Archive for the ‘Vatican’ Category

Approfondissement de la théologie judéo-chrétienne: Oui, on peut être prêtre catholique et travailler secrètement pour le Mossad!

3 août 2009
Incroyable que cet article du journal espagnol El Mundo qui nous envoie à la figure un certain nombre de clichés antisémites (au sens d’hostilité envers les juifs).
On y apprend par exemple qu’on peut être juif de religion (certes ça va de soi) mais aussi de race. Une idée qui ressemble à s’y méprendre à celle défendue par le sionisme (ah oui, et aussi par le nazisme).

On y apprend aussi que juif, ça se voit sur la figure !
Complètement dingues ces journalistes Espagnols !
Et ce n’est pas fini, puisqu’on apprend aussi qu’on peut être prêtre catholique, agent des services secrets du Vatican mais quand même travailler encore plus pour le… Mossad. Oui, les services secrets sionistes parce que même si on est catholique de religion, après tout n’est-on pas juif de race ? (non, le mot sayanim ne figure pas dans l’article).

Et puis, par ailleurs, Jésus-Christ n’était-il pas juif et n’est-il pas resté juif jusqu’au bout ?
Et peut-on être véritablement catholique si on n’est pas juif ?
Oh que nenni ! Et comme juif, c’est aussi une race, la conclusion est que seuls des juifs peuvent être authentiquement catholiques.
s
Une véritable leçon de théologie judéo-chrétienne.
Toutes ces inventions antisémites et même le dernière plutôt philosémite, vous les découvrirez dans la traduction que je vous propose. Il faut juste savoir que cet article n’est qu’un extrait d’un compte rendu d’entretien bien plus long qui n’est pas accessible gratuitement.
Un livre autobiographique devrait prochainement paraître en espagnol (sera jamais publié en français à mon avis)

Les confessions du prêtre-espion du Vatican
Il a travaillé comme espion pour les grands services de renseignements
Les médecins ont diagnostiqué qu’il avait un cancer du poumon en phase terminale
Par José Manuel Vidal, El Mundo (Esp), 2 août 2008 traduit de l’espagnol par Djazaïri
«Je suis un espion et je ne le nie pas,» reconnait-il sans rougir à 90 ans. Et ce qui est certain, selon ses révélations à Cronica, c’est qu’il a appartenu aux services secrets du Vatican, a été membre du Mossad, que la CIA a voulu le recruter et qu’il fut arrêté par le KGB. Un portrait digne d’un 007, mais Antonio Hortelano est un religieux rédemptoriste, un spécialiste de la Morale sur les épaules duquel repose un extraordinaire parcours évangélique. Et une histoire de cinéma.
Parce que ce prêtre-espion a vécu de près, directement ou indirectement, tous les grands événements contemporains et a côtoyé les grands personnages qui sont passés ou passeront dans l’Histoire. De Golda Meir ou Moshe Dayan à Salvador Allende ou Monseigneur Romero. Et évidemment, les Papes des dernières décennies.

Cheveux blancs, nez aquilin («de juif,» dit-il avec fierté), courbé par le poids des ans, le père Hortelano garde un esprit tout à fait lucide, une grande capacité dialectique et pédagogique et des yeux bleus qui en ont vu de toutes les couleurs. Jusqu’à la radiographie de sa propre mort, diagnostiquée par hasard il y a quelques mois. « J’arrivais du Mexique, on m’a emmené à l’hôpital Carlos III et on m’a fait toutes sortes d’analyses pour voir si j’avais la grippe A. Quand il en a eu terminé, le médecin m’a dit : «J’ai deux nouvelles à vous donner. Une bonne et une mauvaise. La bonne est que vous n’avez pas la grippe A. La mauvaise est que vous avez un cancer du poumon en phase terminale.» Mais pour l’heure, il l’assume avec beaucoup de dignité. «Je me meurs. Il me reste quelques mois à vivre. Mais je n’ai pas voulu de chimiothérapie ou de radiothérapie. Seulement des soins palliatifs.»
– Vous n’avez pas peur de la mort ?
– Pas du tout.- Pourquoi ?
– Parce que j’ai la foi et que je crois en l’au-delà.
– Comment aimeriez-vous mourir ?
– Avec un sourire aux lèvres.
– Et votre épitaphe ?
– La phrase de Zubiri: «Je pense donc je suis et j’existe, pas suspendu dans le néant mais à Dieu.».

Il est 10h du matin ce mercredi 29 juillet. Le père Hortelano nous reçoit dans sa chambre du couvent rédemptoriste de la rue Félix Boix à Madrid. Une petite chambre d’une humilité monastique ; deux rayonnages de livres et une porte qui donne sur une petite salle d’eau. On sent le détachement et l’austérité. Il s’assoit sur sa chaise, couvre ses genoux avec un plaid et se prépare à nous livrer une partie du livre de souvenirs qu’il a presque terminé. Son titre sera Le grand-père.
– Un titre peu commercial
– Oui, mais comme je raconte des choses éprouvantes, j’ai préféré l’enrober d’un halo de tendresse. Quelque chose de cordial et familier.
– Votre testament.
– Ma vérité et un regard sur beaucoup de choses que j’ai vécues.
De manière générale, le père Hortelano dit avoir à se repentir de peu de choses « Mon expérience de la vie n’a pas toujours été suffisamment religieuse et, en certaines occasions j’ai été très égoïste et entêté.» En tout cas, il ne craint absolument pas le jugement de Dieu. «Je m’en remets à Dieu. Bientôt je me présenterai devant lui et je lui dirai : ‘C’est Antonio qui vient te rendre compte.‘» De plus, il y a eu une infinité de bonnes choses dans sa vie. « Parmi celles dont je me sens le plus fier, figurent celles dans lesquelles j’ai travaillé pour mes prochains.»
Une vie fascinante et pleine de peines et de tristesses, comme il le laisse entendre. Revenant loin en arrière, il rappelle qu’il est né au 80 du passage de Colon de Irun. « A 500 mètres de là où nous habitions se trouvait la France. » Dans une famille aisée. Des forces vives du peuple. « Mon grand-père maternel, Antonio, mort à 96 ans, a été le pharmacien le plus âgé d’Espagne. A l’âge de 7 ans, la famille d’Antonio déménagea à Madrid. « Mon père était leucémique et ma mère pensait qu’il serait plus facile de le soigner à Madrid. On lui donna un traitement aux rayons X qui fut une réussite pour l’époque puisqu’il survécu jusqu’au début de 1931.»
Et c’est à Madrid que l’enfant orphelin a vécu l’époque républicaine. « A l’institut où j’ai été le camarade de Fernando Fernan Gomez, nous, jeunes catholiques, arborions une croix sur le revers et les rouges, un diable avec une queue et des cornes.» Ensuite vint la guerre civile et chez lui, on célébrait des «eucharisties clandestines avec le père Ibarrola.»
Le père Hortelano vitupère contre
Rafael Alberti : « Il mettait les prisonniers dans des cabines téléphoniques aux parois électrifiées avec du courant haute tension.» Et contre Santiago Carrillo qui a fait fusiller son oncle. En revanche, il loue «le génie stratégique de Franco.»
Excellent étudiant, Antonio Hortelano professe chez les rédemptoristes à partir du 24 août 1939. Et avec ses extraordinaires talents humains et religieux, il devient vite une des étoiles de la congrégation. Grand, mince et de belle allure, avec ses lunettes métalliques, il fait intellectuel. Et il l’a été. Brillant, on dit qu’il parlait très bien, qu’il prêchait encore mieux et que c’était un enchantement quand il faisait cours. « J’ai toujours été très populaire parmi les élèves, parce que dans mes cours, je ne lisais jamais. Ils étaient toujours schématiques, brefs et créatifs.» Et, pour couronner le tout, il savait six langues. Parmi elles, l’allemand à la perfection.

Espion du Vatican
A la curie romaine, on s’intéressa à lui et il commença à faire partie des services secrets du Vatican. « Avec des missions spéciales et un statut précaire, » dit-il. Mais la vérité est que le cardinal Montini, alors secrétaire d’Etat du Vatican et futur Pape Paul VI, lui confia de nombreuses missions spéciales. Un jour, il l’appela au Vatican et lui dit :
«Nous soupçonnons que le cardinal Mindszenty de Budapest a été drogué et que c’est pour cette raison qu’il a parlé à la population à la radio en faveur du communisme. Nous voulons fixer des orientations aux responsables de l’Eglise. Nous savons que vous êtes courageux et audacieux, et je veux savoir si nous pouvons compter sur vous pour cette mission.»
J’ai accepté de tout mon cœur malgré les risques que j’encourais. Je me suis rendu en Hongrie communiste avec un passeport italien et j’ai rempli ma mission. Mais au moment où il allait prendre le train de retour pour Vienne, des espions du KGB l’ont repéré, arrêté et soumis à un interrogatoire pendant des heures, l’accusant d’espionnage. Mais après 45 heures et « après avoir actionné les leviers adéquats, ils m’ont relâché et j’ai pu rentrer.» Ces leviers sont le Vatican et Israël, les deux Etats pour lesquels il travaillait.
– J’ai même plus travaillé avec Israël qu’avec le Vatican.
– Pourquoi avec les Juifs ?
– Ca se voit sur ma figure : j’ai une ascendance juive.
– Etre un espion juif va bien avec le sacerdoce catholique ?
– Parfaitement. Jésus était juif de race et de religion. Et il n’est jamais sorti du judaïsme. On ne peut être chrétien sans être juif.
Via Rome et le Mossad, il a été un destinataire privilégié d’informations. Nombreuses et abondantes. Il raconte par exemple que l’amiral Canaris, chef de l’espionnage sous Hitler, « descendait de juifs séfarades expulsés d’Espagne en 1492 qui se réfugièrent à Salonique. Il s’infiltra dans les services secrets allemands et dicta à Franco la stratégie à suivre lors de la fameuse rencontre avec Hitler à Hendaye.

>Approfondissement de la théologie judéo-chrétienne: Oui, on peut être prêtre catholique et travailler secrètement pour le Mossad!

3 août 2009

>

Incroyable que cet article du journal espagnol El Mundo qui nous envoie à la figure un certain nombre de clichés antisémites (au sens d’hostilité envers les juifs).
On y apprend par exemple qu’on peut être juif de religion (certes ça va de soi) mais aussi de race. Une idée qui ressemble à s’y méprendre à celle défendue par le sionisme (ah oui, et aussi par le nazisme).

On y apprend aussi que juif, ça se voit sur la figure !
Complètement dingues ces journalistes Espagnols !
Et ce n’est pas fini, puisqu’on apprend aussi qu’on peut être prêtre catholique, agent des services secrets du Vatican mais quand même travailler encore plus pour le… Mossad. Oui, les services secrets sionistes parce que même si on est catholique de religion, après tout n’est-on pas juif de race ? (non, le mot sayanim ne figure pas dans l’article).

Et puis, par ailleurs, Jésus-Christ n’était-il pas juif et n’est-il pas resté juif jusqu’au bout ?
Et peut-on être véritablement catholique si on n’est pas juif ?
Oh que nenni ! Et comme juif, c’est aussi une race, la conclusion est que seuls des juifs peuvent être authentiquement catholiques.
s
Une véritable leçon de théologie judéo-chrétienne.
Toutes ces inventions antisémites et même le dernière plutôt philosémite, vous les découvrirez dans la traduction que je vous propose. Il faut juste savoir que cet article n’est qu’un extrait d’un compte rendu d’entretien bien plus long qui n’est pas accessible gratuitement.
Un livre autobiographique devrait prochainement paraître en espagnol (sera jamais publié en français à mon avis)

Les confessions du prêtre-espion du Vatican
Il a travaillé comme espion pour les grands services de renseignements
Les médecins ont diagnostiqué qu’il avait un cancer du poumon en phase terminale
Par José Manuel Vidal, El Mundo (Esp), 2 août 2008 traduit de l’espagnol par Djazaïri
«Je suis un espion et je ne le nie pas,» reconnait-il sans rougir à 90 ans. Et ce qui est certain, selon ses révélations à Cronica, c’est qu’il a appartenu aux services secrets du Vatican, a été membre du Mossad, que la CIA a voulu le recruter et qu’il fut arrêté par le KGB. Un portrait digne d’un 007, mais Antonio Hortelano est un religieux rédemptoriste, un spécialiste de la Morale sur les épaules duquel repose un extraordinaire parcours évangélique. Et une histoire de cinéma.
Parce que ce prêtre-espion a vécu de près, directement ou indirectement, tous les grands événements contemporains et a côtoyé les grands personnages qui sont passés ou passeront dans l’Histoire. De Golda Meir ou Moshe Dayan à Salvador Allende ou Monseigneur Romero. Et évidemment, les Papes des dernières décennies.

Cheveux blancs, nez aquilin («de juif,» dit-il avec fierté), courbé par le poids des ans, le père Hortelano garde un esprit tout à fait lucide, une grande capacité dialectique et pédagogique et des yeux bleus qui en ont vu de toutes les couleurs. Jusqu’à la radiographie de sa propre mort, diagnostiquée par hasard il y a quelques mois. « J’arrivais du Mexique, on m’a emmené à l’hôpital Carlos III et on m’a fait toutes sortes d’analyses pour voir si j’avais la grippe A. Quand il en a eu terminé, le médecin m’a dit : «J’ai deux nouvelles à vous donner. Une bonne et une mauvaise. La bonne est que vous n’avez pas la grippe A. La mauvaise est que vous avez un cancer du poumon en phase terminale.» Mais pour l’heure, il l’assume avec beaucoup de dignité. «Je me meurs. Il me reste quelques mois à vivre. Mais je n’ai pas voulu de chimiothérapie ou de radiothérapie. Seulement des soins palliatifs.»
– Vous n’avez pas peur de la mort ?
– Pas du tout.- Pourquoi ?
– Parce que j’ai la foi et que je crois en l’au-delà.
– Comment aimeriez-vous mourir ?
– Avec un sourire aux lèvres.
– Et votre épitaphe ?
– La phrase de Zubiri: «Je pense donc je suis et j’existe, pas suspendu dans le néant mais à Dieu.».

