavage | salimsellami's Blog Says:

    […] Source : L’hymne national des Etats Unis est aussi un hymne à l’esclavage […]

    J'aime

  2. Esclavagisme et système électoral aux Etats Unis | Mounadil al Djazaïri Says:

    […] problématique à mettre en relation avec celle de l’hymne national des Etats […]

    J'aime

  3. Esclavagisme et système électoral aux Etats Unis | Réseau International Says:

    […] problématique à mettre en relation avec celle de l’hymne national des Etats […]

    J'aime

  4. Accueil - axedelaresistance.com » Esclavagisme et système électoral aux Etats-Unis Says:

    […] problématique à mettre en relation avec celle de l’hymne national des Etats […]

    J'aime

  5. Esclavagisme et système électoral aux Etats-Unis | Le Monde... Says:

    […] Clinton en nombre de voix populaires. Une problématique à mettre en relation avec celle de l’hymne national des Etats […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :