Posts Tagged ‘sionisme chrétien’

Quand un Juif organise des prières chrétiennes pour le président Trump!

11 août 2017

Le président Donald Trump a été porté au pouvoir notamment par des forces ultra-conservatrices dont les deux composantes principales sont l’Alt-Right (ou droite alternative] et les Chrétiens évangéliques.

Ces Chrétiens évangéliques utilisent des techniques bien rôdées, aussi bien au niveau du discours et de l’animation scénique, si j’ose dire, que des outils médias. Toute cette instrumentation ne porte que si elle est mobilisée autour d’une personnalité charismatique et exemplaire.

Le parcours des prophètes en réalité, et c’est bien ainsi que se désignent un certain nombre de pasteurs évangéliques.

L’article que je vous propose en évoque deux, même s’il est plus particulièrement consacré à l’un d’entre eux.

On, constate, comme on a pu le constater par ailleurs, que des Juifs, qui se considèrent comme tels, sont en capacité d’assumer un rôle dirigeant dans des communautés chrétiennes. On lit par exemple dans l’article que le dirigeant évangélique Frank Amedia a été juif autrefois. Pourtant quand on lui demande de se présenter, il dit au présent être « un Juif italien ».

On laissera de côté son parcours spirituel qui me laisse franchement dubitatif quand on voit les engagements du bonhomme qui sont en réalité axés sur les intérêts de l’Etat juif.

Le fait d’être juif n’étant pas une question de foi mais de lien de sang, d’ADN ainsi que le déclare l’autre évangélique cité dans l’article, le deuxième évangélique, Lance Wallnau. Ce dernier relatant même le propos de son père lui disant qu’il entretiendrait un « rapport instinctif » avec le peuple juif.

Voilà qui nous rappelle la vision développée par un certain Adolf Hitler!

Et il va de soi que pour ces gens, « l’Islam doit être brisé pour que le Christ puisse revenir« .

Ces Juifs passés prétendument au christianisme sont en effet les principaux promoteurs de l’islamophobie avec d’autres qui pour leur part n’utilisent pas le vecteur de l’action religieuse à proprement parler.

Le « Guerrier de la Prière » pour Trump claironne ses racines juives

Par Sam Kestenbaum August, The Jewish Forward (USA) 10 août 2017 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un télévangéliste qui dit que ses prières ont arrêté un tsunami et qui croit que Donald Trump a été choisi par Dieu anime une campagne de prières de masse en soutien au Président – dans le cadre d’une action de protection étalée sur un mois baptisée POTUS [President Of The USA] Shield.

Frank Amedia, auparavant « chargé de liaison pour la politique chrétienne » pendant la campagne électorale de Trump et « Guerrier de la Prière » autoproclamé a lancé un projet avec d’autres « prophètes » ou « apôtres » pour créer un « bouclier de prière » protecteur autour de la présidence Trump. Il a organisé à cette fin des groupes de prière et des rassemblements au cours de ces six derniers mois.

Frank Amedia

Frank Amedia

« Ces moments forts sont toujours une occasion excitante et puissante d’écouter en coulisses le cœur qui bat derrière le POTUS Shield, » lit-on sur le site web d’Amedia,  » et ils mettent en place l’atmosphère dans la région ! »

Les leaders du POTUS Shield voient la politique comme une guerre spirituelle. Le groupe, a apporté dans un article récent Right Wing Watch [l’observatoire de l’extrême droite], s’inscrit dans ce que les spécialistes de religion qualifient de « forme de christianisme qui se développe le plus vite aux Etats Unis et peut-être dans le monde » – une tendance su protestantisme évangélique qui met l’accent sur l’expérience surnaturelle directe à travers les « dons de l’esprit. »

Image promotionnelle pour le "bouclier de prière" de Frank Amedia pour le président.

Un autre fait dont Amedia parle avec fierté ?

Il était juif autrefois.

« Je suis un Juif italien, mes parents avaient un héritage juif et un héritage italien , »a déclaré Amedia au cours d’un entretien pour une émission de télévision chrétienne l’an dernier.

Son groupe, constitué de 20 membres du conseil ne se targue pas d’accueillir des personnes très ou appartenant à de grandes familles, mais leur leader aime à parler de ses liens avec le Président. Amedia soutient avoir dit au Président qu’il avait été porté au pouvoir par Dieu dans le cadre d’un plan sacré pour bâtir une nation chrétienne forte – qui à son tour fera revenir Jésus Christ pour qu’il règne sur le monde.

« Leur théologie dit que le Christ reviendra seulement avec une église triomphante et dominatrice, » explique Peter Montgomery, auteur du rapport de Right Wing Watch. « Ils consid_rent leur activisme politique comme nécessaire pour provoquer le retour du Christ. »

POTUS Shield a programmé une série de rassemblements dans tout le pays entre maintenant et les élections de mi-mandat de 2018 où ils prévoient de rassembler des soutiens et répandre leur message. Les objectifs concrets avoués du groupe comprennent la suppression du droit à l’avortement, l’interdiction des mariages homosexuels et la révocation des juges fédéraux dont les décisions ne leur conviennent pas. Amedia et sa femme dirigent aussi Touch Heaven Ministries.

Comme beaucoup d’autres évangéliques a une grande vénération pour Israël, un autre pays qu’ils considèrent comme sacré – le shofar [instrument à vent fabrique à partir d’une corne de bélier] avait même résonné et le drapeau israélien flottait pendant la réunion inaugurale de ce groupe de prière

Dans l’entretien sur sa vie passée, Amedia a dit avoir appartenu à une su*ynagogue conservatrice mais en était venu à se sentir frustré dans sa foi. « Ce qui m’intéressait, c’était la manière de revenir à une relation où on voit Dieu, » avait-il dit. Media s’était installé dans une ferme, avait construit un autel et avait commencé à « pratiquer des sacrifices pour faire se manifester la présence de Dieu. »

Il avait observé les rites d’un prêtre juif, disait-il, se conformant aux prescriptions alimentaires et lavant soigneusement ses robes.

Mais cela aussi l’avait laissé insatisfait. Un jour d’hiver, se sentant abattu, il avait erré dans la neige. Il pleurait, disait-il, et demandait à Dieu « d’envoyer un ours pour qu’il me tue et me dévore. »

C’est à ce moment qu’il « a entendu la voix de Dieu pour la toute première fois » – une expérience transformatrice qui le conduisit vers Jésus. « J’eus la révélation que Jésus était Dieu » disait-il.

Il reçut par la suite une formation par Guillermo Maldonado, un pasteur de Miami membre de la New Apostolic Reformation, un groupe de personnes « qui s’autoproclament prophètes et apôtres des temps modernes, » selon le Christian Times.

« Il a été crédité de plusieurs prophéties incroyables, » lit-on sur son site internet et « il jouit des dons de guérir, de faire des miracles, de délivrer [du tourment?], des paroles de la connaissance, d’enseigner et il est aussi un pianiste chevronné et un auteur de psaumes. »

Amedia, qui guide des circuits religieux en Terre Sainte, évoque souvent ses origines juives – un élément qui plait à ses adeptes.

Le leader évangélique n’est pas le seul à évoquer des origines juives. D’autres personnalités, dont d’autres prophètes autoproclamés qui soutiennent Trump font la même chose.

Par exemple, l’évangéliste Lance Wallnau – qui, incidemment, dit aussi avoir prophétisé l’ascension de Trump – affirme aussi avoir des racines juives.

Résultat de recherche d'images pour "Lance Wallnau"

Pour Amedia, Wallnau et d’autres, la judéité est évoquée en tant que lien de sang ou de lien génétique avec un peuple ancien.

Wallnau raconte une histoire dramatique sur la manière dont son propre père lui avait révélé son identité juive. « Pour le restant de ta vie, tu auras un rapport instinctif avec le peuple juif. C’est dans ton ADN, » disait son père. « C’est dans tes os. C’est dans ton identité. Tu le sauras parce que tu le ressentiras. »

 

Qui dirige le sionisme chrétien?

28 octobre 2012

Maidhc Ó Cathail est un journaliste Irlandais ouvertement engagé en faveur de la Palestine. Tout en contribuant à un certain nombre d’organes de presse, il anime un blog baptisé The Passionate Attachment.

Son engagement affiché ne lui fait cependant pas perdre de vue les règles du journalisme et il s’efforce d’avancer des informations étayées et vérifiables.

Il nous en donne ici un exemple en mettant en évidence cette situation en principe incongrue dans laquelle on constate qu’un des dirigeants du mouvement sioniste chrétien aux Etats Unis est certes sioniste mais pas du tout chrétien.

A chacun d’en tirer les conclusions qu’il voudra.

Le cousin d’Ehud Barak est à la tête des sionistes Chrétiens aux Etats Unis

par Maidhc Ó Cathail, The Passionate Attachment 22 octobre 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Afin de détourner l’attention de son influence sur la politique des Etats Unis au Moyen Orient, le lobby pro-israélien souligne parfois le soutien passionné apporté par de nombreux Chrétiens évangéliques – qualifiés habituellement de sionistes chrétiens – à l’Etat juif. La plus importante des organisations sionistes chrétiennes, avec plus d’un million d’adhérents – est Christians United for Israel (CUFI); ce qui en fait dans le même temps la plus grande organisation pro-israélienne établie aux Etats Unis. La plupart des gens qui s’intéressent à cette organisation extrémiste pro-israélienne l’associent à John Hagee, le théâtral pasteur sioniste chrétien de San Antonio qui préside CUFI. On en sait beaucoup moins par contre sur le directeur exécutif de CUFI.

Fait révélateur, la personne qui dirige la plus importante organisation sioniste chrétienne n’est même pas un Chrétien. Dans un questions – réponses avec des lecteurs du journal israélien Haaretz il y a quelques années, il avait été demandé à David Brog si sa conception religieuse voulait qu’Israël contrôle l’ensemble de la Terre Sainte. «Simplement pour clarifier les choses,» avait répondu Brog, «la théologie évangélique sur laquelle j’écris n’est pas ma théologie. Je suis juif.»