Il est 10h du matin ce mercredi 29 juillet. Le père Hortelano nous reçoit dans sa chambre du couvent rédemptoriste de la rue Félix Boix à Madrid. Une petite chambre d’une humilité monastique ; deux rayonnages de livres et une porte qui donne sur une petite salle d’eau. On sent le détachement et l’austérité. Il s’assoit sur sa chaise, couvre ses genoux avec un plaid et se prépare à nous livrer une partie du livre de souvenirs qu’il a presque terminé. Son titre sera Le grand-père.
– Un titre peu commercial
– Oui, mais comme je raconte des choses éprouvantes, j’ai préféré l’enrober d’un halo de tendresse. Quelque chose de cordial et familier.
– Votre testament.
– Ma vérité et un regard sur beaucoup de choses que j’ai vécues.
De manière générale, le père Hortelano dit avoir à se repentir de peu de choses « Mon expérience de la vie n’a pas toujours été suffisamment religieuse et, en certaines occasions j’ai été très égoïste et entêté.» En tout cas, il ne craint absolument pas le jugement de Dieu. «Je m’en remets à Dieu. Bientôt je me présenterai devant lui et je lui dirai : ‘C’est Antonio qui vient te rendre compte.‘» De plus, il y a eu une infinité de bonnes choses dans sa vie. « Parmi celles dont je me sens le plus fier, figurent celles dans lesquelles j’ai travaillé pour mes prochains.»
Une vie fascinante et pleine de peines et de tristesses, comme il le laisse entendre. Revenant loin en arrière, il rappelle qu’il est né au 80 du passage de Colon de Irun. « A 500 mètres de là où nous habitions se trouvait la France. » Dans une famille aisée. Des forces vives du peuple. « Mon grand-père maternel, Antonio, mort à 96 ans, a été le pharmacien le plus âgé d’Espagne. A l’âge de 7 ans, la famille d’Antonio déménagea à Madrid. « Mon père était leucémique et ma mère pensait qu’il serait plus facile de le soigner à Madrid. On lui donna un traitement aux rayons X qui fut une réussite pour l’époque puisqu’il survécu jusqu’au début de 1931.»
Et c’est à Madrid que l’enfant orphelin a vécu l’époque républicaine. « A l’institut où j’ai été le camarade de Fernando Fernan Gomez, nous, jeunes catholiques, arborions une croix sur le revers et les rouges, un diable avec une queue et des cornes.» Ensuite vint la guerre civile et chez lui, on célébrait des «eucharisties clandestines avec le père Ibarrola.»
Le père Hortelano vitupère contre
Rafael Alberti : « Il mettait les prisonniers dans des cabines téléphoniques aux parois électrifiées avec du courant haute tension.» Et contre Santiago Carrillo qui a fait fusiller son oncle. En revanche, il loue «le génie stratégique de Franco.»
Excellent étudiant, Antonio Hortelano professe chez les rédemptoristes à partir du 24 août 1939. Et avec ses extraordinaires talents humains et religieux, il devient vite une des étoiles de la congrégation. Grand, mince et de belle allure, avec ses lunettes métalliques, il fait intellectuel. Et il l’a été. Brillant, on dit qu’il parlait très bien, qu’il prêchait encore mieux et que c’était un enchantement quand il faisait cours. « J’ai toujours été très populaire parmi les élèves, parce que dans mes cours, je ne lisais jamais. Ils étaient toujours schématiques, brefs et créatifs.» Et, pour couronner le tout, il savait six langues. Parmi elles, l’allemand à la perfection.

