Posts Tagged ‘Pologne’

Sur le danger posé par les Juifs

5 novembre 2017

Aux Etats Unis, en France, en Grande Bretagne ou en Pologne comme ici, les sionistes s’ingénient à couvrir l’ensemble du spectre des opinions politiques,de la gauche à la droite extrême, étant bien compris que l’objectif reste toujours de promouvoir les intérêts de l’entité sioniste et de contrer ses adversaires.

Il est particulièrement impressionnant de voir une personne qui n’a aucune attache avec un pays se retrouver propulsée parmi les faiseurs d’opinion par la grâce de l’extrême droite, qu’elle soit polonaise ou américaine et néoconservatrice.

Résultat de recherche d'images pour "Jan T Gross"

Jan T. Gross

Les thèses de cet individu sont d’autant plus sidérantes que l’historien Jan T. Gross a soutenu récemment que les résistants polonais, qui n’étaient pas tous communistes tant s’en faut, ont tué plus de Juifs que de Nazis pendant la seconde guerre mondiale.

Sur le danger posé par les Juifs

Par Larry Cohler-Esses, The Jewish Forward (USA) 5 novembre 2017 traduit de l’anglais par Djazaïri

En Pologne ces temps-ci, le responsable de l’association de mémoire de l’holocauste le plus en vue avertit les Polonais que les attaques contre leur pays viennent des « médias juifs de gauche. »

Il dit que les histoires de Polonais qui ont réellement aidé des Juifs pendant la seconde guerre mondiale n’étaient pas relatées avant son arrivée malgré des dizaines d’années de recherches dans ce domaine par des institutions aussi importantes que Yad Vashem à Jérusalem.

Il affirme que la Pologne devrait exiger des réparations à l’Allemagne, citant pour exemple les réparations qu’Israël a obtenues de ce pays après l’holocauste.

Et il semble qu’il s’attire un soutien dans l’opinion et même une aide financière de la part du gouvernement polonais d’extrême-droite que beaucoup de leaders [communautaires] juifs polonais accusent de fermer les yeux devant la montée de l’antisémitisme dans le pays.

Jonny Daniels, un Israélien né en Grande Bretagne, est un agent de relations publiques dont les clients sont entre autres Donald Trump et le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Mais c’est en qualité de président de son association à but non lucratif du souvenir de l’holocauste sise à Varsovie, « From the Dephts » qu’il a suscité la controverse parmi les chercheurs, les universitaires et les militants qui se consacrent à l’enseignement des leçons de la shoah.

Jonny Daniels, à droite sur la photo

Par une série d’interventions récentes dans des médias grand public en Pologne et aux Etats Unis, Daniels      a diffusé un message qui fait écho aux thèmes mis en avant par l’actuel gouvernement polonais constitué par le Parti de la Loi et de la Justice, une faction politique de la droite nationaliste dure.

Daniel explique qu’il ne fait que rectifier la façon distordue dont la Pologne est perçue et corriger une négligence de l’histoire en mettant en évidence les Polonais qui ont aidé des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. Ses détracteurs affirment que sa démarche va dans le sens de l’objectif du gouvernement de blanchir l’histoire en dents de scie de la Pologne pendant la seconde guerre mondiale, et de la remplacer par un récit franchement héroïque.

« Il y a des Juifs gauchistes – qui profitent de l’holocauste, » avertissait gravement Daniel les lere public de TVP, la chaîne d’information télévisée continue de l’Etat, le 14 octobre. A la question de savoir pourquoi la Pologne « a si mauvaise presse dans le monde », il expliquait : « Les médias gauchistes continuent à attaquer la Pologne et continueront à présenter la Pologne comme un pays raciste. Ils profitent en agissant ainsi. »

Vêtu d’un costume de bonne coupe, une petite kipa noire sur la tête, Daniels expliquait à un interviewer le motif derrière ces attaques : « ça les aide à obtenir des restitutions de la part de la Pologne, ce qui est un non-sens. La communauté juive en Pologne a obtenu beaucoup d’argent pour les biens juifs [spoliés] ».

La Pologne, a-t-il dit au public polonais, « doit se tenir debout, être franche et dire, « Ca suffit! »

Dans une intervention le 8 août dans l’émission « Fox & Friends » sur Fox News, l’émission d’information matinale la plus regardée de cette chaîne américaine câblée, Daniels a implicitement critiqué le musée israélien de l’holocauste Yad Vashem qui après vérification soigneuse honore les non Juifs qui ont sauvé des Juifs pendant la shoah. « Il aurait fallu le faire il y a 50 ans, 40 ans, » avait-il déclaré, citant son propre travail. « C’est seulement 70 ans après que nous sommes capables de venir raconter ces histoires. »

Le programme de Yad Vashem « Justes parmi les Nations » qui étudie avec rigueur les allégations de sauvetages pendant l’holocauste a été mis en place il y a 54 ans, en 1963, pour distinguer ces héros. Daniels n’a pas répondu à un email lui demandant comment il sélectionnait ceux qu’il honore et en quoi son action constitue un précédent.

Le 17 octobre, sur Telewizja WPolsce, une autre chaîne télévisée d’informations, Daniels a exhorté la Pologne à suivre l’exemple d’Israël et d’exiger des réparations à l’Allemagne pour l’avoir envahie pendant la seconde guerre mondiale.

« Ce n’est pas plus compliqué que d’établir une facture et de l’envoyer à Mme Merkel, » a-t-il dit aux téléspectateurs polonais, parlant ainsi de la chancelière allemande. « Si j’étais en charge des réparations, c’est exactement ce que je ferais. »

Publicités

Auschwitz est un lieu saint du judaïsme!

10 août 2016

Il est donc temps que les écoles laïques cessent d’organiser des voyages pédagogiques dans le tristement célèbre camp de concentration.

Avi Weiss est « senior rabbi » à l’Hebrew Institute qui se situe dans le Bronx (New York). L’Hebrew Institute est une sorte de centre communautaire où s’exercent des activités religieuses (culte, éducation) mais qui s’implique aussi dans le travail social et qui coordonne l’action communautaire par exemple au niveau de l’instruction publique.

Avi Weiss

Le rabbin Avi Weiss de l’Hebrew Institute

Quant à un « senior rabbi », j’imagine que c’est en fait un cadre supérieur de cette institution, un cadre ayant bien entendu une formation religieuse adéquate.

Avi Weiss a publié l’an dernier une tribune libre qui a été publiée dans un journal américain. Et pas n’importe lequel : le Washington Post! Voilà qui en dit long sur l’entregent du personnage.

Dans cette tribune, Avi Weiss s’applique à démontrer l’indécence de la présence de lieux de culte catholiques dans les anciens camps de concentration d’Auschwitz et de Birkenau en Pologne. Selon lui, en effet, ces deux camps de concentration sont des lieux saints juifs dans la mesure où y a été perpétré la plus grande partie de l’holocauste, c’est-à-dire l’extermination des Juifs.

L’idée même que ces Catholiques puissent témoigner, ainsi que souhaitaient le faire les sœurs carmélites du couvent d’Auschwitz, des souffrances endurées par les personnes détenues dans ces camps lui est insupportable car elle noie la souffrance juive dans le maelstrom des souffrances endurées par tous les déportés, dont des non Juifs, et qu’elle laisserait accroire que l’église catholique a cherché à soulager les souffrances des Juifs. Ce qui, selon Avi Weiss, est faux. Quand on lit attentivement le papier d’Avi Weiss, on comprend que pour lui les bourreaux d’hier ne sont pas enfermés dans le passé mais sont toujours vivants, prêts à recommencer. C’est le sens de sa réaction quand un médecin présent au poste de police où il a été emmené lui demande de se déshabiller.

Préserver Auschwitz a en effet moins une fonction d’entretien d’une mémoire afin d’éviter à l’humanité de recommencer ses erreurs qu’une fonction de rappel obsessionnel de la culpabilité des non Juifs à l’égard de la souffrance juive.

L’affirmation de cette sacralité juive d’Auschwitz par Avi Weiss a le mérite de dire les choses nettement car c’est cette notion qui traverse en réalité tout le discours sur la « shoah » ou « holocauste ».

Et elle devrait amener à s’interroger sur le sens des voyages scolaires à Auschwitz organisés régulièrement par les écoles laïques en France.

Auschwitz est un lieu sacré de la mémoire juive. Ce n’est pas la place d’une église catholique.

par Avi Weiss, The Washington Post (USA)  28 janvier 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Avi Weiss est le grand rabbin de l’Hebrew Institute (Institut hébraïque) de Riverdale dans le Bronx et est l’auteur de l’essai à paraître « Open Up the iron Door : memoirs of a Soviet Jewry Activist » [Ouvrez la porte de fer : mémoires d’un activiste de la communauté juive soviétique].

Cette semaine marque le 70ème anniversaire de la libération d’Auschwitz en 1945 : le tristement célèbre camp de la mort en Pologne où 1,1 million de Juifs ont été assassiné pendant l’holocauste. Les années passant, il reste de moins en moins de survivants. Le temps n’est guère éloigné où il n’y aura plus de témoins vivants pour partager ce qu’ils ont vécu dans cette histoire, pour dire : oui, c’est arrivé et voilà comment ça s’est passé. Nous ne pouvons pas permettre que les preuves es atrocités de l’holocauste soient cooptées par d’autres groupes [des non juifs, NdT] pour d’autres fins.

C’est la raison pour laquelle les Juifs du monde entier ont été atterrés quand, en 984, des sœurs carmélites s’étaient installées dans un bâtiment d’Auschwitz qui avait servi autrefois à entreposer le gaz Zyklon B que les nazis utilisaient pour tuer les Juifs. Avec l’entier soutien du Cardinal polonais Franciszek Marcharski, les autorités locales avaient accordé aux nonnes un bail de 99 ans pour transformer le bâtiment en couvent où les nonnes avaient l’intention de prier pour les âmes des personnes assassinées. A peu près au même moment, un autre affront se produisait, cette fois à Birkenau – appelé aussi Auschwitz II – avec l’inauguration par la communauté catholique locale d’une église dans ce qui avait été le quartier général du commandant nazi.

En tant que rabbin, j’ai un profond respect pour tous les lieux de culte. J’ai aussi le sentiment que les lieux de culte chrétiens n’ont pas leur place dans ce qui est concrètement le plus grand cimetière juif du monde. C’est pourquoi, en juillet 1989, je me suis associé à un groupe de sept activistes qui protestaient contre le couvent des Carmélites. Nous avions escaladé la clôture qui entoure le couvent et nous nous étions réunis pacifiquement. Les ouvriers polonais qui étaient à l’intérieur du couvent nous avaient aspergés avec un seau d’eau mélangé à de l’urine tandis que les nonnes regardaient par les fenêtres. En 1993, le Pape Jean-Paul Ii avait ordonné personnellement aux nonnes de s’en aller, et le couvent avait été fermé.

Si cette fermeture avait été une victoire, subsistait l’affront plus grand du maintien de l’église paroissiale de Brzezinka. L’ancien prêtre James Carroll décrit avec éloquence cette insulte dans son livre « Constantine’s Sword : The Church and the Jews » [l’épée de Constantin: l’Eglise et les Juifs]. « Quand la souffrance est vue comme au service d’un salut universel, son caractère particulier en tant que tragédie et comme mal est toujours amoindri ».

« L’élimination de la judéité du lieu où les juifs ont été éliminés, » poursuit Carroll, rend le « mal encore pire. »

Et donc, en 1995, pour le 50ème anniversaire de la libération d’Auschwitz, j’ai à nouveau rejoint des activistes, cette fois pour un sit-in dans l’église de Birkenau. Après une confrontation avec les officiels de l’église qui avait duré toute la journée, nous avions été arrêtés et emmenés dans un poste de police où un médecin réquisitionné nous avait demandé de nous déshabiller. Sidéré, j’avais répondu, « Vous voulez dire que vous n’avez pas mis à poil suffisamment de Juifs en ce lieu ? » Nous avions été détenus plusieurs heures avant d’être relâchés. Notre protestation et notre arrestation n’avaient permis d’obtenir aucune concession de la part de l’église ou de la hiérarchie catholique.

avi weiss birkenau-crop

Avi Weiss (tout à fait à droite) dans l’église qui n’a pas sa place à Birkenau lit-on sur l’écriteau

L’église est toujours là, et sa simple présence dans cet espace juif sacré est inappropriée, une tromperie et un viol du souvenir de la shoah. Dans un siècle, les gens chercheront dans le camp les preuves de ce qui s’y est passé. Si le bâtiment de l’église demeure, sa grande croix projetant une ombre sur Auschwitz II, le site pourrait laisser comprendre à une personne mal informée que l’holocauste avait été une tentative de génocide contre les Chrétiens ou comme si l’église avait défendu les Juifs à l’époque – alors qu’en fait l’église avait détourné le regard de la tentative d’anéantissement à grande échelle du peuple juif. Si nous, entant qu’humanité devons apprendre quelque chose de notre histoire afin de lutter pour un avenir meilleur, nous devons savoir ce qui s’est passé avant nous. Sinon, nous perpétuerons la possibilité que les atrocités du passé se répètent à l’avenir, et qu’une souffrance occultée revienne.

Church02.jpg

L’église de Birkenau utilise les anciens locaux administratifs de la SS

Il appartient aux personnes de conscience de lever la voix pour le respect de la mémoire de l’holocauste et de déclarer avec clarté et fermeté : une église n’a pas de place à Auschwitz. Il est aussi du pouvoir du Pape François, qui a montré qu’il était un grand ami de la communauté juive, d’ordonner à la congrégation de s’en aller. Le bâtiment devrait devenir un musée, spécifique à Birkenau, montrant comment les Nazis ont commis leurs atrocités en ce lieu. Les grandes croix placées devant le bâtiment et à son sommet devraient être enlevées. Le souvenir des Juifs assassinés là-bas – assassinés parce qu’ils étaient juifs – doit être reconnu dans toute son exactitude historique.

Un faux survivant d’Auschwitz démasqué juste avant le stade du vedettariat

11 juin 2016

On vient de découvrir une nouvelle histoire de pseudo-survivant juif du camp de concentration d’Auschwitz.

L’imposture a été décelée par un simple professeur d’histoire d’un collège ou d’un lycée d’une petite bourgade des Etats Unis.

Elle avait pourtant échappé à nombre d’observateurs, journalistes et même une société locale d’histoire !

Une interrogation plane sur les motivations de l’imposteur qui ne seraient pas pécuniaires. Cela reste à démontrer car même si le faussaire de la mémoire n’avait qu’une notoriété locale, il n’est pas douteux que son activité de conférencier lui rapportait quelque argent ainsi qu’à son acolyte, un historien local qui semblait être conscient de l’imposture mais ne disait rient, probablement pour des raisons monétaires.

Le show business de l’holocauste est comme celui de la chanson: il y  a les grosses vedettes qui font l’Olympia ou le Zénith comme Elie Wiesel  et Serge Klarsfel et les artistes de province qui font les salles municipales et les écoles, un parcours susceptible parfois de mener aussi au vedettariat.

Un habitant d’Adamstown qualifié ‘d’imposteur de l’holocauste et de fraudeur historique’ sur son passé à Auschwitz

Par Lindsey Blest, LancasterOnline (USA) 9 juin 2016 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un professeur d’histoire qualifie un habitant d’Adamstown qui dit s’être évadé d’Auschwitz « d’imposteur de l’holocauste et de fraudeur historique ».

Au mois d’avril, Andrew Reid et plusieurs de ses élèves avaient assisté à une conférence à Lowville (Etat de New York) au cours de laquelle Joseph B. Hirt, 86 ans, avait partagé son histoire en tant que survivant de l’holocauste.

Hirt avait raconté avoir été capturé par les Nazis et interné à Auschwitz pendant huit mois jusqu’à son évasion en 1942.

Mais en écoutant le récit de Hirt, Reid dit avoir relevé certaines invraisemblances.

Historien de formation, Reid qui a grandi dans le Comté de Lancaster s’est par la suite livré à des recherches fouillées sur le récit de Hirt.

Beaucoup des assertions de Hirt – qu’il avait été détenu à Auschwitz, que le numéro d’identification tatoué sur son bras était son matricule de prisonnier, qu’il avait rencontré le médecin d’Auschwitz Joseph Mengele et l’athlète olympique Jesse Owens – ne cadrent pas avec les connaissances historiques, selon la recherche faite par Reid.

« Je ne suis pas un négationniste de l’holocauste – je crois à la vérité et si quelqu’un ne dit pas la vérité, je me demande ce que cache le mensonge, » explique Reid dans une lettre.

« J’espère que M. Hirt va volontairement rétracter son récit mensonger et cesser ses présentations publiques. »

Joseph Hirt aime raconter des histoires aux enfants

Jointe par téléphone jeudi, Dot Hirt, l’épouse de Hirt, a dit qu’elle ne voulait pas répondre de manière précipitée. « Nous pensons qu’il est bon d’attendre qu’il soit prêt, » a-t-elle dit, ajoutant que son mari a en ce moment un problème médical.

« Auschwitz ne fait pas partie de l’histoire fantastique »

Au moins un membre de la famille de Hirt n’est pas non plus convaincu de la véracité de son histoire. Michael Hirt, qui vit dans l’Illinois, a découvert l’histoire de son oncle il y a quelques années par des articles de presse alors qu’il travaillait à retracer sa généalogie. Il a, depuis, dit à plusieurs reprises à son oncle que son histoire était fausse.

La véritable histoire de Joseph Hirt, dit-il, est « fantastique en elle-même. »

Selon Michael Hirt, son oncle est né à Horodenka en Pologne le 10 juillet 1930 de parents juifs. Lui est sa famille avaient fui avant le début de la seconde guerre mondiale et étaient partis pour Belgrade en Yougoslavie.

Ils quittèrent Belgrade après le bombardement de la ville par les Allemands et ils continuèrent leur migration vers l’ouest pour fuir la guerre. Ils finirent leur route en Italie où ils restèrent jusqu’à la libération du pays par les Alliés en 1944.

Pendant la guerre, la politique des Etats Unis était de fermer la porte à l’accueil des réfugiés. Il y eut cependant une exception avec le projet Liberty Ship. Ce bateau avait été envoyé vers l’Italie libérée et en avait ramené plus de 900 réfugiés qui furent accueillis aux Etats Unis.

Les réfugiés furent abrités au Camp de Fort Ontario à Oswego, Etat de New York.

« Pour ce que je sais de mon oncle Joe, son histoire est assez exacte jusqu’au moment où il est kidnappé pour être emmené à Auschwitz, » déclare Michael Hirt.

Arrêt des conférences publiques

John Ruth a commencé à accompagner Joseph Hirt dans ses conférences publiques il y a environ deux ans. Il avait été invité par une organisation qui parrainait une des conférences à y assister et à donner des éléments sur l’histoire des Mennonites [le mennonitisme est un mouvement religieux chrétien NdT] en Allemagne.

Ruth, du Comté de Montgomery, a écrit un livre sur l’histoire des Mennonites de Lancaster.

Il a vécu en Allemagne de 1968 à 1969.

Quand il a entendu pour la première fois l’histoire de Hirt, il dit en avoir trouvé des éléments discutables.

Il affirme que chaque fois qu’il faisait part de ses préoccupations, Hirt lui donnait une explication. Sinon, déclare Ruth, leur relation était positive.

Reid a informé Ruth de son enquête parce que Ruth participait à la présentation de Hirt en avril

« Je trouve que les recherches de M. Reid sont convaincantes et je les accepte. Je ne peux qu’approuver sa préoccupation. Je n’ai aucune raison de remettre en question ses conclusions, » déclare Ruth.

« Les gens devraient examiner les preuves qu’il apporte et se faire leur opinion dessus. »

A la question de savoir s’il continuerait à participer aux conférences avec Hirt, Ruth dit qu’il ne pense pas que d’autres occasions de conférences se présenteront à lui.

Motivation floue

Michael Hirt dit ne pas savoir quelles sont les motivations de son oncle.

Dans son rapport, Reid dit ne pas penser que la motivation ait trait au gain financier.

En 2014, Joseph Hirt s’est exprimé dans un événement qui se déroulait à la Caernarvon Historical Society. Selon un responsable de cette organisation, l’événement avait attiré un millier de personnes à la caserne des pompiers de Caernarvon.

La société avait fait un don à Hirt, et une collecte générale avait été effectuée à son intention.

Hirt s’est aussi exprimé au moins une fois en 2012 à l’école mennonite de Lilitz Area. Le professeur en retraite David Siegrist a déclaré ne pas vouloir s’exprimer sur

« Quand on parle avec lui, il est très lucide. Il a de l’éloquence. Il a l’air normal. Je n’ai strictement aucune idée de ce que peuvent être ses motivations, » déclare Michael Hirt.

Appel à des excuses

Reid a publié une lettre à Joseph Hirt dans laquelle il l’appelle à se rétracter publiquement.

Il dit que si Hirt ne fait rien, il se tournera vers les procureurs des Comtés de Lancaster et de Lewis pour qu’ils lancent une enquête judiciaire.

Le 6 juin 2016,

M. Hirt,

Je suis professeur d’histoire dans une école publique du nord de l’Etat de New York. J’ai récemment accompagné certains de mes élèves (dont ma propre fille) à votre conférence publique à Lowville, NY, en avril dernier. J’étais venu à la conférence, et avais incité mes élèves à venir aussi parce que je voulais profiter d’une des rares chances qui nous restent d’entendre un tel témoignage (en fait j’ai été recruté à mon premier poste d’enseignant par un administrateur américano-polonais qui avait survécu au camp de concentration de Bergen-Belsen).

Cependant, en écoutant votre présentation, j’ai été troublé par le fait que plusieurs détails que vous aviez mentionnés dans votre exposé étaient historiquement faux à ma connaissance. J’ai passé ces dernières semaines à enquêter sur votre histoire présumée et j’ai découvert quantités de preuves que vous êtes un imposteur et un faussaire. Vous trouverez ci-joint un exemplaire de ma recherche. Vous verrez que, entre autres choses, j’ai fait des vérifications auprès du musée d’Auschwitz en Pologne, de l’United States Holocauste Memorial Museum, des archives du Fort Ontario Refugee Shelter à Oswego, NY, et de membres de votre propre famille. J’ai également été assisté dans mes recherches par le Centre Simon Wiesenthal.

J’ai envoyé des copies de la recherche jointe à tous les médias et journaux qui ont parlé de votre histoire ces dernières années –comme je leur ai fourni vos informations de contact, je ne doute pas que certains d’entre eux vont vous contacter pour avoir votre point de vue. J’ai aussi été en communication et j’ai envoyé des exemplaires de ma recherche aux membres des communautés mennonites du Comté de Lewis et du Comté de Lancaster qui ont assuré la coordination de certaines de vos dernières conférences, ainsi qu’à M. John Ruth qui vous accompagnait.

J’ai aussi notifié les les districts scolaires que vous avez visités. Je vous invité à saisir toute opportunité pour faire une rétractation publique de vos affirmations frauduleuses et vous excuser auprès des communautés et des écoliers que vous avez trompés. Si je ne vois aucune indication de l’expression publique d’un tel repentir dans un futur proche, je demanderai aux procureurs des Comtés de Lexis et de Lancaster d’engager une procédure judiciaire puisque une bonne partie de votre activité correspond aux qualifications légales (dans l’Etat de New York comme en Pennsylvanie) de délit et de crime comme la fraude, le’usurpation d’identité et la contrefaçon. Je cherche pas particulièrement à ce que vous soyez puni.

Je veux surtout que vous cessiez de répandre vos mensonges et vous voir rextifier les choses auprès des gens dont vous avez abusé de la confiance.

Avec tous mes regrets,

Andrew Reid

Racisme et antisémitisme? Vraiment?

29 novembre 2015

Nous constatons une montée en puissance des partis d’extrême droite dans plusieurs pays européens : en France, en Grèce, en Autriche et en Pologne notamment.

Cette montée de l’extrême droite ne se fait pas de manière uniforme, ni dans son ampleur, ni dans son contenu car ces aspects dépendent des contextes qui sont différents et de l’histoire locale.

Ainsi, en France, l’extrême droite a dû produire un certain nombre de garanties quant à son renoncement à l’antisémitisme , au déni de l’existence des chambres à gaz et à afficher ouvertement la nostalgie du pétainisme . Le caractère impératif ce cette contrainte s’explique à la fois par le contexte local et le poids particulier de la communauté juive sur la vie politique française mais aussi par le fait que le régime républicain s’est reconstruit au sortir de la guerre en opposition au régime de Vichy qui l’avait rejeté. Ce n’est pas pour rien qu’aujourd’hui  tous les dirigeants politiques font référence à de Gaulle, ce qui n’avait pas toujours été le cas, notamment de la part de personnalités qui avaient fait œuvre de résistance à l’occupation allemande.

En Pologne, les choses sont différentes car si ce pays a connu une occupation allemande féroce, la résistance nationale non communiste s’en prenait certes aux soldats allemands, mais elle attaquait aussi les Juifs. Un historien a ainsi pu affirmer que les Polonais avaient tué plus de Juifs que d’Allemands pendant la guerre.

L’antisémitisme reste donc vivace en Pologne ainsi qu’en témoigne la nomination dans le gouvernement de droite d’un ministre qui a affirmé publiquement que les Protocoles des Sages de Sion étaient probablement un document authentique.

En témoigne aussi cette manifestation anti-réfugiés dans une grande ville polonaise où des manifestants ont brûlé des mannequins représentant des Juifs orthodoxes.

Des Polonais anti-réfugiés brûlent des effigies de Juifs orthodoxes pedant una manifestation à Wroclaw.

par la rédaction, The Algemeiner (USA) 18 novembre 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Des dizaines de manifestants dans la ville de Wroclaw, ouest de la Pologne, ont brûlé des effigies accoutrées comme des Juifs avec des papillotes aux cheveux et des chapeaux noirs, a rapporté le journal polonais Gazeta Wyborcza mercredi. (à 3’30 » sur la vidéo)

La manifestation s’inscrivait dans le cadre d’une protestation plus large contre l’admission en Pologne de réfugiés de la guerre civile en Syrie. Les manifestants affirmaient que les réfugiés étaient en réalité des migrants économiques et des terroristes, selon l’article.

La manifestation s’est déroulée sur une scène mobile devant la mairie de Wroclaw. La Police a contenu la manifestation mais ne l’a pas empêchée, en l’absence de plaintes officielles.

Beaucoup en Europe s’inquiètent de l’arrivée des réfugiés qui fuient la violence en Syrie qui a coûté la vie ) des milliers de personnes ces cinq dernières années et au causé d’immenses dévastations.

Plus tôt dans la semaine, The Algemeiner avait parlé d’une autre manifestation anti-réfugiés qui s’est tenue dans la plus grande avenue de Poznan.

La Pologne a officiellement décidé d’accepter 5 000 réfugiés.

Le ministre antisémite dont la presse française ne parle pas

11 novembre 2015

Sur certains sujets, on ne pourra pas dire que la presse française est très réactive.

On avait ainsi pu constater qu’elle avait eu un certain retard à l’allumage pour commenter les propos négationnistes du chef du gang sioniste Benjamin Netanyahou qui a récemment affirmé que c’est le Grand Mufti de Jérusalem qui avait suggéré à Hitler l’idée d’exterminer les Juifs.

On observe un phénomène semblable en ce qui concerne la situation politique d’un pays européen, et pas n’importe lequel puisque ce pays est la Pologne, un pays important par sa population, sa qualité de membre de l’Union Européenne et de l’OTAN et sa situation géographique au contact de la Russie et de l’Ukraine.

La Pologne a une frontière avec l'enclave russe de Kaliningrad et avec l'Ukraine

La Pologne a une frontière avec l’enclave russe de Kaliningrad et avec l’Ukraine

Eh bien, les élections législatives en Pologne viennent de donner la majorité absolue à un parti conservateur représentant d’une droite dure, voire même assimilable à l’extrême droite.

Ce parti conservateur siège au parlement européen dans le même groupe que les Conservateurs britanniques ; il est même la deuxième force politique de ce groupe après les affidés de David Cameron.

Un nouveau cabinet a naturellement été constitué à Varsovie et parmi ses membres, au poste clef de ministre de la Défense, a été nommé un homme qui déclarait publiquement il y a quelques années que l’opuscule intitulé « Les Protocoles des Sages de Sion » pouvait bien être authentique parce que, selon lui, l’expérience montre qu’il existe de telles organisations [qui complotent secrètement] dans les milieux juifs.

Nous sommes là devant des propos typiquement antisémites, tenus par un membre important du gouvernement d’un pays qui compte en Europe.

Et que nous en dit la presse hexagonale ?

Pour l’instant, rien.

Je vous fiche mon billet que si un obscur sous-secrétaire d’Etat d’un pays arabe avait tenu le même langage, nous aurions eu quantité d’articles et de dépêches pour signaler et fustiger des propos antisémites.

Le nouveau ministre polonais de la défense condamné pour ses propos sur la théorie d’un complot juif

par Rajeev Syal, The Guardian (UK) 10 novembre 2015 traduit de l’anglais par Djazaïri

Ministre nouvellement nommé, Antoni Macierewicz est critiqué pour avoir dit qu’un libre canular présentant un projet pour dominer le monde pourrait être authentique.

Le ministre polonais de la Défense nouvellement nommé a été condamné pour avoir suggéré la possibilité qu’un document frauduleux prétendant montrer qu’il existe un plan juif pour dominer le monde puisse être authentique.

 Antoni Macierewicz fait partie d’un certain nombre de nominations controversés décidées lundi par le parti de droite Droit et Justice après s’être assuré pour la première fois la majorité absolue aux élections législatives du pays.
 Sa nomination pourrait compliquer les relations de la Pologne avec ses alliés de l’OTAN et de l’Union Européenne (UE) ans leur démarche pour isoler la Russie. Elle pourrait aussi constituer une difficulté pour David Cameron dont le groupe [au parlement de Strasbourg] des Conservateurs et Réformistes Européens dépend du soutien de Droit et Justice.

Macierewicz avait dit aux auditeurs de Radio Maryja en 2012 qu’il avait lu les Protocoles des Sages de Sion, un petit livre qui se présente comme un plan juif pour contrôler l’économie et les médias mondiaux mais dont il a été démontré que c’était un faux.

Antoni Macierewicz

 Antoni Macierewicz

Il avait considéré qu’il y avait un débat autour de l’authenticité de l’opuscule, mais il avait dit aux auditeurs : « L’expérience montre qu’il existe de telles organisations dans les milieux juifs.»

Ses propos ont été largement condamnés par les militants antiracistes en Pologne. Rafał Pankowski, qui a parlé de la participation de Macierewicz à l’émission de radio dans un livre sur l’extrême droite polonaise déclare : Il est bien connu pour son discours politique extrémiste qui suscite la division et a ses racines dans le discours identitaire nationaliste de Radio Maryja.

« La culture politique de Droit et Justice semble fortement influencées par ce genre de discours. C’est un triste moment pour la démocratie polonaise et européenne si la promotion des théories du complot est récompensée par des nominations à des postes importants. »

Ancien membre de l’opposition polonaise anticommuniste et vice-ministre de la Défense, Macierewicz est connu pour son action pour purger les services de renseignements militaires du pays de toute influence russe et communiste.

Au début des années 1990, il avait mené une enquête pour repérer les communistes parmi les anciens dirigeants de Solidarité, les accusant d’avoir travaillé pour la police secrète. Il avait même accusé le fondateur du syndicat, Lech Walesa, d’être un espion connu sous le nom d’Agent Bolek, mais ses accusations n’avaient pu être prouvées.

Plus récemment, il s’est fait le champion d’une théorie selon laquelle l’accident d’avion qui avait causé la mort de 96 Polonais en 2010, dont le président Polonais, était un assassinat orchestré par la Russie et non un accident comme les enquêtes officielles l’ont établi.

 « Le gouvernement dirigé par le premier ministre [russe] de l’époque, Vladimir Poutine est entièrement responsable de cette tragédie, » a-t-il déclaré devant le Parlement européen en mars.
« Il faut le dire, c’était la première salve d’une guerre qui est maintenant en cours à l’est de l’Europe et qui se rapproche de plus en plus dangereusement des frontières de l’UE et de l’OTAN. »
Le gouvernement russe a mis en cause une erreur de pilotage, et les enquêteurs polonais ont affirmé que le personnel de l’aéroport était également responsable.

Le langage incendiaire de Macierewicz risque de poser problème aux diplomates de Bruxelles déjà préoccupés par la victoire des nationalistes et eurosceptiques de Droit et Justice.

Les Protocoles des Sages de Sion auraient été publiés pour la première fois en Russie dans les années 1900 [avant la révolution bolchevique, NdT], traduits dans différentes langues et diffusés internationalement au début du 20ème siècle.

Ils sont supposés être les minutes d’une réunion de dirigeants juifs à la fin du 19ème siècle au cours de laquelle ils auraient discuté d’un projet de plan global pour subvertir les règles morales des Gentils, contrôler la presse et l’économie mondiales.

Des journalistes et des historiens ont démontré leur caractère frauduleux dans les années 1920, montrant qu’ils contenaient des extraits de textes tirés d’autres livres. Ils furent néanmoins étudiés dans les écoles allemandes après l’accession au pouvoir des Nazis en 1933.

Droit et Justice est devenu le premier parti politique de la Pologne post-communiste à obtenir la majorité absolue au parlement, ce qui lui donne un contrôle d’une ampleur inédite sur les politiques de l’Etat.

Son retour au pouvoir a remis en selle l’ancien premier ministre Jaroslaw Kaczynski dont le gouvernement avait agacé ses alliés européens avec sa rhétorique antiUE entre 2005 et 2007.

Droit et Justice n’a répondu aux demandes de commentaires du Guardian

Propagande antisémite fabriquée dans un ancien camp d’extermination nazi!

31 janvier 2014

 Pologne – Un employé du musée de l’ancien camp de la mort nazi de Majdanek accrochait des affiches antisémites à Lublin.

Meteor (Sionistan) 27 janvier 2014

Il était l’un des six hommes accusés d’incitation à la haine pour avoir accroché des affiches antisémites dans la ville de Lublin.

Les hommes ont été arrêtés le 23 janvier. Trois ont été arrêtés à un arrêt de bus de Lublin, alors qu’ils accrochaient une affiche sur laquelle on pouvait lire « Les sionistes, hors de Lublin ». D’autres affiches ont été trouvées dans leur voiture.

Trois autres ont été arrêtés dans leurs maisons. L’ employé du musée, identifié comme Krzysztof K., âgé de 50 ans, travaille dans le département d’exposition, où il conçoit des couvertures de livres et de catalogues. La police a déclaré qu’au moins deux affiches antisémites ont été imprimées à partir d’une imprimante du musée.

 Selon la police, les hommes accrochaient des affiches antisémites depuis 2010. Ils risquent jusqu’à 7 ans de prison.

Voilà qui n’est pas banal : l’accusé est un membre du personnel d’un musée implanté dans un ancien camp nazi qui aurait accueilli, entre autres détenus, 130 000 Juifs entre 1942 et 1943.

Je tire ce chiffre de JewishGen, un site de généalogie affilié au Museum of Jewish Heritage consacré évidemment au souvenir de l’holocauste.

Pour ceux que ça intéresse, JewishGen propose un lien vers le site internet du musée Yad Vashem et un lien interne au cas où vous voudriez savoir par votre ADN si vous vous rattachez biologiquement au peuple élu.

Je ne sais pas si la réponse apportée sera précise vu le laxisme en matière historique de JewishGen qui nous indique que le camp de Majdanek est devenu un camp de concentration en 1943 mais que l’extermination y avait commencé en 1942. Au lieu de concentrer puis exterminer, les nazis ont donc exterminé puis concentré la population dans ce camp de prisonniers.

Chambre à gaz en bois à Majdanek

Chambre à gaz en bois à Majdanek

Revenons-en à ce graphiste polonais qui a utilisé ses compétences et le matériel à disposition dans l’atelier graphique du musée. L’article reproduit ci-dessus nous explique qu’il a conçu et imprimé des affiches antisémites.

Pourtant le seul slogan cité en guise de preuve est : « Les sionistes hors de Lublin ».

Ce qui n’est pas tout à fait la même chose que « Les Juifs hors de Lublin » sauf quand on est un sioniste dûment patenté qui prône la confusion entre sionisme et judaïsme, ce qui n’est justifié ni d’un point de vue religieux, ni d’un point de vue historique ou sociologique.

Lublin se situe à environ 160 kilomètres au sud-est de Varsovie

Lublin se situe à environ 160 kilomètres au sud-est de Varsovie

L’information sur cet employé du musée de Majdanek est reprise longuement par le Daily Mail de Londres qui titre ainsi :

 Un concepteur suspendu du musée d’un camp de concentration nazi pour s’être servi de l’imprimerie pour produire des affiches avec le slogan « Les Juifs dehors »

Et en sous-titre :

 Le musée du camp était un centre de production de propagande nazie, affirme la police

Ce qui est un comble quand on sait que :

Le musée avait été créé sur place pour commémorer les 80 000 victimes assassinées par les Nazis.

Le Daily Mail a eu la bonne idée de reproduire les affiches saisies par la police.

Lublin1-horz

Non, je ne lis pas le polonais mais le web ne manque pas de dictionnaires et on peut ainsi facilement savoir comment on écrit le mot « juif » en polonais.

Le dictionnaire Sensagent nous propose trois mots : Żyd, Żydzi et Żydowski, Il nous propose aussi les mots Izraelita, Hebrajka et Hebrajczyk

Maintenant on peut examiner les affiches et constater qu’aucun de ces mots n’est présent sur aucune d’entre elles.

Il y a bien une affiche avec une étoile de David barrée, mais l’emblème communiste de la faucille et du marteau est également barré tout comme une signalétique représentant l’homosexualité ainsi qu’un signe dont la signification m’échappe,

On peut donc raisonnablement supposer que nous sommes là devant des affiches reflétant une idéologie nationaliste pas nécessairement antisémite,

Le fait que l’antisionisme soit affirmé sur une affiche n’est pas non plus indicatif d’antisémitisme puisque aussi bien le sionisme que l’antisionisme peuvent s’insérer dans des idéologies de type nationaliste.

Pensons par exemple à l’English Defence League ou tout simplement à la Ligue de Défense Juive (Betar).

Gageons que nous sommes là surtout devant un homme excédé par le sionisme et ce que Norman Finklestein appelle « l’industrie de l’holocauste ».

« Auschwitz n’appartient à personne »

29 janvier 2014

C’est ce qu’expliquait en 1989 une Simone Veil attristée par l’installation d’un couvent de sœurs carmélites dans un bâtiment annexe du camp qui avait servi naguère à stocker le Zyklon-B, le fameux gaz toxique.

Carmel d'Auschwitz

Carmel d’Auschwitz

Cette ancienne ministre, aujourd’hui académicienne, présentée souvent comme un modèle de probité et de sagesse s’était exprimée ainsi :

Auschwitz ne peut être qu’un lieu de recueillement. Il n’appartient à personne. L’idée que ce lieu soit récupéré par des carmélites, même pour la prière, est insupportable, d’autant que les Polonais, depuis longtemps déjà, ont, progressivement mais volontairement, occulté l’extermination des juifs pour faire du camp le symbole du seul martyre national, et que les juifs avaient été abandonnés à leur destin par le monde entier.

On passera sur l’expression d’une rancune tenace à l’égard de la Pologne mais on s’étonnera par contre du fait que Mme Veil ignore que le recueillement est justement une des occupations favorites des sœurs carmélites qui se vouent à la contemplation !

Soeurs carmélites

Soeurs carmélites

1989, c’est quatre années après la création du Carmel, ce qui prouve la ténacité des opposants à la présence de ce Carmel, pour l’essentiel des adeptes du culte de la shoah, des prosélytes de la religion de l’holocauste.

Ces gens qui ne connaissent ni le pardon, ni l’oubli et sont doués d’une mémoire d’une plasticité prodigieuse ne renoncèrent pas et finirent par obtenir du Pape Jean-Paul II qu’il ordonne le départ des Carmélites en 1993, soit huit ans après leur installation.

C’était donc il y a une vingtaine d’années.

Simone Veil sera sans doute d’accord avec moi pour dire qu’Auschwitz est plus que jamais un lieu de recueillement et je ne doute pas qu’elle donnera de la voix pour protester contre ce qui se prépare en ce moment dans ce haut lieu de la souffrance juive.

On apprend en effet qu’une organisation juive ultra-orthodoxe annonce l’ouverture en avril prochain d’un « kollel » et d’un « kirouv » à Auschwitz.

Un kollel, nous explique le blogueur de Failed Messiah, est une école supérieure religieuse et le kirouv un centre missionnaire voué à la « re-judaïsation » des âmes égarées, c’est-à-dire de ceux qui entretiennent un lien ténu avec la religion de leurs parents ou grands parents.

Le site Failed Messiah laisse entendre que les kirouvs animés par ces ultra-orthodoxes sont souvent des tromperies [« deceptive »] et ont donc une visée financière. Failed Messiah écrit que

« les rabbins ultra-orthodoxes vont s’attaquer directement aux enfants des Juifs non pratiquants et non orthodoxes qui viennent à Auschwitz – un lieu sanctifié par le sang et les cendres des millions qui ont été assassinés là-bas »

L’organisation religieuse à l’initiative du projet a lancé une souscription dont un dés véhicules est le courrier électronique avec la diffusion du placard de promotion reproduit ci-dessous :

Promotion du kollel et du kirouv d'Auschwitz

 Comme on le voit dans la partie gauche du bandeau supérieur, l’institution s’appelle l’Auschwitz Jewish Memorial, exploitant donc directement l’impact du nom du lieu d’implantation.

On lit sur la partie droite du même bandeau :

Nous sommes fiers d’annoncer l’ouverture d’un kollel et d’un kirouv à Auschwitz

L’idée est qu’Auschwitz est un mémorial juif, c’est ce que nous dit la légende de la photo avec une étoile jaune précédant le mot « stories » = des histoires juives.

Sous le bandeau en forme de pellicule photo, on lit :

Rappeler le passé pour protéger l’avenir. Perpétuer et faire revivre la mémoire des six millions de victimes de l’holocauste par la prière et l’étude.

On nous précise aussi qu’on peut soutenir le projet en donnant de l’argent.

On lit dans le carré jaune en bas à droite :

Nous sommes ici.

Vivants, à Auschwitz.

Pour raconter l’histoire [story = récit, histoire de vie].

Six millions de vies.

Six millions d’histoires.

Sans oublier le copyright dans l’angle inférieur droit.

En cas d’absence de réaction de protestation de la part de Mme Veil, il faudra donc modifier légèrement sa phrase:

Auschwitz ne peut être un lieu de recueillement que pour les Juifs.

Robert Faurisson a-t-il raison (bis)?

10 janvier 2014

Franchement je n’en sais rien, mais réfléchissons ensemble.

Les récents événements avec la circulaire Valls et les arrêts du Conseil d’Etat qui ont interdit des représentations du dernier spectacle de l’humoriste Dieudonné nous invitent à revisiter l’histoire et à l’écrire vraiment plutôt que de visiter et revisiter jusqu’à la nausée une prétendue mémoire façonnée au forceps..

« Le coup d’Œil sur l’Histoire, le recul vers une période passée ou, comme aurait dit Racine, vers un pays éloigné, vous donne des perspectives sur votre époque et vous permet d’y penser davantage, d’y voir davantage les problèmes qui sont les mêmes ou les problèmes qui diffèrent ou les solutions à y apporter ». (Marguerite Yourcenar).

 Il y a maintenant quelques années qu’on sait à peu près la vérité sur le massacre de Katyn, des milliers d’officiers de l’armée polonaise sommairement exécutés en 1940 dans une forêt près de Smolensk en Russie, Dès la fin des années 1950, l’opinion commune des historiens était que ces militaires avaient été tués par les Soviétiques, ce que ces derniers ont toujours contesté, persistant à attribuer le crime à l’Allemagne nazie.

La vérité a été officiellement reconnue par les autorités russes en 1990 et en principe tous les documents russes officiels sur cet événement sont désormais accessibles aux chercheurs.

Charnier à Katyn

Charnier à Katyn

Ce qui s’est passé à Katyn ainsi que le travestissement de la vérité par les Soviétiques et leurs alliés de l’époque, Royaume Uni et Etats Unis, est tout à fait emblématique des problèmes qui entourent l’historiographie de cette époque et de la guerre de 1939 -1945. Il y a là de quoi méditer sur la vulgate que les politiques comme la presse et l’industrie du spectacle nous présentent comme l’Histoire, Je persiste à croire, malgré la légende et surtout malgré Hollywood et Errol Flynn, que si Robin des Bois a existé, il n’avait pas grand chose à voir avec le héros d’une toute récente comédie musicale actuellement en tournée en France.

 Si la vérité sur Katyn a assez rapidement filtré dans les pays occidentaux, c’était pour la simple raison que l’URSS était passée du statut d’alliée dans la lutte contre l’Allemagne et le Japon à celui d’ennemi idéologique et d’ennemi tout court à l’échelle planétaire.

Pourtant les Britanniques comme les Américains disposaient de témoignages dignes de foi sur la tuerie de Katyn, témoignages soigneusement occultés parce qu’en contradiction avec le message selon lequel le Reich était le mal absolu.

Ce dont les Allemands étaient conscients si on en croit l’article que je vous propose.

Un témoignage confirme que les alliés avaient caché la vérité sur Katyn, affirme un ministre

The News (Pologne) 9 janvier 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Le ministre de la Culture Bogdan Zdrojewski affirme qu’un témoignage inédit sur le crime de Katyn commis pendant la Seconde Guerre mondiale confirme que les alliés occidentaux de Staline avaient aidé à dissimuler la vérité sur le massacre.

«Pour nous, l’aspect le plus douloureux est que de 1944 à 1952, la dissimulation de la vérité sur Katyn était une décision politique – elle n’était pas fortuite,» a déclaré Zdrojewski tout en dévoilant le document lors d’une conférence de presse mercredi.

«A cette époque, cette affaire avait été prise en main avec tant de détermination – avec entre autres des menaces contre certaines personnes – que la vérité sur Katyn n’avait pas pu éclater au grand jour.»

En avril 1943, l’Allemagne nazie avait publié des informations sur sa découverte des corps de près de 4 000 officiers de l’armée polonaise dans un charnier dans la forêt de Katyn (près de la ville russe de Smolensk).

Plus de 20 000 officiers et membres de l’élite polonaise avaient été portés disparus en 1940, alors qu’ils étaient apparemment détenus par les Soviétiques.

Le document récemment découvert est un témoignage fait le 10 mai 1945 par le lieutenant John H. Van Vliet, un Américain qui se trouvait parmi les quelques prisonniers de guerre alliés que les Allemands avaient emmenés à Katyn en 1943.

 Les Allemands espéraient que les prisonniers alliés confirmeraient que les Soviétiques avaient commis le crime.

John Van Vliet et le fac simile de son témoignage

John H. Van Vliet et le fac simile de son témoignage

Cependant, pendant plusieurs années, Londres et Washington firent en sorte d’éliminer les informations qui allaient dans le sens de la culpabilité des Soviétiques afin de ne pas nuire à l’alliance avec Moscou. 

Moscou avait rompu les relations avec le gouvernement polonais en exil à Londres après que ce dernier avait appelé à une enquête de la Croix Rouge, et Staline assurait que le crime était l’oeuvre de l’Allemagne.

Après la guerre, Van Vliet avait lui-même reçu des autorités américaines l’ordre de garder le silence pendant plusieurs années. Le témoignage qu’il avait fait sous serment en 1945 était inconnu des historiens jusqu’à aujourd’hui. (un autre témoignage recueilli le même mois fut classifié par les Etats Unis et disparut par la suite).

Son témoignage révèle des détails sur des prisonniers de guerre britanniques qui avaient été emmenés pour témoigner des exhumations à Katyn et dont les noms ont apparemment été dissimulés par les alliés.

Van Vliet précise que certains des cadavres de Katyn avaient été découverts avec des mémentos ou des documents qui indiquent qu’ils avaient été tués en février, mars et avril 1940, c’est-à-dire avant l’occupation de la région de Smolensk par les Allemands.

Il affirme que les restes avaient l’air de se trouver là depuis trois ou quatre ans.

L’historienne Krystyna Piorkowska a découvert le document en novembre 2013 dans les archives US à Washington.

«Pendant un moment, j’ai pensé que c’était un mirage, que j’avais une hallucination,» dit-elle en parlant de sa découverte.

«J’avais un peu peur que personne ne puisse croire qu’une telle chose existe.»

 Moscou a finalement reconnu sa culpabilité pour le crime de Katyn en 1990. Les exécutions de masse et les enterrements avaient eu lieu en divers endroits de l’Union Soviétique.

Même si les alliés, particulièrement entre 1943 et 1952, avaient occulté les preuves que les Soviétiques avaient perpétré le crime, Churchill montrait plus de franchise en privé.

L’ambassadeur de Pologne en Grande Bretagne, le Comte Edward Raczynski avait noté dans on journal à la date du15 avril 1943 – juste après l’annonce par les Allemands de la découverte des corps – que le premier ministre britannique lui avait dit que la culpabilité des Soviétiques était probable.

«Hélas, les révélations des Allemands sont probablement vraies,» avait dit Churchill.

«Les Bolchéviques peuvent être très cruels»

Source: PAP

Robert Faurisson a-t-il raison?

7 janvier 2014

A vrai dire je n’en sais rien . Et puis la loi dite Gayssot a des arguments persuasifs dont ne dispose pas Robert Faurisson.

Faurisson-1989_b

Complément d’information pour Robert Faurisson

Je vous invite cependant à cette lecture qu’on peut qualifier de révisionniste dont les deux derniers paragraphes valent leur pesant de cacahouètes.

Le mythe du ghetto de Varsovie

Les combattants du ghetto ont peut-être été courageux, mais ils ne se sont pas battus aussi longtemps qu’on l’a affirmé. Et quel droit avaient—ils de décider du sort de 50 000 autres personnes?

par Eli Gat, Haaretz (Sionistan) 23 décembre 2013 traduit de l’anglais par Djazaïri

 Comme beaucoup de survivants de l’Holocauste, je me suis toujours senti mal à l’aise devant la manière dont la mémoire de l’Holocauste a été façonnée. Le mythe du soulèvement du ghetto de Varsovie en est un excellent exemple.

Soulèvement du ghetto de Varsovie – le nom même est trompeur. Les Juifs du ghetto de Varsovie ne se sont pas révoltés. À l’été de 1942, quelque 300.000 Juifs du ghetto furent envoyés à Treblinka et assassinés. Environ 50 000 personnes étaient restées dans le ghetto, elles avaient été épargnés à l’époque parce que c’ étaient des professionnels qualifiés qui travaillaient dans les usines allemandes à l’intérieur et à l’extérieur du ghetto. Ces gens n’avaient jamais songé à une révolte, ils pensaient à leur survie.

La révolte concerna seulement un petit groupe de jeunes gens, dont la taille et les actions ont été gonflées dans des proportions mythiques en Israël après la création de l’Etat en 1948. Plus important encore, l’insurrection, qui avait commencé le 19 Avril 1943, était en contradiction avec la stratégie de survie des masses de Juifs qui sont restés dans le ghetto.

L’idée de la révolte et de la lutte armée était cohérente avec l’esprit de la communauté juive dans la jeune nation et la Palestine pré-étatique. Elle a été exagérée par l’aile militante du mouvement travailliste – le parti Ahdut Ha’avoda et le mouvement des kibboutz qui lui était affilié – qui a revendiqué haut et fort l’insurrection tout en réprimant le souvenir de la participation d’autres mouvements, comme les bundistes [membres du Bund, un parti juif de gauche, NdT], les communistes et la droite révisionniste.

Du fait des pressions exercées par cette composante du mouvement travailliste, la journée dédiée à la mémoire de la destruction de la communauté juive européenne a été appelée Journée du Souvenir de l’Holocauste et de l’Héroïsme, comme s’il y avait une quelconque commune mesure entre les deux membres de l’expression. Ahdut Ha’avoda avait attaqué David Ben Gourion et le Mapai – un autre précurseur du parti travailliste – et avait brandi la bannière de l’activisme militaire – le Palmach en Israël et les combattants du ghetto pendant l’holocauste.

Le soulèvement a aussi été monté en épingle par le flou sur les chiffres : le chiffre des pertes allemandes, le nombre de combattants du ghetto et la durée du soulèvement. Dans les premiers travaux traitant de l’holocauste, les auteurs parlaient de plusieurs centaines d’Allemands tués. Mais on a eu par la suite connaissance des rapports dressés quotidiennement par l’officier en charge de la destruction du ghetto. Selon ces rapports rédigés par le général SS Jurgen Stroop, rapports que personne ne remet en question, 15 Allemands furent tués au combat. Après la communication de ces rapports, les premiers écrits sur le soulèvement furent mis au placard pour ne plus être cités.

 Un second chiffre flou est celui du nombre de personnes qui prirent part au soulèvement qui était coordonné par deux organisations Une d’entre elles était l’Organisation Juive de Combat (Zydowska Organizacja Bojowa, ou Zydowska Organizacja Bojowa) de gauche, qui réunissait des mouvements de tendance communiste et socialiste, sionistes et non sionistes. L’autre comprenait des militants de droite, du Betar, qui activaient dans l’Union Militaire Juive (Zydowski Zwiazek Wojskowy, ou ZWW).

Yitzhak (Antek) Zuckerman (Icchak Cukierman) était un dirigeant du Zydowska Organizacja Bojowa et il joua un rôle essentiel dans la construction de l’image du soulèvement en Israël après la guerre. Il affirmait qu’environ 500 combattants avaient pris part à la révolte ; Un autre participant à la révolte, Stefan Grayek, avait porté le chiffre à 700.

Du côté des historiens, le professeur Yehuda Bauer de l’université hébraïque de Jérusalem affirme (sans donner de détails) qu’il y avait entre 750 et 1 000 combattants, tandis que le professeur Israel Gutman, qui avait participé au soulèvement et avait écrit un livre après avoir fait des recherches de son côté, situait ce chiffre à 350. Aucune de ces estimations – sauf semble-t-il celle de Bauer – n’inclut les combattants des organisations de droite dont aucun membre n’a survécu pour témoigner et dont le rôle a fait l’objet d’un silence assourdissant pendant de nombreuses années.

 Le témoignage le plus fiable sous différents aspects concernant le soulèvement, y compris sur la question du nombre de combattants, a été donné par un de ses chefs, Marek Edelman. Edelman, qui était bundiste, était resté en Pologne après la guerre et devint donc un intouchable du point de vue des institutions mémorielles israéliennes.

Edelman situait le nombre des combattants du Zydowska Organizacja Bojowa à environ 220. Quand on lui demanda sur quoi il basait ce chiffre, il répondit : «J’étais sur place et je connaissais tout le monde. Ce n’est pas difficile de connaître 220 personnes.» Sur l’écart entre ses chiffres et ceux de Zuckerman, Edelman dit : «Antek avait des motivations politiques et moi pas.» 

En admettant que le nombre de combattants de l’organisation de droite – pour laquelle on n’a pas vraiment de chiffres – était inférieur, il est raisonnable de supposer que le nombre total de participants à la révolte était inférieur à 400, pour une population de 50 000 âmes dans le ghetto.

 Seulement deux jours de combats acharnés

Les données sur la durée des véritables combats a aussi été gonflée. Gutman fait durer le soulèvement un mois. Mais les rapports de Stroop [l’officier allemand] ainsi que les témoignages des chefs du soulèvement montre que la véritable bataille n’a duré que deux jours. Parce que les plans de bataille de la Zydowska Organizacja Bojowa n’ont jamais été exécutés complètement. Le plan prévoyait de prendre position aux fenêtres, de tirer et de lancer des grenades avant de faire mouvement vers de nouvelles positions.

Au début de la révolte, le 19 avril, les Allemands avaient été surpris par la résistance armée et s’étaient retirés du ghetto. Mais après s’être réorganisés, ils n’ont pas fait le choix de pourchasser les Juifs maison par maison et de subir ainsi des pertes. Ils firent au contraire le choix de détruire le ghetto et de l’incendier.

 Les membres de la Zydowska Organizacja Bojowa qui considéraient que le sort des Juifs du ghetto était joué de toute façon – voués à la mort – avaient prévu de combattre et de mourir les armes à la main. Mais ils se sont finalement retrouvés à se cacher et à chercher à fuir la destruction et les flammes. A la fin, ils furent forcés à fuir et à brûler avec les habitants du ghetto, contrairement à leurs plans de départ.

Zivia Lubetkin, un des chefs de la révolte, en a parlé ainsi : «Nous étions tous impuissants et bouleversés de honte. Tous nos plans étaient en ruines. Nous avions rêvé d’une dernière bataille dont nous savions que nous allions la perdre face à l’ennemi, mais après lui avoir fait payer très cher sa victoire. Tous nos plans étaient en ruines et, faute d’autre possibilité, nous primes une décision : Nous allions décrocher. Il n’était pas possible de combattre plus longtemps.»

Zuckerman a écrit : «Nous connaissions très bien toutes les voies de sortie, tous les passages par les toits. Si l’assaut avait été donné… sans lance flammes, des centaines de soldats auraient dû être jetés dans la bataille pour nous vaincre.» 

Le premier groupe de combattants du ZZF quitta le ghetto le 20 avril , au deuxième jour de la révolte, par des tunnels préparés à l’avance. Un deuxième groupe partit le 22 avril et un dernier groupe le 26 avril. La plupart d’entre eux, tous peut-être, furent tués quand on les découvrit côté polonais.

Les combattants de la Zydowska Organizacja Bojowa, qui n’avaient pas envisagé de quitter le ghetto, n’avaient pas préparé de routes pour s’enfuir. C’est seulement grâce aux tunnels des égouts et à l’aide fournie du côté polonais qu’ils purent quitter le ghetto. Le 28 avril, un premier groupe sortit. Le 8 mai, Mordechai Anielewicz, le commandant de la Zydowska Organizacja Bojowa, se suicida après que l’emplacement de la cache de son groupe dans un sous-sol fut révélé. Le 9 mai, ce qui restait de la Zydowska Organizacja Bojowa quitta le ghetto. En tout, 100 combattants de la Zydowska Organizacja Bojowa avaient pu fuir.

En l’espace de quelques jours, les deux organisations militaires avaient quitté (ou fui) le ghetto bombardé et incendié avec ses 50 000 habitants laissés à la terrible vengeance des Allemands. On évalue à 10 000 le nombre d’habitants du ghetto tués par les Allemands ; le reste fut envoyé dans des camps près de Lublin.

 Une stratégie de survie réduite à néant

Le soulèvement avait donc interféré avec la stratégie de survie de la masse des Juifs du ghetto. Pour le comprendre, il faut prendre la mesure du changement de situation entre 1942 et ses transports de masse, quand la grande majorité des Juifs de Pologne furent exterminés en une courte période de temps, et la situation en 1943.

Dans cet intervalle de temps avait eu lieu le tournant de la seconde guerre mondiale. En novembre 1942, les Russes avaient percé le front du côté de Stalingrad et début février 1943, toute la Sixième Armée allemande s’était rendue. Au même moment les Allemands connaissaient la défaite à El Alamein dans le désert égyptien, et les alliés débarquaient en Afrique du Nord française.

 Ces revers avaient insufflé en Europe occupée l’espoir d’une rapide défaite de l’Allemagne. Même les Juifs s’étaient remis à espérer. S’ils pouvaient tenir ne serait-ce qu’un jour de plus, alors peut-être pourraient-ils être sauvés.

 Il y avait même eu une inflexion dans la politique allemande à l’égard des Juifs. La destruction des Juifs jusqu’au dernier restait peut-être la première priorité, mais l’urgence s’était quelque peu atténuée après l’atteinte de l’essentiel de l’objectif et à la lumière des besoins de l’économie. Les Allemands avaient besoin de travailleurs pour leurs usines après l’enrôlement dans l’armée de l’ensemble de la main d’oeuvre allemande apte au combat. Le travail forcé s’étendait à toute l’Europe.

Les 50 000 Juifs environ qui étaient restés dans le ghetto de Varsovie après les transports [sic, l’auteur n’emploie pas le mot déportation, NdT] de 1942 avaient survécu comme dans d’autres ghettos de la Pologne sous occupation parce qu’ils travaillaient pour l’Allemagne dans des usines. Beaucoup de ces usines avaient des propriétaires et des gérants allemands qui avaient négocié avec les autorités allemandes et la SS pour pouvoir conserver leurs travailleurs.

ghetto

Après la chute du ghetto en mai 1943

 A la lumière de tous ces éléments, les Juifs en étaient venus à croire qu’ils avaient une chance de survie. Deux mauvais choix s’offraient à eux : fuir le ghetto pour rejoindre la partie polonaise de la ville qui leur était hostile ou continuer à travailler dans les usines allemandes. Ces deux options signifiaient vivre au jour le jour dans l’espoir que la guerre se termine rapidement.

A la fin de la guerre, des centaines de milliers de Juifs avaient survécu en Pologne et en Allemagne. Rien qu’à Varsovie, le nombre de survivants est estimé à environ 25 000. La bataille jusqu’à la mort, ainsi que l’avaient prévu les combattants du ghetto, n’était pas dans les intentions de la grande majorité des Juifs restés dans le ghetto.

Beaucoup d’historiens de l’holocauste et du soulèvement venaient d’un camp politique qui avait des objectifs politiques. Ils avaient beaucoup d’influence sur le musée de l’holocauste de Yad Vashem, Ils écrivirent nos livres d’histoire et modelèrent notre souvenir de l’holocauste.

Leur influence sur leurs élèves et leurs disciples se sent encore fortement aujourd’hui. C’est pourquoi la question n’a jamais été soulevée : Quel droit avait un petit groupe de jeunes gens de décider du sort des 50 000 Juifs du ghetto de Varsovie.

Eli Gat est un survivant de l’holocauste et l’auteur de « Pas seulement un livre de plus sur l’holocauste »

Ce qui est vraiment tabou en Europe

9 janvier 2013

C’est une dépêche AFP, Agence France presse pour ceux qui l’ignoreraient, mais qui n’est reprise par aucun grand  organe d’information hexagonal.

On le comprend parce que c’est le genre d’info qui fait désordre à l’heure où un certain hebdomadaire satirique vient de publier une BD sur le prophète de l’Islam.

De fait, on peut caricaturer à souhait la religion musulmane, où encore immerger ure représentation de jésus Christ dans de l’urine et s’insurger au nom de la liberté d’expression quand des personnes font savoir qu’elles sont choquées et scandalisées.

Il en va autrement quand on touche d’une manière ou d’une autre à un certain sujet. Dans ce cas de figure, non seulement ont obtient la fermeture d’une exposition mais même une enquête judiciaire.

La justice suédoise n’a pas voulu s’intéresser à l’affaire, qu’à cela ne tienne, ce sont les autorités polonaises, puisque les cendres ont été «volées» en Pologne qui s’en occupent.

Image

Oeuvre peinte avec des « cendres » prélevées dans un four crématoire nazi

L’astuce étant que l’enquête ne porte pas sur le contenu de l’œuvre mais sur le matériau utilisé.

Pologne: enquête sur l’utilisation par un artiste de cendres de victimes des nazis

(AFP) – RTBF (Belgique) 8 janvier 2013

VARSOVIE — Le parquet polonais de Lublin a ouvert une enquête concernant l’utilisation par un artiste peintre suédois de cendres recueillies dans un four crématoire du camp d’extermination nazi allemand de Majdanek (sud-est de la Pologne), a indiqué à l’AFP mardi son porte-parole.

« Le parquet a ouvert une enquête dans cette affaire lundi », a déclaré Mme Beata Syk-Jankowska.

L’enquête concerne une éventuelle profanation ou un vol de restes humains ou de tombes, crimes punis en Pologne de peines allant jusqu’à huit ans de prison.

Le délai de prescription pour de tels faits est au maximum de quinze ans, en fonction de la qualification des faits.

Un peintre suédois, Carl Michael von Hausswolff, avait exposé en décembre dans une galerie de Lund (sud de la Suède) une aquarelle peinte, selon lui, avec des cendres ramassées en 1989 au camp de Majdanek, diluées dans de l’eau.

Image

Le peintre Carl Michael von Hausswolff

L’oeuvre en noir et blanc, montre des coups de pinceaux verticaux dans un rectangle, censés évoquer selon la légende « des gens torturés, suppliciés, assassinés par d’autres gens lors de l’une des guerres les plus impitoyables du XXe siècle », expliquait M. von Hausswolff sur le site internet de la galerie.

L’exposition avait été fermée après une vague de protestation de la communauté juive de Malmö et du Centre Simon-Wiesenthal.

A la suite d’une plainte d’un particulier pour violation du repos des morts, délit puni en Suède de deux ans d’emprisonnement, la justice suédoise avait lancé une enquête, la classant sans suite, expliquant que le délit avait été commis à l’étranger.

« Nous allons nous adresser à la justice suédoise pour obtenir les détails de cette enquête », a déclaré à l’AFP la porte-parole du parquet de Lublin.

Le camp de Majdanek a été installé près de la ville de Lublin par l’Allemagne nazie en 1941 et a fonctionné jusqu’en 1944.

Selon les estimations des historiens du musée, 80.000 prisonniers, dont 60.000 juifs y ont été assassinés par les nazis dans les chambres à gaz, ont été exécutés ou sont morts de faim, de maladies ou d’épuisement au travail.

Au total, 150.000 personnes ont été emprisonnées dans le camp de Majdanek entre 1941 et 1944


%d blogueurs aiment cette page :