David Brog (à gauche sur la photo)

Si le directeur exécutif de Christians United for Israel n’est peut-être pas Chrétien, il n’y a aucun doute sur son pedigree sioniste. Quand un autre lecteur lui avait demandé s’il était apparenté à l’actuel ministre de la défense Israélien, Brog l’avait complimenté pour sa perspicacité. Et le directeur de CUFI d’expliquer :

L’ancien premier ministre Ehud Barak est mon cousin. Il a changé son patronyme de «Brog» en «Barak» au moment de son entrée dans l’armée. Compte tenu de son illustre carrière dans l’armée et le gouvernement israéliens, c’est un lien dont je suis très fier.

Avec des liens aussi étroits entre le gouvernement israélien et l’homme qui dirige la majorité des sionistes chrétiens aux Etats Unis, on ne doit pas s’étonner que les dirigeants Israéliens puissent se permettre de se moquer des croyances soigneusement entretenues de ces sionistes chrétiens. C’est ainsi qu’avait plaisanté l’ancien premier ministre Menahem Begin, considéré par un initié bien placé comme le «père» du mouvement sioniste chrétien :

Je vous dis que si ces Chrétiens fondamentalistes nous soutiennent au Congrès aujourd’hui, je les soutiendrai demain quand arrivera le Messie.

Peut-être Arlen Specter, un autre pilier du lobby pro-Israël sourit-il dans sa tombe à l’idée de voir son adjoint de longue date exercer une si forte influence sur la droite chrétienne que ce sénateur avait dénoncée lors d’une campagne présidentielle en 1995 (Specter avait été candidat à l’investiture républicaine) comme une tendance extrémiste qui joue un trop grand rôle dans la définition de l’agenda politique du Parti Républicain.

Dernière info : Selon un article du Jewish Georgian Newspaper d’Atlanta, chaque fois qu’Ehud Barak se rend à Washington, il consacre toujours du temps à son cousin David Brog.

Le messie sioniste qui voulait tuer l’Antéchrist Obama

31 janvier 2012

Nos journaux, comme le quotidien parisien Le Monde nous apprennent que :

La justice américaine a formellement inculpé mardi 17 janvier Oscar Ramiro Ortega-Hernandez, qui avait ouvert le feu sur la Maison Blanche en novembre sans faire de blessés, pour tentative d’assassinat contre le président américain Barack  Obama.

Cet individu

 est accusé d’avoir tiré le 11 novembre plusieurs coups de feu en direction de la Maison Blanche. Ce n’est que quelques jours après la date présumée des tirs qu’une balle a été retrouvée encastrée dans une vitre blindée du second étage de la Maison Blanche, où réside la famille présidentielle. Mais le président Barack Obama, son épouse et leurs deux filles étaient absents au moment des tirs et personne n’a été blessé.

Les expertises psychiatriques ont en effet conclu qu’Oscar Ramiro Ortega-Hernandez est responsable pénalement de ses actes.

 Cette information est largement reprise et donne lieu à un certain nombre d’articles ou d’articulets

 Le Nouvel Observateur nous précise que, selon des personnes qui connaissaient l’accusé, ce dernier se considérait comme le «Jésus des temps modernes» et voyait le président Obama comme l’Antéchrist.

 Nous avons même droit à une photo de l’accusé, avec bonnet, barbe et sourire énigmatique.

Pourtant un détail dans l’apparence physique d’Oscar Ramiro Ortega-Hernandez semble n’avoir, à quelques exceptions près, guère attiré l’attention d’aucun de nos organes de presse francophones.

En effet, l’accusé qui est apparemement chrétien s’est fait tatouer sur le cou le nom de l’Etat sioniste.

Ce qui veut dire que nous sommes devant le cas d’un sioniste chrétien qui a cru qu’il était en mesure de précipiter les choses et devait assumer le rôle du messie. (Vous trouverez un gros plan sur le tatouage ici).

Dans un magnifique effort journalistique, Paris Match nous gratifie cependant d’une vidéo tournée par l’auteur des coups de feu dans laquelle il porte une croix bien en évidence. Mais l’effort de Paris Match n’est pas allé jusqu’à nous montrer la photo du tatouage ou même simplement en parler..

 On n’entend non plus aucune remarque sur un certain fanatisme chrétien qui encourage les sionistes à coloniser la Palestine afin de favoriser l’arrivée du Messie et du jugement dernier qui verra l’élimination de tous les infidèles, Juifs en tête.

Pas plus que sur un certain fanatisme juif pour lequel assassiner le président des Etats unis est « une option sur la table. »

Pour mieux comprendre ce que je veux dire, imaginez une seconde que ce Oscar Ramiro Ortega-Hernandez se soit appelé Oussama Ben quelque chose.


%d blogueurs aiment cette page :