Espion du Vatican
A la curie romaine, on s’intéressa à lui et il commença à faire partie des services secrets du Vatican. « Avec des missions spéciales et un statut précaire, » dit-il. Mais la vérité est que le cardinal Montini, alors secrétaire d’Etat du Vatican et futur Pape Paul VI, lui confia de nombreuses missions spéciales. Un jour, il l’appela au Vatican et lui dit :
«Nous soupçonnons que le cardinal Mindszenty de Budapest a été drogué et que c’est pour cette raison qu’il a parlé à la population à la radio en faveur du communisme. Nous voulons fixer des orientations aux responsables de l’Eglise. Nous savons que vous êtes courageux et audacieux, et je veux savoir si nous pouvons compter sur vous pour cette mission.»
J’ai accepté de tout mon cœur malgré les risques que j’encourais. Je me suis rendu en Hongrie communiste avec un passeport italien et j’ai rempli ma mission. Mais au moment où il allait prendre le train de retour pour Vienne, des espions du KGB l’ont repéré, arrêté et soumis à un interrogatoire pendant des heures, l’accusant d’espionnage. Mais après 45 heures et « après avoir actionné les leviers adéquats, ils m’ont relâché et j’ai pu rentrer.» Ces leviers sont le Vatican et Israël, les deux Etats pour lesquels il travaillait.
– J’ai même plus travaillé avec Israël qu’avec le Vatican.
– Pourquoi avec les Juifs ?
– Ca se voit sur ma figure : j’ai une ascendance juive.
– Etre un espion juif va bien avec le sacerdoce catholique ?
– Parfaitement. Jésus était juif de race et de religion. Et il n’est jamais sorti du judaïsme. On ne peut être chrétien sans être juif.
Via Rome et le Mossad, il a été un destinataire privilégié d’informations. Nombreuses et abondantes. Il raconte par exemple que l’amiral Canaris, chef de l’espionnage sous Hitler, « descendait de juifs séfarades expulsés d’Espagne en 1492 qui se réfugièrent à Salonique. Il s’infiltra dans les services secrets allemands et dicta à Franco la stratégie à suivre lors de la fameuse rencontre avec Hitler à Hendaye.

Deuxième petite leçon de théologie judéo-chrétienne

7 février 2008
Dans mon précédent post, je vous avais parlé de la réintroduction par le Vatican d’une prière en latin dont le contenu avait provoqué de vives réactions de la part d’organisations juives, notamment aux Etats-Unis.
Comme je vous l’avais indiqué, le contenu a de cette prière pour la conversion des juifs a été revu par le Saint-Siège afin d’en éliminer le contenu jugé blessant à l’égard des Juifs tel que la référence à leur « aveuglement ».
Cette prière garde toutefois pour objet justement la conversion des Juifs [au christianisme], référence toutefois symbolique car comme l’explique le Cardinal Walter Kasper, chargé par le pape du dialogue avec le judaïsme :

« Si la prière parle de la conversion des juifs, cela ne veut pas dire que nous avons l’intention de nous faire missionnaires « 

Et que, selon Benoît XVI :

« oui, Jésus Christ est le sauveur pour tous les hommes, et donc aussi pour les juifs ».

Je dirais que si les Chrétiens ne pensaient pas ça de Jésus, il faudrait cesser de les appeler Chrétiens pur leur donner un autre nom [pas Musulmans parce qu’ils ne reconnaissent pas le caractère divin du message du prophète de l’Islam, peut-être Juifs si on enlève chrétien à judéo-chrétien à condition bien entendu que le rabbinat accepte, ce qui n’est pas gagné].
Les prélats n’iront pas jusqu’à solliciter cette intégration dans le « peuple » Juif car, poursuit le cardinal Kasper :

« juifs et catholiques ont « beaucoup en commun », mais qu’ils ont aussi « une différence qu’il ne faut pas cacher: Jésus le Christ, le messie, le fils de Dieu « 

Ca, on commençait pourtant à l’oublier !
Conclusion du cardinal :

 » Nous devons respecter l’identité des juifs, eux doivent respecter la nôtre »

Autrement dit, une fin de non recevoir aux exigences des organisations juives, religieuses ou autres, dont la protestation a à peine été atténuée par les modifications apportées à la fameuse prière. De fait, les rabbins ont demandé une « pause » du dialogue avec l’église catholique.
On remarquera cependant que la dépêche AFP publiée par le journal catholique La Croix dont sont issues les citations ci-dessus, omet des propos très fermes du cardinal Kasper à l’égard des représentants du culte israélite. Le cardinal a en effet déclaré :

« Je dois dire que je ne comprends pas pourquoi les juifs ne peuvent accepter que nous jouissions de notre liberté dans la formulation de nos prières », a ajouté celui qui est aussi président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. « Des choses très mauvaises ont été faites, lorsqu’on voulait contraindre les juifs à la conversion », a-t-il reconnu. « Nous comprenons le mauvais souvenir de faits pour lesquels nous avons demandé pardon. Mais nous avons plus de difficulté à comprendre comment on ne peut accepter le témoignage de notre foi quand celle-ci est exprimée dans le plein respect de la foi d’autrui »

Et je n’ai pas trouvé ça en français mais seulement en anglais dans le Yediot, quotidien de l’entité sioniste :

« Dans leurs textes liturgiques, les Juifs ont des prières que nous, Catholiques, n’aimons pas. »

Dit de manière plus familière, le cardinal Kasper suggère aux Juifs de balayer devant leur porte.

>Deuxième petite leçon de théologie judéo-chrétienne

7 février 2008

>

Dans mon précédent post, je vous avais parlé de la réintroduction par le Vatican d’une prière en latin dont le contenu avait provoqué de vives réactions de la part d’organisations juives, notamment aux Etats-Unis.
Comme je vous l’avais indiqué, le contenu a de cette prière pour la conversion des juifs a été revu par le Saint-Siège afin d’en éliminer le contenu jugé blessant à l’égard des Juifs tel que la référence à leur « aveuglement ».
Cette prière garde toutefois pour objet justement la conversion des Juifs [au christianisme], référence toutefois symbolique car comme l’explique le Cardinal Walter Kasper, chargé par le pape du dialogue avec le judaïsme :

« Si la prière parle de la conversion des juifs, cela ne veut pas dire que nous avons l’intention de nous faire missionnaires « 

Et que, selon Benoît XVI :

« oui, Jésus Christ est le sauveur pour tous les hommes, et donc aussi pour les juifs ».

Je dirais que si les Chrétiens ne pensaient pas ça de Jésus, il faudrait cesser de les appeler Chrétiens pur leur donner un autre nom [pas Musulmans parce qu’ils ne reconnaissent pas le caractère divin du message du prophète de l’Islam, peut-être Juifs si on enlève chrétien à judéo-chrétien à condition bien entendu que le rabbinat accepte, ce qui n’est pas gagné].
Les prélats n’iront pas jusqu’à solliciter cette intégration dans le « peuple » Juif car, poursuit le cardinal Kasper :

« juifs et catholiques ont « beaucoup en commun », mais qu’ils ont aussi « une différence qu’il ne faut pas cacher: Jésus le Christ, le messie, le fils de Dieu « 

Ca, on commençait pourtant à l’oublier !
Conclusion du cardinal :

 » Nous devons respecter l’identité des juifs, eux doivent respecter la nôtre »

Autrement dit, une fin de non recevoir aux exigences des organisations juives, religieuses ou autres, dont la protestation a à peine été atténuée par les modifications apportées à la fameuse prière. De fait, les rabbins ont demandé une « pause » du dialogue avec l’église catholique.
On remarquera cependant que la dépêche AFP publiée par le journal catholique La Croix dont sont issues les citations ci-dessus, omet des propos très fermes du cardinal Kasper à l’égard des représentants du culte israélite. Le cardinal a en effet déclaré :

« Je dois dire que je ne comprends pas pourquoi les juifs ne peuvent accepter que nous jouissions de notre liberté dans la formulation de nos prières », a ajouté celui qui est aussi président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. « Des choses très mauvaises ont été faites, lorsqu’on voulait contraindre les juifs à la conversion », a-t-il reconnu. « Nous comprenons le mauvais souvenir de faits pour lesquels nous avons demandé pardon. Mais nous avons plus de difficulté à comprendre comment on ne peut accepter le témoignage de notre foi quand celle-ci est exprimée dans le plein respect de la foi d’autrui »

Et je n’ai pas trouvé ça en français mais seulement en anglais dans le Yediot, quotidien de l’entité sioniste :

« Dans leurs textes liturgiques, les Juifs ont des prières que nous, Catholiques, n’aimons pas. »

Dit de manière plus familière, le cardinal Kasper suggère aux Juifs de balayer devant leur porte.

Petite leçon de théologie judéo-chrétienne

4 février 2008
Ca m’arrive rarement, mais je vais vous entretenir de religion, et plus précisément de la religion catholique.
Je vous vois venir avec votre question : de quoi se mêle ce Djazaïri ? Ou encore Djazaïri est-il donc Catholique ?
Je l’avoue, je ne suis pas catholique mais si je tiens à vous parler de cette religion, c’est que d’autres gens s’en mêlent sans se gêner et qu’ils ne sont pas plus catholiques que moi.

De quoi s’agit-il ?
Le Pape Benoît XVI a marqué assez récemment l’actualité avec ses propos sur l’Islam et la violence qui lui serait associée. Propos qui lui avaient valu des réactions de mécontentement chez les Musulmans mais, dirais-je, ne faut-il pas retenir surtout de ses paroles qu’elles reflètent une opinion et ne figurent d’une manière ou d’une autre ni dans le dogme ni dans la liturgie catholiques. Et pour cause, l’Islam est postérieur au catholicisme.
Ce n’est donc pas de ça que je voulais vous parler mais de quelque chose qui a rencontré beaucoup plus d’écho chez les fidèles de l’Eglise. En effet, en juillet 2007, Benoît XVI a publié une lettre apostolique en forme dite de motu proprio, autorisant selon des modalités diverses le recours à la liturgie romaine (en latin) antérieure à 1970.
D’accord, vous commencez à vous y perdre et moi aussi. Disons juste que cette lettre était un des éléments visant à renouer avec certaines traditions catholiques et à réintégrer certaines communautés qui avaient désapprouvé l’évolution de la liturgie.
Le problème est que, dans ce rite antérieur à 1970, il est question des Juifs notamment dans une prière du vendredi saint pour la conversion des Juifs et dans laquelle il est fait référence à « l’aveuglement » des Juifs et où on demande à Dieu de « lever le voile de leurs cœurs. »
La réaction n’a pas tardé et comme l’écrivait le site Eucharistie Miséricorde, lors du séjour du Pape aux USA en janvier 2008, le Vatican s’est retrouvé « face à un « ticking clock » (compte à rebours) à propos de la prière pour la conversion des Juifs. »
L’affaire a en effet été prise en main par l’ADL (Anti Defamation League), soit l’équivalent de la LICRA aux USA. L’ADL considère en effet cette prière comme une des « 10 questions affectant le plus les Juifs en 2007 ».
Et le site Eucharistie Miséricorde de s’insurger de voir « Benoît XVI sur la même liste de délinquants antisémites que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, par exemple.»
Comme si, en passant, cette prière avait été rédigée par M. Ahmadinejad, ce site catholique n’est pas même fichu d’assumer le contenu d’une prière du rite catholique tel que fixé par la plus haute autorité de son église.
Bref les hiérarques catholiques ont commencé à se contorsionner (cf. Eucharistie Miséricorde) pour trouver une échappatoire devant la pression des organisations juives, le problème étant que céder sur ce point pourrait amener d’autres groupes de pression à mettre en avant leurs revendications.
N’empêche, le Vatican a cédé et on peut lire aussi bien sur le site catholique sus mentionné que sur le site du patronat juif français (pardon : de France) que : Benoît XVI apporte une correction à la prière « pour les Juifs. »
La décision papale définitive a été prise et c’est sur le Jerusalem Post (journal du Sionistan) qui reprend en partie Il Giornale (Italie) que je l’apprends en quelque sorte en avant première.
Le nouveau texte bannira en effet désormais toute référence à « l’aveuglement des juifs » et aux « ténèbres » dans lesquels ils se trouvent (la prière originale comporte même le mot « perfidie.»)
C’est que Abraham Foxman, le président de l’ADL n’y était pas allé avec le dos de la cuiller, qualifiant en juillet 2007 cette prière de « profondément blessante » et ses termes « d’insultants. »
Ce qu’on peut bien comprendre.
Là où on comprend moins (moi en tout cas), c’est quand M. Foxman se permet de dire que « C’est un échec théologique dans la vie religieuse des catholiques… »
Là j’ai l’impression qu’il se mêle de ce qui ne le regarde pas. Où alors prend-il au pied de la lettre l’expression « judéo-christianisme » ?
Pour l’instant, je me bornerai à constater que ce n’est plus à Rome que se définit l’identité du catholicisme mais apparemment dans des bureaux situés aux Etats-Unis.
Et en m’intéressant ici ou à des éléments sur le récent débat MeddebRamadan, je me disais que le sort que subit l’église catholique, on veut aussi le faire subir au culte musulman, soit faire redéfinir la doxa de ce culte de l’extérieur quitte à passer par des prête noms tels que Meddeb justement ou d’autres. Impossible de ne pas remarquer à quel point Meddeb dans sa pédanterie en quelque sorte naturelle fait penser à Alain Finkielkraut : même manie de citer des auteurs que si tu les a pas lus t’es bête (les comprendre c’est autre chose) et même façon de répondre à ses propres questions dans des monologues interminables (admettons toutefois que l’émission de Meddeb sur France Culture est plus intéressante de par la grande qualité de ses invités en général).
Cette reformulation de l’Islam par des raisons qui lui sont extérieures n’est pas complètement impossible mais la tâche sera sans doute plus ardue que pour le catholicisme et ce pour une raison assez simple, c’est que le culte musulman n’est ni aussi hiérarchisé, ni aussi centralisé que le culte catholique.
Si vous avez la fibre un tantinet théologique, n’hésitez pas à visiter tous les liens que je vous propose, personnellement je n’y comprends pratiquement goutte.

>Petite leçon de théologie judéo-chrétienne

4 février 2008

>

Ca m’arrive rarement, mais je vais vous entretenir de religion, et plus précisément de la religion catholique.
Je vous vois venir avec votre question : de quoi se mêle ce Djazaïri ? Ou encore Djazaïri est-il donc Catholique ?
Je l’avoue, je ne suis pas catholique mais si je tiens à vous parler de cette religion, c’est que d’autres gens s’en mêlent sans se gêner et qu’ils ne sont pas plus catholiques que moi.

De quoi s’agit-il ?
Le Pape Benoît XVI a marqué assez récemment l’actualité avec ses propos sur l’Islam et la violence qui lui serait associée. Propos qui lui avaient valu des réactions de mécontentement chez les Musulmans mais, dirais-je, ne faut-il pas retenir surtout de ses paroles qu’elles reflètent une opinion et ne figurent d’une manière ou d’une autre ni dans le dogme ni dans la liturgie catholiques. Et pour cause, l’Islam est postérieur au catholicisme.
Ce n’est donc pas de ça que je voulais vous parler mais de quelque chose qui a rencontré beaucoup plus d’écho chez les fidèles de l’Eglise. En effet, en juillet 2007, Benoît XVI a publié une lettre apostolique en forme dite de motu proprio, autorisant selon des modalités diverses le recours à la liturgie romaine (en latin) antérieure à 1970.
D’accord, vous commencez à vous y perdre et moi aussi. Disons juste que cette lettre était un des éléments visant à renouer avec certaines traditions catholiques et à réintégrer certaines communautés qui avaient désapprouvé l’évolution de la liturgie.
Le problème est que, dans ce rite antérieur à 1970, il est question des Juifs notamment dans une prière du vendredi saint pour la conversion des Juifs et dans laquelle il est fait référence à « l’aveuglement » des Juifs et où on demande à Dieu de « lever le voile de leurs cœurs. »
La réaction n’a pas tardé et comme l’écrivait le site Eucharistie Miséricorde, lors du séjour du Pape aux USA en janvier 2008, le Vatican s’est retrouvé « face à un « ticking clock » (compte à rebours) à propos de la prière pour la conversion des Juifs. »
L’affaire a en effet été prise en main par l’ADL (Anti Defamation League), soit l’équivalent de la LICRA aux USA. L’ADL considère en effet cette prière comme une des « 10 questions affectant le plus les Juifs en 2007 ».
Et le site Eucharistie Miséricorde de s’insurger de voir « Benoît XVI sur la même liste de délinquants antisémites que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, par exemple.»
Comme si, en passant, cette prière avait été rédigée par M. Ahmadinejad, ce site catholique n’est pas même fichu d’assumer le contenu d’une prière du rite catholique tel que fixé par la plus haute autorité de son église.
Bref les hiérarques catholiques ont commencé à se contorsionner (cf. Eucharistie Miséricorde) pour trouver une échappatoire devant la pression des organisations juives, le problème étant que céder sur ce point pourrait amener d’autres groupes de pression à mettre en avant leurs revendications.
N’empêche, le Vatican a cédé et on peut lire aussi bien sur le site catholique sus mentionné que sur le site du patronat juif français (pardon : de France) que : Benoît XVI apporte une correction à la prière « pour les Juifs. »
La décision papale définitive a été prise et c’est sur le Jerusalem Post (journal du Sionistan) qui reprend en partie Il Giornale (Italie) que je l’apprends en quelque sorte en avant première.
Le nouveau texte bannira en effet désormais toute référence à « l’aveuglement des juifs » et aux « ténèbres » dans lesquels ils se trouvent (la prière originale comporte même le mot « perfidie.»)
C’est que Abraham Foxman, le président de l’ADL n’y était pas allé avec le dos de la cuiller, qualifiant en juillet 2007 cette prière de « profondément blessante » et ses termes « d’insultants. »
Ce qu’on peut bien comprendre.
Là où on comprend moins (moi en tout cas), c’est quand M. Foxman se permet de dire que « C’est un échec théologique dans la vie religieuse des catholiques… »
Là j’ai l’impression qu’il se mêle de ce qui ne le regarde pas. Où alors prend-il au pied de la lettre l’expression « judéo-christianisme » ?
Pour l’instant, je me bornerai à constater que ce n’est plus à Rome que se définit l’identité du catholicisme mais apparemment dans des bureaux situés aux Etats-Unis.
Et en m’intéressant ici ou à des éléments sur le récent débat MeddebRamadan, je me disais que le sort que subit l’église catholique, on veut aussi le faire subir au culte musulman, soit faire redéfinir la doxa de ce culte de l’extérieur quitte à passer par des prête noms tels que Meddeb justement ou d’autres. Impossible de ne pas remarquer à quel point Meddeb dans sa pédanterie en quelque sorte naturelle fait penser à Alain Finkielkraut : même manie de citer des auteurs que si tu les a pas lus t’es bête (les comprendre c’est autre chose) et même façon de répondre à ses propres questions dans des monologues interminables (admettons toutefois que l’émission de Meddeb sur France Culture est plus intéressante de par la grande qualité de ses invités en général).
Cette reformulation de l’Islam par des raisons qui lui sont extérieures n’est pas complètement impossible mais la tâche sera sans doute plus ardue que pour le catholicisme et ce pour une raison assez simple, c’est que le culte musulman n’est ni aussi hiérarchisé, ni aussi centralisé que le culte catholique.
Si vous avez la fibre un tantinet théologique, n’hésitez pas à visiter tous les liens que je vous propose, personnellement je n’y comprends pratiquement goutte.

%d blogueurs aiment cette page :